Le Songe | Tarryn Fisher

Merci Hugo New Romance pour cette découverte.

J’ai manqué de passer à côté de ce roman à cause d’un résumé ui en disait à la fois beaucoup et pas assez. Alors que jusqu’ici les premiers romans que j’ai découvert de Tarryn Fisher m’avaient totalement conquise, je me suis laissé influencer par un ressenti bête et non construit. Je crois que sans cette réception de Hugo New Romance, j’aurais regretté de n’avoir pas lu ce roman surprenant et je peux vous dire que ça aurait été une belle erreur.

Un simple rêve va venir changer toutes les perspectives qu’avait Helena de son avenir. Dans ce rêve, elle se voit plus âgée, mère de famille et mariée avec Kit, l’actuel petit ami de sa meilleure amie depuis l’enfance. Bien que déstabilisée la jeune femme va reconsidérer la vie qu’elle c’était imaginer vivre. Il faut dire que tout semblait tellement réel que revenir à la réalité va s’avérer difficile comme si elle était déconnectée.

Souhaitant oublier ce rêve, Helena va tenter de se focaliser sur sa relation avec Neil, mais il faut bien constater que ses préoccupations ne sont plus les mêmes et progressivement elle va tenter de se rapprocher de la vie qu’elle mène dans son rêve, s’éloignant progressivement de son avenir tracé et découvrant par la même occasion celle qu’elle est réellement. Ce qui est intéressant avec ce roman c’est qu’on a toujours ce petit doute concernant le rêve, on ne sait pas si; il s’agit d’une prémonition ou si tout simplement c’est une manifestation du subconscient d’Helena. Clairement à force de voir qu’on se rapprochait de plus en plus de ce rêve, j’ai été plus d’une fois à fleur de peau, les nerfs en ébullition face à l’intensité de leurs échanges et la puissance de leur lien.

A la lecture de la quatrième de couverture on avait l’impression qu’Helena se transformait en psychopathe prête à tout pour conquérir le petit ami de sa meilleure amie, alors que clairement ça n’a rien à voir. Certes la jeune femme va se découvrir un nouveau centre d’intérêt qui va attirer l’attention de Kit, mais elle a cette capacité de toujours faire passer les autres avant elle et à aucun moment elle ne va avoir la prétention de séduire Kit. Le rapprochement entre les héros est subtil et pendant une bonne partie du roman, les sentiments ne sont pas très clairs pour l’héroïne et la situation n’est pas idéale pour ouvrir son cœur, la plongeant dans la solitude.

Tout commence par un rêve, un rêve tellement irréaliste que Helena va s’interroger sur sa vie, si douce, gentille et en même temps adorablement maladroite. Jusqu’ici sa vie lui convenait et se tenir en retrait sans prendre de risque n’a jamais été un problème pour elle, pourtant en réfléchissant à son avenir cette vie ne lui convient plus et son rêve va être une force pour la jeune femme qui va découvrir une nouvelle manière de penser. Sans compter qu’elle va apprendre à s’ouvrir aux autres, tout en se découvrant une nouvelle passion pour l’art.

La limite entre passion et obsession est mince, mais on est dans un récit très intense. Une relation au départ quasi inexistante va progressivement se renforcer, de l’intérêt ils vont passer à l’amitié, puis sans qu’eux-mêmes le réalisent des sentiments plus forts vont naître et consolider leur lien. Alors qu’ils luttent tous les deux pour garder à distance leurs sentiments, chaque moment passé entre Helena et Kit les rapproche du rêve. J’ai vécu ce roman plongé au cœur de cette histoire ; j’ai sentie dans certaine scène mon cœur se serrer pour les personnages. Les émotions qui se dégagent de ce roman sont puissante et à l’image de notre héroïne j’attendais simplement d’avoir les explications liées à ce rêve, sans savoir si, il s’agissait d’une prémonition ou d’un souhaite. J’étais simplement animé par le souhait de voir le rêve se réaliser et pourquoi pas davantage.

Ce roman aurait très certainement été un gros coup de cœur sans quelques éléments qui surviennent dans les derniers chapitres. J’ai aimé la complexité du récit et les révélations tout au long de la lecture, mais j’ai trouvé que l’histoire prenait une direction un peu confuse vers la fin et moi-même je ne suis pas certaine d’avoir compris l’utilité de certains passages, il faut dire que la trame de base se suffit à elle-même. Hormis ses éléments qui m’ont un peu embrouillé, c’est une lecture absolument addictive qui m’a fait vivre de bonnes émotions. A ceux qui comme moi hésitent, je vous recommande d’éviter le résumé qui ne fera que vous faire redouter cette lecture, si vous avez aimé l’Opportuniste laissez-vous tenter, ce roman saura attirer. Soyez sans crainte, cette lecture vaut le détour. Tarryn Fisher propose un roman qui sort du lot, une plume envoûtante et une histoire captivante.

Publicités

Forbidden | Tabitha Suzuma

Merci Milady et Net Galley pour cette lecture

Avant tout j’aimerais rappeler que ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, notamment car le thème est relativement difficile et pourrait choquer certains lecteurs. J’ai énormément entendu parler de ce roman et avant de me lancer j’étais craintive de débuter une telle histoire, mais en bonne lectrice qui se respecte je n’ai pas pu résister à l’appel de la curiosité et cette lecture m’a profondément bouleversée.

Je vous avoue que l’écriture de cette chronique est extrêmement difficile, j’ai du m’y remettre à plusieurs fois avant de vous rédiger des phrases ayant du sens. J’ai beau prendre de bonne inspiration, je me sens complètement démuni face à cette histoire hors du commun. J’ai lu beaucoup de roman différents, certains classiques et d’autres plus dérangeants, jusqu’ici je n’avais jamais lu de roman comme celui-ci et j’ai véritablement été affectée par les émotions qui se dégagent du récit. Je n’étais pas préparé à vivre aussi intensément cette histoire et depuis que j’ai terminé ma lecture, je me sens différente.

Maya et Lochan n’ont que treize mois de différence et malgré leur jeune âge, ils sont contraints de jouer le rôle de parents pour le reste de la fratrie allant de 13 à 5 ans. Déterminés à assumer ce que leur mère semble prendre à la légère, ils sont tous les deux dans une position difficile devant jongler entre leurs études et l’éducation de leurs jeunes frères et sœurs. Cette situation peu commune va les conduire à se rapprocher au delà d’une simple relation fraternelle, ensemble ils vont devoir affronter le rôle de parents et être confronté à la naissance de sentiments amoureux, qu’ils n’avaient encore jamais vraiment éprouvés et qui va les ébranler, car ils sont conscients que ce n’est pas normal d’éprouver ces sentiments, pourtant ensemble ils vont lutter pour s’en sortir et tout donner pour leur famille.

Lochan va bientôt avoir dix-huit ans et bien qu’il soit un excellent élève, il a de gros problèmes en société. Cette différence va le conduire à rester solitaire et ses seuls contacts se résument aux temps qu’il passe avec ses frères et sœurs. Et on peut dire que c’est grâce à lui que les enfants s’en sortent, il a cette manière qu’on pourrait qualifier d’autoritaire de s’occuper d’eux, mais à bien y regarder on voit parfaitement qu’il désire le meilleur pour eux, il a toujours été question de les protéger, d’abord de leur mère, puis d’eux-même. J’ai été terriblement touchée par son parcours et sa timidité m’a brisé le cœur, cette détresse qu’il renvoie lorsqu’il se sent acculé m’a vraiment brisé le cœur. Alors lorsqu’il se rapproche de Maya, on a du mal à voir l’horreur dans leur relation, car malgré le côté interdit cet apaisement qu’ils ressentent au contact l’un de l’autre, m’a vraiment fait réfléchir. Ils savent tous les deux que c’est mal et on ressent sans mal l’oppression qui les étouffent, ce combat intérieur pour ne pas succomber. Cette souffrance, puis progressivement l’apaisement et ce réconfort, qui ne peut pas être totalement mauvais.

Avant de rencontrer les personnages j’avais du mal avec l’idée d’une relation amoureuse entre un frère et une sœur et ce n’est pas le genre de romance qui fait rêver et mon idée de base n’a pas changé pour autant. Le sujet me met toujours un peu mal à l’aise et je n’ai pas des papillons pleins les yeux, seulement la qualité du récit et les émotions qui s’en dégagent son authentique et dans le cas de nos héros, ce à quoi ils sont confrontés, je n’ai pas réussi à les haïr de pouvoir enfin être aimé. Même si on n’accepte pas le sujet principal, on ne peut pas enlever aux héros qu’ils ne se sont jamais vraiment comportés comme un frère et une sœur. La composition de la famille les a forcé à devenir adulte et assumer des responsabilités qui n’étaient pas les leurs, alors oui il y a un part de compréhension. Malgré toutes les émotions contradictoires lorsqu’on est face à cette relation, il m’a été impossible de les condamner et j’ai versé un torrent de larmes face à cet amour impossible qui m’a littéralement brisé le cœur. Un roman inoubliable.

Come back to me | Mila Gray (#1)

BonAyant eu un gros coup de cœur pour cette couverture, j’ai fini par succomber totalement au résumé. Et quelle lecture, le premier chapitre m’a plongée dans un stress totalement incontrôlé, Mila Gray a fait le choix de démarrer par l’annonce d’un drame tout en taisant les points importants de l’histoire, au fil des pages je me suis attaché au héros qui est adorable et j’ai senti grandir la boule au ventre, face à la révélation d’un drame qui allait forcément m’affecter lorsque tout serait révélés.

Le début de l’histoire démarre sur une romance assez classique, Kit est le meilleur ami de Riley depuis qu’ils sont adolescents et depuis aussi longtemps qu’elle se souvient Jessa est complètement sous le charme, mais n’envisage pas une seconde avoir une chance de séduire le jeune homme. Son métier de marine, le tenant éloigné de la maison elle n’a jamais vraiment cru possible une idylle. De retour de la région pour quelques semaines, le jeune homme va prendre conscience que la jeune fille qui n’a pas quitté ses pensées depuis neuf mois au Soudan, est devenue une jeune femme éblouissante, mais son frère étant d’une nature protectrice, il va hésiter à lui avouer ses sentiments. L’alternance des points de vu permet d’avoir une vu d’ensemble sur la pureté des sentiments des deux protagonistes.

Face au charme de Kit, Jessa ne va pas mettre longtemps à se laisser embarquer dans une histoire avec le jeune homme. Bien que la romance démarre un peu rapidement, c’est tout une intrigue qui va se décider autour du couple, notamment le fait qu’ils doivent préserver secrète leur relation naissance et à côté de ça, nous allons découvrir de vieilles querelles de famille qui lit le père de Kit et le père de Jessa. Parallèlement le stress post-traumatique lié à la guerre va prendre une place importante dans la vie de Jessa, puisque son père souffre d’un gros trouble qui impact sa relation avec sa famille.

La romance éclate un poil trop rapidement, ils vont y aller doucement pour se donner une vraie chance et le départ de Kit va commencer à peser sur leur relation. Pour tout vous dire, la romance occupe un peu trop de page et certains passages sont un peu longs, je m’attendais à voir d’autre sujet évoqué. Notamment le fait que Riley et Kit adorent appartenir aux Marines, alors j’aurais aimé une meilleure vision d’ensemble et mesurer l’ampleur de leur sacrifice. L’équilibre entre le temps de permission et le retour au combat de Kit n’est pas équitable, l’histoire est vraiment mignonne et il est clairement impossible de lui dire non, pourtant au vu de la bombe évoquée au début du roman, j’aurais pensé que la gravité de la situation apparaîtrait plus tôt et c’est difficile de vous expliquer sans trop en dire.

Sans compter que j’imagine plutôt bien Kit, mais Jessa donne parfois l’impression de manquer de personnalité, elle se laisse un peu trop contrôler par sa famille, sans prendre de risque et j’aurais aimé la voir prendre sa vie en main, sans qu’elle soit poussée par Kit. Au-delà de ça, on passe un bon moment et la romance associée à la plume de Mila Gray ont tout pour plaire, même si on ne s’attend pas à quelque chose de profond. J’ai moi-même lu ce roman en quelques heures. Il ne fait aucun doute que l’histoire sans prise de tête trouvera son public, mais l’auteure aurait mérité d’approfondir certain sujet et je n’aurais pas été contre de réduire une partie de la permission pour se consacrer sur l’impact du drame qui va se produire et également pour éviter un dénouement sans froid.

Lucie

Did I Mention I Need You ? | Estelle Maskame (D.I.M.I.L.Y. #2)

DIMINYCe livre est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Parfois on passe un bon moment dans une histoire, alors que les personnages et leurs actions nous rendent dingue. Cette série exerce un pouvoir assez déroutant, j’ai passé une bonne partie du roman à vouloir frapper les personnages. Leurs mauvaises décisions vont entraîner une série de réactions qui auraient pu être évité s’ils avaient eu un peu de jugeote, seulement voilà je suis complètement accro à cette histoire et ça m’ennuie de l’admettre, mais malgré leur comportement affreux je n’ai pas réussi à m’empêcher de dévorer chacune des pages et attendre leur happy-end.

Eden et Tyler ne se sont pas vu depuis un an, leur histoire étant impossible, elle a décidé de donner une chance à sa relation avec Dean. Pourtant, lorsque son demi-frère l’invite à venir passer six semaines à New York, avec aucun parent pour venir interférer dans leur relation, elle ne peut s’empêcher de tout abandonner pour le rejoindre. Et malgré que ce soit son dernier été à passer en compagnie de son petit ami, le besoin de voir Tyler est plus fort que tout et elle part le retrouver, persuadé qu’elle veut seulement se prouver qu’ils sont passé à autre chose, mais peut-on vraiment résister à l’amour ?

Je pense que si vous êtes arrivé jusque-là dans cette chronique, vous comprendrez ce qui m’a profondément dérangée. J’admets que la situation est compliquée et tombée amoureuse de son demi-frère est difficile à accepter. Lorsque Eden a choisi de mettre un terme à leur relation, elle n’avait pas tort dans le sens où personne ne va accepter cet amour interdit. Ce qui rend son personnage détestable, c’est sa manière de se rabattre sur Dean, elle éprouve de la sympathie pour lui et c’est la solution de facilité, mais partir six semaines chez Tyler, en sachant que son gentil petit ami va sagement attendre son retour, après qu’elle est revue son ex est profondément odieux. Je vous jure ça me dégoûte, alors oui pendant quelques pages ils vont tenter de résister parce que ce n’est pas très sympa pour ce pauvre Dean, mais bon au final ils vont vite l’oublier et ne pas réfléchir à leurs choix.

Le truc c’est que malgré toute l’antipathie que je peux éprouver pour ces deux personnages, leur relation est belle. Leur amour impossible est douloureux et ne pas pouvoir être ensemble les déchire, encore une fois dans ce tome ils jouent un peu au jeu du chat et de la souris, mais leur amour est indéniable et lorsqu’ils sont ensemble, on est sous le charme. Tyler est particulièrement irrésistible dans ce tome, son année à discuter de son passé lui a été bénéfique, il est beaucoup plus calme et apaisé, sans compter qu’il semble avoir complètement arrêté les drogues, ce qui rend leur relation plus belle dans ce second opus. Un peu déçue par la fin, qui laisse un arrière-goût de déjà vu, j’aurais bien aimé que l’auteure ne soit pas si prévisible, mais j’ai hâte de découvrir la suite.

Retrouvez mon avis sur D.I.M.I.L.Y. ? #1 ICI
Lucie

Unlimited | Melody Grace (Beachwood Bay #4)

Ce livre est le tome 4 d’une série.

Après une petite pause sur la publication de cette série, je suis ravie de voir que les Éditions Prisma ont décidé de reprendre. Bien que la petite bande soit au second plan, nous retrouvons Alicia aperçue dans les deux derniers tomes. Bien que nous ne l’ayons aperçu que brièvement, j’étais curieuse de connaître son histoire, car sous ses airs de control freak, son personnage avait tout pour me plaire. Bon par contre je suis hyper déçue qu’il est changé le format, ce dernier tome est complètement dégueulasse dans ma bibliothèque, c’est rageant d’avoir changé sans aucune explication, ma pauvre série…

Depuis qu’elle a rencontré Hunter à la fac, Alicia Wright est éperdument amoureuse du jeune homme. Issue de milieu identique et proche de la famille de ce dernier, elle a toujours cru qu’il verrait enfin qu’elle est à ses côtés. Seulement depuis sa rencontre avec la talentueuse Brit, tous ses espoirs se sont envolés, bien qu’une infime part d’elle-même espère qu’il ne soit pas trop tard, tout va s’envoler à l’annonce prochaine du mariage de l’heureux couple. Face à l’évidence elle est complètement anéanti et elle décide de se tourner vers la seule personne qui peut lui offrir une échappatoire Dex Callahan.

Il y a quelques mois sa rencontre avec le rockeur a été source d’évasion et d’oubli. Alors qu’elle n’envisageait pas de le recontacter, sa proposition de venir loin de tout pendant 7 jours, avec pour seul objectif se reconstruire et oublier son chagrin semble être la solution à sa peine. Complètement dévastée, elle décide de partir sur un coup de tête pour Beachwood Bay où le musicien a une maison loin de tout. Je crois que dès le départ, le héros avait tout pour me séduire, bad-boy, tatoué et musicien, sans oublier une histoire qui le hante et le tien éloigné de la scène pour une obscure raison. Le couple fait clairement des étincelles et la parfaite petite Alicia va apprendre à ne pas tout analyser, seulement profiter de l’instant présent. J’ai beaucoup aimé le lien que les héros tissent et malgré ce qu’on pourrait penser, ils ne vont pas se jeter à corps perdu l’un dans l’autre, mais apprendre à lâcher prise ensemble.

En bref, j’avais été habituée avec les tomes précédents à des personnages secondaires charismatiques et bien que je sois ravie, la bulle de protection qui entoure nos héros est peut-être un peu trop hermétique au reste du monde. Cependant une histoire aussi prenante que les tomes précédents avec un couple touchant et une romance torride bien plus profonde qu’il n’y paraît. Prenez un rockeur sexy au passé sombre, une adorable petite rouquine qui manque de confiance en elle, la plage, le soleil et une bonne dose d’amour. Secouez et le cocktail est prêt pour dégustation.

Lucie Signature