Sang-Pur | Jennifer L. Armentrout (Covenant #2)

Résumé :
Compte tenu de son passif familial et de ce qu’elle est vouée à devenir, on attend d’Alexandria une conduite exemplaire. Entre ses entraînements supplémentaires, les cauchemars qui l’assaillent et la présence continuelle de Seth, il s’agit quasiment d’une mission impossible ! De plus, la jeune femme doit se rendre à l’évidence : sa connexion avec l’Apollyon s’intensifie chaque jour, même si cela ne change en rien ce qu’elle ressent pour Aiden, ni ce qu’il sacrifie pour elle…
Quand les démons trouvent le moyen d’infiltrer le Covenant pour attaquer des cadets, les dieux envoient des Furies en guise de protection. Bras armé de la justice divine, ces dernières sont chargées d’éliminer tout danger ou menace, sans distinction ni exception. Et il semble que quelqu’un soit déterminé à pousser Alex à la faute…
 

J’ai vraiment du mal à mettre des mots sur les émotions qui me passent par la tête lorsque je lis Covenant, j’ai désespérément envie d’apprécier autant que Lux, mais malgré le côté addictif ces deux séries sont loin de me faire éprouver la même chose. Après plusieurs mois écoulés j’ai eu vraiment du mal à replonger dans cette histoire, mes souvenirs de l’intrigue étaient faibles et ça affecte forcément mon ressenti de lecture. Au-delà de ça, je suis partagée concernant l’évolution d’un triangle amoureux et pour le coup, même si les personnages sont attachants, j’ai une sorte d’aversion pour l’un des personnages et ça affecte grandement mon jugement. Néanmoins, ce tome est excellent pour une transition, l’action y est toujours aussi addictive et surprenante.

Ce tome permet d’étoffer le caractère des personnages et Alex continue de nous embarquer avec sa fougue et ses désirs. J’apprécie sa complexité, car nous avons une héroïne qui peut parfois être réfléchie et engagée, et d’un autre côté, on retrouve l’insouciance de ses dix-ans. Plongée dans un rôle qu’elle n’avait pas choisi, la jeune femme va devoir poursuivre son destin désormais tout tracée, mais pour le coup certaines de ces décisions ne m’ont pas toujours plu. J’ai trouvé qu’elle s’obstinait à ne pas écouter les conseils qu’on lui prodiguait, ou peut-être est-ce moi qui focalise sur un personnage en m’inventant des liens avec des prophéties, mais impossible pour moi d’accepter la direction que prend ce tome du côté sentimental, je ne peux définitivement pas m’y résoudre. J’ai beaucoup de questions sur la connexion qui unit Alex à l’autre Apollyon, notamment si c’est la cause de son côté girouette dans ce tome. Les mots de l’Oracle viennent également semer le doute.

Au-delà de cette frustration, les rebondissements prennent un tournant intéressant et l’action occupe toujours une place centrale. Les attaques vont venir monter la tension d’un cran et bien qu’on ne comprenne pas toute l’étendue du plan, le danger semble se mettre doucement en place. Alex va encore une fois se retrouver au centre de l’attention malgré elle et son importance dans les évènements ne semble faire aucun doute. A l’approche de ses dix-huit, le danger n’aura jamais été aussi proche et sa combativité sera au rendez-vous. On peut compter sur notre héroïne pour prendre part au combat, quoi que cela lui en coûtera.

Jennifer L. Armentrout réussi à merveille à garder le lecteur en haleine, c’est avec beaucoup d’intensité qu’elle nous embarque dans un univers intense avec une mythologie qu’elle maîtrise à merveille. Des questions restent en suspens, mais la suite nous apportera probablement des réponses au fil des tomes. Au vu des avis plus qu’élogieux concernant le 3ème opus, je suis impatiente d’obtenir des réponses ; bien évidemment j’espère qu’on viendra à bout de ce triangle amoureux. Et que l’attente ne sera pas trop longue pour oublier l’intrigue en cours.

Mon avis sur Sang-Mêlé #1 ICI
Publicités

Warcross | Marie Lu (Warcross #1)

Résumé :
La vie est dure pour Emika, 18 ans, criblée de dettes, et qui survit comme chasseuse de primes dans les entrailles de Manhattan. Aussi, bien décidée à fuir cette réalité, la jeune femme chausse ses lunettes connectées et plonge dans l’univers fantastique du jeu en réseau le plus incroyable
jamais inventé : Warcross. Mais quand elle pirate la finale du grand tournoi de l’année, elle est repérée par l’intrigant créateur du jeu : Hideo Tanaka, un jeune et beau génie dont les fans se comptent par millions. Emika sent pourtant que les intentions d’Hideo dépassent le cadre de Warcross et pourraient bien faire vaciller la frontière fragile entre réel et virtuel…

J’ai repéré ce roman à sa sortie tant pour les retours positifs de son intrigue que par le nom son auteure réputée pour son autre série à succès. C’est ma copine Fanbooks76 qui aura mis fin à mes attentes en m’offrant ce roman pour mon anniversaire, bien évidemment avec toutes les sorties il aura fallu attendre d’être en vacances pour qu’à mon tour je puisse découvrir cette histoire. Immédiatement j’ai été très emballée lors de ma première rencontre avec notre héroïne qui est absolument incroyable et terriblement attachante.

Depuis le décès de son père, la vie n’a pas fait de cadeau à Emika et malgré la détermination de la jeune à s’en sortir les dettes vont définitivement la mettre dans une posture difficile. Contrainte de travailler comme chasseuse de primes, elle tout faire pour obtenir l’argent nécessaire, mais face à la réalité seul l’univers de Warcross peut lui faire oublier ses problèmes. Le jeu en réseau le plus convoité de sa génération, mais face à la gravité de sa situation elle va prendre une décision inconsidérée et pirater le plus grand tournoi de l’année. Immédiatement la jeune femme est repérée par le créateur du jeu. Confrontée à une proposition d’Hideo Tanaka, Emika va accepter une offre qui risque de totalement changer le monde qu’elle a toujours connu.

Dès le premier chapitre, le caractère d’Emika m’a vraiment séduite, c’est une jeune femme habituée à s’en sortir seule et confronté à sa combativité, il est difficile de ne pas craquer. J’apprécie la force qui se dégage de son personnage, sans pour autant qu’on est une héroïne robotisée, elle a sa part de vulnérabilité et c’est son moteur pour s’en sortir. Son intelligence, son habilité et sa capacité à réfléchir dans l’urgence vont la tirer de plusieurs situations, mais au vu des premiers éléments de son caractère, on a du mal à imaginer qu’elle ai pu se laisser porter par ses émotions en cédant à l’appel du piratage en pleine compétition. Bien évidemment, elle va s’en tirer comme un chef et c’est à ce moment que nous aurons une image précise de celle qu’elle est vraiment.

Je trouve qu’on aborde un sujet important, en s’intéressant à la réalité virtuelle. Bien qu’on axe pas nécessairement l’histoire sur les limites entre le réel et le virtuel, on a une vision d’ensemble de plusieurs personnages avec des passés compliqués qui s’en sortent grâce au jeu et à l’échappatoire qu’il offre. Emika va être un peu l’exception à la règle, car jusqu’ici elle n’avait jamais vraiment eu le temps de se consacrer au jeu de manière professionnelle et cette immersion va mettre en lumière ses capacités. On voit au fil des pages que ce jeu à un impact à l’échelle mondiale et progressivement l’importance qu’il prend aux yeux du public. C’est intéressant parce que cet univers tout le monde y a plus ou moins accès à différents niveaux et pourtant malgré le réseau, j’ai trouvé notre héroïne très seule par moments. J’aimerais explorer son côté sociable et j’aime à penser qu’après plusieurs années en solitaire, de belles alliances pourraient se créer et de solides amitiés pourraient voir le jour.

Notre héroïne va nous entraîner dans des révélations toutes plus captivantes les unes que les autres,  et j’ai trouvé intéressant qu’on surf à la fois dans Warcross, mais également dans un univers plus sombre le Dark World où tout est permis. Emika va redoubler d’inventivité pour infiltrer un univers où le virtuel à des aspects beaucoup plus sombres et bien évidemment, son besoin de réponses va nous entraîner dans un univers incroyablement mystérieux. Lorsque je débute une nouvelle série, j’ai tendance à être sur mes gardes pour à peu près l’ensemble des personnages sauf l’héroïne. Mon cerveau analyse les personnages, leur réaction et bien que certain moment nous offre des scènes où la tension retombe un peu, mes hypothèses se vérifient parfois. Ici des éléments sont prévisibles, mais ça n’enlève rien au mystère et ça accentue mon questionnement concernant le prochain opus.

Ce premier opus est un bon tome introductif, on saisit les subtilités de l’univers et on comprend les enjeux de ce jeu en réseaux. Quelques points auraient mérité un approfondissement, mais la suite n’exclut pas qu’on revienne dessus. Après les avis élogieux que j’ai pu lire sur Marie Lu, je suis ravie de pouvoir apprécier moi aussi la plume de cette auteure. Après la lecture de plusieurs dystopies, ravie de m’être plongée dans un roman de fantasy où le monde continue de tourner, mais où les machins ont pris une place importante. On pourrait dire, que nous sommes aux prémices d’une évolution majeure pour le monde et que la répression habituelle pourrait être à son commencement. Cette série promet des émotions fortes et une héroïne prête à tout pour ses convictions.

Le Trône de sang | S.J. Kincaid (Diabolic #2)

Résumé :
Les Diabolics, ces créatures issues d’une manipulation génétique, plus fortes, plus rapides et plus impitoyables que n’importe quel être au monde, ont été décimées.
Mais trois Diabolics sont encore vivants.
Deux sont gardés en isolement total, enchainés à vie.
Le troisième s’apprête à prendre le pouvoir.
Depuis la mort de sa maîtresse, Némésis n’a plus aucune limite.
Mais avant de devenir la future impératrice de la galaxie, Némésis doit réussir à obtenir le statut d’être humain.
Et pour cela, elle est prête à tout.
Quitte à donner sa vie.
Quitte à en prendre d’autres.
Ce roman est le second tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Après une très belle surprise pour le premier tome, lire cette suite était indispensable et comme souvent avec cette série, difficile d’anticiper les épreuves qui attendent nos héros. Malgré une légère déception sur la direction que prend l’histoire, je concède un réel talent à S.J. Kincaid, qui nous offre là un second opus absolument captivant. Je pensais avoir tout vu dans le premier opus, mais encore une fois les rebondissements et trahisons sont impossibles à anticiper et chaque évènement apporte son lot d’addictivité.

S.J. Kincaid ne va pas nous ménager et encore une fois il ne faut pas prendre peur face à cette belle brique. J’ai toujours une petite appréhension concernant les suites de séries, car souvent plusieurs mois ou années s’écoulent et ma crainte concernant Diabolic c’était d’oublier des éléments clés. Dans l’ensemble, mes souvenirs sont revenus au fur et à mesure, mais il reste quelques personnages ou passages évoqués qui sont restés flous. Globalement il est difficile de rester longtemps perdu car l’action est tellement présente qu’à chaque instant nous sommes sur nos gardes. Et les personnages vont passer par tous les stades d’émotions, sans jamais les épargner.

Aucune comparaison possible avec le tome 1, cette suite est loin d’épargner nos personnages et les chapitres ont leurs lots de complots, trahison et autres évènements inattendus. Le récit conserve Némésis comme narratrice et grâce à ses yeux et ses oreilles nous allons pouvoir avoir accès à plusieurs interactions clés. L’évolution de la Diabolic n’est pas vraiment perceptible au début et ses habitudes de protection vont la conduire dans des situations complexes mettant à mal sa confiance avec Tyrus. Pourtant, au fil des chapitres son personnage s’étoffe et celle qui est montré du doigt comme une abomination va au final se montrer plus humaine que certains personnages, mais difficile de renoncer à ce qu’on lui a enseigné et pour le coup, elle passe beaucoup de temps à n’être que spectatrice sans prise d’initiative. C’est peut-être ce qui est le plus frustrant, la voir renoncer à son côté badass et se laisser guider par Tyrus, alors qu’elle a les capacités pour prendre des risques et oser l’impensable.

Malgré un rythme soutenu de l’histoire, le milieu de l’histoire a quelques passages à vide et il aura fallu les derniers chapitres pour sentir monter l’intensité du récit et la gravité des décisions. Et cette fin est absolument dingue, jamais je n’aurais pû imaginer que l’auteure prendrait cette direction pour ses personnages et ça pose question pour la suite, car malgré une histoire originale on s’engage dans un chemin effrayant et j’ai tendance à avoir peur de ce qui m’attend, en ayant conscience que jamais l’hypothèse ne sera juste. Il y a une forme de déni face à tout ce qui s’est produit pour nos personnages et bien qu’aucun retour en arrière ne soit possible, j’ai envie de croire qu’un retournement va tout réparer. Malgré tout, il m’aura manqué les émotions du premier tome.

Retrouvez mon avis sur Diabolic #1 ICI

Larmes brûlantes | Pepper Winters (Monsters in the Dark #2)

Résumé :
« Il me caresse la joue. Cela aurait pu passer pour un geste tendre, mais avec Q, c’était toujours empreint d’une rage silencieuse. En frissonnant, je le regardai dans les yeux. Je me plongeai dans le coeur du monstre que j’avais choisi, au détriment d’un gentil garçon comme Brax. Là où Brax était le soleil, Q était le vide intersidéral. Un trou noir plein de mystères et d’univers cachés. Ai-je mis les pieds dans un monde de souffrance ? »
Tess appartient totalement à Q.
Q appartient éternellement à Tess.
Tout en cherchant à se venger des hommes qui ont vendu Tess, tous deux apprennent les limites de leur relation hors norme et ne se lassent pas des nuits aussi sensuelles qu’envoûtantes… jusqu’à ce que le malheur s’abatte une fois de plus sur Tess, mettant en péril leur folle passion et risquant de changer la jeune femme en un monstre tortionnaire. Q comprend très vite qu’il devra se sacrifier s’il veut sauver Tess d’elle-même.

Âmes sensibles, s’abstenir !

Je remercie les éditions Milady pour cet envoi.

Je me suis donné la nuit pour réfléchir aux réactions provoquées par cette lecture, et mes impressions sont toujours aussi difficiles à expliquer. On pourrait croire qu’après les évènements du tome précédent, la violence s’atténuerait un peu, mais dès les premiers chapitres le côté sombre du premier tome refait son apparition et notre couple n’a pas fini de nous étonner dans leurs explorations toujours plus intenses.

Ce tome permet de remettre les choses en place et malgré quelques scènes un peu pesantes, la culpabilité diminue considérablement de par l’apparition du consentement, ce qui est indispensable pour apprécier la construction de cette relation. J’ai déjà lu des Dark Romance et aucune ne se ressemblent, ici la souffrance est très présente et la brutalité des scènes érotiques rend difficiles la sympathique des personnages. Sans compter que le début étaient beaucoup trop basé sur les scènes de sexe et j’ai eu peur de me lasser face à leur exploration. Bien évidemment Pepper Winters continue de surprendre ses lecteurs en mettant de nouveau le malheur sur le chemin de Tess et Q. J’ai rarement vu une auteure malmener autant ses personnages et la noirceur qui s’en dégage va nous offrir un dénouement précieux et une redéfinition de la relation, qui va approfondir les sentiments.

Le tome précédent posait les bases d’une relation érotique intense et comme toutes Dark Romance qui se respecte, les sentiments amoureux sont bien souvent balayé par la souffrance et l’exploration de la douleur. Difficile de déceler les émotions liées à une romance, pourtant comme souvent le coté émotif finit toujours par faire son apparition. C’est le cas dans cette suite, la romance met du temps à voir le jour, mais les épreuves traversées va créer une nouvelle forme de relation. Certes la douleur et la souffrance est toujours présente, mais j’étais loin d’imaginer ce qui m’attendait. Encore une fois, nos héros vont affronter l’impassible et la récompense va mettre du temps à voir le jour, mais ce qui va naître de ces épreuves va consolider leur confiance et les montrer sous un jour nouveau. C’est d’ailleurs cet aspect plus humain qui les rend plus sympathiques.

On conserve une écriture addictive, mais le début enchaîne les scènes de sexe et personnellement j’ai trouvé que ça affectait le démarrage de l’intrigue et j’ai eu du mal à rentrer complètement dans l’histoire. Malgré tout, l’écriture est fluide et ça contre balance avec les répétitions, sans compter que je dois admettre qu’une fois le récit en route, on passe par un arc-en-ciel d’émotion et on souffre avec nos héros. Il est très appréciable de pouvoir avoir une alternance des points de vue, car ils subissent tous les deux à un degré différent. A toujours être dans les excès, il est parfois difficile d’apprécier tous les aspects de la personnalité de nos personnages, mais au contact de leurs vulnérabilités, on crée un lien avec les personnages et c’était à mon sens indispensable.

En bref, malgré quelques doutes, Pepper Winters réussit à attiser l’intérêt du lecteur jusqu’au dernier chapitre et pour mon plus grand plaisir l’addictivité est présente durant toute la lecture. J’émets quelques réticences concernant l’évolution future des personnages, car leurs traits de caractère sont parfois poussé à l’extrême, mais ça va de pair avec leur relation. Ils éprouvent une connexion d’une intensité difficile à décrire, mais qui accentue leur émotion et contribue à surenchérir dans les réactions. L’histoire n’est pas parfaite, mais une fois lancée dans l’histoire l’envie de poursuivre est plus forte que tout et bien évidemment il est impossible de ne pas satisfaire cette curiosité malsaine. Une bonne Dark Romance qui n’a pas fini de nous étonner.

Mon avis sur Larmes Amères #1 ICI

Passion Irrésistible | Jay Crownover (Clash #4)

Résumé :
Deux cœurs brisés. Un désir irrépressible.
Se faire discrète, presque invisible, se tenir à distance, toujours sur ses gardes… Voilà ce qu’est devenue la vie de Poppy depuis qu’elle a été trahie par l’homme qui avait juré de l’aimer et de la protéger. Alors quand Hudson Wheeler, avec ses airs de bad boy et son charisme fou, surgit dans sa vie, elle ne peut s’empêcher d’être méfiante et… excitée ? Oui, pour la première fois depuis des années, elle se sent irrésistiblement attirée. Et, face à cet homme qui ne semble plus voir qu’elle, elle sait qu’elle a un choix à faire : mettre à nouveau son cœur en danger, ou disparaître…

L’une de mes plus belles lectures doudous de cette année, vous l’aurez sans doute remarqué mais je peine à décoller dans mes lectures et les coups de cœur pour cette année n’ont pas réussi à émerger. Dès la première rencontre avec la douce et tourmentée Poppy, il était indéniable que cette superbe âme puisse trouver sa moitié. Jay Crownover a réussi à se surpasser pour cet opus et remplit ses promesses en nous offrant une histoire comme elle n’en avait jamais écrite. Dès les premières lignes tout n’est que douceur et encore une fois l’avant-propos nous touche en plein cœur. Très belle conclusion pour une série spin-off qui aura fait durer l’aventure pour le meilleur.

Quand on connaît le style de Jay Crownover, on peut facilement s’interroger sur ce qui allait nous attendre, car elle est Brut de décoffrage. Sans grande surprise cette grande auteure nous offre l’une de ses histoires les plus touchantes. On est face à deux personnages avec le cœur brisé, qui tente de remonter la pente malgré la souffrance. A commencer par Poppy qui a vécu une histoire traumatisante et qui a conservé des séquelles difficiles à surmonter, on pourrait croire que Wheeler aurait tout pour l’effrayer et pourtant entre ces deux-là c’est le début d’une confiance sans failles qui va les aider à s’en sortir. Jusqu’ici la sensibilité des personnages n’avait jamais vraiment été perceptible et ici tout fonctionne à merveille, comme une évidence.

Du côté de notre héros, nous avons un bon books boyfriend et bien évidemment notre charmant garagiste a un corps qui fait rêver, le tout avec la marque de fabrique de Jay, puisque cet apollon utilise son corps comme une œuvre d’art. J’ai apprécié qu’on ne tombe pas dans le cliché du mec tatoué effrayant, immédiatement il parvient à cerner les craintes de Poppy et c’est grâce à son côté apaisant qu’il va réussir à l’attirer à lui. Bien évidemment le chemin est long, mais Wheeler est d’une douceur qui en fera craquer plus d’une et d’un autre côté, il conserve une aura très bestiale. Bref vous l’aurez compris, tout est réuni pour succomber à cette romance craquante.

Du tout côté de l’histoire, on prend le temps de découvrir nos personnages et bien qu’on ne rabâche pas le passé amour compliqué de nos héros, les choses sont amenées subtilement. Contrairement aux autres romans de l’auteure, il était indispensable que nos héros aient le temps de s’apprivoiser pour voir débuter quelque chose de durable. Avec leurs bagages émotionnels il était inconcevable qu’ils succombent avant d’obtenir une totale confiance et je pourrais même dire qu’ils se sont trouvés de la plus belle des manières. Le rythme de l’histoire est agréable et bien sûre la superbe plus de Jay vous entraînera pour la plus belle des histoires. Addictivité garantie.

Mon avis sur Passion brûlante #1 ICI
Mon avis sur Passion coupable #2 ICI