Despair | Ker Dukey (Heartless #2)

Ce livre est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Après un premier opus surprenant qui m’avait sorti de ma zone de confort, il était pour moi inconcevable de passer à côté de cette suite. L’histoire garde les codes de la Dark Romance, mais je vois davantage cette histoire comme un thriller, notamment car nos héros ont vieilli et sont heureux en ménage, malgré leur goût particulier. Ce qui est intéressant dans cette suite, c’est la manière dont l’auteur joue sur le côté psychologique de l’histoire et les chapitres consacrés à Ryan vont mettre vos nerfs à rude épreuve.

Bien que Melody et Blake soient au centre de l’intrigue, ce tome va davantage s’intéresser à un personnage qui vous forcément fait froid dans le dos. Ryan est un anti-héros, rare sont ceux qui l’ont apprécié et pourtant l’auteur à fait le choix de s’intéresser à ce personnage hors du commun. Après dix-huit ans dans un centre d’unité psychiatrique, Ryan est enfin apte à retrouver sa liberté. Les années ont passé et même si les médecins affirme l’avoir soigné, il n’a qu’un seul objectif : rencontrer sa nièce Cereus qu’on lui a cachée depuis tout ce temps et son obsession ne va faire que grandir jusqu’à ce qu’il puisse enfin assouvir ce besoin.

Depuis tout ce temps Ryan n’a pas changé et ses penchants psychopathes ont beau être bien caché, il n’a rien perdu de ses manies de manipulateur. Que ce soit dans l’enceinte de l’unité ou tout simplement dans sa nouvelle vie, il ne va pas hésiter à se servir de tout ce qui l’entoure, jouer avec ses victimes et le tout avec une incroyable maîtrise. Ce qui est fou dans cette histoire c’est qu’il ne ressent absolument rien et on peut dire que sa folie va parfois atteindre des sommets. Même après dix-huit ans il réussit à traumatiser Melody, certes elle s’est remise mais ses cauchemars recommencent à venir la hanter, quant à Blake malgré l’amour qu’il a un jour eu pour son frère sa famille passera avant tout et il est prêt à tout pour les protéger.

A travers les manipulations de Ryan, nous allons voir que le couple Melody / Blake qui jusqu’alors étaient soudés et solides, va connaître quelques hauts et bas. Notamment lié au secret qui entoure la libération de Ryan, Blake va prendre des décisions qui vont nous rappeler le jeune homme qu’il était avant et se la jouer un peu solitaire. Nous allons également faire la connaissance de Cereus qui est une jeune adolescente un peu rebelle et qui n’est pas du tout comme je l’imaginais. Je me suis attachée à elle tout en conservant une certaine méfiance face à l’imprévisibilité de ce personnage, qui n’a pas fini de vous surprendre.

Un tome qui réussit à être tout aussi addictif que le premier opus, avec des pensées sombres qui vont nous conduire à vivre des choses difficiles. L’histoire est perturbante, Ryan à une manière d’abuser physiquement et psychologiquement de ses victimes qu’il est parfois difficile d’être dans sa tête et de visualiser des scènes où la tension est palpable, la peur s’accroche et le sang va continuer de couler. J’ai du mal à croire que l’auteure est réussie encore une fois à me surprendre, l’intrigue est vraiment très bien menée et les scènes se succèdent dans une ambiance glaciale qui vous sortira de vos habitudes livresques. Le moment grandiose est quand même lorsque tout ça éclate pour se terminer dans un joyeux bordel. Je dois dire que j’attends avec impatience la suite pour ressentir le frisson à nouveau.

Retrouvez mon avis sur Mercy #1 ICI

Mercy | Ker Dukey (Heartless #1)

Réservé à un public averti

Je n’étais pas préparé à éprouver autant d’émotion contradictoire. Je reste dubitative quant aux choix éditoriaux de placer ce roman est dans la collection New Adult des Éditions Milady, car que je trouve ça totalement inconscient compte tenu du sujet Dark Romance… Hormis ça, je peux vous dire que ce roman est à la fois surprenant, terrifiant, psychologiquement déstabilisant et surtout dangereusement addictif.

Je suis impressionnée de la manière dont l’auteure réussit à instaurer une ambiance pesante où la noirceur est à son maximum et pourtant malgré toutes les souffrances, la peine et la violence, il y a Melody. Cette jeune femme m’a littéralement bouleversé, une douceur indescriptible et une lumière qui vacille face à l’impensable. Ker Dukey a cette capacité à nous exposer une situation dans la plus grande simplicité, en tant que lectrice j’ai été immédiatement emballée par cette histoire et voyant la direction que prenait l’intrigue j’étais prête à vivre des terribles émotions. Là où l’auteur est un génie, c’est qu’elle arrive à retourner la situation d’une manière totalement inédite pour mon plus grand plaisir.

Jusqu’ici j’ai lu quelques Dark Romance où la violence physique et le sexe occupe une place centrale dans l’histoire certes ici c’est un des éléments-clés, mais c’est avant tout une histoire très psychologique. On s’amuse avec nos émotions, on nous explique des situations qui ont du sens pour au final réalisé à quel point c’est tordu, malsain et intense. Je n’en reviens toujours pas d’avoir autant apprécié ce roman malgré toute la noirceur qui se dégage du récit. J’ai élaboré plusieurs théories et pour le coup, l’auteure aura réussi à me surprendre jusqu’à la dernière ligne et vous n’imaginez pas à quel point la peur rentre en jeu.

La particularité est une narration à trois voix, j’étais loin d’imaginer que l’histoire serait racontée de cette manière et ça rajoute une tension supplémentaire. Notamment, car deux des narrateurs sont un mystère et en permettant de les connaître plus intimement la situation nous exposées d’une manière différente, on comprend l’étendue du drame et ses conséquences rajoutent un point supplémentaire. Notre héroïne quant à elle est un véritable soleil, jusqu’au jour où un drame abominable va venir éteindre toute parcelle de joie. Cette descente aux enfers a été terrible, on voit Melody s’écrouler et la souffrance est telle que ça m’a pris au cœur. Je pensais que toutes les Dark Romance se ressemblaient, j’étais loin d’avoir tout lu.

Si vous n’avez pas froid aux yeux, ce roman saura vous surprendre tant par l’originalité du récit, que par l’intrigue prenante et addictive. Grâce à une plume fluide, Ker Dukey nous emmène dans un univers sombre où les émotions sont d’une rare intensité. Si vous aimez les romans audacieux, qui sortent de l’ordinaire, où les rebondissements vous surprendront et les personnages vous donneront des frissons. Une lecture perturbante, imprévisible et une intrigue parfaitement menée.

Never Forgive | Monica Murphy (Never Tear Us Apart #2)

img_20170223_205759_083Très-bonCe roman est le 2ème tome d’une diptyque, la chronique peut contenir des spoilers.
Date de sortie : 8 mars 2017

Je vais commencer par remercier infiniment les Éditions Harlequin et NetGalley, mon pauvre petit cœur a subi mille maux depuis la fin aussi abrupte du tome précédent. L’attente aura fait marcher mon imagination et malgré la frustration grandissante, je suis ravie que les deux tomes sortes le mêmes jours, car vos nerfs vont en prendre un coup. L’attente aura fait marcher mon imagination et malgré la frustration grandissante, je suis ravie que les deux tomes sortes les mêmes jours, car vos nerfs aillent en prendre un coup. Je croyais avoir été mise à l’épreuve en terminant le tome précédent, j’étais loin d’imaginer l’état de stress dans lequel me mettrait ce roman. J’ai trouvé que Monica Murphy, avait réussi à proposer une suite qui se différencie du précédent, il aurait été facile de partir sur un copier-coller et j’ai été agréablement surprise de découvrir que ce tome explorait une direction un peu différente, mais tout aussi addictive.

Les révélations du tome précédent, ont été une vraie bombe pour Katie pourtant connaître la vérité ne peut pas l’empêcher d’avoir des sentiments pour Ethan. Ses quelques semaines qu’elle a passées en compagnie du jeune homme ont été les plus belles de sa vie. Elle est consciente du chemin parcouru depuis qu’elle a rencontré Ethan, ses émotions vont s’en trouver assez chamboulés car d’un côté, elle ne peut pas oublier la trahison, mais en même temps elle ne peut pas non plus interdire à son cœur de battre pour lui.

Contre toute attente, Katie va s’avérer être la plus forte des deux et j’ai été ravie de voir que malgré sa peine, elle s’est rapidement reprise en main et je pense sincèrement qu’elle doit cette force, au peu de temps qu’elle a passé avec Ethan. De son côté le jeune homme n’a jamais été aussi fragile, il va être très critique envers lui-même et ses regrets vont être vraiment dévastateurs. Katie va pour une fois tenter de se prendre en main et assumer ses décisions, même si son entourage ne comprend pas ses choix. La confiance va avoir une place centrale pour le couple de héros et le chemin à parcourir va être long, ils vont devoir tout reconstruire pour enfin pouvoir se donner une chance d’être ensemble et s’aimer librement.

Il est intéressant de voir comment ce tome à ses côtés sombres, mais en même temps on ne perd jamais espoir. Les secrets ont été éventrés, la trahison est encore douloureuse, pourtant on a envie de voir nos héros retrouver cette confiance. A aucun moment, je n’ai ressenti ce malaise propre à la Dark Romance, ce tome va mettre en lumière les démons qui hantent nos personnages et même si des nouvelles difficultés vont venir rouvrir de vieilles blessures, ils sont plus forts lorsqu’ils sont ensemble et leur amour va les aider à tout surmonter. J’ai été étonnée de voir l’intrigue qui se mettait en place, j’imaginais les personnages secondaires plus présents et même si les héros ont conscience que leur amour choque, ils gardent une petite bulle qui les maintiens à l’abri des jugements. Au final, leur propre ennemi ce sont eux-même.

Maintenant la dernière étape, c’est que si vous lisez cette chronique, vous puissiez découvrir les émotions indescriptibles qui m’ont traversée pendant ma lecture. Il est impossible de réellement retranscrire mes sentiments, car jusqu’ici je n’avais jamais lu une telle histoire. Si vous êtes empathique vous serez forcément touché par ce qu’a vécue Katie, c’est une histoire sombre qui a détruit beaucoup de personnes lorsque son monde s’est effondré. Les éditions Harlequin ont choisi de placer ce roman dans la Dark Romance, j’admets que les flash-back sont brutaux, mais l’histoire d’amour est remplie d’espoir, ça n’a rien de malsain, c’est tout simplement magnifique et c’est une vraie leçon de courage. Nos deux héros sont sacrément cabossé par la vie, alors leur rencontre c’est comme la lumière au bout du tunnel, ce moment où le bonheur frappe enfin à ta porte après des années de souffrance et l’amour t’aider à t’épanouir.

Ma lecture m’a régulièrement fait penser à des faits divers et je sais que Monica Murphy s’est inspiré de victimes, au-delà de la fiction cette lecture est terrible dans le sens où j’ai eu des frissons en voyant à quel point une reconstruction totale est impossible, malgré le soutien. Au travers de ces lignes, j’ai ressenti une bouffée d’espoir. Peut-être existe-il un homme qui, à l’image d’Ethan pourra sauver celles qui souffrent.

Retrouvez mon avis sur Never Forget #1 ICI
Lucie

Never Forget | Monica Murphy (Never Tear Us Apart #1)

img_20170128_112910_148never-foretDate de sortie : 8 mars 2017

Un énorme merci aux Éditions Harlequin et à NetGalley pour m’avoir permis de découvrir ce roman. J’ai mis un peu de temps à le sortir de ma PAL, non pas par manque d’intérêt mais surtout parce que j’avais beaucoup d’attente concernant cette histoire et en même temps, la suite ne sera pas disponible avant un petit moment. Je dois dire que ce roman sombre m’a fait une forte impression et je ne regrette absolument pas de m’être intéressée à ce premier opus, l’univers et les personnages sont captivants.

Katherine a vécu le pire traumatisme qu’une enfant puisque connaître, sans Will le fils de son kidnappeur il aurait pu ne jamais sortir de cet enfer. Huit ans plus tard, la jeune femme n’est plus que l’ombre d’elle-même et elle essaie désespérément de s’en sortir. De son côté, le fils de son bourreau a tout fait pour prendre un nouveau départ, changement d’identité, vie paisible. Seulement malgré tout le temps qui s’est écoulé Ethan Williams n’arrive pas à oublier la jolie petite blonde qu’il a sauvée des griffes de l’enfer. Lorsqu’il s’est lancée à la recherche de la jeune femme, il voulait simplement s’assurer que la vie n’était pas trop dure pour elle et puis brusquement, il est entrée sans sa vie et elle est devenu indispensable à la sienne. Un simple petit mensonge, va prendre des sombres proportions.

Je dois dire que je suis assez bluffée de la manière dont Monica Murphy traite le sujet, l’histoire va alterner entre présent et passé. À aucun moment on ne rentre dans le voyeurisme, les faits sont exprimés de manière évasive sans jamais rentrer dans les détails scabreux. La note de l’auteure prouve une vraie implication et le personnage de Katie est d’un réalisme à couper le souffle. Huit ans après le drame qui à tout changer, la jeune femme n’a aucune vie sociale et mène ses études à domiciles. Pourtant avec l’aide sa psychologue un changement va s’opérer, ce désir de prendre sa vie en main va la conduire à repousser ses limites. Bien que la jeune femme souffre d’un réel traumatisme, elle va essayer de se fixer des objectifs pour s’en sortir et même si sa mère et sa sœur son là pour elle, elle veut y arriver seule.

Je suis assez admirative de la force de caractère de Katie, c’est une survivante et même si sa famille a tendance à la materner un peu, elle montre une force de caractère dont elle n’est elle-même pas consciente. Si elle en est là aujourd’hui, c’est grâce à tout ce qu’elle a accompli et même si ses cauchemars n’ont pas vraiment disparu, elle prend le chemin de la guérison. Sa rencontre avec Ethan va être un déclencheur assez important, il représente tout ce qu’elle a toujours fui et avec lui elle va immédiatement ressentir une connexion. Le mensonge c’est tout ce que je déteste dans une histoire et là on peut dire que le mec il en tient une bonne. La romance est totalement déstabilisante, en tant que lecteur notre point de vue est omniprésent et lorsque Ethan approche Katie on sait que c’est une mauvaise idée, pourtant on comprend son besoin de l’approcher. Et évidemment les sentiments vont rapidement venir mettre le héros en mauvaise posture. Objectivement, il a des qualités, mais sa manière de s’y prendre est flippante.

Je n’aurais pas classé cette histoire dans le genre Dark Romance, mais l’originalité du récit est indéniable. Il s’agit effectivement d’une romance sombre et le lien qui unit nos héros est né dans la noirceur. Pourtant il n’est pas si difficile à concevoir, ce qu’ils ont vécu cette fameuse nuit, ils sont les seuls à le comprendre et le fait de ne pas avoir pu faire perdurer ce lien dans le temps, les a tous les deux amenés à ne jamais oublier l’autre. Après, je ne suis pas une grande fan des décisions d’Ethan, j’ai trouvé certains choix un peu égoïstes et il était évident que lorsque la vérité éclaterait cela ferait des étincelles, j’ai redouté ce moment pour Katie, car les flash-back m’ont déjà anéantie pour elle. Monica Murphy arrive à être empathique des deux côtés du miroir. Sans grande surprise, la fin est frustrante et l’attente sera longue avant de découvrir la direction que va prendre l’auteur et un premier tome remarquable, j’en frissonne d’avance.

Lucie

Dark Romance | Penelope Douglas (Devil’s Night #1)

img_20170121_153538_736dark-romanceTrès-bon
Ce livre contient des situations particulièrement dérangeantes, le contenu peut choquer.
Date de sortie : 8 février 2017

Voilà un roman que j’avais hâte de découvrir, notamment car son auteur avait déjà fait parler d’elle et ensuite l’histoire m’avait l’air assez inédite. J’aimerais remercier les Éditions Harlequin et NetGalley France de m’avoir permis de découvrir ce roman. Si je devais résumer mon état d’esprit ça donnerait ça : OhMonDieu. Je ne crois pas ressortir indemne de cette lecture, mon rythme cardiaque a été malmené par l’intensité du récit. Dès les premières pages le ton est donné et lorsque les sombres révélations ont été mises en lumière, j’ai cru que je n’allais pas m’en remettre. Le début a tout d’une romance classique et rapidement j’ai cru que j’allais suffoquer tellement certains chapitres sont frustrants.

Cette lecture ne conviendra pas à tous les lecteurs, ce n’est pas que le contenu soit dur, mais le récit dégage un côté malsain et l’intensité est telle qu’immédiatement la tension monte et j’ai parfois ressenti un certain malaise face à des scènes qui en soit du point de vue de l’héroïne sont stressantes, mais derrière pour le lecteur on a tendance à imaginer le pire. Tout ce stresse n’est pas bon pour mon cœur, j’ai ressenti tellement d’émotions par anticipations que j’ai vraiment cru que mon cœur allait lâcher. Afin de préserver l’intrigue, vous comprendrez que cette chronique n’abordera pas certains points essentiels à l’histoire et par sadisme, j’ai envie de vous voir tomber des nues face à la noirceur de l’intrigue.

Michael Crist est un personnage qui ne va pas dans la demi-mesure, issu d’une famille riche il a toujours obtenu ce qu’il désirait. Depuis l’enfance il côtoie Erika Fane, sans vraiment prêter à la jeune femme, également originaire d’une famille aisée, la jeune femme n’a jamais manqué de rien. La mort soudaine de son père, va la placer au rang de petite chose fragile par son entourage et tout le monde s’entend à la protéger de la moindre contrariété. Seulement seul Michael la voit telle qu’elle est vraiment et alors que tout le monde pense qu’elle prend une décision irréfléchie, Rika décide de quitter subitement son université, afin d’affronter la vie à sa manière et repartir de zéro sans parents, sans amis, rien qu’elle pour s’assumer.

Penelope Douglas a encore une fois prouvé qu’elle est maître dans l’art des relations mêlant haine/amour. Elle réaffirme son talent en suscitant des émotions contradictoires pour une romance qui n’aurait pas dû nous faire ressentir ça. C’est assez difficile à expliquer, on s’attache énormément au personnage de Rika, elle a tout d’une héroïne qui mérite d’être chouchoutée et pourtant elle n’est pas aussi sage que tout le monde le pense. Je suis passée d’un Michael qui fait grimper la température, à une douche froide face à ce qui se profile pour la jeune femme. J’ai été intriguée, excitée et finalement ce qui l’a emporté est un sentiment assez particulier, car arriver à un bon quart de la fin l’intensité est retombée d’un coup et le rythme du récit a pris un nouveau tournant qui m’a donné l’impression d’avoir perdu les émotions qui menaçaient d’exploser depuis le début du roman et pour ça, je n’ai pas pu lui mettre cinq étoiles.

Si vous devez retenir une chose de ce roman, c’est que la plume est très addictive et même si je n’ai pas toujours adhéré ce qui se déroulait, car assez machiavélique, les pages défilent à une vitesse impressionnante, même si le dernier quart m’a un peu déçu, car j’ai perdu une part de l’intensité qui m’avait animé pendant une bonne partie de ma lecture. Mais parfois, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort, d’essayer des romans qu’on n’aurait pas pris le risque de découvrir. Toutes ces émotions contradictoires ont rendu ma lecture vivante et unique.

Lucie