[VO] What You Left Behind | Jessica Verdi

ImpressionTrès bonIl n’y a pas à dire, le résumé ne rend définitivement pas justice à ce roman. Je suis assez surprise, car je m’attendais exclusivement à une romance et bien détrompez-vous. Car la romance est largement au second plan et n’intervient pas autant qu’on pourrait s’y attendre en découvrant le résumé.

Ryden est à un moment douloureux de sa vie. A dix-sept ans, il est l’heureux papa d’une petite Hope vraiment trop adorable, mais voilà l’heureux évènement s’est transformé en drame, quand Meg sa petite amie est morte. Lorsque Ryden a rencontré Meg, il ne comprend pas comment il a pu passer à côté d’une telle fille. Elle est belle, douce, gentille et marrante. Rapidement il tente de conquérir la belle et le couple file le parfait amour, jusqu’à ce que sa petite amie lui avoue qu’elle est atteinte d’un cancer. Cet aveu ne lui fait pas peur et Ryden va continuer de lui montrer à quel point il l’aime. Seulement, lorsque Meg lui annonce qu’elle est enceinte, cette annonce signe également la fin de la chimiothérapie de la jeune fille. Les parents de Meg et Ryden vont tenter de la raisonner, mais elle va défendre son bébé coûte que coûte et six mois après sa mort, Ryden s’en remet difficilement. Il est dans sa bulle, isolé de ses amis et profitant des derniers moments de l’été pour travail l’esprit tranquille.

Il ne s’imaginait pas être un père célibataire à seulement dix-sept ans et cela implique des responsabilités, dont il n’a pas conscience. La mère du jeune homme est une femme remarquable, elle a élevé seule un garçon extraordinaire. Elle va être un soutien pour lui, mais elle ne va pas intervenir dans ses décisions pour qu’il comprenne seul, lorsqu’il fait des erreurs et j’ai trouvé que son rôle était juste parfaite, présente, mais pas envahissante. Pour subvenir aux besoins du foyer, Ryden va prendre un travail et il va faire la connaissance d’un collègue complètement déjanté. Joni respire la joie de vivre et être en sa compagnie est un vrai bol d’air frais. Elle ne sait pas pour Meg, elle ne connaît pas Hope, il peut revenir le joueur football insouciant qu’il était avant. Seulement plus il va passer du temps avec Joni, plus les mensonges vont le faire culpabiliser, pourtant c’est la première fois qu’il a le sentiment d’être à nouveau lui-même et qu’il recommence à sourire quand il est avec elle.

Ce qui le hante par-dessus tout, c’est ce sentiment d’être responsable de la mort de Meg. Pour lui, être le père du bébé le rend responsable et même s’il aime Hope plus que tout, la regarder est difficile. Beaucoup de choses viennent s’ajouter, notamment la fatigue car sa fille est dans une phase où elle pleure à longueur de journée et il a l’impression qu’elle le déteste. Il a le sentiment de ne pas être un bon père, car il n’a pas eu de père pour lui montrer comment se comporter. Malgré tout ce qu’il peut ressentir, j’ai trouvé sa relation avec sa fille vraiment adorable, il s’occupe bien d’elle et même si parfois il délègue un peu trop, notamment à Alan, c’est un papa trop mignon, qui aime profondément sa fille. La rentrée, c’est pour lui l’occasion de reprendre les entraînements et oublier sa vie personnelle compliquée. Seulement, l’école, plus les entraînements et le travail nécessitent quelques arrangements. On voit bien qu’il essaye de se convaincre que sa vie n’a pas changé et qu’il va la reprendre là où il l’avait laissé et partir à l’université d’UCLA. Il m’a fait de la peine, parce que malgré tous ses projets on sait qu’il se berce d’illusions et à un moment où un autre, tout va s’écrouler et on est impuissant.

L’auteure ajoute une petite intrigue, notamment grâce à la découverte du journal de Meg. Les flash-back sous la forme d’un récit est bien amené et on a envie de découvrir les autres journaux pour comprendre ce qui se dessine progressivement au gré de la lecture. A la fin on découvre un élément qui m’a fait tomber de haut et j’en ai eu les larmes aux yeux. Même si Ryden fait des erreurs, on comprend qu’il puisse péter un câble et je pense que n’importe qui dans sa situation serait dépassé. Mais c’est magnifique de voir à quel point il peut compter sur le soutien de sa mère et ses amis, alors qu’il ne prend pas toujours les bonnes décisions. Le niveau est un peu plus compliqué que ce soit à quoi je m’attendais, mais j’ai passé un très bon moment. Je recommande à tous les adeptes de VO.Signature Lucie

 

 

 

Publicités

6 réflexions sur “[VO] What You Left Behind | Jessica Verdi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s