Down shift | K. Bromberg (Driven #8)

L’écriture de cette chronique est extrêmement difficile, car il marque la fin de l’une de mes séries préférés New Romance. Si vous connaissez mon blog depuis longtemps vous savez l’amour que je porte à cette série et notamment à l’un de ses personnages Colton Donovan. Découvrir l’histoire de Zander Donovan c’est un retour sur l’histoire initiale et une conclusion parfaite pour cet enfant que nous avons appris à aimer enfant et que j’ai pris plaisir à redécouvrir dans sa vie d’adulte.

Zander Donavan a tout pour être heureux, une famille soudée et aimante, un job qui l’a conduit au sommet de sa discipline et des fans qui ne demande qu’à faire la connaissance du célèbre champion automobile. Pourtant lorsqu’un élément de son passé resurgit, il prend un virage à 90° et enchaine les excès, alcool, femmes… jusqu’à perdre ses sponsors. Afin d’affronter son passé, il part s’exiler sur une ile où il réside dans un cottage au bord de la mer. Sa tranquillité va être bouleversée lorsqu’il rencontre Getty.

Leur première rencontre va être électrique, chaque échange est explosif et à force de se côtoyer, ils vont se découvrir plus de points communs qu’il n’y paraît. Le changement d’attitude va se faire progressivement et malgré eux, ils vont tous les deux se juger sur de fausses impressions et à force de se découvrir, ils vont progressivement repousser leur limite. Ils sont tous les deux conscients de ne pas avoir beaucoup de point commun, mais leurs démons vont les rapprocher. Ce passé envahissant qui les conduits à la tranquillité, va s’avérer être un bon moyen de se rapprocher l’un de l’autre. Au contact des habitants de l’île, ils vont affronter leur passé dans un huis-clos qui va contribuer à les attirer l’un vers l’autre.

Zander n’a pas beaucoup de secrets pour nous, on connaît son passé grâce à l’histoire de Rylee et Colton, pourtant l’intensité de sa souffrance est terriblement touchante. Lorsque j’ai lu le prologue, j’ai vraiment cru que mon cœur allait se briser face à ces deux hommes en détresse. Alors voir que K. Bromberg a choisi de donner la parole à Getty n’a pas vraiment été une surprise, son personnage conserve le mystère et lorsqu’on réalise l’étendue des dégâts sur son personnage, on ne peut que trouver qu’elle est la femme parfaite pour Zander. Elle conserve une telle douceur et une force de caractère liés à son passé qui en font un personnage comme je les aime. Il est difficile de se sortir la tête de l’eau, mais malgré ses craintes jamais elle n’abandonne et sa rencontre avec Zander va débloquer quelque chose chez elle.

De son côté Zander est un personnage qui m’a étrangement fait penser à Colton, bien qu’il ait réchappé à son passé enfant et qu’il soit désormais au sein d’un foyer prêt à tout pour lui, le jeune homme est dans une tourmente dont il est le seul à pouvoir sortir. Son arrivé sur l’ile ne va pas passer inaperçu, tant par sa petite célébrité que son physique qui ne passe pas inaperçu. Il a un côté taquin et insouciant que j’ai beaucoup apprécié, mais la colère qui ne le quitte pas va contribuer à des rapports difficile avec Getty, notamment car il n’a pas besoin de complications supplémentaires. Ils vont tous les deux éprouver une attirance physique, mais c’est avant tout une relation de confiance qui va voir le jour, curieux de mieux comprendre la jeune femme il va s’approcher doucement, pour l’aider à affronter son passé et ce lien qui va se créer va le sortir de l’obscurité qui menaçait de l’engloutir sous le poids de son passé.

Il y a deux ans, j’ai découvert une série qui compte désormais parmi mes plus belles lectures. Pour beaucoup le héros a ce caractère insupportable, pour moi ça été un vrai coup de foudre livresque. A travers ces huit tomes, j’ai rencontré des héros différents, des histoires intenses et à chaque nouvelle parution sont quota d’émotions. C’est avec beaucoup de tendresse, que je dis adieu à ces personnages et cet univers qui aura su m’embarquer malgré les différences. Cette série aura également marqué une période personnelle de ma vie et cette échappatoire que ces tomes m’ont apportés est indescriptible. Ce tome n’est certainement pas un adieu, je prends encore régulièrement du temps pour relire mes passages chouchous et le plaisir est toujours là. Alors n’ayez aucune hésitation et foncez découvrir cette auteure de talent.

Retrouvez mon avis sur Driven #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Fueled #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Crashed #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Raced #3.5 ICI
Retrouvez mon avis sur Aced #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Slow Flame #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Sweet Ache #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Hard Beat #7 ICI
Publicités

Dérapage contrôlé | Tracy Wolff (HotWired #1)

img_20161217_180138derapage-controleBonIl est toujours agréable de retrouver la plume d’une auteure qu’on apprécie. Habituée à des romances mignonnes, ce roman en plein cœur des courses automobile promettait un univers un peu différent et en même temps très exaltant. Je m’attendais à un récit un peu différent, mais globalement je garde un bon souvenir de ma lecture et je me laisserais probablement convaincre par la suite.

Pour resituer le contexte Nic Medina vient de purger une peine de prison qui l’a remis dans le droit de chemin. Avec ses amis il a ouvert un garage où sa réputation auprès des pilotes de course automobile n’est plus à faire. Son travail et son don de pilote lui valent de gagner un bon pactole lorsqu’il concoure. Cependant lorsqu’un flic véreux tente de s’attaquer à  sa famille, il ne va pas avoir d’autres choix que de retourner à ses mauvaises habitudes. Au cours de sa mission périlleuse, il va tomber nez à nez avec une charmante rousse Jordan, qu’il avait déjà repéré à une course quelques jours plus tôt. La situation va le contraindre à employer les grands moyens et il va décider de protéger la jeune femme.

Je dois dire que la simplicité du récit ne m’a pas dérangé, c’est plutôt l’aspect suspense qui est relégué au second plan. Alors que dans le début de l’histoire les vibrations des courses sont à leur apogée, l’auteure va choisir de s’intéresser à l’aspect humain du récit. Il faut dire que Nic et Jordan se trimbalent tous les deux des bagages émotionnels assez sombres et la naissance de leur sentiment va devenir une évidence. Après si on creuse un peu, tout va un peu trop vite, mais une fois plongée dans le récit la magie du coup de foudre entre les héros opèrent et ce que j’ai aimé c’est que justement il n’y ait pas à réfléchir, tout s’emboite avec intensité. Parfois avec un peu trop de prévisibilité, mais suffisamment  intéressante pour s’attacher à l’histoire des personnages et ressentir une pointe de sympathie pour l’amitié forte qui unit la bande.

Si on s’attarde un peu sur les détails, je dirais que Tracy Wolff m’a habituée à des sentiments plus profonds. Ses personnages sont sympathiques, mais ils manquent de profondeur, Jordan a vécu une épreuve atroce et même si on ne rentre pas dans le pathos, elle aurait mérité quelques scènes plus émouvantes, car tout est un peu trop idyllique. La romance occupe peut-être un peu trop de place au détriment de l’intrigue, le couple s’apprivoise pendant plusieurs chapitres que le suspense retombe un peu. Ce n’est seulement qu’arrivé au dernier chapitre que l’action remonte d’un niveau, pour se résoudre assez facilement.

Présenté comme une simple romance ce roman aurait pu avoir une notation plus élevée, car j’ai vraiment apprécié le récit et la plume de l’auteure. Le problème, c’est que l’histoire était présentée avec quelques secousses et au final, cette partie liée à la course, m’a un peu manqué car sur le moment j’étais dans une optique action et suspense. L’auteure réussit malgré tout à m’offrir une romance mignonne et touchante, un héros avec un look qui sort du lot, cette manière qu’il a de conquérir tout doucement Jordan. Tous les codes sont là et la romance en ravira plus d’une. Très curieuse de découvrir le tome 2 pour me faire une idée précise de la direction que va prendre l’auteure dans la suite de ses aventures.

Lucie