Toi + Moi + Lui | Tijan

Loin d’être une grande fan des triangles amoureux j’ai pourtant craqué pour cette adorable petite romance. J’ai trouvé que le résumé était un peu éloigné de mon ressenti de l’histoire, en effet l’histoire se déroule principalement à la fac et la cohabitation forcée est loin d’être aussi épicée comme annoncé, pour la simple et bonne raison qu’elle s’est déroulée l’année précédente suite à un remariage.

L’année dernière a été difficile pour Summer Stolz, elle a perdu sa mère des suites d’une longue maladie, son père s’est remarié et même si, il semble épanoui, l’heureuse élue n’est autre que la mère de celui dont elle est amoureuse depuis le collège Kevin Matthews. Il est aussi populaire qu’elle est invisible aux yeux de tous et ses sentiments ne vont faire que grandir, désormais la situation va changer puisqu’elle débute son année universitaire et elle est persuadée qu’elle a une occasion de pouvoir être avec son demi-frère.

Les choses ne vont pas se passer comme prévu puisqu’elle va réaliser que Kevin semble décidé à ne pas lui prêter attention et se consacre à sa toute nouvelle copine du moment. Bien que son cœur soit brisé, cette rencontre va la conduire à faire la connaissance de l’insaisissable Caden Banks qui semble avoir sa petite réputation sur le campus et qui malgré un premier contact houleux va s’avérer n’être pas aussi connard qu’elle l’imaginait. Il faut dire que Summer a tendance à se fier aux apparences et elle va se rendre compte qu’à l’inverse de son demi-frère certaine popularité sont différentes et à son contact, elle va réaliser que des sentiments vont voir le jour la plongeant dans une réflexion un peu confuse.

Summer est une héroïne qui manque parfois de maturité, mais qui globalement m’a laissé une très bonne impression, sa simplicité et sa manière de toujours trouver le mot pour rire en font un personnage qui favorise l’attachement, même si par moments j’avais envie de la secouer face à tant de naïveté, elle est guidée par des sentiments forts et c’est en partie à cause du comportement de Kevin. J’ai été ravie de la voir s’ouvrir progressivement au contact de Caden, malgré sa tendance à ne pas voir plus loin que le bout de son nez, elle va finir par se montrer désintéressé. Et le moins qu’on puisse dire c’est que son nouvel ami va s’avérer être un personnage qui ne passe pas inaperçu, un physique de bad-boy, un côté mystérieux et une capacité à toujours venir à son secours vont suffire pour me faire succomber à son charme.

L’addictivité et la fluidité du récit ont immédiatement agi sur moi, l’ambiance m’a contaminé. J’avais envie de poursuivre l’aventure et j’ai eu du mal à le reposer, je déplore quelques moments qui manquent de maturité et Summer se comporte parfois comme une sale gamine, néanmoins on a envie d’en savoir davantage et lorsque les mystères sont dévoilés on retrouve avec plaisir un thème touchant. Après je ne vous cache pas que j’ai été habituée à des émotions plus brutes, mais la mignonnitude de la relation est là et c’est tout ce qu’il me fallait pour passer un bon moment avec une collection chouchou.

Jamais plus | Colleen Hoover

Je remercie Hugo New Romance

Colleen Hoover réussi sans mal à me laisser démunie à la fin de chacun de ses romans. Celui-ci ne fait pas exception, les frissons que cette lecture m’ont procurés sont assez indescriptibles. Depuis quelque temps, je ne lis plus tellement les résumés de cette auteure tout particulièrement, avant de démarrer une lecture, je me souvenais vaguement de l’intrigue lorsqu’il est sorti en anglais.  A vrai dire comme bien souvent il n’est pas représentatif de tout ce par quoi Colleen Hoover nous fait passer et j’en perds mes mots tellement il est criant de vérité et écrit avec la plus grande des sincérités.

Lily Bloom a été élevé dans un foyer où elle voyait sa mère subir la violence à répétition infligée par son père. Bien que les années soient passées, elle n’a jamais compris pourquoi sa mère acceptait de s’abaisser devant cet homme qu’elle détestait. Dès qu’elle en a eu l’occasion, elle s’est enfui pour Boston « Là où tout ira bien. », après un diplôme universitaire en poche, elle est aujourd’hui prête à prendre un risque et lancer sa propre boutique de fleurs. Elle fait la connaissance de Ryle, brillant neurochirurgien, malgré son aversion pour l’engagement, il est tout ce qui l’a toujours attiré, beau, ambitieux et sincère. Cette rencontre va la replonger dans son adolescence, alors que la vision qu’elle avait de son père ne cessait de changer, le jeune Atlas rentrait dans sa vie et laissait une trace indélébile dans le cœur d’une jeune fille. Pour la première fois depuis son adolescence, il est tempes de tourner la page et de commencer quelques choses d’extraordinaire avec un homme qui lui fait tourner la tête et qui lui fait ressentir des émotions délicieuses.

J’ai remarqué que les romans les plus touchants sont souvent ceux qui m’ont hantée, Colleen Hoover a cette capacité à captiver son lecteur dès le début. Ryle m’a faite forte impression dès que je l’ai rencontré, son caractère, sa manière de réagir ou tout simplement ce petit flirt qui s’instaure font immédiatement de cette romance une belle rencontre comme on les aime. On voit Lily et Ryle évoluer dans leurs emplois respectifs et s’épanouir dans leur relation sans ombre au tableau. Avec les nombreuses ellipses, j’ai tendance à trouver que leur histoire démarre un peu rapidement et qu’on a du mal à voir leur connexion, l’attirance est là et ça n’enlève rien à leur côté touchant, mais il m’a manqué l’étincelle, l’évidence.

Jamais Plus est un roman parmi les plus touchants de l’auteure, il est différent par bien des aspects. Je pense qu’il est important de découvrir l’authenticité du récit et surtout se préparer psychologiquement à aborder un thème difficile et destructeur. J’ai du mal à rassembler mes pensées afin que cette chronique soit cohérente, lorsque j’ai commencé ma lecture je n’étais pas préparée à vivre une histoire aussi intense. Lily est une héroïne incroyable, elle m’a embarquée avec elle et comme elle, j’ai eu l’impression d’être traversée par la foudre tant la situation est sombre. Elle se débat avec des émotions contradictoires, je me suis retrouvée dans certaine de ses réflexions et la puissance du récit donne à réfléchir.

Le récit est écrit avec tellement de justesse que ça m’a bouleversée en tant que femme, on ressent que l’écriture de ce roman a été éprouvante pour Colleen Hoover et je pense que c’est l’un des plus sincères de son répertoire et c’est justement parce que le sujet la touche personnellement qu’elle ne pouvait qu’en faire une petite merveille. J’ai du mal à vraiment définir ce que j’ai ressenti en lisant ce roman, c’est une lecture douloureuse qui m’a brisé le cœur. Même si ce n’est pas mon préféré, le récit est tellement poignant qu’il est impossible de rester de marbre. Je crois que je n’ai jamais été autant soufflée par une héroïne, j’ai eu l’impression d’être au cœur du récit. Je suis totalement en vrac et j’ai du mal à réaliser l’étendue des dégâts que cette lecture a provoqués, car je n’en ressors profondément marqué.

L’Opportuniste | Tarryn Fisher (Love Me with Lies, #1)

Il y a certains romans qui vous laissent une forte impression et des émotions décuplées, je termine celui-ci avec le sentiment d’avoir lu un roman inédit qui m’a surprise et j’ai été embarquée dès les premiers chapitres dans une histoire originale et déstabilisante, ce qui rend le récit encore plus addictif.

Olivia Kaspen est une héroïne unique en son genre, d’une froideur à toutes épreuves, elle n’hésite pas à manipuler ou mentir pour arriver au bout de ses objectifs. Ses certitudes ont volé en éclats lorsque Caleb Drake est entré dans sa vie et son cœur a fini en miettes lorsqu’il a quitté sa vie. Après trois ans a tenté de survivre, elle tombe par hasard sur lui, persuadé qu’il ne veut rien avoir à faire avec elle, elle tente de l’éviter sans succès. Réalisant que le jeune homme est amnésique elle se rend compte qu’une seconde chance s’offre à elle, même si c’est immoral, plus rien ne compte que de passer du temps avec Caleb.

Je pense que si vous êtes arrivé jusque-là c’est que vous réaliser qu’Olivia s’éloigne des héroïnes typiques et pourtant tous ses défauts je peux vous assurer qu’elle est une héroïne fragile et touchante comme on les aime. Elle a conscience de la barrière entre le bien et le mal, mais Caleb va se trouver sur son chemin et face à l’Amour de sa vie elle ne peut pas laisser passer cette chance de tout réparer. Intérieur elle va mener un combat qu’elle n’arrivera pas à gagner, entre la raison qui voudrait qu’elle se tienne éloigner de cet homme et l’Amour qui voudrait pouvoir retrouver ce qu’ils ont perdu il y a trois ans.

Caleb est un personnage qu’on a du mal à cerner, il faut dire que lui-même ne sait pas qui il est, mais il va se rapprocher d’Olivia malgré que une fiancée de sa vie d’avant. Tout ce qu’il pensait appartenir à sa vie ne le satisfait plus aujourd’hui et il a besoin de côtoyer Olivia, l’alchimie est évidente, mais la jeune femme rester à distance inatteignable, protégé par un mur. Il va nous montrer la meilleure part de lui-même et immédiatement on comprend les raisons qui ont poussé Olivia à manipuler pour en arriver là. Les premiers secrets vont nous être révélés et d’autres vont venir s’ajouter à l’intrigue.

Les nombreuses immersions dans le passé vont être primordiales pour comprendre le vécu de nos héros et le chemin parcouru. J’ai appris à comprendre Olivia et l’apprécier malgré ses mauvaises décisions. L’Amour est puissant et dans leur cas tout est tellement intense qu’à un moment quelque chose à cédé et l’émotion est palpable. En découvrant la scène qui a tout fait basculer j’avais le cœur serré, tellement impuissante de voir que tout s’est écroulé, alors le présent donne espoir. J’aurais pu facilement avoir un coup de cœur pour cette histoire, tant l’originalité et imprévisibilité m’ont plu, mais je le frôle de peu.

Hors la Loi | Tillie Cole (Hades Hangmen #1)

Un roman que je n’attendais pas particulièrement et qui aura réussi à me faire passer un très bon moment. J’ai souvent des avis en demi-teinte concernant les clubs de motards, notamment concernant certaines pratiques et ici, tout est tellement bien relaté que je n’ai pu que me laisser guider par le suspense du récit.

Nous suivis deux héros que tout oppose, à commencer par River Styx à la tête des Hades Hangmen. Il souffre d’un terrible problème d’élocution, alors pour éviter d’être le centre de l’attention, il n’hésite pas à se faire respecter grâce à ses points et personne au club n’oserait défier leur Président connu pour être sans pitié. Depuis la mort de son père, la seule personne avec qui il communique verbalement est son Vice-Président Kyler qui se charge d’être sa voix au sein du club. Après plusieurs années il retrouve Salomé, une jeune femme qu’il avait rencontrée pendant son enfance et qui lui avait forte impression, notamment à cause des conditions liées à leur rencontre. Blessée, la jeune femme semble avoir subi des violences et son état de santé précaire. Subjugué face à la jeune femme, il va d’abord lutter, puis progressivement se laisser attendrir face à la situation particulière de la jeune femme, qui est démunie face à un monde qu’elle n’a jamais côtoyé, qui la dépasse complètement et la force à tout réapprendre.

Face à un contexte qui sort quelque peu de l’ordinaire, j’ai été ravie de pouvoir me reposer sur un glossaire en début de roman. Il est parfois complexe de s’y retrouver et pour bien situer l’intrigue, je n’ai pas hésité à me reporter aux renseignements fournis pour ne pas être dépassé par les appellations qui sont assez nombreuses. Ce qui m’a avant tout séduite, c’est la manière dont les faiblesses des héros vont s’avérer être leur plus grande force. Traumatisé par un bégaiement Styx a tout simplement décidé de ne plus prononcé un mot et pour être respecté dans un monde de bikers, il ne va pas hésiter à user de sa force physique. Il est vrai que la violence est évoquée dans ce roman, mais l’auteure n’entre jamais dans des descriptions morbides. Il faut dire que chez les Hades Hangmen il ne faut pas s’attendre à découvrir un club pacifiste, la règle est simple tuer avant d’être tué. On retrouve également un vocabulaire familier, avec des termes parfois crus, mais qui ne sont pas étonnants dans ce contexte et ajoute en crédibilité.

Lorsque Mae réalise qu’elle échange une prison contre une autre, la peur va s’insinuer dans son esprit et il va falloir redoubler de patience pour la tranquilliser face à tous ces motards tatoués pas toujours très rassurants. J’ai beaucoup aimé cette manière qu’à Styx d’être déchiré face à son attirance, il faut dire que son mode de vie est loin d’être paisible et il ne cache pas lui-même si attirance pour les femmes, l’alcool et la violence. Pourtant réalisant qu’elle peut lui accorder sa confiance, Mae va nous révéler une force de caractère inattendu, on va réaliser que face aux épreuves, elle s’est forgé une carapace qui lui a permis de s’en sortir et même si l’inconnu est effrayant, j’ai trouvé qu’elle s’adaptait plutôt bien à sa nouvelle vie malgré son éducation qui l’a bousillé et Styx a beau n’en faire qu’à sa tête, il a tout pour plaire.

Ce roman ne conviendra pas à tous les lecteurs, en particulier à cause du contexte violent et de la présence de scènes qui pourrait choquer, tant par son vocabulaire cru, que par la violence omniprésente. Pour ma part, c’est justement parce que ce roman prend des risques que j’ai appréciée me plonger dans un univers plus sombre, mais en même temps avec une romance qui nous montrer à quel point un biker peut être intense lorsqu’il aime une femme. Une écriture fluide qui permet d’adhérer rapidement au récit et une double narration addictive qui offre un aperçu des pensées de nos héros. Bref tout pour me plaire et j’ai hâte de découvrir les prochains tomes qui m’ont l’air tout aussi savoureux avec cette aura de danger.

Butterfly Dreams | A. Meredith Walters

Date de sortie : 10 mai 2017

Je remercie les Éditions Harlequin et NetGalley France pour ce roman, je suis tombée amoureuse de cette couverture, alors je suis d’autant plus déchiré face à mon ressenti. J’ai le cœur brisé de ne pas avoir réussi à rentrer dans cette histoire, j’avais tellement d’attente et les premiers avis étaient tellement encourageants que c’était l’une des sorties que j’attendais le plus et me voilà totalement désarçonné à ne plus savoir quoi penser de cette romance qui a pourtant les codes pour plaire aux fans de New Adult.

Corin a vingt-cinq ans et malgré une boutique dont elle est fière, sa vie est loin d’être aussi apaisante qu’une jeune femme de son âge devrait vivre. Depuis la mort de sa mère, suivi par celle de son père peu de temps après, Corin à une peur panique de la mort. Tous les prétextes sont bons pour découvrir des symptômes inquiétants, des maladies graves avec pour seule issue la mort. Pensant que sa patiente pourrait souffrir d’un problème cardiaque, le médecin de la jeune femme va l’adresser à un groupe de soutien de malade cardiaque. D’abord en retrait, la jeune femme va rencontrer l’optimiste Beckett, qui a réchappé à une crise cardiaque. Ils n’ont rien en commun pourtant le destin va les réunir.

J’ai eu un mal fou à apprécier Corin, certes sa situation n’est pas évidente, mais je l’ai trouvé extrêmement nombriliste et jusqu’à sa rencontre avec Beckett on ne peut pas dire qu’elle se préoccupe beaucoup de ceux qui l’entourent. Ce n’est pas une mauvaise personne, seulement ses problèmes occupent une place importante dans sa vie et justement, cela explique sûrement pourquoi elle est si seule. Après, elle a des circonstances atténuantes et il y a quand même un côté triste à son histoire. Sa rencontre avec Beckett va lui offrir une nouvelle perspective et son optimisme va venir remettre question sa manière de voir la vie. Il est vrai que la romance est attendrissante, mais il m’a manqué les papillons si souvent évoqués.

Jusqu’ici le pitch à tout pour plaire et j’étais hyper emballée de le débuter, je me suis jetée dessus et j’étais persuadée de vivre une lecture intense comme je les aime. Malheureusement ça ne s’est passé comme ça, rapidement j’ai ressenti une forme d’ennui dans ma lecture, notamment, car les héros sont dans une sorte de réflexion et même si les dialogues sont présents ils ne sont pas assez percutants. Je déteste abandonner les lectures et vu que l’histoire était malgré tout mignonne j’avais l’espoir que le sujet allait être bouleversant. Je ne saurais expliquer si le problème vient de moi, de l’écriture, du sujet ou tout simplement parce que ce n’était pas le bon moment pour cette lecture. J’ai terminé ma lecture en diagonale, car je n’avais pas envie d’y passer trop de temps sachant que je n’accrochais pas à l’univers, mais je ne doute pas qu’il trouvera son public. Toujours est-il que je suis complètement passé à côté de cette romance et malgré le sujet terrible, ce n’est que vers la fin que j’ai éprouvé quelques émotions.