Fantasy, Young Adult

Les Orphelins du royaume | Leigh Bardugo (Grisha #1)

Résumé :
OMBRE. GUERRE. CHAOS.
Un royaume envahi par les ténèbres. Une élite magique qui se bat sans relâche contre ce mal.
Des citoyens envoyés en pâture aux créatures qui peuplent le Shadow Fold. Parmi eux : Alina Starkov.
ESPOIR. DESTINÉE. RENOUVEAU.
L’avenir de tous repose sur les épaules d’une orpheline qui ignore tout de son pouvoir. L’Invocatrice de lumière.

Je fais les choses un peu à l’envers, mais après avoir découvert et adoré la série Six of Crows, il fallait absolument que je revienne aux bases de cette saga et que je débute la série Grisha. L’univers est absolument fascinant et on se laisse facilement porter par l’histoire et prend plaisir à découvrir un monde imaginaire bien construit et qui ne laisse pas le lecteur en reste avec un récapitulatif et une carte pour les amateurs de ce type d’univers.

L’histoire débute par un retour dans le passé d’Alina Starkov et de son acolyte de toujours Mal, tous les deux ont grandi dans un orphelinat se soutenant l’un et l’autre. Nous les retrouvons plusieurs années plus tard toujours amis, mais plus ou moins séparés par leur fonction au sein du régiment de l’armée. Alina est une apprentie cartographe discrète, sans talent particulier et qui parvient à se fondre dans le décor. Lorsque son régiment est confronté à la Nappe, un brouillard sombre qui sépare le pays en deux et om quiconque n’est jamais ressorti vivant à cause de créature qui les attaque. Face au danger, elle va user d’un grand pouvoir et révéler qu’elle est une Grisha et qu’elle est passé entre les mailles du filet lorsqu’elle était enfant et qu’elle pourrait bien être la solution.

Bien évidemment ce nouveau statut va être assez perturbant, car elle n’a jamais voulu se mettre en avant et pour elle il est inconcevable qu’elle puisse être l’’Invocatrice de lumière. Et pour assurer sa protection elle va quitter l’armée et être conduite au Palais où la vie n’a rien à voir avec ce qu’elle a connu. Elle va voir du mal à s’acclimater au début et on va la voir tenter de se faire sa place et gagner en assurance grâce à un apprentissage intense. J’ai apprécié la manière dont son personnage est développé, d’un côté elle a cette part de sensibilité qui l’émerveille de tout ce qu’elle voit, mais elle en conservant une grande lucidité, malgré l’attraction qu’exerce le Darkling sur elle.

Le Darkling est un personnage sombre qui détient un immense pouvoir et indéniablement il est dangereux, le mystère qui l’entoure en fait un personnage assez captivant et il va développer un attrait pour Alina, difficile à ce stade de déterminer ce qui est vrai et ce qui est calculé, mais c’est un personnage très bien construit avec un caractère bien trempé et une aura impressionnante. Un second personnage masculin va se démarquer, il s’agit du meilleur ami Mal. Même si ce premier opus ne s’est pas trop intéressé au développement de son personnage, je suis curieuse de découvrir ce que la suite nous réserve à son sujet. On peut dire que les bases ont été posé et que la suite devrait approfondir l’intrigue et les personnages qui gravitent autour.

L’univers est riche et l’histoire prometteuse, la narration à la première personne me plaît davantage que celle dans SoC qui m’avait peu dérangé et ça m’a permis de m’immerger dans l’histoire d’Alina plus facilement et de m’attacher à elle. Je vais me laisser le temps avant de lire la suite pour m’imprégner de ce monde et je peux déjà vous dire que j’ai commencé l’adaptation Netflix. Je trouve que ça aide mon imagination à visualiser les personnages, les costumes et le décor, car ça reste un monde complexe et c’est un petit plaisir.

Romance

Un peu plus d’amour que d’ordinaire | Emily Blaine

Résumé :
Il n’est jamais trop tard pour se créer des souvenirs
Valentine a toujours vécu dans l’ombre de son père, sportif de haut niveau. Pour limiter les séparations douloureuses au fil des déménagements, elle a décidé de rester à l’écart des autres. Aujourd’hui, son père a besoin d’elle  : atteint de la maladie d’Alzheimer, il nécessite une surveillance constante. Elle, qui a toujours fait en sorte de se débrouiller toute seule, n’a dès lors d’autre choix que de trouver quelqu’un pour l’aider.
Depuis qu’il a annoncé sa retraite alors qu’il est au sommet de sa carrière de rugbyman en Australie, Luke a besoin de faire le point sur sa vie. Ce job d’aide à domicile pour le sportif qu’il a longtemps vénéré tombe à pic, et il regorge d’idées pour stimuler la mémoire glissante de cet homme malmené par la maladie. Mais, lorsqu’il rencontre Valentine, Luke a envie de relever un nouveau défi : faire vivre à la jeune femme solitaire l’adolescence qu’elle n’a jamais eue.

Une romance mignonne comme on aime en découvrir, malgré un thème plus sombre et une histoire moins lumineuse, Emily Blaine parvient encore une fois à envouter avec une histoire délicate, touchante et pleine d’espoir.

Notre héroïne Valentine n’a pas grandi de manière classique, fille d’un célèbre rugbyman sa vie a été guidée par les déménagements, matchs et compétitions de rugby. Dès son adolescence, la jeune fille parvient à limiter la casse lors des séparations et parvient à rester à l’écart sans jamais s’impliquer dans des relations amicales. Aujourd’hui adulte, la jeune femme mène une vie solitaire et n’a toujours pu compter que sur elle-même. Lorsque la santé de son père atteint de la maladie d’Alzheimer se dégrade, elle est contrainte d’accepter une main tendue inattendue et vivre tout ce qu’elle a loupé dans son adolescence.

Alors qu’il est au sommet de sa carrière, Luke surprend tout le monde en annonçant qu’il prend sa retraite. Lorsque son meilleur ami lui apprend un heureux évènement, le jeune retraité décide de mettre ses interrogations de côté et de rejoindre la France pour faire le point sur sa vie, ses envies et ses projets. Sur place, il fait la connaissance de la fragile Valentine qui semble vivre dans son propre monde et maintenir à distance tous ceux qui tente de s’approcher. Fasciné par cette mystérieuse jeune femme, il se fait un devoir devenir son ami et lui faire vivre tout ce qu’elle a manqué.

A force de persuasion il arrive à franchir les barrières qu’elle a construite la jeune femme et décide de lui venir en aide, lorsque son père ancienne gloire du rugby nécessite une surveillance constante. Valentine a une relation très touchante avec son père et ses propos transcrivent immédiatement une certaine fierté et un amour inconditionnel. Malgré son chagrin de voir son père perdre peu à peu de ses souvenirs, elle va se montrer forte et lui offrir le meilleur confort de vie. On est face à une relation bouleversante et j’ai trouvé attendrissant les passages entre Luke et Victor, ils forment un duo attachant et ensemble ils vont s’allier pour que Valentine remette en question ses choix, afin qu’elle puisse s’épanouir.

Je pense que vous l’aurez compris, ce roman beaucoup plus poignant que les autres romans de l’autrice est parvenu à m’insuffler des bouffées d’air lorsque le récit devenait émouvant et comme à son habitude, la romance remplie toutes mes espérances. J’ai beaucoup apprécié ce rapprochement grâce à la nourriture, c’est gourmand et amusant, mais c’est surtout la détermination de Luke qui fait toute la différence et mon imagination débordante a fait le reste. Et en prime on a cette fierté quand notre cygne déploie ses ailes.

Romance

Lucky in Love | Kasie West

Résumé :
Maddie n’est pas une fille impulsive. Son genre, c’est plutôt travailler dur et tout planifier. Pourtant, un soir, sur un coup de tête, elle s’achète un ticket de loterie. Et, à sa plus grande surprise… elle remporte le gros lot !
En un battement de cils, la vie de Maddie change du tout au tout. Fini le stress d’obtenir une bourse pour ses études. Sa nouvelle préoccupation : pourquoi ne pas s’acheter un yacht ? Et, au passage, se retrouver au centre des attentions au lycée est plutôt agréable. Même si, rapidement, elle ne sait plus discerner qui est sincère avec elle.
Seth Nguyen mis à part… Son charmant – et plein d’humour – collègue au petit zoo local. Il n’a pas l’air d’avoir entendu parler de la grande nouvelle. Et pour une raison qu’elle n’arrive pas à discerner, elle pré-fère ne rien lui dire. Mais la vérité pourrait-elle tout changer ?

Je me suis laissée la nuit pour écrire cette chronique et même à tête reposée, mon sentiment est le même ce roman n’a pas réussi à m’atteindre. Les chapitres s’enchainent sans réelle connexion et malgré la sympathie que j’avais pour l’héroïne je termine en ayant l’impression d’une absence totale d’émotions. La narration est à la première personne et pourtant, j’ai l’impression de n’avoir rien éprouvée à travers les yeux de Maddie, car ce n’est qu’une succession de dialogue et on en oublie d’évoquer les impressions de notre héroïne.

Maddie est en terminale et afin de se donner les moyens d’intégrer une université elle travaille assidûment pour avoir une chance d’obtenir une bourse et ainsi réaliser son rêve. Un soir, sur un coup de tête elle achète un billet de loterie et malgré qu’elle soit conscience qu’elle n’a aucune chance de gagner, elle découvre quelques jours plus tard qu’elle est l’heureuse gagnante de la loterie. Quelques chiffres gagnants vont changer le cours de sa vie.

Maddie va passer d’une vie précaire où chaque centime compte; à une vie où l’argent n’est plus un problème. Ce ticket gagnant va tout remettre en question, à la maison, sur son avenir, sur sa perception de l’amitié. J’ai trouvé que malgré le thème où la chance est à l’honneur, on s’intéresse beaucoup aux aspects négatifs d’être devenu multimillionnaire. Certes il est prouvé que l’argent ne fait pas le bonheur, mais en fait j’ai trouvé ses interactions avec sa famille et ses amis malsains, c’est peut-être mon côté bisounours, mais mise à part Seth aucune personne autour d’elle ne semble sincère et tout le monde semble intéressé, j’aurais apprécié plus de lumière dans la conclusion.

Le récit est assez monotone on suit Maddie dans sa nouvelle vie, et on la voit commettre des erreurs qu’on s’attend tous à la voir commettre. Elle a un côté un peu naïf qui ne colle pas avec sa maturité du début et elle effectue des dépenses qui ne lui ressemblent pas, mais qui sont finalement plausibles et à sa place on aurait tous fait quelques achats plaisirs. Certains achats sont un peu disproportionnés et honnêtement ça décrédibilise l’histoire, car trop dans les extrêmes.

J’étais habituée à ce que la romance occupe une place plus importante dans le récit et pour le coup, c’est une romance qui est mignonne, mais pas assez approfondi, ce qui rend les échanges plats et finalement on n’a pas une totale satisfaction à voir leurs sentiments évoluer. Et je n’ai finalement éprouvé aucune empathie pour l’héroïne, ou pour les personnes qui gravitent autour d’elles. Ce n’est pas du tout la lecture que j’attendais.

Point positif malgré tout, la fluidité du récit, on se laisse porter et les pages défilent sans réelle difficulté. Un roman pas à la hauteur des autres livres de l’autrice, mais il sera vite oublié pour passer au prochain.

Young Adult

Wild Child | Neil Connelly

Résumé :
Eddie est un lutteur hors-pair.
Battu pendant toute son enfance par son père, il écume sa rage sur le ring.
Un jour, il explose et s’en prend à l’arbitre. Sa vie bascule. Il est exclu de son lycée et risque la prison.
Mais Sunday, l’organisateur des plus grands combats illégaux du pays, a repéré depuis longtemps le talent de Mac, et souhaite qu’il rejoigne ses combattants.
En échange : la richesse et la liberté.
Eddie rentre alors dans un monde de violence et de fureur, un univers sans pitié soumis à la loi du plus fort.
Pour l’entraîner, il est confié à Khadjee, une jeune adolescente qui évolue dans ce milieu depuis sa plus tendre enfance.
Elle connaît les combats et les lutteurs mieux que quiconque.
Si elle n’était pas une femme, elle serait, elle aussi, sur le ring.
Ensemble, ils vont tenter de survivre et de ne pas laisser leurs démons prendre le contrôle.
Je remercie Babelio et les éditions Bayard pour cet envoi

J’ai découvert ce roman lorsqu’il m’a été proposé par Babelio pour en faire la chronique et le résumé m’intriguait suffisamment pour accepter de découvrir un roman inconnu. J’ai toujours un peu l’appréhension de ne pas apprécier le style de l’auteur, et j’ai été frappé par la fluidité du récit. Les chapitres sont plutôt courts donc on les enchaîne sans grand effort. Je suis un peu plus mitigée concernant mon appréciation de l’histoire et les personnages.

Eddie McIntyre a eu une enfance traumatisante et malgré l’amour de sa mère, il a grandi dans la violence et c’est désormais un jeune homme rongé par la colère, amateur de combat il se sert de cette haine pour exceller dans l’équipe de lutte de son lycée. Seulement après plusieurs rappels à l’ordre lors de compétitions, il dérape et commet un acte avec de terribles répercussions et se voit renvoyer du lycée et convoquer au tribunal pour répondre de ses actes.

Contre toute attente, on lui propose une alternative où il va pouvoir combattre sans se soucier des règles et où tous les coups sont permis. C’est dans ce contexte qu’il fait la connaissance de Khadjee une jeune femme chargée de l’entraîner afin qu’ils puissent être préparés aux futurs combats. Hébergée par sa coach Eddie va faire la connaissance de Than un personnage qui la bouleverser et lui apprendre des techniques de combat et surtout à temporiser sa colère.

Comme on pouvait s’y attendre avec ce genre de proposition, il va découvrir que l’homme qui lui a tendu la main n’est peut-être pas la solution à ses problèmes et on va le voir prendre les mauvaises décisions. Eddie n’est pas un personnage facile à apprécier et on le voit s’enfoncer dans ses choix et aggraver sa situation, je me suis demandé jusqu’où il allait sombrer et quel allait être l’élément déclencheur. Sans grande surprise le récit tombe un peu dans le cliché des combats illégaux et on est loin de la rédemption attendue.

On enchaine les combats sans émotions et on assiste à un déferlement de rage sans qu’Eddie catalyse sa colère et c’est finalement la seule émotion qu’il transmet. Son passé est survolé, son présent peu aboutit et son futur pas construit. On reste en surface sans aller au bout des choses et c’est frustrant, car finalement on ressort de cette lecture en ayant le sentiment frustrant, comme il manquait des étapes et que l’on n’avait pas assistées à toutes les scènes.

Malheureusement je suis assez mitigée par cette lecture, ça manque de profondeur et j’aurais apprécié découvrir le chemin parcouru d’Eddie, avoir le sentiment d’être dans sa tête, avec les raisonnements qui vont avec et un semblant d’émotion autre que la colère. A aucun moment il semble perturbé ou troublé par ce qui lui arrive et au moment où il décide de prendre sa vie en main et bien on a l’impression d’être passé à côté du déclic, pour finalement voir le récit s’accélérer et ciao bonsoir c’est la fin. Si vous l’avez lu, je serais curieuse de découvrir votre avis, car c’est peut-être moi qui suis passé à côté.

Young Adult

Positive | Camryn Garrett

Résumé :
Parce que tout le monde a droit à l’amour.
Nouveau lycée et nouveau départ pour Simone Garcia-Hampton : elle se fait de vraies amies, se voit confier la mise en scène de la comédie musicale de l’année et se rapproche de Miles, celui qui la fait fondre dès qu’il entre dans la pièce. Mais voilà, Simone est séropositive, et elle n’a qu’une peur : qu’on découvre sa maladie.
Lorsqu’elle commence à sortir avec Miles, elle sait bien qu’elle devra lui en parler, même si cette idée la terrifie. Mais bientôt, un message trouvé dans son casier la menace de tout révéler à l’ensemble du lycée si elle ne le plaque pas…
Simone renoncera-t-elle à l’amour pour protéger son secret ?

C’est assez rare pour le souligner, mais Positive est le premier roman que je lis qui traite d’un sujet important le VIH et de l’impact que cette maladie peut avoir dans la vie d’une jeune femme qui est porteuse de cette maladie et qui parallèlement se cherche. J’ai un peu honte de l’admettre, mais ce roman m’a appris des choses dont je n’avais pas connaissance sur le sujet et j’ai beaucoup apprécié ce côté pédagogique, alors oui je savais qu’en 2021 on peut vivre avec le virus, mais la notion de « I=I » m’était totalement inconnue et j’ai le sentiment d’avoir tiré un enseignement de cette lecture.

Le roman débute par le nouveau départ de notre héroïne Simone, qui recommence sa vie dans un nouveau lycée et qui est parvenu à tisser des liens avec deux amies qui lui donnent l’impression d’appartenir enfin à un groupe. Cela n’a malheureusement pas toujours été le cas, puisque dans son dernier lycée l’annonce de sa séropositivité a viré au cauchemar. Aujourd’hui elle s’épanouit dans le club de théâtre où elle se voit confier la mise en scène de la comédie musicale Rent et fait la connaissance de Miles, un jeune technicien qui fait immédiatement battre son cœur. Alors qu’ils commencent à se rapprocher un message anonyme menace de révéler à tout le lycée qu’elle est atteinte du VIH si elle n’arrête pas cette relation. Va s’en suivre une série de questionnement et de remise en question sur ce qu’elle est prête à sacrifier.

Simone a un caractère affirmé et elle est à un moment de sa vie où elle se questionne énormément sur la sexualité. Sa rencontre avec Miles va faire naître des émotions nouvelles et un désir qu’elle va tenter d’apprivoiser. Accompagnée de ses deux meilleures copines, elle va découvrir sa sexualité et apprivoiser cet aspect de la maladie qui lui est inconnu. Étant née avec le VIH, Simone a la maîtrise de son traitement, mais à un âge où on se découvre sexuellement, elle va vouloir comprendre ce que sa maladie lui permet ou non de faire.

Il y a un côté très sérieux avec le thème abordé et en même temps, on est face à des préoccupations d’adolescente et honnêtement j’ai eu plus de mal avec la romance qui va très vite et qui ne m’a pas fait vibrer comme je l’espérais. J’ai trouvé que l’intrigue tournait beaucoup autour du sexe et ça a retiré une partie d’empathie. Par contre, on a une vraie diversité dans les personnages, personnes queer, bisexuelles, famille homoparentale et personnes issues des minorités et de ce point de vue c’est un roman qui est rafraichissant et qui change, car assez représentatif de la société actuelle. On manque un peu d’émotion, mais le récit est très juste et il est difficile d’être indifférent face au thème abordé.

Suspense / Thriller, Young Adult

Si tu me lis | Katy Loutzenhiser

Résumé :
Jusqu’où seriez-vous prête à aller pour votre meilleure amie ?
Quand sa meilleure amie Priya disparaît, Zan ne peut pas croire qu’elle l’ait ghostée. Après tant d’années d’amitié, elle refuse son silence. Plus elle y pense, plus Zan est persuadée que Priya est en danger. Mais à part le troublant Logan, qui vient d’arriver dans son lycée, personne ne la croit. Zan commence à perdre pied, au point d’aller toujours plus loin dans son enquête. Trop loin ?

J’ai l’impression que ça fait une éternité que je n’avais pas lu de roman de la maison d’édition Pocket Jeunesse, mais j’avais repéré ce roman à sa sortie, mais c’est ma copine Fanbooks76 qui me l’a offert pour mon anniversaire et je la remercie encore pour ce cadeau. Je ne lis que très peu de thriller, mais j’ai apprécié sortir de ma zone de confort avec ce roman et je n’étais pas très dépaysé avec une petite romance et une intrigue captivante.

Zan et Priya sont meilleures amies depuis l’enfance et elles ont vécu de belles choses ensemble. Lorsque Priya déménage c’est un coup dur, mais elles se sont promis de ne pas s’oublier et de garder le contact. Seulement plusieurs semaines après le déménagement, Zan est confrontée au silence de sa meilleure amie, mais elle refuse d’accepter que Priya soit décidée sciemment de l’ignorer. Alors que son entourage tente de lui faire comprendre que la vie peut séparer les plus belles amitiés, Zan se persuader que Priya est en danger et lorsqu’un nouvel élève arrive dans son lycée, elle décide de se lancer avec lui dans une enquête pour obtenir des réponses. 

Zan est une héroïne touchante, jusqu’ici elle n’avait jamais été séparé de sa meilleure amie, alors survivre à son année de terminale sans sa seule amie est déjà difficile à vivre, mais être confrontée au silence de Priya ça va la plonger dans une profonde tristesse. Pour sa famille, la jeune femme a seulement besoin de s’acclimater à sa nouvelle vie, mais plus le temps passe et plus Zan est persuadée que ce silence n’est pas normal. Difficile de concilier instinct et raison, quand tout le monde semble trouver une explication à cette disparition et trouver le comportement de Zan de plus en plus suspect.

L’intrigue est portée par une narration du point de vue de Zan et le doute s’insinue également dans l’esprit du lecteur. Au fil des pages, on passe par plusieurs hypothèses, disparition volontaire, danger imminent ou drame familiale, nous n’avons aucune certitude jusqu’au dernier chapitre où le mystère semble s’éclaircir et nous offre les réponses à toutes nos questions. J’ai beaucoup apprécié que Zan aille au bout de ses convictions et qu’elle n’hésite pas à passer pour une folle si ça lui permet d’obtenir des réponses. En parallèle la jeune femme doit également affronter sa propre histoire familiale et elle pourra compter sur son nouvel ami pour la soutenir et l’aider dans son enquête.

En bref, une très bonne lecture qu’on prend plaisir à découvrir avec un récit fluide et une histoire captivante. On s’attache à l’histoire de Zan et on passe par plusieurs émotions de la tristesse, du doute, de la détermination et cet esprit combatif m’a beaucoup plu. On garde un bon rythme dans le récit et vers la fin tout s’accélère pour nous offrir un dénouement à la hauteur.