Romance

Accidentelle | Sarina Bowen

Résumé :
À 17 ans, elle rencontre enfin son père. Une rockstar aux millions de fans…
Rachel, 17 ans, n’a jamais connu son père. Jusqu’au jour où sa mère succombe à un cancer. L’inconnu débarque dans sa vie du jour au lendemain. Inconnu si l’on peut dire, car il n’est autre que le chanteur de Wild City, l’immense tube qu’on entend partout.

Je n’avais aucune attente en débutant ce roman et j’en sors agréablement surprise. Sarina Bowen est une auteure que j’ai découverts récemment et après sa série Le Grand Nord j’étais impatiente de pouvoir retrouver sa plume. Encore une fois les émotions sont au rendez-vous et c’est avec beaucoup de pudeur que l’auteure nous embarque dans une histoire touchante, qui aborde avec justesse le parcours d’une jeune femme confronté à l’une des épreuves les plus difficiles qu’un être humain puisse être confronté.

Rachel n’a que 17 ans lorsque sa mère succombe après un long combat contre la maladie, ayant été élevée uniquement par sa mère elle se retrouve contrainte de faire appel au peu de famille afin de déterminer chez qui elle vivra en attendant de poursuivre ses études. Contre toute attente, son père qu’elle n’a jamais connu se manifeste et souhaite subvenir aux besoins de sa fille. Cet homme qui débarque dans sa vie du jour au lendemain est à la fois un inconnu et un homme qui n’a aucun secret pour elle, puisqu’il s’agit d’un célèbre chanteur de rock.

Dès le début on ressent les émotions contradictoires qui traverses Rachel, bien qu’elle tente de ne pas le montrer la situation est assez difficile à gérer. Perdre sa mère, se retrouver en foyer et rencontrer un homme qu’elle rêve de côtoyer depuis son enfance, mais qui pourtant est un parfait inconnu pour elle peut s’avérer perturbant. Tous ces événements vont montrer plusieurs facettes de sa personnalité, d’un côté la jeune femme qui tente de rester forte, tout en pleurant sa maman et de l’autre, la jeune fille perdue qui a toujours rêvé de connaître son père, mais qui finalement est effrayée par les questions qu’elle rêve de lui poser. Ses pensées révèlent assez rapidement des insécurités et bien que tout se règle assez rapidement, devoir vivre auprès d’une rock-star est complètement différent que tout ce qu’elle n’a jamais connu et il y a une différence entre l’homme et la star.

J’ai trouvé que Rachel était une jeune femme très compréhensive, malgré sa peine et les interrogations face à la situation, elle ne va pas tenir rigueur à son père de son absence et les instants qu’ils vont passer ensemble, vont d’abord être maladroits, mais même en marchand sur des œufs, ils vont s’apprivoiser en douceur. Lorsqu’elle apprend qu’elle va vivre quelques semaines en Californie, elle va rester sur ses gardes tout en découvrant un autre monde que celui dans lequel elle a grandi et bien qu’hésitante, leur relation va devenir réellement touchante. Bien évidemment il y a des moments d’incompréhension, mais même si leur relation est fragile Rachel va cacher ses insécurités. Finalement, nous ne mesurons le chemin parcouru, que lorsque Rachel pars pour débuter sa scolarité dans une prestigieuse école et que son père décide de la suivre pour ne pas être séparée d’elle.

Dans une seconde partie plus légère, Rachel va reprendre le cours de sa vie, elle va pouvoir compter sur un groupe d’amis qui va l’aider à s’en sortir. Imperceptiblement les craintes de l’abandon vont être mises en lumière et la voir se débattre avec ses craintes de décevoir son père, m’a vraiment ému. On s’attachement simplement à cette jeune femme qui doit vivre une épreuve difficile, puis rencontrer son père dans des circonstances particulières et nous les voyons tenter de s’apprivoiser maladroitement. On se laisse porter par le récit, qui alterne entre tristesse, espoir et petite victoire. J’ai trouvé la fin un peu brutale, je n’étais pas encore prête à quitter les personnages et j’aurais apprécié que l’histoire se prolonge quelques pages.

Young Adult

Comment disparaître | Sharon Huss Roat

Résumé :
Vicky Decker maîtrise l’art de cacher qui elle est vraiment à la perfection. Alors, quand sa meilleure (et unique) amie Jenna déménage, et qu’elle se retrouve seule dans son lycée, sa vie prend un nouveau tournant. Elle ne s’est jamais sentie aussi seule… Elle décide donc de s’inventer une vie sociale, en photoshopant des photos d’inconnus pour les poster sur Instagram. Au début, c’est uniquement à Jenna que ces posts sont destinés, mais très vite, de nouveaux followers s’intéressent à ses aventures. Bientôt, elle est suivie par plusieurs milliers de personnes !
Vicky se laisse embarquer dans cette incroyable double vie online. Elle excelle à se créer des péripéties passionnantes sans même quitter sa chambre ! Et, très vite, elle va découvrir que beaucoup d’adolescents sur la toile se sentent comme elle, #seuls et #ignorés dans le monde réel. Pour les aider, et se sauver elle-même par la même occasion, Vicky devra trouver le courage de montrer son vrai visage…

Ce roman est resté un moment dans ma PAL, les premiers retours m’ont influencé et j’ai eu du mal à me motiver pour le sortir. Il faut dire que depuis quelque temps, les publications de Hugo New Way ont perdu ce petit quelque chose qui faisait toute la différence et qui me donnait un coup de poing au cœur. Le résumé est axé sur le sujet des réseaux sociaux et pour le coup, après plusieurs chapitres on distingue un sujet bien plus complexe, mais pas tout de suite identifié et malgré ses souffrances il faudra attendre la fin avant d’avoir un diagnostic.

Vicky Decker n’a jamais pu compter que sur sa meilleure amie Jenna, elle résume à elle seule son cercle d’amis et ce duo se complète parfaitement. Alors quand Jenna déménage, la solitude n’a jamais été aussi forte et affronter les autres dans l’enceinte du lycée n’a jamais été aussi difficile. Malgré un contact permanent avec sa meilleure amie, la distance va creuser un fossé important et malgré elle, les premières jalousies vont s’installer. La solitude n’ayant jamais été aussi forte, Vicky va tenter de redonner un peu de couleur à sa vie morose en créant un profil sur Instagram, à travers des montages la jeune fille va s’inventer un personnage afin de prouver qu’elle n’est pas invisible. Rapidement, son message est entendu par quelques followers, puis les dizaines se transforment en centaines, pour devenir des milliers, ils ont tous un point commun : Personne ne les voit, ils sont seuls.

Vicky est un personnage avec des failles, son parcours est touchant et ses décisions motivées par son anxiété. J’ai un faible pour les héroïnes abimées et sa vulnérabilité m’a vraiment atteinte en plein cœur. Sa solitude et son retrait est en quelque sorte contraint puisque ses peurs l’empêchent d’être totalement libre dans ses décisions. J’étais spectatrice de sa souffrance et ses angoisses m’ont vraiment remuée. Sur les réseaux sociaux, elle va se construire une communauté à son image avec les mêmes craintes, une solitude à différentes échelles, mais avec la conviction qu’ils peuvent se soutenir et voir ce projet grandir ça ne laisse pas indifférent. Les personnages secondaires vont tirer un enseignement grâce à Vicurieuse et cela va avoir un impact dans la vraie vie de Vicky.

Le résumé fausse un peu l’image de cette histoire, Vicky ne créé pas son compte Instagram pour s’inventer une vie sociale comme la quatrième de couverture le laisse entendre. Certes il s’agit d’une échappatoire, mais tout le monde est conscient qu’il s’agit de montage et bien que Vicky considère qu’elle n’est pas vraiment Vicurieuse c’est bel et bien son grand cœur et son empathie qui ont fait le succès de ce compte, sans oublier l’originalité. Elle n’a aucun mal  à distinguer la réalité et sépare bien ses deux vies, mais avoir le sentiment que l’on n’est pas seul à affronter ses craintes, ça fait du bien et c’est ce qui va lui fourni les instruments pour s’en sortir elle-même.

Mes attentes étaient basses et c’est probablement ce qui a sauvé ma lecture. L’intrigue est plutôt simpliste, mais on traite un sujet difficile avec authenticité et l’histoire est portée par une héroïne touchante. Les réseaux sociaux ne sont pas vraiment au centre de l’histoire, mais il aborde de manière détournée la vitesse à laquelle on peut perdre le contrôle et l’ampleur qu’un buzz peut prendre. Je retiendrai davantage le message de soutien aux âmes solitaires et il est important de ne pas oublier que malgré la solitude qui pèse parfois sur notre quotidien, nous ne sommes jamais vraiment seuls. Malgré un entourage parfois absent, il ne faut pas laisser les idées noires vous engourdir, car ce n’est qu’une étape avant que le soleil brille de nouveau dans nos vies.

New Adult, Romance

Come back to me | Mila Gray (#1)

BonAyant eu un gros coup de cœur pour cette couverture, j’ai fini par succomber totalement au résumé. Et quelle lecture, le premier chapitre m’a plongée dans un stress totalement incontrôlé, Mila Gray a fait le choix de démarrer par l’annonce d’un drame tout en taisant les points importants de l’histoire, au fil des pages je me suis attaché au héros qui est adorable et j’ai senti grandir la boule au ventre, face à la révélation d’un drame qui allait forcément m’affecter lorsque tout serait révélés.

Le début de l’histoire démarre sur une romance assez classique, Kit est le meilleur ami de Riley depuis qu’ils sont adolescents et depuis aussi longtemps qu’elle se souvient Jessa est complètement sous le charme, mais n’envisage pas une seconde avoir une chance de séduire le jeune homme. Son métier de marine, le tenant éloigné de la maison elle n’a jamais vraiment cru possible une idylle. De retour de la région pour quelques semaines, le jeune homme va prendre conscience que la jeune fille qui n’a pas quitté ses pensées depuis neuf mois au Soudan, est devenue une jeune femme éblouissante, mais son frère étant d’une nature protectrice, il va hésiter à lui avouer ses sentiments. L’alternance des points de vu permet d’avoir une vu d’ensemble sur la pureté des sentiments des deux protagonistes.

Face au charme de Kit, Jessa ne va pas mettre longtemps à se laisser embarquer dans une histoire avec le jeune homme. Bien que la romance démarre un peu rapidement, c’est tout une intrigue qui va se décider autour du couple, notamment le fait qu’ils doivent préserver secrète leur relation naissance et à côté de ça, nous allons découvrir de vieilles querelles de famille qui lit le père de Kit et le père de Jessa. Parallèlement le stress post-traumatique lié à la guerre va prendre une place importante dans la vie de Jessa, puisque son père souffre d’un gros trouble qui impact sa relation avec sa famille.

La romance éclate un poil trop rapidement, ils vont y aller doucement pour se donner une vraie chance et le départ de Kit va commencer à peser sur leur relation. Pour tout vous dire, la romance occupe un peu trop de page et certains passages sont un peu longs, je m’attendais à voir d’autre sujet évoqué. Notamment le fait que Riley et Kit adorent appartenir aux Marines, alors j’aurais aimé une meilleure vision d’ensemble et mesurer l’ampleur de leur sacrifice. L’équilibre entre le temps de permission et le retour au combat de Kit n’est pas équitable, l’histoire est vraiment mignonne et il est clairement impossible de lui dire non, pourtant au vu de la bombe évoquée au début du roman, j’aurais pensé que la gravité de la situation apparaîtrait plus tôt et c’est difficile de vous expliquer sans trop en dire.

Sans compter que j’imagine plutôt bien Kit, mais Jessa donne parfois l’impression de manquer de personnalité, elle se laisse un peu trop contrôler par sa famille, sans prendre de risque et j’aurais aimé la voir prendre sa vie en main, sans qu’elle soit poussée par Kit. Au-delà de ça, on passe un bon moment et la romance associée à la plume de Mila Gray ont tout pour plaire, même si on ne s’attend pas à quelque chose de profond. J’ai moi-même lu ce roman en quelques heures. Il ne fait aucun doute que l’histoire sans prise de tête trouvera son public, mais l’auteure aurait mérité d’approfondir certain sujet et je n’aurais pas été contre de réduire une partie de la permission pour se consacrer sur l’impact du drame qui va se produire et également pour éviter un dénouement sans froid.

Lucie