L’esquisse du Bonheur | Akemi Dawn Bowman

Résumé :

Découvre qui tu es vraiment et le bonheur sera à portée de main.
Kiko Himura ne s’est jamais sentie à sa place. Avec une mère qui la rabaisse tout le temps et son métissage japonais qui la rend différente aux yeux des autres, elle préfère se rendre invisible, certaine qu’une fois qu’elle aura intégré l’école d’art de ses rêves tout s’arrangera. Car Kiko mise tout sur son avenir, l’esquisse d’un bonheur si proche… Pourtant, quand elle croise par hasard Jamie, son amour d’enfance, et que sa mère lui annonce le retour dans leurs vies de la personne qu’elle déteste le plus au monde, c’est son passé qui resurgit…

A force de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages et de nouveaux auteurs, il est difficile de ne pas devenir plus exigeante et mes goûts étant portée sur la romance, les prises de risque sont plus rares. Je n’ai pas eu de coup de cœur depuis très longtemps et pourtant je suis continuellement à la recherche du roman qui va me bouleverser. Ce roman, je l’ai découvert par hasard et bien qu’on ne franchisse pas le coup de cœur, l’histoire a réussi à me donner des frissons tant le thème est touchant et rencontrer l’héroïne m’a bouleversé.

Kiko Himura m’a brisé le cœur. Interagir en société a toujours été affreuse difficile pour la jeune fille, accoutumé aux crises de paniques, Kiko ne s’est jamais vraiment intégré auprès de ses camarades et sa seule source d’interaction sociale, se résume à sa meilleure amie. Les années lycée ne sont pas forcément les meilleurs pour elle, et à la maison la situation est loin d’être idyllique. Kiko subit les propos blessants de sa mère, tant pour ses choix d’avenir, que pour son métissage japonais la rendant différentes aux yeux des autres, provoquant le mal-être de sa fille et le désir d’invisibilité à la maison comme au lycée. Son quotidien va être chamboulé par le retour de Jamie son ami d’enfance, avec qui elle garde les plus beaux souvenirs de son enfance, et qu’elle n’a jamais oublié.

Je pense qu’on peut dire que c’est le genre de récit où on termine avec le cœur en miettes. Dès le premier chapitre on ressent on forme d’oppression, face à la pression constante qu’exerce la mère de Kiko sur sa fille. Sa détresse est bouleversante et cette attitude révoltante, accentuant l’anxiété de la jeune fille et positionnant le lecteur dans un statut de spectateur impuissant. Je n’ai pas de mot face au comportement atroce de cette mère, mais on attend un niveau d’horreur lorsque la personne la plus abjecte possible refait son apparition. Immédiatement des sentiments contradictoires m’ont traversé à la fois de la peine, de la colère et puis le désir de la protéger.

Bien qu’elle reste très méfiante, le retour de Jamie va l’empêcher de se faner. Et la forcer à sortir de sa zone de confort, sa meilleure amie ayant quitter la ville pour commencer les cours, elle va tenter d’appliquer les conseils de cette amie sincère qui lui aura laisser le meilleur conseil qu’on puisse lui apporter. Sortir de sa coquille ne va pas être simple et les rares instants de bonheur ont été vécu comme une victoire pour moi, car face à tant de souffrance on ne peut que vouloir le meilleur pour Kiko. Le chemin vers la guérison va prendre du temps, mais j’ai trouvé qu’elle faisait une belle analyse de sa vie et était consciente de s’être cachée derrière ceux qui ont été sa force. Et la voir devenir l’artiste confiance, belle et insouciante qu’elle devient m’a réchauffé le cœur. Je ne peux que recommander cette fabuleuse histoire et j’espère que vous percevrez les mêmes émotions touchantes.

Publicités

Josh & Hazel ou comment ne pas tomber amoureux | Christina Lauren

Résumé :

Hazel sait qu’elle n’est pas facile à vivre – et franchement, la plupart des hommes ne sont pas prêts à relever le défi. Si son armée d’animaux domestiques et son goût prononcé pour l’absurde ne les font pas fuir, son absence de filtre la conduit systématiquement à dire ce qu’il ne faut pas dans les moments délicats. Tant pis pour eux. Hazel est une belle personne. Josh connaît Hazel depuis la fac, à un moment où son allégresse loufoque était totalement incompatible avec son caractère à lui, calme et dans la retenue. Depuis le premier soir où ils se sont rencontrés – quand elle lui a avoué de but en blanc qu’elle  » serait honorée de (lui) offrir (son) corps  » – jusqu’au jour où elle lui vomit avec grâce sur les chaussures, Josh a toujours pensé qu’Hazel relevait plus du spectacle que de l’être humain. Cependant, dix ans plus tard, après une relation houleuse avec une fille qui l’a trompé, sortir avec Hazel est une vraie bouffée d’air frais. Non que Josh et Hazel sortent ensemble. Du moins, pas ensemble ensemble. Parce qu’organiser en duo une série de  » double dates  » de plus en plus terribles, signifie bien qu’il n’y a rien entre eux… n’est-ce pas ?
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Vous le savez, mais depuis Beautiful Bastard je ne loupe aucune sortie du duo de choc Christina Lauren. A l’annonce de la traduction de ce roman, j’ai rapidement survolé le résumé sans pour autant vouloir tout connaître de l’histoire. Il y a des auteurs à qui ont fait confiance et encore une fois l’histoire est à la fois originale et surprenante. Un roman important qui traite avec humour de l’amitié et l’acceptation de soi.

Impossible de ne pas apprécier Hazel lorsqu’on la découvre dans le prologue. La jeune femme est une héroïne drôle et pétillante que j’ai pris plaisir à découvrir au fil des pages, sa joie et ses excentricités sont communicatives et ses maladresses épiques. Hazel sait qu’elle n’est pas facile à vivre et assume son originalité, mais d’une certaine manière elle a peur que sa personnalité l’empêche de trouver l’amour. Il faut dire que son absence de filtre la positionne souvent dans des situations absurdes, mais c’est justement ce qui fait son charme et qui fait d’elle une belle personne avec un cœur énorme. Hazel a toujours su qu’elle n’avait aucune chance avec Josh, que ce soit lors de leur première rencontre à la fac ou lors de leur seconde rencontre sept ans plus tard. Seulement rien ne les empêche de devenir amis et de chercher ensemble l’amour.

Josh est le parfait opposé d’Hazel, il est calme, posé et réfléchis, mais sa rupture après une relation toxique va le plonger dans une semi dépression ,et la présence réconfortante d’Hazel va lui apporter la lumière nécessaire pour reprendre goût à la vie. Ensemble, ils vont décider d’organiser en duo une série de double rencarts et chaque rencontre va s’avérer pire que la précédente. Seulement malgré les échecs amoureux, leur complicité ne cesse de s’épanouir et même s’ils s’accordent à dire qu’il ne sont pas ensemble, ils vont se découvrir qu’ils ne sont pas si incompatibles. La romance pourrait paraître lente pour certain, mais j’ai trouvé qu’elle était authentique.

J’ai trouvé intéressant que la romance sorte du schéma habituel, il n’y a aucun drama et l’histoire suit sont cours. C’est un récit de vie où deux personnes se rencontrent et acceptent les différences de l’autre pour en faire une force. Sans compter qu’on quitte un peu le stéréotype du tombeur qui cherche à séduire toutes les femmes, Josh est un personnage qui cherche le bonheur et la sécurité d’un amour partagé. Sa rencontre avec Hazel va chambouler son quotidien, la jeune femme va lui apporter le grain de folie qui lui manquait et Josh va lui apporter l’assurance nécessaire pour qu’elle prenne enfin confiance sur ce qu’elle peut offrir à ceux qu’elle aime.

Chaque roman depuis que j’ai découvert ce duo d’auteures parvient à me surprendre, car les romances sont différentes. La force de cette histoire c’est l’attachement qu’on éprouve envers les personnages et l’humour qu’ils renvoient, faire sourire un lecteur c’est un point important pour qu’il passe un bon moment et avec Hazel impossible de ne pas rire. A mon sens, c’est le genre de roman que j’apprécie lire sur la plage parce que c’est frais et léger, donc certes la romance prend sont temps, mais c’est un duo qu’on adore retrouver.

The Chase | Elle Kennedy (Briar Université #2)

Résumé :

On dit que les opposés s’attirent. Et s’il y en a bien une qui est d’accord avec ça, c’est Summer, parce qu’il n’y a aucune raison logique pour qu’elle soit attirée par Colin Fitzgerald. En règle générale, elle n’aime ni les intellos tatoués, ni les jeux vidéo, ni les joueurs de hockey qui pensent qu’elle est volage et superficielle.
De son côté, Fitz n’est pas persuadé que cette fille solaire, sûre d’elle, en un mot magnifique, soit celle qu’il lui faut.
Et pourtant, il va falloir qu’il s’y fasse car… ils sont colocataires !
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

L’auteure d’une des séries les plus marquantes de ma bibliothèque est de retour et retrouver la plume d’Elle Kennedy est toujours addictive. Dans ce spin-off nous retrouvons des personnages familiers et d’autres un peu moins, qu’il me tarde de découvrir de manière plus approfondi. L’auteure s’intéresse à plusieurs thèmes importants, tout en conservant une pointe d’humour comme elle sait si bien le faire.

Depuis qu’elle a rencontré Colin Fitzgerald, Summer Heyward-Di Laurentis n’a jamais oublié cet intello tatoué, elle ne se l’explique pas, mais il provoque en elle des sensations qu’elle n’avait pas éprouvé depuis des années. Alors lorsqu’elle apprend qu’il la trouve superficielle, elle comprend que ses sentiments ne sont pas partagés, elle préfère éviter le hockeyeur et se concentrer sur ses études. Seulement, la situation va légèrement se compliquer lorsqu’elle va devoir partager un appartement avec trois joueurs de l’équipes, dont Fitz.

Summer arrive en cours de scolarité à Briar, suite à un renvoi de sa précédente université, ce qui va l’amené à se retrouver à chercher à se loger sur le campus, alors son frère va tirer des ficelles et ses anciens coéquipiers vont se faire un plaisir d’accueillir la pétillante jeune femme. Rapidement elle va montrer l’image d’une jeune femme sure d’elle et son excentricité peut renvoyer un mauvais message, rendant la cohabitation difficile. les non-dits et le manque de communication entre Summer et Fitz vont compliquer leur relation et honnêtement parfois j’avais envie de crier ma frustration, mais la romance n’en reste pas moins adorable. Dès que les masques tombent on découvrent des thèmes sérieux abordés avec sensibilité et authenticité.

Fitz est un personnage beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, ses difficultés à communiqué vont le mettre dans une situation compliquée et son passé ne va pas rendre la situation plus simples. J’ai trouvé son personnage différent des sportifs de la série, sportif émérite, c’est également un passionné de jeux-vidéos tant aux manettes qu’à la création du design. Discret dans ses activités, il n’aspire qu’à passer inaperçu et l’attitude de Summer est loin d’être une situation familière. Malgré les préjugés, ils vont se découvrir une alchimie qui va effrayer Fitz peut habitué à éprouver des sentiments aussi intenses et n’arrange pas ses rapports avec la jeune femme.

Impossible de ne pas évoquer les personnages secondaires qui ont susciter ma curiosité et que j’ai apprécié rencontrer. Et cette fameuse touche d’humour qui contribue à mettre le lecteur en phase de détente. On débute ce spin-off avec un très bon couple de héros et il est indéniable que la plume magique d’Elle Kennedy est à l’origine de ce premier opus. Un univers qu’il me tarde de retrouver dans The Risk.

Mon avis sur The Deal #1 ICI
Mon avis sur The Mistake #2 ICI
Mon avis sur The Score #3 ICI
Mon avis sur The Goal #4 ICI

La Reine de Pique | Meghan March (Mount Serie #2)

Résumé :

Je le déteste, mais chaque fois qu’il entre dans la pièce, mon corps me trahit. Comment peut-on, dans le même temps, désirer et craindre la même personne ? Je savais qu’il m’embrouillerait. Mais je ne savais pas que ce serait l’anarchie totale dans ma tête.
Je ne me rendrai pas. Je ne montrerai pas ma faiblesse. Je tiendrai bon et je m’en sortirai avec mon coeur et mon âme intacts.
Même s’il a d’autres projets…
Car quand Lachlan Mount entre en jeu, les dés sont forcément pipés.
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse
Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Un deuxième opus qui se démarque très largement du premier tome qui m’avait laissé un sentiment mitigé. Notamment lié à l’érotisme beaucoup trop présent au profit des sentiments et dès les premiers chapitres ont ressent un changement dans la tête des personnages finalement on découvre notre héros plus attachant qu’il ne l’avait été jusqu’ici tout en conservant sa légendaire froideur et sa poigne de fer.

Je pense que la fin en a laissé plusieurs assez choqué et personnellement, heureusement qu’il y avait cette fin, car j’aurais eu des doutes pour continuer la série et en ayant terminé aujourd’hui ma lecture, je sais que ça aurait été une erreur, donc je suis ravie que ma curiosité soit rentré en ligne de compte. Finalement on conserve les éléments que j’avais appréciés, tout en gommant les défauts et en consolidant un peu l’intrigue.

On retrouve nos héros perturbés à différents degrés et ce nouvel aspect, les rends plus humain et moins détestable. Du côté de Mount, sa froideur se fissure un peu et on en découvre un peu plus sur le mystère qui entoure le personnage et son passé vient apporter quelques explications sur l’homme qu’il est aujourd’hui. D’ailleurs, moi qui l’avait trouvé assez détestable dans le premier opus, j’ai un peu changé mon avis et à l’image de Keira j’ai apprécié le redécouvrir à la fois en tant que maître de son royaume, et comme simple homme.

Keira n’est pas non plus en reste, certes elle a perdu un peu de sa fougue lorsqu’elle est en présence de Mount, mais je vois ça comme une forme d’acceptation face à ses désirs, qu’elle n’assumait pas forcément. Et ça renforce son côté femme d’affaire qui n’a pas peur d’obtenir ce qu’elle veut tout en revêtant à tout moment son masque de femme d’affaires respectée dans un milieu d’hommes. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est un roman féministe, mais finalement elle s’est épanouie dans la domination qu’exerce notre héros et Mount a appris à adapter son contrôle à la chambre à coucher, donc ça en fait un bon équilibre avec les envies de chacun comblées.

L’histoire se met tranquillement en place et ce tome permet de s’intéresser davantage aux héros, d’introduire des personnages secondaires et d’instaurer un climat de confiance où chaque pièce du puzzle commence doucement à se mettre en place. A commencer par la relation qui m’a davantage séduite et qui laisse passer un peu de lumière dans l’obscurité. Encore une fois on constate que Meghan March est la reine des cliffhangers, mais cette fin est frustrante, mais intérieurement je jubile à l’idée de découvrir le final

Mon avis sur Le Roi sans Pitié #1 ICI

Apollyon | Jennifer L. Armentrout (Covenant #4)

Résumé :

Confrontée à ce qu’elle craignait le plus – s’égarer au moment de l’Éveil et être sous l’emprise de l’Élixir –, Alexandria n’est plus certaine de savoir à qui se fier. Seth lui a promis beaucoup… mais Aiden a toujours été là pour la protéger et la guider, quitte à défier les dieux.
Alors que le chaos règne sur terre, ces derniers ne reculeront d’ailleurs devant rien pour empêcher le Premier d’atteindre sa toute-puissance. Pour cela, il faudrait briser la connexion entre les deux Apollyons, or, la seule personne à même d’intervenir est morte depuis des siècles.
Alex prendra-t-elle le risque de partir à la recherche de cette âme? À moins qu’elle n’empêche Seth d’accomplir son destin… en prenant sa place ?
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai dû attendre avant de pouvoir lire cette suite, car la maison d’édition a publié la nouvelle 3.5 après et c’était clairement impensable de lire les tomes dans le désordre. Certes l’histoire n’est pas indispensable, mais ça apporte un supplément et être dans les pensées d’Aiden, c’est tout de même un plus ! Mais revenons à cette suite. Enfin un tome où les personnages ne m’ont pas rendu dingues et où l’intrigue se dévoile aux yeux des lecteurs. Le début m’a paru longtemps par manque de temps et une fois que j’ai réussi à me poser, l’écriture de Jennifer L. Armentrout fait des merveilles et après quatre tomes on découvre nos personnages sous un nouvel angle.

Alexandria a toujours redouté l’Éveil, mais malgré ses peurs elle sait qu’elle peut compter sur Aiden pour la protéger d’elle-même dans cette épreuve. C’est dans le chaos que ces deux-là se sont trouvés et malgré l’égarement d’Alex, ensemble ils vont affronter leurs plus grandes craintes, tout en suivant leur destiné. Entre deux rebondissements, notre couple de héros nous offre une belle complicité, qu’on attendait depuis longtemps et c’est d’autant plus appréciable, que l’intrigue se révèle progressivement et plus ils consolident leurs sentiments, plus les révélations viennent mettre en danger le groupe de survivants, tout en les rapprochant.

J’ai apprécié que l’auteure prenne le temps de poser les bases de l’histoire, tous les événements suivent une chronologie logique. Les personnages sont plus réfléchis et prennent le temps d’analyser l’environnement, Alex prend conscience qu’elle n’est plus une enfant et que ses décisions parfois égoïstes ont un impact sur son entourage. On apprécie sans mal cet aspect plus réfléchi de la jeune femme, ses décisions précédentes ayant eu parfois de funeste retombée, mais son caractère reste explosif et son combat brillamment mené.

Dans cette suite, on constate que la mythologie grecque occupe une place importante, les dieux vont de manière directe ou indirecte prendre part au combat avec chacun leur camp d’un Apollyon. J’ai beaucoup aimé ces évocations à l’Olympe et ça donne l’impression que l’histoire prend un autre tournant, beaucoup plus ciblé sur l’intrigue de base. Et j’aime de plus en plus cette histoire, une fois que l’insupportable triangle amoureux est enfin mis de côté, pour se consacrer à la quête initiale qui devient captivante.

C’est pour moi l’un des meilleurs tomes de la série, j’y ai retrouvé ce qui me manquait jusqu’ici à la fois du côté sentimental qu’au niveau de l’action qui est plus rythmée. Je suis ravie d’avoir poursuivi cette série malgré quelques réticences dans les autres tomes et malgré le fait qu’Alex ne soit pas totalement elle-même, elle va pouvoir compter sur ses proches pour être là pour elle. Je suis curieuse de découvrir la conclusion offerte par Jennifer L. Armentrout pour ses personnages. Un très bon moment de lecture !

Mon avis sur Sang-Mêlé  #1 ICI
Mon avis sur Sang-Pur #2 ICI
Mon avis sur Éveil #3 ICI