Les leçons d’Amour d’Alice Wells | Sara Wolf

Résumé :

Quand une élève modèle demande des cours de séduction au bad boy du campus, attention danger !
Alice collectionne les meilleures notes. Dévouée à ses études, elle n’a pas de temps à consacrer à sa vie privée, elle n’a même jamais embrassé un garçon ! Alors, quand elle tombe amoureuse de son alter ego, le parfait Théo, elle décide de procéder comme elle l’a toujours fait : en étudiant très sérieusement les choses de l’amour. Et qui mieux que Ranik Mason, dont la réputation sulfureuse est connue de tous, peut lui donner des cours particuliers ?
Merci Pocket Jeunesse pour cet envoi

Une romance plutôt classique qui parvient à susciter tendresse et attachement envers les personnages. L’histoire conserve un aspect jeunesse, malgré que l’intrigue se déroule sur les bancs de l’université, mais le manque d’expérience de l’héroïne rend l’histoire plus douce et conserve une certaine innocence idéale pour de jeunes adultes, sans pour autant ponctuer les chapitres de scènes de sexe. J’ai découvert Sara Wolf, dans sa précédente trilogie parut chez Pocket Jeunesse et immédiatement j’ai ressenti les émotions sans pouvoir l’expliquer, comme si le récit avait les bons mots. Ici on est dans une histoire plus légère et en période hivernale, c’est tout à fait le genre de roman doudou que j’apprécie découvrir avec un chocolat chaud pour m’accompagner.

Alice Wells a toujours été la première de la classe et ses études sont très importantes pour la jeune femme, alors lorsqu’elle réalise qu’elle éprouve des sentiments pour le parfait Théo, elle réalise qu’elle ne sait pas quoi faire pour qu’il l’a remarque. Sa vie privée n’a jamais été sa priorité et ses amis se comptent sur les doigts d’une main. Pour elle la solution est toute trouver, elle doit étudier pour connaître l’Amour et lorsque sa route va croiser un homme qui semble connaître les codes, elle va se tourner vers Ranik Mason pour qu’il lui enseigne tout ce qu’elle a besoin de savoir pour obtenir le garçon qui lui plaît, en échange de quoi la studieuse Alice va exceller dans le domaine où elle est la meilleure : les cours, afin d’offrir de bonnes notes à son professeur.

La fin est prévisible, mais ça n’enlève rien du plaisir passer à découvrir la rencontre entre Alice et Ranik, ou  tout simplement la manière dont deux inconnus vont progressivement développer une certaine alchimie. Il y a un côté assez cliché du playboy qui va apprendre l’amour à la petite étudiante studieuse, mais j’ai apprécié voir les différences qui les séparaient au début, évoluer pour finalement se redécouvrir soi-même. J’ai eu quelques difficultés avec le personnage d’Alice, elle a ce côté naïf qui m’a parfois agacé, mais au contact de Ranik elle devient attachante dans sa quête de l’Amour et cette reine des glaces va venir réchauffer le cœur de notre bad boy aux ailes brisées.  Et notre héros est un excellent héros qui va faire battre des cœurs, tant sa personnalité est émouvante. On alterne entre humour et fragilité lorsqu’on entrevoit ceux qu’ils sont réellement.

Une lecture détente qui prouve encore l’addictivité de la plume de l’auteure et comme elle sait si bien le faire, elle sème sa petite graine de tendresse qui contribue à se sentir à l’aise avec les personnages et à souhaiter un rapprochement, pourtant quelques leçons sont un peu poussées et par moments j’ai eu du mal à trouver ça vraiment crédible. Il faut dire que Alice est vraiment très studieuse et n’hésite pas à donner de sa personne, ce qui rend certaines situations un peu malaisantes et les actes étaient parfois trop désinvoltes.

Néanmoins j’ai apprécié voir nos héros cultiver leur différence et s’épanouir au contact l’un de l’autre. Je regrette qu’on n’ait pas creusé un peu plus du côté de leur vie privée, qui semblait avoir quelques éléments intéressants non exploités, alors qu’ils font partie intégrante de leurs histoires. Et pour le coup petit bémol sur la fin trop précipitée, qui aurait mérité quelques chapitres supplémentaires, ou une moitié de roman qui prépare cette conclusion. Tout ce que j’attendais de cette lecture, était un moment sans prise de tête avec des personnages attachants et le pari est plutôt réussi. Un moment de lecture comme on les aime.

Publicités

When it’s real | Erin Watt

Résumé :

Mesdames et messieurs, voici Oakley Ford ! Popstar célébrissime, en une de tous les magazines, des millions de fans, et surtout… un caractère bien trempé !
À première vue, Oakley semble avoir tout pour lui, mais sa famille est en train d’exploser en vol. Et malheureusement, sa musique et son inspiration aussi. Après une énième frasque relatée dans les tabloïds, son équipe doit réagir : il lui faut redorer son image au plus vite ! Trouver une fausse petite amie, une fille douce et sage, qui prouvera au monde entier qu’il a changé…
C’est là que Vaughn Bennett entre en scène. Grande sœur dévouée, étudiante et serveuse à temps partiel : en quelques mots, le prototype même de la fille » normale « . La preuve : elle n’aurait jamais accepté cette mission si sa famille n’avait pas des soucis d’argent. Elle n’a pas vraiment le choix. Et il faut dire que la magie et les paillettes d’Hollywood sont loin de lui déplaire.
Mais en ce qui concerne Oakley, c’est une autre affaire. Cet abruti prétentieux, terriblement égoïste ? Ce n’est pas comme s’ils allaient vraiment craquer l’un pour l’autre dans la vraie vie ! N’est-ce pas ?
Merci Hugo New Way pour cet envoi

J’étais impatiente de découvrir le duos d’auteurs qui compose le pseudo Erin Watt dans un nouveau registre, après avoir découvert La Princesse de Papier et apprécié de manière mitigée les Royal, cette nouvelle lecture était l’occasion de laisser une nouvelle chance à cette plume entraînante. Pas de doute, Elle Kennedy-Jen Frederick ne sont plus à présenter et dans ce roman adolescent, elle s’intéresse le milieu de la célébrité et plus précieusement aux déboires d’un jeune chanteur avec une réputation sulfureuse.

Oakley Ford est un chanteur à succès, qui semble se faire remarquer uniquement lors de ses sorties publiques, où il abuse de l’alcool et des femmes. Afin de redonner une image plus mature à leur client, ses équipes décident de lui trouver une fausse petite amie et par la même occasion attirer un producteur à succès qu’Oakley rêve de rencontrer. Ce rôle de fille douce et sage c’est Vaughn Bennett qui va le tenir, la jeune fille à tout pour plaire, grande sœur dévouée, serveuse à temps partiel pour subvenir aux besoins de sa famille et suffisamment normale pour refuser ce job. Seulement la réalité financière va contraindre Vaughn à accepter ce contrat.

Finalement on se laisse facilement entraîner par l’histoire, malgré un côté assez prévisible. Vaughn va devoir mettre de son côté son idylle avec son petit ami pour pouvoir honorer ce contrat. Bien évidemment, la situation va légèrement échapper à son contrôle et le petit ami secret va rapidement avoir du mal à supporter la séparation. Néanmoins, la maison de disque est assez carré et on ne tombe pas dans le cliché pour autant avec des clauses de confidentialité pour protéger Oakley. Tout le scénario est conçu par étapes pour éviter que la situation ne leur échappe, mais c’est sans compter sur un héros impulsif et à la limite de l’abruti prétentieux.

On ne peut pas dire que la première rencontre soit un coup de foudre, Vaughn va tomber dans les limbes de la célébrité et Oakley va montrer le pire de lui-même. On ressent dès le début le poids de l’obligation des deux parties et ce n’est qu’une fois contraint de se fréquenter, que nos héros vont progressivement laisser tomber leur barrière. Il faut dire qu’ils ont tous les deux leurs démons, Vaughn se sent un peu perdu et elle a besoin de temps pour trouver sa voie. C’est au contact d’Oakley qu’elle va comprendre qu’il est important de choisir un métier qui nous passionne pour ne pas se sentir enfermé. Ce qui n’empêche pas le jeune homme d’être confronté à ses propres problèmes et lorsqu’il parvient à ne pas être exécrable, son personnage est hyper touchant et sensible.

On aborde un angle de vue intéressant de la célébrité et de la solitude qu’elle peut engendrer sans jamais être seul. Quelques scènes assez marquantes son le reflet d’une triste réalité et on est spectateur de comportements détestables certes la célébrité est un choix, mais certains comportements ne sont pas justifiés. C’est ce qui fait qu’on s’attache à notre faux couple, tant grâce à l’humour que par des scènes mignonnes qui rendent cette lecture tellement douce. Et s’il vous faut encore une raison de vous le procurer, la couverture ne vous suffit-elle pas ?

The Player | K. Bromberg (#1)

Résumé :
Easton Wilder, est le lanceur vedette de la MLB. Beau, charmeur, il va et vient à son aise sur le terrain. Victime d’une blessure susceptible de mettre un terme à sa carrière, il a besoin des services du meilleur entraîneur qu’on puisse trouver. Malheureusement ce dernier envoie sa fille à sa place. Scout est bien déterminée à se montrer à la hauteur de la réputation de son père (personne ne sait que celui-ci est gravement malade et n’a plus que quelques mois à vivre). Assurer la rééducation d’Easton Wylder est pour elle la voie royale pour honorer cette promesse. Mais, ce que redoutent par dessus tout Easton et Scout, c’est de tomber amoureux. Alors quand l’étincelle se sera produite, quand les limites seront franchies, pourront-ils résister au feu de la passion ou l’un des deux voudra t-il s’en affranchir pour s’y consumer ? Le Cliffhangher, de la fin du tome 1, pousse forcément à vouloir lire le second volume.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Tout débute par une envie, ici la simple mention de son auteure a suffi à attirer mon attention. Je suis inconditionnellement sous le charme des personnages de K. Bromberg, on arrive toujours à avoir le parfait équilibre entre l’humour et les émotions tellement intenses, qu’elle pourrait me faire pleurer de compassion. Quelques chapitres et la magie opère toujours de la même manière, le monde autour s’évanouit et les mots enveloppent mon cœur, c’est toujours un magnifique voyage et cette histoire m’a surprise d’une belle manière.

Easton Wilder est le lanceur chouchou de la Major League Baseball, ses statistiques en font l’un des meilleurs lanceurs de sa génération et ce sport c’est sa vraie passion, alors lorsqu’une blessure un peu trop longue à guérir l’empêche de réintégrer son équipe, son club fait appel au meilleur préparateur qu’on puisse trouver pour l’aider à retrouver sa condition. Malheureusement, il déchante en découvrant une jeune femme qui n’est autre que sa fille et baisser sa garde va s’avérer lorsqu’on doit confier son avenir à une inconnue. Scout de son côté est prête à tout pour montrer sa valeur et pour décrocher le contrat le plus important de sa vie professionnelle.

Easton démarre au quart de tour avec une première impression pas forcément flatteuse, l’arrogant sportif qui se croit tout permis on a déjà connu et bien qu’il fasse des ravages, ce n’est pas ce que je cherchais ici. Bien que j’aie beaucoup ris, j’avais un peu peur de ce que cette première rencontre allait révéler, certes la situation est plutôt amusante, mais on se fait une fausse idée rapidement effacée. Easton est fragilisé par sa blessure et pour un sportif, il est difficile d’accorder sa confiance à quelqu’un qui pourrait briser sa carrière. Finalement, tout n’est qu’une question de confiance et ce rapport d’autorité qui va s’instaurer, est indispensable pour que les craintes disparaissent. J’ai apprécié cette vulnérabilité face à la blessure et c’est avec patience qu’un lien solide va unir nos héros. Moi-même, je me suis complètement trompé et la vérité est tellement plus belle. Une romance absolument craquante, qui se révèle bien plus émouvante qu’il n’y paraît.

Alors que notre héros est un livre ouvert, le mystère qui entoure Scout est total et cette force qu’elle renvoie à la figure de tous ceux qui s’opposent à elle, est le moteur de sa vie devenue chaotique. Un simple contrat à honoré, c’est comme ça que la jeune femme voudrait percevoir son joueur, rien ne pourra la détourner de sa promesse. Seulement, ces certitudes se craquellent face à un Easton loin d’être aussi arrogant qu’il ne le montre, les séances de rééducation vont contribuer à un rapprochement inattendu, mais sa propre histoire va continuer de la maintenir à distance et la fuite va s’avérer être sa meilleure arme, face aux premiers sentiments amoureux.

J’étais loin d’imaginer qu’avec une histoire aussi légère, les larmes manqueraient de couler face à la douleur communiquer à travers les mots d’une héroïne brisée. Après un début léger où l’humour occupe une place importante, on aborde rapidement un thème plus douloureux et j’ai ressenti toutes les souffrances comme si c’était les miennes. Contre toute attente, Easton va être un vrai rock et abandonner cette attitude de sportif séducteur pour nous prouver qu’on peut lui faire confiance dans les moments difficiles. Définitivement les sportifs ont un effet démentiel sur moi. Et cette fin absolument rageante va définitivement vous faire succomber.

La loi du silence | Tillie Cole (Hades Hangmen #5)

Résumé :
 « Quand il m’embrassa, le monde s’évanouit. Toute la douleur, tous les démons qui assombrissaient mon esprit disparurent dans un merveilleux néant, chassés par son parfum qui me consumait, éloignant les ténèbres. »
Sergent des Hades Hangmen, Xavier « AK » Deyes est hanté par ses démons. Lorsque l’occasion se présente de racheter ses erreurs passées, le jeune homme est déterminé. Il se porte volontaire pour accomplir une mission délicate : infiltrer un groupe de trafiquants afin de sauver Phebe des griffes du mystérieux Meister. AK reconnaît immédiatement en cette jeune femme qui n’a connu que souffrance depuis son enfance dans une secte sordide, une âme soeur en quête de rédemption. Ensemble, ils pourront enfin affronter les fantômes de leur passé et peut-être trouver l’amour…
Je remercie les éditions Milady pour l’envoi de ce roman.

Un cinquième opus qui parvient à se démarquer, tout en concervant les émotions qui m’avaient tant plu dans les précédents. Certains trouveront qu’on est dans la surenchère, pour ma part la magie opère toujours avec la plume de Tillie Cole et ce tome apporte une touche d’espoir qui m’a ému. La fragilité qui ressort des deux héros rend cette histoire encore plus troublante et la violence vécue fait toujours bondir mon cœur face à tant d’injustice et des croyances absolument abjectes et révoltantes. Préparez-vous à approuver de vives émotions.

Phebe a été élevé dans une religion qu’elle n’a jamais contestée, pour elle la vie qu’elle avait dans la communauté a toujours été en accord avec ses croyances. Seulement après plusieurs années à accepter sa souffrance et celle des autres, la jeune femme a commencé à remettre en cause ses convictions et bien que faible, les premiers signes de révoltes vont progressivement se déceler dans les autres tomes. Je me mets à la place de cette sœur, qui n’a jamais rien connu d’autres et participe aux croyances d’un peuple en décalage avec l’extérieur. Difficile d’oser s’émanciper quand ta seule famille est à tes côtés, pourtant à travers des gestes désintéressés ce personnage va nous montrer qu’elle est une belle âme et qu’elle aussi mérite d’être sauvée. Phebe n’aurait jamais cru ses sauveurs seraient les Hades Hangmen et AK est déterminée à la sortir de cet enfer.

Xavier « AK » Deyes est hanté par les erreurs de son passé, l’une d’elles a besoin de son aide pour s’en sortir, alors lorsque le Vice-Président envoi des hommes pour sortir la sœur de sa femme des grilles Meister, un membre du Klan, AK n’hésite pas et le sergent est prêt à tout pour récupérer cette superbe rouquine qu’il a laissée derrière lui. Immédiatement face aux démons de Phebe il ressent un écho à ses propres souffrances et alors qu’il pensait avoir laissé le passé derrière lui, il est envahi par sa propre souffrance menaçant de tout engloutir sur son passage. Venir en aide à cette superbe jeune femme c’est mettre en sourdine ses propres fantômes, tout est réuni pour se perdre corps et âme l’un dans l’autre. Et lorsque le passé ressurgit, préparez-vous au pire.

Ce tome s’éloigne un peu des pratiques du club et même si les bikers ne sont jamais bien loin, on ressent que AK n’a pas été élevé au sein du club. Les mentions de l’extérieur sont beaucoup plus présentes et j’ai apprécié découvrir le parcours de ce sniper qui à contribuer à intégrer de nouveau membres, tel que Flamme et qui malgré son passé, fait partie intégrante du trio de psychopathe. Les épreuves que nos héros ont traversées ont contribué à ceux qu’ils sont désormais et immédiatement j’ai ressenti de l’attachement pour AK qui n’a pas eu une vie facile et il est appréciable de voir la vie lui sourire un peu avec l’arrivée de Phebe à ses côtés. Les évènements s’enchainent de manière cohérente et une nouvelle intrigue semble se profiler. Sans compter que la jeunesse semble avoir beaucoup à offrir.  Il me tarde de lire le prochain tome ! Ma seule crainte réside dans le fait que les tomes sont de plus en plus durs et j’ai peur de découvrir jusqu’où nos personnages vont souffrir.

Mon avis sur Hors la loi #1 ICI
Mon avis sur Sans foi, ni loi #2 ICI
Mon avis sur La loi d’attraction #3 ICI
Mon avis sur Au-dessus des lois #4 ICI

Larmes sincères | Pepper Winters (Monster in the Dark #4)

Résumé :

« Q, je suis à toi, pas seulement dans cette vie, mais pour toujours. Je te suivrai dans le malheur, la détresse et l’adversité. Je me battrai à tes côtés car là réside notre passion. Et lorsque cette vie prendra fin, je t’attendrai dans la prochaine. Car un amour comme le nôtre est unique. Tu m’as démolie. Ravagée. Tu m’as détruite en me choisissant pour épouse. »
Q a été enlevé par ses ennemis et Tess, dévastée, est plus déterminée que jamais à sauver son âme soeur. Même si cela signifie tuer à nouveau ! Avec l’aide de Franco et des hommes de main de Q, Tess se lance à la recherche de l’homme qu’elle aime et devra sillonner l’Europe. Mais alors qu’elle touche au but, une peur grandit en elle : dans quel état va-t-elle retrouver Q ? Et si ce qu’il avait traversé l’avait changé au point qu’il ne veuille plus unir sa vie à la sienne ?
Âmes sensibles, s’abstenir !
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Assez surprise par la taille du roman, j’ai fini par faire quelques recherches et découvrir que ce dernier opus n’était en réalité qu’une nouvelle, mais assez gâté par le nombre de pages et également ravie d’aborder un tome plus basé sur les émotions de nos héros. Jusqu’ici on avait abordé à de nombreuses reprises le côté romance sombre et la pratique de nos héros étaient mise à l’honneur, ici on va s’intéresser de manière rapide aux démons non avoué de chacun et l’épilogue est plutôt réussi, qui réussi à transmettre l’angoisse de la séparation.

On retrouve nos héros là où on les avait laissé et ma situation dégénère complètement, Tess se retrouve seule avec un garde du corps mal en point et un amant introuvable, qui ne cesse de raviver la colère qu’elle a en elle. A travers six long chapitres, nous allons grâce à l’alternance des points de vue suivre nos héros dans leur quête de liberté, tous les deux animés par la rage de retrouver l’autre et d’en finir avec ceux qui essaye de les séparer. Tess prend peu à peu conscience de sa force et Q. nous montre une facette plus humaine de lui.

Ce dernier opus m’offre enfin l’aspect romantique de la relation Tess et Q, et la force de leur sentiment ne fait aucun doute. Certes leur relation est peu conventionnelle, mais  ils ont toujours assumé pleinement leur désir déviant  et finalement ce tome c’est l’occasion de montrer à leur entourage qu’ils se sont trouver dans la noirceur. Ravie de ce dernier opus qui met l’amour à l’honneur et s’attèle à montrer ses héros sous leur meilleur jour.

Une série surprenante qui m’aura rendu à la fois mal à l’aise et impatiente. Je n’ai pas forcément apprécié tous les aspects de la relation et l’obscurité occupe un place central dans l’histoire, mais les sentiments sont partagés et cette série montre une manière différente de s’épanouir. Certes la lecture du premier tome est surprenante, mais c’est surtout une histoire de désir assumé, car aucun des deux n’étaient prêt à avouer ses goûts particuliers et une fois que tout éclate au grand jour, ils sont heureux d’avoir assumer leur fantasme donc même si cette série ne plaira pas forcément à tous les amateurs de romance, on termine sur une note positive et romantique.

Retrouvez mon avis sur Larmes amères #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Larmes brûlantes #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Larmes silencieuses #3 ICI