Novembre | Audrey Carlan (Calendar Girl #11)

Résumé :

Thanksgiving arrive avec son lot de nouvelles. Wes a survécu à l’enfer et Mia et lui se sont retrouvés, plus amoureux que jamais.
Son nouveau travail à Century Production envoie Mia à New-York pour interviewer des stars, ce qui n’est pas compliqué puisqu’elle s’est fait, ces derniers mois, un nombre incroyable d’amis célèbres. Elle contacte Mason Murphy, le joueur de base-ball, et Anton Santiago, le chanteur de hip-hop.
Et enfin, Mia passe un dîner de Thanksgiving en famille, avec tous ceux qu’elle aime, même s’il y a toujours une place vite autour de la table… celle de son père.

Novembre est un mois particulier aux États-Unis puisque c’est Thanksgiving et ce tome apporte une part de nostalgie, car on va retrouver deux personnages importants dans le parcours de Mia et ce tome sera l’occasion de revenir sur tout ce que cette année lui a apporté et les bons moments au contact d’amis.

Comblée par son nouveau travail, Mia s’envole pour préparer une émission spéciale à New York. Le jeune couple venant de se retrouver, c’est en compagnie de Wes qu’elle va partir à l’aventure. Bien que les démons des tomes précédents soient encore présents, nous allons avoir droit à beaucoup d’amour dans cet opus et également des retrouvailles amicales qui font chaud au cœur et vous fera sourire dans certaine situation.

Mia va profiter de ce voyage professionnel pour présenter son amoureux aux hommes qui ont marqué sa vie durant cette année qui s’est écoulée. Au cours de ces instants privilégiés nous allons bien évidemment apprendre ce que les derniers mois ont apporté à nos héros. Ce voyage sera l’occasion de découvrir un nouveau trait de caractère à son amoureux et cela rend certaines scènes plutôt attendrissantes.

Bien évidemment puisqu’il s’agit d’une fête familiale, le reste de la fratrie n’est pas bien loin. J’ai trouvé que ce tome était touchant, car il entame la fin d’une série qui aura été marquée par des hauts et des bas et il constitue l’un des tomes les plus sincères de la série. On retrouve des ingrédients qui se marie à merveille : l’amour, l’amitié et la famille. Bien évidemment la situation n’aura son point final que le mois prochain.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Mai #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Juin #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Juillet #7 ICI
Retrouvez mon avis sur Août #8 ICI
Retrouvez mon avis sur Septembre #9 ICI
Retrouvez mon avis sur Octobre #10 ICI
Publicités

Love en Direct | Laurelin Paige & Sierra Simone

J’ai repéré ce roman grâce à sa co-auteure, mais ne vous y méprenez pas cette histoire n’est pas comparable à Fixed on You, car le récit est plus érotique. Ce roman m’a interpellé à sa sortie et pourtant le résumé m’inquiétait suffisamment pour attendre avant de me lancer. Il faut savoir qu’on aborde le thème de la pornographie et plus particulièrement de la naissance d’une romance entre deux acteurs, ce qui est assez délicat à traiter.

Devi et Logan travaillent dans l’industrie du porno, alors que la première est encore débutante dans ce milieu, le second est un acteur star. Bien qu’ils ne côtoient pas les mêmes personnalités, nos deux héros ont eu l’occasion de se rencontrer il y a quelques années pour un tournage, sans vraiment avoir l’occasion de discuter et pourtant, cette unique scène semble avoir laissé forte impression dans leur vie. Aujourd’hui ils sont tous les deux à un tournant de leur vie et un projet innovant composé de 10 épisodes d’une porno-réalité. Seulement à force de jouer coller-serrer, l’attirance sexuelle va progressivement se transformer en sentiment amoureux qu’ils n’étaient pas prêts à assumer et dans l’industrie du porno rien n’est moins simple.

Je dois dire que l’histoire est moins glauque que le résumé le laissait paraître, nos héros s’étant déjà rencontrés lorsqu’ils se croisent les prémices d’une attirance sont toujours là ce qui contribue à accélérer les premières émotions. Logan est dans une phase compliquée de sa vie et même si sa vie professionnelle fonctionne à merveille, on peut dire que sa vie privée est dans le chaos. A peine remis d’une rupture d’avec celle qu’ils considéraient comme la femme de sa vie, l’acteur a bien du mal à reprendre pied. Alors c’est un peu déboussolé qu’il va approcher Devi et cette attirance qu’il a du mal à comprendre va être le moteur de leur collaboration.

Devi est un personnage plutôt déroutant, issue d’une famille hippie elle a toujours été à l’aise avec son corps et sa sexualité, donc c’est avec aucune honte qu’elle s’est lancée dans les films pornographiques pour rembourser son prêt étudiant, contrairement à Logan elle est encore débutante dans le métier, mais semble attirer de plus en plus de nouveaux producteurs. Bien que son métier soit moins une passion pour elle, c’est sans tabou qu’elle se lâche lors de ses tournages et je ne m’attendais pas à découvrir une femme aussi bien dans sa peau.

La situation va dégénérer lorsqu’ils vont commencer à travailler sur leur nouveau projet, car chacun éprouve une attirance qui va au-delà de la collaboration habituelle dans ce milieu et cette porno-réalité va venir brouiller le jeu et la réalité. Difficile de distinguer ce qui se passe pour la caméra, de ce qui se passe dans la réalité. Et bien évidemment au centre de cette histoire on peut se questionner sur la séparation des sentiments et du sexe. C’est un des points compliqués qui est abordé, l’acceptation des tournages occupe une place importante et bien que j’apprécie la romance, il est difficile de comprendre les motivations de Logan.

Dès le début on comprend que son métier est une passion pour Logan, il explique d’une manière détachée qu’il n’est pas affecté par sa double vie et jusqu’à un certain point c’est loin d’être malsain. Mais ma vision des choses n’a pas réussi à totalement accepter toutes les situations évoquées. Il faut avouer que rapidement j’ai été frustrée de ce qu’essayait de se convaincre notre héros. On est dans une phase de transition et d’un côté on a le début d’une belle romance, mais de l’autre un métier qui fait accepter l’inacceptable. Une romance avec des défauts qui pourrait en faire grincer des dents, mais j’ai apprécié la relation et la manière dont l’histoire se passe.

Le conteur d’histoires | Emma Cavalier (Les Trois Talents #1)

Je remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

J’ai l’impression que cette chronique va être un peu confuse et je m’en excuse. Je viens de terminer ce roman et une part de moi est curieuse de découvrir jusqu’où l’auteure veut nous conduire, mais en même temps il y a un côté qui m’a mise mal à l’aise. C’est difficile à expliquer compte tenu du plaisir que j’ai pris à découvrir la plume de Emma Cavalier. Jusqu’ici je ne m’étais jamais intéressée à ses précédents romans et pour une première immersion le style est plutôt convaincant. J’ai apprécié découvrir cette plume fluide alors que le roman n’a rien de léger et les pratiques de nos héros sont plutôt audacieuses, en ce qui me concerne on s’éloigne de la New Romance.

Élisabeth est une acharnée de travail, ce stage chez Azur matin est une réelle opportunité pour décrocher une bourse lui permettant de concrétiser son rêve outre-Atlantique. Sur place elle se heurte à l’animosité de son binôme et rival Alexander Welles. Contrainte de travailler dans des conditions stressantes, la jeune femme va s’accorder quelques visites Fetlife, un site érotique qui lui permet d’explorer de nouvelles expériences. Alors que la jeune femme commet l’erreur de se connecter au bureau, elle est surprise par son collègue. Le deal est simple : Il se taira si elle passe une nuit avec lui. Prête à tout pour voir son rêve professionnel se concrétiser, elle accepte.

Malgré une trame de début assez classique, l’auteure arrive à sortir son épingle du jeu en créant un jeu de piste. Des indices de l’intrigue sont progressivement révélés par l’intermédiaire de chapitres intermédiaires et le lecteur en sait parfois davantage que ses héros, sans pour autant comprendre ce qui va se produire. Élisabeth va nous révéler quelques éléments surprenant au fil des pages et on va progressivement découvrir que sous la discrète stagiaire, se cache une femme qui se découvre sexuellement et qui assume ses désirs. Au contact de personnages secondaires qui vont la guider dans son exploration Élisabeth va se découvrir à travers sa sexualité. Cette découverte est à la fois sensuelle et malgré la plume entraînante j’ai parfois ressenti un certain malaise. Quelques passages m’ont fait grincer des dents et ça m’a empêché d’être totalement embarquée de cette histoire, principalement lié à la relation particulière des héros, pas toujours simple à comprendre.

J’ai apprécié l’ouverture d’esprit d’Élisabeth, même si parfois je n’étais pas toujours d’accord avec ses choix il est toujours plaisant d’avoir une héroïne qui assume ses désirs. J’ai toujours l’impression qu’on a fait le tour des relations dominant / soumise et j’aurais facilement pu y croire pour ce roman pendant une bonne partie du roman, tout simplement car on aborde un thème déjà lu dans la littérature érotique. Notre héros à certaine quelques secrets et les hypothèses ne manquaient pas, alors lorsque les derniers chapitres lâchent une bombe aussi puissante, je n’étais pas préparé et c’est une belle surprise qui rattrape en partie mon avis mitigé. En fait c’est difficile à expliquer sans trop en dévoile, de manière générale les premiers tomes d’une série érotique ont toujours cette phase d’adaptation entre les héros. La mise en place des sentiments se déroulent dans une ambiance charnelle, parfois froide et pour la romantique que je suis, ça s’avère assez frustrant.

Vous remarquerez que je parle très peu du héros, c’est un peu volontaire pour vous permettre de découvrir les différentes facettes de ce personnage difficile à cerner. J’ai fait l’erreur d’aller lire le résumé du tome suivant et pour le coup j’espère qu’on va s’éloigner de cette prévisibilité annoncée, car l’intrigue qui se met en place peu s’avérer étonnante. Je me suis auto-frustrée pour le coup, mais j’espère ne pas tomber dans le cliché. Très heureuse d’avoir découverte une nouvelle auteure française et j’espère qu’elle ira au bout de sa singularité dans les tomes précédents. J’ai envie de me laisser porter par une histoire, sans reconnaître les premiers signes de l’évidence et que la surprise soit au rendez-vous. Un premier tome en demi-teinte, avec un récit avec ses qualités et ses défauts, mais la curiosité sera la plus forte pour poursuivre l’aventure. Rendez-vous le 9 novembre 2017 !

Octobre | Audrey Carlan (Calendar Girl #10)

Ce tome me laisse une impression un peu mitigée et en toute honnêteté je n’ai pas été autant convaincu que je l’espérais. La vie de Mia va prendre un nouveau tournant et ce mois va être sous le signe de la nouveauté, puisque le contrat d’escort de la jeune femme est arrivée à échéance, la jeune femme va pouvoir s’installer à plein temps dans la villa de Wes à Malibu et reprendre sa vie en main dans ce nouvel environnement.

Dans ce nouvel opus, Mia va se voir confier une rubrique dans une émission de télé et ce nouveau projet va être un défi pour la jeune femme. Au côté du célèbre Docteur Hoffman, elle va tenter de monter le meilleur d’elle-même et ces derniers mois vont lui apporter le savoir nécessaire pour briller dans sa rubrique : Vivre en beauté.

Parallèlement nous allons vivre des moments difficiles puisque Wes s’avère souffrir de traumatisme sévère et plus que jamais ils vont avoir besoin l’un de l’autre. Les insécurités de nos héros vont ressurgir et c’est parfois avec beaucoup d’émotions que je les ai vues se rapprocher. Cependant par moments, le trop plein de scène de sexe est devenu un peu lourd quand on considère que le roman est court, il est indispensable que l’équilibre de l’histoire soit respecté, car j’ai eu l’impression qu’on avançait pas beaucoup dans l’histoire.

En bref, un tome qui ne répondait pas totalement à mes souhaits. Le fond de l’histoire avait quelques aspects intéressants, mais les scènes de sexe entre Mia et Wes sont vraiment trop présentes au détriment de l’intrigue nécessaire. Malgré tout, de bons passages sont présents et la lecture est toujours aussi agréable et fluide.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Mai #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Juin #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Juillet #7 ICI
Retrouvez mon avis sur Août #8 ICI
Retrouvez mon avis sur Septembre #9 ICI

Complète-moi | Geneva Lee (Royal Saga #7)

Ce roman est le 7ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture, certes on passe un bon moment et l’histoire est mignonne, mais l’intrigue est trop lisse, sans réelle surprise et pour le coup, ça me laisse un arrière-goût comme si ce tome était celui de trop. Alors oui, retrouver nos héros et les voir régler leur problème était intéressant, mais on s’intéresse trop aux histoires de couples pour au final bâcler le moment des révélations.

Ce tome est à mon sens un bonus qui permet de retrouver nos héros pour faire durer le plaisir, mais il n’apporte pas de grandes surprises à l’histoire. Ce qui m’a principalement agacée, c’est l’attitude d’Alexander et ça m’a rappelé à quel point j’avais du mal avec son caractère autoritaire et son esprit buté qui n’écoute rien, ni personne. Sa relation avec Clara m’a toujours intriguée et c’est vrai qu’il est intéressant de le découvrir en papa, mais son côté protecteur est affolant et encore une fois il n’apprend pas de ses erreurs ce qui va lui jouer des tours. Néanmoins belle surprise du côté de Clara, qui bien qu’amoureuse va réussir à se faire entendre et bien qu’elle est du mal à dire non au contact de son mari, elle instaure une dynamique intéressante pour le couple et son attitude va faire réfléchir le roi.

Du côté des autres couples, leur présence régulièrement m’a manqué. Nous continuons de les suivre, mais j’ai été assez perturbée par la manière l’auteur choisi des les intégrer au récit, comme si elle instaurait une distance. Surtout qu’ils vont vivre des moments importants et j’avais l’impression d’être exclu de leur histoire, sans vraiment pouvoir m’y sentir à mon aise. C’est un choix de narration assez particulier, que j’ai eu du mal à comprendre et c’est dommage de retrouver nos héros avec cette barrière qui m’a empêché d’être complètement absorbée. Comme si l’auteure souhaitait se concentrer exclusivement sur les pensées désordonnées d’Alexander, accentuer son sentiment d’exclusion et sa solitude.

Ce qui est intéressant avec ce tome c’est que nos couples vont enfin pouvoir affronter leurs derniers démons, pour se consacrer pleinement à leur amour. Malgré plusieurs tomes, les insécurités demeurent les mêmes et nos hérons vont assister à un évènement heureux qu’on attend maintenant depuis un bon moment. J’ai été contente de pouvoir retrouver Smith et Bella, leur relation va subir un accro qui va malgré tout les rapprocher et cet amour m’a fait chaud au cœur. Ils ont une manière de se donner l’un à l’autre qui m’a totalement fait craquer, leur connexion est évidente lorsque l’autre faiblit.

En bref, un tome intéressant qui se lit rapidement, mais qui n’apporte rien à l’histoire. Je garde un sentiment assez mitigé, car certaines scènes sont touchantes, mais à côté de ça tout se termine trop simplement. Je pense notamment à la manière dont l’intrigue principale qui nous aura fait frissonner pendant six tomes, se résout sans trop d’explications et d’une manière trop rapide. Cependant, les couples ont leur lot de difficulté et on passe un bon moment, mais je m’étais préparée à quelque chose de différent. Je ne sais pas si j’aurais l’occasion de retrouver certains personnages secondaires, mais l’idée me plairait bien.

Retrouvez mon avis sur Royal Saga #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #6 ICI