Transcendante | Katelyn Detweiler (Immaculée #2)

Ce roman est le deuxième tome d’un diptyque, la chronique peut contenir des spoilers.

Après un premier tome surprenant et addictif, j’étais très curieuse de découvrir ce que ce second opus allait nous réserver. Il est vrai que j’étais un peu sceptique concernant l’aspect miraculeux de l’histoire, sans pour autant être totalement fermée aux rebondissements. Dans ce second opus, les croyances sont présentes d’une manière un peu différente et même si l’aspect « Immaculée » était en soi extraordinaire, ce tome va aborder le sujet d’un angle différent et d’une manière convaincante pour ceux qui auraient pu être perturbés.

Dans cette suite, l’auteur a choisi de s’intéresser à Iris l’enfant miracle de Mina. Dix-sept ans ont passé et Mina se fait désormais appeler Noel Spero, son mari Jesse est à ses côtés et ensemble, ils élèvent leurs deux adorables enfants Iris et Caleb. Un terrible attentat à Disney World va venir remettre en cause toute leur certitude et même s’ils ne sont pas directement touchés par l’attentat, le sentiment d’incompréhension est bien présent. Bien que préoccupée par des problèmes d’adolescentes, Iris a toujours été spéciale, mais le secret de sa conception ne lui a jamais été révélé. Lorsqu’un homme sonne à leur porte après avoir recherché Mina, toutes ce qu’Iris croyait savoir de sa vie, va prendre un tournant beaucoup plus incertain. Face aux mensonges de ses parents et à l’étau qui se ressert, la jeune fille va prendre une décision radicale, qui va changer sa vie et la conduire à vivre une expérience qui va changer sa vie.

Dans le contexte actuel, ce roman est une lecture assez particulière. Malheureusement les attentats sont bien trop présents dans nos médias, alors lorsque j’ai commencé ma lecture, j’ai été un peu déstabilisé. Il y a comme un goût de déjà vu et en même temps, c’est terrible d’imaginer qu’une explosion puisse avoir lieu dans un endroit aussi féerique que Disney World. La première partie m’a amené à me poser de nouveaux toutes ces questions qui nous viennent à l’esprit lorsqu’un acte d’une telle barbarie se produit. A l’image d’Iris, j’avais du mal à concevoir qu’un tel acte puisse exister à notre époque. Malgré son jeune âge, la jeune fille fait une analyse très réaliste de la situation et sa douleur est très perceptible. Les révélations concernant sa conception, vont venir ajouter du trouble à son état d’esprit déjà précaire.

Au départ, je ne trouvais pas que ce tome était indispensable et puis à force de découvrir Iris, j’ai appris à connaître une jeune fille réfléchie, avec un sens du devoir assez impressionnant. Lorsque la situation va se compliquer, elle va prendre le temps d’étudier la situation et contrairement à sa mère, elle ne va pas vouloir fuir. C’est probablement ce qui rend son personnage si touchant et aussi cette aura qu’elle renvoie, comme si elle envoûtait ses interlocuteurs et on ne souhaite qu’une chose, la protéger. Ce qui est intéressant avec ce roman, c’est qu’il conserve un côté mystérieux, tout en étant ancré dans une intrigue qui n’a rien de miraculeux. On est d’avantage dans la perception du miracle et les actions associés ont pour vocation de redonner de l’espoir. Iris est née d’un miracle et elle va mettre à profit les attentes du public.

Katelyn Detweiler est très douée, malgré les doutes elle réussit à provoquer des émotions puissantes. J’ai tendance à chercher l’explication logique lorsqu’un acte mystérieux ou inexplicable se présente, pourtant j’ai été prise dans ma lecture et l’espoir est inexplicable. Aujourd’hui, avec les attentats bien présents dans notre quotidien, j’ai eu envie de croire qu’un peu d’espoir ne pouvait pas faire de mal. Les réactions de Mina et Iris sont différentes, elles ne vont pas gérer la situation de la même manière, mais pourtant le chemin qu’Iris emprunte à comme un goût de déjà vu avec Mina lorsqu’elle était adolescente, certes ses décisions sont différentes, mais leurs choix sont tout aussi difficiles, mais toutes les deux sont extrêmement touchantes. Un diptyque que je vous recommande de lire, le message est fort et rempli d’espoir.

Retrouvez mon avis sur Immaculée #1 ICI

The Curse | Marie Rutkoski (Winner #1)

Lorsque ce roman est sorti, j’ai eu un coup de foudre pour sa sublime couverture et puis, je me suis laissé le temps de voir les premiers avis qui ont été unanimes. Coup de cœur, après coup de cœur ce roman a commencé à m’intriguer et je remercie ma copine Fanbooks76 qui ne pouvait pas tomber plus juste comme cadeau d’anniversaire. Depuis The Book of Ivy, je n’ai jamais réussi à ressentir la même chose avec des romans parus chez Lumen, c’était donc l’occasion de replonger dans la fantasy.

Kestrel est la fille du célèbre général d’un empire conquérant, malgré les entraînements au combat, sa principale force réside dans ses stratégies et sa capacité à déceler le mensonge. Son avenir est tout tracé et elle n’a que deux options qui s’ouvrent à elle : s’engager dans l’armée et combattre au côté de son père, ou se marier. Mais la jeune femme rêve simplement de faire ce que bon lui semble et sa passion pour la musique est l’une de ses principales motivations, malgré que son père n’apprécie pas cette lubie.

Alors qu’elle était en balade avec une amie, Kestrel se retrouve par erreur sur le marché des esclaves. Contrainte de devoir assister aux enchères elle va succomber à un coup de tête et acheter un esclave à un prix démesuré, faisant jaser les habitants. Pas certaine de comprendre la raison de cette sure-enchère, la jeune femme va dans un premier temps garder ses distances avec le jeune esclave. Pourtant, à force de côtoyer le jeune homme, sa curiosité ne va cesser d’augmenter et ce besoin de lire les émotions de son nouvel ami, va la conduire à dépasser la simple relation maître/esclave. Malgré leur besoin de liberté, les deux jeunes gens vont subir les conséquences de la « malédiction du vainqueur ».

J’ai immédiatement été conquise par la plume fluide de Marie Rutkoski, mais j’ai eu du mal à rentrer complètement dans l’histoire. J’ai trouvé que le début mettait du temps à se mettre en place, l’auteur arrive à rendre la lecture agréable, mais la manière dont elle pose son décor m’a fait ressentir quelques longueurs. J’avais ce besoin de voir interagir les personnages et ces descriptions, bien que complète m’ont par moments frustrée, mais son à mon sens indispensable pour comprendre le contexte. Une fois les bases posées, il n’a pas été difficile pour moi d’apprécier les interactions entre les personnages et les bribes d’information ont commencé à faire monter l’excitation, face à ce qui se profilait. Sans compter que nos deux héros vont avoir un caractère sensiblement identique, pour mon plus grand plaisir. A la fois fragiles et déterminés ils vont tous les deux se retrouver prit dans un engrenage qui va déplacer la simple romance.

Je ne suis pas très fan de la narration à la troisième personne, mais elle aura au moins eu le mérite d’être alternée entre Kestrel et Arin, nous permettant d’avoir une vue d’ensemble sur les évènements, passé et à venir et même si ça nous rapproche pas autant d’une lecture qu’un récit à la première personne, nous avons des révélations intéressantes. Même si ce n’est pas un coup de cœur, je ressors pleinement satisfaite de ma lecture. L’univers est complexe et l’auteure maîtrise l’histoire de ses personnages sur le bout des doigts, c’est sombre, la guerre fait rage et on voit clairement le fossé entre les valoriens et les herranis. Nos héros sont la nouvelle génération d’un peuple qui s’oppose et pourtant une histoire va naître entre eux, sans jamais que la romance n’empiète sur les complots, les secrets et les révélations déchirantes.

 

Addicted to Sin | Monica James (Saison 2)

img_20161108_164643addicted-to-sin-2Très-bonCe roman est le 2ème tome d’une duologie, la chronique peut contenir des spoilers.

On peut dire que la fin du tome précédent avait réussi à mettre nos nerfs à rude épreuve, j’ai eu la joie de découvrir cette petite merveille en avance dans ma boîte aux lettres, alors il était pour moi inconcevable de le mettre de côté. Je dois dire que la découverte du premier tome avait une très belle surprise et je suis ravie d’avoir mis mes a priori de côté pour plonger dans cette histoire déconcertante.

Les personnages de Madison et Dixon sont fascinants et la notion de bien et de mal revient souvent. Pour le psychiatre, Maddy est sa rédemption,  il le dit lui-même il a rarement pris les bonnes décisions, alors rencontrer cet ange remet pas mal de chose en perspective. Au début du roman, on ne peut pas dire que Dixon est renvoyé l’image d’un homme bien et certains de ses choix dans ce tome, ne sont pas nécessairement les bons. On a juste envie de le voir assumer ses erreurs et d’arrêter de s’enfoncer, car il faut dire ce qui est, il s’est creusé sa propre tombe et Juliet le pousse un peu plus dans ce trou.

Madison va s’avérer être beaucoup plus forte qu’on ne l’aurait imaginé et bien qu’il ne pense pas mérité une femme comme Maddy, Dixon est la raison pour laquelle la jeune femme s’épanouit de jour en jour et il lui réapprend à vivre sans crainte. On pourrait la croire naïve, mais c’est surtout un personnage avec un cœur magnifique et la voir s’ouvrir comme elle le fait est tellement touchant. Protéger la jeune femme va s’avérer une décision facile à prendre et même si cela veut dire risquer de tout perdre. Juliet va dévoiler une autre facette de sa personnalité et montrer son vrai visage.

En bref, qu’est-ce que le bien et le mal ? Monica James nous a mise face à un ange et un démon, toutes les deux attirés par un simple mortel. Il est difficile de cataloguer Dixon, car tout simplement il n’est qu’un homme. Face à la tentation, il a prit de mauvaises décisions et lorsqu’il a été confronté à ses erreurs, il a prit la décision de s’en sortir pour pouvoir être digne de la femme de sa vie, mais au final ses choix discutables, ne font pas de lui un homme mauvais. Ce qui compte c’est d’en être arrivé là aujourd’hui et rien que pour les possibilités qu’il a offerts à Madison, il mérite d’être apprécié.

Un second opus qui n’est pas de tout repos pour nos deux héros, j’ai été complètement conquise par les rebondissements et je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer, difficile de le lâcher avant d’avoir eu le dernier mot. J’imaginais la fin un peu différente, au cours de ce mois d’attente de nombreuses hypothèses me sont venus et même si je suis totalement en amour devant ce récit, j’aurais aimé une confrontation plus violente, car j’ai trouvé la fin pas assez cruelle, même si elle est assez satisfaisante. Je ne peux que recommander cette suite qui saura contenter les fans du premier opus et faire monter la tension.

Retrouvez mon avis sur Addicted to Sin #1 ICI
Lucie

Addicted to Sin | Monica James (Saison 1)

img_20161001_180844addicted-to-sinJ’ai la chance de rencontrer Monica James et cette rencontre a été un réel coup de cœur. Son sourire et sa bonne humeur ont eu un impact sur l’achat de Addicted to Sin, le résumé ne m’emballait pas particulièrement, mais cette auteure était tellement passionné que j’ai décidé de me lancer à la rencontrer de Dixon Mathews et j’étais loin d’être préparé à cette lecture.

Dixon Mathews est un psychiatre reconnu spécialisé dans les addictions, depuis sa fiancée l’a quitté, sa vie se résume à une série de parties de jambes en l’air, alors que son métier le positionne dans une situation de force, il n’hésite pas à céder à ses propres pulsions et accumule les femmes. Deux rencontres vont venir chambouler sa petite routine, Juliet est mystérieuse et lorsqu’elle consulte Dixon, ses propres addictions vont la conduire à susciter l’intérêt de l’homme et du psychiatre. Elle est confiance, libérée et à l’image d’un démon, elle est une tentatrice née. Madison a la douceur d’un ange et l’attirance qu’il ressent envers elle, va le ramener à des émotions qu’il avait choisi de taire. Toutes les deux n’ont rien en commun et pourtant, il est indéniablement attiré par ces deux femmes.

Cette lecture m’a complètement sortie de ma zone de confort, Dixon est un personnage assez redoutable. Son physique parfait lui facilite les choses avec les femmes et il n’hésite pas à se comporter comme un connard pour obtenir ce qu’il veut. Je pense qu’il ne fera pas l’unanimité auprès de certaines lectrices et pourtant j’ai été complètement séduite par ce personnage atypique. A chaque avancement dans ma lecture, j’ai appris un peu plus à connaître Dixon et à l’image des deux femmes qui l’attirent, il a un côté sombre dans lequel il se retrouve auprès de Juliet et une vulnérabilité qui le rend compatible avec Madison. Son passé a contribué à l’homme qu’il est aujourd’hui et sans le soutien de ses deux meilleurs amis Finch et Hunter, il aurait sombré depuis longtemps dans la folie et bien plus encore.

Ce qui rend ce personnage attachant, malgré ses choix plus que douteux c’est que justement Dixon fait des erreurs et qu’il a des failles. Dans la littérature nous avons été habitué aux beaux jeunes hommes qui sont des bombes atomiques, qui dirigent des sociétés et brasse des millions. Ici nous avons un héros loin d’être parfait et qui a lui aussi ses propres démons qui viennent assombrir son quotidien. Sa rencontre avec Juliet et Madison va lui offrir deux chemins complètement différents qui pourraient pour la première le conduire aux portes de l’enfer et pour la seconde lui offrir une rédemption pour ses erreurs passées. Les deux héroïnes ont leurs secrets et malgré l’absence de choix et la naissance d’un triangle amoureux, l’intérêt grandissant pour ces deux femmes m’a rendu complètement dépendante.

En bref, une romance surprenante qui en plus d’être originale est très addictive. Monica James arrive à jouer avec la psychologie et donne matière à la réflexion à ses personnages, qui sont loin d’être parfait. Je recommande à tous les fans de la collection New Romance, ce roman saura trouver son public et malgré le triangle amoureux assez particulier, tout l’intérêt de cette histoire réside dans les rebondissements à la fois excitants et déroutants. Une auteure qu’il faut absolument découvrir et qui saura récompenser votre audace et j’espère que vous aurez apprécié l’addictivité du récit.

Lucie

Immaculée | Katelyn Detweiler (#1)

ImmaculéeJe dois admettre que je recule depuis plusieurs mois la lecture de ce roman, j’ai été grandement influencée par les nombreuses déceptions qui entouraient cette histoire. J’étais quand même déçue de le mettre de côté, car la couverture est sublime et j’avais envie de lui donner sa chance, mais quand une première impression vous colle à la peau c’est déjà mauvais signe. Du coup, j’ai laissé passer les semaines et j’ai redescendu d’un cran mes attentes concernant l’intrigue. Et là, surprise,. Je le sors de ma PAL et l’écriture fluide m’embarque, me pose question et fini par bien me plaire.

L’accroche résume plutôt bien la situation : « Mina a dix-sept ans. Elle est vierge. Et enceinte. ». Mina est une élève studieuse qui est première de sa promotion, son petit ami Nate est le plus ambitieux du lycée et son groupe d’amis fait partie des élèves populaires de l’école. Son avenir est tracé et sa famille est fière de la voir prétendre à de grandes universités. Seulement de curieux symptôme vont tout remettre en question et lorsque le diagnostic tombe, il est totalement inconcevable pour Mina qu’une chose pareil se produise. Une grossesse n’est absolument pas envisageable, puisque la jeune femme est toujours vierge et lorsque la nouvelle va s’ébruiter, son entourage va se diviser en deux camps bien distincts : ceux qui lui font confiance et ceux qui lui tournent le dos.

On n’est loin de ce à quoi je m’attendais en débutant ce roman et j’ai eu raison de céder à la curiosité, car le personnage de Mina m’est apparu très sympathique. A seulement dix-sept ans, elle va montrer une force de caractère stupéfiante et elle va se battre pour ses convictions, alors même que ses amis vont progressivement lui tourner le dos. Cependant face à l’absence de certain, elle va pouvoir compter sur le soutien indéfectible de son amie de toujours Hannah, qui va tout faire pour protéger les intérêts de sa meilleure amie. Mais également, l’amour que sa maman lui porte, cette dernière ne va pas hésiter à soutenir sa fille quoi que cela lui en coûte et c’est magnifique de voir l’amour que lui porte sa mère.

Le résumé indique clairement l’orientation religieuse du récit et au final, même s’il est question de foi, on aborde des thèmes beaucoup plus difficiles et en tant que lecteur ont se sent un peu impuissant face à la montée de la haine. Pourtant cet évènement va également être l’occasion pour Mina de reconnaître les personnes sur qui elle peut compter et se découvrir de nouveaux alliés. Il fait également réfléchir sur les mentalités et l’implication de certaines personnes, l’influence des médias, des réseaux sociaux et leur impact. Alors après, c’est vrai qu’il y a pas de rebondissement, mais on avance en même temps que la grossesse de Mina et elle prend en maturité. Je suis très curieuse de lire la suite, la plume de l’auteure m’a vraiment séduite et l’originalité du récit a contribué à captiver mon intérêt. Je pense que c’est le genre d’histoire qu’on adore ou qu’on déteste, mais il n’y a pas d’entre-deux.

Lucie