Romance, Young Adult

Cendrillon 2.0 | Ashley Poston (Il était une fangirl #1)

Résumé :
Et si Cendrillon était une fan, une vraie ? La jeune Elle Wittimer, geek de son état, ne vit que pour Starfield, le grand classique de science-fiction dont son père était, lui aussi, un grand fan avant sa mort. Alors, quand le reboot de la mythique saga est annoncé au cinéma, elle croit devenir folle de joie. Sauf que c’est Darien Freeman, acteur de séries légères pour adolescents, qui décroche le rôle principal.
Et ça, aux yeux d’Elle et de milliers de fans historiques du chef-d’oeuvre, c’est intolérable. Martyrisée par sa belle-mère et ses deux demi-soeurs qui mènent la grande vie et la prennent pour leur domestique, elle a hâte de voler enfin de ses propres ailes après sa dernière année de lycée. En attendant, elle assassine le pauvre Darien à longueur de posts – s’assurant, à sa grande surprise, une audience de plus en plus large sur les réseaux sociaux.
Alors, quand le tournage du film commence pour le jeune comédien, les difficultés aussi ! D’autant qu’il doit apparaître à la plus grosse convention du pays, autrefois fondée par le père d’Elle en personne… Lettre d’amour à la culture geek et lettre d’amour tout court, Cendrillon 2. 0 inaugure une trilogie qui revisite les contes de fée sous l’angle de la fangirlitude. Saluée pour sa sensibilité et ses dialogues à mourir de rire, cette réinterprétation de Cendrillon est bourrée de charme et de clins d’oeil aux films, aux livres et aux séries que nous connaissons tous.

Ca fait longtemps que je n’avais pas lu de roman de la maison d’édition Lumen et immédiatement cette réécriture m’a fait de l’œil. Je trouvais audacieux de plonger Cendrillon dans un univers geek et le fait qu’elle tienne un blog était un gros plus. On a tous un roman chouchou qui a été adapté ou qui le sera et en tant que lectrice on pourrait avoir ce regard critique qu’à notre héroïne sur le casting du film ou de la série, on l’a tous plus ou moins déjà fait avec les adaptations de ces dernières années et il n’en fallait pas plus.

Elizabeth Wittimer a grandi avec un père passionné de Starfiled une série de science-fiction et ses meilleurs souvenirs de famille sont en lien avec cette série qui a bercé son enfance. Son père a d’ailleurs contribué avec d’autres fans à la création de la première convention dédiée à l’univers de Starfield et même si aujourd’hui son père n’est plus là, Ellie a gardé intacte sa passion et elle tient un blog autour de cette série. Elle s’accroche à cet univers pour oublier les difficultés liées au décès de son père, à savoir qu’il s’est remarié quelques années avant et que sa belle-mère et ses demi-sœurs ne font rien pour qu’elle se sentent à sa place et ne font qu’accentuer son sentiment de solitude. 

A l’annonce du reboot de la série de son enfance, Ellie va se passionner pour le casting et pour son plus grand malheur c’est l’idole des ados Darien Freeman qui a été choisi pour incarner le personnage principal. Personne n’était loin d’imaginer que cette célébrité est également un grand fan de cette série et pour son agent, il faut que ça reste comme ça. Le jeune homme n’est pas vraiment maître de ses actes et va devoir se plier à la promotion mettant en avant son physique plutôt que son jeu d’acteur. Et cette vie d’acteur va mettre en lumière une vraie solitude du jeune homme, toujours dans la méfiance des autres et parfois jugé pour ce qu’il n’est pas. Alors qu’il tente d’annuler sa venue à la convention l’Excelsicon le hasard va le mettre en relation avec Ellie et ils vont débuter une correspondance virtuelle avec pour passion commune Starfiled.

J’ai trouvé l’histoire bien construite on s’attache facilement aux personnages et on prend plaisir à les voir évoluer dans leurs vies respectives. La romance n’est pas à proprement parler au cœur de l’histoire, certes ils éprouvent un attachement mais c’est plus le côté mignon qui m’a séduite et le soutien qu’ils vont trouver l’un auprès de l’autre. Ashley Poston s’est inspirée de Cendrillon, mais propose une œuvre originale et contribue grandement à donner le moral à ses lecteurs. Je me ferais un plaisir de me procurer le prochain opus à sa sortie.

Romance, Young Adult

Charlie + Charlotte | Shannon Lee Alexander

img_20160915_150003Très-bonJe viens de me prendre une claque monumentale, on ne va pas se mentir ce qui m’a attiré dans un premier temps c’est la couverture de ce roman et lorsque les premiers avis ont commencé à tomber, j’ai perdu un peu confiance dans mon choix mais en même temps j’avais terriblement envie de le découvrir et de comprendre ce qui faisait réagir les premiers lecteurs. Sans compter que j’ai beaucoup aimé le message d’espoir que renvoi ce roman, l’auteur a le don d’évoquer les choses avec sensibilité.

Lorsque j’ai commencé à lire ce roman, j’ai été frappée par le sentiment de bien-être que me procurait les premières pages. Il faut dire que Charlie notre héros est un adorable geek, qui est un soleil à lui tout seul. Jusqu’ici l’avenir du jeune homme était tout tracé, après son école pour jeunes surdoués en mathématiques, il n’envisage rien d’autre qu’aller au MIT. Cette année de terminale va également être l’occasion de prouver de quoi il est capable en tant que major de sa promotion et comme chaque année, les petits scientifiques vont mener la vie dure à leur professeur de littérature. Seulement cette année, la nouvelle est déterminée à leur prouver que les mathématiques et la littérature ne sont pas différents. Charlotte va venir retourner tout sur son passage et Charlie va découvrir que derrière les théorèmes, les calculs et les mathématiques, se cache une variable inattendue : l’Amour.

Charlie est un héros qu’on n’attend pas, son côté un peu geek lui a valu quelques maladresses avec les filles qu’il a côtoyées et lorsqu’il va rencontrer Charlotte, on va clairement prendre conscience que son école ne lui enseigne pas les bases de la séduction. C’est justement ce qui va le rendre terriblement attachant, ses yeux pétillent dès qu’il voit Charlotte et j’ai définitivement été conquise, lorsque je l’ai vu prendre soin de sa petite sœur Becca. Alors qu’il a toujours été sûr de son avenir, il va remettre en question ses choix et les mathématiques vont commencer à entrer en second plan, tout pour que Charlotte le remarque enfin et ce n’est pas ses idées farfelues qui vont l’arrêter. Il a toujours été guidé par des choix logiques et mathématiques, mais Charlotte va lui insuffler le goût de la vie.

J’aurais beaucoup à dire concernant le personnage de  Charlotte, mais ça ne serait pas du jeu de trop vous en dire. Sachez simplement que c’est une boule d’énergie qui va venir mettre de la couleur dans la vie de Charlie, de sa famille et les mystères qui entourent son personnage font d’elle une héroïne très intrigante, même en ne sachant pas résoudre l’équation on sait que ses intentions envers lui sont guidées par son cœur. Son côté artiste les oppose totalement, mais il avait besoin de quelqu’un comme elle dans sa vie, pour chambouler ses certitudes et apporter de la folie. La relation qui va naître entre les héros est absolument adorable et je n’avais qu’une envie, les voir enfin réunit pour rêver.

J’ai beaucoup aimé le parallèle entre la poésie et les mathématiques, c’est difficile de trouver un lien entre deux matières qui n’ont pourtant rien en commun, l’auteur s’en tire avec brio. Les passages évoqués vont prendre du sens et là où l’auteure est douée, c’est qu’elle arrive à être à la fois authentique, voire parfois dans l’émotivité et la minute suivante, j’éclatais de rire. C’est difficile à expliquer, mais j’étais loin d’imaginer la profondeur de cette histoire. Je sais que certain en seront probablement perturbés par le thème, mais il est inconcevable de ne pas vous le recommander, car ces sensations c’est à ça qu’on reconnaît un magnifique roman. J’ose espérer redécouvrir la plume de l’auteure, qui a su trouver les mots justes pour m’attendre et m’embarquer au cœur de son histoire.

Lucie

Chick-Lit, Romance

In My (Real) Love Life | Mily Black

ImpressionUne collection que j’aime particulièrement, une auteure qui m’avait marquée avec son précédent roman, autant d’éléments qui font que je n’ai pas hésité longtemps à me plonger dans cette petite histoire légère. Un besoin de douceur largement comblé tant par l’écriture, que pour l’intrigue.

Léna, est une jeune marseillaise qui n’a rien d’ordinaire, sa vie n’a rien de simple. Depuis toujours Léna souffre de phobies qui l’empêchent de vivre complètement sa vie. Fuyant le moindre contact et la plupart des êtres humains, elle passe une grande partie de sa vie enfermée et vit sa vie grâce au web, elle effectue la plupart de ses achats sur internet, ses contacts sont limitées au virtuel et son métier la fait travailler en ligne. La seule personne qui la soutient c’est Alexie, sa meilleure amie, mais depuis plusieurs années elle vit sur Paris, beaucoup trop loin de Léna. Arrivée à un tournant de sa vie, elle réalise que la solitude devient trop pesante et Léna décide de reprendre sa vie en main, à commencer par emménager dans la Capitale où elle ne sera plus seule.

A son arrivée sur Paris, sa meilleure amie va l’héberger, mais c’est une Alexie amoureuse et qui débute une idylle avec Lucas, le frère de son patron ce qui va considérablement changer les habitudes de Léna, qui va devoir s’habituer à la présence d’un inconnu dans l’appartement. Entre leurs petites piques rempli d’humour, le séduisant jeune homme va rapidement témoigner de la sympathie pour la copine, de sa copine et naturellement l’intégrer Léna à son entourage. C’est comme ça, que Léna va se retrouver à fréquenter plus de gens qu’elle n’en a jamais connu. Son cercle va s’agrandir et malgré la panique, elle va réussir à se lier d’amitié avec ce cercle d’ami,  qui vont chacun l’aider à gérer ses souffrances liées à ses phobies : Marc le frère, Henri la sœur/coloc et Basil l’adorable petit lutin de 7 ans, tous vont chambouler sa vie et lui montrer que ses phobies ne l’empêchent pas d’avoir des amis, qui se soucie de son bien-être. Grâce à la prévenance de Henri, tout le monde va l’inclure, même si l’ainé Marc va s’avérer être froid, voir parfois désagréable, elle va le mener par le bout du nez pour le plus grand plaisir de toute la famille et surtout gérer progressivement ses phobies.

Malgré quelques maladresses et des personnages un peu stéréotypé, l’histoire de Léna m’a beaucoup touchée et Mily Black entre dans un sujet que je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire. J’ai réussi à imaginer à quel point cela pouvait être difficile de vivre dans de telles conditions et ce que j’ai beaucoup appréciée c’est la manière de traiter un sujet particulier, tout arrivée lentement et c’est indispensable pour apprivoiser Léna. Peut-être que les personnages auraient pu être plus élaborés, mais au final quand on découvre les souffrances de Léna, on oublie rapidement que nous ne sommes pas intimes avec les personnages. Tout au long de ma lecture, je n’ai cessé d’être mal pour la jeune femme, car c’est un combat quotidien que de gérer ses peurs. Contre toute attente, son déménagement va lui apporter ce qui lui a toujours manquée et c’est grâce à Basil qu’elle va remonter la pente, par petite foulée. Alors, oui tout n’est pas parfait, mais en tournant les pages je voulais seulement voir Léna heureuse et apaisée. Lorsqu’elle était apeurée et paniquée par ses débuts de crises d’angoisse, j’avais peur pour et j’attendais seulement que tout aille mieux.

En bref, une lecture toute mignonne avec une héroïne qui m’a émue et une intrigue qui m’a fait passer un très joli moment : douceur, tendresse, humour, amitié et amour sont au rendez-vous.
Signature LuxnBooks