P.-S. : Tu me manques | Brigid Kemmerer

Résumé :
Juliet a toujours écrit à sa mère. Depuis sa mort soudaine, cette habitude est pour elle comme une bouée de sauvetage. Même si les courriers de Juliet restent sans réponse, elle continue de les déposer sur sa tombe chaque semaine.
Declan n’aurait jamais cru qu’une lettre pourrait changer sa vie. Pourtant, celle qu’il trouve au cimetière, où il fait des travaux d’intérêt général après le lycée, le touche profondément… Et il ne peut s’empêcher d’y ajouter deux mots.

Ça fait bien longtemps qu’un roman ne m’avait pas autant émue, c’est le genre de roman authentique qui laisse une trace. Au moment où j’écris ma chronique, je garde un souvenir particulièrement ému en repensant au pouvoir des mots. C’est difficile à expliquer, mais parfois quand on n’attend rien de particulier d’un roman et qu’on décide de tenter l’aventure, il se produit un milliard de sensations inexplicables qui nous conforte dans notre choix. Ici c’est d’abord un coup de foudre pour la couverture qui m’a attirée et le résumé n’a fait que me conforter.

Depuis la mort soudaine de sa mère Juliet n’est plus la même, mais elle a conservé cette manie de toujours lui écrire des lettres et bien qu’elle ne puisse plus interagir avec elle, ces correspondances épistolaires à sens unique sont une thérapie nécessaire pour la jeune femme. Chaque semaine, elle dépose sur la tombe de sa mère de nouvelles lettres et le vent finit par les porter au loin. Pourtant, l’une de ces lettres va terminer sa course entre les mains de Declan, extrêmement touché par les mots de son auteure, il va apposer une simple phrase et ainsi va débuter un échange émouvant, où deux personnes vont ouvrir leur cœur sous couvert de l’anonymat.

Personnellement je n’écris que très peu de lettre manuscrite, mais c’est quelque chose qui me séduit dans la littérature. Ici la correspondance va s’avérer émouvante notamment parce que le passé de nos héros est chargé. A travers des lettres d’abord manuscrite, puis numérique où ils vont se dévoiler l’un à l’autre. A l’image d’un journal intime Juliet et Declan vont se confier afin de soulager cette douleur qui les habite. Parallèlement on suit le quotidien de nos héros chacun de leur côté et l’impact que cette correspondance va avoir dans leurs relations.

Leur parcours est différemment et leur réaction à l’opposé, mais ils ont tous les deux cette aura de fragilité qui ne les quitte pas. Nous ne sommes pas dans une recherche de l’identité du correspondant, plutôt dans une démarche pour se décharger de ces pensées qui peuvent être parfois néfastes. Juliet est une héroïne traumatisée par la disparition de sa mère et elle peine à retrouver un semblant de normalité, alors discuter avec un correspondant qui ne sait rien d’elle, c’est rafraîchissant et constater que Declan la comprend lorsqu’elle exprime sa peine, c’est tout ce don elle avait besoin pour sortir la tête de l’eau et reprendre doucement goût à la vie.

Dans ce livre nous abordons des thèmes simples comme l’amitié, le deuil, les relations familiales et la manière de gérer son chagrin quand l’impensable se produit. A plusieurs reprises j’ai eu les larmes aux yeux et l’auteure sait parfaitement utiliser des émotions intenses pour secouer son lecteur et le plonger dans un état affectif troublant. On n’entre pas forcément dans une dramatisation de l’histoire, seulement avec des mots simples et touchants, nous suivons des personnages qui ne savent pas comment guérir et qui ont désespérément besoin de s’en sortir.

Publicités

Trois de tes secrets | Julie Buxbaum

Résumé :
Jessie trouvera-t-elle qui est son mystérieux bienfaiteur ?
Nouvelle dans un lycée huppé de Los Angeles, Jessie ne se sent pas à sa place. Alors qu’elle songe à rentrer à Chicago, elle reçoit un mail providentiel et… anonyme : un expéditeur inconnu lui prodigue de précieux conseils pour s’intégrer et éviter les pièges de Wood Valley. Jessie ignore tout de son ange gardien mais décide de lui faire confiance. Pour faire tomber le masque, elle l’incite toutefois à lui révéler trois de ses secrets…

L’achat de ce roman est la définition même d’un achat impulsif. Bien évidemment j’ai vu ce roman passer dès sa sortie et j’avais très envie de le lire, mais ce sont les premières réactions qui m’ont convaincu qu’il me fallait moi aussi découvrir cette mystérieuse correspondance. Je n’avais pas réalisé que l’histoire aborderait des thèmes aussi touchants et aujourd’hui, en écrivant cette chronique je mesure le chemin parcouru pour notre héroïne et la force avec laquelle Jessie s’en est sorti seule dans la souffrance est poignant.

Après un déménagement express, Jessie se à devoir vivre dans une maison où elle ne se sent pas chez elle et en prime elle se retrouve dans un lycée à Los Angeles digne de Gossip Girl. On ne peut pas dire que cette première semaine fasse partie des meilleurs, mais un mail d’un mystérieux correspondant va tout changer. Personne-en-Particulier, va lui proposer son aide pour s’intégrer dans cette école où l’apparence et les relations sont plus importantes que tout. D’abord réticente elle décide de lui faire confiance, car il ne semble pas lui vouloir de mal.

Jessie est une jeune femme mature pour ses seize ans et immédiatement j’ai apprécié être dans sa tête. Elle se pose les bonnes questions et malgré sa méfiance, elle va vite réaliser qu’elle a besoin d’aide pour s’intégrer, les premiers conseils de PEP vont s’avérer honnêtes et à force de confiance durement acquise, une relation amicale va se tisser au travers de l’écran. Les échanges drôles vont laisser la place à des échanges plus sérieux et rapidement ils vont devenir indéniable qu’ils ont besoin l’un comme l’autre de ces échanges.

Bien évidemment en tant que lectrice, j’ai émis plusieurs hypothèses sur l’identité de PEP et l’auteure ne va pas hésiter à brouiller les pistes et insinuer le doute. Quelques personnages masculins vont faire leur apparition et dans le lot certains se démarqueront, pour ma part il n’a pas été difficile de décider qui serait mon chouchou et j’ai espéré jusqu’à la fin. Au-delà du mystère qui entoure PEP, des thématiques fortes vont être abordé et j’ai trouvé certains passages d’une incroyable douceur, notamment car Jessie se montre parfois très vulnérable et la voir s’épanouir malgré les difficultés est tout ce que je lui souhaitais pendant ma lecture.

En bref, une belle relation qui démarre virtuellement et qui insuffle suffisamment de confiance à notre héroïne pour l’aider à s’en sortir dans la vie réelle. J’étais loin d’imaginer qu’on traiterait des sujets aussi touchants de manière si juste. Chaque instant de cette lecture est un vrai plaisir, c’est un récit adorable et rempli de belles intentions et qui je l’espère vous transportera autant que moi. A lire de toute urgence.

Eliza et ses Monstres | Francesca Zappia

Résumé :
Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fi lle timide, intelligente, un peu étrange et… qui n’a pas d’amis.
Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire.
Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star.
Mais Eliza ne peut s’imaginer aimer le monde réel plus qu’elle n’aime sa communauté numérique.
Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d’être vécue hors ligne…

Francesca Zappia aborde avec justesse un sujet d’actualité qui parlera à beaucoup d’entre nous. Sans oublier bien sûre que le récit est porté par une héroïne attachante et je ne m’attendais pas à un récit aussi touchant, à la fin j’étais à deux doigts de m’effondrer après certains évènements et c’est une lecture qui va longtemps raisonner en moi. C’est incroyable la manière dont je me suis totalement laissé guider par mes émotions et l’émerveillement à chaque nouvelle illustration. Un roman qui traite de sujets modernes avec délicatesse et authenticité.

Eliza mène une double vie, en ligne elle est la célèbre LadyConstellation créatrice anonyme de la Mer Infernale, un comic qui a un grand succès sur la toile et chaque semaine les fans attendent avec une grande impatiente le dernier chapitre. Dans la vie, Eliza est loin d’être aussi populaire et même si elle rêverait d’être invisible dans les couloirs du lycée, sa marginalité ne plaît pas à tout le monde et elle passe ses journées seules. L’arrivée de Wallade Warland va venir lui rappeler qu’il y a une vie en dehors du monde virtuel et son univers en ligne.

J’ai apprécié la manière dont l’histoire est amenée et l’intrigue se met doucement en place. Eliza nous est présentée comme une ermite et sa difficulté à interagir en société la met en retrait des autres élèves. Non pas qu’être invisible la dérangerait, mais on sait tous les lycéens peuvent être cruels, alors certain n’hésite pas à la bousculer. Étant en Terminale, les années de souffrance du lycée touchent à leur fin et sa vie en ligne lui convient parfaitement, elle s’est construite une petite communauté et elle peut compter sur ses deux amis Emmy et Max qui sont de véritable amis sur qui elle peut compter. Bien que ce ne soit pas des amis IRL, leur relation est importante pour Eliza et tous les deux occupent un rôle important dans l’aventure en ligne de la jeune créatrice. Ayant un comportement un peu sauvage parfois, je n’ai éprouvé aucune difficulté à m’identifier à Eliza, qui est touchante.

Wallace est un héros absolument craquant et sa manière de communiquer assez singulière, m’a complètement bouleversé surtout quand on apprend les raisons de sa timidité. A première vue on ne s’attend pas à un personnage avec une telle histoire et son physique ne correspond pas du tout à l’image qu’il renvoie. La manière dont il va approcher Eliza tout en douceur m’a fait sourire et j’aurai facilement pu avoir un coup de peur pour ce personnage, si l’une de ses réactions ne m’avait pas déçue à la fin du récit et pas vraiment adapté à son caractère durant le récit et pour le coup ça a laissé un petit goût amer et entaché un peu mon ressenti.

La romance m’a beaucoup touché et la naissance des premiers sentiments est absolument adorable. Nos héros vont s’apprivoiser de la plus belle des manières et certaines scènes prêtent à sourire, tant par le côté mignon que par la maladresse du premier amour. Je n’aurais pas été contre des scènes supplémentaires pour tomber complètement amoureuse de leur relation, mais les sentiments sont forts et on aborde des sujets intenses. Notamment la deuxième partie qui m’a absolument bouleversé et c’est important de mettre l’accent dessus.

En bref, un vrai moment de plaisir que de retrouver la plume de Francesca Zappia. On aborde des sujets parlants pour notre société et au-delà des thèmes évoqués, nos héros sont absolument adorables et complémentaires. Les mots de l’auteur auront réussi à me toucher et c’est une très belle découverte qui m’aura fait vivre une lecture inattendue. Je t’ai Rêvé avait été un incroyable coup de cœur et l’histoire à longtemps bouleverser mes lectures suivantes, ce roman m’aura séduite d’une façon différente et le sujet bien que déchirant ne m’aura pas forcément atteint de la même manière, mais sans conteste une auteure incroyable que je ne suis pas prête d’oublier.

 

Je te hais… à la folie | Sara Wolf (Lovely Vicious #2)

Résumé :

Après son coma, Iris se souvient de tout… sauf de Jack.
Il y a trois ans, vingt-cinq semaines et cinq jours, Isis Blake est tombée amoureuse. Elle s’est juré depuis que cela n’arriverait plus. Mais c’était compter sans son meilleur ennemi, Jack Hunter. Avant qu’ils aient pu s’avouer leurs sentiments, un terrible événement a plongé Isis dans un coma dont elle s’est réveillée sans le moindre souvenir de Jack…
Jack va-t-il tenter de raviver la mémoire d’Isis ou respectera-t-il sa volonté de ne plus jamais entendre parler d’amour ?
Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Une suite qui s’est fait particulièrement attendre (même si en réalité c’était hyper rapide), j’ai choisi de le mettre un peu côté, car les premiers retours parlaient d’une grosse frustration sur le final et je n’avais pas le courage d’attendre aussi longuement. Début 2018, je ne pouvais plus reculer et j’ai profité de quelques jours de vacances pour retrouver Isis et Jack. Dans l’ensemble la lecture est toujours aussi intense et globalement satisfaisante, mais on prend un tournant un peu tiré par les cheveux et à mon sens l’intrigue se suffisait à elle-même.

L’histoire reprend trois semaines après l’agression d’Isis et au delà des dégâts physiques, le plus touché par cette histoire c’est Jack. Lui qui a vécu tant d’épreuves peine à s’en sortir, tant au niveau de sa culpabilité que de l’amnésie d’Isis qui le ronge. Comment se remettre alors que celle qui lui a permis de se relever ne connaît même pas son existence ? Du côté d’Isis, son séjour à l’hôpital lui aura permis de rencontrer Sophia avec qui elle a tissé des liens amicaux et bien que sa convalescence se passe parfaitement bien, son passé la torture toujours autant.

Ce tome prend un tournant plus sombre et à certains moments j’ai eu du mal à apprécier totalement l’avancée de l’histoire, notamment parce que ce qui m’avait séduit dans le précédent opus c’était l’histoire autour du passé d’Isis,  l’évocation de quelques passages dans ce tome m’ont brisé le cœur pour cette jeune fille. Ma préférence va vers le premier tome, car j’ai trouvé que ce tome reprenait les éléments qui avaient pu fonctionner et après tout le chemin parcouru il y a une forme de frustration à voir nos héros de retour à la case départ. Même si objectivement c’était nécessaire pour mieux cerner nos personnages et en tirer un enseignement.

J’ai apprécié de retrouver la répartie d’Isis, mais parfois je l’ai trouvé un peu trop protectrice avec elle-même et donc peut-être un peu trop mordante envers Jack, malgré tout elle conserve un part d’humour que j’aime tant. Leur petite guerre n’a pas vraiment repris, mais l’amnésie va causer quelques troubles dans la relation de notre jeune couple et bien que j’ai apprécié qu’un angle amical soit mis en avant, car on ne peut pas dire qu’Isis est pu compter sur beaucoup avant son arrivée. Sans compter que notre Prince des Glaces commence à éprouver des émotions qu’il avait fait taire et j’ai été touchée de le découvrir fragile, vulnérable, toujours à penser aux autres avant lui. Et bien évidemment, malgré une romance reléguée au second plan, on assiste à quelques échanges toujours aussi piquants et lors de rares moments d’insouciance, l’émotion prend le dessous sur les révélations.

En bref, une suite pour laquelle je conserve une fascination et qui a réussi à me garder captivée malgré quelques réticences. Il y a une part de prévisibilité dans ce tome et je ne suis pas tellement surprise qu’on est évité certaines retrouvailles, car tout tourne autour de ce rapprochement. Après même si mes hypothèses se sont vérifiées ce n’est pas forcément dérangeant, car on découvre que nos personnages n’ont pas toujours les réactions qu’on attendait et bien que le chute ne soit pas surprenante, les dégâts sont puissants, mais nécessaires pour clore un chapitre de l’histoire. Même si je m’y attendais, ça m’empêche pas d’en éprouver beaucoup d’excitation pour la suite, car je pense que c’est celui que j’attends le plus pour enfin voir Isis affronter ses démons.

Retrouvez mon avis sur Je te hais… passionnément #1 ICI

High | Tijan (Fallen Crest #1)

Résumé :

La vie de Samantha s’effondre le jour où, en rentrant de cours, elle trouve sa mère en train de faire ses cartons. Celle-ci a décidé de quitter son père, leur petite ville, et pire que tout, d’emménager chez James Kade, un mystérieux industriel millionnaire. C’est là qu’elle fait la connaissance de Mason et Logan. Les deux frères sont les stars de leur école, Fallen Crest High. Ils sont également indomptables… et terriblement sexy. La vie de Sam risque bien de n’être plus jamais comme avant. Mais peut-être que le changement est une bonne chose, après tout…
Merci aux éditions Hugo New Romance pour cet envoi
Sortie prévue le 11 janvier 2018

J’ai passé plusieurs heures à repousser le moment où j’allais mettre des mots sur mon ressenti. Ce fut pour moi la grosse déception de ce début d’année et bien qu’il soit passé juste à prêt une superbe lecture, ce roman n’aura pas su me convaincre. J’ai vraiment souhaité donner sa chance à ce roman malgré les premiers retours assez négatifs, mais rapidement j’ai dû me rendre à l’évidence. Il y a une accumulation, une intrigue pas crédible, des personnages énervants, une ambiance générale qui va contre mes valeurs ; mensonge, tromperie, absence de confiance, méchanceté et au final ce qui a sauvé l’histoire c’est la plume qui n’a pas totalement fait sombrer mon avis.

Samantha est l’une des héroïnes les plus incompréhensibles que j’ai pu voir, dès le début la jeune femme semble anesthésier de sa propre vie. Deux amies qui ne la respectent pas et qu’elle supporte à peine, un petit ami irrespectueux et étrangement cette situation semble lui convenir. L’annonce de la séparation de ses parents va légèrement l’ébranler, mais elle va suivre sa mère chez son amant sans vraiment opposer de résistance et découvrir que James Kade son beau-père est un homme fortuné qui vit dans une sublime demeure avec ses deux fils. Bien qu’elle ait entendu parler des deux frères de la maison, elle va tenter de garder ses distances avec Logan et Mase, deux garçons aussi beaux que dangereux qui appartiennent à un monde différent du sien.

C’est une histoire plutôt classique qui n’aurait pas dû me poser de problèmes, mais dès les premiers chapitres la connexion s’est rompu et le récit a commencé à m’agacer par son manque de crédibilité. Sam est complètement déconnecté de la réalité, elle semble se foutre de tout et se laisse porter par ses humeurs. Certaines de ses réactions sont carrément disproportionnées et la relation qu’elle entretien avec sa mère est hallucinante, plus d’une fois les échanges m’ont rendu mal à l’aise. On est face à trois adolescents livrés à eux-même qui ne peuvent pas avoir confiance dans les adultes qui les entourent et on a l’impression qu’ils n’y a aucune autorité parentale. C’est bien simple, ils passent plus de temps à se préoccuper de leur prochain partenaire sexuel, plutôt que d’aller en cours et sans problème ils peuvent se mettre minable tous les jours de la semaine c’est sorties illimitées et cours en option. Un vrai fantasme cette vie sans contrainte, sans adulte et certainement pas aussi généralisé.

Et justement parlons-en de ces adultes, il y a de quoi s’inquiéter de leur santé mentale quand on voit leurs préoccupations. Ils renvoient une image déplorable et il ne faut pas s’étonner de voir les adolescents réagir comme dans un mauvais soap-opéra, c’est simple la fidélité c’est surfait, tout le monde couche avec tout le monde et bien évidemment les histoires que ça va entraîner sont d’un niveau assez désespérant. Non mais sérieusement, c’est quoi ce message qu’on cherche à faire passer à travers ce roman, mensonge, trahison, tromperie, méchanceté. Pour moi la vie ce n’est pas ça et ça m’inquiète de voir que ce roman banalise l’infidélité.

En bref, terminons sur une note positive… la plume de l’auteure rattrape un peu le désastre, mais c’est une grosse déception, je n’ai pas réussi à apprécier ce que je lisais et très franchement, cette lecture m’a mise en colère. On s’éloigne complètement de ce que j’aime lire et ce n’est pas du tout ce que j’attendais de cette lecture. On ne tire aucune leçon des aspects négatifs et à mon sens l’auteure montre le pire côté humain. J’en viens à me demander quel est l’intérêt d’une telle lecture, car très franchement l’histoire est inexistante, on reste en surface sans offrir une description digne de ce nom, on superpose des scènes toujours plus dramatiques et tout n’est que paillettes, pas d’amitié sincère, des personnages déplorables, certes la naissance d’une romance mais pas de quoi rêver. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait du premier roman de l’auteure et très franchement je vais tenter de vite l’oublier.