Alaska Wild | K.A. Tucker

Résumé :

À vingt-six ans, Calla Fletcher est une parfaite citadine. Elle aime sortir avec ses amies, faire du shopping et se mettre en scène pour son blog  » Calla & Dee « .
Lorsqu’elle apprend que son père, qu’elle ne connaît presque pas, est malade, elle décide de se rendre auprès de lui en Alaska. Alors que Calla n’était encore qu’un bébé, sa mère a fui cette contrée loin de tout.
Elle va alors découvrir la rudesse de la vie quotidienne locale, les allées et venues constantes des petits avions… et Jonah, ce pilote détestable.
Ce pur produit du cru a clairement hâte de renvoyer cette fille d’où elle vient, mais Calla est bien décidée à lui montrer qu’elle aussi peut s’adapter à cette vie… Du moins pour un temps, car elle ne se voit vivre qu’à Toronto. Et Jonah ne quittera jamais l’Alaska.
Le passé ressurgit et pose à nouveau le même dilemme : va-t-elle, comme sa mère bien des années plus tôt, envisager une histoire d’amour avec un pilote ?
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Un voyage plaisant au cœur des montagnes d’Alaska, avec un décor indescriptible. Les descriptions sont une fenêtre à l’imagination et il est indispensable de se représenter l’environnement pour comprendre la beauté du pays et de ses habitants. Une lecture riche en découverte en plein cœur d’une contrée sauvage.

Calla Fletcher a quitté l’Alaska alors qu’elle était âgée de 2 ans, depuis elle s’est épanouie à Toronto et elle est désormais la parfaite citadine. A la pointe de la mode, elle n’hésite pas à se mettre en scène avec sa meilleure amie pour leur blog « Calla & Dee ». Lorsqu’une femme lui annonce que son père qu’elle n’a pas vu depuis vingt-quatre ans et à qui elle n’a pas parlé depuis douze ans est malade, elle voit une occasion de faire la connaissance de celui qui ne l’a pas vu grandir. D’abord anxieuse à l’idée d’embarquer pour l’Alaska, la jeune femme va découvrir ce qui a conduit son père à ne jamais quitter ce pays, malgré sa rudesse et son manque de civilisation.

L’arrivée de Calla va être marquée par sa rencontre avec Jonah, un pilote de la compagnie de son père, qui semble prendre un malin plaisir à s’en prendre à la citadine, persuadé qu’elle ne pourra jamais supporter la vie ici. Sur place, Calla découvre le contraste entre sa vie à Toronto et les habitants heureux malgré le peu de moyens et les difficultés de leur quotidien, avec un seul mot d’ordre l’entente et leur complicité.

Calla est une jeune femme pétillante, que j’ai pris plaisir à découvrir. Son passif avec son père a fragilisé la jeune femme et malgré cette volonté de désinvolture, l’absence de son père a toujours été difficile à accepter pour elle. Apprendre pour la maladie de son père va être un électrochoc, celui qu’elle a toujours rêvé d’avoir dans sa vie, va peut-être disparaître avant même qu’elle n’est fait partie de sa vie. Ce départ pour l’Alaska, bien que déstabilisant est une évidence pour la jeune femme qui malgré les doutes, espère avoir une seconde chance.

Le thème de la maladie vient renforcer l’émotion et malgré l’éloignement, l’amour entre un père et sa fille est indestructible. Les retrouvailles vont se dérouler avec beaucoup de pudeur, les années ont malgré tout laissées des séquelles et Calla, va mettre certaines barrières pour éviter de souffrir à nouveau. Avec le recul, cette relation met du temps avant de s’installer, car l’auteure a choisi de mettre en avant les paysages et la passion pour l’aviation y est également très présente. On comprend parfaitement ce choix et le décor se dessinent sans mal dans mon esprit, fait le choix d’un roman descriptif contribue à relayer au second plan des détails liés aux relations humaines. Certes l’humour et la répartie entre Jonah est absolument craquante, et le rapprochement avec son père est touchant, mais il y a comme un ralentissement de la progression de l’histoire, les paysages sont figés dans le temps et dans la dernière partie du roman l’histoire subit une accélération, provoquant un déséquilibre.

Un carnet de voyage aux paysages époustouflants, qui m’aura donné le temps d’une lecture l’impression de voler au-dessus de décor unique et piloter d’une main de maître par un local séduisant, agaçant, mais surtout drôlement attachant. Pas forcément ma lecture favorite de l’auteure, mais malgré tout j’ai apprécié la visite. Je vous laisse le soin de découvrir Jonah, en espérant qu’il vous plaira autant qu’à moi. Profitez du voyage et laissez-vous porter.

Publicités

3 réflexions sur “Alaska Wild | K.A. Tucker

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.