Romance

Oui ou non | Vi Keeland

Résumé :
Bennett Fox a débarqué dans ma vie par un lundi matin merdique.
J’étais en retard pour le premier jour de mon nouveau boulot, un boulot pour lequel j’allais maintenant devoir me battre même si j’avais déjà travaillé huit ans pour le remporter, à cause d’une fusion inattendue.
Alors que je trimballais mes affaires jusqu’à mon nouveau bureau, j’ai reçu un PV pour m’être mal garée. La policière verbalisait tout un alignement de voitures, à l’exception de l’Audi garée devant moi, exactement la même marque et le même modèle que la mienne.
Agacée, j’ai décidé de refiler mon PV à la voiture qui avait échappé à l’amende. Avec un peu de chance, le propriétaire le paierait sans se douter de rien.
L’ennui, c’est que j’ai accidentellement cassé l’essuie-glace en glissant le papier sur le pare-brise de la voiture.
Sérieusement, ma journée commençait mal.
Tout s’est arrangé quand j’ai rencontré un homme magnifique dans l’ascenseur. Nous avons partagé l’un de ces moments qui n’arrivent que dans les films.
Vous voyez le genre… votre corps s’embrase, des feux d’artifice se déclenchent et l’air crépite autour de vous.
Sous son regard brûlant, le temps que je sorte de l’ascenseur, j’étais toute rouge.
Finalement, la journée n’était pas si mauvaise.
C’était ce que je croyais.
Jusqu’à ce que j’entre dans le bureau de mon nouveau patron et rencontre mon concurrent.
Le beau spécimen de l’ascenseur était désormais mon ennemi juré. Son regard n’était pas brûlant en raison d’une attirance mutuelle. C’était parce qu’il m’avait vue vandaliser sa voiture. Et maintenant, il était impatient d’anéantir sa rivale.
La limite est fine entre l’amour et la haine, et c’est un jeu dangereux.
C’est une limite à (ne pas) franchir… pourtant, ce serait tellement agréable de jouer un peu.
Date de parution : 14 octobre 2020

Autrice incontournable chez Hugo New Romance, il était inconcevable de louper le virage en autoédition de cette autrice. J’avais beaucoup d’attente envers la traductrice et pour mon premier coup d’essai ce fût une réussite.  J’ai retrouvé avec plaisir l’univers léger de Vi Keeland et encore une fois cette romance est comme une pommade qui adoucit le cœur. En toute honnêteté l’intrigue n’a rien d’originale, mais la simplicité n’a jamais été un frein pour moi et ça m’a laissé un sentiment de plénitude à chaque fois que je lisais un chapitre.

Je garde un souvenir assez mémorable des premières rencontres dans les romans de Vi Keeland et celle-ci ne fait pas exception. Lorsque Bennett rencontre pour la première fois Annalise, la jeune femme est en train de vandaliser sa voiture en voulant déposer une amande. A la fois amusé et sous le charme, Bennett va vite déchanter lorsqu’il découvre qu’il s’agit de sa concurrente pour un poste qu’il convoite. Afin de les départager, leur patron va décider de les mettre en compétition sur plusieurs projets, tout en les forçant à travailler ensemble sur d’autres dossiers pour développer une cohésion.

L’esprit de compétition de nos deux héros va les confronter à de nombreux désaccords, qui vont s’avérer être assez amusant et parfois puéril, pour mon grand plaisir. Bien évidemment bien qu’ils soient combatifs, ils vont devoir compter sur un début d’attirance qui va venir troubler la compétition et chacun étant déterminé à gagner ils vont tenter d’ignorer l’alchimie. A plusieurs reprises, ils vont être proches de franchir la limite qu’ils se sont fixés. J’ai bien aimé l’aspect moral de l’histoire, toujours dans le respect et sans coup bas, alors qu’ils ont tous les deux beaucoup à perdre en cas de défaite.

J’ai un petit faible pour les romances dans le milieu professionnel et d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une compétition. J’ai beaucoup aimé leurs échanges et bien que Bennett se comporte parfois comme un grand enfant, la relation haine / amour est un délice. A aucun moment on ne franchit la limite de l’acceptable et bien qu’ils soient en compétition, ils vont rester fairplay. Plusieurs scènes m’ont fait sourire et il est difficile de rester indifférent à la tension sexuelle.

L’intrigue secondaire est également intéressante et on apporte une touche d’émotion à l’histoire, mais on se concentre principalement sur l’aspect léger et comme d’habitude l’humour de cette autrice fonctionnement parfaitement avec moi. C’est toujours un plaisir de découvrir les romans de Vi Keeland.

Romance

Racer | Katy Evans (Fight for Love #7)

Résumé :
Vous avez aimé Brooke et Remi ? Vous adorerez leur fils Racer, le célèbre et tellement sexy pilote de course.
Le mystérieux Racer est le pilote le plus rapide et le plus en vogue du moment.
Lana dirige une petite écurie de Formule 1 et est sans cesse à la recherche de nouveaux talents. Son père est malade, et le seul moyen de sauver l’entreprise est de trouver un pilote star, qui rapportera de l’argent à l’écurie.

Racer est un pilote plutôt spécial et il est sexy, téméraire et mystérieux.
Justement, il cache un lourd secret : comme son père Remi, il souffre de bipolarité. Il ne sera pas facile pour Lana d’apprivoiser tous les reliefs de sa personnalité. Malgré ça, elle ne parvient pas à résister à son charme, car cette fragilité, mêlée à sa virilité, donne un cocktail explosif.

J’étais loin d’imaginer à quel point Racer allait faire battre mon cœur et pourtant il est le digne successeur de Remmington Tate. A l’annonce de cette publication, j’étais impatiente de pouvoir découvrir l’histoire du fils de Brooke et Remi et il aura suffi d’une rencontre avec Lana pour savoir que cette lecture allait m’embarquer dans une sublime aventure. Plusieurs ingrédients auraient dû m’alerter, une attirance indéniable, un héros persévérant qui conduit des voitures comme personnes et bien évidemment des mots qui m’ont touché en plein cœur.

Lana et sa famille sont à la tête d’une petite écurie de Formule 1 sur le déclin, mais qu’ils tentent de maintenir sur les flots. Afin de rendre fière son père malade, la jeune femme va mener une quête pour trouver un pilote capable de les hisser sur le podium. Lors d’un voyage, elle fait la connaissance de Racer d’une bien étrange manière qui prête à sourire, mais qui va définitivement sceller leur histoire. Bien que réticente, Lana va se laisser guider par son instinct et découvrir que le jeune homme est un pilote hors-pair habitué aux courses clandestines.

Bien qu’aucun des deux ne se voyait vivre une histoire d’amour, cette rencontre va être déterminante. Dans la New Romance on a souvent un langage familier et pour le coup, j’ai rarement vu un héros tenir un discours aussi romantique. J’ai encore deux trois citations en tête que je rêve d’entendre prononcer par un homme. Il y a cette détermination à voir la femme de sa vie succomber, sans pour autant la forcer à nier émotions contradictoires qui rendent cette histoire différente. Racer va tout faire pour séduire la jeune femme, tout en comprenant ses réticences et bien qu’il cache un lourd secret, il a toujours cherché à mettre Lana en garde contre ses démons. Ils ont tous les deux une fragilité qu’il cherche à apprivoiser et ils n’ont aucun secret pour les lecteurs. Racer est un héros aux multiples facettes qui n’aspire qu’à être aimé malgré ses failles et il prêt à tout pour conquérir Lana.

Je gardais le souvenir d’un Remmigton assez instable et pour le coup son fils a su gérer ses propres démons tout en s’épanouissant dans le milieu des courses automobiles. Contrairement à son père, sa passion c’est de conduire des voitures comme un champion et il est prêt à tout pour impressionner la jeune femme. Lana ne vit que pour sa famille et bien qu’elle voudrait pouvoir être avec Racer, elle ne peut pas distraite son pilote, car ses victoires elles sont pour sa famille. J’ai tellement aimé l’alchimie entre les personnages et chaque scène est plus intense que la précédente. On a un bon équilibre entre une romance légère avec une pointe d’humour, tout en mettent en avant des sujets tel que la maladie, le deuil ou encore le besoin d’être aimé.

Je termine cette lecture avec un besoin intense de prolonger l’aventure sans compter qu’encore une fois le rapport de ce couple avec la musique est encore sublime à suivre. J’ai l’impression d’être sur un petit nuage et je me prends à rêver d’un tome consacrer à Iris Tate. Bref vous l’aurez compris, la magie Racer Tate a opéré.

New Romance

Furious Rush | S.C. Stephens (Furious Rush #1)

Je me remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

J’étais ravie lorsque j’ai appris que le prochain roman de S.C. Stephens allait sortir, il faut dire que malgré les critiques et l’agacement de sa série précédente, j’étais irrémédiablement tombée amoureuse de son personnage masculin, qui figure parmi books boyfriend. En débutant ma lecture j’avais oublié de quoi parlait le résumé, alors je me suis lancée avec des idées un peu floues de l’intrigue, avec pour seule certitude l’auteure est validée et j’ai pris plaisir à plonger dans ce nouvel environnement.

Lorsque Kenzie et Hayden se rencontrent pour la première fois, on ne peut pas dire que le courant passe immédiatement. Le lendemain, Kenzie découvre qu’il s’agit en réalité du nouveau pilote de l’équipe concurrente et le comportement insupportable de Hayden va passablement énerver la jeune femme. Pourtant à son contact, lorsqu’ils sont en compétition elle redouble de combativité et leur relation conflictuelle va les forcer à se donner à fond pour remporter la victoire.

Seulement bien qu’ils soient tous les deux conscients que l’énergie qui les habite lorsqu’ils s’affrontent est d’une intensité indescriptible, ils n’ont pas le droit de rentrer en contact. Une vieille rivalité les empêche d’entretenir un lien, pourtant réalisant que l’écurie de son père dont elle est l’héritière menace de ne pas s’en sortir, elle demande à Hayden de la pousser au delà de ses capacités et de l’entraîner pendant des rendez-vous nocturnes, afin que ses performances puissent monter au classement. Bien évidemment, plus ils vont passer du temps ensemble et plus l’alchimie va être puissante et j’ai beaucoup aimé la manière dont ils luttent contre leurs émotions. Kenzie est passionné par les courses de motos, pourtant il est difficile de se faire une place dans un sport d’hommes, surtout quand son père était champion dans sa discipline. Aujourd’hui, afin de lutter contre des difficultés financières, tout repose sur les épaules de Kenzie et la pression va être sacrement importante pour une jeune femme qui débute dans la discipline.

Hayden est un personnage assez mystérieux qui m’a séduite dans beaucoup de ses traits de caractère, mais qui demeure un personnage très secret. La première fois qu’il est apparu, je n’étais pas fan de son attitude et j’avais du mal à comprendre ce que les nombreuses lectrices lui trouvaient. Et puis, au fil des pages on découvre qu’il a de bon côté et sa manière de donner des conseils à Kenzie à un côté assez touchant. Ensemble ils vont vivre leur passion à cent à l’heure, ils n’ont pas l’intention de se faire de cadeau sur la piste mais pourtant Hayden va proposer d’une manière assez spontanée d’aider Kenzie à se dépasser et j’ai apprécié découvrir ses motivations, mais un point de l’histoire concernant son passé m’a un peu troublé, au vu de l’intérêt grandissant de ce détail par les personnages secondaires.

Kenzie est un personnage dont je suis admirable, passionnée depuis toute petite de moto et baignant dans cet univers dont son père était le champion, il était pour elle inconcevable de ne pas en faire sa carrière. Cette saison sportive va être décisive pour la jeune femme qui pour la première fois va pouvoir faire ses preuves. Pourtant, face à la pression que son père lui met sur les épaules, elle doute un peu de ses capacités et aspire simplement à le rendre fier d’elle. Alors, pour la première fois de sa vie elle va transgresser les règles pour être la meilleure et il est important pour elle de tout donner. Alors si, il faut passer du temps avec son ennemi pour progresser, elle est prête à mentir, se cacher et surtout se donner pleinement à ces entraînements. Sans compter la température qui grimpe lorsqu’ils goûtent à l’interdit.

Le début est un peu lent à démarrer, notamment car l’héroïne a du mal à supporter ce nouvel arrivant et voyant à quel équipe il appartient, elle va immédiatement se mettre des préjugés en tête. Certes il ne fait pas beaucoup d’efforts pour se faire apprécier, mais l’histoire a mis du temps à se mettre en place j’étais un peu perplexe sur la direction qu’allait prendre le récit. Le fait que les pensées soient concentrées uniquement sur Kenzie rend le personnage de Hayden encore plus difficile à comprendre. Nous en sommes au même point qu’elle, on se questionne, analyse et aimerait bien comprendre tout le mystère qui l’entoure. On peut dire que ses motivations sont nobles et ça le rend beaucoup plus humain et attachant.

En bref, j’ai été très surprise de découvrir qu’il s’agissait du premier tome d’une saga, mais le déroulement de l’histoire à commencer à me mettre la puce à l’oreille au vu de la non-résolution de certains éléments de l’histoire. Et il était évident qu’un point-clé du passé de Hayden n’avait pas été complètement exploité alors la fin n’est pas une surprise, mais j’ai un peu peur d’être déçue car bien que cette suite est du sens, on risque de rapidement revenir au point de départ. J’ai envie d’en savoir plus donc je lirais avec plaisir cette suite, mais je conserve une part de méfiance de peur d’être déçue. Un roman qui m’a apporté des sensations fortes, tant au niveau du sport pratiqué, que par l’alchimie de la romance.

New Romance

Dating You Hating You | Christina Lauren

Date de sortie : 1 juin 2017
Merci Hugo New Romance

Après plusieurs années à suivre les déboires d’une bande d’amis, la transition peut parfois faire peur et c’est un peu ma crainte avec ce nouveau roman by Christina Lauren. Le résumé n’est pas sans rappeler un certain Beautiful Bastard, mais je peux vous dire que la comparaison s’arrête là, bien que l’histoire conserve les codes d’une romance l’intrigue est beaucoup moins axée sur le sexe et la romance est beaucoup plus douce et subtile.  J’aime beaucoup les relations entre collègues, ce goût d’interdit et cette tension qui grimpe pour se ressentir dans leur travail est assez jubilatoire à regarder.

Evie et Carter sont deux agents très doués à Los Angeles, alors que la jeune femme exerce ce métier depuis quelques années, on peut dire qu’avec deux ans à son actif, le jeune homme débute de manière remarquable. Alors qu’ils sont tous les deux invités à une soirée chez un  couple d’amis dont ils sont proches, ils font connaissance dans une ambiance où ils sont les seuls célibataires. Immédiatement ils s’entendent à merveille et s’accordent à dire qu’ils ne seraient pas judicieux de commencer quelques choses avec leur métier, pourtant l’attraction est tellement forte qu’ils commencent à penser qu’ils auraient peut-être une chance. Alors qu’ils savourent leur idylle naissance, ils tombent des nus lorsque leurs agences rivales fusionnent, les les mettant en compétition pour le même poste.

Le changement est assez subtil, Evie a toujours été un requin dans équipe et malgré un manque de confiance en elle, son métier c’est toute sa vie et elle n’a pas l’intention de laisser passer cette chance. Son personnage est à l’image de toutes les héroïnes de Christina Lauren, forte, indépendante et surtout avec un petit caractère. On est loin de la fleur fragile pourtant, sa relation avec son patron la montre sous un jour plus vulnérable et on réalise qu’elle n’est pas si froide qu’il n’y paraît. Carter va immédiatement ressentir de l’attraction et réaliser qu’il est en compétition avec sa presque-petite-amie va être un vrai coup dur, il va avoir du mal à gérer et une certaine jalousie va commencer à germer. C’est vrai qu’on pourrait croire que ça ne les met pas en valeur d’être envieux, mais il y a une certaine part d’humain dans ce qui leur arrive. Leur patron les pousses à se sauter à la gorge en hésitant pas à les rabaisser.

La compétition va lentement s’instaurer sans jamais entrer dans la méchanceté, les petits piques vont se transformer en trait d’humour et une mini-guerre va doucement germer, leurs petites plaisanteries m’auront valu quelques sourires, mais c’est surtout le lien qu’ils créent malgré eux qui m’a fait rêver. Ils vont tout faire pour lutter contre leur désir et on ressent qu’ils regrettent de ne pas avoir vécu complètement leur alchimie, alors lorsque enfin ils se laissent aller c’est un soulagement et j’ai vraiment été une groupie de les voir se tourner autour. Il faut dire qu’ils sont particulièrement mignons ensembles et terriblement compatibles comme ne cesse de leur répéter leurs amis. Il est inconcevable pour eux de commencer une relation en étant en compétition, pourtant tout semble les pousser l’un vers l’autre.

Une romance contemporaine adorable, qui malgré le contexte de compétition des deux héros va réussir à conserver son humour, sa tension sexuelle et surtout une bonne dose d’Amour. Ils se sont rencontrés au mauvais moment pourtant tout dans leur attitude leur laisse comprendre qu’ils ont trouvé la bonne personne et on ne peut pas leur en vouloir d’avoir eu quelques moments d’égarement avant de réaliser qu’ils avaient désespérément besoin l’un de l’autre, car à deux on est plus forts. Je me suis fortement attaché à la bande d’amies loufoques de l’héroïne, aux conseils maladroits du meilleur ami et à l’ambiance générale. J’ai passé un moment tellement agréable que je regrette déjà d’avoir terminé ma lecture, pourtant c’était plus fort que moi j’avais ce besoin viscéral de le terminer pour pouvoir respirer normalement.

 

Romance Érotique

Compétition | Lynda Aicher (The Team #1)

BonJe remercie NetGalley et les Éditions Harlequin pour ce roman. Bien que ce roman me fasse de l’oeil, notamment pour son thème consacré au hockey je n’avais aucune attente. J’ai trouvé innovant que pour une fois on s’intéresse à la place des femmes dans le milieu du sport, mais on ne peut pas dire que la narration m’ait transportée. Je pense que comme beaucoup l’influence du hockey dans la littérature New Adult m’a influencé, ici nous sommes dans un récit plus adulte et plus érotique et bien que l’alchimie soit bien retranscrite, la troisième personne a immédiatement placé une distance.

Dylan est le play-boy par excellence, réputé pour être un homme fêtard qui aime bien la bonne compagnie. Sous le stetson, le sourire irrésistible et l’accent texan se cache néanmoins un acharné de travail qui n’est pas aussi portée sur la beuverie qu’il n’y paraît. Le sportif est prêt à tout pour ne pas voir son rêve de joueur professionnel s’envoler.  Au cours d’un après-midi de charité, il se retrouve en compétition contre une célèbre hockeyeuse Samantha, alors qu’elle réussit sans mal à percer ses défenses c’est indéniablement le courant qui passe entre eux qui va le marquer.

De son côté Samantha est un peu amère car malgré tous les efforts et les sacrifices qu’elle a fournis, jamais une femme n’arrivera au niveau professionnel dans le monde du hockey. Malgré son éducation à la limite du garçon manqué, elle se résout à abandonner ce milieu qu’elle a tant aimé. Pourtant, un simple match sans conséquence, va lui permettre de coacher Dylan Rylie. Ils se sont promis de rester professionnel et la limite entre le plaisir et le travail, n’a jamais été aussi mince. Le duo fonctionne bien et malgré les réticences de Samantha, ils sont tous les deux subjugués l’un par l’autre, seulement encore une fois la narration m’a maintenu en retrait. Et puis sa manière de fuir, a fini par m’exaspérer, elle a un dieu à ses pieds qui est certes maladroit, mais il fait quand même son possible pour la mettre en confiance et elle n’arrête pas de s’en aller bouder. Affronter serait tellement plus simple… !

Néanmoins, je dois reconnaître que l’auteur a fait quelques recherches sur son sujet et va bien au-delà de l’évocation d’un sport. Samantha explique la technique, on comprend les mouvements évoqués et on imagine sans mal, les scènes de leur entraînement. Bon après, en toute honnêteté, même si l’histoire n’est pas mauvaise ce n’est pas non plus la romance de l’année et pour tout vous dire, je l’ai terminé depuis quelques jours et j’ai déjà oublié une bonne partie des scènes, c’est loin d’être une romance mémorable. Je n’envisage même pas de lire la suite, car ce tome se suffit à lui-même.

Lucie