Last Kiss | Laurelin Paige (Le Palace #2)

Résumé :
Emily Wayborn a pris une décision. Elle n’a peut-être pas entièrement confiance en Reeve Salis, mais il est la seule personne qui lui donne ce dont elle a besoin. Avec Reeve, elle peut enfin être elle-même. Être avec lui est la seule chose qui la maintient à la surface alors que le reste de sa vie s’écroule.
Mais Reeve, le riche et sexy hôtelier, est bien décidé à garder sous clé ses dangereux secrets. Tandis qu’Emily est déterminée à obtenir des réponses sur les activités de son amant et sur les circonstances de la disparition de son amie Amber, il semble que quelqu’un s’assure qu’elle ne les trouve pas… Le temps presse et elle remet en question tout ce qu’elle croyait savoir sur son couple avec Reeve et sur son amitié avec Amber. Plus que jamais son amie lui paraît toxique et elle doit maintenant faire un choix impossible entre suivre son coeur au péril de sa vie ou simplement survivre.
Un jeu de chat et de souris dans un univers empli de désirs inavouables et de sombres secrets.
Merci à mon partenaire Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.
Ce roman est le 2ème tome d’une dyptique, la chronique peut contenir des spoilers.
Date de sortie : 5 avril 2018

Je suis rarement prise de cours dans mes lectures, mais le tome précédent avait été une véritable découverte, tant en me sortant de ma zone de confort, qu’en me captivant et le final me laissait le souvenir d’une véritable claque. Beaucoup de questions demeuraient et c’est avec une grande impatience que j’ai dévoré ce dernier volume.

L’histoire reprend à l’endroit exact où le tome précédent s’est arrêté et les premières questions vont faire leur apparition. Alors qu’Emily était enfin en paix avec ses émotions, et qu’elle acceptait enfin d’accorder sa confiance à Reeve, les évènements liés à la fin du tome 1 vont venir tout remettre en question, accentuant les doutes et faisant ressortir les insécurités. Plus le danger semble se rapprocher et plus notre couple semble traverser des instants compliqués. Les non-dits vont contribuer à des incompréhensions et les secrets ne vont faire que contribuer à créer un climat intense où la seule échappatoire sexuelle n’apporte pas toujours le réconfort attendu.

J’ai adoré retrouver cette ambiance d’interdit qui se poursuit pendant l’intégralité du roman, mais Emily m’a agacé dans ses décisions. On ressent vraiment qu’elle n’est pas bien dans cette situation et qu’elle perd complètement le contrôle. Jusqu’ici sa relation avec Reeve avait dû surmonter quelques épreuves, mais cette fois-ci ils sont à un tournant de leur relation et la jalousie va ronger notre héroïne. Jusqu’ici Emily avait toujours renvoyé l’image d’une jeune femme épanouie et dans ce tome, elle est submergée par ses émotions. J’ai eu du mal à accepter certaines de ses insécurités quand il est évident qu’elle ne réfléchit pas de la bonne manière.

La domination occupe une place importante dans ce tome et revêt différents aspects. Le passé de nos héros va venir creuser un fossé dans la relation qu’ils s’étaient construit, d’un côté Emily se retrouve prise au piège de ses promesses et de l’autre Reeve, essaye de ne pas reproduire les erreurs de son passé, mais lorsque ces deux-là sont en contact l’un de l’autre, l’alchimie fait des étincelles. Pour le coup, les réactions de Reeve m’ont vraiment beaucoup plus séduites que dans le tome précédent, certes il a toujours ce côté dominateur qu’il faut apprécier, mais il pousse Emily à s’accepter sans avoir honte et surtout, il est attentif à sa sécurité, quitte à se faire violence sur certains aspects de sa personnalité pour s’améliorer quand il fait des erreurs.

La manipulation est perceptible dans ce tome et ça rend cette histoire assez particulière, il y a une forme de malaise quand on voit l’influence de certains personnages et rapidement ça en devient dérangeant, car ce n’est pas toujours un rapport sain. J’ai eu du mal à comprendre ce lien et cette loyauté, face à des amitiés clairement nocives. On évoque une forme d’ascendant, mais là encore sous différentes formes, d’un côté nous avons une relation qui vue de l’extérieur pourrait ne pas être bienvenue, mais quand on creuse un peu c’est totalement consenti et bien que les pratiques ne soient pas appréciées de tous, elles rendent heureux les protagonistes et de l’autre, nous avons une relation inexplicable, malsaine et avec une telle intensité qu’il n’y a que de l’intérieur qu’on ne voit pas la manipulation. Néanmoins, cela m’aura valu une étoile en moins.

Impossible de dire de cette histoire qu’elle est belle, pourtant nos personnages ne sont parfaitement trouvés et la passion débridée qui les réunit a quelques aspects romantiques quand ils sont en dehors de la chambre à coucher. Nous avons un mal Alpha, légèrement psychopathe, prêt à tout pour protéger celle qu’il aime et derrière son masque de dure à cuir c’est un cœur tendre, certes sa domination est assez flippante vue de l’extérieur, mais puisqu’il comble les besoins de sa partenaire, je trouve qu’on peut lui trouver des bons côtés. Après, on retrouve quelques longueurs et certains passages m’ont un peu déçue, notamment le manque de combativité d’Emily, mais globalement j’en ai eu des sueurs froides tellement j’étais captivée. Passion, amour, amitié, manipulation, trahison et révélations surprenantes sont au cœur de ce final. Très beau dyptique qui aura su me captiver.

Mon avis sur First Touch #1 ICI
Publicités

P.-S. : Tu me manques | Brigid Kemmerer

Résumé :
Juliet a toujours écrit à sa mère. Depuis sa mort soudaine, cette habitude est pour elle comme une bouée de sauvetage. Même si les courriers de Juliet restent sans réponse, elle continue de les déposer sur sa tombe chaque semaine.
Declan n’aurait jamais cru qu’une lettre pourrait changer sa vie. Pourtant, celle qu’il trouve au cimetière, où il fait des travaux d’intérêt général après le lycée, le touche profondément… Et il ne peut s’empêcher d’y ajouter deux mots.

Ça fait bien longtemps qu’un roman ne m’avait pas autant émue, c’est le genre de roman authentique qui laisse une trace. Au moment où j’écris ma chronique, je garde un souvenir particulièrement ému en repensant au pouvoir des mots. C’est difficile à expliquer, mais parfois quand on n’attend rien de particulier d’un roman et qu’on décide de tenter l’aventure, il se produit un milliard de sensations inexplicables qui nous conforte dans notre choix. Ici c’est d’abord un coup de foudre pour la couverture qui m’a attirée et le résumé n’a fait que me conforter.

Depuis la mort soudaine de sa mère Juliet n’est plus la même, mais elle a conservé cette manie de toujours lui écrire des lettres et bien qu’elle ne puisse plus interagir avec elle, ces correspondances épistolaires à sens unique sont une thérapie nécessaire pour la jeune femme. Chaque semaine, elle dépose sur la tombe de sa mère de nouvelles lettres et le vent finit par les porter au loin. Pourtant, l’une de ces lettres va terminer sa course entre les mains de Declan, extrêmement touché par les mots de son auteure, il va apposer une simple phrase et ainsi va débuter un échange émouvant, où deux personnes vont ouvrir leur cœur sous couvert de l’anonymat.

Personnellement je n’écris que très peu de lettre manuscrite, mais c’est quelque chose qui me séduit dans la littérature. Ici la correspondance va s’avérer émouvante notamment parce que le passé de nos héros est chargé. A travers des lettres d’abord manuscrite, puis numérique où ils vont se dévoiler l’un à l’autre. A l’image d’un journal intime Juliet et Declan vont se confier afin de soulager cette douleur qui les habite. Parallèlement on suit le quotidien de nos héros chacun de leur côté et l’impact que cette correspondance va avoir dans leurs relations.

Leur parcours est différemment et leur réaction à l’opposé, mais ils ont tous les deux cette aura de fragilité qui ne les quitte pas. Nous ne sommes pas dans une recherche de l’identité du correspondant, plutôt dans une démarche pour se décharger de ces pensées qui peuvent être parfois néfastes. Juliet est une héroïne traumatisée par la disparition de sa mère et elle peine à retrouver un semblant de normalité, alors discuter avec un correspondant qui ne sait rien d’elle, c’est rafraîchissant et constater que Declan la comprend lorsqu’elle exprime sa peine, c’est tout ce don elle avait besoin pour sortir la tête de l’eau et reprendre doucement goût à la vie.

Dans ce livre nous abordons des thèmes simples comme l’amitié, le deuil, les relations familiales et la manière de gérer son chagrin quand l’impensable se produit. A plusieurs reprises j’ai eu les larmes aux yeux et l’auteure sait parfaitement utiliser des émotions intenses pour secouer son lecteur et le plonger dans un état affectif troublant. On n’entre pas forcément dans une dramatisation de l’histoire, seulement avec des mots simples et touchants, nous suivons des personnages qui ne savent pas comment guérir et qui ont désespérément besoin de s’en sortir.

Jeu d’inconscience | Jennifer L. Armentrout (Jeu de Patience #6)

Résumé :
La vie de Jillian Lima a été littéralement bouleversée lorsque Brock, son amour d’enfance, l’a quitté. Après six années à vivre dans des souvenirs emplis de douleur et de regrets, Jillian vient de décrocher un job dans l’école d’arts martiaux de son père. Bien décidée à reprendre sa vie en main, elle accepte un premier rencart. Et tandis que Brock resurgit dans sa vie – plus beau que jamais – parviendra-t-elle à lui faire de nouveau confiance ?

Le tome de la conclusion, celui qu’on attend et redoute à la fois, car le temps des adieux est arrivé. Je dois vous avouer que j’étais partagé concernant ma lecture, d’un côté j’avais envie de n’en faire qu’une bouchée et de l’autre, j’ai tenté de faire durer le plaisir, mais très franchement difficile de reposer ce livre une fois qu’on s’est laissé embarquer par l’histoire. Il est parfois plus appréciable, de laisser les mots vous emporter.

Il y a 6 ans, en une nuit la vie de Jillian Lima a été bouleversée. A commencer par son cœur qui s’est brisé à cause de son ami d’enfance Brock, cette même nuit un évènement terrible à briser à jamais la vie qu’elle a toujours connue. Aujourd’hui malgré les années à se remettre, ses souvenirs sont toujours aussi vifs et elle commence tout juste à reprendre sa vie en main. A commencer par ce poste dans l’école d’arts martiaux de son père, l’entreprise familiale a toujours été la finalité à la fin de ses études et ce job c’est l’occasion de retrouver cette confiance qu’elle a perdue cette fameuse nuit. Cependant, elle n’était pas préparée à voir ressurgir Brock dans sa vie.

Jillian dégage une certaine fragilité et son passé, l’a rendu méfiante et discrète, c’est totalement le genre d’héroïne que j’apprécie découvrir. Dès le début, son authenticité m’a séduite et elle a cette manière de vouloir se cacher, qui m’a parfois rendu triste pour elle. Elle est en vraie remise en question et elle veut s’en sortir, mais parfois les peurs sont plus fortes que tout, alors voir la force qui la pousse à se faire violence pour quitter sa solitude c’est à la fois un crève cœur et une fierté. Revoir Brock va s’avérer difficile, car il va faire remonter les souvenirs.

D’ailleurs Brock ne va pas hésiter à avoir Jillian à l’usure et il est bien décidé à revenir dans sa vie, ce qui est totalement craquant, mais au vu des bribes de souvenirs de Jillian, on a envie de la protéger et cette masse de muscles, va s’avérer aussi doux qu’un agneau, avec un sex appeal inégalable. A force de persuasion, l’ex-fighter va réussir à passer les défenses de la jeune femme, mais l’équilibre va rester précaire et malgré un manque de confiance évident, l’amitié va renaître et il ne va pas hésiter à la séduire de la plus douce des manières. Le fait qu’ils se connaissent enlève une part de séduction, mais on est malgré tout dans une phase de flirt poussé.

Ce n’est pas forcément un coup de cœur, mais à chaque fois que je lis un roman de Jennifer L. Armentrout, son écriture agit comme une formule magique et c’est avec le plus grand des plaisirs, que je laisse les personnages me conter leurs histoires. J’ai apprécié cette façon de boucler la boucle, Avery c’est le commencement et elle vient apporter son soutien à Jillian, comme on lui a porté secours dans Jeu de Patience. Difficile, voire impossible de détrôner Cam de son rang de book boyfriend ultime, mais si on fait un rapide bilan après 6 tomes riches en émotions, je conçois que Jax ne soit pas bien loin. Bien évidemment, chacun de ces couples m’a marqué à sa manière et chaque histoire restera gravée comme l’une de mes premières séries New Adult, celle à l’origine de tout. Six tomes de joies, d’amitié et de beaucoup d’Amour, qui laisseront une trace dans mon cœur de lectrice.

Retrouvez mon avis sur Jeu d’indulgence #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Jeu d’imprudence #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Jeu d’attirance #5 ICI
Lucie

Henry | Emma Chase (Il était une fois #2)

Résumé :
Certains hommes sont nés responsables, d’autres subissent les responsabilités.
C’est le cas de Henry qui vient de devenir l’héritier présomptif du royaume de Wessco suite à l’abdication de son frère aîné qui a choisi de renoncer au trône afin de pouvoir épouser l’amour de sa vie (Saison 1, Nicholas).
Il se retrouve donc avec un poids considérable sur les épaules, et ne gère pas du tout le fait de devoir prendre des décisions politiques pour son pays et ses sujets. Mais Henry, ne prend pas la royauté très au sérieux et décide de devenir l’objet de tous les fantasmes des jeunes femmes de Wessco en devenant le héros d’une téléréalité… royale : un château, un prince, et vingt charmantes aristocrates prêtes à tout pour séduire Henry et devenir la future reine.
Henry, le prince bad boy et play-boy se sent tout à fait dans son élément dans cet univers où des femmes se battent littéralement pour lui… jusqu’à ce que ses yeux se posent sur la sœur d’une des participantes : Sarah.
Sarah est sensible et intelligente, le nez toujours dans les livres. Bien qu’elle soit riche et issue de la noblesse, elle s’assume seule grâce à son travail de bibliothécaire. Timide, ce qu’elle déteste le plus : être sous le feu des projecteurs…
Une comédie romantique qui réunit la Belle, intelligente et timide, et la Bête, à la fois sauvage et tendre.
Merci Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Un conte de fées moderne absolument craquant, une suite que j’attendais avec impatience et qui m’a surpris bien au-delà de mes espérances. Henry est un personnage totalement imprévisible, sa désinvolture m’avait fait beaucoup rire dans le précédent opus, mais derrière se cachait un personnage plus fragile qu’on ne le pensait. Le potentiel de ce futur roi était déjà brillant dans le tome consacré à Nicholas, mais c’est cette suite m’a fait tomber amoureuse d’un personnage comme on les aime dans la littérature. J’ai été bercé par les contes de Walt Disney et replongé dans une version revisitée qui prône l’amour malgré les différences, c’est totalement l’histoire qu’il me fallait pour m’envoler. Bien évidemment cette histoire ne serait rien sans la plus belle des princesses, Sarah est un personnage qu’on attend pas et son caractère en fait l’une des plus belles héroïnes de romance, de mon côté la magie a totalement fonctionné et je n’ai pu qu’être subjugué par cette superbe histoire d’amour.

Henry a toujours eu la meilleure position dans la monarchie, toujours second et bien souvent éloigné des conflits lié à la politique du pays. Bien qu’il en ait toujours fait qu’à sa tête, il a toujours occupé une place privilégiée au côté de sa grand-mère et le décès de ses parents a contribué à cette proximité, jusqu’ici il a toujours pu bénéficier de l’amour de la reine et son rôle n’a jamais été aussi problématique que celui de Nicholas, qui devait se mettre en opposition à certain choix. Aujourd’hui, le Prince adoré, n’est plus autant populaire auprès de la Reine Mère et des décisions pas toujours réfléchis ne vont pas aider à se faire bien voir dans son tout nouveau rôle. Contraint à quelques ajustements avant de pouvoir être celui qu’on attend de lui, la Reine offre à son petit-fils une retraite provisoire pour comprendre la pleine mesure de ce qui l’attend. Sauf que Henry a une autre idée en tête, à commencer par le tournage d’une télé réalité qui élira la future femme de notre Prince.

Ce projet pas forcément adapté à la situation, va pourtant amener de belles surprises à commencer par des participantes sulfureuses, mais dès que son regard va se poser sur Sarah, la sœur d’une des participantes la situation va se compliquer. Sarah est tout ce qu’il n’est pas, douce, gentille, effacée et cette authenticité va complètement retourner notre héros, habituée à la séduction, il va complètement changer d’attitude et son instinct de protection va rapidement créer un lien particulier. Au contact d’Henry, la timidité de notre héroïne va prendre moins d’ampleur et malgré un rapport parfaitement platonique, ils vont se laisser porter par un sentiment de bien-être. Bien que la situation ne soit pas adaptée à la naissance d’une romance, Henry va montrer une image qu’on n’attendait pas et une vulnérabilité qu’il n’avait encore jamais dévoilé. Une romance particulièrement touchante et une héroïne qui m’a immédiatement renvoyée vers ma passion pour la littérature.

Sans compter qu’on a un parfait dosage entre humour et thème plus sérieux, on est face à une histoire d’amour presque parfaite et ça fait bien longtemps que je n’avais pas été aussi emballée par une romance. Des bonnes lectures il y en a pleins, mais des romances qui me donnent l’impression que l’héroïne est une représentation de soi, c’est très rare et pour le coup, le pari est réussi. Je suis absolument conquise par l’histoire, les personnages, les thèmes abordés et la romance à se procurer pour rêver les yeux ouverts.

Mon avis sur Nicholas #1 ICI

The Boy Next Door | Penelope Ward

Résumé :
Chelsea se remet difficilement de la rupture avec son copain, Elec, mais elle a bien l’intention de tourner la page lorsqu’elle déménage et s’installe dans un nouvel appartement à San Francisco. Quant à elle, elle poursuit son travail d’éducatrice dans un centre qui accueille des ados. Tout irait pour le mieux si elle n’avait pas un voisin très irritant, un certain Damien, qui a en plus deux chiens qui aboient toute la journée, qui la réveillent régulièrement. Impossible de s’entendre avec cet homme arrogant, qui ne veut faire aucun effort.
Mais il n’est pas facile d’éviter celui qui vit juste à côté de chez soi, surtout qu’il n’est pas qu’un simple voisin mais également le propriétaire de l’immeuble ! Au fil de leurs rencontres, Chelsea découvre en Damien une personne différente de ce qu’elle pensait et elle commence à s’interroger sérieusement sur lui.
Pourquoi a-t-il l’air si seul et semble refuser tout engagement ?
Cette question devient de plus en plus importante quand Chelsea se rend compte qu’elle est en train de craquer pour Damien. Et si lui aussi tombe visiblement sous son charme, il garde une distance prudente avec elle qui l’inquiète. A-t-elle une chance de s’engager dans une liaison durable avec cet homme qui reste très mystérieux ?
Leur amitié naissante a-t-elle une chance d’évoluer vers une relation amoureuse ?
 Merci à mon partenaire Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.
Date de sortie : 8 mars 2018

Je me sens en totale dépression livresque, trois des grosses sorties attendu depuis des mois m’ont totalement laissé insensible. J’étais tellement excité après Room Hate que ça ne m’est pas venu à l’idée que je serais déçue du récit. Il y a quelques points qui ont fait que ce récit, n’était pas très convaincant, des scènes pas toujours connectées et des dialogues dérangeants. Pour tout vous dire, c’est l’impression dominante qui avait animé ma lecture de Step Brother, le fond de l’histoire est plaisant, mais sans jamais vraiment décoller.

Pour ceux qui n’auraient pas lu Step Brother, il faut savoir que Chelsea est connectée à l’histoire puisqu’il s’agissait de la petite amie de Elec et bien évidemment si ce tome compagnon existe, c’est qu’ils ne vivent pas d’amour et d’eau fraîche. A vrai dire, leur rupture a été assez brutale et la jeune femme se remet difficilement de la perte de cette relation. Le changement semble être la clé d’un nouveau départ, alors un déménagement c’est la solution rêvée, si seulement son mystérieux voisin ne la rendait pas dingue avec ses deux chiens bruyants. On dit souvent que le premier contact est déterminant et on peut dire que ces deux-là vont partir sur une relation explosive.

On est tous passé par une rupture difficile et ce tome aborde un angle intéressant de l’amour. On se questionne notamment sur les degrés d’amour que peuvent éprouver les personnes et bien que cette histoire ait parfois raisonné comme un boomrang sur ma vie personnelle, j’ai apprécié cette manière d’évoquer les sentiments amoureux et on réalise qu’il n’y a pas de recette miracle pour se remettre d’une rupture. Seul le temps guérit les blessures et la tristesse de Chelsea va progressivement se transformer en autre chose au contact de Damien. La jeune femme va passer par une palette d’émotions, oubliant ses tracas à force d’être poussé à bout par son voisin, mais c’est bel et bien le trouble qui va définitivement l’aider à passer à autre chose, il faut dire qu’une relation amicale va rapidement naître entre eux et elle va réapprendre à aimer d’une manière totalement différente. La limite entre l’amitié et l’amour est fragile et Chelsea et Damien vont en faire l’expérience.

Mon gros problème à la lecture de cette histoire, c’est que le sujet est fort et j’ai l’impression d’être resté de marbre, le récit manque parfois de naturel et ça enlève une part de crédibilité. Damien est un personnage haut en couleur et son caractère est le parfait reflet du bad-boy, mais en creusant un peu son histoire va s’avérer surprenante. Beaucoup de mystère demeure et on comprend difficilement ses réactions, il est parfois très contradictoire dans ses actions et il est évident qu’on n’a pas toutes les cartes en mains, mais ce côté passif ça ne m’a pas séduite. Il y a un contraste entre son caractère désinvolte et sa manière de se comporter avec Chelsea.

On retrouve l’humour de Penelope Ward et c’est l’une des choses que je préfère dans ses romans, ce sentiment de liberté et cette part de légèreté, alors qu’on aborde plusieurs thèmes difficiles. La romance se construit d’une belle manière et l’amour/amitié qui naît montre une connexion d’abord physique, puis sentimentale. Je ne nie pas que le couple ait de beaux moments ensemble, mais ça n’aura pas suffi à faire éclater un millier de papillons dans mon cœur. Peut-être est-ce les prémices d’une panne, ou est-ce lié à la traduction, toujours est-il que je suis passé complètement à côté de cette histoire. J’ai tendance à monter mes exigences quand j’apprécie une auteure et c’est peut-être ce qui n’a contribué à rendre cette lecture agréable, mais pas inoubliable.

Ma chronique de Step Brother ICI