Passion Irrésistible | Jay Crownover (Clash #4)

Résumé :
Deux cœurs brisés. Un désir irrépressible.
Se faire discrète, presque invisible, se tenir à distance, toujours sur ses gardes… Voilà ce qu’est devenue la vie de Poppy depuis qu’elle a été trahie par l’homme qui avait juré de l’aimer et de la protéger. Alors quand Hudson Wheeler, avec ses airs de bad boy et son charisme fou, surgit dans sa vie, elle ne peut s’empêcher d’être méfiante et… excitée ? Oui, pour la première fois depuis des années, elle se sent irrésistiblement attirée. Et, face à cet homme qui ne semble plus voir qu’elle, elle sait qu’elle a un choix à faire : mettre à nouveau son cœur en danger, ou disparaître…

L’une de mes plus belles lectures doudous de cette année, vous l’aurez sans doute remarqué mais je peine à décoller dans mes lectures et les coups de cœur pour cette année n’ont pas réussi à émerger. Dès la première rencontre avec la douce et tourmentée Poppy, il était indéniable que cette superbe âme puisse trouver sa moitié. Jay Crownover a réussi à se surpasser pour cet opus et remplit ses promesses en nous offrant une histoire comme elle n’en avait jamais écrite. Dès les premières lignes tout n’est que douceur et encore une fois l’avant-propos nous touche en plein cœur. Très belle conclusion pour une série spin-off qui aura fait durer l’aventure pour le meilleur.

Quand on connaît le style de Jay Crownover, on peut facilement s’interroger sur ce qui allait nous attendre, car elle est Brut de décoffrage. Sans grande surprise cette grande auteure nous offre l’une de ses histoires les plus touchantes. On est face à deux personnages avec le cœur brisé, qui tente de remonter la pente malgré la souffrance. A commencer par Poppy qui a vécu une histoire traumatisante et qui a conservé des séquelles difficiles à surmonter, on pourrait croire que Wheeler aurait tout pour l’effrayer et pourtant entre ces deux-là c’est le début d’une confiance sans failles qui va les aider à s’en sortir. Jusqu’ici la sensibilité des personnages n’avait jamais vraiment été perceptible et ici tout fonctionne à merveille, comme une évidence.

Du côté de notre héros, nous avons un bon books boyfriend et bien évidemment notre charmant garagiste a un corps qui fait rêver, le tout avec la marque de fabrique de Jay, puisque cet apollon utilise son corps comme une œuvre d’art. J’ai apprécié qu’on ne tombe pas dans le cliché du mec tatoué effrayant, immédiatement il parvient à cerner les craintes de Poppy et c’est grâce à son côté apaisant qu’il va réussir à l’attirer à lui. Bien évidemment le chemin est long, mais Wheeler est d’une douceur qui en fera craquer plus d’une et d’un autre côté, il conserve une aura très bestiale. Bref vous l’aurez compris, tout est réuni pour succomber à cette romance craquante.

Du tout côté de l’histoire, on prend le temps de découvrir nos personnages et bien qu’on ne rabâche pas le passé amour compliqué de nos héros, les choses sont amenées subtilement. Contrairement aux autres romans de l’auteure, il était indispensable que nos héros aient le temps de s’apprivoiser pour voir débuter quelque chose de durable. Avec leurs bagages émotionnels il était inconcevable qu’ils succombent avant d’obtenir une totale confiance et je pourrais même dire qu’ils se sont trouvés de la plus belle des manières. Le rythme de l’histoire est agréable et bien sûre la superbe plus de Jay vous entraînera pour la plus belle des histoires. Addictivité garantie.

Mon avis sur Passion brûlante #1 ICI
Mon avis sur Passion coupable #2 ICI

Publicités

Darker | E.L. James (Cinquante nuances de Grey #4)

Résumé :

Après une liaison passionnée qui s’est achevée dans les larmes et les reproches, Christian Grey est incapable d’oublier Anastasia Steele. Il l’a dans la peau. Décidé à regagner son amour, il s’efforce de réprimer ses désirs les plus troubles et son besoin de tout contrôler pour enfin aimer Ana selon ses conditions.
Hélas, son enfance continue de le hanter, d’autant que Christian comprend que Jack Hyde, le patron sournois d’Ana, la veut clairement pour lui seul.
Le Dr Flynn, confident et thérapeute de Christian, parviendra-t-il à l’aider à affronter ses démons ? Ou est-ce que l’amour exclusif d’Elena et l’adoration insensée de son ex-soumise, Leila, finiront par le retenir dans le passé ?
Et si, malgré ses tourments et ses obsessions, Christian réussit à reconquérir Ana, sera-t-il capable de la garder ?
Merci aux éditions JC Lattes et Net Galley pour ce service presse

En pleine promotion de Fifty Shades Freed, j’ai trouvé qu’il était propice de retrouver Christian Grey. En fond sonore petite compile des différentes bandes sons des précédents opus et si comme moi vous êtes une fan inconditionnelle de Monsieur Grey, cette réécriture devrait vous ravir puisqu’on retrace les évènements de Cinquante Nuances Plus Sombres du point de vue de Christian.

Les réécritures ce n’est pas forcément mes romans préférés, mais j’ai des souvenirs particuliers avec cette série et replonger dans la tête d’un personnage qui m’a marqué c’est toujours un moment privilégié. Dans l’ensemble ce roman n’a rien de surprenant et les lecteurs fidèles seront fascinés par les pensées d’un héros torturé. Je pense qu’on a toute l’image d’un homme impeccable, qui contrôle tout ce qui peut l’être, alors être dans sa tête c’est une expérience un peu différente. A commencer par ses nombreux doutes qui ne transparaissent pas dans ses réactions et j’ai adoré le retrouver aussi vulnérable, c’est principalement cet aspect qui m’a toujours séduite.

Pour tout vous dire, certaines scènes m’ont laissé de marbre, alors que certains passages étaient absolument magnifiques et j’ai adoré les revivre à travers les yeux de Christian. Je pense qu’il est normal de ne pas forcément être à bout de souffle concernant tous les passages parfois répétitif. On a quand même de nombreuses réponses et pour moi c’est un plaisir de retrouver l’un de mes tout premiers books boy-friend. Pour comprendre cet engouement il faut être soit-même fan, après je peux comprendre que pour certain cette série ne soit pas appréciée, voire détestée, il en faut pour tous les goûts, mais dans ce cas je vous vois mal vous taper la lecture d’une réécriture.

Une écriture toujours aussi addictive et on voit bien que E.L. James chéri Christian dans tout son cœur. Seul les fans pourront comprendre à quel point ce tome est important, on découvre notre héros sous un nouveau jour. Certes toujours aussi calculateur, mais également dans une volonté de changement et d’amélioration pour ne pas perdre la femme qu’il aime. Beaucoup lui ont reproché son côté dominateur et on se rend compte qu’il se reproche également beaucoup de ses réactions, il s’agit d’un homme complexe et c’est ce que la plupart ont décelé lorsque nous avons lu les autres tomes, seulement c’est plus flagrant lorsqu’il l’exprime et donc mille fois plus touchant.

Retrouvez mon avis sur Grey #4 ICI

 

Décembre | Audrey Carlan (Calendar Girl #12)

Résumé :

Mia ne sait pas à quoi s’attendre quand les producteurs de l’émission du Docteur Hoffman l’envoient à Aspen, dans le Colorado. Un peu intimidée à l’idée de se rendre dans ce lieu fréquenté par la haute bourgeoisie américaine, elle retrouve vite de l’assurance  quand Wes lui dit qu’il va l’accompagner. Ce job est assez spécial, puisque c’est un téléspectateur anonyme qui a pris en charge tous les frais pour qu’elle vienne filmer un artiste local. En ce dernier mois de l’année, Mia est loin d’être au bout de ses surprises.

Ce tome est le 12ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Après 12 mois pas toujours très équivalent, c’est le temps des adieux, cette fin d’année nous réserve de belles scènes touchantes et ce tome rejoint facilement mon top 5 des mois chouchous. Dans ce tome, Mia s’embarque pour Aspen pour un repartage sur les artistes locaux, financé par un riche donateur anonyme.

Au cours de son voyage, elle sera accompagnée de son fiancé Wes qui a accepté de l’accompagner et pour profiter pleinement du séjour et les fêtes seront placées sous le signe de la famille puisque Max et Maddy seront également présents pour célébrer le réveillon tous ensemble et réunir toute la famille pour les fêtes.

Bien évidemment, Mia ce tome va nous réserver quelques surprises tant du point de vue professionnel, que personnel. Les derniers instants seront sous le signe de l’émotion et des révélations, bien qu’au cours de la lecture les événements auxquels va être confrontés Mia sont plutôt prévisible, cela n’enlève rien à l’émotion. Et pour la première fois, on découvre une femme qui s’accepte et partager avec sa famille, il est loin le temps où la jeune femme ne pouvait compter que sur elle-même et c’est un mois qui fait chaud au cœur, car elle s’ouvre au sien.

Dans l’ensemble, il n’y a que très peu de tomes qui soient vraiment négatifs pour moi, mais cette série était tellement mise en avant que j’en attendais davantage concernant le fond. Quand on y réfléchit certain roman passe inaperçu et son bien plus addictif, ici le concept en lui-même est bon et ça tient le lecteur en haleine de patienter jusqu’au mois suivant, mais bien qu’on prône le côté femme indépendante, ce qui m’a dérangé c’est le rapport qu’entretient Mia avec les hommes. Je conçois qu’on puisse rencontrer un homme différent et passer un bon moment en sa compagnie, mais Mia a quand même une libido assez impressionnante dès qu’un homme séduisant est dans les parages. Il aura fallu longtemps avant de me réconcilier avec le caractère jeune femme et c’est principalement grâce à la femme qu’elle devient au contact de Wes et en acceptant celle qu’elle est vraiment.

Je garderais probablement en mémoire le concept et les rencontres au fil des mois qui étaient parfois touchantes, mais dans l’ensemble malgré de bons tomes, on est loin du coup de cœur pour cette série et c’est la curiosité qui m’a fait continuer. Néanmoins j’aimerais beaucoup découvrir Audrey Carlan dans un roman qui ne soit pas sous forme de nouvelles, car ce type de découpe reste très superficiel et parfois trop court.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Mai #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Juin #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Juillet #7 ICI
Retrouvez mon avis sur Août #8 ICI
Retrouvez mon avis sur Septembre #9 ICI
Retrouvez mon avis sur Octobre #10 ICI
Retrouvez mon avis sur Novembre #11 ICI

Le Gardien des secrets | Emma Cavalier (Les Trois Talents #2)

Résumé :

Quand la distance révèle la passion… Le deuxième volet des Trois talents nous entraîne à New York où Lex, qui a obtenu la bourse Perdini, cumule plusieurs activités entre journalisme et photographie, sans parvenir à oublier sa culpabilité envers Elisabeth. Il se lie avec Eviva : une jeune artiste à la réputation sulfureuse qui fréquente le milieu underground new-yorkais et lui propose de l’accompagner dans ses soirées de débauche.
De son côté, Elisabeth est en proie à une violente dépression. Cherchant à retrouver son identité, elle se retire du monde et se lance dans un pèlerinage qui va la jeter sur les routes du Sud de la France. On suit en parallèle les folles aventures de Lex dans la nuit new-yorkaise et le voyage d’Elisabeth entre épreuve expiatoire et lutte contre ses pulsions. Mais aucun des deux ne trouve satisfaction dans ces excès, car ils restent marqués par la nostalgie de la relation intense qui les unissait.
Une romance torride et haletante…

Je remercie les éditions Blanche pour l’envoi de ce roman
Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai eu énormément de mal à écrire cette chronique, tout simplement parce que j’apprécie particulièrement la plume de l’auteure et la manière dont elle arrive à accrocher son lecteur. Je voulais vraiment retrouver l’ambiance du premier opus et malgré ce désir il m’a été impossible d’accepter la manière dont l’histoire se déroulait. J’ai poursuivi ma lecture sans mal, grâce à une écriture agréable et fluide, mais à mon sens ce second opus n’a aucun rapport avec une romance érotique. Peut-être est-ce lié au fait que nos héros sont séparés ou tout simplement, je n’ai pas réussi à accrocher aux scènes érotiques sans qu’aucun sentiment amoureux n’en émerge. Difficile d’expliquer le malaise qui accompagnait parfois ma lecture, mais la romance est pour moi un critère indispensable et ce roman érotique n’a pas su me faire accepter l’absence de la romance.

Après leur dispute en fin de tome précédent, nous quittions nos deux héros dans une situation destructrice. Malgré les mois passés, Lex n’a pas totalement oublié Elisabeth, mais il s’efforce de profiter de la vie à New York, au cours d’une soirée il fait la connaissance d’Eviva, qui va lui présenter un groupe d’amis ce qui va lui permettre d’avoir des contacts dans le milieu de la nuit et plus particulièrement dans le monde BDSM. Bien que sa culpabilité soit toujours là, il va continuer sa vie sans réellement analyser ce qu’il a perdu et j’avais parfois l’impression qu’il n’était pas tellement affecté par la situation. Après la révélation de son secret, j’aurais pensé qu’on s’attarderait un peu plus sur sa situation, alors que l’auteure a fait le choix de le laisser retourner dans ses vices et au final, j’avais du mal à apprécier son évolution à travers toute cette débauche. Je comprends qu’il s’agisse d’une sorte de décente aux enfers, mais j’ai eu du mal à me sentir à l’aise avec cette nouvelle vie.

Du côté d’Elisabeth on ressent de réelle difficulté à s’en sortir, après les révélations de Lex et la fin de leur relation, la jeune femme va avoir du mal à remonter la pente. Je n’ai pas forcément compris les choix qu’elle va prendre, mais dans sa quête elle va essayer de trouver des réponses dans un périple surprenant. Bien que la narration s’intéresse davantage à Lex, nous allons découvrir un véritable changement chez la jeune femme et la situation va prendre une direction particulière que j’ai trouvée assez perturbante. C’est une impression assez personnel, mais j’ai eu du mal à me retrouver dans sa manière de gérer son chagrin, sans compter qu’elle va être méconnaissable et j’ai eu du mal à retrouver notre héroïne dans ses réactions disproportionnées.

Vous l’aurez compris, l’histoire n’a pas vraiment réussi à me convaincre et je redoutais qu’on prenne cette direction. A commencer par la séparation, c’est vrai qu’elle était indispensable pour que nos héros puisse revenir sur de bonnes bases, mais les voir vivre autre chose sans réellement penser à la relation qu’ils avaient m’a vraiment déçue. J’avais l’impression que tout ce qu’ils ont vécue dans le tome précédent n’avait aucune importante et pour moi on perd le fil conducteur de cette histoire. Certes on aborde toujours des thèmes similaires, mais on ne progresse pas tellement notamment dans le passé de Lex qui semble l’avoir conditionné à être ce jeune homme et au final, ce qui paraissait être une intrigue intéressante n’est pas exploité.

J’avais bon espoir que nos héros puissent ressortir grandit de cette séparation, alors oui j’ai détesté chaque moment où ils continuent de vivre leur vie, mais je peux facilement accepter de les voir se prendre en main pour mieux en tirer des enseignements, mais cette distance est vraiment trop longue et mon côté monogame, n’a vraiment pas apprécié cette débauche, surtout pour en être au point de départ à la fin. Quelle frustration d’apprécier découvrir la plume d’une auteure, mais grincer des dents quand l’histoire ne correspond pas à vos désirs de rêveuse. Beaucoup trop d’érotisme dans ce tome pour me séduire. La curiosité me pousse à laisser le dernier mot au troisième tome, mais ce manque de romantisme me fait craindre le prochain tome.

Mon avis sur Le conteur d’histoires #1 ICI

Novembre | Audrey Carlan (Calendar Girl #11)

Résumé :

Thanksgiving arrive avec son lot de nouvelles. Wes a survécu à l’enfer et Mia et lui se sont retrouvés, plus amoureux que jamais.
Son nouveau travail à Century Production envoie Mia à New-York pour interviewer des stars, ce qui n’est pas compliqué puisqu’elle s’est fait, ces derniers mois, un nombre incroyable d’amis célèbres. Elle contacte Mason Murphy, le joueur de base-ball, et Anton Santiago, le chanteur de hip-hop.
Et enfin, Mia passe un dîner de Thanksgiving en famille, avec tous ceux qu’elle aime, même s’il y a toujours une place vite autour de la table… celle de son père.

Novembre est un mois particulier aux États-Unis puisque c’est Thanksgiving et ce tome apporte une part de nostalgie, car on va retrouver deux personnages importants dans le parcours de Mia et ce tome sera l’occasion de revenir sur tout ce que cette année lui a apporté et les bons moments au contact d’amis.

Comblée par son nouveau travail, Mia s’envole pour préparer une émission spéciale à New York. Le jeune couple venant de se retrouver, c’est en compagnie de Wes qu’elle va partir à l’aventure. Bien que les démons des tomes précédents soient encore présents, nous allons avoir droit à beaucoup d’amour dans cet opus et également des retrouvailles amicales qui font chaud au cœur et vous fera sourire dans certaine situation.

Mia va profiter de ce voyage professionnel pour présenter son amoureux aux hommes qui ont marqué sa vie durant cette année qui s’est écoulée. Au cours de ces instants privilégiés nous allons bien évidemment apprendre ce que les derniers mois ont apporté à nos héros. Ce voyage sera l’occasion de découvrir un nouveau trait de caractère à son amoureux et cela rend certaines scènes plutôt attendrissantes.

Bien évidemment puisqu’il s’agit d’une fête familiale, le reste de la fratrie n’est pas bien loin. J’ai trouvé que ce tome était touchant, car il entame la fin d’une série qui aura été marquée par des hauts et des bas et il constitue l’un des tomes les plus sincères de la série. On retrouve des ingrédients qui se marie à merveille : l’amour, l’amitié et la famille. Bien évidemment la situation n’aura son point final que le mois prochain.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Mai #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Juin #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Juillet #7 ICI
Retrouvez mon avis sur Août #8 ICI
Retrouvez mon avis sur Septembre #9 ICI
Retrouvez mon avis sur Octobre #10 ICI