The Risk | Elle Kennedy (Briar Université #2)

Résumé :
Brenna, la fille de l’entraîneur de l’équipe de hockey de Briar, a un caractère bien trempé.
Elle ne se laisse jamais marcher sur les pieds et se fiche totalement de ce que les gens pensent d’elle.
Le problème, c’est qu’elle a besoin de l’appui de Jake Connelly, l’attaquant vedette de Harvard – l’équipe ennemie ! – pour obtenir un stage à la télévision, sur une chaîne spécialisée.
Le jeune homme sexy ne lui facilite pas la tâche.
Il réclame un vrai rendez-vous pour toutes les fois où il devra jouer le rôle du petit ami.
Mais sortir avec l’ennemi, aussi attirant soit-il, lui ferait prendre un gros risque…
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

J’attendais cette suite avec impatience depuis l’aperçu dans le tome précédent, et ce second opus ne m’a pas déçu. Je dirais même qu’il est un niveau au dessus du précédent et j’ai retrouvé les émotions du début du spin-off Off Campus. Le caractère des personnages principaux va contribuer à quelques scènes hilarantes et c’est cette alchimie qui rend ce couple intéressant, surtout dans un contexte d’amour « interdit ».

Brenna a été élevé par un homme de poigne, qui n’est autre que l’entraîneur de l’équipe de Hockey de Briar. Au contact des joueurs la jeune femme a appris à ne jamais se laisser marcher sur les pieds et son passé l’a conduite à se forger une carapace. Bien évidemment aucune des joueurs n’oserait contrarier le coach, c’est donc dans une ambiance parfaitement platonique que la jeune femme s’est épanouie sans oublier de sa toute nouvelle meilleure amie Summer. Habituée à évoluer dans un univers masculin, Brenna rêve de devenir journaliste sportive afin de combiner ses deux passions. Seulement, alors qu’elle décroche un entretien le stage de ses rêves, la réalité est bien plus complexe et la confiance de la jeune femme s’étiole, la contraignant à faire appel à son pire ennemi Jake Connely, l’attaquant vedette de l’équipe adverse afin qu’il devienne son faux petit-ami.

Bien évidemment Jake ne va pas lui faciliter la tâche et étant en position de force, il va profiter de cette proposition pour mettre ses propres conditions. A savoir pour chaque faux rencart organisé, ils devront faire un vrai rencart et on peut dire qu’il y a un gros potentiel chez notre mâle. Son côté narquois, ses joutes verbales ou tout simplement son côté passionné, font de lui un personnage pour qui on craque facilement. Jusqu’ici il n’a jamais eu aucune distraction et il a toujours donné le meilleur de lui-même, sa rencontre avec Brenna va provoquer une petite secousse notamment parce que la jeune femme ne pas se laisser faire devant l’arrogance du joueur c’est ce naturel qui va le séduire, ça et sa bouche pulpeuse rouge.

Encore une fois, l’auteure nous dépend une héroïne avec un passif complexe et j’ai apprécié la profondeur qui se dégage de ce personnage. Cette force qu’elle renvoi aux autres, comme s’il elle n’avait pas le droit d’avoir des failles m’a vraiment touché. Et en même temps au contact de Jake elle se laisse guider par ses émotions qu’elle s’est longtemps empêché d’écouter afin d’agir de manière raisonnable, que ce soit la colère ou le jeu de séduction qu’ils vont instaurer. Chaque rencontre va faire monter la température de quelques degrés, sans compter que c’est dans les relations les plus conflictuels qu’on découvre les plus belles complicités. Et puis l’aspect romance interdite est léger, mais on ressent qu’ils sont dans une position compliquée.

Sans oublier bien-sûre l’aspect sportif toujours très présent dans l’intrigue et qui donne envie de découvrir un match de hockey sur glace, pour pouvoir vivre de telle aventure. Et comme à son habitude notre héros m’a soutiré quelques sourires avec son humour et son romantisme n’est pas en reste donc très belle lecture addictive.

Mon avis sur The Chase #1 ICI

Publicités

Fake | Jenn P. Nguyen

Résumé :

Mia et Jake se connaissent depuis toujours. Et pour cause : leurs mères sont meilleures amies ! Ils se sont supportés pendant toutes les vacances d’été, tous les brunchs du dimanche et même lors des visites annuelles chez le dentiste…
Depuis qu’ils sont ados, les mamans n’ont qu’une idée en tête : leurs chérubins formeraient le couple rêvé, elles en sont convaincues. Mia et Jake, eux, en sont plutôt au stade où se trouver dans la même pièce est déjà un calvaire. Pour avoir un peu la paix, ils élaborent le plan parfait : ils vont prétendre être ensemble pendant deux semaines, puis rompre afin de calmer leurs mères à tout jamais. Ensuite, ils seront libres. Du moins, c’était ce que la stratégie soi-disant sans faille prévoyait…
Je remercie les éditions New Way pour l’envoi de ce roman

Je termine cette lecture avec un avis mitigé, je ne dirais pas que je suis déçue parce qu’on passe un bon moment et que l’histoire est fluide, mais objectivement on survole l’histoire et les personnages ne sont pas totalement aboutis. Et en même temps, c’est le genre d’histoire sans prise de tête qui peut réserver des surprises lorsqu’on veut simplement lire pour se détendre et passer un bon moment.

Mia et Jake ont grandi ensemble, mais en grandissant ils se sont éloignés et on ne peut pas dire que leur rapport soit excellent. On peut même dire qu’il subisse cette proximité et pour cause leurs mères sont amis et ne font rien l’une sans l’autre, voyage, repas ou encore visite annuelle chez le dentiste. Loin d’être subtile, les deux mamans ne cachent pas que leur but est de voir leur enfant se mettre en couple, quitte à intervenir dans la vie sentimentale de leur progéniture. Mia et Jake sont arrivés à un stade où ils se supportent difficilement, et cette pression constante ne fait que renforcer leur calvaire, alors au détour d’une conversation il décide de prétendre qu’ils sont ensemble pendant deux semaines, pour rompre en bon éduforme et ainsi enterrer le désir de leurs mères.

Je me rends compte en écrivant cette chronique que je ne connais pas grand chose sur les personnages principaux. Il est avéré qu’il se déteste, mais finalement on apprend qu’ils étaient amis petit et on ne comprend pas vraiment pourquoi il ne se supporte pas. J’ai d’ailleurs trouvé Mia parfois dure envers Jake qui n’a pas fait grand-chose pour subir cette aversion, mais au contact l’un de l’autre ils vont retrouver la complicité qu’ils avaient autrefois tissée. J’ai trouvé les deux mamans un peu psychopathes sur les bords, on dépasse le rôle d’entremetteuse, mais on finit par s’attacher à ces deux femmes plus clairvoyantes que leurs enfants. Et bien évidemment, ce plan va engendrer des complications et leur stratégie va les poursuivre jusqu’au lycée.

Je déplore quelques longueurs dans la mise en place de l’histoire et une accélération dans les derniers chapitres ce qui déséquilibre un peu le rythme. Et ça influence forcément mon ressenti, et personnellement bien que j’ai apprécié l’histoire n’en restera pas pourtant gravé dans mon histoire. Néanmoins pour l’été c’est le genre d’histoire qu’on apprécie lire sur la plage, avec la mer en fond sonore et un parasol pour éviter l’insolation. Et puis l’humour contribue à rendre l’histoire drôle et touchante, surtout du côté de Jake.

La fantaisie du printemps | Carrie Elks (The Shakespeare sisters #4)

Résumé :

Brillante avocate et aînée de quatre soeurs, Lucy SHAKESPEARE a coutume de tout contrôler. Tout, tout le monde et plus particulièrement elle-même. Jusqu’à ce qu’elle rencontre le sublime Lachlan MACLEISH.
Lachlan fait appel à Lucy, parce qu’il lui faut la meilleure défense possible. Il risque de perdre son héritage : le domaine et le titre de Laird de Glencarraig. Ces terres renferment les rares souvenirs heureux de son enfance et il n’est pas question qu’il y renonce sans se battre. Dans ce moment crucial, la dernière chose dont il ait besoin, c’est d’une distraction. Or, dès qu’il aperçoit Lucy, il pressent que les complications ne tarderont pas à arriver.
Même avec la meilleure volonté du monde, Lucy finit par enfreindre ses règles de vie, quelque peu rigides mais prudemment construites, pour Lachlan. Entre deux avions pour l’Écosse, Paris et New York, elle ne peut s’empêcher de se demander si, malgré tout, certaines rencontres ne valent pas la peine de se mettre en danger et de tout risquer.
Je remercie les éditions New Romance pour l’envoi de ce roman

Les Shakespeare Sisters tirent leurs révérences demain et pour ce dernier opus c’est l’aîné des sœurs qui a son tour aura eu son happy-end. Lucy a eu un rôle important dans la vie de ses sœurs et cette femme active qui se plie en quatre pour ses proches ne m’a pas déçue. Après quatre mois à vivre au rythme des saisons, des découvertes de cette famille attachante c’est l’heure de clôturer cette série et de laisser les personnages vivre leur vie.

Depuis la mort de sa mère Lucy a toujours tout contrôlé, à commencer par sa carrière d’avocate qu’elle mène brillamment et qui ne laisse pas la place à l’imprévue. Seulement sa rencontre avec Lachlan McLeish va venir bouleverser son quotidien millimétré et la conduire vers l’inconnu. Lachlan a besoin de la meilleure dans le domaine pour le défendre s’il ne veut pas perdre son héritage : la propriété et le titre de Glencarraig. Le ton professionnellement va rapidement se transformer en distraction, et alors qu’ils tentent de rester focalisé sur leur travail, ils vont devoir se rendre à l’évidence, la petite étincelle ne cesse de gagner en intensité et la flamme brille.

J’ai apprécié découvrir Lachlan et le voir évoluer dans son quotidien à Miami et interagir en tant que chef d’entreprise, on voit rapidement que c’est un homme respecté et qu’il a réussi à faire ses preuves sans l’argent de son père. Au fil des pages on apprend davantage sur son enfance et sur les séquelles qu’il a conservées, mais on ne s’attend pas à le voir tout lâcher pour redécouvrir une propriété qu’il n’avait pas visitée depuis son enfance. Il a un côté assez surprenant, il endosse l’image d’un homme d’affaires respecté et sa notoriété ne semble pas l’intéressé, son cercle d’amis est d’ailleurs très restreint et en leur compagnie je lui ai découvert un côté vulnérable.

Celle qu’il me tardait le plus de découvrir dans cette histoire c’est Lucy, dans chacun des tomes consacrés aux sœurs Shakespeare ont a pu constater l’influence que l’aîné à eu sur sa fratrie. Elles s’accordent toutes à dire que depuis la mort de leur mère Lucy a toujours répondu présente pour porter assistance à ses sœurs et bien qu’elle n’est jamais pue remplacer le rôle d’une maman, sa dévotion n’a échappé à aucune des sœurs. Désormais ses sœurs peuvent compter sur les hommes de leur vie et face à ces changements la jeune avocate va se laisser absorber par sa vie professionnelle, laissant de côté sa vie personnelle. Sa rencontre avec Lachlan va complètement bousculer la vie qu’elle s’est construite et il va lui montrer l’importance de se reposer sur quelqu’un.

L’histoire aborde un côté de la romance un peu plus érotique et en comparaison des autres tomes ça ajoute un côté épicé très appréciable. Et l’alchimie du couple fonctionne parfaitement. On termine cette série sur une jolie conclusion tant du côté de la romance, que du côté de la fratrie qui a su consolider des liens que la distance avait fragilisés. La narration à la troisième personne pourrait en bloquer certain, moi-même n’étant pas une grande fan lors de la lecture, mais en toute honnêteté on oublie facilement ce détail en découvrant l’histoire.

Mon avis sur Les promesses de l’été #1 ICI
Mon avis sur A la grâce de l’automne #2 ICI
Mon avis sur La magie de l’hiver #3 ICI

L’esquisse du Bonheur | Akemi Dawn Bowman

Résumé :

Découvre qui tu es vraiment et le bonheur sera à portée de main.
Kiko Himura ne s’est jamais sentie à sa place. Avec une mère qui la rabaisse tout le temps et son métissage japonais qui la rend différente aux yeux des autres, elle préfère se rendre invisible, certaine qu’une fois qu’elle aura intégré l’école d’art de ses rêves tout s’arrangera. Car Kiko mise tout sur son avenir, l’esquisse d’un bonheur si proche… Pourtant, quand elle croise par hasard Jamie, son amour d’enfance, et que sa mère lui annonce le retour dans leurs vies de la personne qu’elle déteste le plus au monde, c’est son passé qui resurgit…

A force de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages et de nouveaux auteurs, il est difficile de ne pas devenir plus exigeante et mes goûts étant portée sur la romance, les prises de risque sont plus rares. Je n’ai pas eu de coup de cœur depuis très longtemps et pourtant je suis continuellement à la recherche du roman qui va me bouleverser. Ce roman, je l’ai découvert par hasard et bien qu’on ne franchisse pas le coup de cœur, l’histoire a réussi à me donner des frissons tant le thème est touchant et rencontrer l’héroïne m’a bouleversé.

Kiko Himura m’a brisé le cœur. Interagir en société a toujours été affreuse difficile pour la jeune fille, accoutumé aux crises de paniques, Kiko ne s’est jamais vraiment intégré auprès de ses camarades et sa seule source d’interaction sociale, se résume à sa meilleure amie. Les années lycée ne sont pas forcément les meilleurs pour elle, et à la maison la situation est loin d’être idyllique. Kiko subit les propos blessants de sa mère, tant pour ses choix d’avenir, que pour son métissage japonais la rendant différentes aux yeux des autres, provoquant le mal-être de sa fille et le désir d’invisibilité à la maison comme au lycée. Son quotidien va être chamboulé par le retour de Jamie son ami d’enfance, avec qui elle garde les plus beaux souvenirs de son enfance, et qu’elle n’a jamais oublié.

Je pense qu’on peut dire que c’est le genre de récit où on termine avec le cœur en miettes. Dès le premier chapitre on ressent on forme d’oppression, face à la pression constante qu’exerce la mère de Kiko sur sa fille. Sa détresse est bouleversante et cette attitude révoltante, accentuant l’anxiété de la jeune fille et positionnant le lecteur dans un statut de spectateur impuissant. Je n’ai pas de mot face au comportement atroce de cette mère, mais on attend un niveau d’horreur lorsque la personne la plus abjecte possible refait son apparition. Immédiatement des sentiments contradictoires m’ont traversé à la fois de la peine, de la colère et puis le désir de la protéger.

Bien qu’elle reste très méfiante, le retour de Jamie va l’empêcher de se faner. Et la forcer à sortir de sa zone de confort, sa meilleure amie ayant quitter la ville pour commencer les cours, elle va tenter d’appliquer les conseils de cette amie sincère qui lui aura laisser le meilleur conseil qu’on puisse lui apporter. Sortir de sa coquille ne va pas être simple et les rares instants de bonheur ont été vécu comme une victoire pour moi, car face à tant de souffrance on ne peut que vouloir le meilleur pour Kiko. Le chemin vers la guérison va prendre du temps, mais j’ai trouvé qu’elle faisait une belle analyse de sa vie et était consciente de s’être cachée derrière ceux qui ont été sa force. Et la voir devenir l’artiste confiance, belle et insouciante qu’elle devient m’a réchauffé le cœur. Je ne peux que recommander cette fabuleuse histoire et j’espère que vous percevrez les mêmes émotions touchantes.

La magie de l’hiver | Carrie Elks (The Shakespeare sisters #3)

Résumé :

Kitty Shakespeare, étudiante en cinéma, est fermement décidée à tirer profit de son nouvel emploi de jeune fille au pair au service de Jonas, sept ans, fils de l’éminent producteur Everett Klein. Certes, ce n’est pas la carrière qu’elle espérait poursuivre en quittant Londres pour L.A., mais comme les entretiens d’embauche la paralysent, c’est sa dernière chance d’impressionner un personnage influent d’Hollywood. Si elle s’occupe bien de son fils, il se penchera sûrement sur son travail. C’est sans compter sur Adam, l’irrésistible frère de Everett. Car entre eux, ce n’est pas vraiment le coup de foudre.
Adam Klein a beau être séduisant, il est également grincheux et grossier, et il n’est guère disposé à se remettre en question pour une baby-sitter. Pas après les épreuves qu’il traverse depuis un an. Tout ce qu’il veut, c’est s’isoler dans son chalet, à l’écart de son frère qui a détruit sa vie. Si seulement il parvenait à ignorer Kitty qui fait tambouriner son coeur…
A la veille de Noël, Kitty et Adam réalisent que le grand amour n’est jamais simple. Mais le chemin qui mène à un happy end n’est-il pas semé d’embûches ?
Je remercie les éditions New Romance pour l’envoi de ce roman

Un troisième opus très attendu malgré la saison hivernale qui m’emballait un peu moins à cette saison de l’année, mais finalement comme à chaque fois la période de Noël est généralement propice aux belles histoires d’amour. Bien que j’aie beaucoup apprécié l’histoire et la naissance de la romance, ces deux héros ne sont pas mes préférés, mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ma lecture. Il a une forme de huis clos entre les héros qui accentue l’alchimie et fait monter la tension, c’est à la fois hot et mignon.

Kitty est la benjamine de la fratrie Shakespeare, passionnée de cinéma elle a décidé de s’expatrier aux États-Unis et plus particulièrement à Los Angeles, où elle étudie le cinéma. Afin de valider son année, elle doit trouver un stage mais malgré qu’elle soit l’une des meilleures de sa promotion sa timidité lors des entretiens est parfois un frein. Contre toute attente elle décroche un entretien chez Klein Production, mais son entretien ne va pas se passer comme elle l’espérait et sa demande de stage va se terminer en entretien d’embauche pour être jeune fille au pair auprès de Jonas fils du célèbre producteur Everett Klein. D’abord réticence, la jeune femme va finalement accepter en espérant faire bonne impression et trouver un stage à l’issue de cette expérience.

Sur place les choses ne vont pas vraiment se passer comme elle l’espérait, et dès son arrivée elle fait la connaissance du taciturne Adam, qui renvoi l’image d’un homme borné, grincheux et grossier, et ce n’est pas une pimbêche de Los Angeles qui va lui apprendre la vie. Car depuis un homme, il traverse une épreuve difficile et bien que les fêtes approchent, il a bien l’intention de rester éloigné de son frère qui a détruit sa vie. Seulement c’est sans compter sur la présence de Jonas, en totale admiration devant son oncle et qu’Adam, aime plus que tout. Il va découvrir que l’image qu’il se fait de Kitty est faussée, et bien que leur relation n’ait pas démarré sur le bon pied, nos héros vont découvrir qu’ils ont bien plus en commune qu’il l’imaginait et laisser leurs cœurs les guider.

Kitty est une héroïne absolument adorable, qu’on prend plaisir à découvrir, au fil des pages le portrait d’une jeune femme d’une incroyable gentillesse et d’un dévouement sans failles pour ses proches va se dessiner. Sa rencontre avec Jonas va accentuer sa douceur, car immédiatement elle se prend d’affection pour ce petit bonhomme et un lien fort se créer entre eux. Grâce à la simplicité de cette héroïne, il n’est pas difficile de s’identifier à la jeune femme, bien qu’elle n’hésite pas à s’affirmer, elle a également une fragilité qu’elle n’hésite pas à mettre avant, qui rend son personnage encore plus authentique. Sans oublier, la fraîcheur des échanges avec ses sœurs qui m’ont fait chaud au cœur et lorsque la jeune femme évoque sa maman, mon attachement s’est renforcé.

Bien que j’aie apprécié ma lecture, je n’étais pas dans le bon état d’esprit pour totalement succomber à l’histoire. Noël est la seule période de l’année où l’apprécie lire une PAL de saison. A Noël tout est différent, l’ambiance n’a rien à voir et mon état d’esprit est complètement différent. Lire cette histoire avec le soleil qui éblouit est assez particulier et pour le coup, la magie de Noël n’a pas totalement pris. Néanmoins, cette romance hivernale réunit tous les éléments pour toucher les lecteurs, sans compter que comme les tomes précédents, la plume de l’auteure est fluide et on se laisse facilement porter vers la fin, sans jamais perdre le sourire.

Mon avis sur Les Promesses de l’été #1 ICI
Mon avis sur A la grâce de l’automne #2 ICI