Révolte | Tillie Cole (Les Écorchés #4)

Résumé :
Résister, sans jamais se soumettre !
152 a été enlevée par les Arziani, une famille mafieuse de Géorgie, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. Elle a été dressée pour devenir une mona – une esclave sexuelle destinée à servir le maître des Fosses de Sang. Belle et douce, elle rend fou de désir le maître qui, pour s’amuser, la donne à son plus grand et plus effrayant champion des combats à mort… mais elle comprend très vite qu’un physique menaçant peut cacher un grand cœur. Toutefois, l’amour peut-il naître dans les profondeurs d’un tel enfer ?
Je remercie les éditions Milady pour cet envoi
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Un tome absolument captivant qu’il me tardait de découvrir et qui offre un final grandiose. J’ai du mal à croire que cette série soit déjà terminée, le côté sombre de cette histoire n’est pas à mettre entre toutes les mains, mais si comme moi vous lisez de la Dark Romance ce n’est pas la série la plus noire que j’ai pu lire. Lorsque 152 et son parcours ont été évoquée dans le tome précédent, l’attente a commencé et le résultat de l’histoire est à la hauteur de mes espérances. Je suis restée accroché à mon histoire totalement conquise par les personnages principaux.

152 a été enlevée avec son frère de leur orphelinat par les Arziani, une famille mafieuse de Géorgie. Afin de garder une pression sur son frère, la jeune femme est dressée pour devenir une mona, une esclave sexuelle destinée à servir les hommes du goulag. Lorsque son frère réussit à retrouver sa liberté, il tue Maitresse Arziani en espérant libérer sa sœur des griffes de sa tortionnaire. Seulement 152 a été repérée par le Maître des Fosses de Sang qui souhaite en faire sa Grande Mona pour son usage personnel. Totalement obsédé par sa prisonnière, il est décidé à profiter pleinement de sa propriété, seulement le manque d’obéissance de son meilleur combattant va le contraindre à lui offrir 152, afin de créer une faiblesse chez son champion et obtenir une totale obéissance.

Les conditions de vies des monas sont vraiment inhumaines, mais dans leur malheur elles ont la chance d’être droguée, leur permettant d’être dans un état de semi-conscience, protégeant leur esprit des souffrances psychologiques et créant un besoin malgré elle. Alors lorsque sa dose est diminuée pour devenir la Grande Mona, les souvenirs de sa vie d’avant vont commencer à revenir progressivement sans réellement comprendre ce qu’ils représentent. Résignée à n’être qu’un objet, la jeune femme va pourtant voir sa condition évoluer lorsque le Maître la mène dans la cellule de 901. Elle va d’abord être effrayée par ce tueur, et malgré que le combattant soit colérique, 152 va découvrir un homme attachant, doux et prêt à tout pour la protéger.

La romance va naître dans des conditions particulières, puisque pour la première fois aucun des héros n’est libre et leur rapprochement n’est pas un choix qui leur est propre. 152 est contrainte par la drogue à devoir se soulager et bien que les raisons de cette idylle ne soient pas très romantiques, l’humanité de 901 va se réveiller en offrant une échappatoire à la jeune femme pour lui éviter de souffrir. Leur relation va naître sous la contrainte et leur rapprochement va poser quelques questions quant à leur libre arbitre et ils vont s’attacher malgré eux. Ils vont se laisser guider par leurs émotions et la sécurité qu’ils éprouvent l’un avec l’autre va créer un lien. Ce terrible lien qui va servir de moyen de chantage pour que notre combattant soit le plus efficace possible. Ils vont tomber amoureux dans des conditions terribles et cette romance va devenir une belle histoire d’amour.

Bien évidemment le clan de Luka n’est jamais bien loin et avec associés Zaal et Valentin, ils vont tout faire pour clore définitivement ce chapitre de leurs vies. Sans compter que Valentin est prêt à tout pour récupérer sa sœur et ensemble, ils vont combattre le dernier pilier de cette organisation. Je dois dire que ce tome se termine en apothéose, ravie de retrouver nos combattants sous leur meilleur jour et toujours émouvant avec leurs compagnes, mais également dans leurs amitiés. On ressent que ce tome est le dernier et qu’il s’agit du combat final, celui qu’ils attendent depuis le retour de leur liberté. Malgré une captivité éprouvante, nos personnages gardent leur beauté et leur innocence ce qui contribue à les rendre touchants. A mon sens cette fin n’aurait pas pu être meilleure, tous les ingrédients sont réuni pour passer un moment exceptionnel, une romance touchante, l’élaboration d’une vengeance et bien évidemment le retour d’une liberté tant attendue.

Mon avis sur Ruine #1 ICI
Mon avis sur Tourmente #2 ICI
Mon avis sur Ravage #3 ICI
Publicités

Le conteur d’histoires | Emma Cavalier (Les Trois Talents #1)

Je remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

J’ai l’impression que cette chronique va être un peu confuse et je m’en excuse. Je viens de terminer ce roman et une part de moi est curieuse de découvrir jusqu’où l’auteure veut nous conduire, mais en même temps il y a un côté qui m’a mise mal à l’aise. C’est difficile à expliquer compte tenu du plaisir que j’ai pris à découvrir la plume de Emma Cavalier. Jusqu’ici je ne m’étais jamais intéressée à ses précédents romans et pour une première immersion le style est plutôt convaincant. J’ai apprécié découvrir cette plume fluide alors que le roman n’a rien de léger et les pratiques de nos héros sont plutôt audacieuses, en ce qui me concerne on s’éloigne de la New Romance.

Élisabeth est une acharnée de travail, ce stage chez Azur matin est une réelle opportunité pour décrocher une bourse lui permettant de concrétiser son rêve outre-Atlantique. Sur place elle se heurte à l’animosité de son binôme et rival Alexander Welles. Contrainte de travailler dans des conditions stressantes, la jeune femme va s’accorder quelques visites Fetlife, un site érotique qui lui permet d’explorer de nouvelles expériences. Alors que la jeune femme commet l’erreur de se connecter au bureau, elle est surprise par son collègue. Le deal est simple : Il se taira si elle passe une nuit avec lui. Prête à tout pour voir son rêve professionnel se concrétiser, elle accepte.

Malgré une trame de début assez classique, l’auteure arrive à sortir son épingle du jeu en créant un jeu de piste. Des indices de l’intrigue sont progressivement révélés par l’intermédiaire de chapitres intermédiaires et le lecteur en sait parfois davantage que ses héros, sans pour autant comprendre ce qui va se produire. Élisabeth va nous révéler quelques éléments surprenant au fil des pages et on va progressivement découvrir que sous la discrète stagiaire, se cache une femme qui se découvre sexuellement et qui assume ses désirs. Au contact de personnages secondaires qui vont la guider dans son exploration Élisabeth va se découvrir à travers sa sexualité. Cette découverte est à la fois sensuelle et malgré la plume entraînante j’ai parfois ressenti un certain malaise. Quelques passages m’ont fait grincer des dents et ça m’a empêché d’être totalement embarquée de cette histoire, principalement lié à la relation particulière des héros, pas toujours simple à comprendre.

J’ai apprécié l’ouverture d’esprit d’Élisabeth, même si parfois je n’étais pas toujours d’accord avec ses choix il est toujours plaisant d’avoir une héroïne qui assume ses désirs. J’ai toujours l’impression qu’on a fait le tour des relations dominant / soumise et j’aurais facilement pu y croire pour ce roman pendant une bonne partie du roman, tout simplement car on aborde un thème déjà lu dans la littérature érotique. Notre héros à certaine quelques secrets et les hypothèses ne manquaient pas, alors lorsque les derniers chapitres lâchent une bombe aussi puissante, je n’étais pas préparé et c’est une belle surprise qui rattrape en partie mon avis mitigé. En fait c’est difficile à expliquer sans trop en dévoile, de manière générale les premiers tomes d’une série érotique ont toujours cette phase d’adaptation entre les héros. La mise en place des sentiments se déroulent dans une ambiance charnelle, parfois froide et pour la romantique que je suis, ça s’avère assez frustrant.

Vous remarquerez que je parle très peu du héros, c’est un peu volontaire pour vous permettre de découvrir les différentes facettes de ce personnage difficile à cerner. J’ai fait l’erreur d’aller lire le résumé du tome suivant et pour le coup j’espère qu’on va s’éloigner de cette prévisibilité annoncée, car l’intrigue qui se met en place peu s’avérer étonnante. Je me suis auto-frustrée pour le coup, mais j’espère ne pas tomber dans le cliché. Très heureuse d’avoir découverte une nouvelle auteure française et j’espère qu’elle ira au bout de sa singularité dans les tomes précédents. J’ai envie de me laisser porter par une histoire, sans reconnaître les premiers signes de l’évidence et que la surprise soit au rendez-vous. Un premier tome en demi-teinte, avec un récit avec ses qualités et ses défauts, mais la curiosité sera la plus forte pour poursuivre l’aventure. Rendez-vous le 9 novembre 2017 !