New Romance

L’empire du mal | Meghan March (Mount Serie #3)

Résumé :
Ce qui est à moi, je le garde, je le protège, et ça marche aussi pour Keira Kilgore. Nous sommes désormais une équipe. Elle est ma reine. Et rien ne nous séparera. Sa dette ne sera payée que d’une seule façon, avec son cœur.
Dans le dernier opus de la série, Lachlan apprend à vivre aux côtés d’une femme de caractère, fière héritière de la distillerie familiale. Keira, de son côté, découvre un homme bien plus complexe qu’elle ne l’avait imaginé. Derrière Mount, l’homme froid, intransigeant et cruel, se cache Lachlan, un enfant blessé et un adulte attentif, ouvert et… amoureux.
Un parcours semé d’embûches attend le couple mais, ensemble, ils seront plus forts pour affronter leurs ennemis et faire prospérer leur empire…
Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Une série surprenante qui a su faire ses preuves et me convaincre de poursuivre malgré un premier opus en demi-teinte. Pour ceux qui hésitent soyez rassurés ce troisième et dernier tome est aussi accrocheur qu’a pu l’être le second et la fin arrive bien trop vite. Il faut dire qu’après un final aussi frustrant, il était impossible de ne pas se jeter sur cette suite et j’en ressors vraiment ravie d’une telle évolution, qui fait la différence.

Lachlan Mount a toujours tout contrôlé et lorsqu’on dirige un empire, tous les aspects de sa vie doivent être parfaitement millimétrés. La crainte qu’il inspire lui permet de mener d’une main de fer son business et jusqu’ici il a toujours considéré l’amour comme une faiblesse. Sa rencontre avec Keira Kilgore avait réveillé ses instincts les plus primaires et bien qu’ils parviennent à compartimenter sa vie privée et sa vie professionnelle. Bien évidemment depuis le premier tome, nous avons pu constater une réelle évolution, d’une part parce qu’il s’est révélé bien moins monstrueux qu’on ne l’avait imaginé. Certes, il n’a rien du prince charmant, mais voir qu’un homme aussi torturé puisse trouver la femme qui le complète, malgré sa noirceur c’est tout simplement pour ça que j’apprécie les romances. Des héros lissent j’en ai rencontré beaucoup, Mount n’a rien de l’homme rêvé, mais il aime avec une telle intensité qu’on oublie facilement tout l’aspect négatif qui gravite autour de lui.

Depuis le premier opus Lachlan est présenté comme un mâle dominant, qui exerce son pouvoir sur les plus faibles, quitte à agir contre la volonté de son interlocuteur, c’est d’ailleurs cet aspect qui m’avait déçu. Au fil des tomes, sa tour s’est fissurée et l’homme qu’on croyait diabolique s’est révélé simplement novice en la matière et l’homme froid à progressivement fait place à un homme de poigne attentif, bien que maladroit. La parenthèse offerte par le second tome, va rapidement laisser place à un aspect plus sombre et la fin n’a fait que confirmer un retour brutal à la réalité. J’étais loin d’imaginer que le roi d’un empire puisse mettre sur un pied d’égalité sa reine. Malgré les obstacles j’ai découvert un couple soudé prêt à tout pour affronter leurs ennemis, ce final met en lumière la force de leurs sentiments et la puissance d’un couple lorsqu’ils écoutent ce que murmurent leurs cœurs.

Je suis ravie de la conclusion de cette histoire et l’équilibre entre érotisme est romance est parfaitement maîtrisé. Une conclusion surprenante à l’image de cette série, les retournements sont inattendus, l’intrigue bien menée et les personnages ne cessent d’évoluer face aux épreuves. J’ai vraiment beaucoup apprécié le final de ce roman.

Mon avis sur  Le Roi sans Pitié #1 ICI
Mon avis sur La Reine de Pique #2 ICI

Fantasy, Science Fiction

Le Trône de sang | S.J. Kincaid (Diabolic #2)

Résumé :
Les Diabolics, ces créatures issues d’une manipulation génétique, plus fortes, plus rapides et plus impitoyables que n’importe quel être au monde, ont été décimées.
Mais trois Diabolics sont encore vivants.
Deux sont gardés en isolement total, enchainés à vie.
Le troisième s’apprête à prendre le pouvoir.
Depuis la mort de sa maîtresse, Némésis n’a plus aucune limite.
Mais avant de devenir la future impératrice de la galaxie, Némésis doit réussir à obtenir le statut d’être humain.
Et pour cela, elle est prête à tout.
Quitte à donner sa vie.
Quitte à en prendre d’autres.
Ce roman est le second tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Après une très belle surprise pour le premier tome, lire cette suite était indispensable et comme souvent avec cette série, difficile d’anticiper les épreuves qui attendent nos héros. Malgré une légère déception sur la direction que prend l’histoire, je concède un réel talent à S.J. Kincaid, qui nous offre là un second opus absolument captivant. Je pensais avoir tout vu dans le premier opus, mais encore une fois les rebondissements et trahisons sont impossibles à anticiper et chaque évènement apporte son lot d’addictivité.

S.J. Kincaid ne va pas nous ménager et encore une fois il ne faut pas prendre peur face à cette belle brique. J’ai toujours une petite appréhension concernant les suites de séries, car souvent plusieurs mois ou années s’écoulent et ma crainte concernant Diabolic c’était d’oublier des éléments clés. Dans l’ensemble, mes souvenirs sont revenus au fur et à mesure, mais il reste quelques personnages ou passages évoqués qui sont restés flous. Globalement il est difficile de rester longtemps perdu car l’action est tellement présente qu’à chaque instant nous sommes sur nos gardes. Et les personnages vont passer par tous les stades d’émotions, sans jamais les épargner.

Aucune comparaison possible avec le tome 1, cette suite est loin d’épargner nos personnages et les chapitres ont leurs lots de complots, trahison et autres évènements inattendus. Le récit conserve Némésis comme narratrice et grâce à ses yeux et ses oreilles nous allons pouvoir avoir accès à plusieurs interactions clés. L’évolution de la Diabolic n’est pas vraiment perceptible au début et ses habitudes de protection vont la conduire dans des situations complexes mettant à mal sa confiance avec Tyrus. Pourtant, au fil des chapitres son personnage s’étoffe et celle qui est montré du doigt comme une abomination va au final se montrer plus humaine que certains personnages, mais difficile de renoncer à ce qu’on lui a enseigné et pour le coup, elle passe beaucoup de temps à n’être que spectatrice sans prise d’initiative. C’est peut-être ce qui est le plus frustrant, la voir renoncer à son côté badass et se laisser guider par Tyrus, alors qu’elle a les capacités pour prendre des risques et oser l’impensable.

Malgré un rythme soutenu de l’histoire, le milieu de l’histoire a quelques passages à vide et il aura fallu les derniers chapitres pour sentir monter l’intensité du récit et la gravité des décisions. Et cette fin est absolument dingue, jamais je n’aurais pû imaginer que l’auteure prendrait cette direction pour ses personnages et ça pose question pour la suite, car malgré une histoire originale on s’engage dans un chemin effrayant et j’ai tendance à avoir peur de ce qui m’attend, en ayant conscience que jamais l’hypothèse ne sera juste. Il y a une forme de déni face à tout ce qui s’est produit pour nos personnages et bien qu’aucun retour en arrière ne soit possible, j’ai envie de croire qu’un retournement va tout réparer. Malgré tout, il m’aura manqué les émotions du premier tome.

Retrouvez mon avis sur Diabolic #1 ICI