Ce qui ne te tue pas… | Georgia Caldera (#1)

Résumé :

Le bac en poche, les années lycée et leur lot de terribles souvenirs derrière elle, Violette se réjouit de pouvoir enfin tourner la page. C’est par un déménagement et l’intégration d’une école de graphisme de renom que débute sa nouvelle vie. Artiste dans l’âme, Violette espère se révéler et s’épanouir à Arte-Sup. Or, son bonheur a un prix : Adam, le fils de son nouveau beau-père. Car le jeune homme, aussi ombrageux qu’insaisissable, avec lequel elle va devoir désormais partager un couloir, semble la haïr par-dessus tout. Et lui aussi étudie les arts graphiques au sein de la même formation…

Après être tombée amoureuse de cette sublime couverture, j’ai malgré tout tenté de résister à la tentation et finalement c’est ma copine Ouidad qui a tranché pour moi en m’offrant cette lecture riche en émotions et me permettant par la même occasion de faire dédicacer mon exemplaire par son auteure. J’ai débuté ce roman sans réaliser que l’histoire allait être touchante et le passé des personnages ne faut que renforcer leur côté torturé.

Après avoir passé ses années lycées à vivre avec son père et son frère, Violette est déterminée à tourner la page et oublier ce que cette dernière année lui a fait subir. Intégrer l’école de graphisme de ses rêves est l’occasion pour la jeune femme d’oublier les souvenirs de son année de bac difficile et déménager chez sa mère et son nouveau beau-père semble être l’échappatoire dont elle a besoin. Seulement dès le premier jour, elle se heurte au fils de son nouveau beau-père et face à un colocataire récalcitrant, la jeune femme va tenter de s’épanouir et se reconstruire à Arte-Sup, mais Adam va tenir son bonheur tant à la maison, qu’au sein de la formation d’arts graphiques qu’ils viennent d’intégrer. Et la cohabitation va s’avérer compliquer pour les deux jeunes gens.

Le mystère qui entoure le passé de Violette reste entier et malgré sa force de caractère, il est évident que sa dernière année de lycée a profondément marqué la jeune femme. Ce déménagement est l’occasion pour elle de redevenir cette jeune femme insouciante, qui se fiche de ce qu’on peut penser d’elle et elle n’hésite pas à jouer de son côté rebelle pour se construire un cercle d’amis. Pourtant cette image, contraste avec ses pensées, car malgré une apparente désinvolture, elle attache une importance à ce que ses camarades pensent d’elle et face à la critique, Violette se montre très vulnérable, suscitant la compassion et l’interrogation du lecteur.

Adam lui ne fait pas semblant, il n’aime ni la foule, ni être le centre d’attention et avoir des amis ne l’intéresse pas, sa scolarité a été trop chaotique pour oser accorder sa confiance à de potentiel ami. Il n’aspire qu’à disparaître, uniquement vêtu de noir il n’hésite pas à se fondre dans la masse et personne n’a jamais réellement entendu la voix du jeune homme. A la maison ce n’est pas bien différent, Violette ne peut qu’observer ce jeune homme unique, qui est loin de la mise en garde sa mère. N’arrivant pas à tisser un lien avec les autres, Adam se contente de tenir les autres à distance et se renferme dans sa bulle où seul l’art à sa place. D’une incroyable sincérité, ce jeune homme hors du commun n’aspire qu’à être dans un environnement où il peut baisser sa garde.

La tension est palpable et l’issue de cette relation semble incertaine, il y a une profondeur qui se créer grâce au silence et ça accentue les regards lourds de sous-entendu, les émotions sont comme démultiplier par les non-dit, et l’un et l’autre vont confronter leur caractère de manière inattendue. Adam va apaiser Violette et la jeune femme va devenir un soutien inespéré pour le jeune homme. Un premier opus qui met en avant les démons d’Adam, le tout raconté par une auteure à la plume entraînante qui pousse le lecteur à se poser les bonnes questions et les traumatismes abordés ne font qu’attendrir le lecteur. Je n’imaginais pas plonger dans une histoire aussi désarmante, nous sommes témoins de scènes révoltantes et on n’aspire qu’au moment où la légèreté va penser les blessures. L’attente risque d’être longue jusqu’à la suite prévu le 15 mai.

Publicités

Sugar Free | Sawyer Bennett (Sugar Bowl #3)

Résumé :

La sombre et délicieusement perverse histoire d’amour de Sela et Beck, bâtie sur le sexe, le mensonge et la vengeance, débouche sur une conclusion explosive.
Pendant des années, Sela Halstead a rêvé de vengeance, mais sa réalisation est des plus éprouvantes. Une nouvelle fois, elle se retrouve à la merci de Jonathon Townsend. Et même si elle en réchappe, elle craint de ne jamais pouvoir se rétablir.
Ayant désespérément besoin d’aide et de réconfort, elle court vers le seul homme en qui elle peut avoir confiance : Beckett North, qui est à ses côtés depuis le début. Mais pourra-t-il gérer la vérité ? Et est-il prêt a tout perdre : sa fortune, sa famille, sa liberté ?
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse
Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Je clôture cette série avec exaltations que les premières séries publiées chez Hugo New Romance, les séries sont à double tranchant, d’un côté il y a l’excitation liée au cliffhanger des autres tomes et la frustration que provoque l’attente. Et pourtant ce sont ces facteurs qui font que j’apprécie les séries, les émotions qu’elles véhiculent sont décuplé, car en quelque sorte nous rentrons dans le quotidien de personnages et au fil des tomes nous apprenons à nous immerger dans leur vie et lorsqu’on arrive à la fin, ce sont des adieux touchants.

La série Sugar Bowl n’innove pas forcément et pourtant ce sont des codes qui fonctionnent et que j’apprécie dans les New Romance. Ce dernier opus nous sommes nombreux à l’avoir attendu, la situation du dernier opus se terminant dans un chaos total. Sela va montrer l’étendue de son évolution,et la manière dont elle va gérer les événements montrés le chemin parcouru. Depuis de nombreuses années, elle a imaginé sa revanche contre son violeur sous toutes les coutures, mais elle n’avait pas prévu que la réalité serait éprouvante et que sa confrontation engendrerait la plus grosse épreuve de sa vie. Le plan était simple, mais tout va déraper.

Beck va comme à son habitude prendre les choses en main, son côté chevaleresque va être mis à dure épreuve, puisqu’il pourrait bien lui coûter sa liberté, sa famille. Ensemble ils vont tenter de remonter la pente et de guérir des révélations faite par T.J. Townsend. Dans ce tome ils vont devoir affronter un événement qui pourrait bien les séparer à jamais et leur complicité va connaître quelques tensions, mais leur alchimie n’a jamais été aussi puissante et la sensualité va venir apporter de la légèreté. Certes la direction que prend l’histoire est assez prévisible, mais on reste captivé par le défilement des chapitres et on attend le moment de la revanche.

Une conclusion qui offre aux lecteurs des révélations, du suspense, une intrigue en passe d’être résolue et surtout beaucoup d’Amour. Personnellement il ne m’en fallait pas plus pour apprécier ma lecture, tous les ingrédients sont réunis pour savourer cette série. Des personnages attachants, une plume enivrante alternant entre amour et haine contribuant à renforcer l’addictivité. Une auteure et une série découvrir !

Mon avis sur Sugar Daddy #1 ICI
Mon avis sur Sugar Rush #2 ICI

Sugar Rush | Sawyer Bennett (Sugar Bowl #2)

Résumé :

Après s’être fait passer pour une escort pour le site de rencontres Sugar Bowl, Sela Halstead n’a qu’une idée en tête : se venger. Elle se rapproche de son violeur, Jonathon Townsend, le fondateur du site. Pour y parvenir, elle utilise Beckett North, son amant, l’associé de Townsend.

Sela pensait que leurs nuits intenses avaient forgé un lien indestructible, mais peut-elle vraiment faire confiance à Beckett pour faire le bon choix ?

Et jusqu’où ira Beck pour prouver sa loyauté envers Sela ?
Il a failli la perdre une fois. Pour la garder, jusqu’où Beck ira-t-il ?

Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse
Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Une suite très savoureuse qui se sera fait attendre, mais qui relève le pari d’une suite aussi addictive et parvient à développer une complicité qui fait la force de nos héros. Après une révélation aussi intense, il était évident que la relation des deux personnages principaux s’en trouverait modifiée, une fois les secrets révélés on ressent une forme de légèreté, comme si les barrières qui les empêchaient de se livrer totalement s’était envolé et qu’il ne restait plus qu’à laisser la confiance s’installer et leur relation va naturellement se redessiner avec plus de force.

Sela est à un tournant de sa vie, révélé son passé est la chose la plus difficile qu’elle est eut à faire, mais après des années de solitude elle peut enfin aspirer à une relation stable. Dans le premier tome, la jeune femme était motivée par la colère et la vengeance et bien que son désir d’agir n’ait pas totalement disparu, elle est conscience t’avoir quelque chose à perdre. L’Amour a réparé les cicatrices les plus à vif et bien que TJ soit toujours au cœur de ses préoccupations, elle est désormais libre d’être celle que Beck n’a pas encore rencontrée. J’ai apprécié ressentir le poids des secrets s’envoler, Sela est moins sur la défensive et s’accorde enfin le droit de vivre sa vie sans crainte.

On constate également une évolution du côté de Beck, même dans le premier tome il a toujours été d’une nature assez protectrice, mais parfois j’avais l’impression qu’il vivait cette relation à distance. Lorsqu’il apprend la terrible vérité, il y a cette barrière qui éclate et je lui ai trouvé un côté plus humain. J’étais loin d’imaginer qu’il pourrait éprouver autant de colère et cette exposition de rage était nécessaire, car son monde part en vrille et il va montrer qu’il est prêt à tout pour Sela. Son côté stratège est régulièrement mis en avant et j’ai apprécié qu’il sache dominer ses pulsions pour agir de la bonne manière. Sans compter, que la vérité va indéniablement les rapprocher.

Pendant une bonne partie du roman, nous sommes dans un huis clos entre les personnages et à mon sens, c’est une manière pour eux de se retrouver, se découvrir et laisser la souffrance de côté le temps de quelques chapitres. Rapidement, un plan va voir le jour et l’élaboration de celui-ci va faire monter la tension déjà très présente et en tant que lecteur, on souhaite simplement que tout se mette en place. A chaque étape, nous pourrons savourer des moments de complicité et ça sera également l’occasion de faire la rencontrer de nouveaux personnages. Certains permettent d’apporter un contexte, d’autres auront un rôle déterminant dans la suite des événements.

Une suite qui comble mes attentes et qui devrait en ravir plus d’un lecteur. Si vous n’avez pas encore découvert Sugar Daddy, laissez-vous tenter par cette série, le temps de patienter pour la sortie du dernier opus en avril.

Mon avis sur Sugar Daddy #1 ICI

The Catch | K. Bromberg (#2)

Résumé :

Après un retournement de situation inattendu, le joueur de baseball vedette Easton Wylder en vient à douter de la loyauté de tous les membres de son entourage. Même de celle de Scout Dalton, la femme qui partage sa vie.
Mais si Easton pensait qu’un déracinement dans un lieu improbable serait le seul défi que la vie lui réservait, il se trompait du tout au tout. Avec une épaule blessée et une carrière sur la touche, sa brusque décision de tout changer le conduit à douter de tout – de l’amour de Scout, de la loyauté des membres de sa famille et de sa propre capacité à affronter un obstacle qu’il n’a jamais réussi à surmonter jusque -là. Un secret qu’il n’a jamais partagé avec personne.
Acculé à ses limites il n’en demeure pas moins déterminé à prouver sa valeur quoi qu’il lui en coûte. K. Bromberg est passée maître dans l’art de faire monter la tension » Katy Evans, auteur de bestsellers du New York Times.
Merci Hugo New Romance pour cet envoi

A la fin de The Player, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que la suite porterait également sur Scout et Easton. Il y a toujours une pointe d’inquiétude quand une suite est en jeu, mais quand il s’agit de K. Bromberg elles sont balayées d’une traite, surtout quand on voit que cette suite garde quelques secrets.

On replonge au cœur de la tourmente dès le premier chapitre et une bombe est lancée sans qu’on comprenne ce qui a pu se passer pour que tout dérape. Scout va devoir faire des choix déterminants et ses décisions vont affecter sa relation avec Easton, ainsi que leur carrière. Alors que dans le premier tome, les démons de Scout étaient au centre de l’intrigue et ces problèmes relationnels en train d’être surmonté grâce aux attentions d‘Easton. J’attendais beaucoup de cette suite, notamment du côté de Scout qui avait tellement du mal à accorder sa confiance qu’il fallait une réelle évolution. Dans cette suite, Easton est au cœur de la tourmente et sa vie va prendre un tournant, difficile d’évaluer à qui on peut faire confiance quand son monde s’écroule.

Easton va se montrer sous un jour plus vulnérable, lui qui était un rock pour Scout va à son tour sombrer dans l’incertitude. Tout ce qu’il a toujours connu et son équipe depuis ses débuts vont subitement prendre une nouvelle direction. Les obstacles vont se dresser devant lui et la situation va devenir plus difficile à gérer pour lui, on le découvre fragilisé par ses secrets et ses peurs vont elle aussi s’immiscer dans son esprit. Cet opus m’a touché, car Easton vit des moments difficiles et les révélations n’ont fait que m’attendrir. Quelques indices sont éparpillés dans l’intrigue, mais la révélation fait l’effet d’une bombe et ne laissera personne indifférent.

K. Bromberg réussi encore une fois à nous présenter un héros avec ses failles et cette vulnérabilité assumée pour ses personnages masculins montre l’étendue de son talent. Il y a toujours cette émotion qui agit immédiatement sur le lecteur et on ne peut qu’apprécier la romance tant les personnages sont attachants. L’intensité de la relation, la passion qui unit les héros n’y est pas pour rien, on s’identifie sans mal à cette histoire d’amour, car les épreuves traversées ne vont faire que renforcer la solidité du couple, et consolider la complicité. On frôle le coup de cœur avec ces deux tomes, l’histoire réunit tous les ingrédients pour avoir la romance idéale. L’univers du base-ball est captivant et les personnages nous font passer du rire aux larmes, avec une bonne dose de sexytude.

Mon avis sur The Player #1 ICI

Larmes sincères | Pepper Winters (Monster in the Dark #4)

Résumé :

« Q, je suis à toi, pas seulement dans cette vie, mais pour toujours. Je te suivrai dans le malheur, la détresse et l’adversité. Je me battrai à tes côtés car là réside notre passion. Et lorsque cette vie prendra fin, je t’attendrai dans la prochaine. Car un amour comme le nôtre est unique. Tu m’as démolie. Ravagée. Tu m’as détruite en me choisissant pour épouse. »
Q a été enlevé par ses ennemis et Tess, dévastée, est plus déterminée que jamais à sauver son âme soeur. Même si cela signifie tuer à nouveau ! Avec l’aide de Franco et des hommes de main de Q, Tess se lance à la recherche de l’homme qu’elle aime et devra sillonner l’Europe. Mais alors qu’elle touche au but, une peur grandit en elle : dans quel état va-t-elle retrouver Q ? Et si ce qu’il avait traversé l’avait changé au point qu’il ne veuille plus unir sa vie à la sienne ?
Âmes sensibles, s’abstenir !
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Assez surprise par la taille du roman, j’ai fini par faire quelques recherches et découvrir que ce dernier opus n’était en réalité qu’une nouvelle, mais assez gâté par le nombre de pages et également ravie d’aborder un tome plus basé sur les émotions de nos héros. Jusqu’ici on avait abordé à de nombreuses reprises le côté romance sombre et la pratique de nos héros étaient mise à l’honneur, ici on va s’intéresser de manière rapide aux démons non avoué de chacun et l’épilogue est plutôt réussi, qui réussi à transmettre l’angoisse de la séparation.

On retrouve nos héros là où on les avait laissé et ma situation dégénère complètement, Tess se retrouve seule avec un garde du corps mal en point et un amant introuvable, qui ne cesse de raviver la colère qu’elle a en elle. A travers six long chapitres, nous allons grâce à l’alternance des points de vue suivre nos héros dans leur quête de liberté, tous les deux animés par la rage de retrouver l’autre et d’en finir avec ceux qui essaye de les séparer. Tess prend peu à peu conscience de sa force et Q. nous montre une facette plus humaine de lui.

Ce dernier opus m’offre enfin l’aspect romantique de la relation Tess et Q, et la force de leur sentiment ne fait aucun doute. Certes leur relation est peu conventionnelle, mais  ils ont toujours assumé pleinement leur désir déviant  et finalement ce tome c’est l’occasion de montrer à leur entourage qu’ils se sont trouver dans la noirceur. Ravie de ce dernier opus qui met l’amour à l’honneur et s’attèle à montrer ses héros sous leur meilleur jour.

Une série surprenante qui m’aura rendu à la fois mal à l’aise et impatiente. Je n’ai pas forcément apprécié tous les aspects de la relation et l’obscurité occupe un place central dans l’histoire, mais les sentiments sont partagés et cette série montre une manière différente de s’épanouir. Certes la lecture du premier tome est surprenante, mais c’est surtout une histoire de désir assumé, car aucun des deux n’étaient prêt à avouer ses goûts particuliers et une fois que tout éclate au grand jour, ils sont heureux d’avoir assumer leur fantasme donc même si cette série ne plaira pas forcément à tous les amateurs de romance, on termine sur une note positive et romantique.

Retrouvez mon avis sur Larmes amères #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Larmes brûlantes #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Larmes silencieuses #3 ICI