L’Opportuniste | Tarryn Fisher (Love Me with Lies, #1)

Il y a certains romans qui vous laissent une forte impression et des émotions décuplées, je termine celui-ci avec le sentiment d’avoir lu un roman inédit qui m’a surprise et j’ai été embarquée dès les premiers chapitres dans une histoire originale et déstabilisante, ce qui rend le récit encore plus addictif.

Olivia Kaspen est une héroïne unique en son genre, d’une froideur à toutes épreuves, elle n’hésite pas à manipuler ou mentir pour arriver au bout de ses objectifs. Ses certitudes ont volé en éclats lorsque Caleb Drake est entré dans sa vie et son cœur a fini en miettes lorsqu’il a quitté sa vie. Après trois ans a tenté de survivre, elle tombe par hasard sur lui, persuadé qu’il ne veut rien avoir à faire avec elle, elle tente de l’éviter sans succès. Réalisant que le jeune homme est amnésique elle se rend compte qu’une seconde chance s’offre à elle, même si c’est immoral, plus rien ne compte que de passer du temps avec Caleb.

Je pense que si vous êtes arrivé jusque-là c’est que vous réaliser qu’Olivia s’éloigne des héroïnes typiques et pourtant tous ses défauts je peux vous assurer qu’elle est une héroïne fragile et touchante comme on les aime. Elle a conscience de la barrière entre le bien et le mal, mais Caleb va se trouver sur son chemin et face à l’Amour de sa vie elle ne peut pas laisser passer cette chance de tout réparer. Intérieur elle va mener un combat qu’elle n’arrivera pas à gagner, entre la raison qui voudrait qu’elle se tienne éloigner de cet homme et l’Amour qui voudrait pouvoir retrouver ce qu’ils ont perdu il y a trois ans.

Caleb est un personnage qu’on a du mal à cerner, il faut dire que lui-même ne sait pas qui il est, mais il va se rapprocher d’Olivia malgré que une fiancée de sa vie d’avant. Tout ce qu’il pensait appartenir à sa vie ne le satisfait plus aujourd’hui et il a besoin de côtoyer Olivia, l’alchimie est évidente, mais la jeune femme rester à distance inatteignable, protégé par un mur. Il va nous montrer la meilleure part de lui-même et immédiatement on comprend les raisons qui ont poussé Olivia à manipuler pour en arriver là. Les premiers secrets vont nous être révélés et d’autres vont venir s’ajouter à l’intrigue.

Les nombreuses immersions dans le passé vont être primordiales pour comprendre le vécu de nos héros et le chemin parcouru. J’ai appris à comprendre Olivia et l’apprécier malgré ses mauvaises décisions. L’Amour est puissant et dans leur cas tout est tellement intense qu’à un moment quelque chose à cédé et l’émotion est palpable. En découvrant la scène qui a tout fait basculer j’avais le cœur serré, tellement impuissante de voir que tout s’est écroulé, alors le présent donne espoir. J’aurais pu facilement avoir un coup de cœur pour cette histoire, tant l’originalité et imprévisibilité m’ont plu, mais je le frôle de peu.

Publicités

Flora Banks | Emily Barr

img_20170219_180347_471Merci aux éditions Casterman et Babelio.
Le 1er mars 2017 en librairie.

Ce roman est typiquement le genre d’histoire qui conserve une part de mystère. La couverture est assez représentative de ce qui se passe dans la tête de l’héroïne et même si elle n’est pas très entraînante, la lecture du résumé m’a totalement captivée. Je ne saurais pas dire pourquoi, mais j’étais persuadé qu’il s’agit d’une dystopie ou d’un roman fantastique, alors que l’histoire est 100% contemporaine.

A l’image du résumé, l’intrigue va soulever plusieurs points d’interrogation pour le lecteur. Tous les ingrédients nécessaires à une bonne intrigue sont présents et chaque instant passé en compagnie de Flora, ont renforcé mon besoin d’en savoir plus et surtout l’attachement arrive progressivement, pour finir par ne plus réussir à lâcher les aventures de la jeune femme. Les premiers chapitres sont assez répétitifs et je ne savais pas trop comment situer ma lecture et puis j’ai compris que l’auteur nous immergeais dans le quotidien de Flora. Sa vie est un éternel recommencement et j’ai fini par être admirative de ce petit bout de femme, son parcours, ses exploits et sa force. Elle qui n’avait qu’une seule amie, va faire la connaissance de plusieurs personnes qui vont s’attacher à elles et devenir de réels soutiens. Je dois néanmoins admettre que les personnages secondaires sont trop absents et par moments ça m’a manqué.

Il faut savoir que Flora n’est pas une adolescente comme les autres, une maladie affecte sa mémoire et mise à part ses souvenirs antérieurs à ses dix ans, la jeune femme doit réapprendre les faits marquants de sa vie, les personnes qui l’entourent et surtout les causes de sa maladie. Un évènement inattendu va venir bouleverser sa routine, car un souvenir va venir la marquer et pour la première fois de sa vie, ce souvenir postérieur à sa maladie va rester gravé dans sa mémoire. Cet élément déclencheur va être le début d’un périple éprouve et je ne crois pas avoir déjà rencontré une héroïne avec une force de caractère aussi importante. Certes dans certaines situations les doutes vont venir la fragiliser et parfois j’avais l’impression de voir une petite fille, mais son côté battante va la conduire à repousser ses limites.

L’histoire est assez difficile à expliquer, notamment car c’est une question de perception du lecteur. Au cours de ma lecture, je me suis glissé sans mal dans la peau de Flora et le fait que l’auteur est choisi de rendre son récit un peu brouillon est lié aux émotions de son héroïne. Je n’avais qu’une envie porter Flora dans son périple et lui apporter de l’espoir lorsque la situation devait un peu difficile. Il s’avère que l’intrigue recèle bien plus qu’il n’y paraît et l’histoire d’une adolescente un peu étrange, va s’avérer bien plus complexe que je ne m’y attendais en débutant ma lecture. Une intrigue admirablement bien construite, une plume fluide qui captive le lecteur et bien évidemment une héroïne hors du commun qui m’a époustouflée dans son périple. Je suis assez surprise des rebondissements et il y a une part de tristesse qui demeure pendant une bonne partie du roman. Je n’aurais pu imaginer meilleure fin, placée sous le signe de l’espoir.

Lucie

Never Never | Colleen Hoover & Tarryn Fisher (Never Never #3)

20170112_141142never-never-3Très-bonCe roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Comme beaucoup d’entre vous après, deux tomes stressants et intrigants j’avais hâte de découvrir les explications qui ont conduit Silas et Charlie à oublier tous leurs souvenirs. Avant même de commencer, une nuée de commentaires négatifs m’ont un peu déstabilisé et c’est probablement ce qui m’a sauvée de la grosse déception, car j’ai baissé d’un cran mes attentes, me permettant de mieux apprécier ma lecture.

Nous retrouvons encore une fois nos héros, après un énième épisode de leur amnésie, comme à chaque réveil ils vont devoir réapprendre à se connaître et les notes complétées précédemment vont leur permettre de ne pas paniquer. Ce tome m’a conforté dans mon idée que Silas est un pilier pour Charlie et sa gentillesse à toutes épreuves le rend tellement touchant. Il a une manière de canaliser Charlie et son amour est tellement flagrant, que je n’ai pu que m’attacher à lui en le voyant succomber à nouveau.

J’ai du mal à réaliser que ces trois tomes se sont déroulés sur une semaine, ils ont vécu tellement de drames que leur lien n’en est que renforcé. On ne fera pas attention à toute ce que cette semaine a entraîné au lycée, à la maison et avec leurs proches, sujets n’ayant pas été exploité, après je comprends que ce soit un choix des auteurs mais ça rend ma lecture mitigée sur le fond. Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis déçue, car l’histoire d’amour est tout ce que j’aime dans la romance. Seulement, après autant de stress un peu plus de complexité aurait été légitime, après tout ce qu’elles nous ont fait subir.

J’ai surtout du mal à comprendre pourquoi avoir choisi ce format, car il empêche clairement de développer tout ce qui entoure Silas et Charlie. Ça aurait été également l’occasion de creuser les intrigues liées aux personnages secondaires. Et l’opportunité de conclure avec quelques pages supplémentaires. En fait, j’ai l’impression qu’il demeure encore des zones d’ombre et il reste une part de frustration car tout est trop facile, alors justement le reste du roman nous avait habituées à tellement plus complexe. Malgré tout, la romance est mignonne et ça fait patienter en attendant de pouvoir relire Colleen Hoover.

Retrouvez mon avis sur Never Never #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Never Never #2 ICI
Lucie

Never Never | Colleen Hoover & Tarryn Fisher (Never Never #2)

never-never-2Excellent

Depuis quelques jours je subis une petite panne lecture, bien souvent je cherche à m’occuper d’une autre manière que la lecture et c’est terriblement frustrant. Pour lutter contre cette panne, j’ai opté pour les grands moyens et je me suis lancée dans Never Never. Malgré une petite rouille de mon esprit, je me suis replongé dans cet univers propice à la réflexion et je dois dire que cette suite relève le niveau d’un cran.

Je ne m’attendais pas à autant apprécier  ce second opus, lors de ma lecture du tome précédent j’avais bien aimé évoluer dans un décor mystérieux, mais je n’étais pas totalement convaincu. Ici, nous allons nous intéresser davantage au personnage de Silas, qui va tenter d’obtenir des réponses et surtout retrouver Charlie qui n’a contacté personne depuis plusieurs heures. On pourrait croire qu’au vu de l’inégalité des récits, le lecteur soit perturbé, mais je dois dire que les trouvailles de Silas ont éveillé mon intérêt.

On redécouvre un personnage d’une manière différente, il ne va pas évoluer dans l’enceinte du lycée et aucun camarade ne va venir influencer ses choix. De manière réfléchie, il va tenter de regrouper tous les éléments dont il dispose pour comprendre, mais aussi des indices susceptibles de retrouver Charlie. Au cours de ses recherches nous allons découvrir un jeune homme fou d’amour et d’une tendresse incroyable. Ceux que je pensais être un couple à problème vont s’avérer beaucoup plus amoureux que je l’imaginais et des secrets, bien plus complexes qu’il n’y paraît vont émerger. Charlie est peu moins présente, mais on va découvrir une partie des raisons qui l’ont poussé à être celle qu’elle est aujourd’hui et même si je ne porte pas ce personnage dans mon cœur, elle semble beaucoup plus gentille qu’elle ne le montre.

Le récit ne perd pas de son mystère et même si des zones d’ombre demeurent, on commence à voir la lumière et pouvoir penser à certaines théories. Le duo Colleen Hoover et Tarryn Fisher use de ses charmes pour nous accrocher tant avec la narration qu’avec l’histoire et elles ne nous laissent pas dans un flou complet et parsèment quelques révélations, susceptible de nous apporter des réponses, mais la frustration est toujours belle et bien présente, jusqu’à la dernière ligne. Si je devais vous résumer en quelques mots ce que cette lecture m’a fait ressentir, ça serait que le récit est beaucoup trop court ! C’est une douce torture !

Retrouvez mon avis sur Never Never #1 ICI
Lucie

Never Never | Colleen Hoover & Tarryn Fisher (Never Never #1)

img_20161103_192653never-never-1Très-bonEn grande fan qui se respecte, je ne pouvais pas passer à côté de ce nouveau roman signé Colleen Hoover, sans compter qu’il a été co-écrit avec sa grande copine Tarryn Fisher. Autant vous dire que j’étais curieuse de découvrir un autre registre, on peut dire que les ingrédients mélangés ont tout pour que cette histoire fonctionne. Le petit format est à la fois introductif et en même temps il rentre dans le vif du sujet, dès les premières lignes on a ce besoin d’avoir une vue d’ensemble et le côté addictif ne fait que renforcer cette volonté d’en savoir plus. Pour tout vous dire, comme beaucoup avant moi n’aura duré que quelques heures, avant de le reposer de frustration, il faut dire que la fin est très intrigante.

Vous êtes vous imaginé vous réveiller sans souvenir du monde qui vous entoure ? Silas et Charlie ne savent pas qui ils sont et ils n’ont aucun souvenir de leur passé. D’abord dans un état second, ils vont réaliser qu’ils ne sont pas seuls à affronter cette épreuve et ils vont naturellement se tourner l’un vers l’autre. Tout s’accorde à dire qu’ils se connaissent depuis longtemps et ils semblent même être le couple phare du lycée, tout du moins en apparence, car en creusant un peu, le vernis s’écaille.  Le personnage de Silas m’a immédiatement séduite, son caractère, ses réactions, sa manière de réagir, il a tout pour me plaire. Je reste un peu sur mes gardes concernant Charlie, sa froideur et sa manière de se tenir en retrait m’a intrigué, mais en même temps m’a rendu méfiante. On va découvrir des failles et surtout pas mal de secrets qui semblent liés à leurs familles et trouver des réponses va s’avérer compliqué.

Ce tome au final est terriblement frustrant, car il aura fallu introduire une vue d’ensemble de la situation et donc s’intéresser un peu plus aux personnages, leur vie semble liée depuis des années et même s’ils sont comme deux inconnus, ils vont choisir de se faire confiance. J’ai encore du mal à cerner les personnages, Charlie donne l’impression d’être superficielle, mais en même temps elle n’accepte pas totalement d’être une mauvaise personne, alors que Silas semble visiblement être le petit ami parfait. Il n’est pas difficile d’être happée par l’histoire, car tout simplement c’est tellement bien ficelé qu’on ne demande qu’à comprendre. Ce qui est complètement dingue c’est les mystères qui entourent cette amnésie, tout ce qui est lié de près ou de loin à leur histoire s’est complètement effacée, pourtant des souvenirs futiles sont toujours présents dans leur esprit.

Ce qui est perturbant c’est que j’ai été incapable d’élaborer une théorie. Je me suis laissé porter par l’histoire et mon cerveau s’est complètement déconnecté, incapable d’y voir clair. Je pense qu’à ce stade, on est tous rendu au même point à savoir, qu’on a un milliard de questions et aucune réponse qui pourrait convenir à cette situation quasi mystique. Je m’attends évidemment à en savoir un peu plus dans le prochain opus sur ce début d’intrigue complexe et apaiser un peu ma frustration, car j’avais à peine réalisé ce qui se passait que la dernière page était là. Une très belle découverte.

Lucie