N’y pense même pas ! | Kristan Higgins (Blue Heron #4)

Un vrai petit bonheur de retrouver un roman de Kristan Higgins. Il est vrai que depuis quelque temps je m’étais un peu lassé du schéma toujours identique et cette petite pause m’a fait énormément de bien. Le temps n’étant pas au bout fixe, j’avais envie d’une petite lecture détente qui aura rempli sa part du marché : de l’humour, de l’amour et un cœur gros comme ça.

Dans ce tome nous retrouvons la famille Holland sous son meilleur jour et le seul homme de la fratrie va se retrouver au cœur de l’attention. Depuis qu’il a sauvé des adolescents de la noyade, la petite ville de Manningsport a trouvé son héros et malgré sa fierté, Jack vit très mal cette situation et personne autour de lui ne semble réalisé qu’il n’est plus tout à fait lui-même. Alors lorsque son ex-femme débarque en ville, avec pour objectif de le récupérer il éprouve le besoin de s’échapper. Lorsqu’il apprend qu’Emmaline, l’adjointe de Levi a besoin d’un cavalier pour l’accompagner au mariage de son ex-fiancé, le meilleur parti de la ville ne va pas hésiter à porter secours à cette jeune femme qu’il côtoie sans vraiment la voir.

J’ai énormément apprécié notre héroïne, elle sait parfaitement se prendre en main seule et le fait d’être flic met en avant l’image d’une femme forte, sans compter qu’elle rêve secrètement de pouvoir utiliser son taser, chose qui va s’avérer compliqué dans cette petite ville où la délinquance est proche de zéro. Alors lorsqu’elle apprend que son ex-fiancé, qu’elle n’a pas tout à fait oublié l’invite à son mariage, elle va avoir un petit pincement au cœur concernant sa situation. Elle va se mettre en tête de trouver le partenaire idéal, sauf que les choses ne vont pas être aussi simples et que les candidats peu nombreux.

Pour elle il est inconcevable que ce soit Jack, car il est trop beau, trop bien, pas pour elle. Il est considéré comme le sauveur de ces dames et il n’est pas à son coup d’essai en tant que cavalier, alors si ce mariage peut l’éloigner de son ex-hystérique, c’est pour lui l’occasion rêvée. Loin des tracas de la vie, j’ai découvert un homme drôle, attachant et une fragilité inattendue. Des flash-back vont nous permettre de revivre des moments clés pour nos héros et nous montrer ce qui a contribué à ce qu’ils sont devenus.

En bref, un quatrième opus qui se démarque des précédents notamment car la famille Holland n’est plus au centre de l’intrigue, même si elle garde une place importante à l’histoire et voir à quel point la tribu est soudée est tellement plaisant. Jack peut compter sur ses sœurs pour l’éduquer avec Emmaline et certaines scènes ont contribuées à maintenir la bonne humeur. Une lecture comme on les aime pour s’évader, des héros drôles qui vont vivre une belle romance. Je suis impatiente de découvrir ce que nous réserve le final.

Retrouvez mon avis sur A un détail près #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Sans plus attendre #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Reparti pour un tour #3 ICI
Publicités

La rencontre idéale (ou presque) | Angéla Morelli (Les Parisiennes #2)

C’est peut-être un été pluvieux, mais certaines lectures ont le mérite d’être aussi lumineuse que le soleil. L’avantage avec les romans d’Angéla Morelli c’est que l’humour et la bonne humeur sont toujours au rendez-vous, donnant des romans déjantés et que dire de ses héroïnes drôles et attachantes.

Bien que ce tome, soit un deuxième opus il peut très bien se lire indépendamment. Ici nous suivons Louise, accro au boulot qui a tendance à laisser sa vie de côté. Décidée à faire une détox, elle décide de s’exiler à la campagne pour l’été afin de se mettre au vert. Son séjour sera également l’occasion de s’accorder une pause avec les hommes ; pourtant même au milieu de la Picardie Louise va être confrontée à deux hommes que tout oppose, l’un apiculteur séducteur et l’autre entrepreneur taciturne.

J’ai beaucoup aimé la fraîcheur de Louise, dès son arrivée en Picardie j’ai sentie que les vacances n’allaient pas être de tout repos. Elle a un côté femme libérée que j’ai trouvé intéressant, et même si elle n’a pas honte d’être accro aux rapports humains et à l’alcool, découvrir celle qu’elle est au fond d’elle est attendrissant. Bien qu’elle renvoie l’image d’une femme indépendante bien dans sa peau, de nombreux complexes lui mènent la vie difficile et sa première rencontre avec le séduisant Joffrey suit son schéma habituel qu’elle essaye pourtant d’interrompre, alors quand elle va faire la connaissance d’Arnaud, qui semble n’avoir rien à faire de son physique, voire même agacé, elle voit ça comme un défi

De manière générale, on pourrait croire qu’au vu de la légèreté du récit les personnages seraient un peu creux, mais bien au contraire notre héroïne a une histoire très touchante et je n’ai eu aucun mal à m’identifier à son histoire. J’aurais d’ailleurs aimé approfondir cet aspect de sa vie qui la place dans une extrême vulnérabilité et la fin m’a frustrée. Il faut dire que tout arrive assez rapidement et même si la conclusion est mignonne, j’ai l’impression d’avoir des questions demeurées sans réponses. Néanmoins, la fluidité de l’écriture et l’humour qui a déjà fait ses preuves sont d’un incroyable réconfort.

En bref, Angéla Morelli est une auteure doudou que j’ai toujours plaisir à découvrir. Ces romances ont le don de m’offrir le remède idéal au stresse et l’anxiété, lorsque j’avais la tête plongée dans cette histoire plus rien n’avait d’importance et mon moral grimpait pour au final me sentir détendue. On retrouve quelques clichés sur la campagne et des scènes coutumières dans les romances, mais ça ne gâche en rien le plaisir de la lecture. En espérant que la suite des aventures de nos Parisiennes voient le jour.

Mon avis sur L’homme idéal (en mieux) #1 ICI

Sextoys et bulles de savon | Mily Black

C’est avec un sourire jusqu’aux oreilles que je débute cette chronique. Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de cette adorable petite romance, mais avant tout, j’aimerais remercier son auteure. Depuis quelques années, c’est toujours avec grand plaisir que j’achète les romans de Mily Black. Avoir la chance de recevoir son dernier roman venant d’une auteure que j’apprécie particulièrement m’a fait énormément plaisir, je n’ai pas tardé à le dévorer et je peux vous dire que cette lecture respire la bonne humeur.

Dès le premier chapitre le ton est donné, nous faisons la connaissance de Fanny nouvellement à la tête d’une petite boutique, après avoir quitté la sécurité d’un job d’ingénieur, la jeune femme est déterminé à faire prospérer son commerce de produits de beauté bio et… de sextoys. Certes l’idée peut paraître farfelue, surtout dans ce petit village aux idées bien arrêtées, le défi est de taille et le commerce n’est pas au goût de tous. Face aux personnes réfractaires, Fanny va redoubler d’humour et d’inventivité pour mettre en avant les vertus de sa boutique et prouver qu’une femme mérite de se sentir épanouie dans sa féminité.

Lorsque le Sexy Sergent fait son apparition dans un moment de gêne ultime, elle va toute faire pour établir leur relation badine en étant scandaleusement sexy, sans jamais ménager ce pauvre homme. Lui c’est Édouard et lorsqu’il va faire la connaissance de cette jolie commerçante, on peut dire qu’il n’est pas au bout de ses surprises. Drôle, sexy, femme fatale, tous les arguments sont bons pour faire craquer cete homme en uniforme, qui semble insensible à ses charmes. Contre toute attente sous les airs de légèreté va émerger un réel problème de fond, à commencer par cette cliente qui lui rappelle étrangement son passé. Ce passé qui a laissé des séquelles importantes en tant que femme et on le ressent dans ses choix.

Ce roman possède toutes les qualités qui m’ont séduites dans les précédentes romances de Mily Black. Débuter une histoire, c’est avant tout un abandon de la réalité, un sentiment d’évasion et lorsque j’ai découvert une romance comme celle-ci, je me suis immédiatement senti dans un état d’esprit positif, souriante et j’ai la sensation d’être détendue. Fanny est une héroïne haute en couleur qui n’est pas de tout repos, on se demande où elle trouve toutes ses idées et en même temps, on ne peut pas s’empêcher d’admirer avec le sourire ses trouvailles. Notamment ce petit jeu de séduction qu’elle va instaurer avec Édouard, alors que leurs échanges gagnent en tension c’est Fanny qui va freiner ce petit jeu et réaliser qu’il se rapproche un peu trop. J’ai savouré avec un plaisir non dissimulé les répliques remplies de charme entre Fanny et Édouard. Certaines scènes m’auront valu des gloussements de groupie, voir parfois des grognements de frustration, mais une chose est sûre le sourire ne m’a jamais quitté.

En bref, j’aime ce que je ressens quand je lis un roman de Mily Black, elle a cette capacité à m’embarquer dans un univers un peu loufoque, à la fois un peu too much, mais en même temps tellement plaisant à découvrir qu’on croit sans mal à l’histoire qui s’ouvre à nous. J’ai aimé la manière dont la relation qui se tisse au fil des pages, tout est réuni pour se détendre et en même temps, un thème fort est abordé d’une manière très touchante. Grâce à une plume qui respire la joie de vivre, le lecteur est détendue et savoure les aventures rocambolesques d’une héroïne attachante, délurée et touchante. Une romance douce, drôle, sexy qui fait un bien fou au cœur et à l’esprit. Le remède idéal pour lutter contre la déprime.

Happy Ending | Victoria Van Tiem

img_20170129_175814_560happy-endingCoup-de-coeurDate de sortie : 1er février 2017
Merci Babelio et les Éditions Harlequin.

Voilà une sensation que j’aime par-dessus tout. Vous parler d’une incroyable découverte, qui m’a complètement retourné le cœur tellement j’ai adoré chaque instant passé en compagnie de héros attachants, tendres, drôle et dégoulinant d’amour. J’ai entendu parler de ce roman et j’ai trouvé, que le résumé avait l’air intéressant, je n’envisageais pas particulièrement de l’acheter dans l’immédiat, il avait rejoint la liste des peut-être et puis un coup de pouce de la masse critique, m’a donné envie de tenter ma chance. C’est toujours quand on s’y attend le moins, que les bonnes nouvelles arrivent, puisque par chance j’ai été sélectionné pour découvrir ce roman. Après une lecture particulièrement difficile, j’avais envie d’une lecture mignonne et avec le recul, il me semblait impossible de faire plus romantique, qu’un résumé qui proclame son amour pour les plus belles comédies romantiques c’était déjà un appel pour mon petit cœur.

Cette chronique est bien partie pour être interminable, mais je suis tellement euphorique de vous parler de cette histoire. Là-haut tout est déjà en train de s’emballer pour susciter un maximum de curiosité et vous pousser à l’achat le plus mignon de toute la terre. Kensington, c’est notre adorable héroïne. La trentaine n’est pas encore là qu’elle peut déjà se féliciter d’avoir trouvé le fiancé parfait, sa famille l’adore et la bague à son doigt rendrait jalouse n’importe qui. Cet instant, elle l’a attendu toute sa vie et il a tout pour ressembler à ces comédies romantiques qu’elle affectionne depuis tant d’années. Tout était calculé, rien n’aurait pu ternir son bonheur, pas même sa famille un peu spéciale. Pourtant un contrat qu’il lui faut absolument décroché va venir raviver une flamme qui c’était éteinte, il y a plusieurs années.

Son client c’est Shane Bennett et il lui a brisé le cœur après quatre ans d’amour. Le timing est parfait, puisqu’il choisit de réapparaître au moment le plus heureux de sa vie et même si l’ignorer aurait été la solution la plus logique, ce contrat elle ne peut pas le laisser s’échapper. Vous la venez venir l’embrouille ? Oui, en plein dans le mille, le bel anglais a bien prévu son coup et il ne signera avec qu’elle qu’à une condition : Rejouer dix scènes cultes ayant appartenu aux plus belles comédies romantiques. Entre nous, ça a été le commencement : glousser, couiner, rire, sourire, avoir les yeux qui pétillent et surtout un rappel constant à l’amour que renvoient ces comédies romantiques j’en ai encore des palpitations. Pour Kensington il est impératif de rester de marbre et ce concentré sur son fiancé parfait, mais quand un homme fait tout pour conquérir, c’est normal qu’elle finisse par avoir du mal à le sortir de ses pensées.

Pour vous résumer un peu, le mec il va élaborer la plus belle déclaration d’amour que j’ai jamais vu de ma vie. Il connaît tout d’elle et même si leur rupture a laissé quelques séquelles à Kenzi, lui de son côté n’a rien oublié de sa passion pour les comédies romantiques. Quand je dis passionnée, c’est du genre  à connaître chaque réplique par cœur, alors moi quand je le vois faire son possible pour la surprendre avec une scène d’un de ses films préféré, je suis déjà au bord de l’évanouissement, car il se donne à fond sans jamais devenir lourd, ni la forcer à abandonner tout ce qu’elle a construit. Il arrive avec la plus douce des méthodes, à lui rappeler celle qu’elle était il y a des années et qu’elle a oublié. Il va susciter des questionnements, une remise en question et surtout lui insuffler la confiance dont elle manque cruellement.

Je suis tellement à fleur de peau, que j’ai l’impression que ma chronique est assez confuse donc n’allez pas croire que ce roman est un enchaînement de scènes cultes, car elles s’accompagnent des aléas de la vie que ce soit dans sa vie professionnelle et sa vie privée. Tout ce que Shane va élaborer, va venir raviver l’étincelle et parce qu’il faut bien rivaliser avec les comédies romantiques, la touche d’humour est bien présente. Ah ma pauvre Kenzi, elle a le don de se mettre dans des situations gênantes et particulièrement drôles, sans jamais tourner au ridicule. En fait, à l’image de Bridget Jones, elle va faire face et en ressortir rayonnante de ce traquenard. Je crois qu’en bonne romantique qui se respecte, j’ai toujours rêvé que des scènes d’amour se transposent à la réaliser et Victoria Van Tiem n’a fait que prolonger le rêve.

En bref, prenez un roman qui s’inspire des comédies romantiques qui vous ont toujours fait rêver, rajoutez une touche personnelle pour proposer quelques choses de nouveau et que les romantiques seront les seules à comprendre, une pincée d’humour, des scènes qui passent par à peu près toutes les émotions, colère, attendrissement, doute, passion et bien évidemment un amour inconditionnel. Ça résume plutôt bien ce par quoi je suis passée pendant ma lecture. Sans compter, les titres des chapitres qui m’ont à la fois rappelé de bons souvenirs et m’orientaient, pas toujours préparé à ce que j’allais lire, mais toujours ravie des échanges. J’ai également totalement adoré les petits dessins de fin de chapitre. Si vous cherchez un roman pétillant, qui vous fera revivre les meilleures scènes des comédies romantiques, ce roman est fait pour vous. Un récit avec l’humour de Bridget Jones, la modernité de 27 robes ou la passion de Dirty Dancing, en passant par la pétillante Pretty Woman, ce roman est bonbon qu’il vous faudra savourer pour ne pas ressentir le manque, lorsque les dernières pages seront tournées. Je suis totalement amoureuse de cette histoire et j’espère que comme moi vous succomberez face à cette déclaration d’Amour.

 Lucie

L’exquise clarté d’un Rayon de Lune | Sarah Morgan (Les frères O’Neil #2)

img_-vw5qozlexquise-clarte-dun-rayon-de-luneBonAprès être passé à côté du tome précédent et m’être fait accessoirement taper sur les doigts par une personne qui se reconnaîtra, j’ai décidé de redonner une chance à ce second opus qui continue de suivre les aventures de la famille O’Neil. Je n’irai pas jusqu’à dire que ce tome a été celui de la révélation, mais je dois admettre que le potentiel est là et qu’une fois rentrée dans l’histoire on s’attache aux personnages.

Sean O’Neil est de retour au domaine et il est hors de question pour Elise, de penser à cette nuit magique qu’ils ont passé ensemble l’été dernier. Elle n’a pas le temps à accorder à ce séduisant docteur et entend bien rester concentrer sur sa tâche qui consiste à rester derrière les fourneaux. Cependant les choses vont se compliquer lorsque l’ouverture d’un projet qui lui tient particulièrement à cœur, menace d’être repoussé, les travaux ayant été abandonné suite aux problèmes de santé du patriarche Walter O’Neil.

Je dois dire que je gardais très peu de souvenir de l’histoire du précédent opus, mais au fur et à mesure de ma lecture, certains personnages commençaient à retrouver leur place dans mon esprit. Sean ne m’a pas particulièrement marqué et j’ai été surprise de découvrir que son caractère était bien différent du reste de la tribu, en effet tel le vilain petit canard, il exerce son métier avec passion et n’entend pas abandonner ses heures supplémentaires pour les beaux yeux d’une femme, son métier c’est ce qui le définit et sa vie à Boston lui convient parfaitement. Depuis la mort de son père, on ne peut pas dire que Sean soit beaucoup retourné à Snow Crystal. Il n’est pas prêt à affronter le reste de la famille et préfère rester éloigné de la station pour laquelle il a gardé une rancœur. A l’inverse Elise éprouve la sensation d’avoir enfin trouvé l’endroit qu’elle peut appeler maison et même si comme Sean, elle n’a pas de temps à accorder à une histoire sentimentale, elle se montre épanouie dans sa passion et a retrouvé une seconde famille auprès des O’Neil. Notamment auprès de Walter qui s’est investi avec elle dans le plus beau projet de sa carrière et auprès de Jackson l’homme à qui elle doit sa place en cuisine.

A l’image de ma lecture précédente, ma lecture n’a pas été très fluide. Les narrateurs externes ne sont pas ceux que je préfère et j’ai éprouvé des difficultés à rentrer dans l’histoire, qui prenait un peu trop de temps à démarrer. En avançant dans le récit, une forme d’addictivité a vue le jour et j’ai aimé poursuivre ma lecture en imaginant le décor de rêve. Mais je crois que ce qui m’a fait apprécier ma lecture est lié aux personnages, Sarah Morgan construit son récit sur les bases d’une famille crédible. Les personnages secondaires ont eux aussi leurs préoccupations et l’auteur ne se contente pas d’un environnement restreint. Sean va s’avérer être têtu et orgueilleux, mais il peut compter sur ses frères pour le remettre en place et malgré l’excessivité de Walter il va s’impliquer qu’il le pensait. Celle qui m’a le plus rendue curieuse c’est Elise, sa fuite face à l’amour et sa vulnérabilité face à son passé m’ont tout de suite séduite. La majorité du temps, c’est une femme forte et déterminer qui donne tout ce qu’elle a dans sa cuisine, mais lorsqu’on creuse un peu elle est beaucoup plus fragile et ses secrets émouvants, sans compter sa manière de repasser au français lorsqu’elle panique ou est stressé est adorable.

J’ai du mal à exprimer ce qui me gêne dans cette lecture, le fond de l’histoire à tout pour plaire et les personnages ont un passif relativement intéressant pour les fans de romance. Seulement le récit m’a vraiment empêchée d’être embarquée dans l’histoire, telle une barrière je suis restée une spectatrice de cette histoire et malgré le côté accueillant de cette lecture, je n’explique pas ce problème d’appréciation. Cependant, je dois admettre qu’après un temps d’adaptation j’ai apprécié passer du temps en compagnie des héros, mais très franchement on est loin des coups de cœur qu’on put éprouver certains. Certes l’attachement est là, la curiosité grandit et Tyler O’Neil m’intrigue vraiment, mais ma lecture était loin d’être fluide. Je me laisserais probablement tenter par le dernier tome de cette série pendant une phase de creux dans les sorties littéraires, mais pas dans l’immédiat. Une lecture agréable, mais pas mémorable.

Retrouvez ma chronique sur La danse hésitante des flocons de neige #1 ICI
Lucie