Alex, peut-être… | Jenn Bennett

Résumé :

Fan absolue de cinéma, Bailey Ridell a passé son année de lycée à discuter en ligne avec Alex, un geek également passionné des salles obscures. Et peut-être aussi à craquer un peu pour lui… Mais alors qu’elle s’apprête à le rencontrer, elle commence à paniquer. Et si c’était un pervers qui se cachait derrière son écran ? Ou tout simplement une déception dans la vraie vie ? Dans le petit musée local où elle s’est dégoté un boulot pour l’été, elle se rapproche de Porter, un mystérieux surfer un brin impertinent. Mais avant de décider avec qui elle pourrait partager une belle histoire, Bailey veut découvrir qui est Alex. Elle va donc remonter sa piste pour le retrouver. Tandis que la vérité se dévoile, Bailey devra assumer celle qu’elle est vraiment et faire un choix. Alex, peut-être ?
Je remercie les Éditions Hugo New Way pour l’envoi de ce roman.

Lorsque je me suis intéressée à ce roman, c’est principalement parce qu’il est rattaché à la collection New Way et puis il faut dire que la couverture très estivale a terminé de me séduire. La quatrième de couverture paraissait intéressante, mais je ne m’attendais pas à apprécier autant ma lecture et la surprise, ce sont les thèmes abordés beaucoup plus profond que le résumé le laisse paraître. Cette petite étincelle lors de ma lecture c’est tout simplement ce qui manquait aux précédents romans de la collection, ici les émotions sont plus élaborées.

L’histoire débute par une correspondance en ligne entre deux fans absolus de cinéma, de ces discussions un certain attachement va naître, pourtant lorsque Alex sont correspondant passionné lui propose un rendez-vous au festival de cinéma de sa ville, Bailey panique et n’ose pas accepter, la jeune femme va même jusqu’à lui cacher qu’elle vient d’emménager chez son père, habitant la même ville que le jeune homme. Décidé à surmonter ses doutes, Bailey décide de partir à la recherche d’Alex pour anticiper leur rencontre et mettre ses doutes de côté. Dans le petit musée local où elle travaille pour l’été Bailey fait la connaissance de Grace, une figure locale de la petite ville et peu à peu, elle se rapproche de Porter, un surfeur avec qui la tension est à son comble et qu’elle prend plaisir à rendre dingue. Au fil de l’été, la jeune femme va vivre de nouvelles expériences et progressivement se remettre d’une épreuve dont elle n’a jamais parlé à personne et qui a marqué sa vie.

Bailey est une héroïne attachante, elle a cette désinvolture et cette passion lorsqu’elle échange avec Alex, qui la rend insouciante et sa passion pour le cinéma la rempli de bonheur. Ses échanges avec Alex malheureusement bien trop court, sont pleins de mention aux acteurs, au cinéma et au film culte. Cette légèreté, dans la réalité elle ne l’expose pas aussi facilement, car derrière ce côté fermé qu’elle montre aux autres, se cache des blessures importantes qui ont contribué à la rendre méfiante. Ce job d’été que va lui trouver son père, va lui permettre de renoncer à sa solitude et les amis qu’elle va trouver sur place vont l’aider à progressivement s’ouvrir aux autres. Tout d’abord Grace qui va lui permettre de lâcher prise, et puis Porter, qui va la faire sortir de sa coquille dans un premier temps par colère et puis, ensuite par l’humour qu’il renvoie. Ensemble, ils vont se redécouvrir.

On aborde les thèmes de l’adolescence, la famille, les amis et les premiers amours, le tout sur un fond estival. D’autres sujets plus complexes seront abordés avec beaucoup de pudeur, la romance n’est finalement pas centrale à l’histoire. Certes l’amour est au cœur du récit, mais c’est davantage une quête de soi, une manière d’apprivoiser ses démons tout en apprenant à s’ouvrir à quelqu’un. Bailey et Porter m’ont fait traverser plusieurs émotions, du rire, des larmes, et beaucoup d’attendrissement. Un récit a la plume envoûtante qui nous entraîne dans une intrigue touchante. Je vous recommande cette lecture.

Publicités

L’amour, la vie et ma liste | Kasie West

Résumé :

Abby Turner n’avait pas vraiment prévu que l’été de ses dix-sept ans tourne ainsi à la catastrophe. Sérieusement, tomber amoureuse de son meilleur ami ? Se faire exclure d’une expo sous le prétexte que son art  » n’a pas d’âme  » ? Sans oublier les problèmes d’anxiété de sa mère…
Il lui vient alors une idée folle : dresser la Liste du Coeur. Abby va se donner l’été pour accomplir dix missions. Morceaux choisis : affronter l’une de ses plus grandes peurs, découvrir l’histoire d’un parfait inconnu ou encore tomber amoureuse… Si elle parvient à compléter cette liste, elle deviendra enfin l’artiste inspirée qu’elle a toujours rêvé d’être. Mais le plus grand des défis n’est-il pas de se révéler à soi-même ?
Je remercie les éditions New Way – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

J’ai débuté cette lecture sans en attendre la moindre chose, l’objectif était simplement de passer un bon moment et de partager un moment avec des personnages attachants. Malgré certains sujets un peu survolés, c’est totalement le genre de lecture jeunesse qui fait passer un bon moment et comme à son habitude Kasie West nous embarque dans son univers grâce à une plume fluide et une histoire touchante.

Ce roman aborde plusieurs thèmes intéressants, notamment l’amour à sens-unique. Abby Turner est amoureuse de son meilleur ami, mais on ne peut pas dire que la révélation de ses sentiments se soit passée comme elle s’y attendait, alors plutôt que risquer de perdre celui qui structure sa vie, la jeune femme à préférer faire marche arrière et qualifier cet événement d’erreur de parcours. Pourtant malgré cette volonté d’oublié, il est parfois difficile de passer à côté de la souffrance d’un amour non partagé, surtout quand pour la première fois le quatuor, se retrouve en duo et que la vie sentimentale de Cooper semble décoller. Sans oublier bien-sûr son rêve d’intégrer une école d’art compromis par une exposition avortée au motif que son travail n’est pas assez mature et que son art manque d’âme. Il n’en fallait pas plus à Abby pour dresser la Liste du Cœur, afin de vivre un été riche en émotion et ainsi sortir de sa zone de confort. Accompagnée de sa fidèle moitié, Abby va tenter d’accomplir les dix missions de la liste. Seulement ces défis vont mettre autre chose en lumière.

Abby est un personnage qui m’a touché, les émotions concernant ses sentiments sont vraiment bien retranscrites et à plusieurs reprises j’ai eu mal au cœur face à cet amour non partagé, sans compter que Cooper fait partie intégrante de sa vie et pour tout le monde ils sont inséparables. Seule la famille de la jeune femme est au courant de cet amour et elle va pouvoir compter sur le soutien de ses proches. D’ailleurs cette famille est particulièrement attachante, à commencer par le grand-père qui est drôle et Abby va pouvoir compter sur cet homme prêt à tout pour sa famille. Surtout compte-tenu de l’état de santé de la mère d’Abby qui semble souffrir de plus en plus d’anxiété lorsque son père est déployé dans un autre mission. J’ai apprécié cette immersion dans une famille de militaires et voir la relation qu’un père peut avoir avec sa fille malgré l’éloignement et indéniablement ils sont tous très soudés, surtout lorsqu’il s’agit d’aider Abby dans sa quête d’ouverture au monde.

Les personnages secondaires qui gravitent autour d’Abby sont tous assez intéressants et l’amitié à une place importante dans cette histoire. Tous issus de milieux différents ou guidé par une passion qui leur est propre, pourtant ils vont tisser des liens importants. Que ce soit Cooper l’ami de toujours, qui parvient grâce à son humour à attendrir Abby, Eliott le sculpteur qui comprend sa passion pour l’Art ou même Lacey la comédienne au bon conseil, tous vont apporter à leur manière une part d’eux et contribuer au développement d’Abby. Sans oublier bien-sûr l’incroyable grand-père qui malgré l’âge porte le bon sur ses épaules et parvient à apporter les conseils des précieux. Il y a une certaine bienveillance dans cette lecture qui ne peut qu’apporter un côté positif et même si certains passages sont moins gais que d’autres, on garde en mémoire le positif.

Une jolie lecture pleine d’humour, l’histoire est simple et finalement on n’attend rien d’autre de cette lecture qu’un bon moment. C’est léger, frais, et ça pourrait être idéal comme lecture estivale, sans compter une écriture entraînante qui m’a séduite. Je ne peux que vous recommander cette lecture.

L’exquise clarté d’un Rayon de Lune | Sarah Morgan (Les frères O’Neil #2)

img_-vw5qozlexquise-clarte-dun-rayon-de-luneBonAprès être passé à côté du tome précédent et m’être fait accessoirement taper sur les doigts par une personne qui se reconnaîtra, j’ai décidé de redonner une chance à ce second opus qui continue de suivre les aventures de la famille O’Neil. Je n’irai pas jusqu’à dire que ce tome a été celui de la révélation, mais je dois admettre que le potentiel est là et qu’une fois rentrée dans l’histoire on s’attache aux personnages.

Sean O’Neil est de retour au domaine et il est hors de question pour Elise, de penser à cette nuit magique qu’ils ont passé ensemble l’été dernier. Elle n’a pas le temps à accorder à ce séduisant docteur et entend bien rester concentrer sur sa tâche qui consiste à rester derrière les fourneaux. Cependant les choses vont se compliquer lorsque l’ouverture d’un projet qui lui tient particulièrement à cœur, menace d’être repoussé, les travaux ayant été abandonné suite aux problèmes de santé du patriarche Walter O’Neil.

Je dois dire que je gardais très peu de souvenir de l’histoire du précédent opus, mais au fur et à mesure de ma lecture, certains personnages commençaient à retrouver leur place dans mon esprit. Sean ne m’a pas particulièrement marqué et j’ai été surprise de découvrir que son caractère était bien différent du reste de la tribu, en effet tel le vilain petit canard, il exerce son métier avec passion et n’entend pas abandonner ses heures supplémentaires pour les beaux yeux d’une femme, son métier c’est ce qui le définit et sa vie à Boston lui convient parfaitement. Depuis la mort de son père, on ne peut pas dire que Sean soit beaucoup retourné à Snow Crystal. Il n’est pas prêt à affronter le reste de la famille et préfère rester éloigné de la station pour laquelle il a gardé une rancœur. A l’inverse Elise éprouve la sensation d’avoir enfin trouvé l’endroit qu’elle peut appeler maison et même si comme Sean, elle n’a pas de temps à accorder à une histoire sentimentale, elle se montre épanouie dans sa passion et a retrouvé une seconde famille auprès des O’Neil. Notamment auprès de Walter qui s’est investi avec elle dans le plus beau projet de sa carrière et auprès de Jackson l’homme à qui elle doit sa place en cuisine.

A l’image de ma lecture précédente, ma lecture n’a pas été très fluide. Les narrateurs externes ne sont pas ceux que je préfère et j’ai éprouvé des difficultés à rentrer dans l’histoire, qui prenait un peu trop de temps à démarrer. En avançant dans le récit, une forme d’addictivité a vue le jour et j’ai aimé poursuivre ma lecture en imaginant le décor de rêve. Mais je crois que ce qui m’a fait apprécier ma lecture est lié aux personnages, Sarah Morgan construit son récit sur les bases d’une famille crédible. Les personnages secondaires ont eux aussi leurs préoccupations et l’auteur ne se contente pas d’un environnement restreint. Sean va s’avérer être têtu et orgueilleux, mais il peut compter sur ses frères pour le remettre en place et malgré l’excessivité de Walter il va s’impliquer qu’il le pensait. Celle qui m’a le plus rendue curieuse c’est Elise, sa fuite face à l’amour et sa vulnérabilité face à son passé m’ont tout de suite séduite. La majorité du temps, c’est une femme forte et déterminer qui donne tout ce qu’elle a dans sa cuisine, mais lorsqu’on creuse un peu elle est beaucoup plus fragile et ses secrets émouvants, sans compter sa manière de repasser au français lorsqu’elle panique ou est stressé est adorable.

J’ai du mal à exprimer ce qui me gêne dans cette lecture, le fond de l’histoire à tout pour plaire et les personnages ont un passif relativement intéressant pour les fans de romance. Seulement le récit m’a vraiment empêchée d’être embarquée dans l’histoire, telle une barrière je suis restée une spectatrice de cette histoire et malgré le côté accueillant de cette lecture, je n’explique pas ce problème d’appréciation. Cependant, je dois admettre qu’après un temps d’adaptation j’ai apprécié passer du temps en compagnie des héros, mais très franchement on est loin des coups de cœur qu’on put éprouver certains. Certes l’attachement est là, la curiosité grandit et Tyler O’Neil m’intrigue vraiment, mais ma lecture était loin d’être fluide. Je me laisserais probablement tenter par le dernier tome de cette série pendant une phase de creux dans les sorties littéraires, mais pas dans l’immédiat. Une lecture agréable, mais pas mémorable.

Retrouvez ma chronique sur La danse hésitante des flocons de neige #1 ICI
Lucie

Did I Mention I Miss You ? | Estelle Maskame (D.I.M.I.L.Y. #3)

img_20161104_182730dimilyTrès-bonCe roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Et voilà dernier tome de cette série qui m’aura faite passer par pas mal d’émotion, souvent contradictoire, mais totalement addictive. J’attends ce dernier opus avec impatience, car la fin du tome précédent était tellement inattendue que j’avais envie de savoir comment nos héros allaient s’en sortir. Ce tome est à mon sens le meilleur de la série, les héros sont beaucoup plus matures.

A la fin tome précédent, Tyler prenait la terrible décision de s’éloigner de Santa Monica, pour essayer de se reprendre en main, mais il s’éloignait surtout d’Eden sa demi-sœur de qui il était amoureux depuis deux ans. C’est sans surprise que nous retrouvons Eden au début d’un nouvel été, après un an à étudier à Chicago, la jeune femme est de retour dans cette ville qui a vu naître leur amour. Sauf que cette année, la jeune femme est désespérément seule et doit assumer seule les responsabilités que la révélation de sa relation avec Tyler a engendrée. Bien qu’elle puisse compter sur sa meilleure amie Rachel, on ne peut pas dire que les autres acceptent l’idée de sa brève histoire avec Tyler à commencer par son père, qui ne lui adresse la parole que pour d’absolus nécessités et encore on constate que leur rapport son plus mauvais que jamais, tout comme avec Jamie qui rejette cette relation.

C’est une Eden assez morose que nous retrouvons, en ce 4 juillet elle n’est pas prête à se rappeler ce qui s’est passé les deux étés derniers et l’ambiance est très pesante. Lorsqu’elle apprend que Tyler est de retour, sa colère va prendre le dessus, elle ne peut pas concevoir qu’il soit rentré et s’attend à la découvrir impatiente de le revoir. Lui-même ne s’attendait pas à revenir dans une telle ambiance, son départ était pour lui une question de survie et il n’a pas réfléchi aux conséquences que son départ aurait. Pourtant, ses sentiments envers Eden sont toujours aussi fort et il va tout faire pour la convaincre de le suivre avec lui pour un ultime été, à tenter de renouer avec celle qu’il aime.

Je dois dire que dans ce tome, j’ai surtout été marquée par la maturité de Tyler. Depuis le début c’est un garçon à problèmes et on ne peut pas dire que ses décisions étaient les meilleurs. Dès son retour nous allons pouvoir constater qu’il est calme et apaisé, alors qu’Eden est furieuse et même si je n’ai pas toujours été fan de ses décisions, sa colère est quand même méritée. Leur relation est plus belle que jamais, ils vont découvrir que les sentiments ne meurent pas malgré la distance et Tyler va s’avérer pleins de surprise dans ses explications. C’est vrai que les décisions d’Eden semblent un peu rapides et on a du mal à imaginer que tout puisse se dérouler comme ça, mais leur relation est irréaliste depuis le départ, donc ce n’est pas si surprenant de les voir se rapprocher comme toujours à vitesse accélérée.

Une saga qui m’aura fait grincer des dents par moments,mais qui gagne en maturité. Ce tome est sous le signe de l’espoir et des secondes chances, j’ai trouvé ça mignon. J’ai beaucoup apprécié de retrouver Tyler et Eden, mais également Karen et Ella, qui vont s’avérer être des anges gardiens sur qui ils pourront compter. La fin aurait mérité d’être un peu développé, car des zones d’ombre demeurrent, mais dans un sens ça conclut également parfaitement leur histoire. Une série qui ne conviendra pas forcément à tout le monde, mais l’univers est très addictif et je ne regrette pas d’avoir continué.

Retrouvez mon avis sur D.I.M.I.L.Y. #1 ICI
Retrouvez mon avis sur D.I.M.I.L.Y. #2 ICI
Lucie

Did I Mention I Need You ? | Estelle Maskame (D.I.M.I.L.Y. #2)

DIMINYCe livre est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Parfois on passe un bon moment dans une histoire, alors que les personnages et leurs actions nous rendent dingue. Cette série exerce un pouvoir assez déroutant, j’ai passé une bonne partie du roman à vouloir frapper les personnages. Leurs mauvaises décisions vont entraîner une série de réactions qui auraient pu être évité s’ils avaient eu un peu de jugeote, seulement voilà je suis complètement accro à cette histoire et ça m’ennuie de l’admettre, mais malgré leur comportement affreux je n’ai pas réussi à m’empêcher de dévorer chacune des pages et attendre leur happy-end.

Eden et Tyler ne se sont pas vu depuis un an, leur histoire étant impossible, elle a décidé de donner une chance à sa relation avec Dean. Pourtant, lorsque son demi-frère l’invite à venir passer six semaines à New York, avec aucun parent pour venir interférer dans leur relation, elle ne peut s’empêcher de tout abandonner pour le rejoindre. Et malgré que ce soit son dernier été à passer en compagnie de son petit ami, le besoin de voir Tyler est plus fort que tout et elle part le retrouver, persuadé qu’elle veut seulement se prouver qu’ils sont passé à autre chose, mais peut-on vraiment résister à l’amour ?

Je pense que si vous êtes arrivé jusque-là dans cette chronique, vous comprendrez ce qui m’a profondément dérangée. J’admets que la situation est compliquée et tombée amoureuse de son demi-frère est difficile à accepter. Lorsque Eden a choisi de mettre un terme à leur relation, elle n’avait pas tort dans le sens où personne ne va accepter cet amour interdit. Ce qui rend son personnage détestable, c’est sa manière de se rabattre sur Dean, elle éprouve de la sympathie pour lui et c’est la solution de facilité, mais partir six semaines chez Tyler, en sachant que son gentil petit ami va sagement attendre son retour, après qu’elle est revue son ex est profondément odieux. Je vous jure ça me dégoûte, alors oui pendant quelques pages ils vont tenter de résister parce que ce n’est pas très sympa pour ce pauvre Dean, mais bon au final ils vont vite l’oublier et ne pas réfléchir à leurs choix.

Le truc c’est que malgré toute l’antipathie que je peux éprouver pour ces deux personnages, leur relation est belle. Leur amour impossible est douloureux et ne pas pouvoir être ensemble les déchire, encore une fois dans ce tome ils jouent un peu au jeu du chat et de la souris, mais leur amour est indéniable et lorsqu’ils sont ensemble, on est sous le charme. Tyler est particulièrement irrésistible dans ce tome, son année à discuter de son passé lui a été bénéfique, il est beaucoup plus calme et apaisé, sans compter qu’il semble avoir complètement arrêté les drogues, ce qui rend leur relation plus belle dans ce second opus. Un peu déçue par la fin, qui laisse un arrière-goût de déjà vu, j’aurais bien aimé que l’auteure ne soit pas si prévisible, mais j’ai hâte de découvrir la suite.

Retrouvez mon avis sur D.I.M.I.L.Y. ? #1 ICI
Lucie