Private Lesson | Samanthe Beck

Une collection que j’apprécie particulièrement, à l’annonce de la sortie de ce roman j’étais ravie de pouvoir découvrir une nouvelle auteure. J’ai rapidement été conquise par le résumé, alors je remercie ma copine du blog Fanbooks76, qui me l’a offert et qui a bien cerné mes envies.

Ellie a toujours été une enfant discrète qui rêvait d’une vie meilleure, aujourd’hui c’est une femme diplômée en médecine fière de son parcours. Afin de se rapprocher de son père, Ellie décide d’ouvrir un cabinet dans sa ville natale et qu’elle n’est pas sa surprise, lorsqu’elle découvre que son béguin d’adolescente Roger Reynolds est désormais célibataire. Selon les rumeurs qui circulent, ses goûts particuliers avec les femmes sont à l’origine de sa récente rupture, afin de pouvoir prétendre à cette place qu’elle convoite, Ellie va s’adresser au bad boy Tyler dont la réputation n’est plus à faire en ville et ce depuis son adolescence. Quelques leçons particulières pour améliorer son expérience et elle lui rendra service à son tour.

L’idée de base m’a immédiatement séduite, l’idée du bad boy qui apprend à la petite intello à se décoincer ce n’est pas très original, mais ça promettait quelques scènes drôles et sensuels. Seulement une fois au cœur de l’histoire j’ai trouvé que ça manquait de profondeur, on rentre immédiatement dans le vif du sujet et les héros ne prennent pas le temps de nous montrer leur complicité. Ellie rend les choses trop mécaniques et ça m’a empêché d’éprouver des émotions, car son fichu bouquin enlève toute spontanéité à leur relation. Tyler va tenter de prendre les commandes, mais la demoiselle va instaurer ses propres règles.

De manière objective, l’histoire n’est pas mauvaise et la plume de l’auteur m’a beaucoup plu, je l’ai d’ailleurs lu en quelques heures seulement. Je pense que mon manque d’empathie est lié à la narration à la troisième personne, je me suis senti exclu de l’histoire et si on retire les scènes de sexe, l’intrigue est quasiment inexistante. Tout tourne autour de ces leçons, on s’intéresse à peine à ce qui se passe autour et même si on évoque beaucoup les choses, l’action n’est pas assez émouvante pour me retourner le cœur. C’est une histoire agréable et mignonne, mais j’aurais probablement oublié cette romance assez vite.

Nos cœurs en désaccord | Krystal Sutherland

Je viens de terminer ma lecture et je ne vous cache pas que ce roman n’est pas du tout comme je l’imaginais. Je dirais que le point fort de cette histoire c’est son originalité, le résumé paraît banal et j’étais loin d’imaginer la direction qu’allait prendre le récit. Alors oui, il y a un fond de vérité dans la morale et justement c’est peut-être ça qui est le plus dérangeant. Le début du roman démarre de manière classique et le personnage principal est assez touchant dans sa manière de voir la vie, mais en tournant les pages j’ai commencé à me sentir un peu mal à l’aise de ma lecture et l’héroïne ne fait rien pour arranger ce sentiment, malgré qu’un lourd passé soit mis en cause, son comportement est déstabilisant.

Et pourtant le premier chapitre donne le ton, cette simple phrase résume très bien ce qui vous attend « Donc ceci n’est certainement pas l’histoire d’un coup de foudre. Mais c’est belle et bien une histoire d’amour. Enfin. Si on veut. » Henry est un jeune homme qui rêve de rencontrer un amour aussi inconditionnel que ses parents. Étudiant modèle il est loin de se préoccuper des amours d’adolescents de ses camarades pourtant l’arrivée d’une nouvelle élève Grace, va tout changer. Au premier abord la jeune femme n’a rien d’engageant : propreté douteuse, des vêtements de garçon trois fois trop grands et une canne pour l’aider à garder l’équilibre quand sa jambe flanche et un caractère effacé et sombre.

On pourrait croire qu’il s’agit d’une banale première histoire d’amour, mais le thème est beaucoup plus profond. Dans un récit rempli d’humour et heureusement que les deux meilleurs amis étaient là, j’ai adoré leur complicité, notamment Lola, qui va tenter d’aider Henry à comprendre cette jeune femme brisée qui semble inaccessible. J’ai beaucoup aimé le personnage de Henry, il est parfois maladroit mais il est sincèrement touchant dans sa démarche et sa difficulté à exprimer ses sentiments ne l’empêche pas de se dépasser. Je ne suis pas une grande fan de Grace, il y a une part de curiosité, mais plus les semaines passent et moins j’ai apprécié son attitude, elle est en détresse et comme Henry on veut l’aider à s’en sortir, mais je suis loin d’accepter les choix qu’elle fait et sa manière de gérer la situation m’a mise mal à l’aise, l’auteur n’hésite pas à mettre quelques touches d’humour, indispensable pour alléger le cœur.

Peut-être que ma perception aurait été différente si elle avait été narratrice de cette histoire, mais les dégâts sont bien réels et même s’il y a une grande part de vérité dans la morale de cette histoire Grace m’a déçue à souffler le chaud et le froid, alors même qu’ils n’étaient qu’amis. Néanmoins l’écriture de l’auteur est entraînante et m’a permis de ressentir de vraies émotions, J’aimerais beaucoup la découvrir la plume Krystal Sutherland dans un autre roman pour voir si elle aborde son récit avec autant de justesse.

Bastard | J.L. Perry (Bastard #1)

Je m’attendais à une lecture banale et au final l’histoire commence de manière classique qui au fil des pages va nous offrir de belles émotions. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un coup de cœur, notamment car la première partie ne m’a pas autant touché que je m’y attendais. Le héros à son petit caractère et il entend bien garder le contrôle, sa manière de réagir est parfois un peu exagérée et j’ai eu tendance à ne pas toujours apprécier son caractère démesuré, mais au gré des évènements il va devenir un homme touchant.

Carter n’a jamais voulu s’installer dans ce quartier huppé, mais pour faire plaisir à sa mère et jusqu’à atteindre l’âge légal, le jeune homme va venir s’installer pour le meilleur et pour le pire à côté de chez Indiana. Leur premier échange annonce la couleur et on ne peut pas dire que le courant passe entre les deux jeunes gens, pourtant malgré les piques une attirance qu’ils ont du mal à expliquer va doucement venir troubler leur relation conflictuelle. Indiana est aussi douce que Carter est rebelle, convaincu qu’il cache une belle personne sous toutes les barrières qu’il a érigées, elle va tout faire pour qu’il s’ouvre et adepte enfin qu’il n’est pas un simple « Bâtard », comme il semble s’en convaincre.

J’ai lu beaucoup de très bons avis sur cette histoire et comme je suis faible, j’ai craqué quelques semaines après sa sortie. J’ai tenté de rester éloignée de l’intrigue, alors c’est avec surprise que j’ai découvert que l’histoire se découpe en deux parties. Au cours de ma lecture, j’ai été frappée par l’évolution des personnages, bien que le côté rebelle de Carter soit toujours présent, il est intéressant de voir le chemin parcouru. Une simple phrase lorsqu’il était enfant, a conditionné une bonne partie des décisions de sa vie et pendant l’autre moitié, c’est les paroles d’Indiana qui vont marquer les pensées du jeune homme. Il faut dire que la justesse de ses paroles, alors qu’elle est si jeune est assez touchante.

La première partie du roman est assez plate et même s’il y a une relation haine/amour, on ne peut pas dire que ce soit très flagrant. Tout se déroule assez lentement et l’auteur pose les bases de son histoire. On pourrait dire que Carter m’a fait forte impression, mais ce n’est pas forcément flatteur, cette manière qu’il a de se mettre en avant et cet égo assez surdimensionné m’ont un peu tapé sur les nerfs, puis à force de persuasion, Indiana va réussir à le faire baisser ses barrières et même s’il aime s’amuser à se vanter, il n’est pas aussi exécrable qu’il n’y paraît, mais l’étendue de son potentiel va éclater dans la deuxième partie du roman, où il va nous offrir toute l’ampleur de son charme. C’est vrai que l’histoire est assez prévisible, mais il y a un bon couple de héros et l’histoire est touchante. Une belle romance, qu’il vous faut découvrir.

Un palais d’Épines et de Roses | Sarah J. Maas (A Court of Thorns and Roses #1)

Ce roman fait partie de l’une de mes récentes obsessions, vous savez ce moment où vous voyez un roman partout et qu’il commence à susciter votre intérêt, un simple avis exalté de Morgane de Livres a suffi à me faire basculer du côté obscur. Ni une, ni deux je me suis offert cette petite merveille et bien que je ne lise plus tellement de Fantasy, j’ai tout de suite reconnu un univers qui avait tout pour me plaire.

Après avoir perdu leur fortune, Feyre et sa famille vivent dans une petite chaumière, malgré des conditions de vie difficile, la jeune femme de dix-neuf ans réussit à nourrir sa famille du mieux qu’elle peut. Après quelques semaines difficiles, elle est bien décidée à ne pas rentrer les mains vides, alors lorsqu’un gibier pouvant lui permettre de tenir quelque temps fait son apparition cela est inespéré. Lorsqu’un loup fait son apparition, la jeune femme décide de le tuer pour ne pas risquer qu’il emporte son butin. Voulant simplement nourrir sa famille, la jeune femme ne va comprendre que bien trop tard que ce qu’elle pensait n’être qu’un loup est en réalité un Fae. Lorsqu’un immortel se présente à sa porte, il exige réparation et Feyre est contrainte de quitter sa famille pour Prythian, le royaume des immortels.

Une fois arrivée sur place, elle va constater que sa prison n’a rien d’un cachot et cette bête monstrueuse qui est venue la chercher, un Grand Seigneur Fae qui lui ouvre les portes d’un magnifique palais. D’abord réticente à baisser sa garde, la jeune femme va se rendre compte que Tamlin son geôlier n’est pas aussi effrayant et malgré ses maladresses, il va s’avérer être un hôte séduisant. Contrainte de côtoyer un univers qui n’est pas le sien, Feyre va pourtant réaliser que le royaume des immortels n’est pas à la l’abri du danger et craignant que le mystérieux mal qui ronge le royaume infeste celui des humains, elle va tenter de comprendre ce qui est arrivé aux habitants du royaume et pourquoi ils portent tous un masque.

Je n’avais pas réalisé qu’il s’agissait d’une réécriture du conte La Belle et la Bête, alors en voyant quelques similitudes j’ai été ravie. Je n’aurais pas pu trouver meilleur moment pour lire ce roman. Sarah J. Maas a bien évidemment pris la liberté de s’éloigner du conte et  résultat est vraiment excellent, on ressent l’implication de sa plume et rapidement Temlin a commencé à se montrer un personnage masculin intrigant, romantique et malicieux. D’ailleurs pendant la première partie du roman, j’ai été touché des efforts qu’il fournissait pour approcher Feyre. Il faut dire que la jeune femme est fougueuse et n’entends pas rester prisonnière. Sans grande surprise une romance va naître entre ces deux êtres qui n’ont rien en commun et tout va basculer dans la deuxième partie, le récit va devenir plus sombre et ce qui semblait n’être qu’un roman jeunesse va gagner en maturité, et s’orienter sur une histoire beaucoup plus adulte.

Et justement voyant les difficultés qui s’annonçaient pour Feyre, j’ai gardé en tête le conte de La Belle et la Bête pour rapidement abandonner mes hypothèses. Il faut dire que l’auteur montre l’étendu de son talent et s’éloignant complètement de tout ce qu’on aurait pu imaginer et la jeune femme va conserver sa force, mener ses combats comme une championne et montrer tout l’amour qu’elle porte dans son cœur. C’est là que le prince charmant va un peu dégringoler de son piédestal pour moi, certes il est beau, tendre et fort, mais son manque de charisme est flagrant. Je n’ai pas tout de suite compris mon changement d’attitude vis-à-vis de Temlin, mais l’image passive qu’il renvoie alors que Feyre donne tout et bien ça m’a clairement freiné dans mon élan d’amour pour ce personnage, car la déception c’est fatal pour un héros. Pourtant, il s’est passé un truc quand un personnage à fait son apparition et malgré l’inexplicable, j’ai le sentiment qu’il sera crucial pour la suite des évènements et qu’il pourrait bien me réconcilier avec la romance.

Je suis passé par un arc-en-ciel d’émotion et j’en ai bavé avec Feyre, pour au final être surprise par certain personnage. Curieuse de voir où la suite allait nous mener, j’ai été surveiller quelques avis.  J’ai pu constater que les avis sont encore meilleurs que celui-ci donc j’ai bon espoir d’être toujours autant sous le charme de l’univers et pour mon plus grand plaisir, certains rebondissements semblent aller dans mon sens. Du coup, La Martinière, pitié entendez ma prière et ne me faite pas attendre plusieurs années avant de pouvoir baver comme les copinautes. Je veux simplement replonger dans cet univers riche et savourer les sentiments qui ne me lâchent plus depuis que j’ai refermé ce magnifique roman.

Notes Noires | Pam Godwin

J’ai été très heureuse de l’annonce de la sortie de ce roman érotique et dès qu’il est sortie les premiers avis ont été plutôt encourageants donc je n’ai pas hésité une seconde avant de me le procurer. Dès qu’il a rejoint ma bibliothèque, je n’avais qu’une envie me jeter sur cette romance érotique, il faut dire que j’apprécie particulièrement ce genre et ça faisait longtemps que je n’avais pas eu l’occasion de me replonger dans une histoire aussi sensuelle. Le problème c’est qu’au moment où j’allais me lancer, j’ai eu la désagréable surprise d’apprendre qu’il y avait une erreur d’impression donc j’ai au moins eu la chance d’éviter la frustration ultime en commençant cette histoire sans pouvoir obtenir la fin.

Ivory Westbrook, est une jeune femme de dix-sept ans qui a de l’or au bout des doigts et grâce à son défunt père, elle a eu la chance d’intégrer une prestigieuse École de Musique. Cependant ses difficultés financières la place dans une position compliquée, notamment auprès des autres élèves, mais également une certaine rancœur auprès de la direction de l’établissement qui ne voit pas d’un bon œil, que sa meilleure élève soit issue d’un milieu aussi pauvre. Cette dernière année de terminale sera l’occasion pour elle de donner tout ce qu’elle a pour sa passion et malgré l’absence de sa meilleure alliée elle est déterminée à intégrer l’une des meilleures écoles de New York, afin d’être la meilleure parmi les meilleurs.

Ses plans vont être quelque peut chambouler, avec le remplacement de son mentor. Émeric Marceaux est issu d’une famille de privilégiés et après un scandale, se retrouver enseignant dans une école aussi prestigieuse est pour lui une chance. Ce virtuose du piano, va s’avérer être un professeur, autoritaire, directif et intraitable sur la qualité de ses élèves. Sa beauté fait également de lui l’un des professeurs les plus attirants et son jeune âge, ne fait qu’envoûter ses élèves. Il était déterminé à se consacrer à sa passion pour l’enseignement et ses certitudes vont vaciller quand son regard va croiser celui d’Ivory. Elle n’a rien à voir avec ses camarades et malgré l’interdit, ils vont tous les deux éprouver une attirance indescriptible.

Je dois dire qu’immédiatement l’intrigue a su attirer mon attention, l’auteur a fait le choix de mettre des bâtons dans les roues de nos héros dès le début. La relation élèves/professeurs accentue le côté interdit, mais c’est surtout l’environnement dans lequel évolue Ivory qui va être le plus gros obstacle. Je dois admettre que son parcours est un peu cliché et elle a eu une vie vraiment difficile, qui aurait pu la détruire et pourtant elle va tirer une force incroyable de ses épreuves. Malgré l’attirance physique, Ivory va conserver une distance avec son professeur et c’est tout à fait normal. Pourtant, même si elle baisse sa garde un peu rapidement face à l’alchimie, je n’ai pas pu m’empêcher d’être sous le charme de la relation.

Émeric est le dominateur par excellence, ont voit bien qu’il a l’habitude d’obtenir ce qu’il veut. Pourtant, malgré sa carapace d’homme autoritaire, c’est un homme blessé et il a conscience qu’une relation avec son élève est tout ce qu’il doit éviter. L’attirance va exercer une très forte emprise sur le jeune homme, mais c’est principalement son côté protecteur qui va prendre le dessus. Difficile de rester insensible à cette jeune femme qui a clairement des problèmes qui vont au-delà d’une attirance physique. Alors oui, il va s’intéresser à elle, pour des raisons égoïstes, mais j’ai trouvé son approche plutôt touchante et même s’il reste un homme avec des besoins, il a des valeurs. D’ailleurs dès le début il ne va pas hésiter à faire comprendre à Ivory son attirance, mais sans jamais dépasser les limites et avec une approche en douceur.

J’ai adoré ma lecture et le style est fluide du récit, mon seul reproche c’est l’emploi d’un langage assez vulgaire, mais par moments de manière décalé, pas forcément adapté. La manière dont l’auteur réussit à trouver un équilibre parfait entre érotisme et romance, m’a vraiment beaucoup plu et la fin illustre parfaitement la puissance de l’amour entre Ivory et Émeric. D’ailleurs, les soixante dernières pages manquantes dans la première version font partie des plus beaux moments de ma lecture et on voit un véritable amour, et au final la différence d’âge n’est pas un problème, car la jeune femme est vraiment très mature (malgré son émotivité) et ils vont éviter tous les obstacles pour avoir le droit de s’aimer.