Sous la lumière | Abbi Glines (The Field Party #2)

Après ma superbe découverte du tome 1, j’attendais avec impatience de pouvoir découvrir ce second opus. Certes, j’ai un peu abandonné mes lectures V.O., mais avec la traduction VF ce n’est que partie remise. En lisant le résumé, je ne savais pas trop à quoi m’attendre et j’étais un peu craintive d’un triangle amoureux.

Willa est partie il y a six ans de Lawson, malgré les épreuves qu’elle a traversé depuis son départ, elle chérit les souvenirs que cette ville lui a apportés, notamment ces jeux avec Gunner et Brady. Aujourd’hui, tout est différent et ses mauvais choix l’ont conduite dans une situation qui va nécessiter du temps. Recueilli par sa Nonna, Willa souhaite simplement terminer sa scolarité sans se faire remarquer et restant éloigner de ces deux garçons, afin de rendre fière celle qu’elle a terriblement déçue.

J’ai retrouvé avec plaisir l’ambiance qui m’avait tant plus dans le tome précédent, mais ce tome est porté par des héros qui ne m’ont pas embarqué comme je l’espérais. Willa est une jeune femme fragile qui a commis une grosse erreur qu’elle ne pourra jamais effacer, son parcours est difficile et sa Nonna est très stricte. J’ai été très attendri par ce besoin irrépressible d’être aimé, cette volonté de bien faire les choses pour prouver sa reconnaissance, mais également été déstabilisé par la froideur qui se dégage de ce tome. Le contraste avec la famille de Brody est saisissant, ici les relations familiales sont conflictuelles et violentes verbalement. J’ai trouvé que son passé n’avait pas été assez exploité et qu’on restait en surface, alors qu’il y aurait eu beaucoup à dire pour sa propre reconstruction et panser ses blessures.

Le constat est le même du point de vue des garçons, Brody est trop lisse, parfait & Gunner son exact opposé. Leur amitié est évoquée rapidement, mais elle n’est pas assez développé. Certes ils se sont un peu éloigné depuis leur enfance, mais je n’ai pas retrouvé le lien fraternel comme avec West. J’ai eu un peu de mal avec la manière dont Brody se jugeait le mieux placé pour être avec Willa, alors qu’il est en couple avec Ivy. Gunner n’est pas mieux puisqu’il est jaloux, et pense trop avec la partie inférieure de son anatomie. Quelques scènes auraient pu être plus touchantes et il m’a manqué l’intensité des émotions. Tout est mignon, satisfaisant alors que j’attendais un déchaînement d’émotions. Même la connexion entre les héros m’a fait défaut, aucun des garçons ne se démarque, même si on se doute du dénouement les sentiments ne sont pas une évidence. C’est ce qui est décevant, car ces émotions c’est ce qui m’avait séduit avec West et Maggie. Et puis la conclusion me laisse un avis mitigé, comme si on n’allait pas au bout.

Abbi Glines évoque avec simplicité un thème difficile, encore une fois nos héros ont un passé compliqué et même s’il ne m’a pas autant touché que le précédent, l’histoire reste touchante. Sans compter qu’il dévoile quelques éléments du troisième opus et on peut déjà dire que nous ne serons pas épargnés. Une lecture agréable, qui vous fera passer un bon moment, sans pour autant rester mémorable.

Retrouvez mon avis sur Dans un silence #1 ICI

La rencontre du dernier espoir | Kelley York

Après deux romans superbement écrits, Kelley York a encore une fois réussi à toucher la corde sensible. La Rencontre du dernier espoir est à la fois sombre et pleine d’espoir, j’ai eu très peur avant d’acheter ce roman, la couverture ne présage rien de bon et mon petit cœur craignait de souffrir. Et puis au milieu de tout ce noir, une touche colorée qui rappelle que même au plus bas, une lumière teintée d’espoir n’est jamais bien loin, c’est ce qui m’a donné envie de faire confiance à cette histoire.

D’aussi loin qu’il se souvienne Vincent a toujours été trimbalé d’une famille à l’autre, sans jamais voir se réaliser son rêve d’être aimé. Pourtant depuis quelques années il est hébergé par Maggie, elle n’a rien d’une famille pour lui, pourtant être avec elle est confortable et sécurisant. Alors qu’il vient d’obtenir son diplôme un évènement dramatique va conduire le jeune homme à se retrouver seul et perdu. Déstabilisé par la situation, il tombe par hasard sur un forum Suicide Watch. Intrigué, il va céder à une pulsion et s’inscrire. Ce qui va le mener à rencontrer Casper et Adam, deux personnages qui n’ont rien en communs.

Dès les premières pages, j’ai ressenti le courant passé et pourtant avec un narrateur masculin ce n’était pas gagné. Vincent est différent et c’est justement ce qui m’a séduit chez lui il est unique, sa timidité est telle que les choses simples du quotidien deviennent un vrai combat et en même temps il s’en est toujours sorti. Sa manière d’aborder la vie est assez extraordinaire, il m’a embarqué en toute simplicité dans son petit bout de chemin. J’ai appris à connaître ses réactions et apprécier son caractère, alors qu’il n’a rien d’un héros habituel. A la fois intriguée et captivée, j’ai gardé espoir jusqu’à la dernière minute.

A travers les yeux de Vincent, nous allons faire la connaissance de Casper, après un long combat contre la maladie, la jeune fille est arrivé au bout de ses capacités et le forum Suicide Watch répond à ses attentes, pourtant derrière la mélancolie, j’ai plaisir à évoquer sa joie de vivre qu’elle insuffle à Vincent et Adam dans leurs échanges, sa folie qui soudera le groupe des trois amis. Adam est comme Vincent plus discret, on distingue sans mal sa vulnérabilité et cette souffrance est poignante. Ensemble, ils vont devoir déterminer s’ils sont prêts à accepter le bonheur ou si l’abandon est la solution, sans jamais juger.

Je sais que vu comme ça, on pourrait trouver un roman plus gai, mais c’est justement ce qui rend ce roman bouleversant. Vincent n’a pas en tête des pensées morbides, mais il a un rapport assez particulier avec le suicide et ses sentiments sont assez détachés, mais en même temps très amplifié par moments, ce qui rend les choses encore plus intenses. J’ai du mal à exprimer les émotions qui m’ont traversée, mais c’est assez contradictoire et surtout très émouvant de découvrir qu’on peut se faire des amis dans les pires situations. L’espoir est au cœur de ce roman et Kelley York aborde un sujet délicat sans pour autant en faire des tonnes. C’est beau, c’est touchant et c’est important de rencontrer ce trio.

Obsession | Stacey Lynn (The Affair #3)

Je me suis offert ce roman sur un coup de tête, le sentiment de culpabilité d’abandonner une série sans connaître l’épilogue d’une héroïne qui m’intriguait n’était pas concevable. Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis déçue, car c’est une bonne histoire de transition et je n’avais aucune attente, ce qui m’a permis de lire cette histoire de manière détachée et de passer un moment agréable sans pour autant être transportée.

Talia se donne corps et âme dans la gestion de son centre d’hébergement, son implication est totale et elle n’hésite pas à donner de sa personne pour secourir des adolescents dans le besoin. Seulement aider les autres, ça ne rapporte pas beaucoup d’argent et l’hospitalisation de son père ne fait qu’accentuer ses difficultés financières. Un don anonyme va venir tout remettre en cause, seulement lorsque l’identité de son donateur est révélée elle va prendre conscience que rien n’est jamais gratuit. Alors qu’elle s’était juré de ne jamais plus être amoureuse, la jeune femme va accepter un jeu dangereux avec la séduisant Donovan, qui de son côté est prêt à tout pour la faire céder ses dernières barrières.

Le contexte est assez intéressant et j’ai beaucoup aimé l’implication de Talia dans son foyer, son implication avec les jeunes est vraiment touchante et le lien qui va se créer entre la jeune femme et Jeremiah m’a vraiment fait chaud au cœur. Elle va venir approcher un peu de fraicheur dans sa relation avec Donovan, qui peine à comprendre son neveu. J’aurais apprécié un meilleur équilibre entre l’intrigue liée au foyer et la naissance de la relation, le sexe a tendance à occuper une place trop importante. Toutes les occasions sont bonnes pour assouvir leurs attirance, parfois au détriment de la relation avec Jeremiah, alors qu’il est au centre de toutes les préoccupations et je n’ai pas eu le sentiment de le voir s’épanouir.

Je dois admettre que l’alchimie entre Talia et Donovan est indéniable, ils vont d’ailleurs rapidement succomber à la tension sexuelle et même si je n’aurais pas été contre un peu de résistance, j’ai beaucoup aimé la relation qu’ils entretiennent et même si la confiance n’est pas totalement acquise pour Talia c’est un couple mignon à suivre. L’histoire manque un peu de profondeur, mais la plume de l’auteur est très addictive, ce qui m’a fait passer un bon moment et à faciliter ma lecture. Je n’ai pas vu les pages défilées et parfois c’est agréable de rentrer dans une histoire pour se détendre, sans se prendre la tête.

Retrouvez mon avis sur Séduction #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Attraction #2 ICI

Nos cœurs en désaccord | Krystal Sutherland

Je viens de terminer ma lecture et je ne vous cache pas que ce roman n’est pas du tout comme je l’imaginais. Je dirais que le point fort de cette histoire c’est son originalité, le résumé paraît banal et j’étais loin d’imaginer la direction qu’allait prendre le récit. Alors oui, il y a un fond de vérité dans la morale et justement c’est peut-être ça qui est le plus dérangeant. Le début du roman démarre de manière classique et le personnage principal est assez touchant dans sa manière de voir la vie, mais en tournant les pages j’ai commencé à me sentir un peu mal à l’aise de ma lecture et l’héroïne ne fait rien pour arranger ce sentiment, malgré qu’un lourd passé soit mis en cause, son comportement est déstabilisant.

Et pourtant le premier chapitre donne le ton, cette simple phrase résume très bien ce qui vous attend « Donc ceci n’est certainement pas l’histoire d’un coup de foudre. Mais c’est belle et bien une histoire d’amour. Enfin. Si on veut. » Henry est un jeune homme qui rêve de rencontrer un amour aussi inconditionnel que ses parents. Étudiant modèle il est loin de se préoccuper des amours d’adolescents de ses camarades pourtant l’arrivée d’une nouvelle élève Grace, va tout changer. Au premier abord la jeune femme n’a rien d’engageant : propreté douteuse, des vêtements de garçon trois fois trop grands et une canne pour l’aider à garder l’équilibre quand sa jambe flanche et un caractère effacé et sombre.

On pourrait croire qu’il s’agit d’une banale première histoire d’amour, mais le thème est beaucoup plus profond. Dans un récit rempli d’humour et heureusement que les deux meilleurs amis étaient là, j’ai adoré leur complicité, notamment Lola, qui va tenter d’aider Henry à comprendre cette jeune femme brisée qui semble inaccessible. J’ai beaucoup aimé le personnage de Henry, il est parfois maladroit mais il est sincèrement touchant dans sa démarche et sa difficulté à exprimer ses sentiments ne l’empêche pas de se dépasser. Je ne suis pas une grande fan de Grace, il y a une part de curiosité, mais plus les semaines passent et moins j’ai apprécié son attitude, elle est en détresse et comme Henry on veut l’aider à s’en sortir, mais je suis loin d’accepter les choix qu’elle fait et sa manière de gérer la situation m’a mise mal à l’aise, l’auteur n’hésite pas à mettre quelques touches d’humour, indispensable pour alléger le cœur.

Peut-être que ma perception aurait été différente si elle avait été narratrice de cette histoire, mais les dégâts sont bien réels et même s’il y a une grande part de vérité dans la morale de cette histoire Grace m’a déçue à souffler le chaud et le froid, alors même qu’ils n’étaient qu’amis. Néanmoins l’écriture de l’auteur est entraînante et m’a permis de ressentir de vraies émotions, J’aimerais beaucoup la découvrir la plume Krystal Sutherland dans un autre roman pour voir si elle aborde son récit avec autant de justesse.

Celle dont j’ai toujours rêvé | Meredith Russo

img_20170226_160410_453celle-dont-jai-toujours-reveWOW. Je comprends l’engouement qu’ont les lecteurs pour cette fabuleuse histoire. J’ai eu peur en lisant le résumé, car je trouvais qu’il en disait trop et je ne voulais pas me retrouver avec une histoire résumé en quatrième de couverture. Et puis dès le premier chapitre j’ai senti le courant passait bien, tant avec la plume qu’avec cette héroïne incroyablement courageuse et belle dans tous les sens du terme.

Rédiger cette chronique a été compliqué, notamment car le thème de cette histoire est central au roman donc il est difficile de vous cacher ce que vit Amanda, mais en même temps j’aimerais donner une chance à cette histoire de susciter votre curiosité sans que l’histoire puisse être un frein, pour de nombreuses raisons : préjugés, désintérêt ou rejet. Avant d’approfondir les détails de cette chronique, j’aimerais simplement vous dire à quel point cette histoire est touchante et le message bouleversant. Amanda a dû se battre pour en arriver là et la voir épanouie est la plus belle des récompenses.

Après une adolescence éprouvante, Amanda Hardy a enfin l’occasion de tout recommencer dans un parfait anonymat. L’objectif est simple, obtenir son diplôme en restant la plus discrète possible et surtout ne pas attirer l’attention. Pourtant comme toutes les jeunes filles, elle souhaite s’intégrer, se faire des amis et un jour être aimée pour celle qu’elle est vraiment. Son arrivée ne va cependant pas passer inaperçu et son physique va attirer l’attention, à commencer par Grant. Malgré sa réserve, il parvient à s’approcher suffisamment près d’elle pour qu’elle baisse sa garde. Pour la première fois de sa vie, elle a le sentiment que quelque chose de bien peut lui arriver et elle va pouvoir compter sur ses trois premières amies  : Layla, Anna & Chloé, pour lui donner le sourire et l’aider à vivre pleinement sa vie.

A force de passer du temps avec Grant, Amanda va progressivement achever de devenir celle dont elle a toujours rêvé. Cette confiance qui va s’instaurer va se faire progressivement, mais pour la première fois de sa vie elle n’est pas seule et malgré le déchirement de ses pensées, j’ai trouvé cette histoire incroyablement belle. Le récit m’a beaucoup ému notamment, car la souffrance d’Amanda et ses pensées sont le reflet de tout ce qu’elle a subi et il est difficilement concevable que des personnes puissent être si cruelles.

En bref, une histoire percutante qui aborde un thème avec justesse et émotion. A travers le récit d’Amanda le lecteur va découvrir avec douleur ce qu’à traverser la jeune femme et le courage dont elle fait preuve pour enfin être celle qu’elle a toujours rêvée d’être. A aucun moment le récit ne rentre dans le voyeurisme et la pudeur avec laquelle Meredith Russo aborde un thème encore méconnu dans la littérature jeunesse en France. La sensibilité qui ressort de cette histoire ne vous laissera pas insensible. Celle dont j’ai toujours rêvé c’est l’histoire d’une jeune fille incroyable, qui se sent différente et qui va grâce à l’amour et l’amitié va réaliser qu’elle a comme n’importe qui le droit au bonheur. J’ai terminé ce roman avec les larmes aux yeux et je sais que ce n’est qu’une fiction, mais on a besoin de plus d’histoires avec un message aussi fort.

Lucie