J’étais là | Gayle Forman

ImpressionExcellentCe roman, c’est le nom de l’auteure qui m’a fait le remarquer, comme une évidence il a rejoint ma PAL. Et puis, j’ai lu la chronique d’Evey sur ActuYA, dans un premier temps je n’ai pas lu la partie cachée pour m’éviter de trop en apprendre, mais l’amour qu’elle avait pour ce livre m’a donné envie de le sortir de ma PAL et je suis ravie d’avoir d’écouter les conseils pour cette lecture émouvante.

En terminant ma lecture, je me suis demandée comment j’allais vous parler de ce livre. Le suicide est un thème délicat et j’ai toujours un peu peur de tomber dans le mélodrame en lisant ce genre de lecture. L’histoire débute quelques semaines après le suicide de Meg, la meilleure amie de Cody, celle-ci est en colère et aussi dans une totale incompréhension. Depuis l’entrée de Meg à l’université, elle s’était éloignée, mais rien ne justifierait qu’elle décide de mettre fin à ses jours. Après le choc, c’est la colère qui habite Cody. L’accumulation de cérémonie débile, un vide dans sa vie, surtout des tas de questions.

Sur demande des parents de Meg, Cody se rend à Seattle afin de faire du tri dans les affaires de la jeune femme et récupérer celle qui peuvent l’être. Cette immersion dans le monde de sa meilleure amie, va lui dévoiler une facette qu’elle ne connaissait pas. Elle va découvrir ses colocataires, qui n’ont totalement rien à voir avec elle. Et également Ben McAllister, un musicien avec des yeux à tomber, à l’origine du cœur brisé de Meg. Par hasard, elle va découvrir des fichiers informatiques, qui semblent apporter des réponses à ce geste inattendu. Au fil des pages, Cody va tenter de découvrir ce qui s’est produit durant les dernières semaines de Meg et répondre elle-même aux questions qu’elle se pose.

Cody a le sentiment d’étouffer dans sa petite ville, contrainte de travailler comme femme de ménage pour subvenir à ses besoins, elle n’avance pas beaucoup. Le départ de Meg, l’a conforté dans son impression de ne pas avoir d’avenir. Entre sa mère, qui préfère qu’elle l’appelle par son prénom et les habitants qui ne l’ont jamais remarquée ou ses clients pour qui elle n’existe pas, elle est complètement coincée dans cette vie. Son objectif a toujours été de rejoindre Meg à Seattle, mais maintenant cette possibilité s’efface, en même temps que son avenir. Durant les premières pages, je n’étais pas fan de Cody, son habitude désinvolte et ses critiques envers les nombreuses cérémonies, donnait une image un peu blasée, voire sans cœur. Et puis, j’ai appris à la comprendre et sous son sarcasme, j’ai découvert une jeune fille en colère, tellement en colère d’être passé à côté de quelque chose d’aussi gros.

Tout ce qu’elle va vivre, va être animé par sa volonté de comprendre ce qui s’est passé dans la vie de Meg. Elle va découvrir qu’elle ne la connaissait pas complètement et que la distance qui s’était instaurée, l’a contrainte à se tourner vers d’autres personnes. Il y a un petit suspens, lorsque Cody  va découvrir un dossier on veut comprendre en même temps qu’elle, ce qui s’est produit. Pourquoi et comment Meg est arrivé à un point de non-retour. Ça peut paraître bizarre, mais à aucun moment je n’ai jugé Meg. Le suicide n’a jamais été une alternative pour moi, mais lorsque quelqu’un prend la décision d’en finir avec la vie, je trouve qu’il est important de se mettre à sa place, de comprendre ses motivations. Et Cody va nous apporter les réponses qu’ont a besoin d’avoir. Je ne dis pas que j’accepte ce geste, seulement que comprendre est indispensable et c’est ce qui a permis à Cody de faire son deuil et surtout de se pardonner à elle-même de n’avoir rien pu faire, de n’avoir rien vu.

Un roman bouleversant qui traite de manière poignante le suicide et qui est menée par une héroïne forte et déterminée. La romance occupe une place peu importante dans l’histoire, mais elle apporte un peu de légèreté un sujet difficile. Nos héros, tombent amoureux malgré eux et également malgré que, les circonstances ne soient pas en leurs faveurs, j’ai trouvé leur attachement mignon. Je recommande cette lecture, que ce soit pour la plume de Gayle Forman ou par l’authenticité du récit.

Signature Lucie

Publicités

2 réflexions sur “J’étais là | Gayle Forman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s