Mai | Audrey Carlan (Calendar Girl #5)

Voyant les premiers avis tomber, c’est sans surprise que ce tome joue encore une fois avec mes nerfs. Je ne saurais pas expliquer pourquoi je m’accroche, l’univers, le concept ou tout simplement le désir de connaître l’issue de cette histoire. Toujours est-il, que ce tome ne m’a pas séduite autant que j’y étais habituée.

Après un retour express à Las Vegas, Mia a pu profiter de sa meilleure amie Ginelle et jouer les parents protecteurs pour sa sœur Maddy. On retrouve Mia dans une situation inédite, puisqu’elle fait la rencontre du petit-ami de sa sœur et on peut dire que ce dîner chez les parents du jeune homme va lui apporter une nouvelle fracassante. Pas du tout préparée à ça, j’ai été surprise de la découvrir si protectrice, car au fil de ses missions, on a tendance à oublier que sa famille est au centre de sa vie.

Comme annoncé dans le tome précédant ce mois de mai va être beaucoup moins contraignant. En effet Mia est embauchée comme Mannequin pour une marque de maillot de bain grande taille. En arrivant, elle va faire la connaissance de son partenaire et on ne peut pas dire qu’il se soit encombré des convenances, immédiatement ils vont céder à leur pulsion primaire et ce mois va être sous le signe du plaisir. Comme le mois de février, il m’aura manqué de réel sentiment et j’ai trouvé ce tome plus creux que les précédents, notamment concernant sa relation avec Taï, il n’y a pas suffisamment d’émotions sincères.

Néanmoins ce tome va être placé sous le signe du torride et de la famille, j’ai été ravie de connaître un peu mieux Maddy, on voit à quel point Mia est proche d’elle et ça m’a réchauffée le cœur. Quelques scènes sont intéressantes pour mieux cerner la jeune femme et au final, on découvre que sans sa petite sœur, elle se cherche encore. Pour mon plus grand regret, Wes disparaît progressivement et je suis déçue de ne pas voir leur relation se consolider, car il appartient à son cercle de proches. La suite sera probablement dans la même veine et j’ai bien compris que son travail va prendre une place importante dans les mois à venir. Je n’arrive pas à me résoudre à abandonner donc rendez-vous le mois prochain pour découvrir ce que Mia nous réserve à Washington DC. Je ne suis pas impatience, mais curieuse de lire la suite de ses aventures.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI

 

Cherche-moi | Geneva Lee (Royal Saga #4)

Date de sortie : 11 mai 2017

Je remercie Hugo Roman et ses attachées presse pour l’envoi de ce nouveau roman de Geneva Lee, bien que je garde un souvenir un peu flou de l’histoire précédente l’histoire conserve le côté addictif. J’ai eu du mal à situer les drames et l’épilogue m’a un peu sauvé la vie pour me rafraîchir la mémoire. Après un début un peu lent, j’ai rapidement été embarquée par la sensualité et l’érotisme du récit.

Afin d’aider sa famille à se sortir d’une passe difficile, Belle avait pourtant un plan tout trouvé et sa vie de future femme était pour elle une opportunité compte tenue de ses rapports avec son futur mari. En découvrant que Philip la trompe, le monde de Belle s’écroule et elle se retrouve seule et sans travail. Avec l’amitié de Clara et Edward, ainsi que le soutien de sa tante Jane, la jeune femme va se lancer dans un défi inédit : trouver un travail. Lorsqu’elle est embauchée par Maître Smith Price, la tension est palpable mais malgré les doutes elle accepte ce poste avantageux, qui pourrait lui permettre de voir son rêve se réaliser.

Je dois dire qu’après un début un peu difficile, j’ai bien cru que j’allais ressortir déçue de cette lecture. Puis au fil des pages, malgré un environnement un peu pauvre, j’ai fini par être aspirée par la passion. Ce n’était pourtant pas gagner, Belle est une femme à la beauté glaciale et après l’échec de sa précédente relation, elle a toutes les raisons de garder ses distances avec cet homme et n’entends pas se laisser faire face à l’arrogance de cet avocat. Ce caractère bien trempé, c’est tout ce que Smith aime chez une femme et malgré son désir de garder ses distances, le désir va tout changer et son besoin de contrôle tout emporter.

Dans une romance érotique, il est toujours un peu délicat de trouver le juste milieu entre les scènes passionnelles et la mise en place de l’intrigue. Je n’étais pas très convaincu lorsqu’ils ont commencé à se rapprocher et qu’ils ont cédé à leur pulsion, car je trouvais que c’était trop rapide et même si le cadre spatio-temporel n’est pas clairement évoqué il ne s’écoule que quelques jours lorsque leur relation débute. Dès le début, la nature de dominant de Smith est mise en avant et cela va valoir des scènes très chaude et sensuelle, sans jamais rentrer dans la vulgarité pour autant. L’intrigue a mis longtemps avant de voir le jour, mais lorsque les contours des secrets ont commencé à être plus net, mon intérêt s’est également réveillé, car au final on a une vague idée de ce qui se trame et ça promet d’être intéressant.

En bref, malgré un démarrage un peu lent j’ai retrouvé toute l’addictivité qui m’avait séduite dans les tomes précédents. Les héros ont des goûts similaires avec notre Majesté et ça donne des scènes torrides. Sans compter qu’on a le plaisir de découvrir l’évolution de notre couple royal et c’est toujours appréciable d’avoir des nouvelles, surtout quand elles sont aussi plaisantes. Très curieuse de découvrir ce que la suite nous réserve, le mystère qui entoure nos personnages est loin d’être éclairci et les hypothèses que j’élabore sont toutes assez farfelues pour être crédible. Une romance érotique, sexy, intrigante et addictive.

Retrouvez mon avis sur Royal Saga #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #3 ICI

Avril | Audrey Carlan (Calendar Girl #4)

Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Cette série joue un peu au yoyo avec mes nerfs et j’ai du mal à évaluer mon ressenti. C’est indéniable l’addictivité est bien présente et quelque chose me retient d’abandonner complètement. Certes mes sentiments sont mitigés, mais l’histoire associée à la plume suffit à me contenter pour le moment. Dans l’ensemble mon constat est sensiblement le même, à savoir que chaque histoire est trop indépendante et je reste trop accroché à l’intrigue de base pour ne pas y prendre goût.

Dans ce tome j’ai retrouvé une Mia un peu différente et ce changement montre une réelle évolution, ces aventures lui apportent un enseignement et on commence à voir le résultat. Sa mission d’avril va la conduire à Boston, où elle va faire la connaissance de Mason Murphy un joueur chez les Red-Sox et on peut dire que ce jeune homme n’a pas la langue dans sa poche et lui faudra quelques piques de notre jolie escort. Contrairement à ce que j’imaginais, ce tome s’est avéré beaucoup plus positif que l’avait été Février, mais la supportrice en moi qui a succombé au charme de Wes est terriblement frustrée de ne pas avoir sa dose quotidienne et je regrette que son personnage ne soit pas plus récurrent.

J’ai découvert une Mia altruiste, qui va tenter de se mêler des histoires de son client et on peut dire que cette petite histoire m’a beaucoup plu. Seulement deux éléments m’ont perturbé et ont apporté une part de déception, même si dans un sens il y a une part de prévisibilité c’est frustrant en tant que lectrice de n’avoir aucun recours. J’avais tellement adoré le mois de mars, que j’étais persuadé de repartir sur de bonnes bases et même si les personnages secondaires rencontrés au fil des tomes sont touchants, j’aimerais une constante et sentir que ces personnages qui ont compté le temps d’un tome, sont devenu importants pour la suite des évènements. Or pour le moment, aucun lien ne se fait et l’intrigue centrale stagne.

En bref, j’ai du mal à me faire un réel avis malgré quatre tomes et je n’envisage pourtant pas d’abandonner au cours de route. C’est un sentiment très étrange que de se sentir frustrée par sa lecture, mais en même temps de ne pas réussir à décrocher dans l’attente qu’un élément vienne tout changer. Encore une fois Mia nous a prouvé que malgré les doutes, elle va tout donner pour devenir une femme meilleure. Curieuse de découvrir Mai, mais en même temps je préfère baisser mes attentes d’un cran pour éviter la dégringolade, car ce sentiment de frustration s’accroche et j’espère voir le déclic se produire avant décembre.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI

Obsession | Stacey Lynn (The Affair #3)

Je me suis offert ce roman sur un coup de tête, le sentiment de culpabilité d’abandonner une série sans connaître l’épilogue d’une héroïne qui m’intriguait n’était pas concevable. Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis déçue, car c’est une bonne histoire de transition et je n’avais aucune attente, ce qui m’a permis de lire cette histoire de manière détachée et de passer un moment agréable sans pour autant être transportée.

Talia se donne corps et âme dans la gestion de son centre d’hébergement, son implication est totale et elle n’hésite pas à donner de sa personne pour secourir des adolescents dans le besoin. Seulement aider les autres, ça ne rapporte pas beaucoup d’argent et l’hospitalisation de son père ne fait qu’accentuer ses difficultés financières. Un don anonyme va venir tout remettre en cause, seulement lorsque l’identité de son donateur est révélée elle va prendre conscience que rien n’est jamais gratuit. Alors qu’elle s’était juré de ne jamais plus être amoureuse, la jeune femme va accepter un jeu dangereux avec la séduisant Donovan, qui de son côté est prêt à tout pour la faire céder ses dernières barrières.

Le contexte est assez intéressant et j’ai beaucoup aimé l’implication de Talia dans son foyer, son implication avec les jeunes est vraiment touchante et le lien qui va se créer entre la jeune femme et Jeremiah m’a vraiment fait chaud au cœur. Elle va venir approcher un peu de fraicheur dans sa relation avec Donovan, qui peine à comprendre son neveu. J’aurais apprécié un meilleur équilibre entre l’intrigue liée au foyer et la naissance de la relation, le sexe a tendance à occuper une place trop importante. Toutes les occasions sont bonnes pour assouvir leurs attirance, parfois au détriment de la relation avec Jeremiah, alors qu’il est au centre de toutes les préoccupations et je n’ai pas eu le sentiment de le voir s’épanouir.

Je dois admettre que l’alchimie entre Talia et Donovan est indéniable, ils vont d’ailleurs rapidement succomber à la tension sexuelle et même si je n’aurais pas été contre un peu de résistance, j’ai beaucoup aimé la relation qu’ils entretiennent et même si la confiance n’est pas totalement acquise pour Talia c’est un couple mignon à suivre. L’histoire manque un peu de profondeur, mais la plume de l’auteur est très addictive, ce qui m’a fait passer un bon moment et à faciliter ma lecture. Je n’ai pas vu les pages défilées et parfois c’est agréable de rentrer dans une histoire pour se détendre, sans se prendre la tête.

Retrouvez mon avis sur Séduction #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Attraction #2 ICI

Notes Noires | Pam Godwin

J’ai été très heureuse de l’annonce de la sortie de ce roman érotique et dès qu’il est sortie les premiers avis ont été plutôt encourageants donc je n’ai pas hésité une seconde avant de me le procurer. Dès qu’il a rejoint ma bibliothèque, je n’avais qu’une envie me jeter sur cette romance érotique, il faut dire que j’apprécie particulièrement ce genre et ça faisait longtemps que je n’avais pas eu l’occasion de me replonger dans une histoire aussi sensuelle. Le problème c’est qu’au moment où j’allais me lancer, j’ai eu la désagréable surprise d’apprendre qu’il y avait une erreur d’impression donc j’ai au moins eu la chance d’éviter la frustration ultime en commençant cette histoire sans pouvoir obtenir la fin.

Ivory Westbrook, est une jeune femme de dix-sept ans qui a de l’or au bout des doigts et grâce à son défunt père, elle a eu la chance d’intégrer une prestigieuse École de Musique. Cependant ses difficultés financières la place dans une position compliquée, notamment auprès des autres élèves, mais également une certaine rancœur auprès de la direction de l’établissement qui ne voit pas d’un bon œil, que sa meilleure élève soit issue d’un milieu aussi pauvre. Cette dernière année de terminale sera l’occasion pour elle de donner tout ce qu’elle a pour sa passion et malgré l’absence de sa meilleure alliée elle est déterminée à intégrer l’une des meilleures écoles de New York, afin d’être la meilleure parmi les meilleurs.

Ses plans vont être quelque peut chambouler, avec le remplacement de son mentor. Émeric Marceaux est issu d’une famille de privilégiés et après un scandale, se retrouver enseignant dans une école aussi prestigieuse est pour lui une chance. Ce virtuose du piano, va s’avérer être un professeur, autoritaire, directif et intraitable sur la qualité de ses élèves. Sa beauté fait également de lui l’un des professeurs les plus attirants et son jeune âge, ne fait qu’envoûter ses élèves. Il était déterminé à se consacrer à sa passion pour l’enseignement et ses certitudes vont vaciller quand son regard va croiser celui d’Ivory. Elle n’a rien à voir avec ses camarades et malgré l’interdit, ils vont tous les deux éprouver une attirance indescriptible.

Je dois dire qu’immédiatement l’intrigue a su attirer mon attention, l’auteur a fait le choix de mettre des bâtons dans les roues de nos héros dès le début. La relation élèves/professeurs accentue le côté interdit, mais c’est surtout l’environnement dans lequel évolue Ivory qui va être le plus gros obstacle. Je dois admettre que son parcours est un peu cliché et elle a eu une vie vraiment difficile, qui aurait pu la détruire et pourtant elle va tirer une force incroyable de ses épreuves. Malgré l’attirance physique, Ivory va conserver une distance avec son professeur et c’est tout à fait normal. Pourtant, même si elle baisse sa garde un peu rapidement face à l’alchimie, je n’ai pas pu m’empêcher d’être sous le charme de la relation.

Émeric est le dominateur par excellence, ont voit bien qu’il a l’habitude d’obtenir ce qu’il veut. Pourtant, malgré sa carapace d’homme autoritaire, c’est un homme blessé et il a conscience qu’une relation avec son élève est tout ce qu’il doit éviter. L’attirance va exercer une très forte emprise sur le jeune homme, mais c’est principalement son côté protecteur qui va prendre le dessus. Difficile de rester insensible à cette jeune femme qui a clairement des problèmes qui vont au-delà d’une attirance physique. Alors oui, il va s’intéresser à elle, pour des raisons égoïstes, mais j’ai trouvé son approche plutôt touchante et même s’il reste un homme avec des besoins, il a des valeurs. D’ailleurs dès le début il ne va pas hésiter à faire comprendre à Ivory son attirance, mais sans jamais dépasser les limites et avec une approche en douceur.

J’ai adoré ma lecture et le style est fluide du récit, mon seul reproche c’est l’emploi d’un langage assez vulgaire, mais par moments de manière décalé, pas forcément adapté. La manière dont l’auteur réussit à trouver un équilibre parfait entre érotisme et romance, m’a vraiment beaucoup plu et la fin illustre parfaitement la puissance de l’amour entre Ivory et Émeric. D’ailleurs, les soixante dernières pages manquantes dans la première version font partie des plus beaux moments de ma lecture et on voit un véritable amour, et au final la différence d’âge n’est pas un problème, car la jeune femme est vraiment très mature (malgré son émotivité) et ils vont éviter tous les obstacles pour avoir le droit de s’aimer.