Romance, Young Adult

Ça sonnait mieux dans ma tête | Nina Kenwood

Résumé :
Dans la tourmente du divorce de ses parents, Natalie, grande gaffeuse maladroite, n’a pas la tête à sortir avec des garçons. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Alex…
À dix-huit ans, Natalie termine sa dernière année de lycée et attend avec impatience de savoir dans quelle université elle pourra étudier. Mais pendant les vacances de Noël, ses parents lâchent LA bombe : ils divorcent. Pour fuir l’ambiance électrique, Natalie se réfugie chez ses meilleurs amis qui la poussent à profiter de la vie. Introvertie et très gaffeuse, Natalie n’a jamais embrassé personne et déteste aller en soirées, préférant la rêverie à la réalité. Mais quand elle tombe amoureuse du garçon qu’elle aurait dû éviter, sa vie se complique et la voilà obligée de sortir de sa coquille. Et si l’amour lui faisait enfin découvrir le monde réel ?

J’avais vu passer ce roman à sa sortie, mais c’est le résumé passionné de son éditrice qui m’a donné envie de me le procurer. Nina Kenwood évoque avec beaucoup de justesse des questions que beaucoup de jeune femme se sont sans doute déjà posé, l’image de la femme, le regard des autres, le tout mêlée aux premiers émois de la vie amoureuse de notre héroïne.

L’histoire débute par l’annonce du divorce des parents de Natalie le soir de Noël et même si elle est presque adulte, cette nouvelle va la chambouler et durant plusieurs semaines elle va voir son quotidien changé et ses certitudes s’effondrer. Pour oublier cette période compliquée, elle va se réfugier dans son cocon avec ses meilleurs amis et ces vacances étant dernières avant son entrée à l’université, elle va vivre malgré elle plusieurs aventures qui vont littéralement la sortir de sa zone de confort et exacerber sa maladresse.

Contre toute attente, elle va accepter de se rendre à une soirée, alors qu’elle déteste les fêtes et encore plus les inconnus, sur place ça va être un véritable cauchemar, jusqu’à ce que son chemin croise celui d’un garçon qui n’aurait pas pu être plus différent d’elle, mais qui pourtant lui donne la sensation d’être en sécurité. L’alchimie entre les personnages est évidente et chaque moment passé en compagnie l’un de l’autre m’a beaucoup plu. Ils avancent tous les deux doucement et malgré les incertitudes de Natalie, la jeune femme va se laisser porter par son cœur et vivre un premier amour qui en fera craquer plus d’un(e).

J’ai beaucoup apprécié les questionnements par lesquels passe Natalie, son adolescence l’a beaucoup fragilisé et certaines blessures ont laissé des séquelles à la jeune femme d’aujourd’hui. L’image de la femme dans les médias a de quoi faire complexer beaucoup d’adolescente et Natalie en est la preuve vivante, difficile de ne pas se comparer aux magazines, mais dans la réalité impossible de photoshoper les petits défauts et ça en vient à faire complexer les femmes qui sont différentes, car les modèles ne sont pas la norme. J’ai trouvé qu’on avait un bon équilibre entre le thème actuel et les problématiques d’une jeune femme en devenir, mais le côté un peu gauche de Natalie apporte également un peu d’humour et ça en fait un roman vraiment détente.

Mention spéciale au décor australien qui nous dépayse complètement avec des fêtes de fin d’année en été. J’ai beaucoup apprécié cette ambiance façon spring break américain où vacances de Noël riment avec bikini et vacances à la mer, et bien évidemment on prend plaisir à découvrir ce début de romance qui est toute douce et on déguste chaque scène où ils se retrouvent. La fin est peut-être un peu rapide et ça en dévient frustrant, mais l’absence d’épilogue fait sens, ils sont jeunes et c’est le début du reste de leur vie. Cette lecture aura apporté du soleil dans cette fin d’hiver morose à moitié confiné / déconfiné et personnellement c’est tout ce que j’espère de cette lecture.

New Romance

Heroes | Battista Tarantini

Résumé :
La vie a joué un très mauvais tour à Grace. Alors qu’elle commençait des études de médecine, son cœur l’a lâchée et elle a dû subir une transplantation cardiaque. L’organe qui bat désormais dans sa poitrine est en bonne santé, mais il lui est complétement étranger. Ne sachant plus qui elle est, Grace s’exile en Australie, chez sa tante, pour tenter de se retrouver, et donner une nouvelle direction à sa vie.
Arrivée dans le bush australien, sa voiture tombe en panne et Z, le garagiste local lui porte secours.
Ténébreux, écorché vif, il répare des voitures en menant une vie solitaire, se contentant de la compagnie de son chien. Grace comprend rapidement que Z n’est pas celui qu’il semble être. Il la fascine, l’attire irrévocablement ; comme elle, il a choisi le désert rouge d’Australie, ses espaces infinis et sa dureté, pour se réinventer.
Au cœur de l’immensité australienne, Z et Grace vont-ils réussir à oublier leur passé ?

Très belle découverte qui dormait dans ma PAL depuis sa sortie, j’avais eu un coup de foudre pour cette couverture au Festival New Romance et j’ai immédiatement craqué. Actuellement je suis en train de purger ma petite PAL et j’ai profité d’une période de creux au niveau des sorties pour prendre le temps de découvrir cette histoire prometteuse. Je trouvais intéressant d’aborder un sujet aussi sensible que la transplantation, pour le coup l’héroïne a totalement réussi à me rattacher à sa cause, malgré que ce ne soit pas l’angle choisi.

Grace est a un tournant de sa vie, après plusieurs mois de convalescence suite à une transplantation cardiaque, la jeune femme est dans l’incertitude et décide de s’exiler en Australie pour se retrouver ou tenter de se construit un futur qu’elle pensait impossible. Au contact de sa tante, des habitants la jeune femme va se reconstruire, mais c’est sa rencontre avec le mystérieux Z, qui va bouleverser son monde. En ville tout le monde connait le garage de Z, et pourtant personne ne le connaît réellement. Menant une vie solitaire, il reste à distance des autres et Grace va malgré elle approcher plus près que quiconque et guérir à son contact d’une manière inattendue.

La relation qui se tisse entre nos héros a un certain charme et il m’a peut-être manqué quelques étapes pour totalement succomber devant cette romance. Nos héros éprouvent rapidement une attirance qu’ils ont du mal à expliquer et la distance que met volontairement Z met une barrière entre les sentiments amoureux et le vécue. Il a cette attitude dure qui rend son personnage parfois difficile à cerner, voire antipathique. Du coup, les rares moments où il baisse sa garde c’est lorsqu’il aborde le sujet des supers héros avec Grace. J’ai trouvé cette manière de communiquer avec des sous-entendus originales, les références citées attire la curiosité. J’ai apprécié le lien qui se créer entre les personnages de comics et la vie de nos héros qui me semble pas si différente.

En bref, une romance mignonne avec un décor de rêve, mis en valeur par la plume fluide de l’auteure. L’histoire est assez linéaire et il n’a pas de gros rebondissements, mais ce n’est pas ce que je cherchais en ouvrant ce roman. Les émotions auraient pu être plus présentes et le couple me toucher davantage, mais cette lecture c’est ce dont j’avais besoin au moment où j’ai lu ce livre donc aucun regret. Une histoire sans prise de tête.

New Adult

Wild Love | Lia Riley (Off the Map #1)

ImpressionTrès bonSi vous me suivez depuis longtemps, vous connaissez probablement mon goût prononcé par le NA. Depuis quelque temps c’est un peu la panne de ce côté. Malheureusement, je crois que j’ai fait le tour des meilleurs du genre et ceux que je découvre me captivent moins qu’au début et ça me désole.

Talia, est une jeune Californienne de 21 ans est au fond du gouffre depuis la disparition de sa sœur. Sa famille a volé en éclat et est dépassée face ses problèmes. Afin de fuir ses souvenirs douloureux, elle décide de s’accorder six mois en Australie, l’objectif est de panser ses blessures et de recommencer sur des bases saines. Profiter, c’est son mot d’ordre. Pourtant ses plans vont être chamboulés par sa rencontre avec Bran un surfer aussi sexy, qu’insupportable. Tous les deux vont tenter de garder leur distance, car leurs passés respectifs sont plutôt contraignants pour envisager un avenir.

Talia est une héroïne qui change des habituelles jeunes femmes du NA, la mort de sa sœur à considérablement accentuer ses TOC et ses phobies et il est difficile pour elle de s’adapter. Elle essaye tant bien que mal à cacher à son entourage que ça lui bouffe la vie, mais elle est complètement submergée. Ses études en pâtissent et sa vie exige des ajustements. Ses parents l’aiment et ses amies sont présentes, mais elle a un vide dans le cœur qu’elle n’explique pas, jusqu’à sa rencontre avec Bran. Elle a cruellement besoin d’être aimée, alors que lui ne croit pas en l’Amour et n’a rien à donner de ce côté, il se sert des femmes et ne s’en cache pas. J’ai trouvé les caractères des personnages plutôt intéressants et même si l’intrigue est classique et Talia m’a touché avec ses problèmes.

L’histoire aurait mérité un univers un peu plus construit, notamment du côté des personnages secondaires. Le style de l’auteure est plutôt simple et les chapitres s’enchaînent rapidement. Je ne vous cache pas qu’en apprenant qu’il y aurait une suite, je me suis demandé où l’auteure allait nous amener. Parce que l’histoire est plutôt plate, pour rebondir sur deux tomes supplémentaires, donc à voir ce que ça donne. Aucun regret, une lecture qui fait voyager en Australie, pays des kangourous et qui donne envie de se jeter à l’eau. Une lecture agréable, rien à redire, la détente est au rendez-vous.

Signature Lucie