Cherche-moi | Geneva Lee (Royal Saga #4)

Date de sortie : 11 mai 2017

Je remercie Hugo Roman et ses attachées presse pour l’envoi de ce nouveau roman de Geneva Lee, bien que je garde un souvenir un peu flou de l’histoire précédente l’histoire conserve le côté addictif. J’ai eu du mal à situer les drames et l’épilogue m’a un peu sauvé la vie pour me rafraîchir la mémoire. Après un début un peu lent, j’ai rapidement été embarquée par la sensualité et l’érotisme du récit.

Afin d’aider sa famille à se sortir d’une passe difficile, Belle avait pourtant un plan tout trouvé et sa vie de future femme était pour elle une opportunité compte tenue de ses rapports avec son futur mari. En découvrant que Philip la trompe, le monde de Belle s’écroule et elle se retrouve seule et sans travail. Avec l’amitié de Clara et Edward, ainsi que le soutien de sa tante Jane, la jeune femme va se lancer dans un défi inédit : trouver un travail. Lorsqu’elle est embauchée par Maître Smith Price, la tension est palpable mais malgré les doutes elle accepte ce poste avantageux, qui pourrait lui permettre de voir son rêve se réaliser.

Je dois dire qu’après un début un peu difficile, j’ai bien cru que j’allais ressortir déçue de cette lecture. Puis au fil des pages, malgré un environnement un peu pauvre, j’ai fini par être aspirée par la passion. Ce n’était pourtant pas gagner, Belle est une femme à la beauté glaciale et après l’échec de sa précédente relation, elle a toutes les raisons de garder ses distances avec cet homme et n’entends pas se laisser faire face à l’arrogance de cet avocat. Ce caractère bien trempé, c’est tout ce que Smith aime chez une femme et malgré son désir de garder ses distances, le désir va tout changer et son besoin de contrôle tout emporter.

Dans une romance érotique, il est toujours un peu délicat de trouver le juste milieu entre les scènes passionnelles et la mise en place de l’intrigue. Je n’étais pas très convaincu lorsqu’ils ont commencé à se rapprocher et qu’ils ont cédé à leur pulsion, car je trouvais que c’était trop rapide et même si le cadre spatio-temporel n’est pas clairement évoqué il ne s’écoule que quelques jours lorsque leur relation débute. Dès le début, la nature de dominant de Smith est mise en avant et cela va valoir des scènes très chaude et sensuelle, sans jamais rentrer dans la vulgarité pour autant. L’intrigue a mis longtemps avant de voir le jour, mais lorsque les contours des secrets ont commencé à être plus net, mon intérêt s’est également réveillé, car au final on a une vague idée de ce qui se trame et ça promet d’être intéressant.

En bref, malgré un démarrage un peu lent j’ai retrouvé toute l’addictivité qui m’avait séduite dans les tomes précédents. Les héros ont des goûts similaires avec notre Majesté et ça donne des scènes torrides. Sans compter qu’on a le plaisir de découvrir l’évolution de notre couple royal et c’est toujours appréciable d’avoir des nouvelles, surtout quand elles sont aussi plaisantes. Très curieuse de découvrir ce que la suite nous réserve, le mystère qui entoure nos personnages est loin d’être éclairci et les hypothèses que j’élabore sont toutes assez farfelues pour être crédible. Une romance érotique, sexy, intrigante et addictive.

Retrouvez mon avis sur Royal Saga #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #3 ICI

Notes Noires | Pam Godwin

J’ai été très heureuse de l’annonce de la sortie de ce roman érotique et dès qu’il est sortie les premiers avis ont été plutôt encourageants donc je n’ai pas hésité une seconde avant de me le procurer. Dès qu’il a rejoint ma bibliothèque, je n’avais qu’une envie me jeter sur cette romance érotique, il faut dire que j’apprécie particulièrement ce genre et ça faisait longtemps que je n’avais pas eu l’occasion de me replonger dans une histoire aussi sensuelle. Le problème c’est qu’au moment où j’allais me lancer, j’ai eu la désagréable surprise d’apprendre qu’il y avait une erreur d’impression donc j’ai au moins eu la chance d’éviter la frustration ultime en commençant cette histoire sans pouvoir obtenir la fin.

Ivory Westbrook, est une jeune femme de dix-sept ans qui a de l’or au bout des doigts et grâce à son défunt père, elle a eu la chance d’intégrer une prestigieuse École de Musique. Cependant ses difficultés financières la place dans une position compliquée, notamment auprès des autres élèves, mais également une certaine rancœur auprès de la direction de l’établissement qui ne voit pas d’un bon œil, que sa meilleure élève soit issue d’un milieu aussi pauvre. Cette dernière année de terminale sera l’occasion pour elle de donner tout ce qu’elle a pour sa passion et malgré l’absence de sa meilleure alliée elle est déterminée à intégrer l’une des meilleures écoles de New York, afin d’être la meilleure parmi les meilleurs.

Ses plans vont être quelque peut chambouler, avec le remplacement de son mentor. Émeric Marceaux est issu d’une famille de privilégiés et après un scandale, se retrouver enseignant dans une école aussi prestigieuse est pour lui une chance. Ce virtuose du piano, va s’avérer être un professeur, autoritaire, directif et intraitable sur la qualité de ses élèves. Sa beauté fait également de lui l’un des professeurs les plus attirants et son jeune âge, ne fait qu’envoûter ses élèves. Il était déterminé à se consacrer à sa passion pour l’enseignement et ses certitudes vont vaciller quand son regard va croiser celui d’Ivory. Elle n’a rien à voir avec ses camarades et malgré l’interdit, ils vont tous les deux éprouver une attirance indescriptible.

Je dois dire qu’immédiatement l’intrigue a su attirer mon attention, l’auteur a fait le choix de mettre des bâtons dans les roues de nos héros dès le début. La relation élèves/professeurs accentue le côté interdit, mais c’est surtout l’environnement dans lequel évolue Ivory qui va être le plus gros obstacle. Je dois admettre que son parcours est un peu cliché et elle a eu une vie vraiment difficile, qui aurait pu la détruire et pourtant elle va tirer une force incroyable de ses épreuves. Malgré l’attirance physique, Ivory va conserver une distance avec son professeur et c’est tout à fait normal. Pourtant, même si elle baisse sa garde un peu rapidement face à l’alchimie, je n’ai pas pu m’empêcher d’être sous le charme de la relation.

Émeric est le dominateur par excellence, ont voit bien qu’il a l’habitude d’obtenir ce qu’il veut. Pourtant, malgré sa carapace d’homme autoritaire, c’est un homme blessé et il a conscience qu’une relation avec son élève est tout ce qu’il doit éviter. L’attirance va exercer une très forte emprise sur le jeune homme, mais c’est principalement son côté protecteur qui va prendre le dessus. Difficile de rester insensible à cette jeune femme qui a clairement des problèmes qui vont au-delà d’une attirance physique. Alors oui, il va s’intéresser à elle, pour des raisons égoïstes, mais j’ai trouvé son approche plutôt touchante et même s’il reste un homme avec des besoins, il a des valeurs. D’ailleurs dès le début il ne va pas hésiter à faire comprendre à Ivory son attirance, mais sans jamais dépasser les limites et avec une approche en douceur.

J’ai adoré ma lecture et le style est fluide du récit, mon seul reproche c’est l’emploi d’un langage assez vulgaire, mais par moments de manière décalé, pas forcément adapté. La manière dont l’auteur réussit à trouver un équilibre parfait entre érotisme et romance, m’a vraiment beaucoup plu et la fin illustre parfaitement la puissance de l’amour entre Ivory et Émeric. D’ailleurs, les soixante dernières pages manquantes dans la première version font partie des plus beaux moments de ma lecture et on voit un véritable amour, et au final la différence d’âge n’est pas un problème, car la jeune femme est vraiment très mature (malgré son émotivité) et ils vont éviter tous les obstacles pour avoir le droit de s’aimer.

Épilogue | CJ Roberts (The Dark Duet #3)

img_20161207_101935epilogueTrès-bonCe roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai beaucoup aimé me replonger dans cette série hors du commun, petite nouveauté dans cet épilogue c’est Caleb qui mène la danse et j’ai trouvé que c’était une manière assez intéressante de se renouveler. Sans compter que ce tome est loin d’être indispensable, alors j’étais curieuse de découvrir la direction qu’allait prendre ce dernier opus. L’échange de point de vue est assez appréciable, dans le sens où cela apporte une touche de nouveauté et nous montre les choses sous un angle différent.

Cette série fait partie des plus difficiles à assumer, au cours de ma lecture des tomes précédents j’avais ce sentiment honteux d’être captivée par une histoire aussi terrible et pourtant il me fallait cet épilogue. J’avais besoin de mettre un point final à cette histoire dérangeante et pourtant tellement prenante. Ce tome se déroule 1 an après les évènements qui ont contraint Caleb et Livvie à se séparer au Mexique, alors que l’épilogue de Seduced in the Dark présentait les retrouvailles du couple d’une manière idyllique, la réalité est un peu différente et plus complexe que le laissait paraître le récit de Livvie.

Il est indéniable que Caleb et Livvie sont ravi de se retrouver et le baiser qu’il échange sur le Paseo de Colón prouve les sentiments qu’ils ont l’un pour l’autre. Pourtant, le temps a passé et le contexte est différent. Caleb a réalisé l’amour sincère qu’il portait pour sa captive et malgré le côté égoïste de sa démarche, on comprend qu’il ne puisse pas vivre sans Livvie. Je dois dire que j’ai été assez surprise de l’évolution spectaculaire de ce personnage, son côté vengeur est mis de côté et malgré les tourments liés à l’absence de Livvie dans sa vie, il paraît relativement calme. Bien conscient de ne pas être un homme pour la jeune femme, il va néanmoins s’avérer incapable de rester éloigné.

Du côté de Livvie c’est une tout autre jeune femme, en un an elle a du se reconstruire une vie et sa vie est désormais paisible entre ses études, son travail et ses amis. Bien qu’elle fasse bonne figure et que sa nouvelle vie la rend heureuse, l’absence de Caleb dans sa vie est toujours aussi douloureuse, alors elle va être partagée entre deux sentiments contradictoires, la joie de revoir celui qu’elle aime et la colère liée à sa disparition. Durant ces quelques chapitres, ils vont réapprendre à se faire confiance et apprivoiser les personnes qu’ils sont devenus, le tout dans un décor complètement différent puisque au lieu d’interagir dans l’obscurité, en huit clos, ils vont être au cœur de la société.

En bref, un épilogue très bien mené qui apporte de nouvelles réponses, le tout avec un côté moins sombre puisque nos héros assume complètement leur sexualité déviante et leur pratique du BDSM. On découvre l’évolution des personnages depuis le commencement de la série et l’impact qu’à eux la captivité de Livvie, sur nos deux héros et ainsi que leur futur. Une belle conclusion qui malgré un commencement hors du commun, arrive à rendre crédible cette histoire d’amour.

Retrouvez mon avis sur Captive in the Dark #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Seduced in the Dark #2 ICI
Lucie

A tes pieds | J. Kenner (Stark International #3)

img_20161111_194732Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

A l’image du reste de la série je suis assez mitigé, l’histoire a beaucoup de qualité et on s’attache assez facilement aux héros. Cependant quelques longueurs viennent alourdir le récit et m’ont déconnecté de l’intrigue à plusieurs reprises. Il est vrai que je garde un souvenir plutôt précis de sa série concernant Damien Stark et son adorable épouse Nikki. J’ai tenté de m’accrocher à cette histoire qui possède les mêmes qualités, mais sincèrement il m’est arrivé de sauter quelques passages pour arriver droit au but.

Dans cette suite Sylvia et Jackson vont devoir affronter une épreuve effrayante, qu’il ne s’attendait pas à vivre. Alors que Jackson est confronté à des suspicions de meurtre, il se fait de plus en plus distant. Je dois dire que je ne m’attendais pas à découvrir cet homme dominateur dans un tel état de stress, la peur de tout perdre va venir influencer chacune de ses décisions et contre toute attente, c’est Sylvia qui la plus forte du couple, prête à assumer son rôle de parfaite soumise pour soulager son amant.

Encore une fois le couple va se trouver dans une position difficile et la passion va occuper une place importante, peut-être trop importante par moments au détriment de l’intrigue. Leur relation a toujours été basé sur un parfait abandon et face à leur plus grande peur, ils vont s’abandonner l’un à l’autre, acceptant parfois de se perdre l’un dans l’autre, avant d’assumer pleinement ce qui les trouble. J’ai trouvé intéressant de découvrir Sylvia plus sûre d’elle et même si elle a du mal à faire face à son passé, elle est prête à tous les sacrifices pour l’homme qu’elle aime s’en sorte, pourtant elle va se heurter à une volonté encore plus forte de Jackson. L’architecte a beau avoir du mal à réaliser ce que sa mise en examen implique, il réalise parfaitement que si le secret de Sylvia est dévoilé cela la détruira. Ils vont tous les deux tenter de sortir leur couple indemne de cette épreuve, tout en protégeant l’être aimé.

Ce troisième opus suit la même dynamique et je m’attendais à ce que le couple ait tiré des enseignements de leur passé, mais leur relation poursuit le même schéma et les scènes sont malheureusement trop répétitives pour être totalement convaincante que ce soit au lit ou dans l’évolution de l’intrigue rien n’est surprenant. Un épilogue satisfaisant, mais pas transcendent qui malheureusement s’oubliera vite, car pas au maximum de son potentiel. J’ai simplement un regret depuis la fin de la série Stark, ne pas réussit à retrouver la magie que j’avais éprouvée.

Retrouvez mon avis sur « Sur tes lèvres » #1 ICI
Retrouvez mon avis sur « Sur ta peau » #2 ICI
Lucie

Seduced in the dark | CJ Roberts (The Dark Duet #2)

Ce livre contient des situations particulièrement dérangeantes, un consentement ambigu,
un langage cru et de la violence graphique.

Je suis face à une page blanche depuis quelques minutes, cette chronique est l’une des plus difficiles que j’ai eu a rédiger. Non pas, parce que je n’ai pas apprécié ce roman, mais tout simplement parce que j’ai vraiment été subjugué par la lecture de cette histoire. Une part de moi, a honte d’avoir osé aimer une telle histoire. C’est un sentiment assez inconfortable, car c’est un sujet terrible qui est abordé et j’ai l’impression de faire l’apologie des kidnappings et de la culture du viol. Ce qui en soi est vraiment terrible et je me sens coupable d’avoir ressentie ces émotions contradictoires… Ce que j’ai apprécié avec cette suite c’est que CJ Roberts s’est complètement démarqué du tome précédent, que ce soit le décor, les personnages  ou tout simplement les rapports entre Caleb et Livvie.

Les premières pages vont être marquées par un revirement de situation, alors que nous quittions Caleb et Livvie en pleine incertitude sur leur avenir. C’est une jeune femme anéantie dans un hôpital psychiatrique que  nous retrouvons, allant jusqu’à affirmer que le jeune homme est mort pour sauver sa vie. Nous allons au travers d’interrogatoire revivre tous les évènements qui ont conduit la jeune femme à traverser la frontière, tantôt avec compassion par le docteur  Sloan, une psychologue-expert judiciaire auprès du FBI, puis avec un peu plus de rudesse avec l’agent Reed. Chacun à leur manière vont apporter du soutien à Livvie lorsqu’elle va leur raconter le commencement de cette histoire.

Ces flash-back vont nous ramener auprès de Caleb, toujours déterminé à se venger il n’a pas abandonné son idée de livrer Livvie. Alors qu’il peine à comprendre les sentiments qui le lient à la jeune femme, il va être à la fois un Maître exigeant et un homme qui faiblit face aux souffrances de sa captive. Nous allons assister à des évènements tous plus horribles les uns que les autres et par moments j’étais écœuré par ce que je lisais. Pendant une bonne partie du roman j’ai senti doucement grimper mes attentes : des gestes de tendresse, des paroles réconfortantes, un signe qui m’indiquerait que Caleb n’est pas le monstre qu’il laisse s’exprimer lorsque Livvie se rebelle face à sa domination.

CJ Roberts a réussi à gérer le stress du lecteur, en alternant entre le présent et les flash-back j’ai été complètement accrochée aux moindres évènements et impossible de s’ennuyer avec tous les rebondissements. Il faut dire qu’elle a tellement joué avec mes nerfs que j’ai eus du mal à gérer mon stress, ce besoin d’avoir des réponses à commencer à me ronger et jusqu’au dernier chapitre j’ai douté d’avoir les réponses à mes questions. Je me suis longtemps interrogé sur la manière dont une telle histoire pouvait se terminer et l’auteure a trouvé le juste équilibre à cette histoire. Je ne prétends pas que le sujet mérite qu’on l’étale, mais on ne peut pas enlever le talent d’écrire à l’auteure, ce roman est unique et complètement dingue. Je pense qu’en tant que lecture, on attend simplement de trouver une fiction qui pourra se démarquer. Une lecture dérangeante qui m’a gardée prisonnière de l’histoire.

Retrouvez mon avis sur Captive in the Dark #1 ICI
Lucie