Hollywood Dirt | Alessandra Torre

Je remercie les Éditions Hugo New Romance pour ce roman

J’ai eu beaucoup de mal à rassembler mes idées pour rédiger cette chronique, notamment car j’avais du mal à mettre le doigt sur ce qui m’avait dérangé dans cette lecture, alors que le style de l’auteure et l’ensemble de ma lecture n’ont pourtant rien de déplaisant. C’est en analysant de manière approfondi mon ressenti, que j’ai commencé à réaliser que des petits détails assemblés m’avaient parfois perturbés dans ma lecture.

Summer est une héroïne comme je n’en ai jamais vu, élevée dans une petite communauté du sud cette jeune femme est débrouillarde et son petit caractère fait des ravages. Ce qui lui vaut notamment d’être la cible de rumeur et sa présence est loin d’être appréciée dans la région. Il n’avait aucune raison de se rencontrer, pourtant après une séparation plus que houleuse Cole Matsen star d’Hollywood et mari bafoué, débarque tel un conquérant au cœur de la Géorgie afin de préparer le tournage de son prochain film.

La première rencontre entre Summer et Cole va s’avérer explosive, c’est la rencontre entre la femme indépendante et l’homme à femmes. Il faut dire que le retour à la réalité va être brutal pour l’acteur, son sourire de charmeur ne semble faire aucun effet à Summer et pire encore, toute tentative d’approche se solde par une guerre nucléaire. Pourtant malgré son aversion pour la star, la proposition qu’il va lui faire est une incroyable opportunité et même si elle doit travailler avec son ennemi, la jeune femme est déterminée.

Le personnage de Summer est une héroïne très représentative de l’image que je me fais des habitantes du sud des États-Unis. Immédiatement elle va prendre en grippe Cole, jusqu’ici aucun homme ne lui a jamais dicté sa conduite et être face à un homme aussi prétentieux, qui n’a visiblement aucun respect pour les femmes va passablement l’agacer. Telle une battante, elle ne va pas hésiter à le remettre à sa place et cette fougue m’a beaucoup plu. Habitué à voir les femmes tomber à ses genoux, il va rapidement redescendre son petit nuage et réaliser qu’ici il n’a pas plus d’importance que les autres, tout en continuer à tenter de s’approcher de Summer.

Au départ, je n’étais pas la plus grande fan de Cole, son comportement insupportable et son attitude de star capricieuse était parfois exagéré, alors quand à aucun moment tu n’aperçois l’homme derrière la star il est difficile de s’attacher. J’ai noté une évolution au fil des chapitres, à commencer par son humanisation suite à l’infidélité de sa femme, derrière le personnage arrogant se cache un homme blessé qui voit sa vie voler en éclats. Pourtant malgré une évolution intéressante, le charme n’a pas opéré. L’attirance sexuelle ne cesse de monter, créant parfois des scènes amusantes où la tension devient plus intense, sans pourtant montrer leurs véritables émotions.

C’est de là que vient le problème, l’alchimie physique ne m’a pas séduite, car je n’ai pas ressenti cette étincelle derrière leur haine mutuelle. D’ailleurs, je n’ai pas compris pourquoi il se détestait autant, notamment Summer qui se créer sa propre idée de Cole sans jamais le voir sous un autre jour. Dès le début, le style de l’auteure m’a embarquée dans cette aventure et pendant quelques instants les descriptions m’ont fait voyager, j’ai moi aussi ressenti la chaleur du sud et l’ambiance particulière propre au sud des États-Unis.

La narration assez particulière n’a pas été un frein pour moi, mais j’ai toujours eu la sensation qu’on me gardait à distance. A commencer par les chapitres très court qui survolent les scènes, n’entrant pas complètement dans la tête de ses héros, bien que pour le lecteur ce format soit addictif. Le début introduit bien l’histoire, mais progressivement le récit a commencé à devenir répétitif et notre héroïne maintenait toujours cette distance de sécurité, sans jamais se dévoiler complètement. J’ai attendu patiemment de ressentir les prémices des premiers sentiments amoureux, alors qu’il n’entrait qu’en ligne de compte l’attirance sexuelle. Notre couple se complète à merveille et c’est avec le sourire que j’ai suivi leurs échanges, pourtant ils n’ont pas réussi à m’attendrir.

En bref, l’histoire dans son ensemble à de nombreux points positifs, la curiosité est présente à chaque fin de chapitres et c’est toujours avec beaucoup de plaisir que j’ai poursuivi ma lecture, rajoutant progressivement quelques chapitres supplémentaires. Ce qui m’a frappé c’est cette relation Amour/Haine entre les personnages, tout est propice à leurs chamailleries et je ne nie pas qu’ils se rapprochent grâce à leur attirance. Le décor est rendu réaliste grâce aux descriptions, mais il manque à mon sens de personnages secondaires, même si Cocky remplit à merveille son rôle. Un bon moment de lecture, mais il n’égale pas Black Lies qui avait été une vraie révélation.

Publicités

Sweet Fall | Tillie Cole (Sweet Home #3)

Oh mon dieu, cette claque. J’étais loin d’être préparée à affronter des émotions aussi brutes, le premier opus m’avait fait passer un bon moment, mais l’intensité de cette histoire m’a totalement mise K.O. Le moment où j’ai senti que ce roman allait me faire passer par toutes les émotions, correspond à l’avant-propos de l’auteur. En quelques mots Tillie Cole a réussi à faire passer un message fort et cette douleur qui se dégage de ces mots, ont contribué à l’authenticité du récit et toutes ces émotions m’ont marquées.

 Il y a des lectures qui vous marquent plus que d’autres, ce roman fait partie de ceux qui abordent un thème difficile, de manière bouleversante. Lexi est en dernière année à l’université d’Alabama et pour clôturer en beauté cette ultime année la jeune fille intègre l’équipe de cheerleader de l’équipe de football. Tout semble être idéal et Lexi va donner cette image de perfection, charmée par sa bonne humeur, ses amis ne vont pas réaliser que sous ses peintures de guerre se cache un mal profond qui la ronge et l’entraîne peu à peu dans l’obscurité.

 Austin est footballeur et en compagnie de son meilleur ami Rome, il excelle sur les terrains. La tête remplie de rêve, il espère intégrer une équipe professionnelle et est enfin proche d’obtenir le meilleur pour sa famille. Pourtant des ombres viennent progressivement le ramener à la réalité et lui rappelle sans cesse que ses difficultés financières ne lui offrent que très peu d’options légales. Toute sa vie, il a tenté de fuir l’issue inévitable qui le rapprochait du gang de son frère, aujourd’hui il va devoir faire des sacrifices alors qu’il pensait pouvoir enfin oublier son passé et cela va le contraindre à renier certaines de ses valeurs pour sortir sa famille de ses ennuis.

 Ils n’ont pas été épargnés et ce sont ces ombres qui vont les rapprocher. Leur relation n’était pas une évidence et pourtant lorsqu’ils sont ensemble, la lumière brille. J’ai été submergé par les émotions, cette romance est intense et lorsqu’on voit tout le mal qui entoure nos héros, on savoure les moments où ils peuvent s’abandonner l’un à l’autre et fuir la réalité. Je n’ai jamais eu la maladie qui engloutit Lexi, mais chaque parole m’atteignait comme si c’était mon histoire. Tillie Cole transmet avec réalisme la descente aux enfers de son héroïne et je me suis sentie dévastée pour elle. Tellement impuissante face à ce qui lui arrive, qu’à l’image d’Austin j’aurais aimé pouvoir intervenir et la sauver d’elle-même. Un roman authentique, poignant et d’une folle intensité.

Je pourrais vous parler pendant des heures de cette histoire, mais aucun mot ne transcrirait la manière dont l’histoire se déroule et rien ne serait à la hauteur sauf les mots touchant d’une auteure qui s’ouvre et qui nous partage par la voix de son héroïne la difficulté de son parcours. Austin est un héros qui agit parfois par dépit, mais la douceur et la tendresse renvoie quand il est avec Lexi, ça n’a aucun prix. Certes il va faire des erreurs, mais il va tout donner pour sauver celle qu’il aime et il ne fait pas les choses à moitié notre italien au sang chaud. Une histoire belle et envoûtante, qui m’a beaucoup touché et qui mérite d’être lu.

Passion coupable | Jay Crownover (Clash #2)

Ce deuxième opus de Clash m’a fait passer un bon moment, mais pourtant il manquait cruellement de quelque chose que j’ai eu du mal à distinguer. Peut-être avais-je trop d’attentes sur cette suite, ou tout simplement qu’on ne peut pas toujours accrocher aux personnages et leurs bagages. Toujours est-il que ma lecture n’a pas été aussi fluide qu’avec le tome précédent et ça a impacté mon ressenti de lecture.

Avec sa chevelure rose Avett est loin de passer inaperçu, lorsque j’ai fait sa connaissance dans le tome consacré à Asa une pointe d’intérêt s’est réveillée et une forme de curiosité est née lorsque j’ai découvert son rapprochement avec l’avocat Quaid Jackson. Au premier abord, Avett est une héroïne assez détestable, son comportement autodestructeur l’a conduit à se retrouver sans travail, ses choix désastreux l’ont isolés de sa famille et sa plus grosse erreur risque de la conduire en prison pour un bon moment.

Lorsque Quaid est engagé par Asa, il pensait que cette affaire serait un simple numéro de dossier. Pourtant, alors qu’il respire l’argent, tant par ses costumes hors de prix que la Rolex à son poignet, il était loin d’imaginer qu’une tornade aux cheveux roses, allait réveiller l’homme qui n’existait plus depuis que son monde s’est écroulé quand sa femme l’a quitté. Tout le monde s’accorde à dire qu’il a tout réussi et son divorce lui a servi de leçon, aujourd’hui il s’est lancé corps et âme dans son métier pour enfin obtenir un poste d’associé dans son cabinet. On voit clairement son évolution au fil des pages, sa froideur va progressivement laisser la place à un désir inattendu. Touché par la sincérité de Avett, il va s’investir plus que prévu et en faire une affaire personnelle, pour sauver celle qui semble englouti par la culpabilité.

Avett de son côté est un personnage beaucoup plus sombre que je m’y attendais, son comportement auto-destructeur est difficile à comprendre, mais la détresse qu’elle renvoie lorsqu’elle réalise la gravité de la situation rend son personnage beaucoup plus humain et on s’attache sans mal à cette petite tornade, quand on réalise à quel point elle culpabilise. Au fur et à mesure que l’histoire avance, on va apprendre à connaître les plus sombres pensées de la jeune femme et voir les peurs d’Avett m’a attendri. Elle a une manière de se rabaisser et de ne jamais sembler à la hauteur qu’on veut que Quaid la sauve d’elle-même.

La nouveauté c’est qu’on n’est pas habitué à avoir une héroïne avec un passé aussi chargé, Quaid a surmonté ses propres problèmes seuls et s’est constitué un bouclé tellement puissant qu’il fonctionne un peu comme un robot. Alors même si ça ne paraît, ils vont s’aider mutuellement et se sauver avec leur amour. J’aime toujours autant la plume de Jay Crownover et la romance est très bien menée, mais en toute objectivité ce roman n’a pas l’intensité à laquelle j’étais habituée. L’intrigue est bien menée, mais j’ai davantage été intéressé par les personnages secondaires. Néanmoins la romance est mignonne, mais le feu d’artifice n’éclate pas et j’ai eu du mal à percevoir l’étincelle qui pousse nos héros l’un vers l’autre.

Retrouvez mon avis sur lecture Passion Brûlante #1 ICI

Asa | Jay Crownover (Marked Men #6)

Date de sortie : 20 avril 2017

Un grand merci à mon partenaire Hugo Roman pour la traduction de cette superbe série et je suis ravie d’avoir pu terminer cette série avec une conclusion digne des Marked Men. En ce moment j’ai l’impression que toutes mes séries chouchous se terminent et bien que j’ai du mal à contrôler ma lecture, c’est toujours avec une pointe de regret que je fais mes adieux à des héros qu’on ne présente plus.

Si on m’avait dit à la fin du tome 2, que j’aurais hâte de découvrir l’histoire de Asa je n’y aurais moi-même pas cru. Au fil des tomes qui ont suivi, j’ai appris à découvrir un homme qui n’était pas foncièrement mauvais et même si, il aura fallu attendre le sixième tome pour se rendre compte qu’il avait autant sa place parmi les membres du groupe, aujourd’hui je suis dans un état d’excitation indescriptible, alors que je viens tout juste de refermer mon livre. Ce dernier opus va s’intéresser à deux personnages que tout oppose et si comme moi vous avez attendu, le moment est venu d’en savoir plus sur Asa et Royal. Je sais que c’est un peu cliché le délinquant et la flic, mais franchement ce tome à beau être simple dans son intrigue, j’ai trouvé qu’il était très juste d’un point de vue émotionnel, notamment Asa qui est un personnage complexe.

Asa a fait beaucoup d’erreur dans sa vie, son passé est sombre et il assume parfaitement de ne pas être un homme bien. Pourtant il a un seul regret, avoir fait souffrir sa sœur Ayden. Après être sorti du coma, il était conscient qu’il ne pourrait pas changer du jour au lendemain et même si, il a perdu la confiance de celle qui l’a toujours soutenu, il est décidé à tenter de faire les choses bien. Après son emménagement à Denver, Rome lui a offert une opportunité inestimable et aujourd’hui derrière son bar, il s’en sort plutôt bien pour rester la tête hors de l’eau. Lorsque Royal va tenter de se rapprocher de lui, il va conserver une bonne distance avec la jeune femme et éviter toute tentation en  fuyant le plus possible la jeune femme. Évidemment le travail de Royal n’y est pas étranger, mais c’est également à cause de sa vulnérabilité. Son travail va la confronter à affronter une situation tragique qui va mettre en danger la vie de son coéquipier et plonger la jeune femme dans une détresse qu’elle n’assume pas. Voyant qu’elle sombre peu à peu, Asa va être le premier à remarquer la descente aux Enfers de la jeune femme et il va l’aider à se relever.

J’étais la première à croire qu’Asa était un tombeur et au final, il a tellement une mauvaise opinion de lui-même, qu’il ne se fait pas confiance encore moins avec Royal. Malgré les avances apparentes, il ne va pas se sentir à la hauteur pour être avec une flic et encore moins une fille aussi bien que Royal. Je dois dire que j’ai été assez troublée par ses émotions, il assume son passé et ne cache absolument rien de ses erreurs, il se considère comme quelqu’un qui ne peut pas changer et lui-même ne se fait pas confiance, il sait qu’il finira par faire une connerie et tout détruire. Ce qu’il ne voit pas, c’est qu’il a changé depuis son arrivée à Denver et encore plus depuis que Royal est entrée dans sa vie. Ça m’a fait vraiment mal au cœur cette mauvaise image qu’il garde au fond de lui, alors qu’on voit clairement qu’il n’est plus le même.

En bref, un tome qui va combler les fans de la série. Nous continuons de suivre les membres du Marked et les bonnes nouvelles se succèdent. Sans compter que des éléments issus de sa série Spin-Off sont dévoilés au cours du récit pour nous mettre l’eau à la bouche. Je relèverais juste une petite déception concernant une importante révélation, qui n’a pas tourné dans le sens où je l’attendais et ça m’a déstabilisé. Cette série fait partie de mes favorites, cette manière d’exploiter les failles de ses personnages et de mettre en scène des héros atypiques est réellement fascinant. Je me suis découvert un intérêt tout particulier pour les tatouages et piercings et mon imagination a fait le reste. Une série qui prône la différence, à découvrir.

Retrouvez mon avis sur Rule #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Jet #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Rome #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Nash #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Rowdy #5 ICI

Rowdy | Jay Crownover (Marked Men #5)

C’est toujours un vrai bonheur d’attendre le prochain tome d’une série chouchou. Je remercie énormément les adorables attachées presses de chez Hugo Roman, car Marked Men fait partie de ces sagas qui auront marqué ma vie de lectrice. Je me rends compte, que j’ai énormément de chose à dire, alors que Rowdy est jusqu’ici resté très en retrait dans les autres tomes. Ce qui est intéressant avec ce tome, c’est que Jay Crownover a réussi à me rendre curieuse d’un personnage qui était tellement discret, que j’étais à la fois impatience et soucieuse de découvrir ce que l’histoire allait me réserver.

A l’image des tomes précédents, l’enfance de Rowdy s’est passé dans l’indifférence la plus totale jusqu’à ses dix ans. Alors qu’il était un petit garçon triste et seul, ses deux voisines vont lui offrir la chance de s’épanouir comme tous les petits garçons et cette rencontre va être déterminante dans sa vie. Rapidement il tombe sous le charme de Poppy la plus jeune et se lie d’une amitié intense avec Salem la plus grande. Alors que leur situation n’est pas enviable l’un à l’autre, il développe un fort lien qui va les amener à se confier pendant les moments difficiles, comme s’ils s’étaient toujours connu.

Ce lien va se briser quand Salem abandonne sans une explication sa vie au Texas, laissant Rowdy seul. Désireux de s’en sortir, il décide de montrer à Poppy qu’elle n’est pas obligée d’écouter son père en étant une petite fille modèle, mais la situation va dégénérer et le jeune homme va à son tour tout quitter pour se consacrer à sa passion pour le dessin et faire une rencontre déterminante avec Phil Donovan.

Aujourd’hui le petit garçon a bien grandi, et il peut se féliciter d’être devenu un homme intègre, qui peut enfin laisser libre cours à son don pour le dessin. A l’image de ses frères de cœur, le jeune homme n’hésite pas à user de ses charmes et ne se gêne pas pour obtenir ce qu’il désire avec la plus grande facilité. Désormais heureux et casé, le petit groupe va pourtant se faire du souci pour leur ami, qui semble avoir du mal à se poser avec une femme. Quand son passé va franchir la porte du salon de tatouage, il va prendre une claque mémorable et tenter de rester éloigner de celle qu’il n’a jamais pardonnée de l’avoir quitté.

Salem Cruz a été élevé dans la religion par un père tyrannique qui voulait simplement que ses filles rentrent dans le moule, alors que sa jeune sœur est prête à tout pour être une fille modèle, Salem est étouffé par les obligations et ne supporte plus de ne pas pouvoir être celle qu’elle a toujours rêvée d’être. A 18 ans, elle décide de tout laisser derrière elle et malgré les regrets elle n’oubliera jamais celui qui a fait battre son cœur de jeune femme. Malgré dix années écoulées, Salem va voir une opportunité de se racheter et de se rapprocher de Rowdy. Même si le jeune homme semble vouloir la tenir à distance, elle va tenter de lui prouver que même s’il a grandi en ne voyant en elle qu’une simple amie, elle est prête à tout pour qu’il lui pardonne et lui laisse sa chance. Cette amitié particulière, c’est aujourd’hui transformé en une attirance puissante, qu’ils vont avoir bien du mal à ignorer.

Je dois admettre que Rowdy aurait presque pu rivaliser avec les frères Archer et il peut se féliciter d’avoir atteint le top 3 de mes Marked Men chouchous sans même que je m’y attende.  Ce qui m’a sauté aux yeux, c’est la complémentarité de ces deux personnages, même en étant dix ans sans se voir, leur passé commun est ancré dans leur vie d’adulte et lorsqu’ils vont enfin se donner une chance, j’ai aimé avoir à quel point ils ne pourraient plus jamais avoir le sentiment de se sentir seuls. Rowdy est un homme passionné d’une grande gentillesse, son charme associé aux descriptions de Jay Crownover rend ce héros diablement sexy, avec une part de vulnérabilité qui le rend attachant et unique. Il fait partie des personnages les plus posés du groupe et malgré son côté secret, il est prêt à tout pour ceux qu’il considère comme sa famille. Il a une manière de croire en Asa qui m’a également redonné confiance en ce personnage qui avait pourtant conservé une image assez négative depuis le tome 2 et c’est appréciable pour savourer le prochain.

Après cinq tomes, Jay Crownover arrive encore à me surprendre. Ces hommes et ces femmes que nous avons suivi, sont désormais une famille et l’intérêt de cette série, c’est que chaque tome arrive à apporter un élément nouveau tout en conservant les codes que l’auteur s’était fixé. L’univers du tatouage rend la lecture intense et ses personnages font rapidement grimper la température. Même s’il est difficile de ne pas émettre des comparaisons, toutes ces histoires, ces personnages qui nous ont fait passer par toutes les émotions m’ont marqué à leur manière et même s’ils se démarquent les uns des autres, certains personnages m’ont plus touché que d’autres. Un tome qui fait honneur à cette série riche en émotion.

Retrouvez mon avis sur Rule #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Jet #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Rome #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Nash #4 ICI