Romance Contemporaine

Let you love me | Kennedy Ryan (Grip #1)

Résumé :
Gérer la carrière du musicien le plus prometteur de la décennie, Bristol sait le faire : c’est son métier. Mais résister au désir magnétique qui les lie, ça, c’est sa hantise.
Bristol doit se rendre à l’évidence : huit ans après la semaine magique qu’elle a passée avec lui, Grip, le meilleur ami de son frère, n’a rien perdu de son talent, ni de son charme. Celui qui composait pour sortir de la misère des ghettos est devenu l’un des plus grands espoirs du hip-hop, et la tentation incarnée. Irrésistible, envoûtant et désormais célèbre, il a réveillé d’un simple regard les sentiments vertigineux qu’elle a longtemps réprimés. Elle a toujours su qu’il réussirait. Tout comme elle a toujours su que leur relation n’avait aucun avenir. Mais aujourd’hui, c’est elle, Bristol, qui va devoir manager sa carrière. Tout en cachant les sensations explosives que Grip provoque encore en elle. Son défi : rester professionnelle. Son problème : Grip n’a aucune intention de renoncer à elle…

Tout d’abord la première chose à savoir si vous lisez cette chronique, c’est qu’il existe un prequel qui raconte la première rencontre entre les protagonistes et je vous la recommande chaudement avant d’entamer cette lecture.

Bristol est née dans le milieu de la musique, mais on lui a toujours répété que contrairement à son frère elle n’a aucun talent particulier, alors il semblait normal de se diriger vers un métier qui était l’envers du décor et aujourd’hui, elle est comblée dans sa carrière de manageuse. Grâce à la carrière de son frère, elle a la chance d’avoir pu obtenir des contrats importants auprès d’artistes reconnus.  Depuis 8 ans, elle dirige ses artistes d’une main de maître pour les faire briller aux yeux du public. Cette année toute son attention s’est portée sur Grip, le meilleur ami de son frère qui après des années de galère se fait enfin connaître et Bristol va tout faire pour que son premier album soit un succès, tout en tentant de conserver ses distances comme elle le fait depuis des années, seulement Grip est déterminé à jouer de ses charmes pour enfin pouvoir conquérir le cœur de la jeune femme qu’il convoite.

Je n’aurais pas découvert Bristol dans le prequel, j’aurais pu avoir quelques a priori sur cette forte personnalité. Au premier abord elle renvoie l’image d’une femme hautaine qui se croit supérieure aux autres et en creusant un peu, on découvre qu’elle s’est forgé une carapace depuis le départ de son frère lorsqu’elle était adolescente. Et pour beaucoup elle est la définition même de la blanche privilégier qui doit tout à la fortune de ses parents, pourtant on comprend rapidement qu’elle est bosseuse et protège son cœur des souffrances. On est confronté à un choc des cultures puisque Grip a vécu une enfance confronté à l’injustice, aux gangs et trafic de drogue, luttant pour s’en sortir. Aujourd’hui, il gagne suffisamment d’argent, mais la brutalité policière ne l’a jamais épargné et ça se ressent dans ses compositions.

Difficile de ne pas relever les références au mouvement Black Lives Matter compte tenu du contexte et ça m’a fait réaliser que c’était la première fois que je lisais un roman avec un couple métisse, c’est quand même assez incroyable de relever le manque de représentation dans la littérature française. Je pense que le moment n’aurait pas pu être mieux choisi pour découvrir cette romance et j’ai pris plaisir à découvrir un héros différent issu d’un milieu défavorisé qui grâce à sa poésie a réussi à se faire connaître dans le milieu hip-hop. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai terminé ma lecture avec des émotions en pagaille, un message qui raisonne en moi et tout simplement des personnages qui s’éloignent du schéma habituel dans les romances contemporaines.

Ça faisait longtemps que je n’avais pas été autant captiver par l’alchimie entre les personnages d’une romance, une semaine passée ensemble aura fait éclore des sentiments forts qui au fil des années n’auront fait que se consolider et se transformer une tension sexuelle qui va donner des sueurs froides aux lecteurs. Bristol m’a parfois frustrée avec ses idées préconçues, mais Grip aura su équilibrer la balance à quelques reprises. Ce roman m’a fait passer par plusieurs émotions telles que la frustration, l’inquiétude ou encore la joie et c’est justement ce qui a rendu ce récit vivant et addictif. Je croise les doigts pour qu’Harlequin nous traduisent le deuxième tome pour prolonger la magie.

Romance Contemporaine

Ennemis (et plus si affinités) | Mia Sosa

Résumé :
Acceptez-vous de prendre pour ennemi et collègue la personne ici présente ?
Quel est le comble pour une wedding planneuse ? Se faire abandonner devant l’autel. Ca ressemble à une mauvaise blague mais c’est bien ce qui est arrivé à Carolina Santos. Pour autant, elle continue d’aider les couples à faire de leur mariage le plus jour de leur vie. Et elle est douée, vraiment douée. A tel point qu’un prestigieux hôtel lui fait une proposition qui pourrait changer sa vie. Il y a juste un problème : pour obtenir le poste de ses rêves, elle va devoir collaborer avec l’homme qui a convaincu son ex fiancé de la planter le jour de leur mariage.
Max Hartley, expert en marketing, a enfin l’opportunité de sortir de l’ombre de son frère et faire ses preuves auprès du grand hôtel qui a fait appel à leur entreprise familiale. Même si, pour cela, il va devoir passer les prochaines semaines avec l’ex fiancée de son aîné, qui le déteste profondément. A raison : c’est à cause d’un de ses discours anti-mariage et avinés que le marié a déserté les lieux. Et plus il va passer du temps avec elle, plus il va se demander pourquoi son frère a quitté une femme aussi drôle, intelligente et attachante…

Un vrai bonheur de lecture qui fait un bien fou au moral, l’auteure parvient à dépeindre le portrait de personnage dans une situation complexe et à rendre les interactions réjouissantes, sans oublier une pointe d’émotion.

Carolina Santos est une dynamique weeding-planneuse qui fait de son métier une priorité. Ce qui n’est pas bon pour les affaires, c’est se faire larguer le jour de son mariage et devoir affronter que le plus beau jour de sa vie s’écroule comme un château de cartes et le comble quand son propre fiancé a pris la fuite avant de lui envoyer son frère pour lui annoncer la nouvelle. Après une difficile reconstruction, sa carrière professionnelle prend un tournant lorsqu’un grand groupe hôtelier souhaite collaborer avec elle pour un nouveau projet. Seulement le destin va s’en mêler et la confronter à travailler avec son ex-fiancé et Max, son frère, en oubliant ses rancœurs.

Lina est une héroïne comme on aime en rencontrer il est assez rare pour le souligner dans une romance, mais appartient à la communauté Brésilienne et elle va pouvoir compter sur une famille soudée pour la soutenir dans ses décisions et pour l’aider à s’en sortir. J’ai adoré la complicité qu’il y a entre eux et la mise en avant de cette culture qui m’est inconnue. Sa position de femme de couleur l’a toujours forcé à maîtriser ses émotions et bien qu’elle adore son métier, elle conserve une réserve pouvant être apparentée à de la froideur. Sa rencontre avec Max va mettre ses nerfs à rude épreuve et au contact de son ennemi elle va progressivement s’ouvrir.

Max est un personnage absolument adorable, toujours relégué au second plan à cause de son frère, il va développer un esprit de compétition vis-à-vis de lui et ce projet est l’occasion pour lui de faire ses preuves en solo. L’entreprise familiale ne lui a jamais vraiment accordé sa chance et son frère s’est toujours débrouillé pour se mettre en avant. Bien que Lina ne soit pas forcément la partenaire la plus simple, il va prendre à cœur de sublimer son travail et à force de la côtoyer il va découvrir que l’image qu’il avait de cette jeune femme est bien différente de la réalité. Et au fil des pages une certaine vulnérabilité émerge et on n’aspire qu’à le protéger de son passé.

En toute honnêteté le début du roman met un peu de temps à démarrer, mais sous couvert de l’humour on progresse avec ce binôme de travail atypique. Une fois l’intriguée lancée et le lecteur alpagué, on ne peut que se laisser porter par la plume de l’autrice. La romance est menée par un duo rafraîchissant qui va développer une entente naturelle, pour basculer dans une attirance évidente. En bref, c’est drôle, léger et ça fait du bien au moral.

Romance Contemporaine

Tu fais quoi pour Noël ? Je t’évite | Juliette Bonte

Résumé :
Encore plus près de son ennemi »… manquait plus que ça !

Charlie déteste Blade, et Blade le lui rend bien. Elle a essayé de s’entendre avec ce grand brun – vraiment ! – mais entre eux, ça ne passe pas. Le problème, c’est que Blade est un ami de James, le nouveau petit copain de la meilleure amie de Charlie. Alors, autant dire que l’éviter est sans espoir car, si les filles ont la réputation de n’aller aux toilettes qu’à deux, les hommes, eux, sont visiblement incapables de boire une bière sans leurs homologues testostéronés. Mais, quand les soirées évoluent dangereusement vers un projet de vacances en groupe pour les fêtes de fin d’année, Charlie comprend qu’elle est fichue. Car, s’il y a une chose qu’elle déteste encore plus que Blade, c’est bien Noël. Et, si Blade l’apprend, il va tout faire pour que ce séjour en Laponie devienne son pire cauchemar.

Je remercie les éditions Harelquin et NetGalley pour l’envoi numérique

J’avais découvert Juliette Bonte dans une romance de Noël et je gardais un très bon souvenir de Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi, alors en cette période où les films de Noël reviennent sur nos écrans, les chocolats chauds réchauffent nos week-ends c’était la période idéale pour me replonger dans une romance de Noël.

Depuis plusieurs mois Savannah a rencontré l’homme de sa vie en la personne de James, alors étant inséparable de sa meilleure amie Charlie il était impensable de ne pas passer ses soirées du vendredi soir avec la jeune femme. Le groupe d’amis du jeune homme semble soudé et le courant passe plutôt bien avec la jeune femme, sauf avec Blade. Charlie déteste Blade et le jeune homme ne supporte pas Charlie depuis leur première rencontre. Sous le regard de leurs amis, les noms d’oiseaux volent et ils divertissent régulièrement la bande avec leurs échanges. Seulement, quand un projet de vacances de Noël est évoqué, Charlie tente de faire marche arrière, car si elle déteste Blade, elle a Noël en aversion. Et si Blade l’apprend, il va faire de son séjour un enfer.

Charlie et Blade sont plutôt divertissants, n’hésitant pas à redoubler d’ingéniosité pour pourrir la vie de l’autre et c’est ces échanges qui rendent le récit savoureux, mais bien évidemment le reste du groupe n’est pas en reste, progressivement nous apprenons à connaître les six amis qui ont chacun des bagages assez chargés et bien que Charlie ne se pense pas intégrée, elle va faire la connaissance d’une vraie famille. Et la jeune femme en a bien besoin, toujours fragilisé par les blessures de son enfance et j’ai admirative de son amitié avec Savannah. Les deux jeunes femmes ont su trouver une belle amitié malgré un environnement difficile et pour son amie Charlie est prête à tout. Cette fragilité est perçue par la jeune femme comme une faiblesse, alors elle ne laisse personne atteindre sa carapace. Seulement être en contact de Blade fait ressortir toutes ses insécurités.

Le décor de Noël est parfait pour démarrer la saison des romances de Noël, j’ai pris un malin plaisir à découvrir les crasses de nos héros et les dialogues m’ont beaucoup fait rire. Tout est réuni pour passer un bon moment, dans une atmosphère où la magie de Noël pourrait faire des miracles sur nos héros. En résumé, je n’aurais pas pu trouver meilleure première lecture pour la saison que ce soit pour la romance, ou tout simplement pour le message que cette famille d’amis véhicule. Toujours aussi fan de la plume de Juliette Bonte.

Chick-Lit, Romance Contemporaine

Secrets fondants et Mojitos | Mily Black

Résumé :
Penser à elle, Marie ne l’a jamais vraiment fait.
En revanche, « penser à lui » est une délicieuse habitude.
La vie de Marie n’a rien de véritablement excitant, mais est terriblement rassurante. Entre son travail, ses fantasmes et sa meilleure amie Fanny, tout est parfaitement orchestré… jusqu’à ce qu’un grain de sable perturbe tous ses repères.
Incertaine face à ce que lui réserve l’avenir, Marie se cherche aussitôt une distraction pour oublier ses soucis. Repoussant sa timidité, elle va alors sortir de sa zone de confort, s’affirmer et trouver celui qui l’accompagnera vers un nouvel équilibre.
Profiter de la vie, est-ce vraiment si difficile ? Tout dépend du partenaire, et de sa motivation.

Je remercie Mily Black pour sa confiance

Dès que le titre a été annoncée, j’ai apprécié le côté gourmand, mystérieux et réconfortant que m’évoquait l’histoire avant même d’avoir lu le résumé. A la lecture de celui-ci une image plus précise s’est dessiné et la curiosité a fait le reste. J’ai tendance à avoir une mémoire de poisson rouge, alors j’ai débuté cette histoire à l’aveugle et progressivement l’évocation de personnages ou de certaines situations m’a redonné le sourire. Pour finalement se laisser porter par l’histoire et la romance qu’elle avait à offrir.

Marie est l’une des héroïnes les plus douces qu’on puisse rencontrer dans la littérature, elle a cette faculté à s’effacer pour satisfaire les autres, quitte à parfois se laisser marcher sur les pieds. Dans sa vie de tous les jours, c’est un moyen de conserver ses petites habitudes et de se sentir rassurée sans bousculer son quotidien. Tout va commencer par une révélation, celle qui va tout changer et qui pourrait lui laisser croire que ses désirs pourraient bien devenir réalité. Afin d’oublier l’inévitable, elle va se laisser porter par son instinct et dans la plus délicieuse des distractions. D’abord hésitante, elle va finalement trouver un nouvel équilibre tout en repoussant ses limites et en croquant la vie à pleines dents. Et puis parce que sans amis on n’est rien, Marie va pouvoir compter sur sa meilleure amie Fanny, instigatrice de mauvais coups et lieutenant en chef des soirées Mojitos.

On a toute notre petit plaisir coupable, et les plus timides ne sont pas en reste. C’est le cas de Marie qui ne peut détacher son regard de Lui lorsqu’il est dans la pièce et cette alchimie qui l’habite lorsqu’elle échange avec lui hante ses pensées. Pourtant aux yeux de tous, il est un tyran et son comportement à la limite de l’acceptable n’en fait pas un amant de premier choix. Seulement les premières impressions peuvent s’avérer trompeuses pour le lecteur, parce que lorsque les masques tombent la réalité montre une tout autre réalité. L’avantage c’est qu’on a des chapitres en alternés donc on se fait rapidement une idée des pensées et actions contradictoires de notre héros et ses insécurités en font un personnage attachant, qui s’y prend souvent maladroitement.

J’ai apprécié cette manière dont la vie est célébrée et la romance occupe une place importante dans l’intrigue, mais je vois davantage l’histoire comme un récit de vie. Les personnages vivent des hauts et des bas, mais dans toutes les situations les amis sont au rendez-vous et offrent de beaux moments comme on les aime. Au même titre que la romance qui n’apparaît qu’après qu’un lien fort ce soit tisser entre les personnages et qui les met face à leurs insécurités. Une touche d’humour, une noisette de romance, le tout saupoudré d’une belle amitié.

Romance Contemporaine

La librairie des rêves suspendus | Emily Blaine

Résumé :
Entrez dans un monde où tout devient possible…
Sarah, libraire dans un petit village de Charente, peine à joindre les deux bouts. Entre la plomberie capricieuse de l’immeuble, les murs décrépis et son incapacité notoire à résister à l’envie d’acheter tous les livres d’occasion qui lui tombent sous la main, ses finances sont au plus mal. Alors, quand un ami lui propose un arrangement pour le moins surprenant mais très rémunérateur, elle hésite à peine avant d’accepter. C’est entendu  : elle hébergera Maxime Maréchal, acteur aussi célèbre pour ses rôles de bad boy que pour ses incartades avec la justice, afin qu’il effectue en toute discrétion ses travaux d’intérêt général dans la librairie. Si l’acteur peut survivre à un exil en province et des missions de bricolage, elle devrait être capable d’accueillir un être vivant dans son monde d’encre et de papier…

Une auteure désormais incontournable dans le paysage littéraire français, et plus particulièrement dans l’écriture de comédie romantique. Alors bien évidemment, l’annonce d’un nouveau roman a immédiatement attiré mon attention et la révélation de la couverture n’a fait que motiver mon achat.

Nous faisons la connaissance de Maxime Maréchal star montante du cinéma, malheureusement plus connu pour ses frasques que pour son jeu d’acteur. Après une énième bagarre l’acteur est condamné à effectuer des travaux d’intérêt généraux dans une librairie dans un petit village de Charente. Sur place Maxime est loin d’être un employé modèle et la pétillante Sarah va devoir supporter l’agressivité de son nouveau locataire.

Au premier abord Maxime est assez suffisant et son agressivité n’a rien de charmant. On peut même dire que la première rencontre est loin d’être alléchante, l’agressivité qui l’habite le rend assez antipathique et ses réactions envers ses proches n’a fait que donner une mauvaise image de lui. Sa condamnation ne va faire que renforcer sa colère et pour lui cette peine n’est pas méritée donc bien évidemment son arrivée dans la librairie de Sarah ne va pas se faire dans les meilleures conditions et les présentations vont jeter un froid. Alors quand progressivement on voit quelques signes d’évolution on se surprend à apprécier cet homme et on découvre un homme touchant.

Sarah elle a tout pour plaire et contrairement à notre héros, elle garde son calme en toute circonstance et sa gentillesse est salué de tous. Sa librairie et ses livres sont toutes sa vie et malgré l’inquiétude de ses proches, la jeune femme vie sa passion pleinement. Seulement après plusieurs problèmes financiers la passion ne suffit plus, alors quand un ami lui propose d’accueillir Maxime l’aspect financier est trop intéressant pour refuser et elle a désespéramment besoin d’aide pour les travaux qu’elle n’a pas les moyens de financer. Très belle rencontre, j’ai tendance à me reconnaître dans le côté lectrice passionnée parfois asociale et j’ai été touché par sa timidité, qui donne envie de la protéger. Alors la magie opère auprès de Maxime qui devient plus soucieux des autres, plus particulièrement Sarah, qui fait la différence.

J’ai apprécié l’environnement dans sa globalité, la complicité qu’il y a entre les personnages principaux et les mots justes des personnages secondaires qui gravitent autour de nos héros. Notamment Damien et Anita, qui parviennent à apporter de beaux conseils ou encore Baptiste qui semble avoir un rôle important pour Sarah, mais qui malheureusement disparaît rapidement. Un livre qu’on découvre plus touchant qu’il n’y paraît avec des thèmes qu’on n’attend pas. Comme à son habitude la plume d’Emily Blaine parvient à nous embarquer dans son univers et on ne peut qu’apprécier cette lecture qui délivre un message plein de tendresse.

Romance Contemporaine

Ce qui ne te tue pas… | Georgia Caldera (#1)

Résumé :

Le bac en poche, les années lycée et leur lot de terribles souvenirs derrière elle, Violette se réjouit de pouvoir enfin tourner la page. C’est par un déménagement et l’intégration d’une école de graphisme de renom que débute sa nouvelle vie. Artiste dans l’âme, Violette espère se révéler et s’épanouir à Arte-Sup. Or, son bonheur a un prix : Adam, le fils de son nouveau beau-père. Car le jeune homme, aussi ombrageux qu’insaisissable, avec lequel elle va devoir désormais partager un couloir, semble la haïr par-dessus tout. Et lui aussi étudie les arts graphiques au sein de la même formation…

Après être tombée amoureuse de cette sublime couverture, j’ai malgré tout tenté de résister à la tentation et finalement c’est ma copine Ouidad qui a tranché pour moi en m’offrant cette lecture riche en émotions et me permettant par la même occasion de faire dédicacer mon exemplaire par son auteure. J’ai débuté ce roman sans réaliser que l’histoire allait être touchante et le passé des personnages ne faut que renforcer leur côté torturé.

Après avoir passé ses années lycées à vivre avec son père et son frère, Violette est déterminée à tourner la page et oublier ce que cette dernière année lui a fait subir. Intégrer l’école de graphisme de ses rêves est l’occasion pour la jeune femme d’oublier les souvenirs de son année de bac difficile et déménager chez sa mère et son nouveau beau-père semble être l’échappatoire dont elle a besoin. Seulement dès le premier jour, elle se heurte au fils de son nouveau beau-père et face à un colocataire récalcitrant, la jeune femme va tenter de s’épanouir et se reconstruire à Arte-Sup, mais Adam va tenir son bonheur tant à la maison, qu’au sein de la formation d’arts graphiques qu’ils viennent d’intégrer. Et la cohabitation va s’avérer compliquer pour les deux jeunes gens.

Le mystère qui entoure le passé de Violette reste entier et malgré sa force de caractère, il est évident que sa dernière année de lycée a profondément marqué la jeune femme. Ce déménagement est l’occasion pour elle de redevenir cette jeune femme insouciante, qui se fiche de ce qu’on peut penser d’elle et elle n’hésite pas à jouer de son côté rebelle pour se construire un cercle d’amis. Pourtant cette image, contraste avec ses pensées, car malgré une apparente désinvolture, elle attache une importance à ce que ses camarades pensent d’elle et face à la critique, Violette se montre très vulnérable, suscitant la compassion et l’interrogation du lecteur.

Adam lui ne fait pas semblant, il n’aime ni la foule, ni être le centre d’attention et avoir des amis ne l’intéresse pas, sa scolarité a été trop chaotique pour oser accorder sa confiance à de potentiel ami. Il n’aspire qu’à disparaître, uniquement vêtu de noir il n’hésite pas à se fondre dans la masse et personne n’a jamais réellement entendu la voix du jeune homme. A la maison ce n’est pas bien différent, Violette ne peut qu’observer ce jeune homme unique, qui est loin de la mise en garde sa mère. N’arrivant pas à tisser un lien avec les autres, Adam se contente de tenir les autres à distance et se renferme dans sa bulle où seul l’art à sa place. D’une incroyable sincérité, ce jeune homme hors du commun n’aspire qu’à être dans un environnement où il peut baisser sa garde.

La tension est palpable et l’issue de cette relation semble incertaine, il y a une profondeur qui se créer grâce au silence et ça accentue les regards lourds de sous-entendu, les émotions sont comme démultiplier par les non-dit, et l’un et l’autre vont confronter leur caractère de manière inattendue. Adam va apaiser Violette et la jeune femme va devenir un soutien inespéré pour le jeune homme. Un premier opus qui met en avant les démons d’Adam, le tout raconté par une auteure à la plume entraînante qui pousse le lecteur à se poser les bonnes questions et les traumatismes abordés ne font qu’attendrir le lecteur. Je n’imaginais pas plonger dans une histoire aussi désarmante, nous sommes témoins de scènes révoltantes et on n’aspire qu’au moment où la légèreté va penser les blessures. L’attente risque d’être longue jusqu’à la suite prévu le 15 mai.