Jeu d’inconscience | Jennifer L. Armentrout (Jeu de Patience #6)

Résumé :
La vie de Jillian Lima a été littéralement bouleversée lorsque Brock, son amour d’enfance, l’a quitté. Après six années à vivre dans des souvenirs emplis de douleur et de regrets, Jillian vient de décrocher un job dans l’école d’arts martiaux de son père. Bien décidée à reprendre sa vie en main, elle accepte un premier rencart. Et tandis que Brock resurgit dans sa vie – plus beau que jamais – parviendra-t-elle à lui faire de nouveau confiance ?

Le tome de la conclusion, celui qu’on attend et redoute à la fois, car le temps des adieux est arrivé. Je dois vous avouer que j’étais partagé concernant ma lecture, d’un côté j’avais envie de n’en faire qu’une bouchée et de l’autre, j’ai tenté de faire durer le plaisir, mais très franchement difficile de reposer ce livre une fois qu’on s’est laissé embarquer par l’histoire. Il est parfois plus appréciable, de laisser les mots vous emporter.

Il y a 6 ans, en une nuit la vie de Jillian Lima a été bouleversée. A commencer par son cœur qui s’est brisé à cause de son ami d’enfance Brock, cette même nuit un évènement terrible à briser à jamais la vie qu’elle a toujours connue. Aujourd’hui malgré les années à se remettre, ses souvenirs sont toujours aussi vifs et elle commence tout juste à reprendre sa vie en main. A commencer par ce poste dans l’école d’arts martiaux de son père, l’entreprise familiale a toujours été la finalité à la fin de ses études et ce job c’est l’occasion de retrouver cette confiance qu’elle a perdue cette fameuse nuit. Cependant, elle n’était pas préparée à voir ressurgir Brock dans sa vie.

Jillian dégage une certaine fragilité et son passé, l’a rendu méfiante et discrète, c’est totalement le genre d’héroïne que j’apprécie découvrir. Dès le début, son authenticité m’a séduite et elle a cette manière de vouloir se cacher, qui m’a parfois rendu triste pour elle. Elle est en vraie remise en question et elle veut s’en sortir, mais parfois les peurs sont plus fortes que tout, alors voir la force qui la pousse à se faire violence pour quitter sa solitude c’est à la fois un crève cœur et une fierté. Revoir Brock va s’avérer difficile, car il va faire remonter les souvenirs.

D’ailleurs Brock ne va pas hésiter à avoir Jillian à l’usure et il est bien décidé à revenir dans sa vie, ce qui est totalement craquant, mais au vu des bribes de souvenirs de Jillian, on a envie de la protéger et cette masse de muscles, va s’avérer aussi doux qu’un agneau, avec un sex appeal inégalable. A force de persuasion, l’ex-fighter va réussir à passer les défenses de la jeune femme, mais l’équilibre va rester précaire et malgré un manque de confiance évident, l’amitié va renaître et il ne va pas hésiter à la séduire de la plus douce des manières. Le fait qu’ils se connaissent enlève une part de séduction, mais on est malgré tout dans une phase de flirt poussé.

Ce n’est pas forcément un coup de cœur, mais à chaque fois que je lis un roman de Jennifer L. Armentrout, son écriture agit comme une formule magique et c’est avec le plus grand des plaisirs, que je laisse les personnages me conter leurs histoires. J’ai apprécié cette façon de boucler la boucle, Avery c’est le commencement et elle vient apporter son soutien à Jillian, comme on lui a porté secours dans Jeu de Patience. Difficile, voire impossible de détrôner Cam de son rang de book boyfriend ultime, mais si on fait un rapide bilan après 6 tomes riches en émotions, je conçois que Jax ne soit pas bien loin. Bien évidemment, chacun de ces couples m’a marqué à sa manière et chaque histoire restera gravée comme l’une de mes premières séries New Adult, celle à l’origine de tout. Six tomes de joies, d’amitié et de beaucoup d’Amour, qui laisseront une trace dans mon cœur de lectrice.

Retrouvez mon avis sur Jeu d’indulgence #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Jeu d’imprudence #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Jeu d’attirance #5 ICI
Lucie
Publicités

A Huis Clos | Jennifer L. Armentrout (Frigid #1)

Petit pincement au cœur en terminant cette lecture, car pour la première fois le talent de cette auteur n’est pas totalement exploité. J’ai toujours été habituée à des histoires addictives, originales et avec des personnages réalistes, or même-si là le récit est plutôt agréable il n’est clairement pas parmi les meilleurs romans de Jennifer L. Armentrout, tout en étant restant une romance sympathique.

Alors qu’ils sont amis depuis leur enfance, Sydney ne cesse de rêver qu’un jour Kyler va enfin voir que sous les traits de sa meilleure amie, ce cache une jeune femme de vingt-et-un ans, désespéramment amoureuse de lui et bien que les années passent ses sentiments ne cessent de grandir. Seulement dans la réalité, Kyler est un homme qui ne passe pas inaperçu et il n’est pas du genre à fermer les yeux lorsqu’une jolie fille vient se frotter à lui. Bien que la situation devient de moins en moins supportable Sydney, préfère conserver une amitié solide plutôt que tout risquer pour des sentiments qu’elle sait non partagés.

Comme chaque année à l’approche des fêtes de Noël, Kyler, Sydney et leur groupe d’amis prennent la route pour le chalet du jeune homme. Cette année, alors que l’ambiance semble électrique entre les deux amis, ils décident de ne pas changer leur habitude et faire la route ensemble, seulement les choses ne vont pas se dérouler comme prévu. A commencer par cette énorme tempête de neige qui va les contraindre à un huis clos dont ils se seraient bien passé, entre malentendus, disputes, attirances les deux jeunes gens vont découvrir que se retrouver tous les deux peut tout chambouler et remettre en question leur relation.

Globalement cette lecture m’a fait passer un bon moment, mais dès le début j’ai été assez agacée par certains clichés et je n’ai pas eu trop d’affinités avec les héros qui sont beaucoup trop stéréotypés. C’est un peu facile le beau gosse qui fait tomber toutes les filles et qui a une relation fusionnelle avec sa meilleure amie, leur relation est dans la possessivité alors rapidement lorsqu’elle est approchée par un homme, il va montrer les crocs, alors que de son côté il ne se gêne pas pour passer d’une fille à l’autre. J’ai trouvé leur relation un peu bancale, de son côté il est conscient de la présence de Sydney, mais il ne la voit pas réellement. C’est difficile à expliquer, mais j’ai eu l’impression qu’ils se connaissent seulement depuis quelques semaines, j’ai du mal à concevoir qu’après des années à se fréquenter, à grandir ensemble, connaître les premières expériences, ils ne se connaissent pas par cœur l’un et l’autre, c’est la même chose du côté de Kyler, qui ne voit pas quand il blesse sa meilleure amie, ça me semble improbable.

Parce qu’on ne va pas se mentir, les sentiments de Sydney sont flagrants et il faut être aveugle pour voir à quel point cette situation la ronge. Elle s’isole, ne veut pas être à proximité des conquêtes de son meilleur ami, se désespère de trouver une nouvelle femme à son bras chaque soir et elle en devient parfois un peu pathétique, parce qu’elle n’arrive pas à voir au delà de celui qu’elle sait qu’elle n’aura jamais. Alors oui, je sais les sentiments sont incontrôlables, mais elle ne fait rien pour changer la situation et lorsqu’elle essaye de faire le premier pas elle se ridiculise. J’ai l’impression d’être dure avec elle, mais j’ai eu du mal avec son personnage qui se pose un milliard de questions et qui même quand les choses vont dans son sens trouve le moyen de paniquer pour autre chose et d’en faire des montagnes pour une simple phrase.

Ma chronique semble un peu dure, mais je vous assure que l’histoire n’est pas si terrible et la romance à ses bons côtés. Je reproche surtout à l’histoire un manque de réalisme et les réactions parfois puériles des héros. La plupart des scènes qui pourraient expliquer ce qui m’a dérangé seraient trop ancré dans l’histoire donc il est difficile de vous retranscrire ce qui m’a dérangé, mais on voit bien que Jennifer L. Armentrout tente d’introduire une intrigue, qui est plutôt un prétexte au rapprochement des héros, mais ça reste bien tenté et même si le suspense n’est pas insoutenable ça rajoute un peu de consistance à l’histoire. Malgré une bonne histoire, il m’a manqué l’originalité et l’addictivité à laquelle j’avais été habituée.

Rowdy | Jay Crownover (Marked Men #5)

C’est toujours un vrai bonheur d’attendre le prochain tome d’une série chouchou. Je remercie énormément les adorables attachées presses de chez Hugo Roman, car Marked Men fait partie de ces sagas qui auront marqué ma vie de lectrice. Je me rends compte, que j’ai énormément de chose à dire, alors que Rowdy est jusqu’ici resté très en retrait dans les autres tomes. Ce qui est intéressant avec ce tome, c’est que Jay Crownover a réussi à me rendre curieuse d’un personnage qui était tellement discret, que j’étais à la fois impatience et soucieuse de découvrir ce que l’histoire allait me réserver.

A l’image des tomes précédents, l’enfance de Rowdy s’est passé dans l’indifférence la plus totale jusqu’à ses dix ans. Alors qu’il était un petit garçon triste et seul, ses deux voisines vont lui offrir la chance de s’épanouir comme tous les petits garçons et cette rencontre va être déterminante dans sa vie. Rapidement il tombe sous le charme de Poppy la plus jeune et se lie d’une amitié intense avec Salem la plus grande. Alors que leur situation n’est pas enviable l’un à l’autre, il développe un fort lien qui va les amener à se confier pendant les moments difficiles, comme s’ils s’étaient toujours connu.

Ce lien va se briser quand Salem abandonne sans une explication sa vie au Texas, laissant Rowdy seul. Désireux de s’en sortir, il décide de montrer à Poppy qu’elle n’est pas obligée d’écouter son père en étant une petite fille modèle, mais la situation va dégénérer et le jeune homme va à son tour tout quitter pour se consacrer à sa passion pour le dessin et faire une rencontre déterminante avec Phil Donovan.

Aujourd’hui le petit garçon a bien grandi, et il peut se féliciter d’être devenu un homme intègre, qui peut enfin laisser libre cours à son don pour le dessin. A l’image de ses frères de cœur, le jeune homme n’hésite pas à user de ses charmes et ne se gêne pas pour obtenir ce qu’il désire avec la plus grande facilité. Désormais heureux et casé, le petit groupe va pourtant se faire du souci pour leur ami, qui semble avoir du mal à se poser avec une femme. Quand son passé va franchir la porte du salon de tatouage, il va prendre une claque mémorable et tenter de rester éloigner de celle qu’il n’a jamais pardonnée de l’avoir quitté.

Salem Cruz a été élevé dans la religion par un père tyrannique qui voulait simplement que ses filles rentrent dans le moule, alors que sa jeune sœur est prête à tout pour être une fille modèle, Salem est étouffé par les obligations et ne supporte plus de ne pas pouvoir être celle qu’elle a toujours rêvée d’être. A 18 ans, elle décide de tout laisser derrière elle et malgré les regrets elle n’oubliera jamais celui qui a fait battre son cœur de jeune femme. Malgré dix années écoulées, Salem va voir une opportunité de se racheter et de se rapprocher de Rowdy. Même si le jeune homme semble vouloir la tenir à distance, elle va tenter de lui prouver que même s’il a grandi en ne voyant en elle qu’une simple amie, elle est prête à tout pour qu’il lui pardonne et lui laisse sa chance. Cette amitié particulière, c’est aujourd’hui transformé en une attirance puissante, qu’ils vont avoir bien du mal à ignorer.

Je dois admettre que Rowdy aurait presque pu rivaliser avec les frères Archer et il peut se féliciter d’avoir atteint le top 3 de mes Marked Men chouchous sans même que je m’y attende.  Ce qui m’a sauté aux yeux, c’est la complémentarité de ces deux personnages, même en étant dix ans sans se voir, leur passé commun est ancré dans leur vie d’adulte et lorsqu’ils vont enfin se donner une chance, j’ai aimé avoir à quel point ils ne pourraient plus jamais avoir le sentiment de se sentir seuls. Rowdy est un homme passionné d’une grande gentillesse, son charme associé aux descriptions de Jay Crownover rend ce héros diablement sexy, avec une part de vulnérabilité qui le rend attachant et unique. Il fait partie des personnages les plus posés du groupe et malgré son côté secret, il est prêt à tout pour ceux qu’il considère comme sa famille. Il a une manière de croire en Asa qui m’a également redonné confiance en ce personnage qui avait pourtant conservé une image assez négative depuis le tome 2 et c’est appréciable pour savourer le prochain.

Après cinq tomes, Jay Crownover arrive encore à me surprendre. Ces hommes et ces femmes que nous avons suivi, sont désormais une famille et l’intérêt de cette série, c’est que chaque tome arrive à apporter un élément nouveau tout en conservant les codes que l’auteur s’était fixé. L’univers du tatouage rend la lecture intense et ses personnages font rapidement grimper la température. Même s’il est difficile de ne pas émettre des comparaisons, toutes ces histoires, ces personnages qui nous ont fait passer par toutes les émotions m’ont marqué à leur manière et même s’ils se démarquent les uns des autres, certains personnages m’ont plus touché que d’autres. Un tome qui fait honneur à cette série riche en émotion.

Retrouvez mon avis sur Rule #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Jet #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Rome #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Nash #4 ICI

Affaire non classée | Emma Chase (Sexy Lawyers #3)

img_20170213_132817_092ExcellentAprès deux saisons proches de l’orgasme judiciaire et des personnages toujours plus touchants, Hugo Roman et ses adorables éditrices m’ont envoyé ce sensationnel troisième opus. Je l’attendais depuis plusieurs mois et voilà que Brent a été à la hauteur de toutes mes espérances et bien plus encore. Il faut dire que ce personnage m’avait déjà tapé dans l’œil dès que je l’avais découvert, mais j’étais loin d’imaginer une romance digne d’un conte de fées qui ravira les plus romantiques.

Difficile de passer après le deuxième tome, qui avait été une réelle surprise et rivalisé avec la bande de petits monstres semblaient difficiles et pourtant bien que différents, la magie Emma Chase a de nouveau opéré et l’amour a encore une fois surpassé les attentes de mon petit cœur. Et puis on en parle de toute la bande réunit qui comblent leurs petites femmes, ainsi que leurs moments de complicité ?

Je crois que je peux vous dire que je suis amoureuse. Mon Dieu, Brent est totalement adorable et sous cette carapace qui dégaine les blagues à la seconde, se cache un homme fort et même s’il a dû surmonter une épreuve difficile, il en est ressorti plus fort. Au cours d’un dossier qui lui tient particulièrement à cœur il va être amené à retrouver Kennedy devenue procureur. Afin de retrouver la complicité qu’ils avaient étant adolescent, il va tout tenter pour séduire la jeune femme qui de son côté semble bien décidé à ne plus vouloir entendre parler de lui. Décidé à séparer professionnel et privé, il va redoubler d’inventivité pour prouver par les actes qu’il est prêt à tout pour qu’elle abaisse ses barrières qu’elle a érigé.

Kennedy est une jeune femme brillante et si ses années de lycée lui ont laissé des séquelles, elle est aujourd’hui une femme sûre d’elle prête à tout pour gagner un procès. La jeune fille à lunette timide est bien loin derrière, face à Brent se retrouve une redoutable séductrice qui est devenu une personne froide. Pourtant lorsqu’on creuse un peu, les insécurités de la jeune femme sont loin de correspondre à cette nouvelle confiance. A chaque étape, la jeune femme que nous allons découvrir, va progressivement retrouver cette part d’elle-même qu’elle avait perdue. Sans compter que ce tome, est davantage axé sur l’aspect juridique et j’ai adoré l’affaire en cours, qui montre le couple de héros, plus féroce et drôle que jamais.

En conclusion, je pense que je peux pousser un soupir général à cet homme extraordinaire qui m’a totalement rendu jalouse. Il a tout ce qu’il faut, cette patience, son attitude, ses actions et ce charme indescriptible rendu complètement accro. Certes il est moins brutal qu’aurait pu l’être ses associés, mais cette douceur fait de lui un incroyable partenaire. Cette lecture n’a été que plaisir, romantisme, amour et sourire. En d’autre termes, je veux un Brent ! Accessoirement rajouter lui la tribu de Jack et moi je suis à ses pieds, parce que ses interactions avec les enfants ça frôle hyperventilation tellement c’est sexy.

Retrouvez mon avis sur Objection #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Sous Influence #2 ICI
Lucie

Leo | Mia Sheridan (#1)

LéoBonAprès un magnifique coup de cœur pour Archer’s Voice, j’étais à la fois effrayé et curieuse de découvrir ce que l’auteur était capable de faire. Alors déjà pour affronter une nouvelle histoire, rien de mieux que les copines pour une LC et on peut dire heureusement la copine Fanbooks76 était là parce qu’on se sentait seules à lever les yeux au ciel. Le problème quand on tombe amoureuse d’une histoire, c’est que s’essayer à autre chose est sans arrêt remis en question à force de comparaison. Les premiers avis n’étaient pas mauvais, mais clairement moins élogieux alors c’est avec appréhension que je me suis lancée dans cette nouvelle histoire, dont je ne savais pas grand-chose de l’intrigue.

Evie et Léo se sont rencontrés lorsqu’ils étaient enfants, tous les deux placés dans une famille d’accueil, ils ont appris au fil des ans à se connaître et à se faire confiance. En grandissant, bien qu’encore adolescent ils ont commencé à tomber amoureux, mais lorsque Léo est adopté il promet à Evie de revenir la chercher lorsqu’elle aura dix-huit ans, afin qu’ils puissent faire leur vie ensemble. Seulement, après cette promesse, elle n’entendra plus jamais parler de Léo et devra se débrouiller seule.

A sa majorité, malgré les difficultés Evie a réussi à prendre sa vie en main et aujourd’hui après huit années sans nouvelles de Léo, sa vie semble enfin prendre la bonne direction. Pourtant depuis quelque temps, elle remarque un homme qui semble l’observer, lorsqu’il lui avoue que Léo l’a envoyé pour prendre de ses nouvelles après toutes ces années, elle est déstabilisée, mais c’est surtout les sensations qu’elle éprouve lorsqu’elle se trouve à proximité de cet inconnu qui va la secouer.

Je dois donc qu’on est loin des émotions que j’avais ressenties en découvrant Archer, alors qu’au début j’étais contente de retrouver la plume de Mia Sheridan, rapidement le style d’écriture m’a posé question et notamment les descriptions sans aucun intérêt qui vient alourdir l’histoire. Je me suis néanmoins beaucoup attacher au personnage d’Evie, sa combativité force à l’admiration et son parcours a été difficile, mais elle peut être fière d’en être arrivé là toute seule. Sa rencontre avec cet inconnu va tout d’abord la replonger dans ses souvenirs et puis elle va se laisser gagner par la confiance et le laisser entrer dans sa vie, même si avec son parcours, je m’attendais à plus de réserves. Tout l’intérêt du jeu de séduction et accessoirement ma partie préféré des romances, est totalement absente tout simplement, car ils succombent en se connaissant à peine et moi ça me frustre.

Malgré le mystère qui entoure le personnage principal j’ai été assez déçue de la rapidité à laquelle la relation commence. Nous sommes loin de la douceur et l’apprivoisement de son précédent roman. C’est difficile à expliquer, mais tout mon corps criait sa désapprobation, tout va beaucoup trop vite et j’ai à peine eu le temps d’assimiler qu’elle s’ouvrait enfin à quelqu’un, qu’elle avait déjà les cuisses écartées. J’exagère un peu, mais le sexe occupe une place un peu trop importante dans cette histoire, au détriment de la profondeur des dialogues et pourtant on ne peut pas dire que les mystères qui entourent nos héros soient petits. Les secrets sont présents et pourtant rien n’éclate au grand jour et Evie, si combative ferme trop facilement les yeux et ça aura eu le mérite de me faire grincer des dents.

En bref, malgré une lecture prenante et un besoin d’avoir des réponses, on ne peut pas dire que je sois totalement satisfaite de ma lecture. Alors oui, Mia Sheridan est douée et cette histoire est agréable à lire, mais tout ce qui se déroule dans cette histoire manque cruellement d’émotions et même lorsque Evie évoque son passé, elle le fait d’une manière tellement détachée qu’on a du mal à vraiment éprouver la moindre triste pour elle, ce qui est très curieux, car elle a vécu des choses difficiles. Peut-être que je l’aurais trouvé meilleur si je n’avais pas lu Archer’s Voice en premier, toujours est-il que la comparaison est inévitable et il est clairement en dessous, et ce malgré l’histoire satisfaisante. Je voudrais également revenir sur un passage entier qui a été retiré de la traduction et après vérification il est bel est bien présent dans la version originale donc là je ne comprends pas ce qui s’est passé.

Lucie