Behind the bars | Brittainy C. Cherry

Résumé :
La première fois que je rencontrai Jasmine Greene elle apparut comme des gouttes de pluie.
J’étais ce musicien maladroit et elle était la reine du lycée. Nous n’avions rien en commun hormis notre musique et notre solitude.
Quelque chose dans son regard me disait que son sourire n’était pas toujours authentique. Quelque chose dans sa voix me donnait un espoir que j’avais toujours souhaité trouver.
Puis, en un éclair, elle disparut.
Des années plus tard, elle se tenait face à moi dans une rue de la Nouvelle-Orléans. Elle avait changé. Moi aussi. La vie nous avait rendus plus froids. Plus durs. Plus solitaires. Plus fermés.
Nous n’étions plus les mêmes, mais les fragments de mon être brisé reconnurent la tristesse qui demeurait en elle. A présent qu’elle était revenue, je ne commettrais plus l’erreur de la laisser partir.
La première fois que je rencontrai Jasmine Greene, elle apparut comme des gouttes de pluie. Lorsque nous nous retrouvâmes, je devins son orage le plus sombre.
Merci Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

J’ai du mal à réaliser qu’après deux en plein désert émotionnel livresque, mon a enfin volé en éclats. De bonnes lectures, j’en ai lu beaucoup, mais depuis bien longtemps mon cœur n’arrivait pas à retrouver l’explosion due à un récit superbement narré. Dès le début, il y a ces palpitations qui se sont fait sentir et progressivement mon cœur s’est gonflé d’amour, la première rencontre avec les personnages est déterminante et le coup de foudre n’a pas pris longtemps. Découvrir leurs fêlures n’a fait que renforcer mon amour pour ce récit, mais c’est lorsque que mon cœur a commencé à se fendiller que j’ai compris que je tenais une perle entre mes mains. Tout est réuni pour apprécier les personnages, l’univers et l’histoire qui se dessine, mais c’est lorsque le lecteur est au sommet de son attachement, qu’il sent son cœur explosé en morceaux. Je dis souvent que les histoires les plus belles, sont également les plus bouleversantes. Brittainy C.Cherry n’aura pas pu rendre plus authentique les émotions.

C’est l’histoire d’une rencontre entre deux musiciens qui vont communiquer à leur manière avec un langage qu’ils sont rares à entendre. La vie de Jasmine Greene est faite de sacrifice, depuis son plus jeune âge sa mère est prête à tout pour la voir réaliser son rêve de célébrité. Les cours de chant, de danse et de comédie ont rythmé sa vie d’adolescente et cette année encore va nécessiter de la pousser au bout de ses capacités. Seulement malgré les difficultés du milieu, Jasmine va se retrouver pour la première fois scolarisé avec ses camarades. Ces heures de cours sont pour la jeune fille une échappatoire, mais les journées vont devenir une vraie bouffée d’air frais lorsqu’elle va entendre le pouvoir de la musique. Comme une évidence, les notes vont effacer la solitude et un simple regard va considérablement changer sa vie. Pourtant à seize ans, un clignement d’œil et tout peut disparaître.

Des années plus tard, tel un aimant ils vont de nouveau être attirés l’un vers l’autre, mais l’insouciance va laisser place aux blessures d’adultes, les plaies plus à vif, mais toujours aussi solitaire. On a beaucoup avoir plusieurs éléments en main concernant le passé de nos héros, ça ne la rend pas moins bouleversante. Nous sommes spectateurs d’une histoire magnifique qui ont le sait va nous briser le cœur, les émotions sont authentiques et mettent le lecteur à vif. Nous assistons à la naissance d’une superbe histoire d’amour bercé par la musique de la Nouvelle-Orléans et en refermant ce livre je réalise que c’est bien plus qu’une romance, il est question de reconstruction, d’espoir et la famille occupe une place centrale dans le développement de l’histoire.

J’aurais tellement de choses à vous raconter, mais la surprise est ce qui m’a plus séduite dans ce roman et j’aimerais ne pas en dévoiler trop pour susciter votre curiosité. Brittainy C. Cherry nous montre encore une fois que les mots peuvent se révéler puissants et la justesse du décor amène le lecteur à se laisser transporter par l’histoire, sans oublier bien sûr les personnages secondaires qui affichent également une belle crédibilité et un soutien sans failles. On a simplement envie de les protéger de la moindre souffrance et de faire partie de cette famille. Un roman qui m’a brisé le cœur et les émotions seront présentes jusqu’à la dernière ligne.

Publicités

Inséparables | Sarah Crossan

La beauté de ce roman est tout simplement indescriptible. C’est dans ces moments que je suis heureuse d’écouter les conseils des copinautes blogueuses, sans les avis de Carnet Parisien et PrettyBooks, j’aurais pu passer à côté de cette superbe histoire. Le choix de narration contribue à l’originalité et c’est ce qui a rendu cette lecture aussi belle, mais ce qui a terminé de me convaincre c’est le thème unique et percutant.

Depuis seize ans, Grace et Tippi sont inséparables et pour cause, elles sont sœurs siamoises. Pour elle, ce lien qui les maintient attachées l’une à l’autre est bien plus que ça, leur complicité est telle qu’elles ont toujours considérés qu’elles étaient jumelles et leur complicité est un vrai rayon de soleil. Pour la première fois, les deux adolescentes vont devoir affronter leur entrée au lycée et dans cette jungle remplie d’adolescenst, elles vont vivre pour la première fois leur vie à cent à l’heure. Face aux regards, au jugement ou à la pitié, elles vont faire face toutes les deux et rencontrer de vrais amis qui vont leur faire découvrir la vie sous un nouvel œil, car c’est bien connu lorsqu’on est heureuse la vie est plus belle.

Cette manière de fonctionner en parfaitement synchronisation avec un autre être humain est assez incroyable, à l’image de la narration qui nous fait vivre une expérience unique nous allons rentrer dans la tête d’une héroïne qui découvre la vie à sa manière et qui aspire à une vie normale. Cette immersion au lycée va s’avérer effrayante et en même temps c’est une expérience unique qui va leur montrer la vie sous un nouvel angle. A côté de ça, on va être en totale immersion dans la vie de cette famille et j’avais parfois l’impression d’être un voyeur qui assiste à tous les côtés positifs et négatifs que peuvent apporter deux sœurs siamoises dans une famille. Certains moments vont s’avérer très touchants, voire déchirants et l’instant d’après, l’insouciance refaisait surface pour adoucir les difficultés de la vie.

Notre narratrice porte un regard d’une extraordinaire douceur sur le monde qui l’entoure bien qu’elle soit la plus timide des deux, les deux sœurs s’apportent mutuellement le soutien nécessaire à leur condition et j’ai été tellement subjugué par leur lien mental, qu’à aucun moment je n’ai éprouvé de pitié. J’ai simplement assisté à l’éclosion de deux papillons qui bien que différentes vont vivre une première rentrée scolaire mouvementée et la manière dont on les voit s’épanouir est tout simplement merveilleux. Le résumé s’attarde beaucoup sur la naissance de sentiment amoureux, pourtant ce n’est pas ce que je retiens de cette histoire, car dans un sens ça fait partie de l’évolution d’une adolescente. Non moi, j’ai simplement découvert une histoire racontée tel un poème avec des mots forts et un amour fraternel extraordinaire.

C’est à travers l’authenticité du récit que j’ai trouvée des émotions qui ne seront jamais assez fortes par écrit, mais qui je l’espère vous donnera envie de découvrir ce récit hors du commun. Dès le début j’ai été embarquée jusqu’à ressentir une totale implication à chaque nouvelle page. Ce roman ne laissera personne indifférente, laissez simplement la magie opérer. Un coup de cœur comme on en voit rarement.

Forbidden | Tabitha Suzuma

Merci Milady et Net Galley pour cette lecture

Avant tout j’aimerais rappeler que ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, notamment car le thème est relativement difficile et pourrait choquer certains lecteurs. J’ai énormément entendu parler de ce roman et avant de me lancer j’étais craintive de débuter une telle histoire, mais en bonne lectrice qui se respecte je n’ai pas pu résister à l’appel de la curiosité et cette lecture m’a profondément bouleversée.

Je vous avoue que l’écriture de cette chronique est extrêmement difficile, j’ai du m’y remettre à plusieurs fois avant de vous rédiger des phrases ayant du sens. J’ai beau prendre de bonne inspiration, je me sens complètement démuni face à cette histoire hors du commun. J’ai lu beaucoup de roman différents, certains classiques et d’autres plus dérangeants, jusqu’ici je n’avais jamais lu de roman comme celui-ci et j’ai véritablement été affectée par les émotions qui se dégagent du récit. Je n’étais pas préparé à vivre aussi intensément cette histoire et depuis que j’ai terminé ma lecture, je me sens différente.

Maya et Lochan n’ont que treize mois de différence et malgré leur jeune âge, ils sont contraints de jouer le rôle de parents pour le reste de la fratrie allant de 13 à 5 ans. Déterminés à assumer ce que leur mère semble prendre à la légère, ils sont tous les deux dans une position difficile devant jongler entre leurs études et l’éducation de leurs jeunes frères et sœurs. Cette situation peu commune va les conduire à se rapprocher au delà d’une simple relation fraternelle, ensemble ils vont devoir affronter le rôle de parents et être confronté à la naissance de sentiments amoureux, qu’ils n’avaient encore jamais vraiment éprouvés et qui va les ébranler, car ils sont conscients que ce n’est pas normal d’éprouver ces sentiments, pourtant ensemble ils vont lutter pour s’en sortir et tout donner pour leur famille.

Lochan va bientôt avoir dix-huit ans et bien qu’il soit un excellent élève, il a de gros problèmes en société. Cette différence va le conduire à rester solitaire et ses seuls contacts se résument aux temps qu’il passe avec ses frères et sœurs. Et on peut dire que c’est grâce à lui que les enfants s’en sortent, il a cette manière qu’on pourrait qualifier d’autoritaire de s’occuper d’eux, mais à bien y regarder on voit parfaitement qu’il désire le meilleur pour eux, il a toujours été question de les protéger, d’abord de leur mère, puis d’eux-même. J’ai été terriblement touchée par son parcours et sa timidité m’a brisé le cœur, cette détresse qu’il renvoie lorsqu’il se sent acculé m’a vraiment brisé le cœur. Alors lorsqu’il se rapproche de Maya, on a du mal à voir l’horreur dans leur relation, car malgré le côté interdit cet apaisement qu’ils ressentent au contact l’un de l’autre, m’a vraiment fait réfléchir. Ils savent tous les deux que c’est mal et on ressent sans mal l’oppression qui les étouffent, ce combat intérieur pour ne pas succomber. Cette souffrance, puis progressivement l’apaisement et ce réconfort, qui ne peut pas être totalement mauvais.

Avant de rencontrer les personnages j’avais du mal avec l’idée d’une relation amoureuse entre un frère et une sœur et ce n’est pas le genre de romance qui fait rêver et mon idée de base n’a pas changé pour autant. Le sujet me met toujours un peu mal à l’aise et je n’ai pas des papillons pleins les yeux, seulement la qualité du récit et les émotions qui s’en dégagent son authentique et dans le cas de nos héros, ce à quoi ils sont confrontés, je n’ai pas réussi à les haïr de pouvoir enfin être aimé. Même si on n’accepte pas le sujet principal, on ne peut pas enlever aux héros qu’ils ne se sont jamais vraiment comportés comme un frère et une sœur. La composition de la famille les a forcé à devenir adulte et assumer des responsabilités qui n’étaient pas les leurs, alors oui il y a un part de compréhension. Malgré toutes les émotions contradictoires lorsqu’on est face à cette relation, il m’a été impossible de les condamner et j’ai versé un torrent de larmes face à cet amour impossible qui m’a littéralement brisé le cœur. Un roman inoubliable.

Down shift | K. Bromberg (Driven #8)

L’écriture de cette chronique est extrêmement difficile, car il marque la fin de l’une de mes séries préférés New Romance. Si vous connaissez mon blog depuis longtemps vous savez l’amour que je porte à cette série et notamment à l’un de ses personnages Colton Donovan. Découvrir l’histoire de Zander Donovan c’est un retour sur l’histoire initiale et une conclusion parfaite pour cet enfant que nous avons appris à aimer enfant et que j’ai pris plaisir à redécouvrir dans sa vie d’adulte.

Zander Donavan a tout pour être heureux, une famille soudée et aimante, un job qui l’a conduit au sommet de sa discipline et des fans qui ne demande qu’à faire la connaissance du célèbre champion automobile. Pourtant lorsqu’un élément de son passé resurgit, il prend un virage à 90° et enchaine les excès, alcool, femmes… jusqu’à perdre ses sponsors. Afin d’affronter son passé, il part s’exiler sur une ile où il réside dans un cottage au bord de la mer. Sa tranquillité va être bouleversée lorsqu’il rencontre Getty.

Leur première rencontre va être électrique, chaque échange est explosif et à force de se côtoyer, ils vont se découvrir plus de points communs qu’il n’y paraît. Le changement d’attitude va se faire progressivement et malgré eux, ils vont tous les deux se juger sur de fausses impressions et à force de se découvrir, ils vont progressivement repousser leur limite. Ils sont tous les deux conscients de ne pas avoir beaucoup de point commun, mais leurs démons vont les rapprocher. Ce passé envahissant qui les conduits à la tranquillité, va s’avérer être un bon moyen de se rapprocher l’un de l’autre. Au contact des habitants de l’île, ils vont affronter leur passé dans un huis-clos qui va contribuer à les attirer l’un vers l’autre.

Zander n’a pas beaucoup de secrets pour nous, on connaît son passé grâce à l’histoire de Rylee et Colton, pourtant l’intensité de sa souffrance est terriblement touchante. Lorsque j’ai lu le prologue, j’ai vraiment cru que mon cœur allait se briser face à ces deux hommes en détresse. Alors voir que K. Bromberg a choisi de donner la parole à Getty n’a pas vraiment été une surprise, son personnage conserve le mystère et lorsqu’on réalise l’étendue des dégâts sur son personnage, on ne peut que trouver qu’elle est la femme parfaite pour Zander. Elle conserve une telle douceur et une force de caractère liés à son passé qui en font un personnage comme je les aime. Il est difficile de se sortir la tête de l’eau, mais malgré ses craintes jamais elle n’abandonne et sa rencontre avec Zander va débloquer quelque chose chez elle.

De son côté Zander est un personnage qui m’a étrangement fait penser à Colton, bien qu’il ait réchappé à son passé enfant et qu’il soit désormais au sein d’un foyer prêt à tout pour lui, le jeune homme est dans une tourmente dont il est le seul à pouvoir sortir. Son arrivé sur l’ile ne va pas passer inaperçu, tant par sa petite célébrité que son physique qui ne passe pas inaperçu. Il a un côté taquin et insouciant que j’ai beaucoup apprécié, mais la colère qui ne le quitte pas va contribuer à des rapports difficile avec Getty, notamment car il n’a pas besoin de complications supplémentaires. Ils vont tous les deux éprouver une attirance physique, mais c’est avant tout une relation de confiance qui va voir le jour, curieux de mieux comprendre la jeune femme il va s’approcher doucement, pour l’aider à affronter son passé et ce lien qui va se créer va le sortir de l’obscurité qui menaçait de l’engloutir sous le poids de son passé.

Il y a deux ans, j’ai découvert une série qui compte désormais parmi mes plus belles lectures. Pour beaucoup le héros a ce caractère insupportable, pour moi ça été un vrai coup de foudre livresque. A travers ces huit tomes, j’ai rencontré des héros différents, des histoires intenses et à chaque nouvelle parution sont quota d’émotions. C’est avec beaucoup de tendresse, que je dis adieu à ces personnages et cet univers qui aura su m’embarquer malgré les différences. Cette série aura également marqué une période personnelle de ma vie et cette échappatoire que ces tomes m’ont apportés est indescriptible. Ce tome n’est certainement pas un adieu, je prends encore régulièrement du temps pour relire mes passages chouchous et le plaisir est toujours là. Alors n’ayez aucune hésitation et foncez découvrir cette auteure de talent.

Retrouvez mon avis sur Driven #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Fueled #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Crashed #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Raced #3.5 ICI
Retrouvez mon avis sur Aced #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Slow Flame #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Sweet Ache #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Hard Beat #7 ICI

The Silent Waters | Brittainy C. Cherry (The Elements #3)

Quelques heures se sont écoulées depuis que j’ai terminé la dernière page de ce roman et je sens la puissance des émotions. Il est rare de débuter un roman et d’avoir déjà la gorge serrée, signe annonciateur d’un coup de cœur. Dans ce roman, il est question de moments qui peuvent changer la vie, ce roman fait partie des histoires poignantes qui auront forcément un impact dans votre vie de lectrice.

Il est assez difficile d’expliquer les émotions qui m’ont traversé pendant ma lecture, mais je pense que la plus marquante c’est cette boule qui vient me prendre au cœur et l’impacte que les mots ont pu avoir sur moi. En commençant les avis étaient déjà tellement élogieux, qu’il ne faisait aucun doute que mon avis mitigé du précédent opus allait être balayé. En fait, ce tome m’a permis de retrouver mon ressenti lorsque j’ai découvert The Air He Breathes. Brittainy C. Cherry a cette capacité à nous toucher directement en plein cœur, dès le premier chapitre j’ai commencé à être envahis par mes émotions et au fil des pages je n’ai cessé de m’accrocher pour ne pas pleurer. Vous savez ce moment où vous ressentez la moindre émotion puissance mille ? Eh bien ce roman, c’est un peu une bombe à retardement, chaque tic-tac est à l’origine d’une montée de panique et lorsqu’on croit que le compte à rebours s’est enfin stabilisé, l’un de ces moments importants vient tout remettre en question pour nos héros.

Maggie May Riley a toujours été une enfant débordante de vie et ses sourires la rendent lumineuse aux yeux du monde. Grâce au récent remariage de son père, la petite fille est heureuse de pouvoir compter sur une nouvelle famille et la présence d’une maman qui lui a tant manqué. Alors qu’elle préparait un heureux évènement du haut des ses huit ans, la petite fille va vivre un moment terriblement douloureux qui changera à jamais sa vie et marquera le jour où elle a perdu sa voix. A un âge où l’insouciance aurait dû être sa seule préoccupation, Maggie va trouver du réconfort auprès de Brooks Griffin, le seul qui puisse la comprendre malgré son silence et il va devenir son ancre pendant la tempête.

Brittainy C. Cherry est assez incroyable dans ce troisième opus, il y a ce mélange de moments bouleversants, où l’issue semble tellement incertaine et puis des instants qui vont vous arracher quelques sourires et apporter une vraie bouffée d’air frais dans la tourmente. Malgré les années Brooks va consolider une amitié solide et Maggie va pouvoir compter sur des alliés inattendus, notamment Madame Boone qui malgré son caractère difficile est un personnage indispensable à cette histoire pour que la vérité soit entendue. Et on peut dire qu’avec les relations conflictuelles, il faut parfois énoncer les faits au risque de heurter. Le fait que Maggie n’est plus sa voix nécessite qu’on se batte pour elle et même si elle peut compter sur très peu de personnes, ceux qui l’entourent donneront tout pour la protéger. Brooks sera le premier à prendre soin d’elle quoi qu’il arrive et c’est ce qui les rend si attendrissants.

Entre nous, ce qui m’a définitivement perdu c’est le charme et la gentillesse de Brooks, la relation qui va se tisser entre eux est belle. Malgré l’absence de mots, ils vont se livrer l’un à l’autre et s’apporter mutuellement le soutien et c’est magnifique de les voir succomber l’un à l’autre sans réserve. On ne va pas se mentir, dès qu’ils ont commencé à interagir l’un avec l’autre, j’avais envie qu’un Brooks soit inventé pour pouvoir glousser à ma guise. Certaines scènes ont fièrement été ajoutée à mes moments chouchous de tous les temps, je suis brisée par cette histoire et le pire c’est que c’est tellement beau, que je n’hésiterais pas à revivre ces souffrances pour pouvoir me dire que j’ai lu un roman aussi poignant.

Retrouvez mon avis sur The Air He Breathes #1 ICI
Retrouvez mon avis sur The Fire #2 ICI