Scandalous | L.j. Shen (Sinner #3)

Résumé :

L’interdit n’a jamais été aussi irrésistible.
Trent Rexroth. Insensible, froid et calculateur. Et c’est l’homme qui va me briser le cœur. Il a trente-trois ans. Moi, dix-huit. Autant dire qu’à ses yeux je ne suis qu’une gamine. Pire, l’enfant gâtée de son ennemi juré, celui qu’il rêve de faire tomber. Je ne me fais donc aucune illusion : si aujourd’hui Trent s’intéresse à moi, c’est uniquement pour parvenir à ses fins. Alors oui, si j’étais raisonnable, si je voulais éviter un scandale à ma famille, je garderais mes distances. Mais ce n’est pas le cas. Malheureusement pour moi, l’interdit ne m’a jamais semblé aussi irrésistible.

Mon tome favoris de la série, absolument conquise par l’histoire et ses personnages. Dans un premier temps, la différence d’âge entre Trent et Edie me dérangeait un peu, et puis finalement une fois les préjugés mis de côté l’histoire aborde des thèmes importants avec beaucoup de pudeur. On oublie sans mal l’âge grâce aux comportements de nos personnages et une fois la surprise passée, la romance est bien menée. Et puis bien sûre Luna est un personnage qui m’a vraiment touché et qui fait partie intégrante de l’histoire.

Trent Rexroth est le plus discret du groupe, mais pas forcément le plus sage. Rappelez-vous cet homme insensible et froid, qui fait fondre nos cœurs lorsqu’il abaisse ses barrières devant la seule et unique femme de sa vie : Luna. Leur première rencontre s’est faite à distance, mais lorsque leur route va de nouveau se croiser ces deux héros volcaniques vont nous montrer l’étendue de leur aversion l’un pour l’autre. A première vue l’histoire peut renvoyer ne sorte de malaise, tant la différence d’âge est importante. Sans compter que Edie sort presque de l’adolescence et c’est une relation vouée à l’échec, tant leurs caractères sont différents.

Pourtant rapidement on comprend que l’âge n’est qu’une excuse et la maturité n’est pas nécessairement là où on pense la trouver. J’ai trouvé intéressant la manière dont on aborde le vécu de notre héroïne, derrière les apparences se cache souvent des histoires qu’on est loin d’imaginer et notre petite Edie va s’avérer beaucoup moins gamine qu’on pourrait l’imaginer et au fil des pages on découvre le mot responsabilité à travers deux visions différentes. D’un côté nous avons une jeune femme qui rêve d’insouciance et qui est rattrapée par la réalité, et de l’autre un homme contraint de prendre ses responsabilités face à l’imprévu.

On est typiquement dans une situation où nos héros vont se mener une guerre sans merci, en utilisant les coups bas, le chantage et d’autres stratagèmes plutôt intenses. Bien évidemment, comme les opposés s’attirent nous allons rentrer dans une relation amour/haine où à force de se chercher nos héros vont alimenter la tension et c’est justement ce qui rend l’histoire aussi explosive. Entre deux piques un élément va les réunir et c’est une adorable petite fille. L’alchimie entre les deux jeunes filles va être immédiate et Trent va être prêt à tout pour le bonheur de sa fille, quitte à laisser s’approcher Edie qui semble avoir le don d’amadouer l’adorable Luna.

Un tome encore meilleur que les précédents, bien que pas si différent. Nos héros vont malgré la différence d’âge se trouver des points communs et malgré les préjugés ils vont se laisser guider par l’alchimie qui les entraîne l’un vers l’autre. Je suis toujours aussi fan de l’auteure et de son style d’écriture ne cesse de m’entraîner dans des histoires toujours plus addictives. Un tome captivant qui m’aura séduite jusqu’à la dernière ligne.

Mon avis sur Devious #2 ICI

Publicités

À la recherche de Sarai | J.A. Redmerski (Company of Killers #1)

Résumé :

« Je voudrais que Victor ne me quitte jamais. J’avais déjà du mal à supporter l’idée d’être séparée de lui, mais à présent… C’est encore pire. Nos âmes sont liées à jamais, qu’il l’admette ou non. Nous ne formons plus qu’un et je ne peux même plus imaginer de vivre sans lui.. »
Sarai n’a que quatorze ans quand sa mère l’abandonne au Mexique entre les mains d’un trafiquant de drogue. Neuf ans plus tard, elle n’a plus peur de rien et ne rêve que d’évasion. Persuadée de trouver un allié en Victor, un tueur à gages engagé par l’homme qui la séquestre, elle profite d’une visite de celui-ci pour monter dans sa voiture.
Même la jeune femme ne tarde pas à découvrir que Victor est aussi dangereux que le criminel auquel elle vient d’échapper. Pourtant, quelque chose en lui l’attire et la rassure. Et au lieu de le fuir, elle se découvre prête à tout pour ne plus le quitter.
Merci aux éditions Milady et Net Galley pour ce roman

J.A. Redmerski est une auteure que j’affectionne particulièrement depuis que j’ai découvert Loin de tout. Ce superbe roman, c’est ma première immersion dans le New Adult et c’est une première histoire d’amour qui a marqué le début de beaucoup d’autres. J’ai tendance à penser qu’elle est capable du meilleur comme du pire, depuis une immense déception après ma lecture de La Ballade des lucioles. J’ai tendance à penser qu’il ne faut jamais tenir rigueur des éventuelles incompatibilités, alors bien évidemment l’annonce de Company of Killers c’était l’occasion de retrouver une place que j’apprécie, dans un registre très différent et pour le coup ne vous fiez pas à la collection, car l’histoire est aussi dégoulinante de sang que la couverture le laisse supposer.

Sarai est une héroïne surprenante, captive depuis neuf ans d’un trafiquant au Mexique la jeune femme n’a rien d’une prisonnière effrayée. Sa rage et sa colère, lui ont permis de survivre et même si elle n’a plus personne depuis que sa mère l’a laissé au Mexique à l’âge de quatorze ans, elle est déterminée à s’enfuir. Pas totalement suicidaire, elle est consciente qu’elle n’irait pas loin seule. La visite d’un américain venu pour affaire lui offre une porte de sortie qu’elle n’est pas prête à laisser passer et même si c’est un tueur à gages, rien ne peut être pire que ses conditions de vie actuelles, saisissant sa chance elle décide de se cacher dans sa voiture.

Notre héroïne ne va probablement pas plaire à tout le monde, mais j’ai apprécié son caractère. D’abord un peu instable, elle va nous prouver qu’elle a appris à n’avoir plus peur de rien et contre toute attente la jeune victime va prendre un chemin beaucoup plus sombre. Jusqu’ici les schémas sont souvent les mêmes, l’évasion, la liberté et le besoin de normalité. Ici on est loin de prendre le chemin de la facilité et Sarai va avoir quelques passages à vide, mais il est indéniable que c’est une femme forte avec un potentiel pas encore totalement découvert. Au contact de Victor, elle va découvrir une nouvelle vie et malgré le danger, elle va très bien apprivoiser la situation.

Victor souffle le chaud et le froid et ses émotions sont difficilement perceptible, mais c’est un homme dangereux. Beaucoup de questions demeure concernant son histoire, mais rien d’étonnant que ce premier opus ne dévoile pas tout. Sans compter qu’il va longtemps rester insensiblement et ça attire forcément la curiosité tant sur son passé, que sur son activité professionnelle. Sa froideur m’a parfois un peu dérangé et ça n’aide pas à favoriser l’attachement à son personnage, notamment car on a du mal sa carapace fondre. Entre le héros du début et celui de la fin, les choses ont changé sans que l’on le perçoivent et c’est cet aspect qui m’a un peu frustré. Sans compter que la romance est loin d’être au centre de l’histoire et j’attendais un rapprochement plus perceptible.

Une histoire sombre, mais un potentiel pour ce premier opus. J’ai apprécié l’alternance de point de vue entre Sarai et Victor, ce qui permet d’avoir accès aux émotions de nos personnages. L’intrigue est bien ficelée et ce n’est jamais linéaire, des éléments nous sont communiqués au compte goutte et il y a parfois des éléments qui créent la surprise. Un premier opus orignal qui change un peu de ce que j’ai lu jusqu’ici et même si l’histoire n’a rien de novatrice, on passe un bon moment et je suis impatiente de lire la suite qui promet une romance plus présente.

Zane | Rachel Van Dyken (Famous Love #2)

Résumé :

« Cela faisait quatre jours que la musique me venait. Quatre journées fortes d’émotions que je ressentais pour la première fois en deux ans.
Le seul problème, c’était elle.
Tout bon artiste a sa muse. J’avais trouvé la mienne. Et je n’étais pas certain de vouloir la laisser partir. »
Zane « Saint » Andrews mène une vie de rêve. Chanteur de rock aussi talentueux que sexy, il est adulé par des milliers de fans. Pourtant, derrière la star sulfureuse se cache un homme sensible. Peinant à surmonter son anxiété, Zane se réfugie dans la tranquille ville de Seaside, où il espère trouver l’inspiration pour son prochain album. C’est alors qu’il rencontre Fallon. Cette jeune femme au caractère bien trempé le comprend comme personne. Et pour la première fois depuis des années, le chanteur se sent enfin lui-même. Mais leur relation ne tarde pas à mettre au jour des secrets susceptibles de détruire la réputation et la carrière de Zane…
Merci aux éditions Milady pour l’envoi de ce roman

On peut dire que Rachel Van Dyken a l’art du teasing, puisqu’elle a réussi à attirer mon attention sur un personnage qui n’était même pas le héros et passages en sa présence n’ont fait que renforcer mon envie. Ce tome est un mélange parfait d’humour et d’émotions. Zane est un personnage haut en couleur en société et une fois les premières révélations, difficile de ne pas éprouver de la sympathie pour ce héros pas comme les autres.

Le personnage de Zane est complexe, il est facile de se faire une idée de l’homme qu’il est et son côté insouciant ne fait qu’accentuer cette impression. Bien qu’il soit impulsif et parfois hors de contrôle c’est lorsqu’il est sous pression que son côté obscur refait surface. Tout le monde pense connaître Le Saint, chacun est prêt à tout pour l’approcher. Pourtant malgré son apparente désinvolture, son passé l’a profondément marqué et célébrité est un rappel constant de la souffrance qui l’habite. Cette fragilité en fait un personnage très touchant et bien que ses traits de caractère soient un peu poussés, Zane est un personnage qu’il est facile d’apprécier.

C’est également l’occasion de faire de nouvelles rencontres, Fallon est une héroïne profondément gentille et sa normalité, c’est ce qu’il fallait à notre héros qui n’avait jamais été approché sans arrière-pensée. Cette jeune femme, c’est une vraie bouffée d’air frais et malgré ses doutes, elle va s’avérer être d’un grand secours à Zane. Sa capacité à écouter les souffrances, va lui permettre d’être la seule à comprendre cet artiste torturé. J’ai ri à leur première rencontre, été touché par la naissance de leur amitié et conquise par la confiance qu’ils vont s’accorder. J’ai trouvé Fallon un peu cliché et on s’intéresse un peu trop à son physique, mais elle est touchante.

Nous avons une belle alchimie entre les personnages, Zane et Fallon vont développer un lien particulier qui va leur permettre de se comprendre mutuellement et surmonter les souffrances. Ce fût un plaisir de retrouver cette bande d’amis soudée et c’est tellement dommage de ne pas connaître leurs histoires respectives. Un peu déçu également concernant l’absence de traduction des chansons écrites par Zane, elles étaient le reflet des émotions de notre héros et j’ai eu du mal à saisir ces révélations à cœur ouvert. Les derniers chapitres réussissent encore une fois à mettre l’accent sur le personnage du troisième opus et c’est avec impatience que j’attendrais l’histoire de Will. Moment détente assurée et une auteure qui nous embarque dès les premières pages.

Retrouvez mon avis sur Lincoln # ICI

Sang-Pur | Jennifer L. Armentrout (Covenant #2)

Résumé :
Compte tenu de son passif familial et de ce qu’elle est vouée à devenir, on attend d’Alexandria une conduite exemplaire. Entre ses entraînements supplémentaires, les cauchemars qui l’assaillent et la présence continuelle de Seth, il s’agit quasiment d’une mission impossible ! De plus, la jeune femme doit se rendre à l’évidence : sa connexion avec l’Apollyon s’intensifie chaque jour, même si cela ne change en rien ce qu’elle ressent pour Aiden, ni ce qu’il sacrifie pour elle…
Quand les démons trouvent le moyen d’infiltrer le Covenant pour attaquer des cadets, les dieux envoient des Furies en guise de protection. Bras armé de la justice divine, ces dernières sont chargées d’éliminer tout danger ou menace, sans distinction ni exception. Et il semble que quelqu’un soit déterminé à pousser Alex à la faute…
 

J’ai vraiment du mal à mettre des mots sur les émotions qui me passent par la tête lorsque je lis Covenant, j’ai désespérément envie d’apprécier autant que Lux, mais malgré le côté addictif ces deux séries sont loin de me faire éprouver la même chose. Après plusieurs mois écoulés j’ai eu vraiment du mal à replonger dans cette histoire, mes souvenirs de l’intrigue étaient faibles et ça affecte forcément mon ressenti de lecture. Au-delà de ça, je suis partagée concernant l’évolution d’un triangle amoureux et pour le coup, même si les personnages sont attachants, j’ai une sorte d’aversion pour l’un des personnages et ça affecte grandement mon jugement. Néanmoins, ce tome est excellent pour une transition, l’action y est toujours aussi addictive et surprenante.

Ce tome permet d’étoffer le caractère des personnages et Alex continue de nous embarquer avec sa fougue et ses désirs. J’apprécie sa complexité, car nous avons une héroïne qui peut parfois être réfléchie et engagée, et d’un autre côté, on retrouve l’insouciance de ses dix-ans. Plongée dans un rôle qu’elle n’avait pas choisi, la jeune femme va devoir poursuivre son destin désormais tout tracée, mais pour le coup certaines de ces décisions ne m’ont pas toujours plu. J’ai trouvé qu’elle s’obstinait à ne pas écouter les conseils qu’on lui prodiguait, ou peut-être est-ce moi qui focalise sur un personnage en m’inventant des liens avec des prophéties, mais impossible pour moi d’accepter la direction que prend ce tome du côté sentimental, je ne peux définitivement pas m’y résoudre. J’ai beaucoup de questions sur la connexion qui unit Alex à l’autre Apollyon, notamment si c’est la cause de son côté girouette dans ce tome. Les mots de l’Oracle viennent également semer le doute.

Au-delà de cette frustration, les rebondissements prennent un tournant intéressant et l’action occupe toujours une place centrale. Les attaques vont venir monter la tension d’un cran et bien qu’on ne comprenne pas toute l’étendue du plan, le danger semble se mettre doucement en place. Alex va encore une fois se retrouver au centre de l’attention malgré elle et son importance dans les évènements ne semble faire aucun doute. A l’approche de ses dix-huit, le danger n’aura jamais été aussi proche et sa combativité sera au rendez-vous. On peut compter sur notre héroïne pour prendre part au combat, quoi que cela lui en coûtera.

Jennifer L. Armentrout réussi à merveille à garder le lecteur en haleine, c’est avec beaucoup d’intensité qu’elle nous embarque dans un univers intense avec une mythologie qu’elle maîtrise à merveille. Des questions restent en suspens, mais la suite nous apportera probablement des réponses au fil des tomes. Au vu des avis plus qu’élogieux concernant le 3ème opus, je suis impatiente d’obtenir des réponses ; bien évidemment j’espère qu’on viendra à bout de ce triangle amoureux. Et que l’attente ne sera pas trop longue pour oublier l’intrigue en cours.

Mon avis sur Sang-Mêlé #1 ICI

Larmes brûlantes | Pepper Winters (Monsters in the Dark #2)

Résumé :
« Il me caresse la joue. Cela aurait pu passer pour un geste tendre, mais avec Q, c’était toujours empreint d’une rage silencieuse. En frissonnant, je le regardai dans les yeux. Je me plongeai dans le coeur du monstre que j’avais choisi, au détriment d’un gentil garçon comme Brax. Là où Brax était le soleil, Q était le vide intersidéral. Un trou noir plein de mystères et d’univers cachés. Ai-je mis les pieds dans un monde de souffrance ? »
Tess appartient totalement à Q.
Q appartient éternellement à Tess.
Tout en cherchant à se venger des hommes qui ont vendu Tess, tous deux apprennent les limites de leur relation hors norme et ne se lassent pas des nuits aussi sensuelles qu’envoûtantes… jusqu’à ce que le malheur s’abatte une fois de plus sur Tess, mettant en péril leur folle passion et risquant de changer la jeune femme en un monstre tortionnaire. Q comprend très vite qu’il devra se sacrifier s’il veut sauver Tess d’elle-même.

Âmes sensibles, s’abstenir !

Je remercie les éditions Milady pour cet envoi.

Je me suis donné la nuit pour réfléchir aux réactions provoquées par cette lecture, et mes impressions sont toujours aussi difficiles à expliquer. On pourrait croire qu’après les évènements du tome précédent, la violence s’atténuerait un peu, mais dès les premiers chapitres le côté sombre du premier tome refait son apparition et notre couple n’a pas fini de nous étonner dans leurs explorations toujours plus intenses.

Ce tome permet de remettre les choses en place et malgré quelques scènes un peu pesantes, la culpabilité diminue considérablement de par l’apparition du consentement, ce qui est indispensable pour apprécier la construction de cette relation. J’ai déjà lu des Dark Romance et aucune ne se ressemblent, ici la souffrance est très présente et la brutalité des scènes érotiques rend difficiles la sympathique des personnages. Sans compter que le début étaient beaucoup trop basé sur les scènes de sexe et j’ai eu peur de me lasser face à leur exploration. Bien évidemment Pepper Winters continue de surprendre ses lecteurs en mettant de nouveau le malheur sur le chemin de Tess et Q. J’ai rarement vu une auteure malmener autant ses personnages et la noirceur qui s’en dégage va nous offrir un dénouement précieux et une redéfinition de la relation, qui va approfondir les sentiments.

Le tome précédent posait les bases d’une relation érotique intense et comme toutes Dark Romance qui se respecte, les sentiments amoureux sont bien souvent balayé par la souffrance et l’exploration de la douleur. Difficile de déceler les émotions liées à une romance, pourtant comme souvent le coté émotif finit toujours par faire son apparition. C’est le cas dans cette suite, la romance met du temps à voir le jour, mais les épreuves traversées va créer une nouvelle forme de relation. Certes la douleur et la souffrance est toujours présente, mais j’étais loin d’imaginer ce qui m’attendait. Encore une fois, nos héros vont affronter l’impassible et la récompense va mettre du temps à voir le jour, mais ce qui va naître de ces épreuves va consolider leur confiance et les montrer sous un jour nouveau. C’est d’ailleurs cet aspect plus humain qui les rend plus sympathiques.

On conserve une écriture addictive, mais le début enchaîne les scènes de sexe et personnellement j’ai trouvé que ça affectait le démarrage de l’intrigue et j’ai eu du mal à rentrer complètement dans l’histoire. Malgré tout, l’écriture est fluide et ça contre balance avec les répétitions, sans compter que je dois admettre qu’une fois le récit en route, on passe par un arc-en-ciel d’émotion et on souffre avec nos héros. Il est très appréciable de pouvoir avoir une alternance des points de vue, car ils subissent tous les deux à un degré différent. A toujours être dans les excès, il est parfois difficile d’apprécier tous les aspects de la personnalité de nos personnages, mais au contact de leurs vulnérabilités, on crée un lien avec les personnages et c’était à mon sens indispensable.

En bref, malgré quelques doutes, Pepper Winters réussit à attiser l’intérêt du lecteur jusqu’au dernier chapitre et pour mon plus grand plaisir l’addictivité est présente durant toute la lecture. J’émets quelques réticences concernant l’évolution future des personnages, car leurs traits de caractère sont parfois poussé à l’extrême, mais ça va de pair avec leur relation. Ils éprouvent une connexion d’une intensité difficile à décrire, mais qui accentue leur émotion et contribue à surenchérir dans les réactions. L’histoire n’est pas parfaite, mais une fois lancée dans l’histoire l’envie de poursuivre est plus forte que tout et bien évidemment il est impossible de ne pas satisfaire cette curiosité malsaine. Une bonne Dark Romance qui n’a pas fini de nous étonner.

Mon avis sur Larmes Amères #1 ICI