Nos Adorables Mensonges | J. Kenner (Blackwell-Lyon Sécurité #1)

Résumé :
Elle n’est pas la femme que je croyais… mais une chose est sûre, c’est la femme que je veux.
Je ne me suis jamais considéré comme cynique, mais se faire larguer à l’autel, ça change un homme.
Maintenant, je ne pense qu’à mon travail. À développer ma société et à reprendre le cours de ma vie. Ne vous y méprenez pas, j’aime toujours les femmes. J’aime leur allure. Leur parfum. La sensation de leur corps – surtout la sensation de leur corps. Et je me suis donné pour mission d’offrir à chaque femme qui partage mon lit l’aventure de sa vie.
Mais se rapprocher ? S’engager ? Accorder à une femme ma confiance ? Non, hors de question.
Ou du moins, c’est ce que je pensais.
Et puis, je l’ai rencontrée. C’est amusant comme tout peut changer en un clin d’œil. Comme une erreur d’identité peut tout changer. Et pourtant, elle était là, professionnelle et pas du tout intéressée. Et moi, je l’ai instantanément voulue. Désirée.
Par-dessus tout, j’ai souhaité l’aider. La protéger, elle et sa sœur. Mais plus j’apprends à la connaître, plus j’ai envie d’elle. La totale. Je veux la femme et tout ce qui vient avec.
Et le miracle, c’est qu’elle me désire, elle aussi.
Le problème, en revanche, c’est que nous avons déjà été échaudés tous les deux. Maintenant, une chose est certaine – le seul moyen de survivre à la chaleur qui crépite entre nous, c’est de trouver le courage de se jeter ensemble dans le brasier.
Je remercie des éditions Martini & Olive Books pour cet envoi
Sortie prévue le 1er octobre 2019

J’ai d’abord cru à une blague, puis passée la surprise j’étais ravie de pouvoir lire à nouveau Julie Kenner. Depuis la fin de sa série Stark, j’ai continué de découvrir certaines de ses nouvelles autoéditées, sans jamais quitter l’univers Damien / Nikki. Alors en découvrant qu’une nouvelle série de l’auteure allait être traduite, c’était l’occasion de retrouver l’auteure dans un autre univers, où l’érotisme occupe toujours une place importante, mais avec des héros inconnus qu’on découvre au fil des pages et qu’on apprend à apprécier.

Pierce Blackwell aime les femmes, leur corps et surtout les relations qu’il peut entretenir avec elle, tout du moins les sensations que son corps peut éprouver au contact de celui d’une femme, sans jamais s’engager. Le long terme n’est pas envisageable et aucune femme ne pourra le détourner de sa seule motivation : son travail. Se rapprocher d’une femme, ou simplement s’engager est inenvisageable, il faut dire que se retrouver seul devant l’autel ça change un homme. Seulement un regard vers elle, va changer ses perspectives et bien qu’elle ne soit pas intéressée, le désir est immédiat et son envie de la protéger va le pousser à s’approcher de son quotidien.

Le format est un peu frustrant on a envie de voir l’histoire approfondie et tout va très vite, mais en même temps on prend le temps de s’attacher à ces deux personnages qui malgré les apparences sont plus fragiles qu’il n’y paraît. Ils essaient tous les deux de lutter contre leur attirance et les éventements vont les maintenir à une distance professionnelle, sans qu’ils puissent réellement s’y tenir et les voir céder à la tension est délicieux.

Bien que l’histoire soit un peu courte c’est un roman de transition parfait entre deux lectures, c’est le genre de lecture qu’on prend plaisir à lire, sans prise de tête le dosage idéal entre érotisme et romance. Nos deux héros vont mettre le temps avant de baisser les barrières, mais lorsqu’ils sont au contact l’un de l’autre, ils oublient leur doute et profitent de l’instant. C’est à la fois sexy, drôle et la mention d’un certain milliardaire contribue au plaisir.

Publicités

Love in Lingerie | Alessandra Torre (#1)

Résumé :
Je l’ai engagée pour qu’elle redresse ma société, pour ramener Marks Lingerie à la vie.
Je n’avais pas prévu qu’elle deviendrait mon amie.
Je n’avais pas prévu de tomber amoureux d’elle.
La règle numéro un dans les affaires, c’est de ne jamais avoir de relation avec ses employés. Je pense qu’il y en a une autre qui interdit de s’éprendre de sa meilleure amie – qui interdit d’imaginer les courbes de son corps ou la façon dont elle reprendrait son souffle si je baissais sa culotte et descendais la fermeture Éclair de mon pantalon.
Mais maintenant, je n’en peux plus d’attendre.
J’ai décidé de jeter les règles aux orties.
Au diable l’entreprise.
Au diable notre amitié.
Au diable mes peurs.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

Troisième roman de l’auteure que je lis et j’ai retrouvé l’originalité qui m’avait séduite dans Black Lies. Alessandra Torre, parvient encore une fois à retranscrire un récit très érotique, tout en gardant un équilibre entre passion et amitié. A chaque chapitre, le lecteur ressent la frustration de ces personnages monter et en même temps, une relation amicale solide se dessine. C’est justement ce qui rend cette histoire originale, la manière dont la relation qui unit les personnages évolue et cette tension sexuelle maintenue pour les personnages et pour les lecteurs.

A la tête de Marks Lingerie, Troy Marks espère trouver le moyen de redresser sa société qui est en mauvaise posture, son seul espère est d’embaucher un nouveau directeur de création. Malgré une attirance très prononcée, son choix va se porter sur Kate Martin une jeune femme dynamique prête à tout pour insuffler un nouveau souffle à la société. Dès le départ les règles vont s’établir entre les deux collaborateurs, à commencer par une interdiction formelle de rapprochement entre les employés et même s’ils ressentent tous les deux la tension sexuelle, ils vont devoir garder leur distance pour travailler dans la meilleure ambiance possible. Au fil des pages, nous allons découvrir dans une ambiance studieuse, deux personnages à la comptabilité évidente, tisser des liens professionnels, puis amicaux et la frontière entre l’amour et l’amitié n’aura jamais été aussi mince.

J’ai trouvé le fil conducteur intéressant, Troy a une sexualité affirmé et des règles de vie qu’il parvient à appliquer sans se poser de questions, sa rencontre avec Kate va complètement chambouler ses habitudes et remettre en question son mode de vie. J’ai apprécié son humour un peu salace et sa manière de se comporter avec Kate, malgré des décisions frustrantes on s’attache facilement à cet homme et son comportement bien que parfois discutable apporte du piquant à l’histoire. Sa société occupe une place centrale dans sa vie, alors privilégier l’aspect professionnel prend tout  son sens et on apprécie sans mal la complémentarité des deux collaborateurs.

Du côté de Kate, ce nouveau travail c’est l’occasion de remettre sa vie sur les rails, après avoir occupé pendant plusieurs années un poste dans une société où elle n’avançait pas, la jeune femme est déterminée à proposer des projets innovants à son nouveau directeur. A l’image de Troy, elle va immédiatement ressentir l’alchimie et bien qu’a l’image du lecteur elle ne comprenne pas forcément les décisions de son boss, elle va maintenir une relation professionnelle et amicale sans se forcer puisqu’ils vont immédiatement avoir de très bons rapports et développer une complicité comme je les aime. Au fil des chapitres, la tension sexuelle ne cesse de croître et l’érotisme gagne en intensité, mais on va pouvoir compter sur notre duo pour désamorcer la bombe grâce à l’humour.

La quatrième de couverture accentue énormément sur le côté érotique de l’histoire et il est vrai qu’il y a une vraie tension, mais honnêtement on s’intéresse beaucoup au sentiment amoureux et à la prise risque que ça engendre. Au premier abord vous pourriez être surpris par le contexte de l’histoire et bien que ça contribue à frustrer le lecteur, la romance prend le temps de s’installer et les personnages vont devoir accomplir certaines choses avant de pouvoir prétendre à être ensemble. Et pourtant, l’histoire garde un rythme soutenu et à aucun moment on ne s’ennuie. L’univers de la lingerie contribue à maintenir l’histoire dans la sensualité et ça accentue le côté sexy, sans jamais rentrer dans le vulgaire. Une histoire que j’ai appréciée et j’espère qu’on pourra découvrir l’autre tome.

L’empire du mal | Meghan March (Mount Serie #3)

Résumé :
Ce qui est à moi, je le garde, je le protège, et ça marche aussi pour Keira Kilgore. Nous sommes désormais une équipe. Elle est ma reine. Et rien ne nous séparera. Sa dette ne sera payée que d’une seule façon, avec son cœur.
Dans le dernier opus de la série, Lachlan apprend à vivre aux côtés d’une femme de caractère, fière héritière de la distillerie familiale. Keira, de son côté, découvre un homme bien plus complexe qu’elle ne l’avait imaginé. Derrière Mount, l’homme froid, intransigeant et cruel, se cache Lachlan, un enfant blessé et un adulte attentif, ouvert et… amoureux.
Un parcours semé d’embûches attend le couple mais, ensemble, ils seront plus forts pour affronter leurs ennemis et faire prospérer leur empire…
Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Une série surprenante qui a su faire ses preuves et me convaincre de poursuivre malgré un premier opus en demi-teinte. Pour ceux qui hésitent soyez rassurés ce troisième et dernier tome est aussi accrocheur qu’a pu l’être le second et la fin arrive bien trop vite. Il faut dire qu’après un final aussi frustrant, il était impossible de ne pas se jeter sur cette suite et j’en ressors vraiment ravie d’une telle évolution, qui fait la différence.

Lachlan Mount a toujours tout contrôlé et lorsqu’on dirige un empire, tous les aspects de sa vie doivent être parfaitement millimétrés. La crainte qu’il inspire lui permet de mener d’une main de fer son business et jusqu’ici il a toujours considéré l’amour comme une faiblesse. Sa rencontre avec Keira Kilgore avait réveillé ses instincts les plus primaires et bien qu’ils parviennent à compartimenter sa vie privée et sa vie professionnelle. Bien évidemment depuis le premier tome, nous avons pu constater une réelle évolution, d’une part parce qu’il s’est révélé bien moins monstrueux qu’on ne l’avait imaginé. Certes, il n’a rien du prince charmant, mais voir qu’un homme aussi torturé puisse trouver la femme qui le complète, malgré sa noirceur c’est tout simplement pour ça que j’apprécie les romances. Des héros lissent j’en ai rencontré beaucoup, Mount n’a rien de l’homme rêvé, mais il aime avec une telle intensité qu’on oublie facilement tout l’aspect négatif qui gravite autour de lui.

Depuis le premier opus Lachlan est présenté comme un mâle dominant, qui exerce son pouvoir sur les plus faibles, quitte à agir contre la volonté de son interlocuteur, c’est d’ailleurs cet aspect qui m’avait déçu. Au fil des tomes, sa tour s’est fissurée et l’homme qu’on croyait diabolique s’est révélé simplement novice en la matière et l’homme froid à progressivement fait place à un homme de poigne attentif, bien que maladroit. La parenthèse offerte par le second tome, va rapidement laisser place à un aspect plus sombre et la fin n’a fait que confirmer un retour brutal à la réalité. J’étais loin d’imaginer que le roi d’un empire puisse mettre sur un pied d’égalité sa reine. Malgré les obstacles j’ai découvert un couple soudé prêt à tout pour affronter leurs ennemis, ce final met en lumière la force de leurs sentiments et la puissance d’un couple lorsqu’ils écoutent ce que murmurent leurs cœurs.

Je suis ravie de la conclusion de cette histoire et l’équilibre entre érotisme est romance est parfaitement maîtrisé. Une conclusion surprenante à l’image de cette série, les retournements sont inattendus, l’intrigue bien menée et les personnages ne cessent d’évoluer face aux épreuves. J’ai vraiment beaucoup apprécié le final de ce roman.

Mon avis sur  Le Roi sans Pitié #1 ICI
Mon avis sur La Reine de Pique #2 ICI

La Reine de Pique | Meghan March (Mount Serie #2)

Résumé :

Je le déteste, mais chaque fois qu’il entre dans la pièce, mon corps me trahit. Comment peut-on, dans le même temps, désirer et craindre la même personne ? Je savais qu’il m’embrouillerait. Mais je ne savais pas que ce serait l’anarchie totale dans ma tête.
Je ne me rendrai pas. Je ne montrerai pas ma faiblesse. Je tiendrai bon et je m’en sortirai avec mon coeur et mon âme intacts.
Même s’il a d’autres projets…
Car quand Lachlan Mount entre en jeu, les dés sont forcément pipés.
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse
Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Un deuxième opus qui se démarque très largement du premier tome qui m’avait laissé un sentiment mitigé. Notamment lié à l’érotisme beaucoup trop présent au profit des sentiments et dès les premiers chapitres ont ressent un changement dans la tête des personnages finalement on découvre notre héros plus attachant qu’il ne l’avait été jusqu’ici tout en conservant sa légendaire froideur et sa poigne de fer.

Je pense que la fin en a laissé plusieurs assez choqué et personnellement, heureusement qu’il y avait cette fin, car j’aurais eu des doutes pour continuer la série et en ayant terminé aujourd’hui ma lecture, je sais que ça aurait été une erreur, donc je suis ravie que ma curiosité soit rentré en ligne de compte. Finalement on conserve les éléments que j’avais appréciés, tout en gommant les défauts et en consolidant un peu l’intrigue.

On retrouve nos héros perturbés à différents degrés et ce nouvel aspect, les rends plus humain et moins détestable. Du côté de Mount, sa froideur se fissure un peu et on en découvre un peu plus sur le mystère qui entoure le personnage et son passé vient apporter quelques explications sur l’homme qu’il est aujourd’hui. D’ailleurs, moi qui l’avait trouvé assez détestable dans le premier opus, j’ai un peu changé mon avis et à l’image de Keira j’ai apprécié le redécouvrir à la fois en tant que maître de son royaume, et comme simple homme.

Keira n’est pas non plus en reste, certes elle a perdu un peu de sa fougue lorsqu’elle est en présence de Mount, mais je vois ça comme une forme d’acceptation face à ses désirs, qu’elle n’assumait pas forcément. Et ça renforce son côté femme d’affaire qui n’a pas peur d’obtenir ce qu’elle veut tout en revêtant à tout moment son masque de femme d’affaires respectée dans un milieu d’hommes. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est un roman féministe, mais finalement elle s’est épanouie dans la domination qu’exerce notre héros et Mount a appris à adapter son contrôle à la chambre à coucher, donc ça en fait un bon équilibre avec les envies de chacun comblées.

L’histoire se met tranquillement en place et ce tome permet de s’intéresser davantage aux héros, d’introduire des personnages secondaires et d’instaurer un climat de confiance où chaque pièce du puzzle commence doucement à se mettre en place. A commencer par la relation qui m’a davantage séduite et qui laisse passer un peu de lumière dans l’obscurité. Encore une fois on constate que Meghan March est la reine des cliffhangers, mais cette fin est frustrante, mais intérieurement je jubile à l’idée de découvrir le final

Mon avis sur Le Roi sans Pitié #1 ICI

Le Roi sans Pitié | Meghan March (Mount Serie #1)

Résumé :

Vous ne connaissez pas mon nom, mais je contrôle tout ce que vous voyez et tout ce que vous ne voyez pas. Mon pouvoir n’a pas de limites et mes envies sont toujours satisfaites.
Elle ne sait pas qu’elle a attiré mon attention. Elle aurait dû être plus prudente. Elle va m’appartenir. Il est temps de récupérer ce qu’on me doit. Keira Kilgore, vous êtes maintenant la propriété de Lachlan Mount.
La combinaison de l’action, du suspense et des relations torrides des protagonistes fait de ce livre une lecture divertissante et captivante !
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Une lecture en demi-teinte, qui me laisse un peu face à une page blanche pour l’écriture de cette chronique. J’ai pris le temps de bien analyser mon ressenti pendant ma lecture et quelques bémols ont rendu mon avis mitigé, mais l’écriture est fluide et l’histoire se déroule sans qu’on s’ennuie, notamment grâce au caractère volcanique des deux personnages qui font indéniablement grimper la température.

Keira Kilgore est à la tête de l’entreprise familiale depuis quelques mois malgré les difficultés, la jeune femme mène d’une main de maître et bien que la distillerie soit réputée, les problèmes d’argent viennent ternir son avenir. Notamment une dette contractée par son défunt mari, auprès du redoutable Lachlan Mount qu’elle se voit incapable de rembourser. Seulement elle a attiré son attention, et il est prêt à tout pour qu’elle lui appartienne.

Keira est une héroïne qui accumule les problèmes, issue d’un milieu privilégié elle subit aujourd’hui un sévère retour du bâton. A commencer par un mariage qui s’est terminé en échec et en prime son mari est mort avant le divorce, puis face aux nombreux problèmes d’argent, la jeune dirigeante va tenter de sauver l’entreprise familiale en redoublant de travail, seulement face à une énorme dette Keira va devoir se rendre à l’évidence pour protéger ses proches, elle n’a pas d’autres choix que de céder à la proposition de Lachlan. Elle a un caractère assez explosif qui dévoile une force inattendue et même si elle n’a aucune chance, sa combativité est admirable.

Lachlan Mount demeure un personnage mystérieux qui n’a rien dévoilé de son jeu, sauf dans les dernières pages et je doute qu’on soit au bout de nos surprises. Il n’a pas réussi à m’attirer plus que ça et je l’ai trouvé parfois grossier, ce qui enlevait une certaine classe à cet homme d’affaires craint de tous. Ses motivations nous sont cachées et les rares chapitres qui lui sont consacrés n’apportent que des réponses à court terme. On sait simplement que c’est un personnage influant, qui est craint de tous et que personne ne connaît vraiment. Le portrait est intrigant, mais son attitude est assez rebutante, donc ça me laisse un sentiment partagé.

Ce tome introductif, nous permet de rencontrer nos personnages principaux et de poser un contexte à l’histoire, ainsi qu’un décor de la Nouvelle-Orléans malheureuse pas exploité. On rentre assez rapidement dans le vif du sujet, avec des scènes érotiques suggérées, mais avec un manque d’émotions, au profit de la transaction commerciale qui est encore trop présente. Keira n’a pas choisi cette situation, et le vocabulaire utilisé dresse une barrière, certain propos entre deux amants sont acceptables dans la mesure où il y a un accord mutuel. Ici le désir est flagrant, mais le consentement est flou et c’est ce qui rend la lecture plus difficile à apprécier, car Keira déteste les méthodes de Lachlan et sa tête ne cesse de haïr celui qui la met dans cette position, mais son corps a des réactions humaines faces au désir qu’elle ne contrôle pas. Ce qui m’empêche d’être totalement conquise, c’est l’absence de rapport non physique et vous savez que j’attache de l’importance à la romance.