Les Mille Visages de notre Histoire | Jennifer Niven

Résumé :
Tout le monde croit connaître Libby Groby, pourtant, personne ne s’est jamais intéressé qu’à son obésité. Elle a longtemps vécu recluse dans sa chambre, cachant son corps et ses angoisses. Cette année, sa vie peut changer : Libby s’est inscrite au lycée.
Tout le monde croit connaître Jack Masselin : étudiant rebelle, sexy… aux réactions imprévisibles. Sous son arrogance, Jack a enfoui un secret douloureux.
Une histoire d’amour rédemptrice.
Des ados justes et charismatiques et le courage de s’accepter tel que l’on est.

Ce roman m’a été offert pour mon anniversaire par ma copine fanbooks76 et elle n’aurait pas pu mieux choisir, car il était dans ma wishlist depuis sa sortie et n’étant pas encore totalement remise de ma lecture déchirante de Tous nos jours parfaits, je ne le sentais pas prête à lutter contre  cette boule au ventre, sans compter que ce roman me hante encore malgré les années. Bien que l’histoire ne soit pas aussi intense, on aborde un thème qui fait réfléchir et j’ai été séduite par la beauté du message porté par Libby et Jack et par l’histoire qui mérite d’être découverte.

Libby et Jack ont tous les deux des problèmes d’adaptation et de socialisation, mais cette année va être différente pour ces deux inconnus. D’un côté nous avons Libby sa vie a été marqué par le décès de sa maman quand elle était enfant et cette perte a précipité un évènement qui a bien failli tourner au drame il y a plusieurs années. Aujourd’hui, les choses vont prendre une direction différente puisque pour la jeune fille fait son grand retour au lycée. J’ai apprécié découvrir une héroïne touchante et en même temps j’ai regretté qu’elle soit identifiée non pas pour sa personnalité pour son surpoids. Son combat n’a pas été simple, mais Libby est équilibrée et on ne décèle pas de grande fragilité, malgré certain propos difficile. Sa combativité est un trait attachant qui nous pousse à en savoir plus sur elle. Beaucoup se font une idée de la personne qu’elle est, mais personne ne sait réellement ce qu’elle a vécue, elle va pouvoir compter sur sa force de caractère et un humour touchant pour sortir la tête haute de personnalité malveillante. Et c’est avec joie que je l’ai vu s’épanouir au contact d’amis sincères.

D’un autre côté nous avons le très secret Jack, c’est un personnage qui m’a touché dans son combat. J’ai apprécié le contraste du jeune homme connu de tous dans le lycée et qui pourtant conserve un énorme secret qui est pourtant difficile à dissimuler. Certaines de ses décisions ne sont pas forcément des plus intelligentes, mais je peux comprendre qu’il soit difficile d’aller contre l’avis général au risque de perdre beaucoup et dans le cas de Jack sa position sociale au sein du lycée est déterminante s’il veut garder son secret. Je suis quand même assez surprise qu’on sache dès le premier chapitre ce que personne ne sait, mais ça m’a laissé un sentiment de trouble comme déstabilisé par la situation et triste pour lui d’être dans cette position sans d’autres recours que de faire semblant.

Jennifer Niven réussi sans mal à mettre l’accent sur les émotions et bien que ce roman ne m’ait pas brouillé le cœur en mille morceaux, il est difficile de rester insensible aux thèmes évoqués. On décèle la fragilité de nos héros c’est ce qui va précipiter ce lien entre eux, malgré la situation qui ne favorise pas forcément un rapprochement, Jack va pouvoir compter sur Libby. On aborde des thèmes tels que l’acceptation de soi, les premières amitiés et c’est avec beaucoup d’empathie qu’on voit nos héros s’ouvrir doucement l’un à l’autre et faire le deuil de ceux qu’ils étaient avant. Une lecture qui apprend à voir au delà des apparences et qui véhicule un très beau message.

Publicités

Pure | Scarlett Cole (Sous ta peau #3)

Résumé :
Il y a des années que Pixie a tiré un trait sur son passé et tous les mauvais souvenirs qui s’y rattachent. Avec un nouveau nom, une nouvelle vie, et une nouvelle famille au studio Second Circle, elle a réussi à se reconstruire et rêve désormais de lancer sa propre affaire.
Mais sa rencontre avec Dred, chanteur et guitariste du groupe de rock Preload, vient jeter le trouble sur cette existence tranquille. Car Dred résiste difficilement au charme particulier de Pixie, avec ses cheveux violets et ses tatouages exotiques autour des bras… Et il sait très bien qu’elle ne lui est pas non plus indifférente, même si elle s’est promis de ne pas s’engager dans une relation.
Si seulement le passé ne menaçait pas de ressurgir… Victimes de chantage, Dred et Pixie vont devoir affronter leurs démons et se battre pour protéger ce qui compte vraiment.

Un troisième opus qui se sera fait désirer et cette lecture aura nécessité quelques ajustements dans l’identité des personnages. La seule chose dont j’étais certaine, c’était mes souvenirs du coup de cœur que j’avais eux pour cette petite jeune femme. De mémoire, le second tome n’avait pas été aussi exaltant que les premiers opus, notamment car l’envie de découvrir Pixie s’était faite très présente. Le duo nous offre une belle romance dosant parfaitement la douceur et l’intensité. Je suis ravie de ce moment de lecture et les voir se confronter à leur passé difficile.

Le mystère qui entoure Pixie se lève enfin, après un aperçu plutôt envoûtant je voulais pouvoir mettre des mots sur son histoire et j’étais loin d’imaginer que les mauvais souvenirs soient aussi touchants. Il y a sept ans Pixie a décidé de prendre un nouveau départ et même si ces années n’ont pas été de tout repos, c’est une véritable famille qu’elle a trouvé et sur qui elle peut compter. Le studio Second Circle lui a permis de s’en sortir et aujourd’hui elle se sent prête à lancer sa propre affaire dans un univers différent, mais où l’artistique est toujours présent.

Sa rencontre avec Dred, membre du groupe Preload, va venir troubler sa tranquillité, le jeune homme va redoubler d’inventivité pour charmer Pixie et bien que la jeune femme tente de garder ses distances en refusant systématiquement tout rapprochement, il est évident qu’elle n’est pas insensible à son charme. On rentre dans une phase de séduction que j’aime particulièrement où nos héros se tourne autour en toute innocence et lorsque enfin la magie opère, mon petit cœur était totalement sous le charme. Ils ont une manière émouvante de s’accrocher mutuellement leur confiance et même si le passé vient se mêler de leur histoire, il est évident qu’ils sont faits l’un pour l’autre malgré les réticences de la jeune femme à s’engager avec lui.

On mêle plusieurs thèmes que j’affectionne particulièrement, le milieu du tatouage, les musiciens et les passés tourmentés qui ont laissé des séquelles, voire de gros traumatismes. C’est le cas de nos héros, à un degré différent, alors que Dred a réussi à s’en sortir, il va être confronté à son passé d’une manière qu’il n’était pas prêt à affronter, mais celle qui m’a le plus touché dans son combat, c’est Pixie. On est face à un réel sentiment d’insécurité et même s’il y a du chemin parcouru, certains souvenirs sont impossibles à affronter. Je me sens toujours un peu mal à l’aise d’apprécier ce genre d’histoire, mais le moment où notre héroïne affronte enfin son passé, ça n’a pas de prix.

La narration étant à la troisième personne, j’ai habituellement du mal à accrocher et pour le coup, la fluidité du récit montre la qualité de la plume de l’auteure, qui réussit à nous tenir en haleine jusqu’au dernier chapitre. Sans compter cette manière d’aborder deux relations amicales, c’est avec beaucoup d’émotions que j’ai découvert ce lien qui unissait tant les membres de Preload, que cet instinct de protection qu’on Trent et Cujo envers Pixie. En écrivant cette chronique, je n’ai pas encore découvert sur qui va porter le quatrième opus, mais je suis impatiente.

Mon avis sur Strong #1 ICI
Mon avis sur Broken #2 ICI

Autoboyographie | Christina Lauren

Résumé :
Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible).
C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée.
Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…
Merci Hugo New Way pour ce sublime envoi.

Une histoire d’amour bouleversante qui m’a fait passer par un arc-en-ciel d’émotions. Ce roman c’est tout ce que je recherche dans la collection New Way, un sujet actuel qui sensibilise, des émotions décuplées qui secouent les lecteurs et bien évidemment des personnages envoûtants qui s’aiment d’un amour indescriptible. Je lis très peu de romance LGBT, notamment car bien souvent lorsque je lis une romance j’aime imaginer que la jeune fille qui tombe amoureuse c’est moi et que le jeune homme qui sourit c’est mon futur mari, seulement dans une romance homosexuelle, malgré tout le plaisir que je prends j’ai toujours du mal à me projeter dans la romance, non pas qu’il faille une cible, mais ma sensibilité n’est pas la même et c’est un ressenti personnel difficile à expliquer.

Ce roman j’en ai entendu énormément parlé lorsqu’il est sorti en V.O. et ma curiosité a rapidement été piquée, seulement comme je l’indiquait plus haut mes rares immersions étaient belles, mais pas inoubliables pourtant deux facteurs ont été déterminants concernant cette lecture. La première c’est le duo d’auteurs Christina Lauren, jusqu’ici mes découvertes en young adult n’avaient pas laissé de bons souvenirs, mais je souhaitais les découvrir dans un registre moins érotique alors quand l’une de mes collections fétiches a décidé de publier ce roman, mon hésitation n’a duré que quelques instants et j’avoue avoir profité d’un partenariat avec la maison d’édition pour découvrir un roman que je n’aurais pas forcément acheté dès le jour de sa sortie. Le résultat est un succès, dès les premiers chapitres je me suis laissé porter par cette sublime histoire qui m’a touché par bien des aspects.

Tanner Scott n’a jamais eu à cacher sa sexualité et sa famille a toujours accepté que leur fils s’exprime en accord avec lui-même, sans aucune honte. Pourtant lorsqu’il quitte la Californie pour l’État de l’Utah, la discrétion semble être une évidence et bien qu’il soit difficile pour lui d’avoir le sentiment de se cacher, après deux sans dans cette nouvelle maison, sa routine semble plutôt bien rodée. Après un défi lancé par Autumn sa meilleure amie, Tanner intègre le prestigieux Séminaire de Provo High, l’objectif étant de rédiger un roman en quatre mois. D’abord plutôt désinvolte, le jeune homme va devoir ajouter le facteur émotionnel, puisqu’au premier regard, il tombe immédiatement sous le charme de l’assistant de son professeur Sebastian Brother.

Ce roman se déroule dans l’État de l’Utah où les mormons font partie du décor et sont même parfois majoritaires. Comme toute communauté religieuse, la religion est maître de toutes leurs décisions et c’est parfois avec une certaine surprise que j’ai découvert certaines de leurs règles. Je ne sais pas si tout est véridique, où si certains aspects de leur croyance sont romancés, mais l’acceptation ne semble pas faire partie de leurs règles. Tanner a toujours eu connaissance des mormons, mais ses connaissances n’ont toujours été que flous. Seulement, malgré le soutien de ses parents, les mormons ne semblent pas attirer leur faveur et pour protéger leur fils, on va découvrir qu’ils sont prêts à durcir les règles et Tanner va devoir surmonter les obstacles qui vont se dresser devant lui.

La complexité de cette relation est lié à Sebastian, malgré l’acceptation de ses sentiments il est difficile d’aller contre des valeurs qu’on lui enseigne depuis toujours. C’est déchirant de le voir affronter cette situation sans réel soutien, car à l’inverse de Tanner, Sebastian ne pourra pas être soutenu par sa famille, étant le fils d’un évêque il a le devoir de respecter la volonté de Dieu et l’homosexualité ne fait pas partie des choses « acceptables ». Cette romance c’est bien plus qu’une simple attirance entre deux hommes, on est face à des barrières morales où nos personnages vont devoir découvrir qui ils sont réellement et cette recherche d’identité va passer à travers un premier amour à la fois sublime et dévastateur. Une romance bouleversante qui ne laissera personne indifférent.

Le Prince Déchu | Erin Watt (Les Héritiers #4)

Résumé :
Easton Royal a tout pour lui : la beauté physique, l’argent, l’intelligence. Son but dans la vie, c’est de s’amuser autant que possible. Il ne pense jamais aux conséquences de ses actes.
Mais quand Hartley Wright fait son apparition, elle bouscule la vie tranquille d’Easton. Malgré le fait qu’elle soit très attirée par Easton, elle est celle qui lui dira non. Easton ne la comprend pas et, forcément, il n’en est que plus attiré.
Hartley veut qu’il grandisse et, en attendant elle ne veut pas de lui.
Elle a probablement raison. Rivalité. Règles. Regrets. Pour la première fois dans la vie d’Easton, être un Royal ne suffit pas. Il est sur le point d’apprendre que plus on part de haut, plus dur est la chute.
Merci Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Une lecture toujours aussi fluide, les pages se tournent réelle difficulté et même si j’aurais apprécié une intrigue un peu moins classique, l’histoire à de bons côtés. Depuis ma découverte de cette série et mon presque coup de cœur pour le premier opus, j’espère toujours éprouver cette petite étincelle qui s’éteint progressivement. Easton est un personnage intrigant qui m’avait tapé dans l’oeil dans les précédents tomes et même si, j’avais moins d’attente pour ce tome, il demeure une petite part de déception, car l’intrigue peine à décoller.

Easton Royal est un aimant à conquête, il est beau, riche et intelligent, pourtant il n’a aucune réelle motivation dans la vie et il prend tout à la rigolade. Son seul mantra c’est profiter et s’amuser, sans jamais penser aux conséquences de ses actes. Alors qu’il commet une énième erreur sans se préoccuper de ce que cela peut entraîner, son chemin croise Hartley Wright, qui ne cache pas son mépris et son désintérêt pour le jeune homme, pourtant conscient qu’elle n’est pas indifférente à son charme, la jeune femme souhaite simplement que sa vie reste sur les rails et Easton est la représentation même des ennuis. Confronté pour la première fois à un refus, le jeune homme va mener une campagne de séduction, car il veut comprendre ce refus et y remédier.

Après le ténébreux Reed Royal, on change de registre, même si le côté homme torturé est encore une fois valable. J’ai été frappé par la différence de caractère, Easton est un personnage qui m’a frappé par son immaturité. Étant dans une spirale d’auto-destruction, le jeune homme va prendre une série de mauvaises décisions et bien évidemment, tout acte à des conséquences, sauf que bien souvent les dégâts ne le concernant pas seulement, il entraîne régulièrement les autres dans ses ennuis et sa rencontre avec Hartley va avoir le mérite de le pousser à se remettre en questions, même si il a de gros problèmes qui ne vont pas se résoudre aussi facilement. J’étais très emballée par son histoire et même s’il a un bon fond, il ce côté égoïste qui le rend parfois difficile à supporter.

Du côté de Hartley, il y a cette opposition entre le côté fragile et cette combativité qui la pousse à tenir Easton à distance. Même si on ne comprend pas toujours ses réactions, elle instaure des règles qui vont apprendre à cadrer Easton et bien que la romance n’en soit qu’à ses prémices, la relation qui se tisse entre nos héros à quelques aspects touchants qui n’ont malheureusement pas été poussé. La jeune femme a ses propres problèmes et rapidement le mystère qui entoure ses réactions va s’épaissir, car les premiers indices sont difficiles à assembler. Ses réactions sont parfois un peu disproportionné, mais j’ai apprécié son combat personnel.

Encore une fois la fin garde son lectorat prisonnier avec des questions plein la tête. J’ai retrouvé des similitudes avec les précédents tomes, ils sont construits sur la même base et même si, j’ai eu plus de mal à m’attacher aux personnes Easton est un personnage qui a montré qu’il avait des problèmes et on s’inquiète facilement pour lui lorsque la situation se complique. J’espère simplement, que la suite va être un peu plus entraînante, car l’histoire a eu plus de mal à prendre et au vu des évènements énoncés à la fin, cette suite pourrait être surprenante. Une lecture agréable qui malgré quelques défauts, réussie à susciter l’envie de lire le final.

Mon avis sur La Princesse de Papier #1 ICI
Mon avis sur Le Prince Brisé #2 ICI
Mon avis sur La Prison Dorée #3 ICI

Ellie | Emma Chase (Il était une fois #3)

Résumé :
Depuis que le prince Nicholas est entré dans la vie de sa soeur Olivia, l’existence d’Ellie a basculé dans un conte de fées moderne. En dehors des paillettes et des robes de princesse, la jeune New-Yorkaise a notamment fait la connaissance du sulfureux et sexy Logan, son garde du corps attitré.
Pendant des années, Ellie a eu le béguin pour Logan, mais elle a toujours pensé que l’attention qu’il lui portait faisait partie de son travail de protection raprochée.
Lorsque la reine de Wessco encourage Ellie à suivre les pas de sa soeur et à trouver un bon mari – au moins un duc ou un marquis… Ellie se rend compte que son attirance pour Logan est de plus en plus forte et irrépressible.
Logan vient d’une famille de hors-la-loi, mais il recouvre ses tatouages et ses cicatrices avec un costume respectable. Il est beau, loyal et sexy. Et n’importe quelle femme serait fière de le présenter à sa famille… mais il n’a d’yeux que pour une seule… Pendant des années il a protégé Ellie et il donnerait sa vie pour elle, mais leur amour semble impossible. Car tout le monde connaît les règles des gardes du corps : ne la quitte pas des yeux, reste toujours sur tes gardes, et ne tombe jamais amoureux.
Merci Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Difficile de passer après l’excellence du tome consacré à Henry, mais une fois les premières appréhensions passées le conte de fées fonctionne parfaitement. J’étais curieuse de découvrir la manière dont cette romance serait abordé, car on s’éloigne du protocole et même si les Princes ne sont jamais bien loin, nos deux personnages sont issues d’un milieu assez similaire. Nos héros vont prendre le temps avant d’oser franchir le cap et derrière chaque œillade, se cache un désir grandissant qui ne va cesser de se consolider jusqu’au point de non retour.

Ellie est une jeune femme qu’on découvre dès le premier opus étant la sœur de celle qui fréquente le Prince Nicholas, elle est un dommage collatéral de cette relation aussi belle qu’inattendue, alors afin de préserver sa sécurité et son quotidien, elle va se voir allouer les services de garde du corps. Immédiatement, Ellie va se faire à la situation et apprécier cette attention que lui accorde Logan, son garde du corps. Dès les premiers instants, elle va ressentir une attirance, mais elle va réaliser que son jeune âge va freiner ses chances. Alors pendant des années en secret, elle va voir accroire son petit béguin de lycéenne, en un amour  la fois inaccessible et pourtant solide.

Ce tome se déroule sur la durée et le début, et même si on comprend l’intérêt, on a tendance à survoler certains passages, j’ai parfois eux du mal à totalement m’attacher aux personnages, car on passe beaucoup de temps à être spectateur d’instant clé des autres tomes et j’avais l’impression de passer à côté de l’histoire d’Ellie, puis l’histoire a fini par se stabiliser et nous embarquer sur Wessco où la banale New-Yorkaise va prendre conscience qu’elle occupe un rôle parmi la famille royale. Il est souvent question de position, comme si on insinuait que chacun doit savoir où est sa place et que le personnel ne fait pas partie des choix acceptables pour faire partie de cette famille. Bien évidemment la Reine va continuer de faire des siennes avec son désir de sauver les apparences.

Malgré ses doutes, Logan est une belle personne qui n’a pas eu la chance de grandir dans une famille respectable, pourtant derrière le garde se cache un homme loyal et son métier le rempli de fierté. Il avait pour mission de protéger Ellie et ce qui n’était qu’un travail va rapidement devenir plus personnel, il n’a qu’à croiser le regard de cette jeune femme pour vouloir tellement plus. Malgré son côté mâle Alpha, Logan sait qu’il doit rester à sa place et il va se faire un devoir de protéger Ellie pendant plusieurs années, sans jamais rien espérer d’autres. Après je ne vous cache pas que j’aurais apprécié un rapprochement plus tôt, mais ça colle avec le développement de l’histoire et c’est cohérente. Tout arrive pour une raison et malgré les différences, les âmes sœurs se retrouvent toujours.

Un conte de fées moderne qui en fera chavirer plus d’un, certes Logan n’a pas de couronne, mais son royaume n’a rien à envoyer à celui des frères Pembrook. J’ai une préférence pour la deuxième partie de l’histoire, qui m’a donné plus l’impression qu’Ellie était actrice et non spectatrice, mais dans son ensemble ce récit fonctionne. C’est drôle, romantique, touchant et encore une fois Emma Chase signe une romance comme on les aime.

Mon avis sur Nicholas #1 ICI
Mon avis sur Henry #2 ICI