The Risk | Elle Kennedy (Briar Université #2)

Résumé :
Brenna, la fille de l’entraîneur de l’équipe de hockey de Briar, a un caractère bien trempé.
Elle ne se laisse jamais marcher sur les pieds et se fiche totalement de ce que les gens pensent d’elle.
Le problème, c’est qu’elle a besoin de l’appui de Jake Connelly, l’attaquant vedette de Harvard – l’équipe ennemie ! – pour obtenir un stage à la télévision, sur une chaîne spécialisée.
Le jeune homme sexy ne lui facilite pas la tâche.
Il réclame un vrai rendez-vous pour toutes les fois où il devra jouer le rôle du petit ami.
Mais sortir avec l’ennemi, aussi attirant soit-il, lui ferait prendre un gros risque…
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

J’attendais cette suite avec impatience depuis l’aperçu dans le tome précédent, et ce second opus ne m’a pas déçu. Je dirais même qu’il est un niveau au dessus du précédent et j’ai retrouvé les émotions du début du spin-off Off Campus. Le caractère des personnages principaux va contribuer à quelques scènes hilarantes et c’est cette alchimie qui rend ce couple intéressant, surtout dans un contexte d’amour « interdit ».

Brenna a été élevé par un homme de poigne, qui n’est autre que l’entraîneur de l’équipe de Hockey de Briar. Au contact des joueurs la jeune femme a appris à ne jamais se laisser marcher sur les pieds et son passé l’a conduite à se forger une carapace. Bien évidemment aucune des joueurs n’oserait contrarier le coach, c’est donc dans une ambiance parfaitement platonique que la jeune femme s’est épanouie sans oublier de sa toute nouvelle meilleure amie Summer. Habituée à évoluer dans un univers masculin, Brenna rêve de devenir journaliste sportive afin de combiner ses deux passions. Seulement, alors qu’elle décroche un entretien le stage de ses rêves, la réalité est bien plus complexe et la confiance de la jeune femme s’étiole, la contraignant à faire appel à son pire ennemi Jake Connely, l’attaquant vedette de l’équipe adverse afin qu’il devienne son faux petit-ami.

Bien évidemment Jake ne va pas lui faciliter la tâche et étant en position de force, il va profiter de cette proposition pour mettre ses propres conditions. A savoir pour chaque faux rencart organisé, ils devront faire un vrai rencart et on peut dire qu’il y a un gros potentiel chez notre mâle. Son côté narquois, ses joutes verbales ou tout simplement son côté passionné, font de lui un personnage pour qui on craque facilement. Jusqu’ici il n’a jamais eu aucune distraction et il a toujours donné le meilleur de lui-même, sa rencontre avec Brenna va provoquer une petite secousse notamment parce que la jeune femme ne pas se laisser faire devant l’arrogance du joueur c’est ce naturel qui va le séduire, ça et sa bouche pulpeuse rouge.

Encore une fois, l’auteure nous dépend une héroïne avec un passif complexe et j’ai apprécié la profondeur qui se dégage de ce personnage. Cette force qu’elle renvoi aux autres, comme s’il elle n’avait pas le droit d’avoir des failles m’a vraiment touché. Et en même temps au contact de Jake elle se laisse guider par ses émotions qu’elle s’est longtemps empêché d’écouter afin d’agir de manière raisonnable, que ce soit la colère ou le jeu de séduction qu’ils vont instaurer. Chaque rencontre va faire monter la température de quelques degrés, sans compter que c’est dans les relations les plus conflictuels qu’on découvre les plus belles complicités. Et puis l’aspect romance interdite est léger, mais on ressent qu’ils sont dans une position compliquée.

Sans oublier bien-sûre l’aspect sportif toujours très présent dans l’intrigue et qui donne envie de découvrir un match de hockey sur glace, pour pouvoir vivre de telle aventure. Et comme à son habitude notre héros m’a soutiré quelques sourires avec son humour et son romantisme n’est pas en reste donc très belle lecture addictive.

Mon avis sur The Chase #1 ICI

Publicités

The Chase | Elle Kennedy (Briar Université #1)

Résumé :

On dit que les opposés s’attirent. Et s’il y en a bien une qui est d’accord avec ça, c’est Summer, parce qu’il n’y a aucune raison logique pour qu’elle soit attirée par Colin Fitzgerald. En règle générale, elle n’aime ni les intellos tatoués, ni les jeux vidéo, ni les joueurs de hockey qui pensent qu’elle est volage et superficielle.
De son côté, Fitz n’est pas persuadé que cette fille solaire, sûre d’elle, en un mot magnifique, soit celle qu’il lui faut.
Et pourtant, il va falloir qu’il s’y fasse car… ils sont colocataires !
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

L’auteure d’une des séries les plus marquantes de ma bibliothèque est de retour et retrouver la plume d’Elle Kennedy est toujours addictive. Dans ce spin-off nous retrouvons des personnages familiers et d’autres un peu moins, qu’il me tarde de découvrir de manière plus approfondi. L’auteure s’intéresse à plusieurs thèmes importants, tout en conservant une pointe d’humour comme elle sait si bien le faire.

Depuis qu’elle a rencontré Colin Fitzgerald, Summer Heyward-Di Laurentis n’a jamais oublié cet intello tatoué, elle ne se l’explique pas, mais il provoque en elle des sensations qu’elle n’avait pas éprouvé depuis des années. Alors lorsqu’elle apprend qu’il la trouve superficielle, elle comprend que ses sentiments ne sont pas partagés, elle préfère éviter le hockeyeur et se concentrer sur ses études. Seulement, la situation va légèrement se compliquer lorsqu’elle va devoir partager un appartement avec trois joueurs de l’équipes, dont Fitz.

Summer arrive en cours de scolarité à Briar, suite à un renvoi de sa précédente université, ce qui va l’amené à se retrouver à chercher à se loger sur le campus, alors son frère va tirer des ficelles et ses anciens coéquipiers vont se faire un plaisir d’accueillir la pétillante jeune femme. Rapidement elle va montrer l’image d’une jeune femme sure d’elle et son excentricité peut renvoyer un mauvais message, rendant la cohabitation difficile. les non-dits et le manque de communication entre Summer et Fitz vont compliquer leur relation et honnêtement parfois j’avais envie de crier ma frustration, mais la romance n’en reste pas moins adorable. Dès que les masques tombent on découvrent des thèmes sérieux abordés avec sensibilité et authenticité.

Fitz est un personnage beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, ses difficultés à communiqué vont le mettre dans une situation compliquée et son passé ne va pas rendre la situation plus simples. J’ai trouvé son personnage différent des sportifs de la série, sportif émérite, c’est également un passionné de jeux-vidéos tant aux manettes qu’à la création du design. Discret dans ses activités, il n’aspire qu’à passer inaperçu et l’attitude de Summer est loin d’être une situation familière. Malgré les préjugés, ils vont se découvrir une alchimie qui va effrayer Fitz peut habitué à éprouver des sentiments aussi intenses et n’arrange pas ses rapports avec la jeune femme.

Impossible de ne pas évoquer les personnages secondaires qui ont susciter ma curiosité et que j’ai apprécié rencontrer. Et cette fameuse touche d’humour qui contribue à mettre le lecteur en phase de détente. On débute ce spin-off avec un très bon couple de héros et il est indéniable que la plume magique d’Elle Kennedy est à l’origine de ce premier opus. Un univers qu’il me tarde de retrouver dans The Risk.

Mon avis sur The Deal #1 ICI
Mon avis sur The Mistake #2 ICI
Mon avis sur The Score #3 ICI
Mon avis sur The Goal #4 ICI

Savage Boy | Helena Hunting (Pucked #5)

Résumé :

Sauvage, excessif et sans inhibitions : Lance Romero, l’un des plus célèbres joueurs de l’équipe nationale de hockey, traîne une mauvaise réputation. Avec l’adversaire, comme avec les femmes, il fonce tête baissée et ne fait pas de sentiments. Seul compte le plaisir des corps qui se heurtent. Mais Lance n’a pas toujours été comme ça. Avant d’avoir le cœur brisé par une femme qui l’a manipulé et tourmenté, c’était un type correct et sensible. Quelqu’un qui ne pensait pas juste à se battre, à faire la fête et à aligner les conquêtes. Lance n’est pas heureux de cette vie superficielle et tout le monde le déteste. Jusqu’au jour où une femme pas comme les autres surgit dans sa vie. Une femme qu’il désire plus que tout mais qu’il risque de faire terriblement souffrir…
Torride, intense et passionnée : une love story sauvage.

C’est incroyable la manière dont Helena Hunting arrive à nous transporter au-delà des apparences. Depuis le premier tome, j’ai une image peu flatteuse de Lance Romero, mais jusqu’ici je ne m’étais jamais interrogé sur ce qui avait poussé ce héros à réagir de cette manière. Je suis tombée dans le piège de la facilité et dans mon esprit il était simplement un joueur qui use de sa position pour rencontrer facilement des femmes sans avoir à faire d’effort. Au fil des tomes, une intrigue concernant une potentielle romance à commencer à voir le jour et il aura fallu plusieurs histoires avant de pouvoir mettre des mots sur les secrets de notre héros. Je n’étais pas préparé à éprouver autant d’empathie pour ce personnage et il aura suffi d’un chapitre pour sentir mon cœur se fissurer.

Lance Romero aime se battre sur le terrain et en dehors, sa réputation concernant son mauvais caractère n’est plus un secret et les rumeurs les plus folles circulent sur sa vie privée. C’est un peu ce qui s’est passé avec moi, lorsque nous l’avons rencontré son comportement n’était pas des plus sympathiques et bien souvent il attirait des ennuis à ses coéquipiers des tomes précédents. Néanmoins dans le tome consacré à Randy, mes certitudes ont vacillé lorsqu’une nouvelle image différente a commencé à émerger. C’est en découvrant l’étendue des séquelles évoquées dans le premier chapitre, que mon coup de foudre pour Lance s’est produit. Bien plus fragilisé qu’il n’y paraît, Lance lutte pour tenir debout à la suite d’une relation abusive. Cette fragilité qui se dégage des premières lignes montre la détresse dans laquelle la plongée sa précédente maîtresse. Complètement instable et psychologiquement détruit, il va pourtant faire une rencontre qui va changer sa vie et remettre sur pied son cœur en miettes grâce à l’accompagnement et le soutien inédit d’une femme.

Une simple mauvaise décision, va lui permettre de rencontrer une femme douce, gentille et extrêmement attirante. L’alternance des points de vue offre une belle vue d’ensemble et j’ai aimé découvrir les pensées intimes de nos héros sans qu’ils n’aient conscience que le bonheur est à portée de main. Savage Boy est une romance absolument sublime qui retranscrit à merveille la souffrance de son personnage principal et c’est avec beaucoup de tendresse que j’ai vu notre héros panser ses blessures. L’évolution de la romance se fait à petits pas et nos héros vont prendre le temps de se sentir en confiance pour s’accorder dans leur souhait. Voir Lance doucement reprendre sa vie en main alors qu’il est brisé de l’intérieur est poignant, ce mal-être qui l’étouffe n’est pas perçu par son entourage et j’en aurais pleuré de le voir se sentir seul face à une manipulatrice qui le détruit.

Un tome qui m’aura fait vivre l’histoire de manière intense. J’ai toujours eu un faible pour les héros torturés et voir Lance essayer de s’en sortir mais pris au piège d’une spirale infernale ça me chamboule, alors lorsqu’il commence enfin à ressentir des émotions positives ça m’a vraiment fait du bien, tout s’est passé de manière lente et c’était nécessaire pour comprendre les réactions des héros qui ont tous les deux des secrets. J’ai progressivement retrouvé mon sourire en voyant interagir nos héros et la souffrance a laissé la place à une belle histoire d’amour. Je n’aurais pas été contre une résolution de l’intrigue un peu plus net et pourquoi pas donner une petite leçon. En bref, une intrigue touchante et un humour décapant, tout est réuni pour passer un bon moment.

Retrouvez mon avis sur Hard Boy #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Perfect Boy #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Big Boy #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Forever Boy #4 ICI

The Goal | Elle Kennedy (Off-Campus #4)

img_20170103_163932_494the-goalTrès-bonCe roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.
Sortie prévue le  12 janvier 2017.

Je remercie la collection New Romance pour l’envoi de cet ultime tome, mon week-end n’en aura été que meilleur. Cette série restera l’une des belles plus de 2016, Elle Kennedy a réussi à proposer des tomes avec pour thème commun une bande de hockeyeurs sans donner un sentiment de déjà-vu. Ses quatre héros ont un caractère totalement différent et même si Garrett restera à jamais mon favori, j’ai été surprise de découvrir un Tucker complètement différent de l’idée que je m’étais faite de son personnage. On a du mal à croire que cela puisse être possible mais The Goal est le tome le plus long, que ce soit en nombre de pages et en terme de déroulement de l’histoire. Pendant un laps de temps assez long, les personnages vont peu à peu s’ouvrir et nous offrir une romance qu’il vous sera difficile de lâcher. Lorsque toutes les barrières s’abaissent enfin, mon cœur a fait des bons et je n’imaginais pas pouvoir ressentir ça une nouvelle fois.

Lorsque son regard croise Sabrina James, John Tucker est persuadé que cette femme a tout pour le combler et il souhaite s’approcher de la jeune femme, pour en savoir plus à son sujet. Malgré les conseils de Dean concernant cette reine des glaces, il va écouter cette attirance. L’alchimie est telle qu’ils décident de se faire du bien pour une seule et unique nuit et on peut dire qu’elle va tout changer pour la suite.

On ne peut pas dire que Sabrina m’ait bonne impression lorsque je l’ai découverte dans le troisième tome, sa manière d’interagir avec Dean lui donnait l’image d’une garce et la révélation à la fin, était assez inattendue. Au premier abord, la jeune femme renvoi l’image d’une femme froide et pas forcément sympathique, seulement cette façade qu’elle s’est construite est parfaitement calculée. La jeune femme, a tout planifiée : obtenir son diplôme, être accepté en fac de droit à Harvard et décrocher un job d’avocate dans un cabinet prisée. Pour que son rêve se réalise, Sabrina va tout donner quitte à travailler de manière acharnée sans prendre de temps pour elle. Entre ses études et ses deux jobs, elle n’a pas le temps à accorder à un homme, mais une nuit isolée de temps en temps avec des sportifs ne se refuse pas. Tucker ne va pas échapper à la règle et il va tout donner pour lui offrir la meilleure nuit de sa vie.

Malgré trois tomes, je n’avais aucune idée de la personnalité de Tucker sa manière d’être en retrait du groupe a rendu son personnage assez mystérieux et en même temps il a toujours été le cuisinier de Garrett, Logan et Dean. Il ne faut pas se fier aux apparences, car le gentil barbu possède une vraie personnalité et son côté gentleman m’a tout de suite fait craquer. Son passé a contribué à l’homme qu’il est aujourd’hui, le voir être à l’écouter de sentiments qu’il éprouve sans chercher à se mentir le rend touchant. Il a conscience qu’il a besoin de plus qu’une nuit et malgré sa promesse de se tenir à l’écart, il va persévérer. Il a cette manière d’analyser et de prendre des décisions dans un calme olympien, ce qui explique probablement qu’il soit toujours celui qui conseille ses amis et le rend également plus mature.

J’ai beaucoup aimé la manière dont Elle Kennedy nous fait revivre les évènements qui se sont déroulé simultanément dans le troisième opus, notamment car certaines scènes ont été perçues d’une manière différente et également car nous avons un nouvel angle de vue. Au début, je n’étais pas très fan de Sabrina, car elle renvoyait une image dure et la voir se dévoiler lorsqu’elle est narratrice, m’a montré une jeune femme complètement différente, sa situation familiale n’est pas enviable et on peut comprendre qu’il ne lui reste que ses études pour s’en sortir, alors perdre son temps avec un mec qu’elle n’aura pas le temps de voir est assez compréhensible. Tucker va s’avérer être un amant persuasif, son côté bien élevé va être un atout, car il va l’empêcher de se braquer et toujours être d’une patience à rude épreuve. Après c’est vrai que parfois Sabrina a des réactions agaçantes, mais cette vulnérabilité a fait fondre la glace.

Après quatre tomes, Elle Kennedy aura su se renouveler pour proposer des personnages uniques, avec des récits toujours plus captivants et des romances qui m’auront fait rêver. J’ai du mal à me dire qu’après autant de moments passés en compagnie des héros, qu’il est temps de leur dire adieu. Cette série restera l’une de mes préférées, le récit addictif et les personnages auront eu raison de mon petit cœur. Visiblement un spin-off pourrait voir le jour, donc j’espère que ce projet verra le jour et que les suppositions évoquées seront les bonnes. Une série que vous devez absolument vous procurer pour un plaisir intense !

Retrouvez mon avis sur The Deal #1 ICI
Retrouvez mon avis sur The Mistake #2 ICI
Retrouvez mon avis sur The Score #3 ICI
Lucie

Forever Boy | Helena Hunting (Pucked #4)

img_-xbgzjm Très-bonCe roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Je suis toujours un peu angoissée de retrouver les héros d’une série fétiche, la peur de la déception après un premier avant-goût prometteur. Le pari était risqué et le défi est totalement réussi. Cette lecture a été un véritable bonheur, on retrouve à la fois un couple haut en couleur et en même temps on voit le chemin parcouru depuis tout ce temps. J’avais peur de ne pas retrouver tout ce qui m’avait séduite et cet humour unique qui caractérise Violet est à son comble, je n’aurais pas pu espérer meilleur épilogue pour ce couple.

On retrouve Alex Waters notre sexy hockeyeur qui a tout pour plaire. Il partage toujours sa vie avec sa superbe fiancée Violet Hall. Le couple est toujours aussi amoureux et ce n’est pas la distance liée au match du sportif qui vont les empêcher de donner libre cours à leur amour. Nous allons les retrouver à un moment particulier de leur vie, dans les tomes précédents l’angoisse grandissante de Violet pour son mariage était clairement un frein pour leurs projets, pourtant nous retrouvons un couple loin d’être affectée par l’absence de date et même s’ils ont une conception de vie un peu différente, ils sont fait l’un pour l’autre.

Un accident va les contraindre à revoir leur priorité, les vrais sentiments vont renaître comme au premier jour et leurs désirs vont les conduire à explorer leur passion. Ce que j’ai beaucoup aimé avec cette suite, c’est qu’il s’agit de la continuité de leur histoire. Ils n’ont pas changé et leurs échanges sont à mourir de rire, le Castor n’est jamais bien loin et le Monstre d’Alex va régulièrement visiter du pays. Tous les ingrédients qui ont fait le succès du premier opus sont présents et en prime ça dégouline d’un amour bien profond. Le couple va affronter une épreuve inattendue, mais loin de rentrer dans le drama on se concentre sur l’évolution du couple et sur la force qui les unit. On va également découvrir une nouvelle facette d’Alex, toujours aussi tendre avec sa belle il va se montrer plus vulnérable et dépendant de sa belle.

Je ne m’attendais absolument pas à retrouver l’humour déjanté de Violet, chacune de ses discussions est à mourir de rire et encore une fois, elle réussit à se mettre dans des situations dont elle a le secret. A côté de ça, Helena Hunting nous offre des scènes de sexe toujours plus érotiques, à la clé des scènes sensuelles qui font grimper la température de quelques degrés. On imagine sans mal Alex nous offrir le meilleur de lui-même pour une partie de jambe en l’air dont on se souviendra. Je n’aurais pas pu espérer meilleur épilogue pour notre couple, ils sont uniques, se sont trouvé et s’aiment à en perdre la raison. Un tome 5 est prévu, espérons qu’on pourra découvrir Lance sous un nouveau jour. A savourer sans modération.

Retrouvez mon avis sur Hard Boy #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Perfect Boy #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Big Boy #3 ICI
Lucie