Fantasy, Romance

Baiser brûlant | Jennifer L. Armentrout (The Dark Elements #1)

Résumé :
Layla est un être unique. Non seulement ses baisers sont capables de tuer n’importe qui ayant une âme, mais elle est aussi la seule représentante de son espèce : mi-gargouille, mi-démon. Or, quand on grandit au sein d’un clan de Gardiens chargés d’anéantir les créatures démoniaques pour protéger l’humanité, mieux vaut faire profil bas et cacher ses sentiments. En particulier auprès du charmant Zayne, qui la voit davantage comme une petite sœur. Lorsque Layla rencontre Roth, un démon aussi dangereux que séduisant, la liste de ses priorités change quelque peu. En effet, ce dernier prétend connaître tous ses secrets, notamment celui de ses origines…

Jennifer L. Armentrout a un style bien à elle et encore une fois c’est avec des papillons dans le ventre que je termine ma lecture. J’avais beaucoup apprécié Covenant et Origine, mais avec cette nouvelle série on atteint l’excitation qui avait accompagné ma lecture de Lux. Encore une fois l’univers qui se dessine est captivant et les personnages ont tout pour plaire.

Nous sommes plongées dans un monde où les Gargouilles et les Démons sont en guerre. Au milieu de tous ces clans notre héroïne Layla a la particularité d’être mi-gargouille, mi-démone et un seul baiser d’elle pourrait tuer n’importe qui ayant une âme. Difficile de trouver sa place lorsqu’on est la seule représentante de son espèce, au fil des ans les gargouilles qui l’ont recueilli enfant, se sont servi de son don unique pour traquer les démons, mais à l’aube de ses dix-sept ans, elle fait la connaissance du ténébreux Roth un démon supérieur qui est aussi dangereux que séduisant et qui semble tenir les réponses liées à ses origines et connaître tous ses secrets.

Vous connaissez mon aversion pour les triangles amoureux, et cette histoire développe plus ou moins des sentiments partages. Comme seule Jennifer L. Armentrout sait le faire, nous avons deux héros que tout oppose et qui ont un fort potentiel. D’un côté nous avons Zayne, le gardien protecteur avec qui elle a grandi et qui la considère Layla comme sa petite sœur et de l’autre le ténébreux Roth qui est un démon et par définition son « ennemi », mais qui lui fait ressentir des émotions différentes. Personnellement mon cœur a fait son choix, et il n’est pas sans rappeler notre très cher Daemon, mais je vous laisse découvrir lequel mettra vos sens en éveil. Dans un sens, c’est un peu plus compliqué qu’un triangle amoureux, et l’histoire n’est pas véritablement centrée sur la romance, mais elle a son importance.

J’ai trouvé qu’on était dans un univers riche et j’ai beaucoup apprécié découvrir le décor, les personnages et leur histoire. Il y a cet aspect de l’histoire qui évoque la guerre entre le bien et le mal, pour finalement mettre en lumière que les gargouilles ne sont pas forcément tous des êtres bons et en opposition, les démons ne sont pas tous foncièrement mauvais. Au milieu de tout ça, nous avons Layla qui a toujours pensé qu’elle était du côté des gentils et bien que l’aspect de son histoire ne lui soit pas totalement révélé, elle a grandi dans un foyer qui a tenté de l’intégrer à son clan et même si, elle n’était pas totalement considérée comme un membre à part entière, ils se rapprochent le plus de ce qui qualifierait de famille. Et grâce au lycée, elle peut prétendre à un semblant de normalité, en étant intégrée par les humains et ses amis sont géniaux. J’ai beaucoup aimé sa personnalité, à la fois douce et combative. Sa rencontre avec Roth va lui ouvrir les yeux sur sa condition et lui apporter beaucoup.

Ce premier tome réunit tout ce qui fait sensation lorsque je lis un roman de Jennifer L. Armentrout, une intrigue prenante, de l’action, de l’humour et bien évidemment une romance qui pose ses bases et qui pourrait demeurer forte dans les prochains opus. Avec une telle fin, on ne peut qu’être excitée à l’idée de découvrir la suite. Impossible de passer à côté si vous appréciez Jennifer L. Armentrout et pour les autres lancez-vous, ça semble être l’occasion.

Romance Contemporaine

Let you love me | Kennedy Ryan (Grip #1)

Résumé :
Gérer la carrière du musicien le plus prometteur de la décennie, Bristol sait le faire : c’est son métier. Mais résister au désir magnétique qui les lie, ça, c’est sa hantise.
Bristol doit se rendre à l’évidence : huit ans après la semaine magique qu’elle a passée avec lui, Grip, le meilleur ami de son frère, n’a rien perdu de son talent, ni de son charme. Celui qui composait pour sortir de la misère des ghettos est devenu l’un des plus grands espoirs du hip-hop, et la tentation incarnée. Irrésistible, envoûtant et désormais célèbre, il a réveillé d’un simple regard les sentiments vertigineux qu’elle a longtemps réprimés. Elle a toujours su qu’il réussirait. Tout comme elle a toujours su que leur relation n’avait aucun avenir. Mais aujourd’hui, c’est elle, Bristol, qui va devoir manager sa carrière. Tout en cachant les sensations explosives que Grip provoque encore en elle. Son défi : rester professionnelle. Son problème : Grip n’a aucune intention de renoncer à elle…

Tout d’abord la première chose à savoir si vous lisez cette chronique, c’est qu’il existe un prequel qui raconte la première rencontre entre les protagonistes et je vous la recommande chaudement avant d’entamer cette lecture.

Bristol est née dans le milieu de la musique, mais on lui a toujours répété que contrairement à son frère elle n’a aucun talent particulier, alors il semblait normal de se diriger vers un métier qui était l’envers du décor et aujourd’hui, elle est comblée dans sa carrière de manageuse. Grâce à la carrière de son frère, elle a la chance d’avoir pu obtenir des contrats importants auprès d’artistes reconnus.  Depuis 8 ans, elle dirige ses artistes d’une main de maître pour les faire briller aux yeux du public. Cette année toute son attention s’est portée sur Grip, le meilleur ami de son frère qui après des années de galère se fait enfin connaître et Bristol va tout faire pour que son premier album soit un succès, tout en tentant de conserver ses distances comme elle le fait depuis des années, seulement Grip est déterminé à jouer de ses charmes pour enfin pouvoir conquérir le cœur de la jeune femme qu’il convoite.

Je n’aurais pas découvert Bristol dans le prequel, j’aurais pu avoir quelques a priori sur cette forte personnalité. Au premier abord elle renvoie l’image d’une femme hautaine qui se croit supérieure aux autres et en creusant un peu, on découvre qu’elle s’est forgé une carapace depuis le départ de son frère lorsqu’elle était adolescente. Et pour beaucoup elle est la définition même de la blanche privilégier qui doit tout à la fortune de ses parents, pourtant on comprend rapidement qu’elle est bosseuse et protège son cœur des souffrances. On est confronté à un choc des cultures puisque Grip a vécu une enfance confronté à l’injustice, aux gangs et trafic de drogue, luttant pour s’en sortir. Aujourd’hui, il gagne suffisamment d’argent, mais la brutalité policière ne l’a jamais épargné et ça se ressent dans ses compositions.

Difficile de ne pas relever les références au mouvement Black Lives Matter compte tenu du contexte et ça m’a fait réaliser que c’était la première fois que je lisais un roman avec un couple métisse, c’est quand même assez incroyable de relever le manque de représentation dans la littérature française. Je pense que le moment n’aurait pas pu être mieux choisi pour découvrir cette romance et j’ai pris plaisir à découvrir un héros différent issu d’un milieu défavorisé qui grâce à sa poésie a réussi à se faire connaître dans le milieu hip-hop. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai terminé ma lecture avec des émotions en pagaille, un message qui raisonne en moi et tout simplement des personnages qui s’éloignent du schéma habituel dans les romances contemporaines.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas été autant captiver par l’alchimie entre les personnages d’une romance, une semaine passée ensemble aura fait éclore des sentiments forts qui au fil des années n’auront fait que se consolider et se transformer une tension sexuelle qui va donner des sueurs froides aux lecteurs. Bristol m’a parfois frustrée avec ses idées préconçues, mais Grip aura su équilibrer la balance à quelques reprises. Ce roman m’a fait passer par plusieurs émotions telles que la frustration, l’inquiétude ou encore la joie et c’est justement ce qui a rendu ce récit vivant et addictif. Je croise les doigts pour qu’Harlequin nous traduisent le deuxième tome pour prolonger la magie.

Romance Érotique

Abel | T.M. Frazier (Kingdom #4)

Résumé :
Bear a juré de tout faire pour aider Thia, même si cela lui coûte la liberté.
Il a tenu promesse et a accepté d’endosser la responsabilité de la mort des parents de la jeune femme.
Mais son véritable ennemi demeure le club de bikers qu’il a fui et son père lui-même, le président du club en question.
La lutte entre eux est loin d’être terminée et elle risque d’être terrible. Ce qui est inacceptable pour Bear, c’est que cette guerre familiale atteigne Thia.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi

Le troisième opus m’avait laissé un avis mitigé, à la lecture de ce quatrième tome j’en ressors davantage satisfaite sans pour autant que cette suite soit parfaite. Néanmoins j’étais curieuse de retrouver Bear et Thia qu’on avait laissé dans une situation qui semblait sans issue. Après les aveux de Bear celui-ci est envoyé en prison, pour lui seul compte le fait de garder Thia en sécurité.

L’action est encore une fois au cœur de l’intrigue et de nombreux rebondissements vont contribuer à tenir le lecteur captivé par l’histoire. Nous sommes encore une fois dans une atmosphère sombre où le sang va couler à flots, mais l’amour que Bear et Thia se porte va déjouer tous les plans et malgré la séparation leur complémentarité va nous sauter aux yeux.

Le séjour en prison de Bear va mettre en lumière plusieurs traits de personnalité de nos héros, à commencer par notre biker va développer son instinct de protection et se montrer malgré tout attentionné. Thia, nous avait habitué à être en position de faiblesse et durant l’absence de son biker, elle va développer une détermination qui va la pousser à prendre de l’assurance, quitte à prendre elle-même en main le sort de son homme et dans ce quatrième opus, ses réactions m’ont épaté, et son courage est indéniable.

Bien évidemment au cœur d’un gang de biker, impossible faire l’impasse de la violence et comme les tomes précédents nous allons être témoin de nombreux légèrement de compte. Tout comme la guerre qui oppose deux clans et qui laisse présager un bain de sang. Les personnages principaux et secondaires vont nous offrir une bonne dose d’action et j’ai apprécié les révélations qui étaient inattendues et qui parviennent à surprendre.

J’ai passé un bon moment, bien que cette lecture ne marquera pas forcément ma vie de lectrice, l’histoire manquant d’un peu de profondeur, mais en toute honnêteté, c’est une suite bien menée qui parvient à attiser la curiosité tant par la rencontre de personnages secondaires qui viennent apporter un certain attrait face à la nouveauté, que par le rebondissement final.

Fantasy, Romance

Donne-moi ton cœur | Sara Wolf (#2)

Résumé :
Alors que la guerre entre sorciers et humains est imminente, de nombreux défis attendent Zera…
Tiraillée par ses sentiments, Zera n’a pu se résoudre à mettre à mort Lucien. Elle en paie le prix fort : son coeur est désormais entre les mains d’une nouvelle sorcière, beaucoup moins bienveillante que Chantenuit. Les ordres qu’elle lui donne pourraient plonger le royaume dans les ténèbres, mais Zera ne peut qu’obéir. Désormais seule, elle affronte le mépris de ceux qu’elle a trahis : le prince, son garde du corps, Malachite, et la rayonnante Fione. Zera n’a aucun espoir de retrouver leur amitié. Comment pourraient-ils lui pardonner sa monstruosité ?
Ce roman est le second tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Quel plaisir de replonger dans cette saga, le confinement a failli me faire passer à côté de l’annonce de cette sortie, mais une chose est sûre je referme ce second tome avec le cœur palpitant. Je garde une préférence pour le premier tome, mais cette suite m’a fait passer un excellent moment.

L’histoire reprend à la suite des événements du tome précédent, et soyez assurée que plus rien ne sera pareil. Son identité a été dévoilée et sa vraie nature exposée aux yeux de ses amies, n’ayant pas réussi à mener sa mission à bien, la jeune femme va devoir affronter ses choix et Zera va devoir se résoudre à appartenir à une autre sorcière, qui a des projets pour elle et encore une fois la promesse de récupérer son cœur va être son moteur.

Dans ce second opus nous sommes au cœur de l’action et bien que la romance soit toujours présente, elle est placée au second plan au profit de l’intrigue qui émerge progressivement. Zera va tenter de nouveau d’éviter la guerre et sa nouvelle sorcière va lui confier une mission importante qu’elle est la seule à pouvoir honorer de par son statut de sans cœur. Parallèlement alors qu’elle tente de prendre ses distances, le retour de la Princesse Varia va la conduire à devoir affronter Lucien, Fione et Malachite qui sont désormais méfiants et n’ont plus confiance en elle. Chaque rencontre est plus dévastatrice pour Zera et nous sommes témoin impuissant de sa souffrance. Il n’y a pas plus dure que voir cette jeune femme se déprécier et la faim ne cesse de la faire souffrir. Elle est plus seule que jamais et malgré les doutes, Zera va tout faire pour mener sa mission à bain et creuser le fossé qu’il y a entre elle et ses ex-amis.

Cette révélation sur la condition de Sang-Cœur de Zera a causé beaucoup de déception et de méfiance, mais finalement c’est la jeune femme elle-même qui est la plus dure envers elle. Afin d’éviter de souffrir elle ne va pas oser à mentir et prétendre qu’elle jouait un rôle et chaque mensonge lui coûte, on pourra compter sur un Lucien particulièrement en forme durant ce tome et bien que la jeune femme se fasse souffrir on comprend en partie sa motivation, car elle est enrôlée dans un projet dangereux et éloigner ceux qui ont été proche d’elle c’est une manière de leur éviter le danger et donc les empêcher de souffrir.

Un second opus où l’action, le complot, la manipulation et le danger sont au cœur de l’histoire. On pourra compter sur le sarcasme et l’humour de Zera pour faire retomber la pression et la fin devrait apporter son lot de surprise. Le plus difficile reste à venir puisqu’il faudra attendre la parution du troisième volet pour enfin obtenir des réponses et découvrir ce qui attend nos héros.

Contemporain, Romance

Irish Therapy | Mily Black

Résumé :
L’amour est la meilleure thérapie.
Dans la vie de Salomé, il y a deux hommes : Auguste, son meilleur ami de toujours, et Jules, l’homme qui l’attire en secret. Lorsqu’elle perd le premier brutalement, c’est tout son monde qui s’écroule. Sans cette amitié, Salomé perd peu à peu goût à la vie. Jusqu’à ce que Jules, son collègue franco-irlandais, décide de prendre les choses en main. Armé de son sourire indécemment craquant et de son regard hypnotique, il a l’air déterminé à ne pas la laisser tomber. Et, même s’il n’a jamais semblé partager ses sentiments jusqu’à présent, il fait tout pour passer du temps avec elle et l’aider à retrouver sa joie de vivre. Salomé commence alors à douter : Jules agit-il par simple amitié ou ressent-il vraiment quelque chose pour elle ?
Je remercie les éditions Harlequin France et NetGalley

Le résumé laissait quelques indices, mais cette histoire n’a rien à voir avec les précédents romans de Mily Black. Jusqu’ici sa marque de fabrique était sous le signe de la légèreté et même si la romance apporte un certain réconfort, on aborde des thèmes plus lourds et la lecture du prologue ne laisse pas indifférent, tout comme les épreuves que va affronter notre héroïne.

A la lecture des premières pages, j’ai moi-même dû faire une pause, car c’est un condensé d’émotion forte et la souffrance de Salomé m’a donné l’effet d’un uppercut. Choisissez de lire ce roman l’esprit serein, car le thème pourrait vous plonger dans une profonde tristesse, si vous n’êtes pas préparé. Le monde de Salomé va voler en éclats après un coup de fil terrible, l’informant que son meilleur ami Auguste était décédé subitement. Cet homme était bien plus qu’un ami, il a accompagné chaque étape de sa vie et le perdre va la plonger dans une profonde dépression. Témoin de sa descente aux Enfers, Jules son crush secret et collègue va décider de prendre les choses en mains. Armé de son plus beau sourire, ce bel Irlandais va partager sa force et son soutien.

Le parcours de Salomé est touchant et la perte de son ami va être une terrible épreuve à surmonter. Difficile d’imaginer qu’une telle souffrance puisse s’effacer et que la vie puisse reprendre son cours, alors qu’il n’est plus là. Nous allons assister aux étapes du deuil et au gré des paysages tous plus dépaysants les uns que les autres, Salomé va réapprendre à s’écouter et faire la paix avec elle-même. A mon sens on pourrait diviser l’histoire en deux parties et bien que j’ai une préférence pour la première partie, plus centré sur l’évolution discrète des sentiments entre Salomé et Jules, qui se découvrent et s’attirent pour mon plus grand plaisir. La seconde partie fait sens compte tenu de la situation et Salomé est à un tournant de sa vie qui nécessite d’écouter son cœur.

J’ai beaucoup aimé le message d’espoir véhiculé par cette histoire et je referme ce livre en ayant envie de profiter de ce que la vie m’offre. On s’attache à l’héroïne et sa fragilité m’a ému, la voir s’effondrer a été difficile, mais elle va pouvoir compter sur une aide inattendue qui va lui tendre la main. La romance c’est le petit bonus, mais à mon sens c’est surtout une histoire sur le deuil.

Romance, Young Adult

Cette fois peut-être | Kasie West

Résumé :
Une année, neuf événements, neuf chances de… tomber amoureuse ?
Mariages, enterrements, fêtes de fin d’année, quelle que soit l’occasion, Sophie Evans est là pour vous servir ! De toute manière, elle n’a pas trop le choix depuis qu’elle travaille pour le fleuriste local de sa petite ville natale. Et croyez bien qu’elle arrange les bouquets et gère les drames familiaux comme personne.
Mais voilà qu’Andrew Hart arrive comme une cerise sur le gâteau, avec son arrogance et ses faux airs BCBG. Le fils chéri du nouveau chef en vue de la région accompagne
son père sur tous les événements du coin.
Traduction : Sophie l’a dans les pattes en permanence. Pourtant, elle ne désire qu’une chose : faire son travail correctement pour pouvoir se payer son école de design l’année prochaine. Mais dès qu’elle tourne le dos, Andrew se débrouille pour lui rendre la vie infernale.
Jusqu’au jour où elle se demande si les complications ne rendent finalement pas la vie plus épicée…
Je remercie les éditions Hugo New Way pour l’envoi de ce roman

Ma panne lecture semble progressivement s’envoler, alors j’ai profité de ce long week-end pour découvrir la dernière parution de Kasie West. Je n’avais aucune attente concernant ma lecture et on peut dire que c’est un roman rafraîchissant. Comme à son habitude l’autrice parvient à dépeindre le portrait de personnages touchants, associé à une histoire à la fois légère et travaillée, ce qui m’a fait passer un chouette moment. 

Nous faisons la connaissance de Sophie Evans, une jeune lycéenne qui travaille chez la fleuriste de sa petite ville afin de pouvoir réaliser son rêve. Depuis toute petite la jeune fille rêve d’intégrer une école de stylisme à New-York et de quitter cette petite ville. Son rêve n’étant pas gratuit elle se tue à la tâche en assistant à tous les événements de la ville et en travaillant d’arrache-pied afin que tout se déroule bien. Lors d’un énième événement, elle fait la connaissance du célèbre chef Jeff Hart et de son fils Andrew. Immédiatement leur rencontre fait des étincelles et bien évidemment elle va se retrouver à devoir travailler avec le jeune homme à chaque événement organisé par la petite ville, les invités n’ont qu’à bien se tenir. 

Sophie est une héroïne attachante que j’ai apprécié découvrir, elle se donne les moyens d’atteindre son rêve absolu et même si son entourage semble ne pas croire qu’elle parviendra à quitter cette ville, elle s’accroche à sa passion. Elle a un côté à la fois réservée dans sa personnalité et une touche d’extravagance qu’on découvre à travers ses tenues. Son poste d’assistante ne la passionne pas forcément, mais elle a acquis des compétences indéniables depuis qu’elle fait ce métier. Sa rencontre avec Andrew va faire ressortir le pire de sa personnalité et face à l’arrogance de ce fils de « star » elle ne va pas hésiter à le remettre à sa place lorsque c’est nécessaire.

Andrew est un personnage qui m’a donné le sourire, il renvoi une image snob alors qu’en faisant sa connaissance on découvrir une personnalité beaucoup plus complexe. J’attendais avec impatience l’événement suivant pour assister à ses échanges avec Sophie, semaines après semaines ils se renvoient la politesse tout en restant bon enfant et ça prête à sourire. Ces deux-là ont du caractère et mon côté un peu sadique apprécie les relations où les personnages ne se supportent pas et qui découvrent que la frontière est mince entre la haine et l’amour. 

Kasie West aborde des thèmes modernes où l’amitié, l’amour et la famille seront au centre des préoccupations. J’ai apprécié faire la connaissance de ces personnages qui au premier abord semblent heureux, mais qui vont nous dévoiler leurs incertitudes, sans jamais abandonner un ton léger où l’humour trouve sa place grâce aux joutes entre Andrew et Sophie. Le style de l’histoire se démarque des autres romans de l’auteure et on attend avec impatience que l’événement suivant arrive, car nos personnages se découvrent et progressivement leurs sentiments arrivent à maturation. Une fois de plus l’autrice parvient à offrir une lecture qui met du baume au cœur et c’est tout ce dont j’avais besoin, j’aurais d’ailleurs bien prolongé l’instant.