Young Adult

P.-S. : Tu me manques | Brigid Kemmerer

Résumé :
Juliet a toujours écrit à sa mère. Depuis sa mort soudaine, cette habitude est pour elle comme une bouée de sauvetage. Même si les courriers de Juliet restent sans réponse, elle continue de les déposer sur sa tombe chaque semaine.
Declan n’aurait jamais cru qu’une lettre pourrait changer sa vie. Pourtant, celle qu’il trouve au cimetière, où il fait des travaux d’intérêt général après le lycée, le touche profondément… Et il ne peut s’empêcher d’y ajouter deux mots.

Ça fait bien longtemps qu’un roman ne m’avait pas autant émue, c’est le genre de roman authentique qui laisse une trace. Au moment où j’écris ma chronique, je garde un souvenir particulièrement ému en repensant au pouvoir des mots. C’est difficile à expliquer, mais parfois quand on n’attend rien de particulier d’un roman et qu’on décide de tenter l’aventure, il se produit un milliard de sensations inexplicables qui nous conforte dans notre choix. Ici c’est d’abord un coup de foudre pour la couverture qui m’a attirée et le résumé n’a fait que me conforter.

Depuis la mort soudaine de sa mère Juliet n’est plus la même, mais elle a conservé cette manie de toujours lui écrire des lettres et bien qu’elle ne puisse plus interagir avec elle, ces correspondances épistolaires à sens unique sont une thérapie nécessaire pour la jeune femme. Chaque semaine, elle dépose sur la tombe de sa mère de nouvelles lettres et le vent finit par les porter au loin. Pourtant, l’une de ces lettres va terminer sa course entre les mains de Declan, extrêmement touché par les mots de son auteure, il va apposer une simple phrase et ainsi va débuter un échange émouvant, où deux personnes vont ouvrir leur cœur sous couvert de l’anonymat.

Personnellement je n’écris que très peu de lettre manuscrite, mais c’est quelque chose qui me séduit dans la littérature. Ici la correspondance va s’avérer émouvante notamment parce que le passé de nos héros est chargé. A travers des lettres d’abord manuscrite, puis numérique où ils vont se dévoiler l’un à l’autre. A l’image d’un journal intime Juliet et Declan vont se confier afin de soulager cette douleur qui les habite. Parallèlement on suit le quotidien de nos héros chacun de leur côté et l’impact que cette correspondance va avoir dans leurs relations.

Leur parcours est différemment et leur réaction à l’opposé, mais ils ont tous les deux cette aura de fragilité qui ne les quitte pas. Nous ne sommes pas dans une recherche de l’identité du correspondant, plutôt dans une démarche pour se décharger de ces pensées qui peuvent être parfois néfastes. Juliet est une héroïne traumatisée par la disparition de sa mère et elle peine à retrouver un semblant de normalité, alors discuter avec un correspondant qui ne sait rien d’elle, c’est rafraîchissant et constater que Declan la comprend lorsqu’elle exprime sa peine, c’est tout ce don elle avait besoin pour sortir la tête de l’eau et reprendre doucement goût à la vie.

Dans ce livre nous abordons des thèmes simples comme l’amitié, le deuil, les relations familiales et la manière de gérer son chagrin quand l’impensable se produit. A plusieurs reprises j’ai eu les larmes aux yeux et l’auteure sait parfaitement utiliser des émotions intenses pour secouer son lecteur et le plonger dans un état affectif troublant. On n’entre pas forcément dans une dramatisation de l’histoire, seulement avec des mots simples et touchants, nous suivons des personnages qui ne savent pas comment guérir et qui ont désespérément besoin de s’en sortir.

Romance

Mille baisers pour un garçon | Tillie Cole

img_20161025_184605 Très-bonJ’ai immédiatement craqué pour le résumé lorsqu’il est sorti en version originale et à l’époque je ne lisais pas en anglais, alors vous voyez la frustration a commencé à grimper il y a un petit moment. En apprenant que Hachette allait publier ce petit bijou j’ai d’abord laissé éclater ma joie. Puis, j’ai foncé pour me le précommander mon précieux, en priant pour que la couverture ne soit pas atroce et on peut dire que je suis ravie de voir qu’elle a été conservée. On a vraiment frôlé le coup de cœur pour cette lecture et pour être honnête, c’est la faute au résumé d’Amazon qui en dévoilait beaucoup trop, puisque le moindre détail était évoqué, alors en perdant l’effet de surprise je m’attendais forcément à une telle lecture,mais ça n’en reste pas moins touchant, attendrissant et extrêmement émouvant.

Je ne crois pas avoir déjà rencontré un couple aussi fusionnel, c’est impressionnant cette connexion qui les unis dès leur plus jeune âge. Comme si les dieux avaient décidé qu’ils étaient de parfaites âmes-sœurs. Dès leur plus jeune âge, ils se sont trouvés et pour leur entourage il était évident que rien ni personne ne pourrait les éloigner l’un de l’autre. En grandissant, ils sont devenus de plus en plus dépendant l’un de l’autre et leur amour a grandi avec eux. Jusqu’au jour où Rune a été contraint de retourner dans sa Norvège natale, ils s’étaient promis de s’aimer éternellement et pour toujours. Pourtant, après plusieurs mois éloignés Poppy cesse subitement de répondre aux appels et messages et sans aucune raison, ni explication, disparaît de la vie de Rune, qui est impuissant au Norvège.

Deux ans plus tard Rune est de retour aux États-Unis et malgré leur lien toujours aussi fort, les années ont dressé un mur entre eux. Le jeune homme a bien changé et c’est aujourd’hui un homme en colère, à la limite du mauvais garçon qui réapparaît dans la vie de la jeune femme. De son côté Poppy, n’a pas beaucoup changé son sourire et son optimisme sont toujours aussi intenses et même si elle souhaite garder son amour éloigné de Rune, les secrets sont parfois bien trop lourds pour être supporter seule.

Oh Mon Dieu. Cette lecture quoi, ce jeu qui s’instaure avec cette Jar et ses papiers, tout est présent pour que mon petit cœur succombe totalement à cette histoire. Mille baisers… Je suis certaine que vous mourrez d’envie de comprendre cette explication et je peux vous dire que dès le début, les émotions seront très fortes. Cette histoire d’amour entre Poppy et Rune est assez incroyable, ils ont évolué ensemble et leur amour est comme une évidence, malgré deux éloignés, leur amour à continuer de vivre et j’ai été tellement bluffé par cette lumière éblouissante qui émane de l’héroïne. Rune n’est pas mal dans son genre, cette beauté brute au côté viking va faire des ravages auprès des jeunes filles, pourtant il a toujours été question de Poppy et face à elle, aucune ne fait le poids. Je fonds moi…

En bref, la plume de Tillie Cole est absolument envoûtante et il y a ce petit côté magique qui nous transporte dans une histoire d’amour éternel qui est le point d’ancrage pour nos héros. A plusieurs reprises, j’ai eu les larmes aux yeux et c’est terrible de commencer un roman avec ce sentiment qu’on ne sera plus tout à fait la même en le terminant. Le récit est addictif et après quelques lignes, j’ai su qu’il me faudra lire rapidement la fin. C’est le récit d’une histoire d’amour extraordinairement belle, une romance comme on en rêve toutes et une ode à la vie. Je suis peiné de ne lui mettre que quatre étoiles, mais je vous assure que connaître la totalité de l’ intrigue avant même de commencer ça gâche un peu le plaisir de la lecture. Dans tous les cas, je vous assure que ce roman doit absolument se retrouver dans votre bibliothèque, j’en ai encore le cœur qui bat la chamade tellement c’était magnifique.

Lucie

Young Adult

Cette obscure clarté | Estelle Laure

Très-bonDès que je me lance dans un roman des éditions Hachette, je sais que je n’en ressortirait pas indemne. Celui-ci ne fait pas exception et une infirme partie de moi, restera marquée par cette lecture émouvante qui a su me parler dès les premières lignes et m’embarquer dans le quotidien d’une héroïne fragile.

Lucille est une jeune fille de 17 ans normale, qui était jusqu’à il y a quelques mois invisible dans les couloirs du lycée. Et puis, un soir tout s’est effondré et son père a été interné en psychiatrie. L’histoire commence d’une manière assez particulière, puisque depuis quatorze jours, la jeune fille n’a plus de nouvelles de sa mère, après que celle-ci se soit accordé des vacances à durée indéterminée pour oublier. Comprenant que la situation est grave et pour protéger sa petite sœur Wren d’une séparation, elle va décider de cacher la situation aux voisins, à l’école et avec l’aide de sa meilleure amie Eden, et son frère jumeau Digby elle va tenter de s’en sortir et d’affronter seule les embûches.

Je m’attendais à une histoire percutante, mais j’ai vraiment été remué par cette situation hors du commun. On aimerait croire que l’enfer que vit Lucille ne peut pas être pire, mais au final la situation est loin d’aller en s’améliorant, entre les factures et la nourriture, on voit la jeune fille grandir malgré elle et prendre des responsabilités qui n’auraient pas dû être les siennes. Notre héroïne est loin de se laisser démonter, avec un self-contrôle assez impressionnant, elle va prendre des décisions d’une grand maturité et s’occuper à gérer la situation du mieux qu’elle peut, sans jamais baisser les bras. La seule chose qui compte, est de maintenir un semblant de normalité pour Wren. Elle va trouver un allié inattendu auprès de Digby sur qui elle va pouvoir compter dans les moments difficiles.

J’ai vraiment été remuée par la situation, notamment car rapidement la situation va s’aggraver et entre les factures, les autres dépenses elle va devoir grandir beaucoup plus vite et prendre des responsabilités qui n’étaient pas les siennes. J’ai trouvé Lucille très mature et ses décisions parfaitement réfléchies, elle a cette manière de ne jamais baisser les bras devant Wren et de tout faire pour qu’au moins l’une d’entre elles, soit heureuse. Pourtant même si la situation est pesante, elle reste une adolescente et ses sentiments envers Digby vont venir compléter la situation, notamment car il n’est pas libre.  Il est la seule constante dans sa vie et sa présence lui rappelle qu’elle n’est pas tout à fait seule, pourtant une fois ses amis parti, le vide ne va pas la quitter et la peur s’insinuer.

Cette obscure clarté c’est l’histoire d’une descente aux enfers, personne n’imagine à dix-sept ans devoir subvenir aux besoins de sa sœur. L’amour qui unit les deux sœurs est vraiment touchant, tout ce que Lucille sacrifie pour rendre le sourire à sœur est admirable. C’est à la fois une histoire d’amour, d’amitié, de solidarité et d’espoir. J’ai été totalement et irrémédiablement envoûtée par la justesse de cette plume, la moindre étincelle de lumière est un soulagement, car il est inconcevable de ne pas être touchée par l’histoire de l’adolescente et je n’aspirais qu’à la voir enfin heureuse.

Un young adult addictif qui m’a tenu éveillé jusqu’à tard dans la nuit, le parcours de Lucille est touchant et il est impossible de ne pas être secoué par cette histoire. J’ai beaucoup aimé la conclusion de cette histoire poignante, mais j’aurais été curieuse de découvrir où en seraient les sœurs Bennett dans quelques années et voir l’impact de la situation sur leur avenir. Un roman à découvrir !

Lucie

 

 

Romance, Young Adult

First Love | James Patterson & Emily Raymond

Je remercie Net Galley et Hachette Romans, pour ce Service Presse.

Je ne m’attendais tellement pas à ça. Mon Dieu cette lecture est magnifique que j’ai encore du mal à trouver les mots. J’ai commencé ce roman curieuse de découvrir ce qui se cache derrière cette couverture et on ne va pas se mentir, c’est grâce à elle que je me suis intéressée au résumé. Bien qu’il en dise trop il me plaisait bien, à noter que, j’ai préféré taire une partie de l’intrigue dévoilé dans le résumé pour que vous puissiez profiter pleinement de votre lecture et embarquer au cœur de ce road-trip. J’ai vécue chaque moment avec le même plaisir que les héros et j’ai sans conteste voyager à travers les États-Unis avec un duo parfaitement assorti et incroyablement attachant.

Axi Moore est une jeune femme de seize ans, studieuse et sérieuse. Tout le monde s’accorde à dire qu’elle n’est pas du genre à s’attirer des ennuis. Pourtant sur un coup de tête, elle va proposer à Robinson son meilleur ami de partir en voyage à travers les États-Unis. Elle d’habitude si raisonnable va complètement sortir de sa zone de confort et ce n’est pas son voyou de meilleur ami qui va la raisonner. Ce qui semble au premier abord un voyage improvisé, va s’avérer beaucoup plus réfléchi qu’ils ne se l’imaginaient. Chaque étapes est prévues pour rendre ce voyage extraordinaire et c’est également l’occasion, de faire éclater au grand jour les sentiments qu’elle éprouve pour Robinson.

L’idée était simple, prendre la route à bord d’un auto-car et profiter du voyage. Robinson à une idée un peu plus romanesque d’un road-trip plus en intimité et le bus ne fait pas partie de ses projets. A peine commencé leur voyage démarre par le vol d’une Harley Davidson qui va les conduire sur les routes des États-Unis avec une jolie demoiselle collée à lui, puis viendra le tour de la voiture et le voyage va s’avérer beaucoup plus mouvementé qu’Axi ne le prévoyait. A travers les routes, ils vont consolider leur amitié et découvrir une intimité qu’ils ont pourtant toujours maintenue à distance. Ce road-trip c’est le voyage de leur vie, car comme tous les voyages, il les secrets vont éclater au grand jour et ce qui ressemblait à un voyage entre deux adolescents, va s’avérer plus intense que je l’aurais imaginé.

Ce roman prend la forme d’un carnet de bord, Axi va nous faire vivre son voyage d’une manière unique et cela rend les choses encore plus magnifique. Ce n’est pas un journal intime, elle ne s’adresse pas à son lecteur mais clairement la narration est conçu pour donner l’illusion de participer au voyage, comme un membre à part entière. Je ne m’attendais pas à une lecture aussi émouvante, la plume des deux auteurs est d’une telle fluidité qu’ils nous embarquent dans leurs valises, avec pour destination un voyage formateur. Plus qu’une simple romance entre deux adolescents, ce roman aborde un thème déchirant qui va complètement vous retourner et vous ne verrez plus jamais les choses de la même manière. Je ne crois pas me remettre avant un moment, j’en suis encore tremblante. Quelle claque.