À la recherche de Sarai | J.A. Redmerski (Company of Killers #1)

Résumé :

« Je voudrais que Victor ne me quitte jamais. J’avais déjà du mal à supporter l’idée d’être séparée de lui, mais à présent… C’est encore pire. Nos âmes sont liées à jamais, qu’il l’admette ou non. Nous ne formons plus qu’un et je ne peux même plus imaginer de vivre sans lui.. »
Sarai n’a que quatorze ans quand sa mère l’abandonne au Mexique entre les mains d’un trafiquant de drogue. Neuf ans plus tard, elle n’a plus peur de rien et ne rêve que d’évasion. Persuadée de trouver un allié en Victor, un tueur à gages engagé par l’homme qui la séquestre, elle profite d’une visite de celui-ci pour monter dans sa voiture.
Même la jeune femme ne tarde pas à découvrir que Victor est aussi dangereux que le criminel auquel elle vient d’échapper. Pourtant, quelque chose en lui l’attire et la rassure. Et au lieu de le fuir, elle se découvre prête à tout pour ne plus le quitter.
Merci aux éditions Milady et Net Galley pour ce roman

J.A. Redmerski est une auteure que j’affectionne particulièrement depuis que j’ai découvert Loin de tout. Ce superbe roman, c’est ma première immersion dans le New Adult et c’est une première histoire d’amour qui a marqué le début de beaucoup d’autres. J’ai tendance à penser qu’elle est capable du meilleur comme du pire, depuis une immense déception après ma lecture de La Ballade des lucioles. J’ai tendance à penser qu’il ne faut jamais tenir rigueur des éventuelles incompatibilités, alors bien évidemment l’annonce de Company of Killers c’était l’occasion de retrouver une place que j’apprécie, dans un registre très différent et pour le coup ne vous fiez pas à la collection, car l’histoire est aussi dégoulinante de sang que la couverture le laisse supposer.

Sarai est une héroïne surprenante, captive depuis neuf ans d’un trafiquant au Mexique la jeune femme n’a rien d’une prisonnière effrayée. Sa rage et sa colère, lui ont permis de survivre et même si elle n’a plus personne depuis que sa mère l’a laissé au Mexique à l’âge de quatorze ans, elle est déterminée à s’enfuir. Pas totalement suicidaire, elle est consciente qu’elle n’irait pas loin seule. La visite d’un américain venu pour affaire lui offre une porte de sortie qu’elle n’est pas prête à laisser passer et même si c’est un tueur à gages, rien ne peut être pire que ses conditions de vie actuelles, saisissant sa chance elle décide de se cacher dans sa voiture.

Notre héroïne ne va probablement pas plaire à tout le monde, mais j’ai apprécié son caractère. D’abord un peu instable, elle va nous prouver qu’elle a appris à n’avoir plus peur de rien et contre toute attente la jeune victime va prendre un chemin beaucoup plus sombre. Jusqu’ici les schémas sont souvent les mêmes, l’évasion, la liberté et le besoin de normalité. Ici on est loin de prendre le chemin de la facilité et Sarai va avoir quelques passages à vide, mais il est indéniable que c’est une femme forte avec un potentiel pas encore totalement découvert. Au contact de Victor, elle va découvrir une nouvelle vie et malgré le danger, elle va très bien apprivoiser la situation.

Victor souffle le chaud et le froid et ses émotions sont difficilement perceptible, mais c’est un homme dangereux. Beaucoup de questions demeure concernant son histoire, mais rien d’étonnant que ce premier opus ne dévoile pas tout. Sans compter qu’il va longtemps rester insensiblement et ça attire forcément la curiosité tant sur son passé, que sur son activité professionnelle. Sa froideur m’a parfois un peu dérangé et ça n’aide pas à favoriser l’attachement à son personnage, notamment car on a du mal sa carapace fondre. Entre le héros du début et celui de la fin, les choses ont changé sans que l’on le perçoivent et c’est cet aspect qui m’a un peu frustré. Sans compter que la romance est loin d’être au centre de l’histoire et j’attendais un rapprochement plus perceptible.

Une histoire sombre, mais un potentiel pour ce premier opus. J’ai apprécié l’alternance de point de vue entre Sarai et Victor, ce qui permet d’avoir accès aux émotions de nos personnages. L’intrigue est bien ficelée et ce n’est jamais linéaire, des éléments nous sont communiqués au compte goutte et il y a parfois des éléments qui créent la surprise. Un premier opus orignal qui change un peu de ce que j’ai lu jusqu’ici et même si l’histoire n’a rien de novatrice, on passe un bon moment et je suis impatiente de lire la suite qui promet une romance plus présente.

Publicités

Follow Me Back | A.V. Geiger (#2)

Résumé :
Personne ne sait ce qui est arrivé au prodige pop-rock Eric Thorn. Son compte Twitter ? Bloqué. Son portable ? Enterré dans la neige, l’écran brisé et maculé de sang.
Tessa Hart, fangirl agoraphobe, connaît la vérité, mais elle a définitivement tourné la page #Tessa♥Eric. Plus question de toucher à son compte Twitter. En revanche, Snapchat… c’est beaucoup plus sûr, non ?
Après avoir fait profil bas pendant des mois, Tessa sort de sa cachette, forcée d’affronter les fantômes de son passé…

Très heureuse d’avoir pu partager cette lecture avec Elea du Forum Boulevard des Passions, ensemble nous avons pu apprécier l’addictivité du récit et j’ai pris plaisir à retrouver la plume de A.V. Geiger. La fin du précédent opus a eu le temps de nous travailler et à l’époque nous avions plusieurs hypothèses concernant la suite de l’intrigue, mais c’est surtout le sentiment de frustration qui nous habitait. Un peu effrayée à l’idée que cet opus ne transmette pas autant d’émotion, j’ai débuté ma lecture sur mes gardes et rapidement, mon esprit c’est focalisé sur les éléments à notre disposition.

Comme dans le précédent opus nous alternons entre les points de vue de plusieurs personnages clés, avec en bonus un interrogatoire toujours aussi oppressant et surtout intrigant. Bien qu’ayant des réponses rapidement concernant des zones d’ombre précédemment évoquées à la fin de Follow me Back, le mystère entourant ce second tome n’en demeure pas moins épais et en tant que passionnée de lecture, des millions d’hypothèses me traversent l’esprit durant ma lecture. J’ai d’ailleurs eu quelques frayeurs avec une imagination parfois un peu trop prolifique, mais c’est totalement l’intrigue que j’attendais pour apprécier une suite à ce thriller addictif.

Dès le début l’histoire démarre au quart de tour puisque de nombreuses questions concernant la disparition soudaine d’Eric Thorne, n’ont toujours pas trouvé de réponses et le dernier message posté sur le compte d’Eric n’augure rien de bon. La seule personne à connaître toute l’histoire c’est Tessa Hart, la jeune femme agoraphobe qui est tombée amoureuse de la célébrité convoitée de tous. Après plusieurs mois d’angoisse, Tessa a toujours autant de mal à se remettre de ses émotions, ses angoisses sont toujours présentes et ses difficultés à interagir avec les autres n’ont jamais été aussi puissantes. Les réseaux sociaux ne lui procurent plus le réconfort qu’elle éprouvait au Texas dans sa maison, à communiquer avec Eric. Il aura suffi de passer de Twitter à Snapchat pour raviver de vieilles blessures. Elle va devoir affronter son passé et ses démons.

Les angoisses de Tessa sont encore une fois traité avec beaucoup d’empathie et durant ma lecture, je n’ai cessé d’apprécier ce personnage. On sent que son combat est compliqué et malgré ses efforts, la guérison ne se fait pas du jour au lendemain. Même si, elle ne le constate pas forcément, on constate une évolution de son personnage, à commencer par son agoraphobie beaucoup moins handicapante et un désir de s’en sortir. Définitivement une héroïne qui me rend admirative, tant par sa volonté de s’en sortir, que par ses réactions touchantes.

Vous l’aurez compris, cette nuit réunit tous les éléments pour captiver le lecteur et comme moi vous aurez du mal à le reposer. Les chapitres sont cours et le besoin de réponse agit comme automatiquement, j’ai à de nombreuse reprise dû diminuer la cadence au risque de m’emballer et finir cette lecture commune en solitaire. L’intrigue est crédible et moi qui avait peur que ce soit le tome de trop, ça me montre que j’ai eu tort de ne pas faire confiance à cette auteure de talent. Il faudra attendre les derniers chapitres pour que la vérité éclate et bien que ces révélations ne soit pas forcément une surprise, on ressent l’urgence de la situation. Un roman haletant qui a de quoi ravir les lecteurs. Je vous recommande cette auteure qui a une plume envoûtante.

Retrouvez mon avis sur Follow me Back #1 ICI

Follow Me Back | A.V. Geiger (#1)

Date de sortie : 8 juin 2017
Je remercie la Collection R

Je ne vous cache pas que ça fait plusieurs heures que j’ai terminé ma lecture et j’ai dû relire trois fois la fin tellement je suis surprise. J’ai du mal à réaliser la tournure qu’à prise cette lecture, je vais sincèrement avoir besoin d’une thérapie pour me remettre du génie de cette auteure. Et pourtant ce n’était pas gagné, j’ai développé une sorte de parano pour les lectures issues de Wattpad jusqu’ici j’ai été déçue par la plupart des lectures issues de cette plateforme, alors quand je suis tombée amoureuse de cette couverture et de son résumé avec « Wattpad » écrit en gros, j’ai un peu paniqué et pris du recule avant de me lancer.

Dans ce roman nous allons suivre Tessa Hart, une jeune fille de dix-huit ans qui vit recluse depuis plusieurs semaines et qui n’a pas d’autre contact que les réseaux sociaux où elle laisse libre cours à sa passion pour le célèbre chanteur Eric Thorn. Consciente qu’elle ne le connaît pas cela ne l’empêche pas de s’intégrer au cercle des fans et sa psychologue semble approuver cette socialisation numérique, qui vraisemblablement fait progresser sa patience, même si elle ne quitte toujours pas sa maison. De son côté, Eric vit de plus en plus mal les fans envahissants et pour éviter de craquer et foutre en l’air sa carrière il ne va pas hésiter à se créer un faux compte pour laisser libre cours à sa colère. Cependant contre toute attente une relation se tisse avec Tessa sur Twitter et ils vont développer un lien fort.

J’aurais pu être dérangée par la narration à la troisième personne, j’y ai pensé dès les premières lignes et bizarrement j’ai réussi à faire abstraction de ce détail en étant complètement embarquée par l’intrigue. L’auteure réussit à retranscrire parfaitement les émotions qui habitent Tessa et ce n’est pas chose facile avec un narrateur externe, au fil des pages on comprend que quelque chose s’est produit et l’état dans lequel se met la jeune femme nous fait rapidement craindre le pire. Sa relation avec Eric est inattendu et une complicité se construit rapidement entre eux, chacun se révélant davantage à l’autre. Bien que différents dans bien des aspects, ils vont se révéler bien plus similaires qu’il n’y paraît et c’est le genre de connexion que j’adore voir évoluer entre deux personnages et qui ravit la romantique en moi.

Bien que le côté thriller soit évoqué, il va longtemps rester dans l’ombre et on ne va pas réellement comprendre la situation. Au gré de scènes parfaitement dosées, nous allons commencer à faire la lumière sur les évènements et réaliser que la romance tout à fait innocente va prendre des proportions totalement inattendues. J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteure instaure une aura de mystère et même si nos héros ont parfois des réactions un peu immature, ça n’entache pas le plaisir que j’ai pris à découvrir ce roman. J’aurais aimé pouvoir prolonger le récit aussi longtemps que j’aurais pu et en même temps j’étais totalement incapable de m’arrêter. Un roman qui va réussir à vous surprendre jusqu’à la dernière ligne.

Hopper | Laura Moods (#2)

Hopper-2Ce roman est le 2ème tome d’une duologie.

Je voudrais remercier Laura Moods, qui a eu la gentillesse de me proposer ce roman en Service Presse, alors que mon avis du premier tome était assez mitigé. J’envisageais de lire cette suite, pour connaître l’évolution de l’histoire, mais ce roman n’était pas forcément dans mes priorités. Le temps de me replonger dans l’histoire, je me suis accordé une petite pause sur une histoire que j’étais certaine de terminer dans la journée et ça n’a pas manqué, l’histoire se lit toute seule.

Nous retrouvons Emma après qu’elle est réussie à s’échapper de sa prison où elle était retenue avec Adam. Complètement épuisée après un périple dans le désert, elle est retrouvé in-extremis par marshal Jenkins. A l’hôpital elle va retrouver Vera qui malgré ses efforts n’arrive pas à retrouver Adam et sentant le danger se rapprocher, elle va tenter de renvoyer Emma à Londres, afin qu’elle soit en sécurité. La jeune femme ne l’entend pas de cette oreille et va tout tenter pour récupérer son amoureux.

Le point fort de ce tome, c’est le roman à double voix et les flash-back de l’histoire d’Adam. Dans ce tome, le couple va se trouver séparé pendant la majorité du roman et au cours de l’enquête, nous allons vivre l’histoire d’Adam et comprendre tout ce qu’il a traversé pour en arriver là aujourd’hui. Je dois dire que j’ai découvert son personnage sous un nouvel angle et j’ai été assez attendri de le découvrir amoureux. Ce tome est beaucoup plus sombre et l’humour d’Emma est complètement absent, c’est à la fois dommage et compréhensible, car les évènements ne se prêtaient pas à l’humour, mais c’est quelque chose qui m’avait charmé dans le premier opus. Par contre j’ai été agréablement surprise par sa force de caractère, elle va tout donner pour prouver qu’elle sait comment retrouver Adam.

Mon avis concernant cette suite est sensiblement le même que lors de ma lecture du précédent tome. La grande force de cette histoire c’est la plume de l’auteure qui a réussi à m’embarquer dans son histoire, même si je n’étais pas toujours convaincu. Ce que j’entends par là, c’est que le déroulement de l’intrigue reste relativement simple, les rêves sont un peu trop faciles et la libération d’Adam un peu un coup de poker. Les explications concernant le passé d’Adam sont assez convaincantes, mais certaines scènes m’ont fait sourire alors que la situation ne s’y prêtait pas forcément.

Néanmoins j’admets que j’ai passé un bon moment et j’avais qu’une hâte que nos héros se retrouvent. Je n’aurais pas dit non à quelques chapitres supplémentaires, avec une scène privilégiée entre nos héros, l’épilogue est mignon, mais la romance m’a un peu manqué. Oui je sais, dans le premier opus c’était l’inverse il y en avait trop, mais il est difficile de trouver le juste milieu. Je garderais un bon souvenir de cette série et j’ai bien l’intention de suivre l’actualité de Laura Moods, car j’aime son style.

Retrouvez mon avis sur Hopper #1 ICI
Lucie Signature

Black Iris | Leah Raeder

ImpressionTout d’abord je tiens à remercier les Éditions Prisma pour l’envoi de ce roman. Je vais essayer de mettre des mots sur mon ressenti, parce que on ne peut pas dire que ça soit un coup de foudre. Je suis beaucoup plus admirative par la plume de l’auteure, qui a réussi à complètement m’embarquer dans une histoire totalement immorale et qui est très éloigné de mes lectures habituelles. A vrai dire, c’est perturbant d’expliquer ce qui m’a plu, tout n’est que sexe, drôle et alcool. Je pense qu’on peut reconnaître la qualité d’un auteur lorsque celui-ci arrive à nous faire aimer son roman, alors que l’histoire est complètement dingue, tordue, dérangeante et tellement addictive que ça en est perturbant et je suis admirative.

Laney Keating est un personnage unique, qu’on pourrait qualifier d’anti-héros. C’est une jeune femme perturbée, les psychiatres lui ont diagnostiqué un trouble de la personnalité. Elle se gave de Xanax, est probablement ivre dans la plupart du roman et surtout abuse à tort et à travers du sexe. Je ne vous cache pas que présenter comme ça ce n’est pas hyper racoleur et pour tout vous dire c’est une personne détestable avec qui vous n’avez aucune chance de vous identifier. Ce qui fait sa force c’est justement son côté marginal et son besoin de vengeance qu’on ne va pas comprendre tout de suite. Plus on avance, plus on comprend qu’elle a un plan en tête… mais c’est seulement lorsqu’elle va rencontrer le gentil Armin et la sensuelle Blythe que les rouages vont se mettre en place. A partir de là, le trio infernal va partir en quête de vengeance contre les personnes qui ont fait du mal à Laney.

Ce qui est grandiose, c’est cette capacité à garder le lecteur accroché alors que son héroïne est loin d’être attachante. Elle n’hésite pas à mentir, manipuler et se sert de ses atouts pour blesser. D’ailleurs, elle le dit elle-même dès le début on va la détester et il ne faut pas s’attendre à une quelconque rédemption de sa part. Durant son cours de littérature j’ai appris un terme intéressant qui s’applique totalement à cette histoire. Laney est une narratrice peu fiable. Elle nous raconte tout ce qu’elle vit, on suit son parcours de manière détailler et elle nous conduit là où elle le souhaite, dans le sens où elle n’hésite pas à cacher des éléments, qui vont avoir leur importance dans la suite des évènements.

La chronologie est plutôt déstabilisante, on alterne de manière totalement aléatoire entre passé et présent, avant la rencontre du trio et après. Je ne vous cache pas que par moments j’ai perdu le fil, mais je pense que c’est un choix calculé par l’auteure pour accentuer les troubles psychologiques et nous donner l’impression d’être dans un gros bordel émotif. En toute honnêteté, je tire mon chapeau l’auteure qui a réussi à complètement m’embarquer, l’histoire est loin d’être simple et son s’éloigne clairement de mes goûts. Pourtant, je dois reconnaître que c’est une prise de risque on est dans une histoire inédite et c’est principalement grâce à l’originalité que la note est aussi bonne. Alors oui, j’ai détesté le fond et le message que véhicule ce roman, mais j’ai avalé ce roman en une journée tellement c’était prenant. Un roman à ne pas mettre dans toutes les mains, car on est dans l’excès et c’est clairement un sujet à ne pas prendre à la légère, mais si vous aimez prendre des risques… !

Signature Lucie