Songe à la douceur | Clémentine Beauvais

img_20170111_132920_749songe-a-la-douceurTrès-bonMon adorable copine Fanbooks76 ne pouvait pas tomber plus juste en choisissant ce roman. Les avis élogieux ont immédiatement raisonné en moi, pourtant je ne gardais pas un très bon souvenir de la poésie donc je n’osais pas franchir le pas. Les a priori c’est terrible, car on se monte la tête avec des choses qui ne s’avèrent quelque peu différentes une fois émerveillé par l’histoire.

Au delà de la magnifique histoire d’amour, ce roman m’a littéralement coupé le souffle. Alors que je pensais être dérangé par les vers, j’ai immédiatement été séduite par la mise en page et cette douceur qui se dégage de la plume de Clémentine Beauvais. Les lignes qui défilent sont comme une vieille comptine extraite d’une partition qui reviendrait au goût du jour, pour notre plus grand bonheur.

Au fil des pages, un amour de jeunesse va reprendre vie après dix ans d’inactivité. L’originalité de ce roman ne réside pas que dans la poésie qui émeut au fil des pages, mais également dans la manière dont l’auteur a fait le choix de raconter une histoire entre deux époques. Cette omniprésence va être annonciatrice de bonnes et de nouvelles plus sombres. Malgré les plus de 200 pages de poésie, à aucun moment je n’ai trouvé le temps long ou même à abandonner cette lecture et à plusieurs reprises, ma curiosité m’a poussé à lire quelques pages supplémentaires, pour assouvir ce sentiment.

L’histoire d’amour entre Eugène et Tatiana est magnifique. Je suis consciente que cette histoire ne plaira pas à tout le monde, mais la manière dont l’auteur utilise la langue française pour nous offrir un roman graphiquement sublime et au contenu unique est à mon sens une bonne raison pour lui donner l’occasion de sauter dans votre pile à lire. La justesse des mots, la douceur de la romance et l’originalité de ce roman subliment cette histoire d’amour. Une lecture pleine de tendresse et de poésie.

Lucie

L’exquise clarté d’un Rayon de Lune | Sarah Morgan (Les frères O’Neil #2)

img_-vw5qozlexquise-clarte-dun-rayon-de-luneBonAprès être passé à côté du tome précédent et m’être fait accessoirement taper sur les doigts par une personne qui se reconnaîtra, j’ai décidé de redonner une chance à ce second opus qui continue de suivre les aventures de la famille O’Neil. Je n’irai pas jusqu’à dire que ce tome a été celui de la révélation, mais je dois admettre que le potentiel est là et qu’une fois rentrée dans l’histoire on s’attache aux personnages.

Sean O’Neil est de retour au domaine et il est hors de question pour Elise, de penser à cette nuit magique qu’ils ont passé ensemble l’été dernier. Elle n’a pas le temps à accorder à ce séduisant docteur et entend bien rester concentrer sur sa tâche qui consiste à rester derrière les fourneaux. Cependant les choses vont se compliquer lorsque l’ouverture d’un projet qui lui tient particulièrement à cœur, menace d’être repoussé, les travaux ayant été abandonné suite aux problèmes de santé du patriarche Walter O’Neil.

Je dois dire que je gardais très peu de souvenir de l’histoire du précédent opus, mais au fur et à mesure de ma lecture, certains personnages commençaient à retrouver leur place dans mon esprit. Sean ne m’a pas particulièrement marqué et j’ai été surprise de découvrir que son caractère était bien différent du reste de la tribu, en effet tel le vilain petit canard, il exerce son métier avec passion et n’entend pas abandonner ses heures supplémentaires pour les beaux yeux d’une femme, son métier c’est ce qui le définit et sa vie à Boston lui convient parfaitement. Depuis la mort de son père, on ne peut pas dire que Sean soit beaucoup retourné à Snow Crystal. Il n’est pas prêt à affronter le reste de la famille et préfère rester éloigné de la station pour laquelle il a gardé une rancœur. A l’inverse Elise éprouve la sensation d’avoir enfin trouvé l’endroit qu’elle peut appeler maison et même si comme Sean, elle n’a pas de temps à accorder à une histoire sentimentale, elle se montre épanouie dans sa passion et a retrouvé une seconde famille auprès des O’Neil. Notamment auprès de Walter qui s’est investi avec elle dans le plus beau projet de sa carrière et auprès de Jackson l’homme à qui elle doit sa place en cuisine.

A l’image de ma lecture précédente, ma lecture n’a pas été très fluide. Les narrateurs externes ne sont pas ceux que je préfère et j’ai éprouvé des difficultés à rentrer dans l’histoire, qui prenait un peu trop de temps à démarrer. En avançant dans le récit, une forme d’addictivité a vue le jour et j’ai aimé poursuivre ma lecture en imaginant le décor de rêve. Mais je crois que ce qui m’a fait apprécier ma lecture est lié aux personnages, Sarah Morgan construit son récit sur les bases d’une famille crédible. Les personnages secondaires ont eux aussi leurs préoccupations et l’auteur ne se contente pas d’un environnement restreint. Sean va s’avérer être têtu et orgueilleux, mais il peut compter sur ses frères pour le remettre en place et malgré l’excessivité de Walter il va s’impliquer qu’il le pensait. Celle qui m’a le plus rendue curieuse c’est Elise, sa fuite face à l’amour et sa vulnérabilité face à son passé m’ont tout de suite séduite. La majorité du temps, c’est une femme forte et déterminer qui donne tout ce qu’elle a dans sa cuisine, mais lorsqu’on creuse un peu elle est beaucoup plus fragile et ses secrets émouvants, sans compter sa manière de repasser au français lorsqu’elle panique ou est stressé est adorable.

J’ai du mal à exprimer ce qui me gêne dans cette lecture, le fond de l’histoire à tout pour plaire et les personnages ont un passif relativement intéressant pour les fans de romance. Seulement le récit m’a vraiment empêchée d’être embarquée dans l’histoire, telle une barrière je suis restée une spectatrice de cette histoire et malgré le côté accueillant de cette lecture, je n’explique pas ce problème d’appréciation. Cependant, je dois admettre qu’après un temps d’adaptation j’ai apprécié passer du temps en compagnie des héros, mais très franchement on est loin des coups de cœur qu’on put éprouver certains. Certes l’attachement est là, la curiosité grandit et Tyler O’Neil m’intrigue vraiment, mais ma lecture était loin d’être fluide. Je me laisserais probablement tenter par le dernier tome de cette série pendant une phase de creux dans les sorties littéraires, mais pas dans l’immédiat. Une lecture agréable, mais pas mémorable.

Retrouvez ma chronique sur La danse hésitante des flocons de neige #1 ICI
Lucie

The Goal | Elle Kennedy (Off-Campus #4)

img_20170103_163932_494the-goalTrès-bonCe roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.
Sortie prévue le  12 janvier 2017.

Je remercie la collection New Romance pour l’envoi de cet ultime tome, mon week-end n’en aura été que meilleur. Cette série restera l’une des belles plus de 2016, Elle Kennedy a réussi à proposer des tomes avec pour thème commun une bande de hockeyeurs sans donner un sentiment de déjà-vu. Ses quatre héros ont un caractère totalement différent et même si Garrett restera à jamais mon favori, j’ai été surprise de découvrir un Tucker complètement différent de l’idée que je m’étais faite de son personnage. On a du mal à croire que cela puisse être possible mais The Goal est le tome le plus long, que ce soit en nombre de pages et en terme de déroulement de l’histoire. Pendant un laps de temps assez long, les personnages vont peu à peu s’ouvrir et nous offrir une romance qu’il vous sera difficile de lâcher. Lorsque toutes les barrières s’abaissent enfin, mon cœur a fait des bons et je n’imaginais pas pouvoir ressentir ça une nouvelle fois.

Lorsque son regard croise Sabrina James, John Tucker est persuadé que cette femme a tout pour le combler et il souhaite s’approcher de la jeune femme, pour en savoir plus à son sujet. Malgré les conseils de Dean concernant cette reine des glaces, il va écouter cette attirance. L’alchimie est telle qu’ils décident de se faire du bien pour une seule et unique nuit et on peut dire qu’elle va tout changer pour la suite.

On ne peut pas dire que Sabrina m’ait bonne impression lorsque je l’ai découverte dans le troisième tome, sa manière d’interagir avec Dean lui donnait l’image d’une garce et la révélation à la fin, était assez inattendue. Au premier abord, la jeune femme renvoi l’image d’une femme froide et pas forcément sympathique, seulement cette façade qu’elle s’est construite est parfaitement calculée. La jeune femme, a tout planifiée : obtenir son diplôme, être accepté en fac de droit à Harvard et décrocher un job d’avocate dans un cabinet prisée. Pour que son rêve se réalise, Sabrina va tout donner quitte à travailler de manière acharnée sans prendre de temps pour elle. Entre ses études et ses deux jobs, elle n’a pas le temps à accorder à un homme, mais une nuit isolée de temps en temps avec des sportifs ne se refuse pas. Tucker ne va pas échapper à la règle et il va tout donner pour lui offrir la meilleure nuit de sa vie.

Malgré trois tomes, je n’avais aucune idée de la personnalité de Tucker sa manière d’être en retrait du groupe a rendu son personnage assez mystérieux et en même temps il a toujours été le cuisinier de Garrett, Logan et Dean. Il ne faut pas se fier aux apparences, car le gentil barbu possède une vraie personnalité et son côté gentleman m’a tout de suite fait craquer. Son passé a contribué à l’homme qu’il est aujourd’hui, le voir être à l’écouter de sentiments qu’il éprouve sans chercher à se mentir le rend touchant. Il a conscience qu’il a besoin de plus qu’une nuit et malgré sa promesse de se tenir à l’écart, il va persévérer. Il a cette manière d’analyser et de prendre des décisions dans un calme olympien, ce qui explique probablement qu’il soit toujours celui qui conseille ses amis et le rend également plus mature.

J’ai beaucoup aimé la manière dont Elle Kennedy nous fait revivre les évènements qui se sont déroulé simultanément dans le troisième opus, notamment car certaines scènes ont été perçues d’une manière différente et également car nous avons un nouvel angle de vue. Au début, je n’étais pas très fan de Sabrina, car elle renvoyait une image dure et la voir se dévoiler lorsqu’elle est narratrice, m’a montré une jeune femme complètement différente, sa situation familiale n’est pas enviable et on peut comprendre qu’il ne lui reste que ses études pour s’en sortir, alors perdre son temps avec un mec qu’elle n’aura pas le temps de voir est assez compréhensible. Tucker va s’avérer être un amant persuasif, son côté bien élevé va être un atout, car il va l’empêcher de se braquer et toujours être d’une patience à rude épreuve. Après c’est vrai que parfois Sabrina a des réactions agaçantes, mais cette vulnérabilité a fait fondre la glace.

Après quatre tomes, Elle Kennedy aura su se renouveler pour proposer des personnages uniques, avec des récits toujours plus captivants et des romances qui m’auront fait rêver. J’ai du mal à me dire qu’après autant de moments passés en compagnie des héros, qu’il est temps de leur dire adieu. Cette série restera l’une de mes préférées, le récit addictif et les personnages auront eu raison de mon petit cœur. Visiblement un spin-off pourrait voir le jour, donc j’espère que ce projet verra le jour et que les suppositions évoquées seront les bonnes. Une série que vous devez absolument vous procurer pour un plaisir intense !

Retrouvez mon avis sur The Deal #1 ICI
Retrouvez mon avis sur The Mistake #2 ICI
Retrouvez mon avis sur The Score #3 ICI
Lucie

Janvier | Audrey Carlan (Calendar Girl #1)

janvierTrès-bonCette série a beaucoup fait parler d’elle, je ne crois pas avoir déjà vu une promo aussi importante chez Hugo New Romance depuis After. Pour tout vous dire je pensais passer mon tour, car 12 villes, 12 hommes ça ne m’attirait pas spécialement et puis le marketing m’a rendu faible, les avis élogieux m’ont définitivement fait craquer pour le premier opus de cette série et je ne regrette absolument pas mon achat.

Au cours de l’année à venir, un tome sera publié tous les premiers jeudis du mois et nous pourrons découvrir en même temps que notre héroïne, de nouveaux personnages, d’autres décors et bien que l’histoire garde une intrigue qui lui ait propre, nous aurons également le loisir de découvrir une histoire qui sera propre au mois en cours. Le concept a tout pour plaire et le fait que l’idée soit une grande première en France a renforcé ma curiosité, mais Audrey Carlan elle-même est liée à mon achat, sa rencontre à Bandol reste un très bon souvenir et a probablement contribué à mon désir d’en savoir davantage.

Mia Saunders n’a jamais manqué de rien, pourtant le départ de sa mère à plonger sa famille dans le chaos. Ayant pratiquement élevé sa sœur, elle est néanmoins reconnaissante à son père d’avoir été le parent restant. Pourtant, il ne s’est jamais vraiment remis de cette situation et noie son chagrin dans l’alcool et le jeu, après avoir emprunté une grosse somme d’argent il se voit dans l’incapacité de rembourser ce prêt. Tout va dégénérer lorsque le prêteur sur gages l’envoie  l’hôpital et étant de le comas, la dette va revenir à Mia. Contrainte de trouver 1 million de dollars rapidement, elle n’a pas d’autre choix que d’assumer le rôle d’escort girl auprès d’hommes riches, qui lui permettront d’obtenir la somme.

Je reste sceptique sur le format, l’auteur développe son récit trop rapidement. A l’imagine d’une série télé, on ne s’encombre pas du décor et elle se permet même des ellipses. Globalement on a toutes les informations nécessaires pour s’attacher aux personnages, Mia est l’image même de la femme forte et déterminée à obtenir ce dont elle a besoin. La situation n’est pas idéale , mais elle assume son rôle et ne cache pas ses désirs. Sa rencontre avec Wes va réveiller ses hormones et elle n’a pas honte de montrer qu’elle éprouve de l’attirance pour le jeune homme. Je vous laisse le loisir de faire la connaissance de ce beau spécimen, il réussit à lui tout seul à être suffisamment charmant pour en vouloir d’autres des comme lui. Après, le concept en lui-même d’escort me pose un peu plus problème, certes Mia est une femme libre et prend ses propres décisions concernant d’éventuelles relations sexuelles, mais ça reste sous la contrainte et elle abandonne quand-même toute sa vie pour payer sa dette.

En bref, ce premier tome est une bonne surprise. Tous les ingrédients sont réunis pour captiver le lecteur et la curiosité est le moteur de cette lecture. Il y a toujours l’inconnu lié à ses prochaines missions et je suis convaincue que compte tenu des douze tomes, certains seront plus satisfaisants que d’autres, mais on retrouvera une petite touche d’humour, de folie, un côté sexy et une narration addictive.  Après je ne garanti pas d’arriver jusqu’au bout, car j’ai mon petit cœur d’artichaut qui veut juste un couple sans tous ces hommes. Mais j’admets que les possibilités pour les mois à venir et les missions de Mia sont infimes, donc je reste ouverte et j’attends d’en découvrir davantage avant de porter un jugement définitif.

Lucie

Sous Influence | Emma Chase (Sexy Lawyers #2)

img_20170102_145518_581 sous-influenceExcellentJe n’aurais pas pu espérer tomber sur la meilleure première lecture de l’année. Alors je remercie tout particulièrement les attachées presses de chez Hugo Roman, pour l’envoi de ce roman qui possède toutes les qualités pour me garder comblée jusqu’à la dernière ligne. J’ai frôlé le coup de cœur de peu.

Jake est un avocat en passe de devenir associé, bien que charmant il ne cherche en aucun cas à se caser et ses nuits à enchaîner les conquêtes lui conviennent parfaitement. Un évènement imprévu va agir comme un électrochoc et il va commencer à revoir ses critères. Parallèlement, il va faire la connaissance de la belle Chelsea, immédiatement la jeune femme va agir comme une drogue et s’immiscer dans chacune de ses pensées. Pourtant elle n’a rien à voir avec les femmes qu’il fréquente, en effet la jeune femme s’occupe de ses six neveux et nièces depuis le décès de leurs parents et Jack va se retrouver embarqué dans la vie de cette joyeuse famille malgré lui, allant jusqu’à intervenir dans plusieurs histoires de famille.

Loin d’être fan des enfants, Jack va pourtant se découvrir plus paternel qu’il ne l’imaginait. On va découvrir deux hommes, l’avocat qui n’hésite pas à défendre des coupables, même si cela va contre ses valeurs, juste pour faire ses preuves, qui séduit femme après femme, en les mettant à la porte le plus rapidement possible. Et à côté de ça, un homme sensible, drôle qui va se laisser attendrir par cette famille un peu spéciale. C’est d’abord la tante qui va l’envoûter, puis les enfants vont briser sa coquille pour devenir importants pour lui. Je dois dire que j’ai toujours un faible pour les histoires avec les enfants, celle-ci va s’avérer aussi drôle que je l’imaginais et c’est grâce à ces enfants envahissants, touchants, qui n’ont pas leurs langues dans leur poche et qui sont venu frustrer mes nerfs fragiles. Et évidemment, notons qu’ils pourraient faire craquer n’importe quel cœur de pierre, c’est de la mignonitude puissance mille.

La narration étant exclusivement du point de vue de Jack, il m’a d’abord été difficile de cerner Chelsea et puis avec les yeux de l’avocat on apprend à la voir sous un nouveau jour. Immédiatement son attitude de battante m’a séduite, malgré les difficultés elle a toujours fait en sorte de prendre les meilleures décisions pour ses nièces et neveux. On se rend compte de tout ce qu’elle a abandonné et ce qu’elle a accompli est assez révélateur de sa personnalité. Au début, elle renvoyait un peu une image de jeune femme fragile qui a besoin d’être protégé et je me suis rapidement rendu compte qu’elle avait tout d’une force de la nature, elle n’a pas besoin d’être secouru par un chevalier en armure et de ce côté et Jack n’est pas le mieux placé.

J’ai retrouvé avec plaisir Stanton, Sofia et Brent, qui ne sont jamais bien loin pour se soutenir. Si comme moi vous aviez été séduite par le caractère de Preston, vous allez adorer la joyeuse bande McQuaid, ils ont tout ce que j’aime lorsque des enfants sont présents dans la littérature. Ils ont l’air de petits monstres et pourtant, chacun m’a touché et m’aura aussi valu quelques fous rires. Jack va se retrouver au cœur d’une famille qui a vécu le pire des traumatismes et qui pourtant laisse des enfants forts et voir à quel point ils se reconstruisent au cours du récit est la plus belle des récompenses en terminant ce roman. Je pourrais m’attarder sur chacun d’eux, mais je préfère vous laisser le plaisir de les découvrir, chacun va nous montrer le bon, comme le plus difficile et vous allez obligatoirement être sous le charme.

Emma Chase a encore une fois réussi à proposer une romance drôle, rafraîchissante et un récit fluide, qu’il ne m’aura fallu que quelques heures pour le terminer, que dis-je le dévorer. L’alchimie entre les personnages est évidente et j’ai attendu le moment où tout allait enfin éclater, le tout avec la bonne humeur évidente liée à certaines situations qui prêtent à sourire. Maintenant j’ai hâte de rencontrer celui qui m’intrigue depuis le premier tome : Brent. Ce personnage a tout pour me plaire et j’ai pu constater que les histoires vont crescendo pour mon plus grand plaisir, alors vivement le 16 février.

Retrouvez mon avis sur Objection #1 ICI
Lucie