En chemin | Erika Boyer (Promesse tenue #1)

Résumé :
Sandy a connu une enfance difficile auprès d’un père violent qui a détruit sa famille à force de coups et d’abus. Lorsqu’il meurt, le jeune homme croit qu’il pourra enfin tourner la page et ne plus avoir à s’inquiéter pour sa mère qui a été la première victime de son père. Jusqu’à ce qu’il découvre qu’elle est très malade et que celle qui pourrait l’aider à guérir est sa propre sœur, Allyson. Elle a fui le domicile familial il y a bien longtemps et n’a plus jamais donné signe de vie. Sandy décide de partir à sa recherche, même s’il ignore ce qu’elle est devenue. Il ne connaît que le nom de la ville où elle vivrait : Lège-Cap-Ferret. Il part alors vers le sud-ouest de la France sur sa moto. Ce voyage a tout d’une quête : celle de sa sœur bien sûr, mais peut-être aussi d’un sens à sa vie. Des rencontres inattendues et l’amour pourraient se trouver au bout du chemin…
Je remercie Hugo New Romance pour cet envoi

J’ai d’abord eu un coup de cœur pour cette sublime couverture, j’avais envie de découvrir l’histoire qui se cachait derrière ce couple et le nom d’Erika Boyer a terminé de me convaincre. J’ai vu de nombreux avis élogieux sur cette autrice et ses précédents romans publiés, mais vous savez sans doute qu’en terme d’autrice française je suis exigeante et très peu trouvent grâce à mes yeux. Je peux déjà vous dire que cette première rencontre est plutôt convaincante, suffisamment pouvoir avoir envie de découvrir la conclusion de cette histoire.

Sandy a grandi après d’un père violent qui a laissé des séquelles sur tous les membres de cette famille. A sa mort, malgré la tristesse de sa mère, il espère pouvoir se reconstruire et oublier cet homme qui a détruit sa mère. Seulement après les obsèques, le jeune homme apprend que sa mère est malade et lui-même ne pouvant lui venir en aide, il fonde tous ses espoirs sur sa sœur Allyson qui a quitté le domicile familiale il y a plusieurs années, sans jamais regarder en arrière. Bien qu’il ne dispose que de peu d’éléments, Sandy se rend à Lège-Cap-Ferret afin de mener son enquête afin de ramener cette sœur disparue. Son voyage va lui apporter bien plus qu’il ne l’imaginait.

Notre héros est un personnage assez chaotique, mais j’ai apprécié le fait qu’il ait des valeurs et bien qu’il renvoie une certaine désinvolture, Sandy est respectueux envers les femmes qu’il fréquente. Sa rencontre avec notre héroïne va faire des étincelles dès le début et rapidement j’ai eu l’impression qu’ils s’étaient trouvés au bon moment. Ils ont un caractère assez similaire et une manière autodestructrice de gérer leur vie. Ce qu’on aurait pu penser être une rencontre due au hasard, va finalement être une évidence quand on voit la taille de la ville et immédiatement le jeune homme va se faire sa place au sein du groupe d’amis de la jeune femme. On apprécie sans mal l’ambiance festive de la bande et j’ai trouvé que l’histoire était assez crédible, j’imaginais assez facilement le décor des soirées d’été, sans peut-être le côté obscur avec la drogue et l’aura de danger qui entoure nos héros.

Mon seul regret provient de la romance qui va beaucoup trop vite, les personnages ont cette connexion qu’on perçoit dès le début et leur caractère fait qu’immédiatement il va se passer un truc qui va les lier malgré eux, c’est d’ailleurs le genre de rencontre qui pourrait arriver dans la réalité. Seulement, en tant que lectrice fan de romance, j’ai besoin de voir les héros entrer en phase de séduction et une part de moi se sent frustrée, si on passe outre l’aspect physique et malgré les non-dits, l’amour est là et je n’ai pas détecté le moment où tout à basculer.

J’aimerais revenir sur plusieurs éléments que j’ai particulièrement apprécié, à commencer par l’histoire qui se situe en France, certaines autrices françaises ont tendance à délocaliser aux états-unis et finalement en lisant ce roman on réalise qu’on a un beau décor dans notre pays. Et enfer l’élément le plus marquant c’est la diversité des personnages, on aborde de manière décomplexé des sujets rarement abordé et on le banalise avec efficacité, car la différence c’est la normalité et ça j’adhère à ces valeurs.

Je félicite l’autrice pour sa culture cinématographique et télévisuelle, vous y retrouverez notamment des références telles que Grease, Les Frères Scott ou encore Game of Thrones. On va pouvoir compter sur notre héros pour apporter une petite touche d’humour et compte tenu du thème assez sombre, ça apporte une forme de légèreté le temps de quelques lignes. Mention spéciale pour l’avant-propos qui met en garde les lecteurs et j’ai aimé l’attention, car moi-même il m’arrive de ne pas apprécier l’image véhiculée par certains récits. Une histoire qui devrait en satisfaire plus d’un, laissez-vous tenter par la quête de Sandy.

L’année après toi | Nina de Pass

Résumé :
San Francisco, le soir du nouvel an. Cara survit miraculeusement à un tragique accident de voiture. Mais sa meilleure amie, Georgina, n’a pas la même chance…
Après cette terrible nuit, Cara est consumée par le chagrin. Ses parents l’envoient alors dans un lycée international en Suisse pour qu’elle puisse se reconstruire. Au coeur des montagnes, l’ancienne vie de Cara semble bien loin derrière elle. Pourtant, Georgina et la culpabilité restent présentes à chaque instant.
Ici, personne ne connaît l’histoire de Cara et elle compte bien qu’il en soit ainsi. Même si ses nouveaux amis Ren et Hector font tout pour la soutenir et l’aider à avancer. Surtout Hector, qui semble étrangement comprendre le deuil comme personne…
Cara sait pertinemment qu’il faut laisser le passé derrière soi et s’ouvrir aux autres pour que la vie puisse enfin continuer. Saura-t-elle accepter qu’elle mérite une deuxième chance ?
Je remercie les éditions Hugo New Way pour l’envoi de ce roman

A lecture du titre on s’attend forcément à être touché par l’histoire et la lecture du résumé ne fait que conforter cette idée, mais je n’étais pas préparé à vivre un voyage littéraire aussi fort en émotions. J’ai déjà lu beaucoup de roman qui aborde le deuil, mais cette lecture se positionne dans un angle inédit, sans jamais être redondant. Le chemin est long avant d’accepter d’être une survivante et le sentiment de culpabilité qui habite l’héroïne est un crève cœur, mais l’autrice réussie parfaitement à insuffler une dose d’espoir pour la suite.

Le soir du nouvel an la vie de Cara bascule dans l’horreur lorsqu’elle est victime un terrible accident avec sa meilleure amie, à son réveil rien n’est plus pareil lorsqu’elle apprend que Georgina n’a pas survécu. Après plusieurs mois à n’être que l’ombre d’elle-même, sa mère prend la décision d’envoyer Cara dans un pensionnat international en Suisse, pour éloigner sa fille de sa routine auto-destructrice. Bien que personne ne connaisse son histoire, sa souffrance est visible, surtout pas à Ren, sa colocataire et son ami Hector, qui parvient toujours à trouver les mots justes pour atténuer sa peine, et tous les deux ils vont tenter de la soutenir vers le chemin de la guérison.

J’ai beaucoup apprécié l’angle de l’histoire, le deuil passe par plusieurs phases. Cara souffre de la culpabilité du survivant, alors il est inconcevable pour elle d’envisager d’autres amitiés, elle regrette déjà que ce ne soit pas elle qui soit morte, mais imaginer pouvoir remplacer G., ce n’est pas envisageable. Immédiatement elle va garder ses distances et tenter de ne pas s’impliquer dans une amitié, mais Hector ne va pas se décourager et donner son soutien malgré elle. Le temps passé entre Cara et Hector va mettre en lumière deux âmes qui semblent comprendre mieux que quiconque le deuil. On la voit avancer à son rythme et franchir les étapes en douceur.

La première rencontre avec Cara renvoie immédiatement à son état d’esprit et ses pensées sont d’une infinie tristesse. Les mois qui viennent de s’écouler ont été éprouvants et devoir s’adapter dans un nouvel environnement a beau être effrayant c’est l’occasion pour Cara de recommencer sans que son passé n’interfère. Son objectif est de se fondre dans la masse et elle souhaite simplement être oubliée. L’autrice décrit parfaitement la douleur qu’éprouve Cara, j’ai été frappé par l’intensité de ses émotions et ça accentue sa vulnérabilité. Je me suis parfois sentie impuissante face à tant de souffrance et à pourtant à aucun moment on ne tombe dans l’apitoiement. Ce sont simplement des souvenirs qui reviennent en tête de notre héroïne, les souffrances liées à l’accident ou tout simplement les souvenirs de sa vie d’avant. Elle pourra compter sur le mystérieux Hector pour l’aider à s’en sortir.

On s’éloigne du décor habituel pour s’envoler au cœur des montagnes Suisse, dans un pensionnat où les élèves ne sont pas les autres et cet établissement c’est celui de la dernière chance, un endroit où les pensionnaires peuvent s’épanouir malgré leurs souffrances et où ils peuvent espérer se reconstruire à leur rythme. Il ne m’en fallait pas plus pour me laisser porter par l’histoire, les personnages se mettent à nu et les thèmes abordés secouent forcément les émotions du lecteur. Une histoire qui traite avec justesse du deuil et mérite d’être lue.

Racer | Katy Evans (Fight for Love #7)

Résumé :
Vous avez aimé Brooke et Remi ? Vous adorerez leur fils Racer, le célèbre et tellement sexy pilote de course.
Le mystérieux Racer est le pilote le plus rapide et le plus en vogue du moment.
Lana dirige une petite écurie de Formule 1 et est sans cesse à la recherche de nouveaux talents. Son père est malade, et le seul moyen de sauver l’entreprise est de trouver un pilote star, qui rapportera de l’argent à l’écurie.

Racer est un pilote plutôt spécial et il est sexy, téméraire et mystérieux.
Justement, il cache un lourd secret : comme son père Remi, il souffre de bipolarité. Il ne sera pas facile pour Lana d’apprivoiser tous les reliefs de sa personnalité. Malgré ça, elle ne parvient pas à résister à son charme, car cette fragilité, mêlée à sa virilité, donne un cocktail explosif.

J’étais loin d’imaginer à quel point Racer allait faire battre mon cœur et pourtant il est le digne successeur de Remmington Tate. A l’annonce de cette publication, j’étais impatiente de pouvoir découvrir l’histoire du fils de Brooke et Remi et il aura suffi d’une rencontre avec Lana pour savoir que cette lecture allait m’embarquer dans une sublime aventure. Plusieurs ingrédients auraient dû m’alerter, une attirance indéniable, un héros persévérant qui conduit des voitures comme personnes et bien évidemment des mots qui m’ont touché en plein cœur.

Lana et sa famille sont à la tête d’une petite écurie de Formule 1 sur le déclin, mais qu’ils tentent de maintenir sur les flots. Afin de rendre fière son père malade, la jeune femme va mener une quête pour trouver un pilote capable de les hisser sur le podium. Lors d’un voyage, elle fait la connaissance de Racer d’une bien étrange manière qui prête à sourire, mais qui va définitivement sceller leur histoire. Bien que réticente, Lana va se laisser guider par son instinct et découvrir que le jeune homme est un pilote hors-pair habitué aux courses clandestines.

Bien qu’aucun des deux ne se voyait vivre une histoire d’amour, cette rencontre va être déterminante. Dans la New Romance on a souvent un langage familier et pour le coup, j’ai rarement vu un héros tenir un discours aussi romantique. J’ai encore deux trois citations en tête que je rêve d’entendre prononcer par un homme. Il y a cette détermination à voir la femme de sa vie succomber, sans pour autant la forcer à nier émotions contradictoires qui rendent cette histoire différente. Racer va tout faire pour séduire la jeune femme, tout en comprenant ses réticences et bien qu’il cache un lourd secret, il a toujours cherché à mettre Lana en garde contre ses démons. Ils ont tous les deux une fragilité qu’il cherche à apprivoiser et ils n’ont aucun secret pour les lecteurs. Racer est un héros aux multiples facettes qui n’aspire qu’à être aimé malgré ses failles et il prêt à tout pour conquérir Lana.

Je gardais le souvenir d’un Remmigton assez instable et pour le coup son fils a su gérer ses propres démons tout en s’épanouissant dans le milieu des courses automobiles. Contrairement à son père, sa passion c’est de conduire des voitures comme un champion et il est prêt à tout pour impressionner la jeune femme. Lana ne vit que pour sa famille et bien qu’elle voudrait pouvoir être avec Racer, elle ne peut pas distraite son pilote, car ses victoires elles sont pour sa famille. J’ai tellement aimé l’alchimie entre les personnages et chaque scène est plus intense que la précédente. On a un bon équilibre entre une romance légère avec une pointe d’humour, tout en mettent en avant des sujets tel que la maladie, le deuil ou encore le besoin d’être aimé.

Je termine cette lecture avec un besoin intense de prolonger l’aventure sans compter qu’encore une fois le rapport de ce couple avec la musique est encore sublime à suivre. J’ai l’impression d’être sur un petit nuage et je me prends à rêver d’un tome consacrer à Iris Tate. Bref vous l’aurez compris, la magie Racer Tate a opéré.

Le Voleur de Baisers | L.J. Shen

Résumé :
Elle ne lui était pas destinée.
Être la fille d’un parrain de la mafia italienne de Chicago fait de la toute jeune femme une personne à part. Francesca va vite le découvrir que son avenir qui semblait tout tracé va être bouleversé par un homme qu’elle ne connaissait même pas. Depuis son plus jeune âge, elle rêve d’épouser un homme qu’elle connaît depuis toujours : comme elle, il appartient à une famille criminelle ; ils s’aiment et ont la même vision de la vie. Mais le sénateur Wolfe Keaton a d’autres projets pour elle. Cet avocat a une revanche à prendre sur la famille de Francesca et il a bien l’intention de l’utiliser comme un pion dans la partie d’échec qui l’oppose au père de la jeune femme. Pour cela, il veut en faire son épouse. La voilà obligée d’oublier tous ses projets, celui qu’elle est sûre d’aimer, sa liberté. Wolfe estimait avoir pensé sa vengeance jusque dans les moindres détails. Mais il a sans doute sous-estimé Francesca et les sentiments qu’elle lui inspire.
Merci aux éditions Hugo New Romance pour cet envoi

Une lecture qui me laisse une forte impression, l’histoire m’a captivé dès les premières pages et s’ajoutant à la frustration d’une semaine bien remplie, j’ai profité de chaque instant de lecture pour découvrir cette romance particulière. L.J. Shen flirte entre la New Romance et la Dark Romance, sans jamais franchir la ligne rouge. Certes ce mariage n’est pas voulu et notre héros à des préjugés importants envers la princesse de la mafia, mais à aucun moment il n’abuse de sa position envers sa captive et chaque interaction est plus intense.

Francesca a toujours évolué au sein de l’organisation criminelle de son père, afin de la protéger et de lui offrir une meilleure éducation, la jeune femme a longtemps été dans un pensionnat en Suisse. Aujourd’hui âgée de 19 ans, elle doit se marier avec un homme qui prendra un jour la tête de l’organisation, bien qu’il soit nécessaire de donner sa chance à tous les prétendants, son choix se porte depuis des années sur un homme qu’elle rêve d’épouser et qui lui a toujours fait se sentir épanouie. Seulement cette soirée ne va pas se dérouler comme elle l’imaginait, sur place elle fait la connaissance du Sénateur Wolfe Keaton un homme arrogant qui n’a aucun respect pour elle. Elle n’imaginait pas que quelques jours plus tard, son père annoncerait ses fiançailles avec cet homme qui semble détester sa famille et qui entend mener une vengeance auprès de tous ses membres. A commencer par s’approprier la liberté de la fille chérie du parrain de la mafia et détruire ses projets.

Comme je le disais plus haut nous sommes dans un récit plutôt dark où finalement Francesca est offerte malgré elle à un monstre. On sait parfaitement qu’elle est un pion dans cette histoire de vengeance et que Wolfe n’hésitera pas à se servir d’elle pour arriver à ses fins. Les premiers chapitres étant du point de vu de Francesca on ne peut que souffrir pour ses rêves brisés et son cœur en mille morceau. Épouser un homme qui la méprise et qu’elle déteste n’était pas dans ses projets, pour elle son avenir était tout tracé elle allait enfin pouvoir épouser l’amour de sa vie et il aura fallu qu’un homme qui a dix ans de plus qu’elle, vienne s’immiscer dans sa vie. Je dois avouer qu’au premier abord la différence d’âge est un peu perturbante, Francesca a tellement été couvée qu’elle peut paraître plus jeune que son âge et le Wolfe fait plus vieux que son âge, ce qui crée un fossé qui pourrait paraître malsain et qui finalement n’est pas dérangeant puisqu’ils succombent malgré eux.

Nous sommes face à des personnages complexes qu’on prend plaisir à découvrir lorsque les barrières s’abaissent progressivement. Certes la manière dont ils font la connaissance l’un de l’autre n’est pas romantique, mais les voir se faire la guerre pour finalement apprécier la compagnie de l’autre c’est plutôt plaisant. J’ai apprécié qu’on ne franchisse que très peu les limites et même si Wolfe cherche une épouse, il n’a pas l’intention de la forcer à remplir son devoir conjugal. A force de passer du temps ensemble, ils vont réaliser qu’ils se sont trompés sur l’autre et ouvrir la porte à toutes les possibilités : haine, amour et vengeance sont au cœur du récit.

Une lecture que j’ai beaucoup apprécié et qui sera parvenu à jouer à me fait ressentir la passion. En rentrant le soir je n’avais qu’une envie poursuivre cette histoire captivante et on aura pu facilement gagner une étoile supplémentaire, si une scène dans les derniers chapitres ne m’avait pas agacé, mais je ne vous en dis pas plus, car finalement ce n’est qu’un détail que vous découvrirez par vous-même. Si vous aimez le style de L.J. Shen, cette histoire devrait vous plaire et pour les autres, j’espère que la découverte vous plaira.

Tu fais quoi pour Noël ? Je t’évite | Juliette Bonte

Résumé :
Encore plus près de son ennemi »… manquait plus que ça !

Charlie déteste Blade, et Blade le lui rend bien. Elle a essayé de s’entendre avec ce grand brun – vraiment ! – mais entre eux, ça ne passe pas. Le problème, c’est que Blade est un ami de James, le nouveau petit copain de la meilleure amie de Charlie. Alors, autant dire que l’éviter est sans espoir car, si les filles ont la réputation de n’aller aux toilettes qu’à deux, les hommes, eux, sont visiblement incapables de boire une bière sans leurs homologues testostéronés. Mais, quand les soirées évoluent dangereusement vers un projet de vacances en groupe pour les fêtes de fin d’année, Charlie comprend qu’elle est fichue. Car, s’il y a une chose qu’elle déteste encore plus que Blade, c’est bien Noël. Et, si Blade l’apprend, il va tout faire pour que ce séjour en Laponie devienne son pire cauchemar.

Je remercie les éditions Harelquin et NetGalley pour l’envoi numérique

J’avais découvert Juliette Bonte dans une romance de Noël et je gardais un très bon souvenir de Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi, alors en cette période où les films de Noël reviennent sur nos écrans, les chocolats chauds réchauffent nos week-ends c’était la période idéale pour me replonger dans une romance de Noël.

Depuis plusieurs mois Savannah a rencontré l’homme de sa vie en la personne de James, alors étant inséparable de sa meilleure amie Charlie il était impensable de ne pas passer ses soirées du vendredi soir avec la jeune femme. Le groupe d’amis du jeune homme semble soudé et le courant passe plutôt bien avec la jeune femme, sauf avec Blade. Charlie déteste Blade et le jeune homme ne supporte pas Charlie depuis leur première rencontre. Sous le regard de leurs amis, les noms d’oiseaux volent et ils divertissent régulièrement la bande avec leurs échanges. Seulement, quand un projet de vacances de Noël est évoqué, Charlie tente de faire marche arrière, car si elle déteste Blade, elle a Noël en aversion. Et si Blade l’apprend, il va faire de son séjour un enfer.

Charlie et Blade sont plutôt divertissants, n’hésitant pas à redoubler d’ingéniosité pour pourrir la vie de l’autre et c’est ces échanges qui rendent le récit savoureux, mais bien évidemment le reste du groupe n’est pas en reste, progressivement nous apprenons à connaître les six amis qui ont chacun des bagages assez chargés et bien que Charlie ne se pense pas intégrée, elle va faire la connaissance d’une vraie famille. Et la jeune femme en a bien besoin, toujours fragilisé par les blessures de son enfance et j’ai admirative de son amitié avec Savannah. Les deux jeunes femmes ont su trouver une belle amitié malgré un environnement difficile et pour son amie Charlie est prête à tout. Cette fragilité est perçue par la jeune femme comme une faiblesse, alors elle ne laisse personne atteindre sa carapace. Seulement être en contact de Blade fait ressortir toutes ses insécurités.

Le décor de Noël est parfait pour démarrer la saison des romances de Noël, j’ai pris un malin plaisir à découvrir les crasses de nos héros et les dialogues m’ont beaucoup fait rire. Tout est réuni pour passer un bon moment, dans une atmosphère où la magie de Noël pourrait faire des miracles sur nos héros. En résumé, je n’aurais pas pu trouver meilleure première lecture pour la saison que ce soit pour la romance, ou tout simplement pour le message que cette famille d’amis véhicule. Toujours aussi fan de la plume de Juliette Bonte.