La Revanche | Marie Lu (Warcross #2)

Résumé :

La suite du phénomène Warcross !
Emika n’est pas sortie indemne du championnat Warcross. Déterminée à mettre fin aux sinistres projets d’Hideo Tanaka, son ancienne idole, elle s’unit aux Phoenix Riders. D’autant plus qu’une nouvelle menace s’insinue dans les rues de Tokyo : quelqu’un a mis la tête d’Emika à prix. Sa seule chance de survie est Zéro, celui qu’elle a traqué pendant des semaines pour Hideo ! Emika découvre bientôt que sa protection a un prix. Jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour détruire Hideo, l’homme pour lequel elle aurait sacrifié sa vie ?

Une suite que j’ai pris plaisir à découvrir et qui m’a fait passer un très bon moment. Il n’aura pas fait long feu, tant grâce à son intrigue captivante que par ses personnages attachants. J’étais loin d’imaginer que l’aventure prendrait cette direction et malgré quelques défauts, j’ai apprécié l’action qui en découle.

Emika Chen n’a pas choisi la direction qu’à prise sa vie depuis sa rencontre avec Hideo Tanaka, mais depuis les révélations du projet de ce brillant créateur, elle est déterminée à l’empêcher de poursuivre sa propagation. Elle qui n’a toujours pu compter que sur sa seule personne, va pouvoir se reposer sur les Phoenix Riders, qui ont gagné sa confiance et son amitié. Lorsqu’elle découvre que sa tête a été mise à prix, Emika réalise qu’elle n’est plus en sécurité et sa survie dépend du mystérieux Zéro. Dans un climat de tension, elle va devoir choisir son camp et la confiance est difficile à accorder quand on apprécie celui qu’on combat.

Dans ce dernier opus, il se passe beaucoup d’événements et l’action est omniprésente, pour mon plus grand plaisir. Grâce aux descriptions on plonge la tête la première dans l’intrigue et l’imagination travaille à cent à l’heure. J’ai trouvé original que l’intrigue se déroule dans une ville au Japon, habitué à lire des romans avec pour cadre les États-Unis c’est monnaie courante, donc on apprécie ce décor inédit. Et bien évidemment, le côté virtuel vient consolider l’originalité du récit avec un univers très bien exploité qui comme je le disais plus haut, ne cesse de faire marcher l’imagination du lecteur, tant l’intrigue est complexe et le suspense n’est pas en reste.

J’ai juste quelques regrets concernant l’évolution d’Emika qui a toujours été une battante et bien qu’elle se batte pour ses convictions, j’ai trouvé qu’elle avait trop souvent le rôle d’un pion dans l’histoire, même si j’admets que les personnages sont plus travaillés et on voit une profondeur qui n’était pas autant présente dans le premier tome et on aborde des thèmes qui mettent en avant leur diversité, il y a une réelle volonté d’offrir des personnages plus étoffés. Warcross est une duologie que j’ai apprécié découvrir et qui se démarque par son originalité.

Mon avis sur Warcross #1 ICI
Publicités

Le Trône de sang | S.J. Kincaid (Diabolic #2)

Résumé :
Les Diabolics, ces créatures issues d’une manipulation génétique, plus fortes, plus rapides et plus impitoyables que n’importe quel être au monde, ont été décimées.
Mais trois Diabolics sont encore vivants.
Deux sont gardés en isolement total, enchainés à vie.
Le troisième s’apprête à prendre le pouvoir.
Depuis la mort de sa maîtresse, Némésis n’a plus aucune limite.
Mais avant de devenir la future impératrice de la galaxie, Némésis doit réussir à obtenir le statut d’être humain.
Et pour cela, elle est prête à tout.
Quitte à donner sa vie.
Quitte à en prendre d’autres.
Ce roman est le second tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Après une très belle surprise pour le premier tome, lire cette suite était indispensable et comme souvent avec cette série, difficile d’anticiper les épreuves qui attendent nos héros. Malgré une légère déception sur la direction que prend l’histoire, je concède un réel talent à S.J. Kincaid, qui nous offre là un second opus absolument captivant. Je pensais avoir tout vu dans le premier opus, mais encore une fois les rebondissements et trahisons sont impossibles à anticiper et chaque évènement apporte son lot d’addictivité.

S.J. Kincaid ne va pas nous ménager et encore une fois il ne faut pas prendre peur face à cette belle brique. J’ai toujours une petite appréhension concernant les suites de séries, car souvent plusieurs mois ou années s’écoulent et ma crainte concernant Diabolic c’était d’oublier des éléments clés. Dans l’ensemble, mes souvenirs sont revenus au fur et à mesure, mais il reste quelques personnages ou passages évoqués qui sont restés flous. Globalement il est difficile de rester longtemps perdu car l’action est tellement présente qu’à chaque instant nous sommes sur nos gardes. Et les personnages vont passer par tous les stades d’émotions, sans jamais les épargner.

Aucune comparaison possible avec le tome 1, cette suite est loin d’épargner nos personnages et les chapitres ont leurs lots de complots, trahison et autres évènements inattendus. Le récit conserve Némésis comme narratrice et grâce à ses yeux et ses oreilles nous allons pouvoir avoir accès à plusieurs interactions clés. L’évolution de la Diabolic n’est pas vraiment perceptible au début et ses habitudes de protection vont la conduire dans des situations complexes mettant à mal sa confiance avec Tyrus. Pourtant, au fil des chapitres son personnage s’étoffe et celle qui est montré du doigt comme une abomination va au final se montrer plus humaine que certains personnages, mais difficile de renoncer à ce qu’on lui a enseigné et pour le coup, elle passe beaucoup de temps à n’être que spectatrice sans prise d’initiative. C’est peut-être ce qui est le plus frustrant, la voir renoncer à son côté badass et se laisser guider par Tyrus, alors qu’elle a les capacités pour prendre des risques et oser l’impensable.

Malgré un rythme soutenu de l’histoire, le milieu de l’histoire a quelques passages à vide et il aura fallu les derniers chapitres pour sentir monter l’intensité du récit et la gravité des décisions. Et cette fin est absolument dingue, jamais je n’aurais pû imaginer que l’auteure prendrait cette direction pour ses personnages et ça pose question pour la suite, car malgré une histoire originale on s’engage dans un chemin effrayant et j’ai tendance à avoir peur de ce qui m’attend, en ayant conscience que jamais l’hypothèse ne sera juste. Il y a une forme de déni face à tout ce qui s’est produit pour nos personnages et bien qu’aucun retour en arrière ne soit possible, j’ai envie de croire qu’un retournement va tout réparer. Malgré tout, il m’aura manqué les émotions du premier tome.

Retrouvez mon avis sur Diabolic #1 ICI

Winter | Marissa Meyer (Les Chroniques Lunaires #4)

Ce livre est le 4ème tome d’une saga, la chronique peut contenir des spoilers

Je ne crois pas pouvoir rêver meilleure révolution. Cet épilogue est à l’image de l’ensemble de la série, une vraie bouffée d’air frais. On retrouve tous les éléments qui m’avaient séduit dans les précédents opus, de l’amour, de l’amitié, de l’action et une petite touche qui provient de nos contes de fées favoris. En voyant la brique qui m’attendait, j’ai été effrayée. Bah oui, imaginez il n’est pas à la hauteur et en prime, je dois me coltiner un pavé ennuyeux. Une chose est sûre, on n’a pas le temps de s’ennuyer, les personnages sont soumis à rude épreuve et personne n’est à l’abri d’un rebondissement inattendu. On peut dire, que j’ai eu ma dose de frayeur entre chaque chapitre.

Ce tome, c’est celui qu’on attendait tous avec impatience. Hormis sa superbe couverture, c’était également l’occasion de découvrir un nouveau personnage tout aussi ensorcelant : Winter. Cette adorable petite princesse est aussi touchante que nos héroïnes précédentes. J’ai été ému de voir à quel point elle était d’une gentillesse désintéressée. Traumatisée dans son enfance par un évènement, Winter a décidé de ne plus utiliser ses pouvoirs lunaires. Cependant, un tel sacrifice à des effets secondaires sur sa stabilité mentale, son pouvoir est l’essence même de sa personne et ne pas l’utiliser lui cause des hallucinations assez impressionnantes, qui font froid dans le dos et mal au cœur pour elle.

Au palais, elle subit sa belle-mère Levena et bien que tout le monde soit en admiration devant sa beauté, elle ne peut pas compter sur beaucoup de personnes. La seule personne en qui elle a toute confiance c’est Jacin, son ami d’enfance, mais son statut de garde royal le met dans une position dangereuse. La capture de Scarlet dans le tome précédent, a offert à Winter une toute nouvelle possibilité d’amitié et malgré le caractère de feu de la jolie rousse, elle va trouver une allier inattendue auprès de sa prisonnière et les deux jeunes filles vont s’attacher l’une à l’autre.

A côté de ça, nous continuons de suivre de manière égale l’ensemble des personnages des tomes précédents, chacun va apporter sa touche à la révolution et malgré les nombreux rebondissements, personnes n’est à l’abri de la colère de Levana. Cinder plus déterminée que jamais va tenter de récupérer sa couronne et elle peut compter sur ses fidèles amis Scarlet, Loup, Cress, Thorne, Iko, & bien évidemment l’empereur Kai. Chacun de ses amies va lui être d’une aide précieuse.

En bref, vous l’aurez compris ce tome est grandiose et cet épilogue va vous embarquer directement à bord d’une navette pour la Lune. J’ai été ravie que l’auteur s’attarde sur l’histoire de chaque personnage, les romances continues de faire palpiter mon cœur et les épreuves qu’ils vont surmonter va en inquiéter plus d’un. Le parcours vers la liberté est semé d’embauche, mais le résultat en vaut la peine. Je suis sous le charme et je suis à la fois heureuse d’en avoir terminé et triste de les quitter.

Retrouvez mon avis sur Cinder #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Scarlet #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Cress #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Levana #3.5 ICI

Brisée | Teri Terry (Effacée #3)

ImpressionCe livre est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’étais très heureuse de pouvoir avoir enfin une conclusion pour cette série qui m’a beaucoup plu. Mais en commençant ma lecture, je n’avais plus beaucoup de souvenir des évènements des tomes précédents. Je suis consciente que j’ai probablement oublié des éléments-clés, mais au fil des pages j’ai commencé à me rappeler la situation dans laquelle nous quittions Kyla.

Après un tome 2 chaotique, une explosion qui a permis à Kyla de disparaître. Nous retrouvons la jeune fille en compagnie d’Aiden, l’un des dirigeants du SPD. Tous les deux ils vont commencer à organiser la fuite de Kyla, afin qu’elle puisse rejoindre sa vraie mère. Le fait qu’elle soit déclarée morte lors de l’explosion, va leur faciliter les choses et après une opération pour changer d’apparence, Kyla va avoir une nouvelle identité pour pouvoir enquêter sur son passé et découvrir ce qui lui ait arrivé.

Dans sa quête d’identité, Kyla va partir à la recherche de ses souvenirs d’enfances et si, elle va obtenir les réponses dont elle avait besoin. Elle va également, se retrouver confrontée à de nouvelles difficultés. Ce dernier tome est loin d’être de tout repos, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer, il se passe constamment des évènements qu retournent les situations. Des réponses, vont engendrer de nouvelles questions et impossible de se relâcher avant d’avoir eu toutes les réponses. On voit l’évolution de Kyla. Elle qui était passive, ne va plus se laisser faire et on voit à quel point elle va s’engager dans la cause d’Aiden. On va la voir prendre des bonnes décisions et agir pour une bonne raison.

Difficile de vous parler de cette lecture, sans trop en dévoiler. L’auteure suit un schéma rudement bien menée, chaque scène se complète, s’emboîte. Des réponses, engendrent de nouvelles questions, qui vont permettre à Kyla d’avancer dans sa propre enquête. Je ne m’attendais pas à pas autant de rebondissements et, on retient notre souffle jusqu’à la fin. L’épilogue véhicule un message très important et je ne m’attendais pas du tout à ça. Pourtant, quand on analyse le déroulement de cet ultime volet, tout est parfaitement logique et l’auteure nous y a préparés durant la lecture. La plume de l’auteure est très agréable et je n’ai rien à redire sur la dystopie qui est excellente. On arrive à se sentir oppresser par l’univers dans lequel on est plongé. Une série que je vous encourage à découvrir.

Retrouvez mon avis sur Effacée #1  ICI
Retrouvez mon avis sur Fracturée #2  ICI
Signature Lucie

Les Invisibles | Amelia Kahaney (Les cœurs brisés #2)

ImpressionTrès bonCe livre est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Un vrai plaisir de replonger dans cet univers, qui m’avait fascinée à la lecture du premier opus. Je tiens à féliciter la maison d’édition pour nous offrir des couvertures en plein accord avec le roman et ils sont rares à nous offrir les couvertures d’origine donc ça mérite d’être soulignée.  A la fin de ma lecture, je ne suis pas certaine qu’il s’agisse vraiment du dernier tome, même si l’épilogue conforte cette hypothèse.

Cette suite est assez indépendante du premier tome, ici nous retrouvons Anthem qui poursuit son petit bout de chemin. Même si l’histoire liée à Gavin est bien terminée, il lui reste quelques séquelles, notamment envers la naissance de nouveaux sentiments qu’elle cherche à fuir. Mais c’est surtout sa relation avec son père qui va changer pour elle, car depuis sa découverte elle ne cesse de chercher des preuves de l’implication de celui-ci dans la mafia, sans grand succès. Depuis qu’il s’est fait tirer dessus, Ford est loin d’être en grande forme et sa santé est très faible, ce qui inquiète fortement Anthem. Depuis sa déclaration, leur relation reste assez ambigu, mais la santé du boxeur étant très précaire, aucun des deux n’a abordés le sujet de leur relation et cela convient parfaitement à la jeune fille.

A côté de ça, un groupe qui se fait appeler « Les Invisibles », commence à faire des siennes en s’attaquant aux nantis qui vivent dans Bedlam Nord. Alors qu’elle avait raccroché son costume de justicière, Anthem va devoir agir et l’action est encore une fois au rendez-vous. C’est un peu contre sa volonté qu’elle va se lancer dans la recherche des terroristes et cette fois son combat va être encore plus solitaire. Ford n’étant pas en état pour participer, elle va passer beaucoup de temps toutes seules et Serge est également moins présent. J’ai compris les raisons pour lesquelles elle agit seule, mais je regrette qu’elle ne puisse pas davantage se reposer sur les autres dans ses opérations commandos.

J’ai été ravie d’en apprendre un peu plus sur la famille d’Anthem, l’auteure nous lâche quelques informations surprenantes au sujet de la sœur de la jeune femme, ce qui prend un tournant plus personnel. Je suis un peu déçue par le manque d’émotion d’Anthem, par moments elle agit comme un robot sans vraiment éprouver de sentiments qui la rendraient moins froide. Surtout que encore une fois, la mort n’est jamais loin d’elle. Bon la suite n’apporte pas plus d’informations sur la manière dont est dirigé Bedlam Nord et Bedlam Sud, la fin du roman n’apporte pas vraiment de solution aux inégalités, ce que j’ai trouvé dommage. Je n’ai pas trouvé d’information sur une potentielle suite, donc on peut partir du principe qu’il s’agit du dernier. Le dernier chapitre est plutôt ouvert donc cela conclut, sans vraiment marquer la fin et je pense que d’autres pistes pourraient être exploitées donc à voir si Anthem pourrait reprendre du service et répondre aux quelques questions qui peuvent rester en suspens. Sans grande surprise, la plume d’Amelia Kahaney a su m’embarquer et l’histoire se lit toute seule. Une suite à la hauteur du premier opus qui ravira ceux qui avaient déjà été conquis.

Retrouvez mon avis sur Les cœurs brisés #1  ICI
Signature Lucie