Scandalous | L.j. Shen (Sinner #3)

Résumé :

L’interdit n’a jamais été aussi irrésistible.
Trent Rexroth. Insensible, froid et calculateur. Et c’est l’homme qui va me briser le cœur. Il a trente-trois ans. Moi, dix-huit. Autant dire qu’à ses yeux je ne suis qu’une gamine. Pire, l’enfant gâtée de son ennemi juré, celui qu’il rêve de faire tomber. Je ne me fais donc aucune illusion : si aujourd’hui Trent s’intéresse à moi, c’est uniquement pour parvenir à ses fins. Alors oui, si j’étais raisonnable, si je voulais éviter un scandale à ma famille, je garderais mes distances. Mais ce n’est pas le cas. Malheureusement pour moi, l’interdit ne m’a jamais semblé aussi irrésistible.

Mon tome favoris de la série, absolument conquise par l’histoire et ses personnages. Dans un premier temps, la différence d’âge entre Trent et Edie me dérangeait un peu, et puis finalement une fois les préjugés mis de côté l’histoire aborde des thèmes importants avec beaucoup de pudeur. On oublie sans mal l’âge grâce aux comportements de nos personnages et une fois la surprise passée, la romance est bien menée. Et puis bien sûre Luna est un personnage qui m’a vraiment touché et qui fait partie intégrante de l’histoire.

Trent Rexroth est le plus discret du groupe, mais pas forcément le plus sage. Rappelez-vous cet homme insensible et froid, qui fait fondre nos cœurs lorsqu’il abaisse ses barrières devant la seule et unique femme de sa vie : Luna. Leur première rencontre s’est faite à distance, mais lorsque leur route va de nouveau se croiser ces deux héros volcaniques vont nous montrer l’étendue de leur aversion l’un pour l’autre. A première vue l’histoire peut renvoyer ne sorte de malaise, tant la différence d’âge est importante. Sans compter que Edie sort presque de l’adolescence et c’est une relation vouée à l’échec, tant leurs caractères sont différents.

Pourtant rapidement on comprend que l’âge n’est qu’une excuse et la maturité n’est pas nécessairement là où on pense la trouver. J’ai trouvé intéressant la manière dont on aborde le vécu de notre héroïne, derrière les apparences se cache souvent des histoires qu’on est loin d’imaginer et notre petite Edie va s’avérer beaucoup moins gamine qu’on pourrait l’imaginer et au fil des pages on découvre le mot responsabilité à travers deux visions différentes. D’un côté nous avons une jeune femme qui rêve d’insouciance et qui est rattrapée par la réalité, et de l’autre un homme contraint de prendre ses responsabilités face à l’imprévu.

On est typiquement dans une situation où nos héros vont se mener une guerre sans merci, en utilisant les coups bas, le chantage et d’autres stratagèmes plutôt intenses. Bien évidemment, comme les opposés s’attirent nous allons rentrer dans une relation amour/haine où à force de se chercher nos héros vont alimenter la tension et c’est justement ce qui rend l’histoire aussi explosive. Entre deux piques un élément va les réunir et c’est une adorable petite fille. L’alchimie entre les deux jeunes filles va être immédiate et Trent va être prêt à tout pour le bonheur de sa fille, quitte à laisser s’approcher Edie qui semble avoir le don d’amadouer l’adorable Luna.

Un tome encore meilleur que les précédents, bien que pas si différent. Nos héros vont malgré la différence d’âge se trouver des points communs et malgré les préjugés ils vont se laisser guider par l’alchimie qui les entraîne l’un vers l’autre. Je suis toujours aussi fan de l’auteure et de son style d’écriture ne cesse de m’entraîner dans des histoires toujours plus addictives. Un tome captivant qui m’aura séduite jusqu’à la dernière ligne.

Mon avis sur Devious #2 ICI

Publicités

Amertume | Sarina Bowen (Le Grand Nord #1)

Résumé :

« Le goût amer des désillusions devient la saveur sucrée de l’espoir… »

Griffin Shipley, propulsé à seulement 27 ans, chef de famille, (chargé de sa mère, de ses trois frères et soeurs et d’un grand père gâteux), se retrouve à la tête de la ferme familiale dont il hérite. Il s’attendait à tout sauf à tomber sur celle avec laquelle il avait partagé quelques soirées torrides à l’université. Audrey quant à elle, n’avait pas la moindre envie d’atterrir dans ce coin perdu du Vermont.

Pourtant ces deux- là vont se retrouver par hasard sur le domaine familial de Griffin. Audrey missionnée par la grosse entreprise qui l’emploie, une chaîne de restaurant, doit passer plusieurs jours dans la région. Elle séduit toute la famille du jeune agriculteur par sa bonne humeur et ses talents de cuisinière. Mais cinq ans après leur histoire ils ont beaucoup changé. La vie, les épreuves les ont fait évoluer. Trouveront ils à nouveau un terrain d’entente ?

Merci aux éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce roman

Je suis particulièrement heureuse de retrouver une nouveauté New Romance, l’été fût le désert et mon manque commençait à se ressentir. On démarre la rentrée littéraire avec une superbe lecture qui conserve les codes du genre, mais qui se démarque avec un thème différent et un thème dominant fascinant et tristement réaliste. Je ne cesse d’entendre des éloges sur Sarina Bowen et pour mon plus grand plaisir, à mon tour le charme opère.

Suite au décès de son père il y a quelques années, Griffin Shipley a dû revoir ses plans de carrière et il est désormais à la tête de la ferme familiale qu’on lui a légué. De sa productivité dépend le confort de sa mère, ainsi que de ses frères et sœurs, et en cette période où le travail est à son maximum, il ne s’attendait pas à ce qu’une grosse entreprise démarche les producteurs locaux pour un projet d’envergure. Pour sa plus grande surprise, ils ont missionné Audrey Kidder une jeune femme qu’il a rencontré durant ses études à l’université de Boston et avec qui il a partagé quelques instants torrides. Provenant de deux mondes différents ces deux personnages haut en couleur vont se redécouvrir, sans jamais tomber dans les clichés du campagnard et la citadine.

Amatrice de l’Amour est dans le pré, vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Dans cette ferme du Vermont, notre agriculteur va se laisser apprivoiser par une charmante cuisinière et c’est l’intégralité de la famille qui va définitivement adopter la jolie bostonienne. J’ai apprécié le décor qui s’éloigne de la ville et on s’intéresse à un vrai problème de société entre les multinationales qui exploite les petits producteurs, c’est d’autant plus appréciable avec un récit réaliste et l’auteure n’a pas besoin d’une multitude de rebondissements pour convaincre.

On est face à deux personnages passionnés et finalement leur passion n’est pas si éloignée l’une de l’autre. On ressent beaucoup d’émotion lorsqu’ils se consacrent à leur activité et l’amour que met Audrey à cuisiner des produits frais est relativement attendrissant. Au premier abord quand on voit de quel milieu vient Audrey on pourrait avoir peur d’une héroïne snobinarde, mais on a un personnage crédible avec un passé qui a contribué à construire celle qu’elle est aujourd’hui. Débutante dans sa profession, il lui manque simplement la confiance en elle et l’entourage approprié pour mener son projet à son terme. Cette escapade dans le Vermont peut sembler être une catastrophe en devenir pour la jeune femme qui accumule les mauvais plans, mais au contact des producteurs locaux elle va s’épanouir avec des matières premières à portée de mains.

Autre avantage non négligeable de ce roman, notre personnage principal est craquant. A la tête de la ferme familiale, il est également devenu malgré lui le chef de famille et on voit à quel point il est prêt à tout pour ces proches. Depuis plusieurs années, il n’a pas hésité à se priver pour pouvoir assurer un avenir à ses frères et sœurs. Il garde un petit côté grincheux, mais c’est un personnage avec le cœur sur la main et il devient immédiatement sympathique. En plus d’être sexy, c’est un homme travailleur et malgré son côté un peu dur, on ne peut pas dire que ce soit un personnage méchant. L’alternance des points de vu est déterminant pour connaître le caractère de nos héros et après quelques chapitres, Griffin m’a attendri, car il est conscient du pouvoir d’Audrey sur lui.

Dès les premières pages la plume de Sarina Bowen fait des merveilles et l’univers qu’elle s’est construit apporte son lot de curiosité. Nous sommes dans un contexte assez précis, une entreprise familiale dirigée par des membres soudés et il est facile de s’attacher à des membres d’une même famille et en tant que lectrice ça rapproche des personnages. Sans oublier les personnages secondaires qui sont tout aussi intéressants, car chacun à ses secrets et le temps des révélations n’est pas encore arrivé. J’ai retrouvé l’envie de dévorer chaque chapitre et les difficultés à reposer mon roman durant la journée, l’alchimie du couple ne fait aucun doute et le plaisir de les voir succomber est à un son comble. Humour, amour et grand air, feront le bonheur des amateurs de romances.

Lincoln | Rachel Van Dyken (Famous Love #1)

Résumé :
Dans ce monde régi par les statistiques, les mathématiques, les calculs et la logique, il avait fallu que je tombe sur la dernière coqueluche de Hollywood.
Lincoln Greene.
Un regard gris profond, les cheveux châtains à reflets roux un brin sauvage façon héros de Outlander et un corps de rêve. L’ensemble créait le spécimen mâme parfait.
Et moi…, j’étais toujours accrochée à lui.
Je remercie les éditions Milady pour l’envoi de ce roman.

La rédaction de cette chronique est relativement compliquée, et mon ressenti difficile à décortiqué. Je pense que c’est lié à cette période un peu compliqué où j’ai dû mettre un peu de côté cette lecture pour des obligations personnelles et à force de devoir couper ma lecture, je n’ai pas savouré totalement la découverte de cette histoire. Pourtant dans l’ensemble c’est une lecture mignonne et j’ai passé un bon moment, mais en ce moment j’ai envie de ressentir des émotions brutes et malgré les qualités de cette romance, l’intensité n’est pas au rendez-vous.

Dans ce premier opus nous suivons Dani une jeune fille de dix-sept ans qui s’est murée dans le silence depuis le décès brutal de ses parents, malgré le soutien infaillible de sa sœur et de ses meilleurs amis, la jeune femme s’est construite une bulle où elle se sent en sécurité. De retour dans sa ville natale pour soutenir le mari réalisateur de sa sœur, Dani est contrainte de devenir l’assistante de la coqueluche d’Hollywood et acteur principal du film Lincoln Greeen. Face à l’alchimie évidente de nos deux héros, la jeune femme va progressivement s’ouvrir et réapprendre à apprécier cette vie qui l’a abimé et ensemble ils vont se découvrir une connexion puissante.

Sur le papier, c’est totalement le genre d’histoire qui m’attire : une héroïne torturée qui lutte contre ses démons et une célébrité qui remarque son assistante invisible. Le duo fonctionne plutôt bien, la romance démarre lentement et nos héros sont confrontés à leur alchimie évidente. C’est d’ailleurs ce qui rend cette histoire mignonne et sans prise de tête, mais durant ma lecture j’aurais apprécié qu’on creuse du côté du passé de nos personnages, on évoque un thème difficile et bien qu’il soit au centre de l’histoire, le traumatisme de Dani reste relativement survolé et l’histoire reste prévisible. J’apprécie toute fois l’alternance des points de vue, indispensable pour comprendre la personnalité de nos personnages et appréciable après connaissance de certains éléments.

J’ai découvert Rachel Van Dyken lors de ma lecture de sa série Reborn, ses personnages avaient été une vraie découverte et le coup de foudre littéraire assez immédiat. Dans cette nouvelle série, on retrouve une plume fluide et addictive, avec des personnages qui ont un petit quelque chose qui les rend attachants, mais le côté male Alpha est un peu trop présent, que ce soit Lincoln ou les personnages secondaires qui sont trop protecteur, c’est limite gênant et vraiment disproportionné. Petite déception également concernant l’intrigue qui reste très superficiel et pas aussi prometteuse que le laissait supposer la quatrième de couverture lors de ma lecture.

En bref, un premier tome plutôt agréable et qui introduit le début d’une série prometteuse. Les quelques points négatifs ci-dessus mérite d’être évoqué, mais n’empêche pas d’apprécier la découverte de cette série et les personnages ont tout pour séduire les lecteurs. Sans compter les évocations concernant le second opus laisse supposer un thème très intéressant et s’il est traité convenablement, je sens que mon cœur va devoir s’accrocher. Belle découverte, mais la suite doit faire ses preuves pour réussir à me convaincre totalement.

Révolte | Tillie Cole (Les Écorchés #4)

Résumé :
Résister, sans jamais se soumettre !
152 a été enlevée par les Arziani, une famille mafieuse de Géorgie, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. Elle a été dressée pour devenir une mona – une esclave sexuelle destinée à servir le maître des Fosses de Sang. Belle et douce, elle rend fou de désir le maître qui, pour s’amuser, la donne à son plus grand et plus effrayant champion des combats à mort… mais elle comprend très vite qu’un physique menaçant peut cacher un grand cœur. Toutefois, l’amour peut-il naître dans les profondeurs d’un tel enfer ?
Je remercie les éditions Milady pour cet envoi
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Un tome absolument captivant qu’il me tardait de découvrir et qui offre un final grandiose. J’ai du mal à croire que cette série soit déjà terminée, le côté sombre de cette histoire n’est pas à mettre entre toutes les mains, mais si comme moi vous lisez de la Dark Romance ce n’est pas la série la plus noire que j’ai pu lire. Lorsque 152 et son parcours ont été évoquée dans le tome précédent, l’attente a commencé et le résultat de l’histoire est à la hauteur de mes espérances. Je suis restée accroché à mon histoire totalement conquise par les personnages principaux.

152 a été enlevée avec son frère de leur orphelinat par les Arziani, une famille mafieuse de Géorgie. Afin de garder une pression sur son frère, la jeune femme est dressée pour devenir une mona, une esclave sexuelle destinée à servir les hommes du goulag. Lorsque son frère réussit à retrouver sa liberté, il tue Maitresse Arziani en espérant libérer sa sœur des griffes de sa tortionnaire. Seulement 152 a été repérée par le Maître des Fosses de Sang qui souhaite en faire sa Grande Mona pour son usage personnel. Totalement obsédé par sa prisonnière, il est décidé à profiter pleinement de sa propriété, seulement le manque d’obéissance de son meilleur combattant va le contraindre à lui offrir 152, afin de créer une faiblesse chez son champion et obtenir une totale obéissance.

Les conditions de vies des monas sont vraiment inhumaines, mais dans leur malheur elles ont la chance d’être droguée, leur permettant d’être dans un état de semi-conscience, protégeant leur esprit des souffrances psychologiques et créant un besoin malgré elle. Alors lorsque sa dose est diminuée pour devenir la Grande Mona, les souvenirs de sa vie d’avant vont commencer à revenir progressivement sans réellement comprendre ce qu’ils représentent. Résignée à n’être qu’un objet, la jeune femme va pourtant voir sa condition évoluer lorsque le Maître la mène dans la cellule de 901. Elle va d’abord être effrayée par ce tueur, et malgré que le combattant soit colérique, 152 va découvrir un homme attachant, doux et prêt à tout pour la protéger.

La romance va naître dans des conditions particulières, puisque pour la première fois aucun des héros n’est libre et leur rapprochement n’est pas un choix qui leur est propre. 152 est contrainte par la drogue à devoir se soulager et bien que les raisons de cette idylle ne soient pas très romantiques, l’humanité de 901 va se réveiller en offrant une échappatoire à la jeune femme pour lui éviter de souffrir. Leur relation va naître sous la contrainte et leur rapprochement va poser quelques questions quant à leur libre arbitre et ils vont s’attacher malgré eux. Ils vont se laisser guider par leurs émotions et la sécurité qu’ils éprouvent l’un avec l’autre va créer un lien. Ce terrible lien qui va servir de moyen de chantage pour que notre combattant soit le plus efficace possible. Ils vont tomber amoureux dans des conditions terribles et cette romance va devenir une belle histoire d’amour.

Bien évidemment le clan de Luka n’est jamais bien loin et avec associés Zaal et Valentin, ils vont tout faire pour clore définitivement ce chapitre de leurs vies. Sans compter que Valentin est prêt à tout pour récupérer sa sœur et ensemble, ils vont combattre le dernier pilier de cette organisation. Je dois dire que ce tome se termine en apothéose, ravie de retrouver nos combattants sous leur meilleur jour et toujours émouvant avec leurs compagnes, mais également dans leurs amitiés. On ressent que ce tome est le dernier et qu’il s’agit du combat final, celui qu’ils attendent depuis le retour de leur liberté. Malgré une captivité éprouvante, nos personnages gardent leur beauté et leur innocence ce qui contribue à les rendre touchants. A mon sens cette fin n’aurait pas pu être meilleure, tous les ingrédients sont réuni pour passer un moment exceptionnel, une romance touchante, l’élaboration d’une vengeance et bien évidemment le retour d’une liberté tant attendue.

Mon avis sur Ruine #1 ICI
Mon avis sur Tourmente #2 ICI
Mon avis sur Ravage #3 ICI

Le Royaume en danger | Erin Watt (Les Héritiers #5)

Résumé :
Depuis que Hartley Wright a rencontré Easton Royal, sa vie n’est plus la même. Elle se découvre des ennemis à chaque coin de rue. Lorsque se produit l’accident qui lui vole ses souvenirs, elle ne peut plus faire confiance à personne, pas même au garçon aux yeux bleus qui lui promet que tout ira bien.
Parce que, si la mémoire de Hartley est pleine de trous, son instinct lui dit que Easton est dangereux. Elle ne sait pas s’il va la sauver ou la détruire. Le chaos qu’il apporte partout où il va est trop dur à gérer, les sentiments intenses qu’il évoque sont trop confus pour être démêlés. Easton veut qu’elle se souvienne. Hartley pense qu’il vaut mieux oublier. Elle a peut-être raison.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi
Ce roman est le 5ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Les adieux ne sont pas aussi tristes que je l’aurais imaginé en débutant cette série, mais cette conclusion n’est pas désagréable pour autant. La plume de ce duo à quatre mains fait encore une fois des merveilles avec quelques améliorations appréciables depuis que j’avais quitté Easton et Hartley. L’insouciance des présentations à laisser la place à une certaine gravité, sans pour autant oublier l’humour caractéristique de la famille Royal.

Le final du tome précédent vous a probablement laissé quelques séquelles, et ce début ne va rien arranger. L’heure est grave et face à la réalité les obstacles vont s’avérer plus difficiles à surmonter. Les premiers chapitres vont nous mettre face aux conséquences des actes de tous les personnages impliqués dans le final. Les séquelles vont s’avérer être aussi sévères des deux côtés et le trouble va rendre la confiance complexe. Le doute n’aura jamais été autant présent, pourtant parfois il faut apprendre à accorder sa confiance avec le cœur.

Hartley devient plus vulnérable, mais son comportement la rend davantage humaine. On est loin de la jeune fille hargneuse du tome précédent, c’est comme si une seconde chance lui était offerte pour faire les choses différemment et j’ai apprécié la voir recommencer de zéro. Bien qu’elle soit par moments un peu seule, elle va pouvoir compter sur Easton pour la soutenir et même si de son côté il a quelques problèmes, il va se montrer digne de confiance pour être un point d’ancrage indispensable pour la jeune femme.

Après on met un peu trop vite de côté les problèmes d’Easton qui se reprend en main sans réelle difficulté. Pour le coup, j’ai eu du mal à croire que ses addictions puissent être balayées aussi facilement, mais son côté gentleman est appréciable. Le couple va se heurter à une situation complexe après les évènements du tome précédent et bizarrement le réconfort qu’ils éprouvent ensemble va convaincre une bonne partie de la famille, mais j’ai trouvé ça un peu trop bisounours que tout le monde accepte si facilement la situation, mais bon ça reste mignon.

Déception concernant l’absence des personnages secondaires, qu’est-ce que les interactions entre la fratrie Royal m’ont manqué. Pas assez de scène où on retrouve les frères dans le meilleur de leur forme. Bien évidemment l’absence de Reed se fait ressentir, tant pour le lecteur que pour Ella, qui passe pas mal de temps seule et qui doit s’occuper de ses frères comme une maman. Même constat du côté de Callum qui s’absente encore une fois pendant une bonne partie du roman et qui laisse ses fils au pire moment. Ce qui rend l’histoire incohérente sur certains aspects et au final j’ai trouvé que l’histoire tirait se force grâce à la consolidation de la romance.

L’intrigue retrouve un second souffle dans la deuxième partie du roman, on s’intéresse aux mystères évoqués dans le précédent opus et les premières révélations vont être intéressantes. On découvre des éléments assez prévisibles, mais qui n’empêchent pas d’être sous pression. On met rapidement fin aux agissements, mais je n’ai pas choisi cette histoire pour son développement policier. La romance vacille entre des moments terribles, des révélations difficiles, des sentiments naissants et une confiance retrouvée. J’ai trouvé, l’histoire plaisante et la fluidité du récit vous fera passer un très bon moment et la famille Royal à la séduction dans le sang.

Mon avis sur La Princesse de Papier #1 ICI
Mon avis sur Le Prince Brisé #2 ICI
Mon avis sur La Prison dorée #3 ICI
Mon avis sur Le Prince Déchu #4 ICI