Follow Me Back | A.V. Geiger (#2)

Résumé :
Personne ne sait ce qui est arrivé au prodige pop-rock Eric Thorn. Son compte Twitter ? Bloqué. Son portable ? Enterré dans la neige, l’écran brisé et maculé de sang.
Tessa Hart, fangirl agoraphobe, connaît la vérité, mais elle a définitivement tourné la page #Tessa♥Eric. Plus question de toucher à son compte Twitter. En revanche, Snapchat… c’est beaucoup plus sûr, non ?
Après avoir fait profil bas pendant des mois, Tessa sort de sa cachette, forcée d’affronter les fantômes de son passé…

Très heureuse d’avoir pu partager cette lecture avec Elea du Forum Boulevard des Passions, ensemble nous avons pu apprécier l’addictivité du récit et j’ai pris plaisir à retrouver la plume de A.V. Geiger. La fin du précédent opus a eu le temps de nous travailler et à l’époque nous avions plusieurs hypothèses concernant la suite de l’intrigue, mais c’est surtout le sentiment de frustration qui nous habitait. Un peu effrayée à l’idée que cet opus ne transmette pas autant d’émotion, j’ai débuté ma lecture sur mes gardes et rapidement, mon esprit c’est focalisé sur les éléments à notre disposition.

Comme dans le précédent opus nous alternons entre les points de vue de plusieurs personnages clés, avec en bonus un interrogatoire toujours aussi oppressant et surtout intrigant. Bien qu’ayant des réponses rapidement concernant des zones d’ombre précédemment évoquées à la fin de Follow me Back, le mystère entourant ce second tome n’en demeure pas moins épais et en tant que passionnée de lecture, des millions d’hypothèses me traversent l’esprit durant ma lecture. J’ai d’ailleurs eu quelques frayeurs avec une imagination parfois un peu trop prolifique, mais c’est totalement l’intrigue que j’attendais pour apprécier une suite à ce thriller addictif.

Dès le début l’histoire démarre au quart de tour puisque de nombreuses questions concernant la disparition soudaine d’Eric Thorne, n’ont toujours pas trouvé de réponses et le dernier message posté sur le compte d’Eric n’augure rien de bon. La seule personne à connaître toute l’histoire c’est Tessa Hart, la jeune femme agoraphobe qui est tombée amoureuse de la célébrité convoitée de tous. Après plusieurs mois d’angoisse, Tessa a toujours autant de mal à se remettre de ses émotions, ses angoisses sont toujours présentes et ses difficultés à interagir avec les autres n’ont jamais été aussi puissantes. Les réseaux sociaux ne lui procurent plus le réconfort qu’elle éprouvait au Texas dans sa maison, à communiquer avec Eric. Il aura suffi de passer de Twitter à Snapchat pour raviver de vieilles blessures. Elle va devoir affronter son passé et ses démons.

Les angoisses de Tessa sont encore une fois traité avec beaucoup d’empathie et durant ma lecture, je n’ai cessé d’apprécier ce personnage. On sent que son combat est compliqué et malgré ses efforts, la guérison ne se fait pas du jour au lendemain. Même si, elle ne le constate pas forcément, on constate une évolution de son personnage, à commencer par son agoraphobie beaucoup moins handicapante et un désir de s’en sortir. Définitivement une héroïne qui me rend admirative, tant par sa volonté de s’en sortir, que par ses réactions touchantes.

Vous l’aurez compris, cette nuit réunit tous les éléments pour captiver le lecteur et comme moi vous aurez du mal à le reposer. Les chapitres sont cours et le besoin de réponse agit comme automatiquement, j’ai à de nombreuse reprise dû diminuer la cadence au risque de m’emballer et finir cette lecture commune en solitaire. L’intrigue est crédible et moi qui avait peur que ce soit le tome de trop, ça me montre que j’ai eu tort de ne pas faire confiance à cette auteure de talent. Il faudra attendre les derniers chapitres pour que la vérité éclate et bien que ces révélations ne soit pas forcément une surprise, on ressent l’urgence de la situation. Un roman haletant qui a de quoi ravir les lecteurs. Je vous recommande cette auteure qui a une plume envoûtante.

Retrouvez mon avis sur Follow me Back #1 ICI
Publicités

Sweet heart | K. Bromberg

Résumé :
Tout a commencé par une invitation. Au mariage de mon ex-fiancé. J’aurais dû l’ignorer. La mettre à la poubelle. La brûler. Mais je ne l’ai pas fait. Je viendrais accompagnée. Et mon assistante a accidentellement envoyé ma réponse.
C’est là qu’entre en scène Hayes Whitley. Mégastar de cinéma. L’homme qui a ravi le coeur de millions de fans. Mais moi, je lui avais donné le mien neuf ans auparavant. C’était mon premier amour. Il était mon tout. Jusqu’au moment où il a pris la tangente pour poursuivre ses rêves sans le moindre au revoir.
Lorsqu’il s’est pointé, sortant de nulle part, dix ans plus tard, j’aurais mieux fait de garder mes distances. J’aurais dû rejeter sa proposition de m’accompagner au mariage de mon ex. Je n’aurais jamais dû le laisser m’embrasser. Mais je ne l’ai pas fait. Et maintenant, nous nous retrouvons à nous demander si les morceaux de la vie que nous avons partagée autrefois s’emboîteraient toujours d’une façon ou d’une autre.
Un premier amour, ça ne s’oublie pas facilement. La question est de savoir si nous préférons oublier ou si nous prenons du le risque de voir ce qui va se passer ?
Je remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Il y a trois ans, j’ai eu un coup de foudre pour la série Driven. Après avoir vécu chaque tome avec intensité, rencontré des personnages tous plus attachants les uns que les autres, cette série n’a jamais vraiment réussi à quitter mon esprit et à l’annonce du casting de Driven le film, le timing n’aurait pas pu être meilleur pour renouer avec la plume de K. Bromberg. Ces retrouvailles j’y pense depuis que j’ai reposé l’ultime tome de la série, ce désir de retrouver une auteure que j’apprécie ne m’a jamais quitté. Sweet Heart a beau être une nouvelle histoire, tous les ingrédients sont réunis pour procurer un sentiment de bonheur dès les premières pages.

Le point de départ de cette histoire se résume à une simple invitation. Seulement peu de personnes peuvent se vanter d’avoir reçu une invitation au mariage de son ex-fiancé. Plusieurs émotions peuvent traverser l’esprit, dans un premier temps l’égo en prend un coup et ce qui paraît normal c’est la colère, car personne n’a envie d’assister à ce qui aurait pu être son mariage. Sur un coup de tête Saylor complète son carton avec pourtant aucune intention de s’y rendre, bien évidemment il est impératif de cocher la case accompagnée pour sauver les apparences et ce même si personne ne peut y prétendre. La situation va virer à la panique lorsque son assistante a accidentellement renvoyé sa réponse. Décidée à ne pas s’y rendre, la jeune femme va néanmoins y voir une opportunité professionnelle, permettant ainsi à sa boutique de cupcake de décoller et il est humain de souhaiter sauver les apparences avec un homme plus beau, plus riche et qui suscite des jalousies.

Cet homme idéal c’est Hayes Whitley un acteur célèbre, qui a su rallier des millions de fans. Le problème, c’est que c’est également l’homme qui a brisé le cœur de Saylor dix ans plus tôt. Un premier amour ça ne s’oublie pas, d’autant plus quand celui qui était son monde s’est enfui sans aucune explication pour vivre de sa passion, sans un regard en arrière. Hormis ses qualités physiques notre héros partait avec un sérieux handicap, car sa fuite c’est un élément qui fait qu’on lui en veut. Alors son retour pour sauver la mise de Saylor, ça provoque immédiatement des warning de mise en garde. Dans un décor paradisiaque, notre héros va raviver des souvenirs et laisser entendre que le temps d’un week-end, le pardon est de rigueur et une seconde chance est possible.

Saylor est dans une position compliquée, sa rupture avec son ex-fiancé à laissé des séquelles dans sa jeune entreprise et les chiffres peine à décoller. Bien qu’elle n’est besoin de personne pour s’en sortir, ce mariage c’est l’occasion de montrer qu’elle n’est pas affecté par cette solitude forcée et pour la jeune femme il est très important de montrer qu’elle est parfaitement heureuse dans ses choix. Le bonus pas forcément au programme c’est Hayes et même si elle n’avait pas l’intention d’accepter sa proposition, il n’y a pas meilleur revanche. Saylor est rafraîchissante, j’ai découvert une jeune femme qui s’évade complètement lorsqu’elle s’occupe de sa pâtisserie, plus rien n’existe que cette passion qui la rend vivante et même si son frère juge les résultats décevants, c’est le rêve de sa vie. Alors si assister au mariage de son ex-fiancé peut lui permettre de prolonger son rêve, Saylor est prête à mettre sa fierté de côté et se rendre accompagné de son amour d’enfance au mariage de son ex.

Hayes est la meilleure personne susceptible de comprendre cette passion qui habite Saylor, il y a dix ans il a pris ce qu’il semblait être la meilleure décision pour pouvoir vivre son rêve hollywoodien et bien qu’il est continué sa vie, la simple mention de Saylor le replonge dans son adolescence. Lorsqu’il apprend qu’il peut aider celle qu’il a laissée derrière lui, il n’hésite pas et c’est principalement ces décisions sincères qui ont rendu le pardon facile. Il est tellement simple de les regarder retomber amoureux, malgré quelques résistances Hayes va briser les barrières et aider Saylor à se reconstruire. Le potentiel de cet homme est indéfinissable, mais ses actions vont vous faire succomber. Tant de mignonnerie ce n’est pas permis, sexy, drôle et romantique, que demander de plus ?

En bref, Sweet heart est une douceur à mettre entre toutes les mains. N’étant pas toujours une grande fan des histoires de seconde chance, j’ai été conquise du début à la fin. J’ai apprécié suivre un couple de héros qui se redécouvre après plusieurs années, laissant l’impression de ne s’être jamais quitté. De nombreuses scènes m’ont ravie tant le romantisme est adorable et personnellement, c’est le genre d’acte qui a raison de moi. Une romance drôle, authentique et qui ravira vos cœurs, ce fut un plaisir de retrouver la plume de K. Bromberg.

Une lueur d’espoir | K.A. Tucker

Résumé :
Catherine Wright habite en Pennsylvanie, dans une petite ville où la population atteint tout juste deux mille habitants en dehors de la saison touristique. Elle est serveuse et s’occupe de sa fille de cinq ans. Une nuit, alors qu’elle rentre dans le brouillard d’un énième » blind date » organisé par sa patronne et amie Lou, elle tombe sur une voiture encastrée dans un arbre. Elle intervient et parvient à sauver la vie d’un des occupants avant que le véhicule s’embrase.
Elle ne saura que bien plus tard qui elle a sauvé : Brett Madden. La star de hockey, héros national. Mais Catherine a déjà eu son heure de gloire quelques années auparavant, et la dernière des choses qu’elle souhaite, c’est d’être à nouveau sous la lumière des projecteurs et de voir son passé ressurgir. Elle ne révèle pas son identité. Et ça marche. Un moment…
Jusqu’au jour où elle trouve l’homme qu’elle a sauvé devant sa porte. Il veut juste la remercier, mais il va bouleverser sa vie.
L’amitié qu’ils ressentent l’un pour l’autre, dès les premiers mots échangés, se transforme peu à peu en quelque chose de plus profond que ni l’un ni l’autre ne s’attendait à ressentir. Un sentiment que Catherine n’est pas certaine de pouvoir gérer, un sentiment auquel elle a du mal à croire… Comment une superstar comme Brett Wadden pourrait-il s’intéresser à une femme aussi normale que Catherine ? Combien de temps avant que cette étincelle qu’elle voit briller dans ses yeux ne s’éteigne ?

J’étais loin d’imaginer que mes retrouvailles avec la plume de K.A. Tucker seraient aussi touchantes. Il y a des romans qui marquent et la série Respire, fait partie de ces histoires qui m’ont profondément marqué. Une lueur d’espoir était pour moi l’occasion de pouvoir enfin relire l’œuvre d’une auteure que j’affectionne, découvrir sur la magie des mots opérait toujours et me laisser porter par la douceur d’une histoire sublime.

Catherine Wright habite une petite ville où elle travaille en tant que serveuse. Une nuit après un rendez-vous désastreux elle tombe sur une voiture accidentée, sans réfléchir elle se lance vers la voiture pour tenter de sauver ses occupants avant que le feu ne gagne le véhicule. Ce n’est que bien plus tard qu’elle découvrira que l’homme qu’elle a sauvé est le célèbre joueur de hockey Brett Madden. Alors que la ville s’embrase face à cette histoire, Catherine tente de garder son anonymat malgré l’insistance du clan Madden et compte bien retrouver sa vie paisible, qu’elle a mis tant de temps à obtenir après plusieurs années au cœur des ragots.

Immédiatement j’ai été prise d’affection pour cette femme qui est d’une force incroyable, malgré les difficultés du passé et les revers quelques années plus tard, elle est prête à tout pour s’en sortir et offrir le meilleur à sa famille. Les échecs ont parfois été difficiles, mais jamais elle ne baisse les bras et c’est toujours très touchant de voir une femme qui a des difficultés financières conserver sa confiance en l’avenir, une scène en particulière m’a chamboulé, tant elle était remplie d’espoir, je vous épargne les spoilers, mais sachez que ce roman m’a particulièrement touché, notamment le vécue de notre héroïne et attend simplement un happy-end.

Brett de son côté est un héros national et visiblement son statut ne lui est pas monté à la tête, c’est incroyable comme quelqu’un d’un tel milieu puisse garder les pieds sur terre et au final c’est un héros très simple qui aspire à la même chose que tout le monde, à savoir l’amour d’une femme et une famille pour l’entourer. Il faut dire que le clan est particulièrement soudé et toute la famille va apporter douceur et contribuer à donner l’impression de rêver les yeux ouverts. Il faut dire que malgré le silence, la tension entre nos héros est absolument exquise.

On aborde des sujets intéressants tels que la différence de classe sociale ou l’impact que peut avoir une rumeur, et la communauté de la petite ville est très portée sur le jugement, tout est bon pour cancaner. Longtemps la cible de rumeur Catherine en sait quelque chose et elle n’a pas l’intention de dévoiler son identité pour s’éviter d’être à nouveau le centre d’attention. Seulement les choses ne se passent pas toujours comme on l’entend et Brett fait partie de ses rencontres qui changent une vie. Et cette nouvelle vie est absolument géniale.

Le coup de foudre entre nos héros est quand même assez magnifique, on les voit s’apprivoiser sans oser se rapprocher et une histoire naissante sous l’œil des caméras n’est pas toujours facile. Progressivement ils vont oublier leurs différences et réaliser qu’ils sont juste un homme et une femme attaché l’un à l’autre. Les premières émotions vont être effrayante pour Catherine, mais le résultat est absolument parfait et les émotions sont au rendez-vous. Une très belle histoire d’acceptation, de redécouverte de l’amour et le récit manie parfaitement l’humour et l’émotion. Un voyage qui regroupe tous les éléments pour apprécier la destination et mon âme de romantique est absolument conquise par cette romance. Une belle histoire à découvrir.

Love Song | Sophia Bennett

Sortie prévue le 19 octobre 2017
Merci à Hugo New Way pour l’envoi de ce roman

Un roman qui m’attirait à la fois pour son immersion auprès de musiciens et par la maison d’éditions qui me font toujours passer un bon moment. Ce roman bien que très classique m’a fait passer un bon moment et j’ai pris plaisir à découvrir l’histoire de ces jeunes adolescents en quête d’eux-même.

Nous allons suivre Nina Baxter, une héroïne très mature qui après une déception amoureuse s’est renfermée sur elle-même. La jeune fille préfère se consacrer à sa famille et sa meilleure amie, plutôt que revivre la souffrance qu’elle a ressenti lorsqu’elle s’est retrouvé seule. Alors qu’elle accompagne sa cœur à un concert du groupe phare du moment : The Point, un évènement va la conduire à être au centre de l’attention et ce simple évènement va lui offrir une opportunité incroyable : partir en tournée avec le groupe de rock-stars du moment. Ce rêve c’est celui de toutes les adolescentes, pourtant quelque chose retient Nina et c’est à contre cœur qu’elle va accepter.

Au premier abord j’ai eu du mal à imaginer que des parents puissent accepter que leur fille de dix-sept ans puisse partir en tournée avec un groupe de jeunes hommes. Et pourtant, Nina dégage une certaine maturité qu’il est impossible de ne pas voir, jusqu’ici elle a toujours aidé ses parents avec sa fratrie et on ne peut pas dire que la jeune fille soit du genre à sortir énormément. Alors, chercher à pousser leur fille à s’ouvrir aux autres est assez plausible, en faisant abstraction de mes réticences j’ai fini par m’attacher à cette héroïne. Malgré les difficultés, Nina ne va pas se laisser démonter et va prendre à cœur son rôle au sein de l’équipe qui accompagne le groupe.

A travers les yeux d’une jeune fille authentique et simple, nous allons découvrir le quotidien parfois démesuré d’un groupe célèbre. Rapidement les paillettes vont s’effacer au profit de problèmes dont personne n’a idée : le malaise face aux fans hystériques, les difficultés à garder les pieds sur terre, ou tout simplement l’image trop lisse d’un leader qui semble indifférent à ceux qui l’entourent. Nina va découvrir que l’entente au sein du groupe est assez précaire et malgré sa gentillesse, il va être difficile pour elle d’être acceptée. On pourrait même dire que pendant une bonne partie du roman, elle est ignorée du groupe et puis elle va progressivement se rapprocher d’eux par sa simplicité. C’est l’un de ses traits de caractère que j’ai préféré, sa douceur et sa gentillesse qu’elle va mettre à profit pour aider les membres du groupe, qui ont besoin de se retrouver, pour ne pas imploser.

Cerner les membres du groupe a été plus difficile, on reste en surface sans jamais vraiment creuser. Des points intéressants sont évoqués et contribuent aux rapprochements tant amicaux, que sentimentaux. Certes ce sont des clichés de la célébrité, mais à aucun moment on ne s’ennuie. Quelques thèmes sont restés en surface, mais cela contribue à passer un bon moment sans prise de tête et ce côté du roman remplit parfaitement le contrat. Ce n’est peut-être pas le roman le plus touchant de la collection New Way, mais l’histoire est mignonne et les héros ont un quelques côtés touchants, malgré leur distance. Une lecture qui m’aura fait passer un moment agréable.

 

Hollywood Dirt | Alessandra Torre

Je remercie les Éditions Hugo New Romance pour ce roman

J’ai eu beaucoup de mal à rassembler mes idées pour rédiger cette chronique, notamment car j’avais du mal à mettre le doigt sur ce qui m’avait dérangé dans cette lecture, alors que le style de l’auteure et l’ensemble de ma lecture n’ont pourtant rien de déplaisant. C’est en analysant de manière approfondi mon ressenti, que j’ai commencé à réaliser que des petits détails assemblés m’avaient parfois perturbés dans ma lecture.

Summer est une héroïne comme je n’en ai jamais vu, élevée dans une petite communauté du sud cette jeune femme est débrouillarde et son petit caractère fait des ravages. Ce qui lui vaut notamment d’être la cible de rumeur et sa présence est loin d’être appréciée dans la région. Il n’avait aucune raison de se rencontrer, pourtant après une séparation plus que houleuse Cole Matsen star d’Hollywood et mari bafoué, débarque tel un conquérant au cœur de la Géorgie afin de préparer le tournage de son prochain film.

La première rencontre entre Summer et Cole va s’avérer explosive, c’est la rencontre entre la femme indépendante et l’homme à femmes. Il faut dire que le retour à la réalité va être brutal pour l’acteur, son sourire de charmeur ne semble faire aucun effet à Summer et pire encore, toute tentative d’approche se solde par une guerre nucléaire. Pourtant malgré son aversion pour la star, la proposition qu’il va lui faire est une incroyable opportunité et même si elle doit travailler avec son ennemi, la jeune femme est déterminée.

Le personnage de Summer est une héroïne très représentative de l’image que je me fais des habitantes du sud des États-Unis. Immédiatement elle va prendre en grippe Cole, jusqu’ici aucun homme ne lui a jamais dicté sa conduite et être face à un homme aussi prétentieux, qui n’a visiblement aucun respect pour les femmes va passablement l’agacer. Telle une battante, elle ne va pas hésiter à le remettre à sa place et cette fougue m’a beaucoup plu. Habitué à voir les femmes tomber à ses genoux, il va rapidement redescendre son petit nuage et réaliser qu’ici il n’a pas plus d’importance que les autres, tout en continuer à tenter de s’approcher de Summer.

Au départ, je n’étais pas la plus grande fan de Cole, son comportement insupportable et son attitude de star capricieuse était parfois exagéré, alors quand à aucun moment tu n’aperçois l’homme derrière la star il est difficile de s’attacher. J’ai noté une évolution au fil des chapitres, à commencer par son humanisation suite à l’infidélité de sa femme, derrière le personnage arrogant se cache un homme blessé qui voit sa vie voler en éclats. Pourtant malgré une évolution intéressante, le charme n’a pas opéré. L’attirance sexuelle ne cesse de monter, créant parfois des scènes amusantes où la tension devient plus intense, sans pourtant montrer leurs véritables émotions.

C’est de là que vient le problème, l’alchimie physique ne m’a pas séduite, car je n’ai pas ressenti cette étincelle derrière leur haine mutuelle. D’ailleurs, je n’ai pas compris pourquoi il se détestait autant, notamment Summer qui se créer sa propre idée de Cole sans jamais le voir sous un autre jour. Dès le début, le style de l’auteure m’a embarquée dans cette aventure et pendant quelques instants les descriptions m’ont fait voyager, j’ai moi aussi ressenti la chaleur du sud et l’ambiance particulière propre au sud des États-Unis.

La narration assez particulière n’a pas été un frein pour moi, mais j’ai toujours eu la sensation qu’on me gardait à distance. A commencer par les chapitres très court qui survolent les scènes, n’entrant pas complètement dans la tête de ses héros, bien que pour le lecteur ce format soit addictif. Le début introduit bien l’histoire, mais progressivement le récit a commencé à devenir répétitif et notre héroïne maintenait toujours cette distance de sécurité, sans jamais se dévoiler complètement. J’ai attendu patiemment de ressentir les prémices des premiers sentiments amoureux, alors qu’il n’entrait qu’en ligne de compte l’attirance sexuelle. Notre couple se complète à merveille et c’est avec le sourire que j’ai suivi leurs échanges, pourtant ils n’ont pas réussi à m’attendrir.

En bref, l’histoire dans son ensemble à de nombreux points positifs, la curiosité est présente à chaque fin de chapitres et c’est toujours avec beaucoup de plaisir que j’ai poursuivi ma lecture, rajoutant progressivement quelques chapitres supplémentaires. Ce qui m’a frappé c’est cette relation Amour/Haine entre les personnages, tout est propice à leurs chamailleries et je ne nie pas qu’ils se rapprochent grâce à leur attirance. Le décor est rendu réaliste grâce aux descriptions, mais il manque à mon sens de personnages secondaires, même si Cocky remplit à merveille son rôle. Un bon moment de lecture, mais il n’égale pas Black Lies qui avait été une vraie révélation.