Le Gardien des secrets | Emma Cavalier (Les Trois Talents #2)

Résumé :

Quand la distance révèle la passion… Le deuxième volet des Trois talents nous entraîne à New York où Lex, qui a obtenu la bourse Perdini, cumule plusieurs activités entre journalisme et photographie, sans parvenir à oublier sa culpabilité envers Elisabeth. Il se lie avec Eviva : une jeune artiste à la réputation sulfureuse qui fréquente le milieu underground new-yorkais et lui propose de l’accompagner dans ses soirées de débauche.
De son côté, Elisabeth est en proie à une violente dépression. Cherchant à retrouver son identité, elle se retire du monde et se lance dans un pèlerinage qui va la jeter sur les routes du Sud de la France. On suit en parallèle les folles aventures de Lex dans la nuit new-yorkaise et le voyage d’Elisabeth entre épreuve expiatoire et lutte contre ses pulsions. Mais aucun des deux ne trouve satisfaction dans ces excès, car ils restent marqués par la nostalgie de la relation intense qui les unissait.
Une romance torride et haletante…

Je remercie les éditions Blanche pour l’envoi de ce roman
Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai eu énormément de mal à écrire cette chronique, tout simplement parce que j’apprécie particulièrement la plume de l’auteure et la manière dont elle arrive à accrocher son lecteur. Je voulais vraiment retrouver l’ambiance du premier opus et malgré ce désir il m’a été impossible d’accepter la manière dont l’histoire se déroulait. J’ai poursuivi ma lecture sans mal, grâce à une écriture agréable et fluide, mais à mon sens ce second opus n’a aucun rapport avec une romance érotique. Peut-être est-ce lié au fait que nos héros sont séparés ou tout simplement, je n’ai pas réussi à accrocher aux scènes érotiques sans qu’aucun sentiment amoureux n’en émerge. Difficile d’expliquer le malaise qui accompagnait parfois ma lecture, mais la romance est pour moi un critère indispensable et ce roman érotique n’a pas su me faire accepter l’absence de la romance.

Après leur dispute en fin de tome précédent, nous quittions nos deux héros dans une situation destructrice. Malgré les mois passés, Lex n’a pas totalement oublié Elisabeth, mais il s’efforce de profiter de la vie à New York, au cours d’une soirée il fait la connaissance d’Eviva, qui va lui présenter un groupe d’amis ce qui va lui permettre d’avoir des contacts dans le milieu de la nuit et plus particulièrement dans le monde BDSM. Bien que sa culpabilité soit toujours là, il va continuer sa vie sans réellement analyser ce qu’il a perdu et j’avais parfois l’impression qu’il n’était pas tellement affecté par la situation. Après la révélation de son secret, j’aurais pensé qu’on s’attarderait un peu plus sur sa situation, alors que l’auteure a fait le choix de le laisser retourner dans ses vices et au final, j’avais du mal à apprécier son évolution à travers toute cette débauche. Je comprends qu’il s’agisse d’une sorte de décente aux enfers, mais j’ai eu du mal à me sentir à l’aise avec cette nouvelle vie.

Du côté d’Elisabeth on ressent de réelle difficulté à s’en sortir, après les révélations de Lex et la fin de leur relation, la jeune femme va avoir du mal à remonter la pente. Je n’ai pas forcément compris les choix qu’elle va prendre, mais dans sa quête elle va essayer de trouver des réponses dans un périple surprenant. Bien que la narration s’intéresse davantage à Lex, nous allons découvrir un véritable changement chez la jeune femme et la situation va prendre une direction particulière que j’ai trouvée assez perturbante. C’est une impression assez personnel, mais j’ai eu du mal à me retrouver dans sa manière de gérer son chagrin, sans compter qu’elle va être méconnaissable et j’ai eu du mal à retrouver notre héroïne dans ses réactions disproportionnées.

Vous l’aurez compris, l’histoire n’a pas vraiment réussi à me convaincre et je redoutais qu’on prenne cette direction. A commencer par la séparation, c’est vrai qu’elle était indispensable pour que nos héros puisse revenir sur de bonnes bases, mais les voir vivre autre chose sans réellement penser à la relation qu’ils avaient m’a vraiment déçue. J’avais l’impression que tout ce qu’ils ont vécue dans le tome précédent n’avait aucune importante et pour moi on perd le fil conducteur de cette histoire. Certes on aborde toujours des thèmes similaires, mais on ne progresse pas tellement notamment dans le passé de Lex qui semble l’avoir conditionné à être ce jeune homme et au final, ce qui paraissait être une intrigue intéressante n’est pas exploité.

J’avais bon espoir que nos héros puissent ressortir grandit de cette séparation, alors oui j’ai détesté chaque moment où ils continuent de vivre leur vie, mais je peux facilement accepter de les voir se prendre en main pour mieux en tirer des enseignements, mais cette distance est vraiment trop longue et mon côté monogame, n’a vraiment pas apprécié cette débauche, surtout pour en être au point de départ à la fin. Quelle frustration d’apprécier découvrir la plume d’une auteure, mais grincer des dents quand l’histoire ne correspond pas à vos désirs de rêveuse. Beaucoup trop d’érotisme dans ce tome pour me séduire. La curiosité me pousse à laisser le dernier mot au troisième tome, mais ce manque de romantisme me fait craindre le prochain tome.

Mon avis sur Le conteur d’histoires #1 ICI
Publicités

L’honneur de Preston | Mia Sheridan

Résumé :

Quand la distance révèle la passion… Le deuxième volet des Trois talents nous entraîne à New York où Lex, qui a obtenu la bourse Perdini, cumule plusieurs activités entre journalisme et photographie, sans parvenir à oublier sa culpabilité envers Elisabeth. Il se lie avec Eviva : une jeune artiste à la réputation sulfureuse qui fréquente le milieu underground new-yorkais et lui propose de l’accompagner dans ses soirées de débauche.
De son côté, Elisabeth est en proie à une violente dépression. Cherchant à retrouver son identité, elle se retire du monde et se lance dans un pèlerinage qui va la jeter sur les routes du Sud de la France. On suit en parallèle les folles aventures de Lex dans la nuit new-yorkaise et le voyage d’Elisabeth entre épreuve expiatoire et lutte contre ses pulsions. Mais aucun des deux ne trouve satisfaction dans ces excès, car ils restent marqués par la nostalgie de la relation intense qui les unissait.
Une romance torride et haletante…

Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

Depuis mon coup de foudre pour Archer’s Voice, il est inconcevable de ne pas me procurer les derniers romans de Mia Sheridan. Dès les premières pages on ressent la puissance des mots et la force de cette histoire à venir. Je me suis sentie touché par les pensées des personnages et le prologue est à l’image du reste de l’histoire : Touchant.

Annalia Del Valle et Preston Sawyer ont tous les deux grandis côte à côte, mais leurs différences sociales ont toujours été un frein pour la jeune femme. Alors que Preston vit dans une grande maison pleine de richesses, Lia partage une cabane avec sa mère. Malgré les réticences, la solitude va pousser la jeune femme à se rapprocher des deux frères Sawyer et une solide amitié va unir nos trois personnages. Alors que Lia et Preston sont tous les deux amoureux l’un de l’autre depuis l’enfance, aucun des deux n’a osé avouer ses sentiments et la peur du rejet les maintiens dans cette relation. Une nuit d’été va venir bouleverser l’équilibre qu’ils s’étaient construit.

Après une absence de six mois que personne n’explique, Lia est de retour en ville. Cet endroit qu’elle a toujours eu du mal à considérer comme sa maison est désormais son foyer et l’histoire démarre sur un prologue plutôt inattendu. Les premières révélations vont nous conduire à un retour un arrière et au fil des pages nous allons revivre l’histoire de l’adolescence à l’âge adulte de nos héros, pour mieux cerner l’évolution de nos personnages, ça été un vrai plaisir de découvrir une histoire touchante et je me suis attachée à nos héros.

Lia s’est toujours senti exclue de ses camarades, persuadée d’être une gêne elle n’a jamais imposé sa présence à personne et elle mène une enfance très solitaire. Pourtant malgré sa volonté de garder ses distances, Preston a toujours réussi à la faire abaisser ses barrières et les deux frères sont les seuls qui puissent l’approcher suffisamment puisqu’ils partagent la même propriété. La jeune femme n’aurait pas pu souhaiter meilleure amitié, pourtant face à leur différence de classes sociales elle est toujours resté dans l’ombre pour ne pas embarrasser ces figures populaires de la ville et bien qu’ils ne comprennent pas ce choix, les deux frères Sawyer n’ont jamais rien imposé à Lia et ont toujours été là, lorsqu’elle en avait besoin. Je dois dire que la jeune femme m’a particulièrement touché, on est face à un personnage d’une beauté intérieure et extérieure.

Preston lui est un personnage qui en fera craquer plus d’une, amoureux depuis toujours de Lia il va être un fabuleux ami et toujours être à proximité de la jeune femme lorsqu’elle en aura besoin. Sa sensibilité va être une force pendant leur adolescence et en grandissant elle va manquer de lui briser le cœur quand l’amour de sa vie est partie sans explication. J’ai aimé le voir se poser les bonnes questions et malgré l’honneur et la fierté, analyser la situation avec honnêteté. Le retour de Lia va être vraiment difficile pour lui et voir la femme qu’il aime revenir alors qu’il pensait avoir tourné la page et sa détresse va être vraiment déchirante.

Mia Sheridan va encore une fois mener son lecteur dans une histoire qui frise la perfection. Comme souvent dans ses romans, nous allons aborder avec beaucoup de juste des thèmes tels que l’immigration, la pauvreté ou l’abandon. Bien évidemment tout serait plus simple, sans ces malentendus frustrants qui vont venir compliquer un peu la situation sans jamais en faire des tonnes. Nos héros vont affronter des évènements qu’ils n’étaient pas préparés à rencontrer si jeune, mais c’est avec beaucoup d’émotions que nous allons partager des moments clés de leur vie et affronter avec eux des moments difficiles en étant totalement impuissants.

L’histoire d’Annalia et Preston est bien plus qu’une romance, ce couple va des moments terribles et le chemin va être long avant de pouvoir enfin profiter de l’amour qui les a toujours poussé l’un vers l’autre. Face à l’impardonnable, la guérison va prendre du temps et face à un récit aussi touchant, il vous sera difficile de ne pas succomber. Grosse déception cependant, car un échange d’sms entre nos héros a été oublié dans la traduction à la place des messages vides… Néanmoins, mon amour pour Mia Sheridan est intact et j’ai eu les larmes aux yeux.

Novembre | Audrey Carlan (Calendar Girl #11)

Résumé :

Thanksgiving arrive avec son lot de nouvelles. Wes a survécu à l’enfer et Mia et lui se sont retrouvés, plus amoureux que jamais.
Son nouveau travail à Century Production envoie Mia à New-York pour interviewer des stars, ce qui n’est pas compliqué puisqu’elle s’est fait, ces derniers mois, un nombre incroyable d’amis célèbres. Elle contacte Mason Murphy, le joueur de base-ball, et Anton Santiago, le chanteur de hip-hop.
Et enfin, Mia passe un dîner de Thanksgiving en famille, avec tous ceux qu’elle aime, même s’il y a toujours une place vite autour de la table… celle de son père.

Novembre est un mois particulier aux États-Unis puisque c’est Thanksgiving et ce tome apporte une part de nostalgie, car on va retrouver deux personnages importants dans le parcours de Mia et ce tome sera l’occasion de revenir sur tout ce que cette année lui a apporté et les bons moments au contact d’amis.

Comblée par son nouveau travail, Mia s’envole pour préparer une émission spéciale à New York. Le jeune couple venant de se retrouver, c’est en compagnie de Wes qu’elle va partir à l’aventure. Bien que les démons des tomes précédents soient encore présents, nous allons avoir droit à beaucoup d’amour dans cet opus et également des retrouvailles amicales qui font chaud au cœur et vous fera sourire dans certaine situation.

Mia va profiter de ce voyage professionnel pour présenter son amoureux aux hommes qui ont marqué sa vie durant cette année qui s’est écoulée. Au cours de ces instants privilégiés nous allons bien évidemment apprendre ce que les derniers mois ont apporté à nos héros. Ce voyage sera l’occasion de découvrir un nouveau trait de caractère à son amoureux et cela rend certaines scènes plutôt attendrissantes.

Bien évidemment puisqu’il s’agit d’une fête familiale, le reste de la fratrie n’est pas bien loin. J’ai trouvé que ce tome était touchant, car il entame la fin d’une série qui aura été marquée par des hauts et des bas et il constitue l’un des tomes les plus sincères de la série. On retrouve des ingrédients qui se marie à merveille : l’amour, l’amitié et la famille. Bien évidemment la situation n’aura son point final que le mois prochain.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Mai #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Juin #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Juillet #7 ICI
Retrouvez mon avis sur Août #8 ICI
Retrouvez mon avis sur Septembre #9 ICI
Retrouvez mon avis sur Octobre #10 ICI

Hate to Love | Penelope Douglas

Étant toutes les deux ravies de la sortie du nouveau roman de Penelope Douglas, nous avons décidé avec ma copine @fanbooks76 de nous lancer dans une lecture commune, il nous semblait évident que ce roman avait tout pour plaire. Les avis étant plutôt élogieux nous partions confiantes et bien que ma lecture fut fluide, on peut dire que du côté de mon binôme les choses ont été un peu plus compliqué. Je trouve intéressant d’avoir deux points de vue opposés pour cette lecture et même si de mon côté le style m’a tout de suite séduite, je rejoins son ressenti sur plusieurs points, mais pas au point d’abandonner totalement cette lecture.

 Depuis sept ans, Misha et Ryen échangent des lettres, ce qui n’était à la base qu’un projet scolaire s’est rapidement transformée en solide amitié. Bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés, ils sont l’un pour l’autre un confident important et à leur manière ils se soutiennent, se conseillent, s’écoutent et leur relation est bien plus profonde qu’une simple amitié. Chacun aime s’imaginer l’autre, mais la peur les empêche de franchir le cap. Un soir alors que son groupe organise une soirée, une jeune fille lui rappelle étrangement Ryen et il ne fait aucun doute que la jeune femme puisse être sa correspondante, pourtant malgré les années à discuter Misha a en face de lui une parfaite inconnue qui est loin de correspondre à l’idée qu’il en avait d’elle.

 Il y a des romans qui pendant la lecture vous font passer un moment excellent, les pages tournent toutes seules et l’histoire vous captivent. Pourtant après une bonne nuit de sommeil et une analyse un peu poussée, les premiers défauts font leur apparition et malgré la plume entraînante, le sujet n’est pas totalement en accord avec vos principes. C’est un peu ce qui s’est passé avec cette histoire, je l’ai dévoré en un après-midi et lorsque j’ai commencé à écrire cette chronique, j’ai réalisé que beaucoup d’aspects m’avaient interpellé.

 A commencer par l’aspect épistolaire qui n’est pas autant au centre de l’histoire que le laissait présager le résumé. Mais l’aspect le plus agaçant est pour moi le comportement insupportable de Ryen, je sais qu’elle considère qu’elle a des circonstances atténuantes, mais même si elle regrette son comportement ça n’arrange pas tout. J’ai rarement autant été énervé par une héroïne mais clairement, elle est à mettre dans le même sac que ses « amis » qu’elle a en horreur. Je trouve ça inacceptable de s’en prendre à plus faible que ça, tout ça parce que son statut lui permet. A mon sens, rien n’explique son comportement nombriliste et malgré certains aspects cruels, c’est bien la première fois que je trouve que c’est mérité et ça me fait culpabiliser d’accepter ça.

 Misha de son côté est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, j’ai immédiatement apprécié son côté sensible et la manière dont il s’évadait dans les mots que ce soit dans les lettres ou ses chansons m’ont beaucoup attendri. Au fil des pages une certaine noirceur va se dégager de son personnage et on va découvrir un nouvel aspect de sa personnalité, cette dureté n’est pas toujours compréhensible, mais lorsque les révélations vont progressivement se faire, on va lui pardonner beaucoup plus de chose qu’à Ryen, car il reste désintéressé.

 Et bien évidemment les dialogues dignes d’un porno alors qu’ils sont lycéens ce qui décrédibilise l’histoire, car aucun adolescent n’agit comme ça. Sans compter cette autonomie assez improbable sur les sorties nocturnes jusqu’à pas d’heures, les invités surprises qui entrent et sortent dans la maison familiale sans que l’autorité parentale n’en voit rien. Ce qui est étonnant c’est qu’on aurait très bien pu avoir des personnages plus âgés et s’éloigner un peu du cadre scolaire. Après j’exagère un peu, mais vous verrez globalement où je veux en venir si vous le lisez. De manière générale si on ne s’attarde pas sur les détails pendant la lecture et j’ai passé un bon moment lorsque j’étais immergé dans l’histoire. Le récit reste addictif et l’intrigue bien menée.

Madame Malcolm | Katy Evans (Manwhore #2.5)

Merci aux éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce roman
Date de sortie : 9 novembre 2017

Difficile de dire adieu à ce couple qui se complète à merveille et surtout un amour qui nous aura fait vivre l’histoire de l’intérieur, alors je ne sais pas vous, mais quand je vois que même Katy Evans a du mal à leur dire adieu, je me dis que je ne suis pas la seule à leur dire adieu. Si vous pensez que cette nouvelle est une suite, je vous arrête tout de suite, voyez plutôt ce tome comme un bonus. Personnellement je suis particulièrement fan des épilogues à la fin des romans, alors y consacrer un tome entier moi ça me suffit pour passer un bon moment.

Cette nouvelle c’est l’occasion d’étaler un peu plus l’amour entre Malcolm et Rachel, après avoir accepté de devenir la femme de notre sublime Malcolm Saint, la jeune femme va nous conduire avec elle jusqu’à l’hôtel. A travers de courts chapitres, nous allons vivre des moments de bonheur avec nos héros et partager des moments privilégiés avec leurs amis. Ne vous attendez pas à de nombreux rebondissements, ce n’est pas le rôle de cette nouvelle et ça n’aurait pas pu être totalement exploité. Certains sujets reviendront sur le tapis et de nouvelles révélations pourraient être utiles pour introduire les tomes suivants, mais hormis ces petits clins d’œil l’histoire se consacre exclusivement à mettre à l’honneur notre héros et profiter un peu plus de l’univers de Katy Evans.

Je suis ravie d’avoir retrouvé Malcolm et Rachel pour cet évènement qu’on attendait tous depuis qu’ils se sont rencontré. Maintenant, la boucle est bouclée et le célibataire le plus convoité des États-Unis va devenir le mari le plus convoité. La simplicité du récit fait le charme de l’histoire et j’ai apprécié participer aux préparatifs pour au final, lire le plus beau des adieux. Je n’aurais pas dit non à un ultime chapitre, mais je suis persuadée que notre couple de futur marié va voir s’ouvrir devant eux un avenir radieux. Une lecture adorablement romantique.

Mon avis sur Malcolm le sulfureux #1 ICI
Mon avis sur Malcolm +1 #2 ICI