Bastard | J.L. Perry (Bastard #1)

Je m’attendais à une lecture banale et au final l’histoire commence de manière classique qui au fil des pages va nous offrir de belles émotions. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un coup de cœur, notamment car la première partie ne m’a pas autant touché que je m’y attendais. Le héros à son petit caractère et il entend bien garder le contrôle, sa manière de réagir est parfois un peu exagérée et j’ai eu tendance à ne pas toujours apprécier son caractère démesuré, mais au gré des évènements il va devenir un homme touchant.

Carter n’a jamais voulu s’installer dans ce quartier huppé, mais pour faire plaisir à sa mère et jusqu’à atteindre l’âge légal, le jeune homme va venir s’installer pour le meilleur et pour le pire à côté de chez Indiana. Leur premier échange annonce la couleur et on ne peut pas dire que le courant passe entre les deux jeunes gens, pourtant malgré les piques une attirance qu’ils ont du mal à expliquer va doucement venir troubler leur relation conflictuelle. Indiana est aussi douce que Carter est rebelle, convaincu qu’il cache une belle personne sous toutes les barrières qu’il a érigées, elle va tout faire pour qu’il s’ouvre et adepte enfin qu’il n’est pas un simple « Bâtard », comme il semble s’en convaincre.

J’ai lu beaucoup de très bons avis sur cette histoire et comme je suis faible, j’ai craqué quelques semaines après sa sortie. J’ai tenté de rester éloignée de l’intrigue, alors c’est avec surprise que j’ai découvert que l’histoire se découpe en deux parties. Au cours de ma lecture, j’ai été frappée par l’évolution des personnages, bien que le côté rebelle de Carter soit toujours présent, il est intéressant de voir le chemin parcouru. Une simple phrase lorsqu’il était enfant, a conditionné une bonne partie des décisions de sa vie et pendant l’autre moitié, c’est les paroles d’Indiana qui vont marquer les pensées du jeune homme. Il faut dire que la justesse de ses paroles, alors qu’elle est si jeune est assez touchante.

La première partie du roman est assez plate et même s’il y a une relation haine/amour, on ne peut pas dire que ce soit très flagrant. Tout se déroule assez lentement et l’auteur pose les bases de son histoire. On pourrait dire que Carter m’a fait forte impression, mais ce n’est pas forcément flatteur, cette manière qu’il a de se mettre en avant et cet égo assez surdimensionné m’ont un peu tapé sur les nerfs, puis à force de persuasion, Indiana va réussir à le faire baisser ses barrières et même s’il aime s’amuser à se vanter, il n’est pas aussi exécrable qu’il n’y paraît, mais l’étendue de son potentiel va éclater dans la deuxième partie du roman, où il va nous offrir toute l’ampleur de son charme. C’est vrai que l’histoire est assez prévisible, mais il y a un bon couple de héros et l’histoire est touchante. Une belle romance, qu’il vous faut découvrir.

Publicités

2 réflexions sur “Bastard | J.L. Perry (Bastard #1)

  1. « j’ai eu tendance à ne pas toujours apprécier son caractère démesuré » carréemmmeeeent, ça veut dire que je vais le trouver détestable hahahaha

    Une intrigue à la Did I mention I love you ? de Estelle Maskame ou ou Step Brother de Penelope Ward, non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s