Forbidden | Tabitha Suzuma

Merci Milady et Net Galley

Avant tout j’aimerais rappeler que ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, notamment car le thème est relativement difficile et pourrait choquer certains lecteurs. J’ai énormément entendu parler de ce roman et avant de me lancer j’étais craintive de débuter une telle histoire, mais en bonne lectrice qui se respecte je n’ai pas pu résister à l’appel de la curiosité et cette lecture m’a profondément bouleversée.

Je vous avoue que l’écriture de cette chronique est extrêmement difficile, j’ai du m’y remettre à plusieurs fois avant de vous rédiger des phrases ayant du sens. J’ai beau prendre de bonne inspiration, je me sens complètement démuni face à cette histoire hors du commun. J’ai lu beaucoup de roman différents, certains classiques et d’autres plus dérangeants, jusqu’ici je n’avais jamais lu de roman comme celui-ci et j’ai véritablement été affectée par les émotions qui se dégagent du récit. Je n’étais pas préparé à vivre aussi intensément cette histoire et depuis que j’ai terminé ma lecture, je me sens différente.

Maya et Lochan n’ont que treize mois de différence et malgré leur jeune âge, ils sont contraints de jouer le rôle de parents pour le reste de la fratrie allant de 13 à 5 ans. Déterminés à assumer ce que leur mère semble prendre à la légère, ils sont tous les deux dans une position difficile devant jongler entre leurs études et l’éducation de leurs jeunes frères et sœurs. Cette situation peu commune va les conduire à se rapprocher au delà d’une simple relation fraternelle, ensemble ils vont devoir affronter le rôle de parents et être confronté à la naissance de sentiments amoureux, qu’ils n’avaient encore jamais vraiment éprouvés et qui va les ébranler, car ils sont conscients que ce n’est pas normal d’éprouver ces sentiments, pourtant ensemble ils vont lutter pour s’en sortir et tout donner pour leur famille.

Lochan va bientôt avoir dix-huit ans et bien qu’il soit un excellent élève, il a de gros problèmes en société. Cette différence va le conduire à rester solitaire et ses seuls contacts se résument aux temps qu’il passe avec ses frères et sœurs. Et on peut dire que c’est grâce à lui que les enfants s’en sortent, il a cette manière qu’on pourrait qualifier d’autoritaire de s’occuper d’eux, mais à bien y regarder on voit parfaitement qu’il désire le meilleur pour eux, il a toujours été question de les protéger, d’abord de leur mère, puis d’eux-même. J’ai été terriblement touchée par son parcours et sa timidité m’a brisé le cœur, cette détresse qu’il renvoie lorsqu’il se sent acculé m’a vraiment brisé le cœur. Alors lorsqu’il se rapproche de Maya, on a du mal à voir l’horreur dans leur relation, car malgré le côté interdit cet apaisement qu’ils ressentent au contact l’un de l’autre, m’a vraiment fait réfléchir. Ils savent tous les deux que c’est mal et on ressent sans mal l’oppression qui les étouffent, ce combat intérieur pour ne pas succomber. Cette souffrance, puis progressivement l’apaisement et ce réconfort, qui ne peut pas être totalement mauvais.

Avant de rencontrer les personnages j’avais du mal avec l’idée d’une relation amoureuse entre un frère et une sœur et ce n’est pas le genre de romance qui fait rêver et mon idée de base n’a pas changé pour autant. Le sujet me met toujours un peu mal à l’aise et je n’ai pas des papillons pleins les yeux, seulement la qualité du récit et les émotions qui s’en dégagent son authentique et dans le cas de nos héros, ce à quoi ils sont confrontés, je n’ai pas réussi à les haïr de pouvoir enfin être aimé. Même si on n’accepte pas le sujet principal, on ne peut pas enlever aux héros qu’ils ne se sont jamais vraiment comportés comme un frère et une sœur. La composition de la famille les a forcé à devenir adulte et assumer des responsabilités qui n’étaient pas les leurs, alors oui il y a un part de compréhension. Malgré toutes les émotions contradictoires lorsqu’on est face à cette relation, il m’a été impossible de les condamner et j’ai versé un torrent de larmes face à cet amour impossible qui m’a littéralement brisé le cœur. Un roman inoubliable.

Scotland Street | Samantha Young (Dublin Street #5)

Je viens de le terminer et même si j’ai adoré retrouver l’ambiance, je reste un peu déçue par ce tome qui a mon sens n’est pas le meilleur de cette fabuleuse série. Je ne remets pas en cause le couple, leur attirance est indéniable et les voir s’approcher à leur manière est un délice. Tout comme la plume de l’auteur, toujours aussi envoûtante. Ce qui m’a posé problème c’est le fond de l’histoire, lorsque j’ai commencé j’avais l’impression de replonger dans l’histoire du premier opus et du coup ça m’a perturbé car j’étais habituée à plonger dans des histoires inédites. A côté de ça, quelques scènes m’ont fait lever les yeux au ciel, mais mon amour pour cette série efface toutes les émotions contradictoires.

Dans ce tome nous retrouvons Cole Walker qui a bien grandi, c’est avec une pointe de nostalgie que je réalise que nous l’avions découvert à son adolescence dans une situation difficile pour un jeune homme renfermé. Aujourd’hui c’est un homme qui a bien grandi et l’adolescent timide à laisser la place à un bel homme qui a été à bonne école avec les séducteurs de son entourage. Pourtant lorsque Shannon MacLeod le rencontre, elle a pour objectif de rester le plus éloigné possible de cet homme qui l’attire et qui correspond aux types d’hommes qu’elle doit éviter pour ne pas s’enticher à nouveau d’un bad boy.

Bien que le passé de l’héroïne soit typiquement le genre d’histoire qui m’attire, je n’ai pas tout de suite éprouvé de la sympathie pour Shannon, il est vrai que sa manière de juger Cole avec de simples suppositions sur son physique m’a passablement énervé, il y a mieux comme entrée en matière et sa manière de le rembarrer m’avait laissé un goût amer. En la voyant évoluer au contact de la bande d’amis du studio de tatouage, j’ai pris conscience qu’elle avait simplement besoin d’être soutenue et j’ai été ravie de la voir réaliser qu’elle s’était trompée sur toute la ligne. Son évolution est belle à découvrir et j’ai fini par m’attacher à cette jeune femme au passé difficile, et la voir interagir avec mes personnages chouchous est touchant.

Pour le coup, Cole est devenu un homme terriblement séduisant et plonger dans un studio de tatouage en compagnie d’un artiste, qui a lui-même un corps orné de tatouage, correspond parfaitement au genre de héros qui m’attire en ce moment. J’étais loin d’imaginer que l’adolescent refermé deviendrait cet homme plein de malice et attentif. J’ai été enchanté de le voir tout simplement succomber à ses émotions et un peu étonnée de voir l’une de ses réactions assez inhabituelles compte tenu de la situation. Je préfère oublier la pointe de déception qui m’a traversé car au final, c’est simplement un accident de parcours qui ne mérite pas de s’y attarder. Je préfère me souvenir des frissons qui m’ont parcouru lorsque Cole est en mode flirt.

En bref, un tome un peu en dessous des précédents qui est par moments trop prévisible, pourtant on se laisse facilement emporter par le récit et les palpitations caractéristiques à cette série ne m’ont pas quitté pendant ma lecture. Mon sentiment sur l’histoire des héros, n’est qu’une simple comparaison de lectrice, qui avait été habituée à être surprise, or ici la magie n’a que partiellement opéré. Ce sont des choses qui arrivent et ça n’enlève en rien mon plaisir de découvrir chaque tome paru dans cette saga. J’ai du mal à me dire qu’il ne reste plus qu’un seul tome avant de dire adieu à tant d’émotions avec nos héros.

Juillet | Audrey Carlan (Calendar Girl #7)

Ce roman est le 7ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai du mal à croire que cette série ait réussi à me surprendre dans mes prévisions. Je suis ravie du tournant que prend l’intrigue et les discussions entre les personnages nous ont offert quelques moments touchants. J’ai toujours vu Mia comme une héroïne qui ne se laisse jamais faire et son caractère nous a toujours montré sa force de caractère. Ce mois de juillet va nous montrer que derrière toutes les forces, se cachent des faiblesses qui lorsqu’elles sont exposées nous montre un personnage complètement différent.

Après le traumatisme du mois précédent, Mia débute une nouvelle mission sous le soleil de Miami. A son arrivée, elle a la surprise de découvrir que ce n’est pas son client qui l’accueille, mais son assistante qui n’a pas la langue dans sa poche. Immédiatement sous le charme de cette jeune femme, elle ne va pas être déçu lorsqu’elle va faire la connaissance du nouvel artiste en vogue dans le monde du hip-hop. Pour cette nouvelle mission, Anton Santiago recherche une femme séduisante qui pourra incarner une séductrice dans son prochain clip. L’attirance est immédiate et contre toute attente, cette légèreté du début va se transformer en une réaction inattendue, qui va donner un nouveau tournant à ses projets.

Comme à son habitude, Mia n’a pas les yeux dans sa poche et lorsqu’elle est en contact d’un bel homme, elle ressent immédiatement une certaine attirance. Sur ce point, elle m’agace un peu à réfléchir sur le physique de ses clients, toujours se baser sur des premières impressions, alors qu’elle sait que l’intellect de ses clients lui a toujours enseigné de ne passe fier aux apparences. Contrairement à ce que j’imaginais, j’ai apprécié découvrir un tome particulier, beaucoup centré sur des émotions pures, plutôt que toujours céder aux pulsions physiques. Dans ce nouvel opus, Mia va comprendre beaucoup de choses sur son expérience d’escort et elle va apprendre à s’écouter elle-même, pour enfin réaliser ce dont elle a besoin.

Encore une fois, Mia ne va pas faire de tourisme mais comme à son habitude elle va tisser des liens solides avec son nouveau client et son entourage proche. J’ai trouvé ce tome assez différent des précédents et ce qui est intéressant avec cette série, c’est que malgré mes réticences à la voir succomber à ses clients, aucun tome ne se ressemble et chaque histoire tire son épingle du jeu. Je n’aurais jamais cru pouvoir de nouveau apprécier cette série, mais depuis Juin il semblerait que l’histoire se stabilise un peu et arrête de jouer au yoyo avec mes émotions. Le mois d’août ne devrait pas faire long feu, il faut dire que Juillet rejoint fièrement mon top 3 et ce n’est pas trop tôt, car seule la curiosité me retenait de continuer.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Mai #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Juin #6 ICI

 

Furious Rush | S.C. Stephens (Furious Rush #1)

Je me remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

J’étais ravie lorsque j’ai appris que le prochain roman de S.C. Stephens allait sortir, il faut dire que malgré les critiques et l’agacement de sa série précédente, j’étais irrémédiablement tombée amoureuse de son personnage masculin, qui figure parmi books boyfriend. En débutant ma lecture j’avais oublié de quoi parlait le résumé, alors je me suis lancée avec des idées un peu floues de l’intrigue, avec pour seule certitude l’auteure est validée et j’ai pris plaisir à plonger dans ce nouvel environnement.

Lorsque Kenzie et Hayden se rencontrent pour la première fois, on ne peut pas dire que le courant passe immédiatement. Le lendemain, Kenzie découvre qu’il s’agit en réalité du nouveau pilote de l’équipe concurrente et le comportement insupportable de Hayden va passablement énerver la jeune femme. Pourtant à son contact, lorsqu’ils sont en compétition elle redouble de combativité et leur relation conflictuelle va les forcer à se donner à fond pour remporter la victoire.

Seulement bien qu’ils soient tous les deux conscients que l’énergie qui les habite lorsqu’ils s’affrontent est d’une intensité indescriptible, ils n’ont pas le droit de rentrer en contact. Une vieille rivalité les empêche d’entretenir un lien, pourtant réalisant que l’écurie de son père dont elle est l’héritière menace de ne pas s’en sortir, elle demande à Hayden de la pousser au delà de ses capacités et de l’entraîner pendant des rendez-vous nocturnes, afin que ses performances puissent monter au classement. Bien évidemment, plus ils vont passer du temps ensemble et plus l’alchimie va être puissante et j’ai beaucoup aimé la manière dont ils luttent contre leurs émotions. Kenzie est passionné par les courses de motos, pourtant il est difficile de se faire une place dans un sport d’hommes, surtout quand son père était champion dans sa discipline. Aujourd’hui, afin de lutter contre des difficultés financières, tout repose sur les épaules de Kenzie et la pression va être sacrement importante pour une jeune femme qui débute dans la discipline.

Hayden est un personnage assez mystérieux qui m’a séduite dans beaucoup de ses traits de caractère, mais qui demeure un personnage très secret. La première fois qu’il est apparu, je n’étais pas fan de son attitude et j’avais du mal à comprendre ce que les nombreuses lectrices lui trouvaient. Et puis, au fil des pages on découvre qu’il a de bon côté et sa manière de donner des conseils à Kenzie à un côté assez touchant. Ensemble ils vont vivre leur passion à cent à l’heure, ils n’ont pas l’intention de se faire de cadeau sur la pite mais pourtant Hayden va proposer d’une manière assez spontanée d’aider Kenzie à se dépasser et j’ai apprécié découvrir ses motivations, mais un point de l’histoire concernant son passé m’a un peu troublé, au vu de l’intérêt grandissant de ce détail par les personnages secondaires.

Kenzie est un personnage dont je suis admirable, passionnée depuis toute petite de moto et baignant dans cet univers dont son père était le champion, il était pour elle inconcevable de ne pas en faire sa carrière. Cette saison sportive va être décisive pour la jeune femme qui pour la première fois va pouvoir faire ses preuves. Pourtant, face à la pression que son père lui met sur les épaules, elle doute un peu de ses capacités et aspire simplement à le rendre fier d’elle. Alors, pour la première fois de sa vie elle va transgresser les règles pour être la meilleure et il est important pour elle de tout donner. Alors si, il faut passer du temps avec son ennemi pour progresser, elle est prête à mentir, se cacher et surtout se donner pleinement à ces entraînements. Sans compter la température qui grimpe lorsqu’ils goûtent à l’interdit.

Le début est un peu lent à démarrer, notamment car l’héroïne a du mal à supporter ce nouvel arrivant et voyant à quel équipe il appartient, elle va immédiatement se mettre des préjugés en tête. Certes il ne fait pas beaucoup d’efforts pour se faire apprécier, mais l’histoire a mis du temps à se mettre en place j’étais un peu perplexe sur la direction qu’allait prendre le récit. Le fait que les pensées soient concentrées uniquement sur Kenzie rend le personnage de Hayden encore plus difficile à comprendre. Nous en sommes au même point qu’elle, on se questionne, analyse et aimerait bien comprendre tout le mystère qui l’entoure. On peut dire que ses motivations sont nobles et ça le rend beaucoup plus humain et attachant.

En bref, j’ai été très surprise de découvrir qu’il s’agissait du premier tome d’une saga, mais le déroulement de l’histoire à commencer à me mettre la puce à l’oreille au vu de la non-résolution de certains éléments de l’histoire. Et il était évident qu’un point-clé du passé de Hayden n’avait pas été complètement exploité alors la fin n’est pas une surprise, mais j’ai un peu peur d’être déçue car bien que cette suite est du sens, on risque de rapidement revenir au point de départ. J’ai envie d’en savoir plus donc je lirais avec plaisir cette suite, mais je conserve une part de méfiance de peur d’être déçue. Un roman qui m’a apporté des sensations fortes, tant au niveau du sport pratiqué, que par l’alchimie de la romance.

Down shift | K. Bromberg (Driven #8)

L’écriture de cette chronique est extrêmement difficile, car il marque la fin de l’une de mes séries préférés New Romance. Si vous connaissez mon blog depuis longtemps vous savez l’amour que je porte à cette série et notamment à l’un de ses personnages Colton Donovan. Découvrir l’histoire de Zander Donovan c’est un retour sur l’histoire initiale et une conclusion parfaite pour cet enfant que nous avons appris à aimer enfant et que j’ai pris plaisir à redécouvrir dans sa vie d’adulte.

Zander Donavan a tout pour être heureux, une famille soudée et aimante, un job qui l’a conduit au sommet de sa discipline et des fans qui ne demande qu’à faire la connaissance du célèbre champion automobile. Pourtant lorsqu’un élément de son passé resurgit, il prend un virage à 90° et enchaine les excès, alcool, femmes… jusqu’à perdre ses sponsors. Afin d’affronter son passé, il part s’exiler sur une ile où il réside dans un cottage au bord de la mer. Sa tranquillité va être bouleversée lorsqu’il rencontre Getty.

Leur première rencontre va être électrique, chaque échange est explosif et à force de se côtoyer, ils vont se découvrir plus de points communs qu’il n’y paraît. Le changement d’attitude va se faire progressivement et malgré eux, ils vont tous les deux se juger sur de fausses impressions et à force de se découvrir, ils vont progressivement repousser leur limite. Ils sont tous les deux conscients de ne pas avoir beaucoup de point commun, mais leurs démons vont les rapprocher. Ce passé envahissant qui les conduits à la tranquillité, va s’avérer être un bon moyen de se rapprocher l’un de l’autre. Au contact des habitants de l’île, ils vont affronter leur passé dans un huis-clos qui va contribuer à les attirer l’un vers l’autre.

Zander n’a pas beaucoup de secrets pour nous, on connaît son passé grâce à l’histoire de Rylee et Colton, pourtant l’intensité de sa souffrance est terriblement touchante. Lorsque j’ai lu le prologue, j’ai vraiment cru que mon cœur allait se briser face à ces deux hommes en détresse. Alors voir que K. Bromberg a choisi de donner la parole à Getty n’a pas vraiment été une surprise, son personnage conserve le mystère et lorsqu’on réalise l’étendue des dégâts sur son personnage, on ne peut que trouver qu’elle est la femme parfaite pour Zander. Elle conserve une telle douceur et une force de caractère liés à son passé qui en font un personnage comme je les aime. Il est difficile de se sortir la tête de l’eau, mais malgré ses craintes jamais elle n’abandonne et sa rencontre avec Zander va débloquer quelque chose chez elle.

De son côté Zander est un personnage qui m’a étrangement fait penser à Colton, bien qu’il ait réchappé à son passé enfant et qu’il soit désormais au sein d’un foyer prêt à tout pour lui, le jeune homme est dans une tourmente dont il est le seul à pouvoir sortir. Son arrivé sur l’ile ne va pas passer inaperçu, tant par sa petite célébrité que son physique qui ne passe pas inaperçu. Il a un côté taquin et insouciant que j’ai beaucoup apprécié, mais la colère qui ne le quitte pas va contribuer à des rapports difficile avec Getty, notamment car il n’a pas besoin de complications supplémentaires. Ils vont tous les deux éprouver une attirance physique, mais c’est avant tout une relation de confiance qui va voir le jour, curieux de mieux comprendre la jeune femme il va s’approcher doucement, pour l’aider à affronter son passé et ce lien qui va se créer va le sortir de l’obscurité qui menaçait de l’engloutir sous le poids de son passé.

Il y a deux ans, j’ai découvert une série qui compte désormais parmi mes plus belles lectures. Pour beaucoup le héros a ce caractère insupportable, pour moi ça été un vrai coup de foudre livresque. A travers ces huit tomes, j’ai rencontré des héros différents, des histoires intenses et à chaque nouvelle parution sont quota d’émotions. C’est avec beaucoup de tendresse, que je dis adieu à ces personnages et cet univers qui aura su m’embarquer malgré les différences. Cette série aura également marqué une période personnelle de ma vie et cette échappatoire que ces tomes m’ont apportés est indescriptible. Ce tome n’est certainement pas un adieu, je prends encore régulièrement du temps pour relire mes passages chouchous et le plaisir est toujours là. Alors n’ayez aucune hésitation et foncez découvrir cette auteure de talent.

Retrouvez mon avis sur Driven #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Fueled #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Crashed #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Raced #3.5 ICI
Retrouvez mon avis sur Aced #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Slow Flame #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Sweet Ache #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Hard Beat #7 ICI