Romance Contemporaine

Let you love me | Kennedy Ryan (Grip #1)

Résumé :
Gérer la carrière du musicien le plus prometteur de la décennie, Bristol sait le faire : c’est son métier. Mais résister au désir magnétique qui les lie, ça, c’est sa hantise.
Bristol doit se rendre à l’évidence : huit ans après la semaine magique qu’elle a passée avec lui, Grip, le meilleur ami de son frère, n’a rien perdu de son talent, ni de son charme. Celui qui composait pour sortir de la misère des ghettos est devenu l’un des plus grands espoirs du hip-hop, et la tentation incarnée. Irrésistible, envoûtant et désormais célèbre, il a réveillé d’un simple regard les sentiments vertigineux qu’elle a longtemps réprimés. Elle a toujours su qu’il réussirait. Tout comme elle a toujours su que leur relation n’avait aucun avenir. Mais aujourd’hui, c’est elle, Bristol, qui va devoir manager sa carrière. Tout en cachant les sensations explosives que Grip provoque encore en elle. Son défi : rester professionnelle. Son problème : Grip n’a aucune intention de renoncer à elle…

Tout d’abord la première chose à savoir si vous lisez cette chronique, c’est qu’il existe un prequel qui raconte la première rencontre entre les protagonistes et je vous la recommande chaudement avant d’entamer cette lecture.

Bristol est née dans le milieu de la musique, mais on lui a toujours répété que contrairement à son frère elle n’a aucun talent particulier, alors il semblait normal de se diriger vers un métier qui était l’envers du décor et aujourd’hui, elle est comblée dans sa carrière de manageuse. Grâce à la carrière de son frère, elle a la chance d’avoir pu obtenir des contrats importants auprès d’artistes reconnus.  Depuis 8 ans, elle dirige ses artistes d’une main de maître pour les faire briller aux yeux du public. Cette année toute son attention s’est portée sur Grip, le meilleur ami de son frère qui après des années de galère se fait enfin connaître et Bristol va tout faire pour que son premier album soit un succès, tout en tentant de conserver ses distances comme elle le fait depuis des années, seulement Grip est déterminé à jouer de ses charmes pour enfin pouvoir conquérir le cœur de la jeune femme qu’il convoite.

Je n’aurais pas découvert Bristol dans le prequel, j’aurais pu avoir quelques a priori sur cette forte personnalité. Au premier abord elle renvoie l’image d’une femme hautaine qui se croit supérieure aux autres et en creusant un peu, on découvre qu’elle s’est forgé une carapace depuis le départ de son frère lorsqu’elle était adolescente. Et pour beaucoup elle est la définition même de la blanche privilégier qui doit tout à la fortune de ses parents, pourtant on comprend rapidement qu’elle est bosseuse et protège son cœur des souffrances. On est confronté à un choc des cultures puisque Grip a vécu une enfance confronté à l’injustice, aux gangs et trafic de drogue, luttant pour s’en sortir. Aujourd’hui, il gagne suffisamment d’argent, mais la brutalité policière ne l’a jamais épargné et ça se ressent dans ses compositions.

Difficile de ne pas relever les références au mouvement Black Lives Matter compte tenu du contexte et ça m’a fait réaliser que c’était la première fois que je lisais un roman avec un couple métisse, c’est quand même assez incroyable de relever le manque de représentation dans la littérature française. Je pense que le moment n’aurait pas pu être mieux choisi pour découvrir cette romance et j’ai pris plaisir à découvrir un héros différent issu d’un milieu défavorisé qui grâce à sa poésie a réussi à se faire connaître dans le milieu hip-hop. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai terminé ma lecture avec des émotions en pagaille, un message qui raisonne en moi et tout simplement des personnages qui s’éloignent du schéma habituel dans les romances contemporaines.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas été autant captiver par l’alchimie entre les personnages d’une romance, une semaine passée ensemble aura fait éclore des sentiments forts qui au fil des années n’auront fait que se consolider et se transformer une tension sexuelle qui va donner des sueurs froides aux lecteurs. Bristol m’a parfois frustrée avec ses idées préconçues, mais Grip aura su équilibrer la balance à quelques reprises. Ce roman m’a fait passer par plusieurs émotions telles que la frustration, l’inquiétude ou encore la joie et c’est justement ce qui a rendu ce récit vivant et addictif. Je croise les doigts pour qu’Harlequin nous traduisent le deuxième tome pour prolonger la magie.

2 réflexions au sujet de “Let you love me | Kennedy Ryan (Grip #1)”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.