L’honneur de Preston | Mia Sheridan

Résumé :

Quand la distance révèle la passion… Le deuxième volet des Trois talents nous entraîne à New York où Lex, qui a obtenu la bourse Perdini, cumule plusieurs activités entre journalisme et photographie, sans parvenir à oublier sa culpabilité envers Elisabeth. Il se lie avec Eviva : une jeune artiste à la réputation sulfureuse qui fréquente le milieu underground new-yorkais et lui propose de l’accompagner dans ses soirées de débauche.
De son côté, Elisabeth est en proie à une violente dépression. Cherchant à retrouver son identité, elle se retire du monde et se lance dans un pèlerinage qui va la jeter sur les routes du Sud de la France. On suit en parallèle les folles aventures de Lex dans la nuit new-yorkaise et le voyage d’Elisabeth entre épreuve expiatoire et lutte contre ses pulsions. Mais aucun des deux ne trouve satisfaction dans ces excès, car ils restent marqués par la nostalgie de la relation intense qui les unissait.
Une romance torride et haletante…

Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

Depuis mon coup de foudre pour Archer’s Voice, il est inconcevable de ne pas me procurer les derniers romans de Mia Sheridan. Dès les premières pages on ressent la puissance des mots et la force de cette histoire à venir. Je me suis sentie touché par les pensées des personnages et le prologue est à l’image du reste de l’histoire : Touchant.

Annalia Del Valle et Preston Sawyer ont tous les deux grandis côte à côte, mais leurs différences sociales ont toujours été un frein pour la jeune femme. Alors que Preston vit dans une grande maison pleine de richesses, Lia partage une cabane avec sa mère. Malgré les réticences, la solitude va pousser la jeune femme à se rapprocher des deux frères Sawyer et une solide amitié va unir nos trois personnages. Alors que Lia et Preston sont tous les deux amoureux l’un de l’autre depuis l’enfance, aucun des deux n’a osé avouer ses sentiments et la peur du rejet les maintiens dans cette relation. Une nuit d’été va venir bouleverser l’équilibre qu’ils s’étaient construit.

Après une absence de six mois que personne n’explique, Lia est de retour en ville. Cet endroit qu’elle a toujours eu du mal à considérer comme sa maison est désormais son foyer et l’histoire démarre sur un prologue plutôt inattendu. Les premières révélations vont nous conduire à un retour un arrière et au fil des pages nous allons revivre l’histoire de l’adolescence à l’âge adulte de nos héros, pour mieux cerner l’évolution de nos personnages, ça été un vrai plaisir de découvrir une histoire touchante et je me suis attachée à nos héros.

Lia s’est toujours senti exclue de ses camarades, persuadée d’être une gêne elle n’a jamais imposé sa présence à personne et elle mène une enfance très solitaire. Pourtant malgré sa volonté de garder ses distances, Preston a toujours réussi à la faire abaisser ses barrières et les deux frères sont les seuls qui puissent l’approcher suffisamment puisqu’ils partagent la même propriété. La jeune femme n’aurait pas pu souhaiter meilleure amitié, pourtant face à leur différence de classes sociales elle est toujours resté dans l’ombre pour ne pas embarrasser ces figures populaires de la ville et bien qu’ils ne comprennent pas ce choix, les deux frères Sawyer n’ont jamais rien imposé à Lia et ont toujours été là, lorsqu’elle en avait besoin. Je dois dire que la jeune femme m’a particulièrement touché, on est face à un personnage d’une beauté intérieure et extérieure.

Preston lui est un personnage qui en fera craquer plus d’une, amoureux depuis toujours de Lia il va être un fabuleux ami et toujours être à proximité de la jeune femme lorsqu’elle en aura besoin. Sa sensibilité va être une force pendant leur adolescence et en grandissant elle va manquer de lui briser le cœur quand l’amour de sa vie est partie sans explication. J’ai aimé le voir se poser les bonnes questions et malgré l’honneur et la fierté, analyser la situation avec honnêteté. Le retour de Lia va être vraiment difficile pour lui et voir la femme qu’il aime revenir alors qu’il pensait avoir tourné la page et sa détresse va être vraiment déchirante.

Mia Sheridan va encore une fois mener son lecteur dans une histoire qui frise la perfection. Comme souvent dans ses romans, nous allons aborder avec beaucoup de juste des thèmes tels que l’immigration, la pauvreté ou l’abandon. Bien évidemment tout serait plus simple, sans ces malentendus frustrants qui vont venir compliquer un peu la situation sans jamais en faire des tonnes. Nos héros vont affronter des évènements qu’ils n’étaient pas préparés à rencontrer si jeune, mais c’est avec beaucoup d’émotions que nous allons partager des moments clés de leur vie et affronter avec eux des moments difficiles en étant totalement impuissants.

L’histoire d’Annalia et Preston est bien plus qu’une romance, ce couple va des moments terribles et le chemin va être long avant de pouvoir enfin profiter de l’amour qui les a toujours poussé l’un vers l’autre. Face à l’impardonnable, la guérison va prendre du temps et face à un récit aussi touchant, il vous sera difficile de ne pas succomber. Grosse déception cependant, car un échange d’sms entre nos héros a été oublié dans la traduction à la place des messages vides… Néanmoins, mon amour pour Mia Sheridan est intact et j’ai eu les larmes aux yeux.

Publicités

Novembre | Audrey Carlan (Calendar Girl #11)

Résumé :

Thanksgiving arrive avec son lot de nouvelles. Wes a survécu à l’enfer et Mia et lui se sont retrouvés, plus amoureux que jamais.
Son nouveau travail à Century Production envoie Mia à New-York pour interviewer des stars, ce qui n’est pas compliqué puisqu’elle s’est fait, ces derniers mois, un nombre incroyable d’amis célèbres. Elle contacte Mason Murphy, le joueur de base-ball, et Anton Santiago, le chanteur de hip-hop.
Et enfin, Mia passe un dîner de Thanksgiving en famille, avec tous ceux qu’elle aime, même s’il y a toujours une place vite autour de la table… celle de son père.

Novembre est un mois particulier aux États-Unis puisque c’est Thanksgiving et ce tome apporte une part de nostalgie, car on va retrouver deux personnages importants dans le parcours de Mia et ce tome sera l’occasion de revenir sur tout ce que cette année lui a apporté et les bons moments au contact d’amis.

Comblée par son nouveau travail, Mia s’envole pour préparer une émission spéciale à New York. Le jeune couple venant de se retrouver, c’est en compagnie de Wes qu’elle va partir à l’aventure. Bien que les démons des tomes précédents soient encore présents, nous allons avoir droit à beaucoup d’amour dans cet opus et également des retrouvailles amicales qui font chaud au cœur et vous fera sourire dans certaine situation.

Mia va profiter de ce voyage professionnel pour présenter son amoureux aux hommes qui ont marqué sa vie durant cette année qui s’est écoulée. Au cours de ces instants privilégiés nous allons bien évidemment apprendre ce que les derniers mois ont apporté à nos héros. Ce voyage sera l’occasion de découvrir un nouveau trait de caractère à son amoureux et cela rend certaines scènes plutôt attendrissantes.

Bien évidemment puisqu’il s’agit d’une fête familiale, le reste de la fratrie n’est pas bien loin. J’ai trouvé que ce tome était touchant, car il entame la fin d’une série qui aura été marquée par des hauts et des bas et il constitue l’un des tomes les plus sincères de la série. On retrouve des ingrédients qui se marie à merveille : l’amour, l’amitié et la famille. Bien évidemment la situation n’aura son point final que le mois prochain.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Mai #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Juin #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Juillet #7 ICI
Retrouvez mon avis sur Août #8 ICI
Retrouvez mon avis sur Septembre #9 ICI
Retrouvez mon avis sur Octobre #10 ICI

Hate to Love | Penelope Douglas

Étant toutes les deux ravies de la sortie du nouveau roman de Penelope Douglas, nous avons décidé avec ma copine @fanbooks76 de nous lancer dans une lecture commune, il nous semblait évident que ce roman avait tout pour plaire. Les avis étant plutôt élogieux nous partions confiantes et bien que ma lecture fut fluide, on peut dire que du côté de mon binôme les choses ont été un peu plus compliqué. Je trouve intéressant d’avoir deux points de vue opposés pour cette lecture et même si de mon côté le style m’a tout de suite séduite, je rejoins son ressenti sur plusieurs points, mais pas au point d’abandonner totalement cette lecture.

 Depuis sept ans, Misha et Ryen échangent des lettres, ce qui n’était à la base qu’un projet scolaire s’est rapidement transformée en solide amitié. Bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés, ils sont l’un pour l’autre un confident important et à leur manière ils se soutiennent, se conseillent, s’écoutent et leur relation est bien plus profonde qu’une simple amitié. Chacun aime s’imaginer l’autre, mais la peur les empêche de franchir le cap. Un soir alors que son groupe organise une soirée, une jeune fille lui rappelle étrangement Ryen et il ne fait aucun doute que la jeune femme puisse être sa correspondante, pourtant malgré les années à discuter Misha a en face de lui une parfaite inconnue qui est loin de correspondre à l’idée qu’il en avait d’elle.

 Il y a des romans qui pendant la lecture vous font passer un moment excellent, les pages tournent toutes seules et l’histoire vous captivent. Pourtant après une bonne nuit de sommeil et une analyse un peu poussée, les premiers défauts font leur apparition et malgré la plume entraînante, le sujet n’est pas totalement en accord avec vos principes. C’est un peu ce qui s’est passé avec cette histoire, je l’ai dévoré en un après-midi et lorsque j’ai commencé à écrire cette chronique, j’ai réalisé que beaucoup d’aspects m’avaient interpellé.

 A commencer par l’aspect épistolaire qui n’est pas autant au centre de l’histoire que le laissait présager le résumé. Mais l’aspect le plus agaçant est pour moi le comportement insupportable de Ryen, je sais qu’elle considère qu’elle a des circonstances atténuantes, mais même si elle regrette son comportement ça n’arrange pas tout. J’ai rarement autant été énervé par une héroïne mais clairement, elle est à mettre dans le même sac que ses « amis » qu’elle a en horreur. Je trouve ça inacceptable de s’en prendre à plus faible que ça, tout ça parce que son statut lui permet. A mon sens, rien n’explique son comportement nombriliste et malgré certains aspects cruels, c’est bien la première fois que je trouve que c’est mérité et ça me fait culpabiliser d’accepter ça.

 Misha de son côté est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, j’ai immédiatement apprécié son côté sensible et la manière dont il s’évadait dans les mots que ce soit dans les lettres ou ses chansons m’ont beaucoup attendri. Au fil des pages une certaine noirceur va se dégager de son personnage et on va découvrir un nouvel aspect de sa personnalité, cette dureté n’est pas toujours compréhensible, mais lorsque les révélations vont progressivement se faire, on va lui pardonner beaucoup plus de chose qu’à Ryen, car il reste désintéressé.

 Et bien évidemment les dialogues dignes d’un porno alors qu’ils sont lycéens ce qui décrédibilise l’histoire, car aucun adolescent n’agit comme ça. Sans compter cette autonomie assez improbable sur les sorties nocturnes jusqu’à pas d’heures, les invités surprises qui entrent et sortent dans la maison familiale sans que l’autorité parentale n’en voit rien. Ce qui est étonnant c’est qu’on aurait très bien pu avoir des personnages plus âgés et s’éloigner un peu du cadre scolaire. Après j’exagère un peu, mais vous verrez globalement où je veux en venir si vous le lisez. De manière générale si on ne s’attarde pas sur les détails pendant la lecture et j’ai passé un bon moment lorsque j’étais immergé dans l’histoire. Le récit reste addictif et l’intrigue bien menée.

Si nos chemins se croisent | Melanie Harlow (Happy Crazy Love #1)

Date de sortie : 16 novembre 2017

En débutant ce roman, j’avais simplement l’intention de me détendre et de profiter de mon après-midi en bonne compagnie littéraire. Ça fait bien longtemps que je n’avais pas dévoré un roman en si peu de temps, Mélanie Harlow a su toucher mon cœur d’une manière inattendue. Tous les ingrédients sont réunis pour apprécier l’histoire et succomber à ses personnages,  c’est avec beaucoup d’émotions que je suis passé du rire aux larmes.

Après un petit incident en public, Margot décide de s’éclipser quelques jours hors de la ville pour épargner sa réputation, alors lorsqu’une opportunité professionnelle se présente, elle va mettre à profit cet exil pour rester quelques jours à la campagne. Lorsqu’elle arrive, on voit bien la petite citadine au look travaillé, pourtant malgré les apparences et les préjugés de l’un des propriétaires, la jeune femme n’est pas totalement ridicule dans cet univers. J’ai beaucoup aimé qu’on ne caricature pas ces deux univers et on réalise que Margot est une jeune femme généreuse, en quête de savoir. Son métier lui tient à cœur et elle entend bien maîtriser ce nouveau sujet. Les choses ne vont pas être simples, une fois sur place elle se heurte à Jack, qui est loin d’accepter l’idée qu’une inconnue vienne se mêler des affaires de la ferme et il ne va pas hésiter à se montrer sous son plus mauvais jouer pour éloigner la jeune femme. C’est donc plus déterminé que jamais que Margot va tenter de lui prouver qu’elle n’est pas l’ennemi, bien au contraire elle souhaite aider cette famille qui l’a touchée.

Margot est un personnage que j’ai littéralement adoré, dès le début on voit à quel point la jeune femme est fière de son image et il est hors de question de se faire remarquer, son éducation de ne pas paraître parfaite en société. Pourtant, un évènement va venir secouer la jeune femme et le vernis va s’écailler de manière assez spectaculaire, alors que la situation ne se prêtait pas du tout à un pétage de plomb dans les règles. Dès le début, le ton de l’humour est donné et c’est avec le sourire que j’ai découvert que Margot est habillée d’un masque de politesse, pourtant au contact de Jack et sa famille, elle va découvrir qu’elle n’est plus cette jeune femme propre sur elle, qui laisse tout passer sans réagir. Il faut dire que Jack, a le don de réveiller son caractère explosif  et mélanger à une forte attirance, on va dire que nos héros vont nous offrir des scènes absolument fabuleuses. Sans aucun doute le jeu de la passion brûle entre eux, malgré les réticences de chacun à se rapprocher.

Malgré son caractère Jack est un personnage très touchant, on lui pardonne facilement ses réactions contestataires quand on apprend à connaître un peu plus son histoire. Son passé a contribué l’isoler des autres et même si il fait des efforts auprès de sa famille, il a du mal à gérer tous ces changements qui s’annoncent. Pour lui Margot débarque sans rien connaître de sa ferme et tous ces projets marketing ne font que dénaturer sa ferme et il n’est pas prêt à renoncer à ses rêves du passé. Ce qui est intéressant c’est que rapidement on a les pièces du puzzle concernant l’histoire de Jack et on accepte facilement son petit caractère. Nos deux héros vont rapidement être dépassés par l’attirance grandissante qui les pousse l’un vers l’autre, mais aucun des deux n’est pas à succomber. On pourrait croire que nos héros baissent la garde rapidement et si on réfléchit au cadre temporel ça peut sembler rapide, mais en tant que lecteur tout arrive lentement, on les voit se débattre et repousser cette idée, pourtant quoique la situation soit complexe les émotions sont décuplées.

On est confronté à deux univers totalement différents, avec d’une part la citadine ouverte et d’autre part l’agriculteur taciturne. Malgré le choc des cultures, on assiste à la rencontre de deux opposés que tout attire et cette complémentarité est d’un romantisme incroyable. Il se dégage des émotions contradictoires, à la fois l’humour lié à notre héroïne qui ne connaît pas grand chose à la vie dans une ferme et au contexte de cette rencontre qui est inattendue. Malgré le rejet de son client, sa famille va se montrer accueillante et des liens sincères vont se tisser entre eux, pour finalement être très bénéfique sur Margot, qui va explorer une part d’elle-même qu’elle taisait jusqu’ici. Difficile de ne pas succomber à cette héroïne pétillante, avec une soif de savoir et ce n’est pas Jack qui dira le contraire. Toutes ces émotions vont se retrouver dans l’intensité des scènes de sexe, leurs rapports sont intenses, comme s’ils répondaient à un besoin et le langage cru illustre parfaitement ce désir d’être au contact de l’autre. C’est d’ailleurs cette alchimie qui va contribuer à les rapprocher humainement.

En bref, je n’aurais pu espérer meilleure lecture, tout se déroule d’une manière tellement naturelle que j’étais dans l’incapacité de ne pas apprécier ce moment. La manière dont la romance prend vie est tellement romantique et je vous passe les détails de certaines scènes à croquer. J’ai aimé voir l’histoire naître au cœur du doute, pour tout vous dire je m’attendais pas à un récit aussi touchant. Le combat de notre personnage principal est difficile, mais j’ai trouvé que l’auteure abordait le thème avec beaucoup d’optimisme et malgré la situation particulière, on n’a pas de triangle morbide. Au fil des pages, la légèreté du récit va laisser la place à une narration plus grave. Jack va progressivement s’ouvrir et difficile de ne pas souffrir avec lui. Un premier opus qui réussis à montrer l’étendue de la plume de Mélanie Harlow et bien évidemment je suis impatiente de découvrir ce que la suite nous réserve.

Le Songe | Tarryn Fisher

Merci Hugo New Romance pour cette découverte.

J’ai manqué de passer à côté de ce roman à cause d’un résumé ui en disait à la fois beaucoup et pas assez. Alors que jusqu’ici les premiers romans que j’ai découvert de Tarryn Fisher m’avaient totalement conquise, je me suis laissé influencer par un ressenti bête et non construit. Je crois que sans cette réception de Hugo New Romance, j’aurais regretté de n’avoir pas lu ce roman surprenant et je peux vous dire que ça aurait été une belle erreur.

Un simple rêve va venir changer toutes les perspectives qu’avait Helena de son avenir. Dans ce rêve, elle se voit plus âgée, mère de famille et mariée avec Kit, l’actuel petit ami de sa meilleure amie depuis l’enfance. Bien que déstabilisée la jeune femme va reconsidérer la vie qu’elle c’était imaginer vivre. Il faut dire que tout semblait tellement réel que revenir à la réalité va s’avérer difficile comme si elle était déconnectée.

Souhaitant oublier ce rêve, Helena va tenter de se focaliser sur sa relation avec Neil, mais il faut bien constater que ses préoccupations ne sont plus les mêmes et progressivement elle va tenter de se rapprocher de la vie qu’elle mène dans son rêve, s’éloignant progressivement de son avenir tracé et découvrant par la même occasion celle qu’elle est réellement. Ce qui est intéressant avec ce roman c’est qu’on a toujours ce petit doute concernant le rêve, on ne sait pas si; il s’agit d’une prémonition ou si tout simplement c’est une manifestation du subconscient d’Helena. Clairement à force de voir qu’on se rapprochait de plus en plus de ce rêve, j’ai été plus d’une fois à fleur de peau, les nerfs en ébullition face à l’intensité de leurs échanges et la puissance de leur lien.

A la lecture de la quatrième de couverture on avait l’impression qu’Helena se transformait en psychopathe prête à tout pour conquérir le petit ami de sa meilleure amie, alors que clairement ça n’a rien à voir. Certes la jeune femme va se découvrir un nouveau centre d’intérêt qui va attirer l’attention de Kit, mais elle a cette capacité de toujours faire passer les autres avant elle et à aucun moment elle ne va avoir la prétention de séduire Kit. Le rapprochement entre les héros est subtil et pendant une bonne partie du roman, les sentiments ne sont pas très clairs pour l’héroïne et la situation n’est pas idéale pour ouvrir son cœur, la plongeant dans la solitude.

Tout commence par un rêve, un rêve tellement irréaliste que Helena va s’interroger sur sa vie, si douce, gentille et en même temps adorablement maladroite. Jusqu’ici sa vie lui convenait et se tenir en retrait sans prendre de risque n’a jamais été un problème pour elle, pourtant en réfléchissant à son avenir cette vie ne lui convient plus et son rêve va être une force pour la jeune femme qui va découvrir une nouvelle manière de penser. Sans compter qu’elle va apprendre à s’ouvrir aux autres, tout en se découvrant une nouvelle passion pour l’art.

La limite entre passion et obsession est mince, mais on est dans un récit très intense. Une relation au départ quasi inexistante va progressivement se renforcer, de l’intérêt ils vont passer à l’amitié, puis sans qu’eux-mêmes le réalisent des sentiments plus forts vont naître et consolider leur lien. Alors qu’ils luttent tous les deux pour garder à distance leurs sentiments, chaque moment passé entre Helena et Kit les rapproche du rêve. J’ai vécu ce roman plongé au cœur de cette histoire ; j’ai sentie dans certaine scène mon cœur se serrer pour les personnages. Les émotions qui se dégagent de ce roman sont puissante et à l’image de notre héroïne j’attendais simplement d’avoir les explications liées à ce rêve, sans savoir si, il s’agissait d’une prémonition ou d’un souhaite. J’étais simplement animé par le souhait de voir le rêve se réaliser et pourquoi pas davantage.

Ce roman aurait très certainement été un gros coup de cœur sans quelques éléments qui surviennent dans les derniers chapitres. J’ai aimé la complexité du récit et les révélations tout au long de la lecture, mais j’ai trouvé que l’histoire prenait une direction un peu confuse vers la fin et moi-même je ne suis pas certaine d’avoir compris l’utilité de certains passages, il faut dire que la trame de base se suffit à elle-même. Hormis ses éléments qui m’ont un peu embrouillé, c’est une lecture absolument addictive qui m’a fait vivre de bonnes émotions. A ceux qui comme moi hésitent, je vous recommande d’éviter le résumé qui ne fera que vous faire redouter cette lecture, si vous avez aimé l’Opportuniste laissez-vous tenter, ce roman saura attirer. Soyez sans crainte, cette lecture vaut le détour. Tarryn Fisher propose un roman qui sort du lot, une plume envoûtante et une histoire captivante.