Zane | Rachel Van Dyken (Famous Love #2)

Résumé :

« Cela faisait quatre jours que la musique me venait. Quatre journées fortes d’émotions que je ressentais pour la première fois en deux ans.
Le seul problème, c’était elle.
Tout bon artiste a sa muse. J’avais trouvé la mienne. Et je n’étais pas certain de vouloir la laisser partir. »
Zane « Saint » Andrews mène une vie de rêve. Chanteur de rock aussi talentueux que sexy, il est adulé par des milliers de fans. Pourtant, derrière la star sulfureuse se cache un homme sensible. Peinant à surmonter son anxiété, Zane se réfugie dans la tranquille ville de Seaside, où il espère trouver l’inspiration pour son prochain album. C’est alors qu’il rencontre Fallon. Cette jeune femme au caractère bien trempé le comprend comme personne. Et pour la première fois depuis des années, le chanteur se sent enfin lui-même. Mais leur relation ne tarde pas à mettre au jour des secrets susceptibles de détruire la réputation et la carrière de Zane…
Merci aux éditions Milady pour l’envoi de ce roman

On peut dire que Rachel Van Dyken a l’art du teasing, puisqu’elle a réussi à attirer mon attention sur un personnage qui n’était même pas le héros et passages en sa présence n’ont fait que renforcer mon envie. Ce tome est un mélange parfait d’humour et d’émotions. Zane est un personnage haut en couleur en société et une fois les premières révélations, difficile de ne pas éprouver de la sympathie pour ce héros pas comme les autres.

Le personnage de Zane est complexe, il est facile de se faire une idée de l’homme qu’il est et son côté insouciant ne fait qu’accentuer cette impression. Bien qu’il soit impulsif et parfois hors de contrôle c’est lorsqu’il est sous pression que son côté obscur refait surface. Tout le monde pense connaître Le Saint, chacun est prêt à tout pour l’approcher. Pourtant malgré son apparente désinvolture, son passé l’a profondément marqué et célébrité est un rappel constant de la souffrance qui l’habite. Cette fragilité en fait un personnage très touchant et bien que ses traits de caractère soient un peu poussés, Zane est un personnage qu’il est facile d’apprécier.

C’est également l’occasion de faire de nouvelles rencontres, Fallon est une héroïne profondément gentille et sa normalité, c’est ce qu’il fallait à notre héros qui n’avait jamais été approché sans arrière-pensée. Cette jeune femme, c’est une vraie bouffée d’air frais et malgré ses doutes, elle va s’avérer être d’un grand secours à Zane. Sa capacité à écouter les souffrances, va lui permettre d’être la seule à comprendre cet artiste torturé. J’ai ri à leur première rencontre, été touché par la naissance de leur amitié et conquise par la confiance qu’ils vont s’accorder. J’ai trouvé Fallon un peu cliché et on s’intéresse un peu trop à son physique, mais elle est touchante.

Nous avons une belle alchimie entre les personnages, Zane et Fallon vont développer un lien particulier qui va leur permettre de se comprendre mutuellement et surmonter les souffrances. Ce fût un plaisir de retrouver cette bande d’amis soudée et c’est tellement dommage de ne pas connaître leurs histoires respectives. Un peu déçu également concernant l’absence de traduction des chansons écrites par Zane, elles étaient le reflet des émotions de notre héros et j’ai eu du mal à saisir ces révélations à cœur ouvert. Les derniers chapitres réussissent encore une fois à mettre l’accent sur le personnage du troisième opus et c’est avec impatience que j’attendrais l’histoire de Will. Moment détente assurée et une auteure qui nous embarque dès les premières pages.

Retrouvez mon avis sur Lincoln # ICI
Publicités

Follow Me Back | A.V. Geiger (#2)

Résumé :
Personne ne sait ce qui est arrivé au prodige pop-rock Eric Thorn. Son compte Twitter ? Bloqué. Son portable ? Enterré dans la neige, l’écran brisé et maculé de sang.
Tessa Hart, fangirl agoraphobe, connaît la vérité, mais elle a définitivement tourné la page #Tessa♥Eric. Plus question de toucher à son compte Twitter. En revanche, Snapchat… c’est beaucoup plus sûr, non ?
Après avoir fait profil bas pendant des mois, Tessa sort de sa cachette, forcée d’affronter les fantômes de son passé…

Très heureuse d’avoir pu partager cette lecture avec Elea du Forum Boulevard des Passions, ensemble nous avons pu apprécier l’addictivité du récit et j’ai pris plaisir à retrouver la plume de A.V. Geiger. La fin du précédent opus a eu le temps de nous travailler et à l’époque nous avions plusieurs hypothèses concernant la suite de l’intrigue, mais c’est surtout le sentiment de frustration qui nous habitait. Un peu effrayée à l’idée que cet opus ne transmette pas autant d’émotion, j’ai débuté ma lecture sur mes gardes et rapidement, mon esprit c’est focalisé sur les éléments à notre disposition.

Comme dans le précédent opus nous alternons entre les points de vue de plusieurs personnages clés, avec en bonus un interrogatoire toujours aussi oppressant et surtout intrigant. Bien qu’ayant des réponses rapidement concernant des zones d’ombre précédemment évoquées à la fin de Follow me Back, le mystère entourant ce second tome n’en demeure pas moins épais et en tant que passionnée de lecture, des millions d’hypothèses me traversent l’esprit durant ma lecture. J’ai d’ailleurs eu quelques frayeurs avec une imagination parfois un peu trop prolifique, mais c’est totalement l’intrigue que j’attendais pour apprécier une suite à ce thriller addictif.

Dès le début l’histoire démarre au quart de tour puisque de nombreuses questions concernant la disparition soudaine d’Eric Thorne, n’ont toujours pas trouvé de réponses et le dernier message posté sur le compte d’Eric n’augure rien de bon. La seule personne à connaître toute l’histoire c’est Tessa Hart, la jeune femme agoraphobe qui est tombée amoureuse de la célébrité convoitée de tous. Après plusieurs mois d’angoisse, Tessa a toujours autant de mal à se remettre de ses émotions, ses angoisses sont toujours présentes et ses difficultés à interagir avec les autres n’ont jamais été aussi puissantes. Les réseaux sociaux ne lui procurent plus le réconfort qu’elle éprouvait au Texas dans sa maison, à communiquer avec Eric. Il aura suffi de passer de Twitter à Snapchat pour raviver de vieilles blessures. Elle va devoir affronter son passé et ses démons.

Les angoisses de Tessa sont encore une fois traité avec beaucoup d’empathie et durant ma lecture, je n’ai cessé d’apprécier ce personnage. On sent que son combat est compliqué et malgré ses efforts, la guérison ne se fait pas du jour au lendemain. Même si, elle ne le constate pas forcément, on constate une évolution de son personnage, à commencer par son agoraphobie beaucoup moins handicapante et un désir de s’en sortir. Définitivement une héroïne qui me rend admirative, tant par sa volonté de s’en sortir, que par ses réactions touchantes.

Vous l’aurez compris, cette nuit réunit tous les éléments pour captiver le lecteur et comme moi vous aurez du mal à le reposer. Les chapitres sont cours et le besoin de réponse agit comme automatiquement, j’ai à de nombreuse reprise dû diminuer la cadence au risque de m’emballer et finir cette lecture commune en solitaire. L’intrigue est crédible et moi qui avait peur que ce soit le tome de trop, ça me montre que j’ai eu tort de ne pas faire confiance à cette auteure de talent. Il faudra attendre les derniers chapitres pour que la vérité éclate et bien que ces révélations ne soit pas forcément une surprise, on ressent l’urgence de la situation. Un roman haletant qui a de quoi ravir les lecteurs. Je vous recommande cette auteure qui a une plume envoûtante.

Retrouvez mon avis sur Follow me Back #1 ICI

La fille qui cherchait son chien (et trouva l’amour) | Meg Donohue

Très bonA paraitre le 4 novembre 2015, chez les éditions MOZAÏC

Tout d’abord, je tiens à remercier NetGalley France et les Éditions Mosaïc, pour ce roman que j’attendais avec une grande impatience. Au premier abord, la couverture est assez surprenante et bien que je ne sois pas particulièrement fan, elle a suscitée ma curiosité et le résumé avait tout pour me plaire et j’ai été ravie de ma lecture, je ne pouvais pas espérer passer un moment plus chaleureux qu’en compagnie de nos héros, sans compter que l’intrigue est unique.

Maggie Brennan est une trentaine, psychologue spécialisé dans le deuil animalier, au premier abord son métier peut surprendre, mais même si son activité peine à démarrer, elle est en relation avec quelques clientes qui sont ravies de leurs séances. Si pour ses patiences elle est la psy idéale, de son côté elle a tendance à un peu trop s’attacher et le départ de ses patientes est toujours un moment difficile à passer. Sous les nombreux diplômes qu’elle affiche fièrement se cache une jeune femme engloutie par ses angoisses. Dès le premier chapitre on comprend qu’il y a un problème, puisque notre héroïne n’a pas mis les pieds dehors depuis quatre-vingt-dix-huit jours et elle se bourre de vitamines.

Et malgré toute la bonne volonté de sa meilleure amie, Lourdes ne peut qu’observer la souffrance de son amie sans réussir à lui faire sortir la tête de l’eau. L’arrivée d’une nouvelle patiente dans son cabinet va remettre en question sa vie et ensemble, elles vont s’aider mutuellement pour guérir et bien au-delà d’une relation médicale, va se développer une vraie amitié entre les deux jeunes femmes. De son côté Anya est en plein déni et n’accepte pas l’idée que son chien puisse être mort. Au fil des jours, au contact de la famille et de l’entourage de sa jeune amie, Maggie va commencer à sortir de sa coquille.

Je tiens à préciser que ce roman ne s’adresse pas nécessairement aux amoureux des bêtes, pour ma part je n’ai pas de chien et j’ai été pourtant très touchée par le thème du roman. Les chiens sont des compagnons fidèles et ce roman rend hommage à ces animaux qui sont bien plus que ça, au-delà de la relation qui va se développer entre un maître et son chien, c’est parfois un compagnon idéal pour surmonter une maladie, des angoisses ou tout simplement une solitude qui s’est instaurée. J’ai vraiment adoré la manière dont les chiens sont décrits, on démontre les bien-faits liés à l’animal et j’ai été touchée par ses maîtres qui avaient du mal à se remettre de la perte de leur animal, car au fil des ans, le chien fait partie à part entière des familles et Maggie va être d’un soutien infaillible pour les aider à traverser le deuil. L’adorable Giselle, va jouer un rôle déterminant dans la guérison de Maggie.

On pourrait croire qu’avec un tel sujet, l’ambiance serait un peu morbide et bien, l’auteure apporte une pointe d’humour remarquablement dosée. On est spectateur du combat de Maggie pour s’en sortir, le début se consacre beaucoup aux pensées de l’héroïne et je trouve ça indispensable pour comprendre l’enfer qu’elle vit, ces gestes du quotidien sont pour elle un véritable enfer, toutes ses pensées qui se bousculent lorsqu’elle tente de passer la porte de son domicile, sont indispensables pour comprendre parfaitement les raisons qui vont la pousser à se surpasser et surtout, on ne peut qu’apprécier cette jolie jeune femme qui va retrouver l’espoir et surmonter ses angoisses qui l’étouffent.

Meg Donohue a écrit un roman touchant où on découvre qu’une amitié peut se développer dans des circonstances particulières et que parfois les gens qui nous aident ne sont pas ceux à qui on aurait pu penser. En compagnie d’une jeune adulte perdue Maggie va apprendre à maîtriser ses angoisses et rencontrer un charmant célibataire, qui va lui donner des papillons dans le ventre qui n’ont rien à voir avec une éventuelle crise panique. Un roman idéal qui m’a permis de m’évader, j’avais besoin d’une lecture réconfortante et on peut voir que même dans la simplicité, on peut passer un bon moment. J’ai aimé sourire, éprouver de la tendresse, ou de la peine dans certaines situations, mais j’ai surtout adoré le message véhiculé par l’histoire. Je recommande chaudement que vous ayez ou non des animaux.

Signature Lucie

Blacklistée | Cole Gibsen

ImpressionJ’avais très envie de découvrir ce roman, car le sujet du harcèlement était sous le feu des projecteurs il n’y a encore pas si longtemps. J’ai été vraiment touchée par la manière dont l’auteure choisit d’aborder ce thème et il est difficile de rester de marbre face à tant de détresse.

Regan Flay fille d’une députée est ce qu’on pourrait appeler populaire, sa mère exige d’elle un comportement irréprochable et un engagement sans failles à de nombreuses activités pouvant favoriser le dossier universitaire de sa fille. Pourtant sous cette apparence de fille parfaite, Regan souffre de nombreuses crises d’angoisse, car la pression est souvent difficile à supporter, mais cacher ses troubles lui donne l’impression de ne pas avoir de faille. Elle n’est pas à proprement parler quelqu’un de foncièrement méchante, mais sa mère lui a appris à se sortir de toutes les situations et la manipulation est parfois un moyen efficace d’obtenir ce qu’elle souhaite, pour satisfaire les ambitions de sa mère. Chaque faiblesse doit être éradiquer, car sa mère n’accepte pas l’échec et son poste de députée occupe chacune de ses pensées et Regan  le vit très mal.

La publication de ses textos et messages privés Facebook dans tout le lycée, va considérablement changer la popularité de Regan et en l’espace d’une journée, elle va passer du statut de princesse, à celui de victime. Tout ce qu’elle a pu faire va être exposé aux yeux de tous les élèves et elle va se retrouver complètement seule, sans personne pour vivre ça avec elle. Elle va pourtant trouver un soutien inattendu auprès de Nolan, un marginal qui n’est pas des plus sociables. Et même si elle n’est pas décidée à l’intégrer à sa vie, il va se faire une place et tous les deux vont découvrir à quel point les apparences sont trompeuses. Aucun des deux n’avait imaginé pouvoir se rapprocher l’un de l’autre.

J’ai trouvé le récit réaliste et très bien dosés. J’avais peur que l’auteure nous entraîne dans l’extrême et au final, les attaques sont subtiles, mais suffisamment destructrices pour rendre notre héroïne vulnérable. Je pense que je me suis attachée à elle, car elle de nombreuses failles. Sa recherche de la perfection va la conduire à se laisser entraîner dans des combines et même si elle n’a pas le rôle du bourreau principal, c’est surtout son manque d’intérêt pour les blessures des autres qui vont lui vouloir un revers de la médaille. J’ai apprécié qu’elle se remette rapidement en question et dans un premier temps sans qu’on la pousse à s’excuser. Ensuite, au contact de Nolan elle va reprendre confiance.

En bref, Blacklistée est le genre de roman que vous aurez du mal à reposer lorsque vous l’aurez commencé et rien que pour le sujet mené à merveille, je vous recommande cette lecture qui fait vraiment réfléchir et si chacun pouvait apporter un peu plus d’amour et moins de haine, le harcèlement n’existerait plus. C’est quand même révoltant, qu’un groupe puisse décider qu’une certaine personne sera la victime, tout ça parce qu’elle est différente. Chacun devrait avoir le droit d’être qui, il veut. Si vous ne l’avez pas déjà acheté, je ne sais pas ce que vous attendez, il ne faut pas passer à côté.

Signature Lucie