Furious | L.J. Shen (Sinner #4)

Résumé :
Il avait tout prévu. Sauf le désir qu’elle lui inspire.
Bane. Un homme dangereux, impétueux, sans limites. Tout le monde le sait, même Jesse qui, depuis qu’elle s’est fait violemment agresser, s’est complètement coupée du reste du monde. Alors, le jour où elle le croise en sortant de chez son médecin, elle est immédiatement sur ses gardes. Car, elle en est persuadée, cette rencontre n’est pas un hasard. Bane la cherchait. Mais qu’est-ce qu’un homme comme lui, capable d’avoir le monde à ses pieds, peut bien vouloir d’une femme brisée comme elle ? En temps normal, Jesse n’aurait pas tenté de le savoir. Malheureusement pour elle, l’insistance de Bane ne lui laisse guère le choix…

Bane est un personnage fascinant qui m’a tapé dans l’oeil dès qu’on a fait sa connaissance dans Scandalous. Chaque tome fait monter d’un cran mon appréciation et même si celui-ci ne se hisse pas au top, il n’a rien à envier à ses prédécesseurs. J’ai trouvé qu’on abordait dans ce tome des sujets douloureux et Jesse est l’héroïne qui m’a le plus toucher dans cette série, tant par son passé que par le chemin parcourut à la fin du roman.

Jesse reprend doucement sa vie en main après un drame, mais sa méfiance n’a rien perdu et elle demeure continuelle sur ses gardes. Sa vie est une routine bien rodée et ça lui convient parfaitement. Lorsqu’elle fait la connaissance de Bane, il n’est pas question de le laisser s’approcher d’elle, pourtant cet homme dangereux souhaite par tous les moyens en savoir plus par Jesse et à force d’instance le jeune homme va doucement s’approcher de cette mystérieuse jeune femme qui semble porter le poids du monde sur ses épaules.

Bane est connu comme le loup blanc à Todos Santos et il n’a jamais caché qu’il n’était pas un homme honnête, son business fonctionne plutôt bien, mais il a des rêves plus ambitieux et même s’il n’a pas été élevé dans une famille riche, il s’en sort plutôt bien aujourd’hui. Sa rencontre avec Jesse c’est comme un rafraîchissement, lui qui n’a jamais dû se battre pour obtenir une femme, se retrouve à devoir redoubler d’attention pour une femme qui le regarde à peine. Cette souffrance qui l’habite, il la perçoit, mais celle qu’il cherche à sauver c’est la battante, celle qui s’est tu depuis trop longtemps et ce qu’il décèle en elle va au-delà de tout ce qu’il aurait pu imaginer. Il a un certain charme et l’aura de danger qu’il dégage n’est pas si effrayante que ça quand on rentre dans sa carapace.

Dès le prologue le sort de Jesse est scellé et c’est ce qui en fait l’une des plus belles héroïnes, car malgré les souffrances et la douleur permanente, elle va devenir une héroïne courageuse et même si le chemin est long avant de pouvoir dire qu’elle s’en est sortie, elle m’a complètement bouleversée. Il y a des sujets qui nous touchent plus que d’autres et il est impossible de ne pas pouvoir éprouver d’empathie pour cette femme formidable. Découvrir qu’après tant d’épreuves, la solitude est aussi présente dans la vie de Jesse, c’est difficile à encaisser. Bane est loin d’être un homme comme on en rêve, mais parfois il ne faut pas écouter tous les ragots et laisser son cœur parler, sans se soucier de ce que pensent les autres. Et ensemble ils sont plus forts, ça les rend d’autant plus compatibles.

Avec ce dernier opus de la série Sinner of Saint, on peut dire que L.J. Shen aura réussi à devenir une auteure incontournable chez Harlequin et j’espère avoir le plaisir de la redécouvrir dans d’autres récits, le temps que nous puissions découvrir la future série consacrée aux enfants chéris de nos Hot Heroes. Un tome toujours aussi fluide et des héros hors du commun qui laisseront une trace dans notre historique de lecteur tant ils sont uniques.

Mon avis sur Devious #2 ICI
Mon avis sur Scandalous #3 ICI
Publicités

A Première Vue | Colleen Hoover

Résumé :

Merit Voss sait qu’elle est une fille un peu bizarre. Elle collectionne, par exemple, les trophées qu’elle n’a pas gagné. C’est en voulant en acquérir dans une brocante qu’elle fait la connaissance d’un séduisant jeune homme, Sagan. Il lui plaît immédiatement mais elle va vite réaliser que la situation risque d’être un peu plus compliquée qu’elle ne le pensait et que l’alchimie qu’elle a cru percevoir entre eux, a peu de chances de se développer.
Rien n’est jamais simple dans la famille Voss. Ses parents sont séparés officiellement mais vivent encore sous le même toit, celui d’une ancienne église désaffectée. Son père a épousé l’infirmière de son ex-épouse, qui l’a assistée lorsqu’elle a eu un cancer. Ses frères et soeurs ont des traits de caractère qu’elle n’apprécie pas et qui le rendent aussi étranges que leurs parents. Merit ne supporte plus cette famille dont elle juge sévèrement chaque membre.
Mais, le pire est peut-être à venir quand elle découvre que les apparences sont peut-être trompeuses. Quand la vérité se dévoile, lorsque des secrets bien gardés commencent à émerger, Merit est confrontée à une tâche difficile : remettre toutes ses certitudes en question.

Comme préconisé dans plusieurs avis, je n’ai pas lu le résumé avant de découvrir le petit dernier de l’auteure. Malgré des avis assez tranchés pour certain, j’ai arrêté de vouloir en savoir plus sur cette histoire et j’ai tenté de débuter cette lecture sans me laisser influencer par les nombreux retours. Ce roman ne figure pas parmi mes favoris, mais il est bien signé Colleen Hoover et on ressent aisément la plume de l’auteure.

Je comptais me vider l’esprit après avoir terminé ma lecture, mais il était tellement tard que les mots se sont envolés au profit du sommeil. La difficulté de cette chronique c’est que finalement moins vous en savez mieux se portera votre lecture. J’ai vu beaucoup d’avis qui m’ont effrayé et je ne suis probablement pas la seule dans ce cas, j’ai envie de vous dire que ce roman est différent des autres, vous l’avez peut-être vu il ne fait pas partie de la collection New Romance, mais c’est un Colleen Hoover et personnellement ça suffit à me pousser à l’achat.

Merit Voss est un personnage complexe, qu’il est parfois difficile d’apprécier, mais à qui j’ai réussi à m’attacher. Au risque de gâcher l’élément de surprise, il est difficile de raconter son parcours et c’est la complexité de son personnage qui crée toute l’histoire. Sachez simplement qu’elle avance à contre-courant, allant même jusqu’à collectionner les trophées qu’elle n’a pas gagnés. Je pourrais dire que sa rencontre avec Sagan va changer sa vie, mais finalement il n’est pas le seul qui va intervenir dans ce chamboulement. Dès que vous rencontrerez la famille dysfonctionnelle de Merit tout va prendre son sens et à vous de vous faire votre propre idée.

Certes les personnages auraient mérité d’être un peu plus développés, mais j’ai trouvé que l’histoire et la manière dont elle est racontée était plutôt représentative des pensées de Merit. L’auteure a une manière particulière d’aborder des sujets difficiles, tout en conservant une part d’humour parfois assez déplacé, mais pas choquante pour autant. Je n’aurais pas dit non à quelques chapitres supplémentaires pour rendre la fin de l’histoire un peu plus définitive, mais dans son ensemble cette lecture m’a intriguée et c’est déjà un bon point, car je n’avais aucune idée de là où elle voulait nous mener. J’ai lu ce roman en quelques heures et bien qu’il est quelques défauts, j’ai retrouvé le plaisir de lire une auteure que j’adore et l’essentiel c’est qu’elle se soit fait plaisir et il est parfois intéressant de sortir de sa zone de confort. Je préfère Colleen Hoover dans des histoires où les émotions priment sur tout le reste, tel que Maybe Someday ou Hopeless, mais ce roman est m’a fait passer un moment agréable.

Les leçons d’Amour d’Alice Wells | Sara Wolf

Résumé :

Quand une élève modèle demande des cours de séduction au bad boy du campus, attention danger !
Alice collectionne les meilleures notes. Dévouée à ses études, elle n’a pas de temps à consacrer à sa vie privée, elle n’a même jamais embrassé un garçon ! Alors, quand elle tombe amoureuse de son alter ego, le parfait Théo, elle décide de procéder comme elle l’a toujours fait : en étudiant très sérieusement les choses de l’amour. Et qui mieux que Ranik Mason, dont la réputation sulfureuse est connue de tous, peut lui donner des cours particuliers ?
Merci Pocket Jeunesse pour cet envoi

Une romance plutôt classique qui parvient à susciter tendresse et attachement envers les personnages. L’histoire conserve un aspect jeunesse, malgré que l’intrigue se déroule sur les bancs de l’université, mais le manque d’expérience de l’héroïne rend l’histoire plus douce et conserve une certaine innocence idéale pour de jeunes adultes, sans pour autant ponctuer les chapitres de scènes de sexe. J’ai découvert Sara Wolf, dans sa précédente trilogie parut chez Pocket Jeunesse et immédiatement j’ai ressenti les émotions sans pouvoir l’expliquer, comme si le récit avait les bons mots. Ici on est dans une histoire plus légère et en période hivernale, c’est tout à fait le genre de roman doudou que j’apprécie découvrir avec un chocolat chaud pour m’accompagner.

Alice Wells a toujours été la première de la classe et ses études sont très importantes pour la jeune femme, alors lorsqu’elle réalise qu’elle éprouve des sentiments pour le parfait Théo, elle réalise qu’elle ne sait pas quoi faire pour qu’il l’a remarque. Sa vie privée n’a jamais été sa priorité et ses amis se comptent sur les doigts d’une main. Pour elle la solution est toute trouver, elle doit étudier pour connaître l’Amour et lorsque sa route va croiser un homme qui semble connaître les codes, elle va se tourner vers Ranik Mason pour qu’il lui enseigne tout ce qu’elle a besoin de savoir pour obtenir le garçon qui lui plaît, en échange de quoi la studieuse Alice va exceller dans le domaine où elle est la meilleure : les cours, afin d’offrir de bonnes notes à son professeur.

La fin est prévisible, mais ça n’enlève rien du plaisir passer à découvrir la rencontre entre Alice et Ranik, ou  tout simplement la manière dont deux inconnus vont progressivement développer une certaine alchimie. Il y a un côté assez cliché du playboy qui va apprendre l’amour à la petite étudiante studieuse, mais j’ai apprécié voir les différences qui les séparaient au début, évoluer pour finalement se redécouvrir soi-même. J’ai eu quelques difficultés avec le personnage d’Alice, elle a ce côté naïf qui m’a parfois agacé, mais au contact de Ranik elle devient attachante dans sa quête de l’Amour et cette reine des glaces va venir réchauffer le cœur de notre bad boy aux ailes brisées.  Et notre héros est un excellent héros qui va faire battre des cœurs, tant sa personnalité est émouvante. On alterne entre humour et fragilité lorsqu’on entrevoit ceux qu’ils sont réellement.

Une lecture détente qui prouve encore l’addictivité de la plume de l’auteure et comme elle sait si bien le faire, elle sème sa petite graine de tendresse qui contribue à se sentir à l’aise avec les personnages et à souhaiter un rapprochement, pourtant quelques leçons sont un peu poussées et par moments j’ai eu du mal à trouver ça vraiment crédible. Il faut dire que Alice est vraiment très studieuse et n’hésite pas à donner de sa personne, ce qui rend certaines situations un peu malaisantes et les actes étaient parfois trop désinvoltes.

Néanmoins j’ai apprécié voir nos héros cultiver leur différence et s’épanouir au contact l’un de l’autre. Je regrette qu’on n’ait pas creusé un peu plus du côté de leur vie privée, qui semblait avoir quelques éléments intéressants non exploités, alors qu’ils font partie intégrante de leurs histoires. Et pour le coup petit bémol sur la fin trop précipitée, qui aurait mérité quelques chapitres supplémentaires, ou une moitié de roman qui prépare cette conclusion. Tout ce que j’attendais de cette lecture, était un moment sans prise de tête avec des personnages attachants et le pari est plutôt réussi. Un moment de lecture comme on les aime.

La loi du silence | Tillie Cole (Hades Hangmen #5)

Résumé :
 « Quand il m’embrassa, le monde s’évanouit. Toute la douleur, tous les démons qui assombrissaient mon esprit disparurent dans un merveilleux néant, chassés par son parfum qui me consumait, éloignant les ténèbres. »
Sergent des Hades Hangmen, Xavier « AK » Deyes est hanté par ses démons. Lorsque l’occasion se présente de racheter ses erreurs passées, le jeune homme est déterminé. Il se porte volontaire pour accomplir une mission délicate : infiltrer un groupe de trafiquants afin de sauver Phebe des griffes du mystérieux Meister. AK reconnaît immédiatement en cette jeune femme qui n’a connu que souffrance depuis son enfance dans une secte sordide, une âme soeur en quête de rédemption. Ensemble, ils pourront enfin affronter les fantômes de leur passé et peut-être trouver l’amour…
Je remercie les éditions Milady pour l’envoi de ce roman.

Un cinquième opus qui parvient à se démarquer, tout en concervant les émotions qui m’avaient tant plu dans les précédents. Certains trouveront qu’on est dans la surenchère, pour ma part la magie opère toujours avec la plume de Tillie Cole et ce tome apporte une touche d’espoir qui m’a ému. La fragilité qui ressort des deux héros rend cette histoire encore plus troublante et la violence vécue fait toujours bondir mon cœur face à tant d’injustice et des croyances absolument abjectes et révoltantes. Préparez-vous à approuver de vives émotions.

Phebe a été élevé dans une religion qu’elle n’a jamais contestée, pour elle la vie qu’elle avait dans la communauté a toujours été en accord avec ses croyances. Seulement après plusieurs années à accepter sa souffrance et celle des autres, la jeune femme a commencé à remettre en cause ses convictions et bien que faible, les premiers signes de révoltes vont progressivement se déceler dans les autres tomes. Je me mets à la place de cette sœur, qui n’a jamais rien connu d’autres et participe aux croyances d’un peuple en décalage avec l’extérieur. Difficile d’oser s’émanciper quand ta seule famille est à tes côtés, pourtant à travers des gestes désintéressés ce personnage va nous montrer qu’elle est une belle âme et qu’elle aussi mérite d’être sauvée. Phebe n’aurait jamais cru ses sauveurs seraient les Hades Hangmen et AK est déterminée à la sortir de cet enfer.

Xavier « AK » Deyes est hanté par les erreurs de son passé, l’une d’elles a besoin de son aide pour s’en sortir, alors lorsque le Vice-Président envoi des hommes pour sortir la sœur de sa femme des grilles Meister, un membre du Klan, AK n’hésite pas et le sergent est prêt à tout pour récupérer cette superbe rouquine qu’il a laissée derrière lui. Immédiatement face aux démons de Phebe il ressent un écho à ses propres souffrances et alors qu’il pensait avoir laissé le passé derrière lui, il est envahi par sa propre souffrance menaçant de tout engloutir sur son passage. Venir en aide à cette superbe jeune femme c’est mettre en sourdine ses propres fantômes, tout est réuni pour se perdre corps et âme l’un dans l’autre. Et lorsque le passé ressurgit, préparez-vous au pire.

Ce tome s’éloigne un peu des pratiques du club et même si les bikers ne sont jamais bien loin, on ressent que AK n’a pas été élevé au sein du club. Les mentions de l’extérieur sont beaucoup plus présentes et j’ai apprécié découvrir le parcours de ce sniper qui à contribuer à intégrer de nouveau membres, tel que Flamme et qui malgré son passé, fait partie intégrante du trio de psychopathe. Les épreuves que nos héros ont traversées ont contribué à ceux qu’ils sont désormais et immédiatement j’ai ressenti de l’attachement pour AK qui n’a pas eu une vie facile et il est appréciable de voir la vie lui sourire un peu avec l’arrivée de Phebe à ses côtés. Les évènements s’enchainent de manière cohérente et une nouvelle intrigue semble se profiler. Sans compter que la jeunesse semble avoir beaucoup à offrir.  Il me tarde de lire le prochain tome ! Ma seule crainte réside dans le fait que les tomes sont de plus en plus durs et j’ai peur de découvrir jusqu’où nos personnages vont souffrir.

Mon avis sur Hors la loi #1 ICI
Mon avis sur Sans foi, ni loi #2 ICI
Mon avis sur La loi d’attraction #3 ICI
Mon avis sur Au-dessus des lois #4 ICI

Scandalous | L.j. Shen (Sinner #3)

Résumé :

L’interdit n’a jamais été aussi irrésistible.
Trent Rexroth. Insensible, froid et calculateur. Et c’est l’homme qui va me briser le cœur. Il a trente-trois ans. Moi, dix-huit. Autant dire qu’à ses yeux je ne suis qu’une gamine. Pire, l’enfant gâtée de son ennemi juré, celui qu’il rêve de faire tomber. Je ne me fais donc aucune illusion : si aujourd’hui Trent s’intéresse à moi, c’est uniquement pour parvenir à ses fins. Alors oui, si j’étais raisonnable, si je voulais éviter un scandale à ma famille, je garderais mes distances. Mais ce n’est pas le cas. Malheureusement pour moi, l’interdit ne m’a jamais semblé aussi irrésistible.

Mon tome favoris de la série, absolument conquise par l’histoire et ses personnages. Dans un premier temps, la différence d’âge entre Trent et Edie me dérangeait un peu, et puis finalement une fois les préjugés mis de côté l’histoire aborde des thèmes importants avec beaucoup de pudeur. On oublie sans mal l’âge grâce aux comportements de nos personnages et une fois la surprise passée, la romance est bien menée. Et puis bien sûre Luna est un personnage qui m’a vraiment touché et qui fait partie intégrante de l’histoire.

Trent Rexroth est le plus discret du groupe, mais pas forcément le plus sage. Rappelez-vous cet homme insensible et froid, qui fait fondre nos cœurs lorsqu’il abaisse ses barrières devant la seule et unique femme de sa vie : Luna. Leur première rencontre s’est faite à distance, mais lorsque leur route va de nouveau se croiser ces deux héros volcaniques vont nous montrer l’étendue de leur aversion l’un pour l’autre. A première vue l’histoire peut renvoyer ne sorte de malaise, tant la différence d’âge est importante. Sans compter que Edie sort presque de l’adolescence et c’est une relation vouée à l’échec, tant leurs caractères sont différents.

Pourtant rapidement on comprend que l’âge n’est qu’une excuse et la maturité n’est pas nécessairement là où on pense la trouver. J’ai trouvé intéressant la manière dont on aborde le vécu de notre héroïne, derrière les apparences se cache souvent des histoires qu’on est loin d’imaginer et notre petite Edie va s’avérer beaucoup moins gamine qu’on pourrait l’imaginer et au fil des pages on découvre le mot responsabilité à travers deux visions différentes. D’un côté nous avons une jeune femme qui rêve d’insouciance et qui est rattrapée par la réalité, et de l’autre un homme contraint de prendre ses responsabilités face à l’imprévu.

On est typiquement dans une situation où nos héros vont se mener une guerre sans merci, en utilisant les coups bas, le chantage et d’autres stratagèmes plutôt intenses. Bien évidemment, comme les opposés s’attirent nous allons rentrer dans une relation amour/haine où à force de se chercher nos héros vont alimenter la tension et c’est justement ce qui rend l’histoire aussi explosive. Entre deux piques un élément va les réunir et c’est une adorable petite fille. L’alchimie entre les deux jeunes filles va être immédiate et Trent va être prêt à tout pour le bonheur de sa fille, quitte à laisser s’approcher Edie qui semble avoir le don d’amadouer l’adorable Luna.

Un tome encore meilleur que les précédents, bien que pas si différent. Nos héros vont malgré la différence d’âge se trouver des points communs et malgré les préjugés ils vont se laisser guider par l’alchimie qui les entraîne l’un vers l’autre. Je suis toujours aussi fan de l’auteure et de son style d’écriture ne cesse de m’entraîner dans des histoires toujours plus addictives. Un tome captivant qui m’aura séduite jusqu’à la dernière ligne.

Mon avis sur Devious #2 ICI