A la grâce de l’automne | Carrie Elks (The Shakespeare Sisters #2)

Résumé :

Juliet Shakespeare en a sa claque de l’amour. Entre le développement de sa boutique de fleurs et son adorable fille qu’elle élève seule après une séparation houleuse avec son futur ex-mari, sa vie de femme est assez compliquée comme ça.
Mais quand Ryan Sutherland, séduisant père célibataire d’un petit garçon, emménage dans la maison voisine, tout change. Malgré ses efforts pour l’ignorer, Juliet ne peut rien contre le magnétisme de son voisin, un Roméo décontracté qui suscite en elle des émotions irrépressibles.
Ryan est photographe. Il n’est revenu dans sa ville natale du Maryland que pour quelques mois. Alors, à quoi bon tomber amoureux d’une femme qu’il devra rapidement quitter ? Mais c’est méconnaître Juliet, la mystérieuse et belle rouquine d’à côté. Et en elle, il se pourrait bien qu’il ait trouvé tout ce qu’il a jamais désiré au monde…
Je remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

The Shakespeare Sisters est décidément une chouette série, elle se différencie des autres titres de la collection New Romance, en étant moins érotique et ce second opus parvient à se démarquer complètement du précédent opus dans une ambiance plus cocooning. En toute honnêteté j’avais très peur de lire cette suite, ayant appris qu’il s’agit du quatrième opus dans la version originale j’avais peur que des éléments clés des deux autres sœurs soient dévoilés et heureusement seul d’infime évocation sont faites. Juliet est la sœur qui me faisait le plus envie, la faute à son statut de maman et on peut dire que je n’ai pas été déçue par cette histoire !

Juliet Shakespeare est à un tournant de sa vie, séparée de son mari depuis 6 mois, elle tente de s’épanouir d’une part dans l’éducation de sa fille et d’autre part dans le développement de sa boutique de fleurs. Il y a six ans, elle était loin d’imaginer que sa vie prendrait cette direction, mais aujourd’hui, elle tente de reprendre le cours de sa vie et de s’en sortir seule, hors de question pour elle d’écouter encore une fois son traître de cœur qui la conduit dans un mariage catastrophique. Seulement ce mantra c’était avant de faire la connaissance de son charmant nouveau voisin Ryan Sutherland, un enfant du pays revenu dans la région avec son fils. La maman est bien décidée à fuir son séduisant voisin, seulement difficile d’éviter la personne qui vit en face, surtout quand son fils sympathise avec l’adorable fille de Juliet. Son programme était simple, mais Ryan a réveillé Juliet.

J’apprécie déjà énormément lorsqu’il y a un enfant dans les histoires et bien que ça puisse déranger certain, c’est mon péché mignon, alors tomber sur deux parents célibataires qui élèvent leur enfant c’est un peu le combo gagnant. Immédiatement on s’attache au personnage de Juliet, son parcours fait d’elle une femme forte et même s’il elle ne le voit pas, elle s’en sort merveilleusement bien. Son caractère est plus effacé, mais depuis sa séparation et son divorce imminent, elle tente de s’affirmer et s’épanouit dans sa nouvelle vie. Depuis six mois, sa vie tourne autour de sa boutique et de sa fille, alors l’arrivée de Ryan va venir chambouler sa vie et bien qu’elle n’envisage pas de nouvelle relation, l’attraction est immédiate et personnellement j’aurais du mal à résister quand on le voit avec son fils. Pourtant malgré qu’elle lutte, cette rencontre, va lui offrir un nouveau souffle.

Ryan a eu la même éducation que le futur ex-mari de Juliet et pourtant il ne pourrait pas être plus opposé. Ryan revient à Shaw Haven après des années à parcourir le monde et ce retour c’est l’occasion pour lui d’offrir la stabilité à son fils, et immédiatement on voit les sacrifices qu’il est prêt à faire par amour, donc quand les premiers sentiments amoureux font leur apparition, notre héros va se montrer à l’écoute des besoins de Juliet et renoncer à cette attirance, si cela peut permettre à notre héroïne de ne pas en souffrir. Cette proximité va immédiatement créer une complicité et grâce à Charlie et Poppy, ils vont se côtoyer malgré eux et apprendre à se découvrir en toute amitié. Mention spéciale pour ces deux adorables bambins qui m’ont immédiatement fait craquer.

Un second opus tout en douceur qui remplit à merveille les cases d’une belle romance, certes l’intrigue n’a rien inventé, mais finalement ce n’est pas ce qu’on lui demande, l’histoire est cohérente, les personnages vont développer une complicité et les émotions sont belles. Sans compter que nos personnages vont tirer un enseignement l’un de l’autre et personnellement j’ai un excellent dimanche en leur compagnie, c’était un moment de détente comme je les aime, il y a des sourires, des moments touchants et surtout une belle romance.

Mon avis sur Les Promesses de l’été #1 ICI

Publicités

L’amour, la vie et ma liste | Kasie West

Résumé :

Abby Turner n’avait pas vraiment prévu que l’été de ses dix-sept ans tourne ainsi à la catastrophe. Sérieusement, tomber amoureuse de son meilleur ami ? Se faire exclure d’une expo sous le prétexte que son art  » n’a pas d’âme  » ? Sans oublier les problèmes d’anxiété de sa mère…
Il lui vient alors une idée folle : dresser la Liste du Coeur. Abby va se donner l’été pour accomplir dix missions. Morceaux choisis : affronter l’une de ses plus grandes peurs, découvrir l’histoire d’un parfait inconnu ou encore tomber amoureuse… Si elle parvient à compléter cette liste, elle deviendra enfin l’artiste inspirée qu’elle a toujours rêvé d’être. Mais le plus grand des défis n’est-il pas de se révéler à soi-même ?
Je remercie les éditions New Way – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

J’ai débuté cette lecture sans en attendre la moindre chose, l’objectif était simplement de passer un bon moment et de partager un moment avec des personnages attachants. Malgré certains sujets un peu survolés, c’est totalement le genre de lecture jeunesse qui fait passer un bon moment et comme à son habitude Kasie West nous embarque dans son univers grâce à une plume fluide et une histoire touchante.

Ce roman aborde plusieurs thèmes intéressants, notamment l’amour à sens-unique. Abby Turner est amoureuse de son meilleur ami, mais on ne peut pas dire que la révélation de ses sentiments se soit passée comme elle s’y attendait, alors plutôt que risquer de perdre celui qui structure sa vie, la jeune femme à préférer faire marche arrière et qualifier cet événement d’erreur de parcours. Pourtant malgré cette volonté d’oublié, il est parfois difficile de passer à côté de la souffrance d’un amour non partagé, surtout quand pour la première fois le quatuor, se retrouve en duo et que la vie sentimentale de Cooper semble décoller. Sans oublier bien-sûr son rêve d’intégrer une école d’art compromis par une exposition avortée au motif que son travail n’est pas assez mature et que son art manque d’âme. Il n’en fallait pas plus à Abby pour dresser la Liste du Cœur, afin de vivre un été riche en émotion et ainsi sortir de sa zone de confort. Accompagnée de sa fidèle moitié, Abby va tenter d’accomplir les dix missions de la liste. Seulement ces défis vont mettre autre chose en lumière.

Abby est un personnage qui m’a touché, les émotions concernant ses sentiments sont vraiment bien retranscrites et à plusieurs reprises j’ai eu mal au cœur face à cet amour non partagé, sans compter que Cooper fait partie intégrante de sa vie et pour tout le monde ils sont inséparables. Seule la famille de la jeune femme est au courant de cet amour et elle va pouvoir compter sur le soutien de ses proches. D’ailleurs cette famille est particulièrement attachante, à commencer par le grand-père qui est drôle et Abby va pouvoir compter sur cet homme prêt à tout pour sa famille. Surtout compte-tenu de l’état de santé de la mère d’Abby qui semble souffrir de plus en plus d’anxiété lorsque son père est déployé dans un autre mission. J’ai apprécié cette immersion dans une famille de militaires et voir la relation qu’un père peut avoir avec sa fille malgré l’éloignement et indéniablement ils sont tous très soudés, surtout lorsqu’il s’agit d’aider Abby dans sa quête d’ouverture au monde.

Les personnages secondaires qui gravitent autour d’Abby sont tous assez intéressants et l’amitié à une place importante dans cette histoire. Tous issus de milieux différents ou guidé par une passion qui leur est propre, pourtant ils vont tisser des liens importants. Que ce soit Cooper l’ami de toujours, qui parvient grâce à son humour à attendrir Abby, Eliott le sculpteur qui comprend sa passion pour l’Art ou même Lacey la comédienne au bon conseil, tous vont apporter à leur manière une part d’eux et contribuer au développement d’Abby. Sans oublier bien-sûr l’incroyable grand-père qui malgré l’âge porte le bon sur ses épaules et parvient à apporter les conseils des précieux. Il y a une certaine bienveillance dans cette lecture qui ne peut qu’apporter un côté positif et même si certains passages sont moins gais que d’autres, on garde en mémoire le positif.

Une jolie lecture pleine d’humour, l’histoire est simple et finalement on n’attend rien d’autre de cette lecture qu’un bon moment. C’est léger, frais, et ça pourrait être idéal comme lecture estivale, sans compter une écriture entraînante qui m’a séduite. Je ne peux que vous recommander cette lecture.

Alaska Wild | K.A. Tucker

Résumé :

À vingt-six ans, Calla Fletcher est une parfaite citadine. Elle aime sortir avec ses amies, faire du shopping et se mettre en scène pour son blog  » Calla & Dee « .
Lorsqu’elle apprend que son père, qu’elle ne connaît presque pas, est malade, elle décide de se rendre auprès de lui en Alaska. Alors que Calla n’était encore qu’un bébé, sa mère a fui cette contrée loin de tout.
Elle va alors découvrir la rudesse de la vie quotidienne locale, les allées et venues constantes des petits avions… et Jonah, ce pilote détestable.
Ce pur produit du cru a clairement hâte de renvoyer cette fille d’où elle vient, mais Calla est bien décidée à lui montrer qu’elle aussi peut s’adapter à cette vie… Du moins pour un temps, car elle ne se voit vivre qu’à Toronto. Et Jonah ne quittera jamais l’Alaska.
Le passé ressurgit et pose à nouveau le même dilemme : va-t-elle, comme sa mère bien des années plus tôt, envisager une histoire d’amour avec un pilote ?
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Un voyage plaisant au cœur des montagnes d’Alaska, avec un décor indescriptible. Les descriptions sont une fenêtre à l’imagination et il est indispensable de se représenter l’environnement pour comprendre la beauté du pays et de ses habitants. Une lecture riche en découverte en plein cœur d’une contrée sauvage.

Calla Fletcher a quitté l’Alaska alors qu’elle était âgée de 2 ans, depuis elle s’est épanouie à Toronto et elle est désormais la parfaite citadine. A la pointe de la mode, elle n’hésite pas à se mettre en scène avec sa meilleure amie pour leur blog « Calla & Dee ». Lorsqu’une femme lui annonce que son père qu’elle n’a pas vu depuis vingt-quatre ans et à qui elle n’a pas parlé depuis douze ans est malade, elle voit une occasion de faire la connaissance de celui qui ne l’a pas vu grandir. D’abord anxieuse à l’idée d’embarquer pour l’Alaska, la jeune femme va découvrir ce qui a conduit son père à ne jamais quitter ce pays, malgré sa rudesse et son manque de civilisation.

L’arrivée de Calla va être marquée par sa rencontre avec Jonah, un pilote de la compagnie de son père, qui semble prendre un malin plaisir à s’en prendre à la citadine, persuadé qu’elle ne pourra jamais supporter la vie ici. Sur place, Calla découvre le contraste entre sa vie à Toronto et les habitants heureux malgré le peu de moyens et les difficultés de leur quotidien, avec un seul mot d’ordre l’entente et leur complicité.

Calla est une jeune femme pétillante, que j’ai pris plaisir à découvrir. Son passif avec son père a fragilisé la jeune femme et malgré cette volonté de désinvolture, l’absence de son père a toujours été difficile à accepter pour elle. Apprendre pour la maladie de son père va être un électrochoc, celui qu’elle a toujours rêvé d’avoir dans sa vie, va peut-être disparaître avant même qu’elle n’est fait partie de sa vie. Ce départ pour l’Alaska, bien que déstabilisant est une évidence pour la jeune femme qui malgré les doutes, espère avoir une seconde chance.

Le thème de la maladie vient renforcer l’émotion et malgré l’éloignement, l’amour entre un père et sa fille est indestructible. Les retrouvailles vont se dérouler avec beaucoup de pudeur, les années ont malgré tout laissées des séquelles et Calla, va mettre certaines barrières pour éviter de souffrir à nouveau. Avec le recul, cette relation met du temps avant de s’installer, car l’auteure a choisi de mettre en avant les paysages et la passion pour l’aviation y est également très présente. On comprend parfaitement ce choix et le décor se dessinent sans mal dans mon esprit, fait le choix d’un roman descriptif contribue à relayer au second plan des détails liés aux relations humaines. Certes l’humour et la répartie entre Jonah est absolument craquante, et le rapprochement avec son père est touchant, mais il y a comme un ralentissement de la progression de l’histoire, les paysages sont figés dans le temps et dans la dernière partie du roman l’histoire subit une accélération, provoquant un déséquilibre.

Un carnet de voyage aux paysages époustouflants, qui m’aura donné le temps d’une lecture l’impression de voler au-dessus de décor unique et piloter d’une main de maître par un local séduisant, agaçant, mais surtout drôlement attachant. Pas forcément ma lecture favorite de l’auteure, mais malgré tout j’ai apprécié la visite. Je vous laisse le soin de découvrir Jonah, en espérant qu’il vous plaira autant qu’à moi. Profitez du voyage et laissez-vous porter.

Mon ange, mon pirate | Mily Black

Résumé :

Ange est une jeune femme sans histoire
Jusqu’au soir où elle doit réécrire la sienne.
Ange avait tout pour être heureuse : un petit ami, une famille, un travail passionnant. Tout aurait été pour le mieux si son monde n’avait pas volé en éclat la nuit du Nouvel An.
Désormais célibataire, Ange n’a qu’un homme dans sa vie qu’elle chérit plus que tout : son petit pirate. Pour lui, elle est prête à enchaîner les nuits blanches, à dépenser ses maigres économies, au point d’accepter une collaboration peu ordinaire sur un gros dossier pour sa société.
Simuler des fiançailles, est-ce vraiment si difficile ? Tout dépend du partenaire, et de sa motivation.
Je remercie Mily Black pour l’envoi de cet ebook.

Depuis quelques années, lorsque Mily Black sort un roman c’est un arrêt au stand obligatoire, l’annonce de Mon ange, mon pirate s’est démarqué par une prise de risque inédite puisque malgré plusieurs éditeurs qui lui ont fait confiance, notre auteure a choisi de sortir ce roman en auto-édité. Je ne suis pas auteur, mais je suppose que ça s’apparente à ce jeter dans le vide, avec la peur au ventre. J’ai décidé de partager ce moment de lecture avec la blogueuse Bib Hors les murs et j’ai été ravie de lire en simultanée avec toi et d’autant plus qu’on a apprécié notre lecture avec une vue d’ensemble plutôt semblable et un ressenti très positif sur l’histoire et ses personnages.

Ange est ce qu’on qualifierait d’une femme simple, à une chose prêt sa vie à éclater la nuit de la St Sylvestre et rare sont les personnes de son entourage à connaître l’impact qu’a eu cette journée dans la vie. Désormais célibataire, la jeune femme peut compter sur le soutien de sa maman et sa seule motivation pour avancer c’est son pirate qu’elle aime plus que tout. Malgré les nuits blanches, Ange se donne corps et âme dans son travail pour en tirer quelques économies. Cette situation ne pouvant plus durer, la jeune femme va accepter une collaboration particulière pour un gros client de son agence et même si simuler des fiançailles est loin d’être simple, la motivation est là et il va falloir faire des concessions pour supporter son partenaire.

L’intrigue peut sembler être du déjà vu, mais à plusieurs reprises nous avons été agréablement surprises par les rebondissements. A commencer par les secrets qui entourent la vie privée d’Ange, son entourage ne semble pas desceller que sa vie à changer et c’est quand même assez fou tout ce qu’elle a vécue sans être entourée. Il y a une forme de pudeur concernant sa nouvelle vie, la jeune femme n’a pas le temps de s’apitoyer par son sort et même si elle est soumise à un stresse très important, elle est entièrement dévouée. Elle n’aurait jamais acceptée une telle collaboration si elle n’avait pas vraiment besoin de la contrepartie, alors même si elle n’est pas à l’aise à l’idée de jouer la comédie avec un fiancé, elle va mettre sa fierté de côté, tout pour son pirate.

Certaines scènes pourraient s’avérer pesantes, tant le thème est douloureux et pourtant, Ange à une force de caractère impressionnante et malgré sa prise de distance avec ses amis, elle va pouvoir compter sur ses collègues lorsque cela sera nécessaire. C’est d’ailleurs le seul moment où elle se permet de lâcher prise et même s’il y a des jours plus difficiles que d’autres, des scènes sont rafraîchissantes grâce à un humour parfaitement dosé. Avec Bib on a réussi à avoir quelques divergences sur l’équipe à supporter et ce fût une petite victoire très appréciable. D’ailleurs l’équipe en question est à croquer et il fait même la vaisselle, ce qui est non négligeable !

Vous aurez sans doute remarqué que j’ai volontairement laissé des zones d’ombre ce n’est pas par sadisme, mais sachez que ça contribue à apprécier l’histoire, les rebondissements sont très bien amenés et la surprise est souvent de mise créant un doute intéressant. On s’est carrément accordé une après-midi lecture pour venir à bout de nos questionnements et spéculations. Et bien que l’histoire soit différente, dans le sens où le thème ne prête pas forcément à sourire, certains aspects ont largement été récompensé, à commencer par mon côté fan girl grâce à une romance à la fois mignonne et chaude comme la braise. Tout est réuni pour apprécier pleinement cette l’histoire, tant parce qu’elle est touchante et différente, mais également grâce à des personnages drôles, complices, touchants et très très intenses. Une prise risque effrayante, mais qui est réussie.

Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire | Joanna Bolouri

Résumé :

À trente-huit ans, Emily a un travail satisfaisant, des amis fabuleux, et surtout, un appart merveilleux, situé à des centaines de kilomètres de sa famille trop intrusive. Sa seule source de stress est Evan, son jeune voisin, qui fait beaucoup trop de bruit la nuit… Mais qu’importe ! Heureuse en couple avec Robert, Emily espère bien l’inviter chez elle pour Noël et lui présenter ses parents. Le temps des questions indiscrètes et des moqueries est enfin derrière elle ! Mais quand elle s’aperçoit que Robert lui ment depuis le début, Emily décide de rompre. Et maintenant, comment affronter sa famille pendant les fêtes ? Elle fait alors appel au fêtard d’à côté…
Je remercie les éditions Milady pour cet envoi

Jusqu’ici, je ne me suis jamais faite de PAL de saisons, mais pour ce roman impossible de ne pas le lire en plein mois de décembre et ressentir la magie de Noël. J’ai attendu quelques jours avant de le sortir de ma PAL histoire d’être accordé à l’ouverture du calendrier de l’avant. Quelle belle surprise, c’était le premier roman que je lisais de Joanna Bolouri et c’est une comédie romantique comme je les aime : drôle, tendre et craquante.

Je réalise que je lis souvent des romans avec des personnages proches de ma tranche d’âge et pour le coup c’est la première fois qu’une héroïne dépasse la trentaine, ce n’est pas dénuée de sens car comme beaucoup je m’identifie à des héroïnes qui ont des points communs avec moi et contre toute attente, même si l’âge à une place importante dans cette histoire, ce n’est pas dérangeant  puisque à l’origine de quelques situations cocasses.

Après plusieurs années de célibat, Emily est confrontée depuis plusieurs années à l’insistance de sa famille pour connaître l’évolution de sa vie sentimentale, cette année elle file le parfait amour avec Robert et elle espère bien venir accompagner au traditionnel Noël familial. Lorsqu’elle annonce la nouvelle à sa famille, elle ne peut échapper aux questions toutes plus intrusives les unes que les autres, mais cette année les choses sont différentes, elle pourra affronter sa famille sans devoir justifier sa solitude. Seulement, la situation se complique lorsque quelques jours avant leur départ elle apprend la vérité sur Robert et décide de rompre. Emily se retrouve face à un choix difficile : avouer la vérité ou s’arranger pour sauver les apparences. Contre toute attente, elle décide de faire appel à Evan son voisin insupportable qui lui pourrit la vie avec ses nuits agitées.

Bien évidemment vous vous doutez que la situation va réserver quelques scènes drôles, mais en même temps l’alchimie n’est pas loin donc parfois la tension crépite. J’aime beaucoup la manière dont on découvre les rapports houleux des deux voisins, ce n’est pas vraiment qu’il se déteste, mais Evan est une source de stress dans la vie d’Emily et le manque de sommeil va la pousser à se venger d’une manière assez amusante. Il s’avère qu’Evan va se révéler être un soutien inattendu et malgré qu’il ne soit pas ami, il va accepter d’aider Emily. Durant ces quatre jours, ils vont se découvrir de manière plus approfondi. C’est une chick-lit charmante, avec une famille touchante et des personnages attachants qui vont nous ouvrir la porte de leur maison le temps d’un réveillon (très alcoolisé).

Je suis assez surprise de la place qu’occupe la romance, souvent dans ce type de roman on la place en second plan et bien que l’héroïne profite de ce retour aux sources pour réévaluer sa vie de presque quarantenaire après une énième séparation, elle trouve une alchimie inattendue auprès de son insupportable invité. Et du côté d’Evan, la magie opère à merveille, tant pour son physique avantageux que pour sa personnalité, qui allie humour, romantisme et insouciance. Une fois les préjugés mis de côté, la relation va évoluer tout en douceur, un temps bloqué par la différence d’âge, mais surmonté par la naissance d’une réelle complicité et ils vont pouvoir compter l’un sur l’autre. La fin un peu précipitée a fait retomber mon excitation, mais c’est une très belle romance de Noël.