Mon ange, mon pirate | Mily Black

Résumé :

Ange est une jeune femme sans histoire
Jusqu’au soir où elle doit réécrire la sienne.
Ange avait tout pour être heureuse : un petit ami, une famille, un travail passionnant. Tout aurait été pour le mieux si son monde n’avait pas volé en éclat la nuit du Nouvel An.
Désormais célibataire, Ange n’a qu’un homme dans sa vie qu’elle chérit plus que tout : son petit pirate. Pour lui, elle est prête à enchaîner les nuits blanches, à dépenser ses maigres économies, au point d’accepter une collaboration peu ordinaire sur un gros dossier pour sa société.
Simuler des fiançailles, est-ce vraiment si difficile ? Tout dépend du partenaire, et de sa motivation.
Je remercie Mily Black pour l’envoi de cet ebook.

Depuis quelques années, lorsque Mily Black sort un roman c’est un arrêt au stand obligatoire, l’annonce de Mon ange, mon pirate s’est démarqué par une prise de risque inédite puisque malgré plusieurs éditeurs qui lui ont fait confiance, notre auteure a choisi de sortir ce roman en auto-édité. Je ne suis pas auteur, mais je suppose que ça s’apparente à ce jeter dans le vide, avec la peur au ventre. J’ai décidé de partager ce moment de lecture avec la blogueuse Bib Hors les murs et j’ai été ravie de lire en simultanée avec toi et d’autant plus qu’on a apprécié notre lecture avec une vue d’ensemble plutôt semblable et un ressenti très positif sur l’histoire et ses personnages.

Ange est ce qu’on qualifierait d’une femme simple, à une chose prêt sa vie à éclater la nuit de la St Sylvestre et rare sont les personnes de son entourage à connaître l’impact qu’a eu cette journée dans la vie. Désormais célibataire, la jeune femme peut compter sur le soutien de sa maman et sa seule motivation pour avancer c’est son pirate qu’elle aime plus que tout. Malgré les nuits blanches, Ange se donne corps et âme dans son travail pour en tirer quelques économies. Cette situation ne pouvant plus durer, la jeune femme va accepter une collaboration particulière pour un gros client de son agence et même si simuler des fiançailles est loin d’être simple, la motivation est là et il va falloir faire des concessions pour supporter son partenaire.

L’intrigue peut sembler être du déjà vu, mais à plusieurs reprises nous avons été agréablement surprises par les rebondissements. A commencer par les secrets qui entourent la vie privée d’Ange, son entourage ne semble pas desceller que sa vie à changer et c’est quand même assez fou tout ce qu’elle a vécue sans être entourée. Il y a une forme de pudeur concernant sa nouvelle vie, la jeune femme n’a pas le temps de s’apitoyer par son sort et même si elle est soumise à un stresse très important, elle est entièrement dévouée. Elle n’aurait jamais acceptée une telle collaboration si elle n’avait pas vraiment besoin de la contrepartie, alors même si elle n’est pas à l’aise à l’idée de jouer la comédie avec un fiancé, elle va mettre sa fierté de côté, tout pour son pirate.

Certaines scènes pourraient s’avérer pesantes, tant le thème est douloureux et pourtant, Ange à une force de caractère impressionnante et malgré sa prise de distance avec ses amis, elle va pouvoir compter sur ses collègues lorsque cela sera nécessaire. C’est d’ailleurs le seul moment où elle se permet de lâcher prise et même s’il y a des jours plus difficiles que d’autres, des scènes sont rafraîchissantes grâce à un humour parfaitement dosé. Avec Bib on a réussi à avoir quelques divergences sur l’équipe à supporter et ce fût une petite victoire très appréciable. D’ailleurs l’équipe en question est à croquer et il fait même la vaisselle, ce qui est non négligeable !

Vous aurez sans doute remarqué que j’ai volontairement laissé des zones d’ombre ce n’est pas par sadisme, mais sachez que ça contribue à apprécier l’histoire, les rebondissements sont très bien amenés et la surprise est souvent de mise créant un doute intéressant. On s’est carrément accordé une après-midi lecture pour venir à bout de nos questionnements et spéculations. Et bien que l’histoire soit différente, dans le sens où le thème ne prête pas forcément à sourire, certains aspects ont largement été récompensé, à commencer par mon côté fan girl grâce à une romance à la fois mignonne et chaude comme la braise. Tout est réuni pour apprécier pleinement cette l’histoire, tant parce qu’elle est touchante et différente, mais également grâce à des personnages drôles, complices, touchants et très très intenses. Une prise risque effrayante, mais qui est réussie.

Publicités

Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire | Joanna Bolouri

Résumé :

À trente-huit ans, Emily a un travail satisfaisant, des amis fabuleux, et surtout, un appart merveilleux, situé à des centaines de kilomètres de sa famille trop intrusive. Sa seule source de stress est Evan, son jeune voisin, qui fait beaucoup trop de bruit la nuit… Mais qu’importe ! Heureuse en couple avec Robert, Emily espère bien l’inviter chez elle pour Noël et lui présenter ses parents. Le temps des questions indiscrètes et des moqueries est enfin derrière elle ! Mais quand elle s’aperçoit que Robert lui ment depuis le début, Emily décide de rompre. Et maintenant, comment affronter sa famille pendant les fêtes ? Elle fait alors appel au fêtard d’à côté…
Je remercie les éditions Milady pour cet envoi

Jusqu’ici, je ne me suis jamais faite de PAL de saisons, mais pour ce roman impossible de ne pas le lire en plein mois de décembre et ressentir la magie de Noël. J’ai attendu quelques jours avant de le sortir de ma PAL histoire d’être accordé à l’ouverture du calendrier de l’avant. Quelle belle surprise, c’était le premier roman que je lisais de Joanna Bolouri et c’est une comédie romantique comme je les aime : drôle, tendre et craquante.

Je réalise que je lis souvent des romans avec des personnages proches de ma tranche d’âge et pour le coup c’est la première fois qu’une héroïne dépasse la trentaine, ce n’est pas dénuée de sens car comme beaucoup je m’identifie à des héroïnes qui ont des points communs avec moi et contre toute attente, même si l’âge à une place importante dans cette histoire, ce n’est pas dérangeant  puisque à l’origine de quelques situations cocasses.

Après plusieurs années de célibat, Emily est confrontée depuis plusieurs années à l’insistance de sa famille pour connaître l’évolution de sa vie sentimentale, cette année elle file le parfait amour avec Robert et elle espère bien venir accompagner au traditionnel Noël familial. Lorsqu’elle annonce la nouvelle à sa famille, elle ne peut échapper aux questions toutes plus intrusives les unes que les autres, mais cette année les choses sont différentes, elle pourra affronter sa famille sans devoir justifier sa solitude. Seulement, la situation se complique lorsque quelques jours avant leur départ elle apprend la vérité sur Robert et décide de rompre. Emily se retrouve face à un choix difficile : avouer la vérité ou s’arranger pour sauver les apparences. Contre toute attente, elle décide de faire appel à Evan son voisin insupportable qui lui pourrit la vie avec ses nuits agitées.

Bien évidemment vous vous doutez que la situation va réserver quelques scènes drôles, mais en même temps l’alchimie n’est pas loin donc parfois la tension crépite. J’aime beaucoup la manière dont on découvre les rapports houleux des deux voisins, ce n’est pas vraiment qu’il se déteste, mais Evan est une source de stress dans la vie d’Emily et le manque de sommeil va la pousser à se venger d’une manière assez amusante. Il s’avère qu’Evan va se révéler être un soutien inattendu et malgré qu’il ne soit pas ami, il va accepter d’aider Emily. Durant ces quatre jours, ils vont se découvrir de manière plus approfondi. C’est une chick-lit charmante, avec une famille touchante et des personnages attachants qui vont nous ouvrir la porte de leur maison le temps d’un réveillon (très alcoolisé).

Je suis assez surprise de la place qu’occupe la romance, souvent dans ce type de roman on la place en second plan et bien que l’héroïne profite de ce retour aux sources pour réévaluer sa vie de presque quarantenaire après une énième séparation, elle trouve une alchimie inattendue auprès de son insupportable invité. Et du côté d’Evan, la magie opère à merveille, tant pour son physique avantageux que pour sa personnalité, qui allie humour, romantisme et insouciance. Une fois les préjugés mis de côté, la relation va évoluer tout en douceur, un temps bloqué par la différence d’âge, mais surmonté par la naissance d’une réelle complicité et ils vont pouvoir compter l’un sur l’autre. La fin un peu précipitée a fait retomber mon excitation, mais c’est une très belle romance de Noël.

When it’s real | Erin Watt

Résumé :

Mesdames et messieurs, voici Oakley Ford ! Popstar célébrissime, en une de tous les magazines, des millions de fans, et surtout… un caractère bien trempé !
À première vue, Oakley semble avoir tout pour lui, mais sa famille est en train d’exploser en vol. Et malheureusement, sa musique et son inspiration aussi. Après une énième frasque relatée dans les tabloïds, son équipe doit réagir : il lui faut redorer son image au plus vite ! Trouver une fausse petite amie, une fille douce et sage, qui prouvera au monde entier qu’il a changé…
C’est là que Vaughn Bennett entre en scène. Grande sœur dévouée, étudiante et serveuse à temps partiel : en quelques mots, le prototype même de la fille » normale « . La preuve : elle n’aurait jamais accepté cette mission si sa famille n’avait pas des soucis d’argent. Elle n’a pas vraiment le choix. Et il faut dire que la magie et les paillettes d’Hollywood sont loin de lui déplaire.
Mais en ce qui concerne Oakley, c’est une autre affaire. Cet abruti prétentieux, terriblement égoïste ? Ce n’est pas comme s’ils allaient vraiment craquer l’un pour l’autre dans la vraie vie ! N’est-ce pas ?
Merci Hugo New Way pour cet envoi

J’étais impatiente de découvrir le duos d’auteurs qui compose le pseudo Erin Watt dans un nouveau registre, après avoir découvert La Princesse de Papier et apprécié de manière mitigée les Royal, cette nouvelle lecture était l’occasion de laisser une nouvelle chance à cette plume entraînante. Pas de doute, Elle Kennedy-Jen Frederick ne sont plus à présenter et dans ce roman adolescent, elle s’intéresse le milieu de la célébrité et plus précieusement aux déboires d’un jeune chanteur avec une réputation sulfureuse.

Oakley Ford est un chanteur à succès, qui semble se faire remarquer uniquement lors de ses sorties publiques, où il abuse de l’alcool et des femmes. Afin de redonner une image plus mature à leur client, ses équipes décident de lui trouver une fausse petite amie et par la même occasion attirer un producteur à succès qu’Oakley rêve de rencontrer. Ce rôle de fille douce et sage c’est Vaughn Bennett qui va le tenir, la jeune fille à tout pour plaire, grande sœur dévouée, serveuse à temps partiel pour subvenir aux besoins de sa famille et suffisamment normale pour refuser ce job. Seulement la réalité financière va contraindre Vaughn à accepter ce contrat.

Finalement on se laisse facilement entraîner par l’histoire, malgré un côté assez prévisible. Vaughn va devoir mettre de son côté son idylle avec son petit ami pour pouvoir honorer ce contrat. Bien évidemment, la situation va légèrement échapper à son contrôle et le petit ami secret va rapidement avoir du mal à supporter la séparation. Néanmoins, la maison de disque est assez carré et on ne tombe pas dans le cliché pour autant avec des clauses de confidentialité pour protéger Oakley. Tout le scénario est conçu par étapes pour éviter que la situation ne leur échappe, mais c’est sans compter sur un héros impulsif et à la limite de l’abruti prétentieux.

On ne peut pas dire que la première rencontre soit un coup de foudre, Vaughn va tomber dans les limbes de la célébrité et Oakley va montrer le pire de lui-même. On ressent dès le début le poids de l’obligation des deux parties et ce n’est qu’une fois contraint de se fréquenter, que nos héros vont progressivement laisser tomber leur barrière. Il faut dire qu’ils ont tous les deux leurs démons, Vaughn se sent un peu perdu et elle a besoin de temps pour trouver sa voie. C’est au contact d’Oakley qu’elle va comprendre qu’il est important de choisir un métier qui nous passionne pour ne pas se sentir enfermé. Ce qui n’empêche pas le jeune homme d’être confronté à ses propres problèmes et lorsqu’il parvient à ne pas être exécrable, son personnage est hyper touchant et sensible.

On aborde un angle de vue intéressant de la célébrité et de la solitude qu’elle peut engendrer sans jamais être seul. Quelques scènes assez marquantes son le reflet d’une triste réalité et on est spectateur de comportements détestables certes la célébrité est un choix, mais certains comportements ne sont pas justifiés. C’est ce qui fait qu’on s’attache à notre faux couple, tant grâce à l’humour que par des scènes mignonnes qui rendent cette lecture tellement douce. Et s’il vous faut encore une raison de vous le procurer, la couverture ne vous suffit-elle pas ?

Le Royaume en danger | Erin Watt (Les Héritiers #5)

Résumé :
Depuis que Hartley Wright a rencontré Easton Royal, sa vie n’est plus la même. Elle se découvre des ennemis à chaque coin de rue. Lorsque se produit l’accident qui lui vole ses souvenirs, elle ne peut plus faire confiance à personne, pas même au garçon aux yeux bleus qui lui promet que tout ira bien.
Parce que, si la mémoire de Hartley est pleine de trous, son instinct lui dit que Easton est dangereux. Elle ne sait pas s’il va la sauver ou la détruire. Le chaos qu’il apporte partout où il va est trop dur à gérer, les sentiments intenses qu’il évoque sont trop confus pour être démêlés. Easton veut qu’elle se souvienne. Hartley pense qu’il vaut mieux oublier. Elle a peut-être raison.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi
Ce roman est le 5ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Les adieux ne sont pas aussi tristes que je l’aurais imaginé en débutant cette série, mais cette conclusion n’est pas désagréable pour autant. La plume de ce duo à quatre mains fait encore une fois des merveilles avec quelques améliorations appréciables depuis que j’avais quitté Easton et Hartley. L’insouciance des présentations à laisser la place à une certaine gravité, sans pour autant oublier l’humour caractéristique de la famille Royal.

Le final du tome précédent vous a probablement laissé quelques séquelles, et ce début ne va rien arranger. L’heure est grave et face à la réalité les obstacles vont s’avérer plus difficiles à surmonter. Les premiers chapitres vont nous mettre face aux conséquences des actes de tous les personnages impliqués dans le final. Les séquelles vont s’avérer être aussi sévères des deux côtés et le trouble va rendre la confiance complexe. Le doute n’aura jamais été autant présent, pourtant parfois il faut apprendre à accorder sa confiance avec le cœur.

Hartley devient plus vulnérable, mais son comportement la rend davantage humaine. On est loin de la jeune fille hargneuse du tome précédent, c’est comme si une seconde chance lui était offerte pour faire les choses différemment et j’ai apprécié la voir recommencer de zéro. Bien qu’elle soit par moments un peu seule, elle va pouvoir compter sur Easton pour la soutenir et même si de son côté il a quelques problèmes, il va se montrer digne de confiance pour être un point d’ancrage indispensable pour la jeune femme.

Après on met un peu trop vite de côté les problèmes d’Easton qui se reprend en main sans réelle difficulté. Pour le coup, j’ai eu du mal à croire que ses addictions puissent être balayées aussi facilement, mais son côté gentleman est appréciable. Le couple va se heurter à une situation complexe après les évènements du tome précédent et bizarrement le réconfort qu’ils éprouvent ensemble va convaincre une bonne partie de la famille, mais j’ai trouvé ça un peu trop bisounours que tout le monde accepte si facilement la situation, mais bon ça reste mignon.

Déception concernant l’absence des personnages secondaires, qu’est-ce que les interactions entre la fratrie Royal m’ont manqué. Pas assez de scène où on retrouve les frères dans le meilleur de leur forme. Bien évidemment l’absence de Reed se fait ressentir, tant pour le lecteur que pour Ella, qui passe pas mal de temps seule et qui doit s’occuper de ses frères comme une maman. Même constat du côté de Callum qui s’absente encore une fois pendant une bonne partie du roman et qui laisse ses fils au pire moment. Ce qui rend l’histoire incohérente sur certains aspects et au final j’ai trouvé que l’histoire tirait se force grâce à la consolidation de la romance.

L’intrigue retrouve un second souffle dans la deuxième partie du roman, on s’intéresse aux mystères évoqués dans le précédent opus et les premières révélations vont être intéressantes. On découvre des éléments assez prévisibles, mais qui n’empêchent pas d’être sous pression. On met rapidement fin aux agissements, mais je n’ai pas choisi cette histoire pour son développement policier. La romance vacille entre des moments terribles, des révélations difficiles, des sentiments naissants et une confiance retrouvée. J’ai trouvé, l’histoire plaisante et la fluidité du récit vous fera passer un très bon moment et la famille Royal à la séduction dans le sang.

Mon avis sur La Princesse de Papier #1 ICI
Mon avis sur Le Prince Brisé #2 ICI
Mon avis sur La Prison dorée #3 ICI
Mon avis sur Le Prince Déchu #4 ICI

Pure | Scarlett Cole (Sous ta peau #3)

Résumé :
Il y a des années que Pixie a tiré un trait sur son passé et tous les mauvais souvenirs qui s’y rattachent. Avec un nouveau nom, une nouvelle vie, et une nouvelle famille au studio Second Circle, elle a réussi à se reconstruire et rêve désormais de lancer sa propre affaire.
Mais sa rencontre avec Dred, chanteur et guitariste du groupe de rock Preload, vient jeter le trouble sur cette existence tranquille. Car Dred résiste difficilement au charme particulier de Pixie, avec ses cheveux violets et ses tatouages exotiques autour des bras… Et il sait très bien qu’elle ne lui est pas non plus indifférente, même si elle s’est promis de ne pas s’engager dans une relation.
Si seulement le passé ne menaçait pas de ressurgir… Victimes de chantage, Dred et Pixie vont devoir affronter leurs démons et se battre pour protéger ce qui compte vraiment.

Un troisième opus qui se sera fait désirer et cette lecture aura nécessité quelques ajustements dans l’identité des personnages. La seule chose dont j’étais certaine, c’était mes souvenirs du coup de cœur que j’avais eux pour cette petite jeune femme. De mémoire, le second tome n’avait pas été aussi exaltant que les premiers opus, notamment car l’envie de découvrir Pixie s’était faite très présente. Le duo nous offre une belle romance dosant parfaitement la douceur et l’intensité. Je suis ravie de ce moment de lecture et les voir se confronter à leur passé difficile.

Le mystère qui entoure Pixie se lève enfin, après un aperçu plutôt envoûtant je voulais pouvoir mettre des mots sur son histoire et j’étais loin d’imaginer que les mauvais souvenirs soient aussi touchants. Il y a sept ans Pixie a décidé de prendre un nouveau départ et même si ces années n’ont pas été de tout repos, c’est une véritable famille qu’elle a trouvé et sur qui elle peut compter. Le studio Second Circle lui a permis de s’en sortir et aujourd’hui elle se sent prête à lancer sa propre affaire dans un univers différent, mais où l’artistique est toujours présent.

Sa rencontre avec Dred, membre du groupe Preload, va venir troubler sa tranquillité, le jeune homme va redoubler d’inventivité pour charmer Pixie et bien que la jeune femme tente de garder ses distances en refusant systématiquement tout rapprochement, il est évident qu’elle n’est pas insensible à son charme. On rentre dans une phase de séduction que j’aime particulièrement où nos héros se tourne autour en toute innocence et lorsque enfin la magie opère, mon petit cœur était totalement sous le charme. Ils ont une manière émouvante de s’accrocher mutuellement leur confiance et même si le passé vient se mêler de leur histoire, il est évident qu’ils sont faits l’un pour l’autre malgré les réticences de la jeune femme à s’engager avec lui.

On mêle plusieurs thèmes que j’affectionne particulièrement, le milieu du tatouage, les musiciens et les passés tourmentés qui ont laissé des séquelles, voire de gros traumatismes. C’est le cas de nos héros, à un degré différent, alors que Dred a réussi à s’en sortir, il va être confronté à son passé d’une manière qu’il n’était pas prêt à affronter, mais celle qui m’a le plus touché dans son combat, c’est Pixie. On est face à un réel sentiment d’insécurité et même s’il y a du chemin parcouru, certains souvenirs sont impossibles à affronter. Je me sens toujours un peu mal à l’aise d’apprécier ce genre d’histoire, mais le moment où notre héroïne affronte enfin son passé, ça n’a pas de prix.

La narration étant à la troisième personne, j’ai habituellement du mal à accrocher et pour le coup, la fluidité du récit montre la qualité de la plume de l’auteure, qui réussit à nous tenir en haleine jusqu’au dernier chapitre. Sans compter cette manière d’aborder deux relations amicales, c’est avec beaucoup d’émotions que j’ai découvert ce lien qui unissait tant les membres de Preload, que cet instinct de protection qu’on Trent et Cujo envers Pixie. En écrivant cette chronique, je n’ai pas encore découvert sur qui va porter le quatrième opus, mais je suis impatiente.

Mon avis sur Strong #1 ICI
Mon avis sur Broken #2 ICI