Young Adult

Dévisagée | Erin Stewart

Résumé :
Tout le monde a des cicatrices, certaines sont juste plus visibles que d’autres.

Ava a tout perdu dans l’incendie qui a ravagé sa maison. Ses parents. Sa meilleure amie. Même son visage. Elle n’a pas besoin d’un miroir pour savoir à quoi elle ressemble: la violence du regard des autres suffit. De retour au Lycée, Ava ne pensait pas tenir plus d’une semaine. Jusqu’à ce qu’elle rencontre la piquante Piper, qui porte comme elle des cicatrices, et Asad, technicien du groupe théâtre -qui partagent sa force de caractère et son humour à toute épreuve.

La résilience d’une jeune survivante solaire et sarcastique.
Un roman coup de poing, qui emmène au plus près de l’émotion.

Je suis tombée par hasard sur le roman Dévisagée, le titre a immédiatement attiré mon attention et la lecture de la quatrième de couverture n’a fait que renforcer mon envie de découvrir ce roman. Je m’étais préparé à découvrir un roman touchant, le thème étant sensible, mais l’histoire m’a brisé le cœur. On aborde avec beaucoup d’empathie le parcours d’une jeune fille qui a survécu au pire, mais qui va devoir affronter la suite.

Ava a survécu au terrible incendie de sa maison qui a détruit sa vie, dans ce drame elle a perdu ses parents, sa meilleure amie et une part d’elle-même. Après plus d’une année de soins médicaux, le médecin considère qu’elle est prête à reprendre le cours de sa vie. Seulement comment retourner au lycée quand les regards lui rappellent à quel point son visage est différent. Pourtant elle accepte de tenter l’expérience pour une quinzaine de jours, après cet échec elle pourra retourner à l’isolement où personne ne la dévisagera ou aura un mot blessant.

De retour au lycée Ava va vivre cette expérience comme une épreuve supplémentaire, on sait pertinemment qu’elle a déjà énormément souffert et la voir affronter le regard des autres dès les premières pages m’a bouleversé. Elle porte en elle une souffrance indescriptible et devoir reprendre le cours de sa vie est difficile à imaginer. Plus rien ne sera plus jamais comme avant et on est évidemment confronté à des émotions puissantes dès qu’on entend les mots qu’utilise Ava pour parler d’elle-même. Sa rencontre avec la pétillante Piper et le discret Asad va venir changer ses certitudes, et mettre en lumière les possibilités pour s’en sortir.

Les probabilités de rencontrer une autre jeune fille qui porte elle aussi des cicatrices sur le corps était quand même assez mince, mais hormis ce détail la naissance de cette amitié entre le trio m’a donné espoir. Les changements vont être imperceptibles, mais la désinvolture de Piper va contribuer à renforcer le caractère d’Ava et ensemble elles ne vont pas se laisser faire. Elles vont se servir du regard des autres et le retourner contre eux, et cette amitié naissance va complètement changer la convalescence des deux amies. Au fil des pages, nous allons suivre les étapes de la guérison d’Ava et chaque passage n’a fait que renforcer mon attachement pour elle.

Je pourrais continuer à vous parler de ce roman, des passages qui m’ont fait réfléchir ou de ceux qui m’ont ému, mais aucun mot ne sera assez représentatif des émotions qui m’ont traversé lors de ma lecture. Ava n’est pas une héroïne comme les autres, ses blessures sont visibles à l’extérieur, mais les plus douloureuses sont celles qui sont à l’intérieur, car elles peuvent terrasser tout sur leur passage. Dans ce roman il y a beaucoup de souffrance, mais il y a aussi beaucoup d’amour, d’amitié et certain passage m’ont fait sourire. C’est le combat d’une adolescente qui va découvrir que « Tout le monde a des cicatrices. Certaines sont justes plus visibles que d’autres ».

Romance, Young Adult

Attirance et indécision | Simone Elkeles (Wild Cards #2)

ImpressionTrès bonSimone Elkeles est une auteure que j’aime particulièrement, chacune de ses romances abordes généralement des thèmes délicats et ses romances ne me déçoivent jamais. Celui-ci ne fait pas exception à la règle, même si à mon sens ce n’est pas son meilleur. J’ai redouté cette suite, tant parce qu’elle présageait un triangle amoureux, que parce que l’attente était particulièrement longue.

J’ai été ravie de pouvoir renouer avec l’ambiance latino qui m’avait fait tomber amoureuse de la plume de l’auteure et l’apparition d’un certain frère Fuentes n’y est pas étranger. Victor est tout aussi indiscipliné, il accumule les bagarres et son compteur de colle a largement explosé, le seul domaine où il excelle c’est en football, c’est sa seule échappatoire face à un père qui considère son fils comme un raté. Monika est la parfaite petite pom pom girl, avec des bons résultats et un petit ami aussi doué en sport, que dans ses résultats scolaires. Le couple est la représentation de leur parfaite réussite. En apparence tout semble coller à merveille, Vic les envies, tant pour leur histoire parfaite que pour Monika dont il est amoureux depuis longtemps et il sait pertinemment qu’elle n’est pas pour lui.

J’ai beaucoup aimé la manière dont la relation de Monika et Trey est amenée, cette perfection qu’il dégage est usante et même si tout le monde les considères comme le couple parfait, dans l’intimité les choses ne sont pas aussi simples. Je crois qu’il était important de consacrer une grande partie du roman, à expliquer comment était leur relation. Seulement après l’énorme bombe que je n’avais pas du tout vue venir, j’ai trouvé l’équilibre un peu maigre. L’attirance entre Vic et Monika n’a pas été suffisamment exploité, dans la première partie ce n’était pas envisageable et ça se comprend, mais la seconde partie est totalement bâclée. A vrai dire, la plume de l’auteure est une des grandes raisons qui font que j’ai passé un bon moment, parce que pour tout vous dire, je ne l’ai pas trouvé aussi émouvant que d’habitude. J’ai attendu le moment où j’allais ressentir une explosion de sentiments, ils se connaissent depuis des années donc peut-être que leur rapprochement est imperceptible, mais je n’ai pas eu les papillons que j’attendais. Durant la majorité du roman, on enchaîne les difficultés et la fin, arrive sans obstacle, tout est tellement simple que ça en devient décevant, pas assez recherchée.

Par contre, le personnage de Monika est très intéressant à suivre, son look et sa manière de prendre soin d’elle, donne l’image d’une jolie écervelée, qui fait tapisserie et pourtant il se cache une jeune femme beaucoup plus complexe. Je ne veux pas vous spoiler, mais ses problèmes se santé sont totalement inédits et son histoire touchante. Et puis, Vic est un peu un faux bad-boy il est surtout très insolent et indiscipliné, mais reste totalement honnête et bien souvent, il ne cherche qu’à protéger les gens qu’il aime. En me relisant, j’ai l’impression de ne faire que dénigrer ce roman, alors qu’en vérité je l’ai vraiment beaucoup aimé, mais le tome 1 avait été un réel coup de cœur et ses précédents romans m’avaient tellement hanté pendant plusieurs semaines, que c’est décevant. Une lecture rapide, je l’ai dévoré en un après-midi. Une bonne histoire, mais ça reste en dessous de ses autres romans.

Signature Lucie