Romance

A la dérive | Jane Devreaux

Résumé :
En quelques mois, Léa a tout perdu : sa vie paisible et insouciante d’étudiante, sa famille, son foyer… Pour survivre, elle a dû tout recommencer. Pourtant, il est hors de question qu’elle laisse tomber Adam, il a toujours besoin d’elle. Elle est prête à tout pour le sortir de sa léthargie, elle va même jusqu’à mentir sur son identité pour devenir bénévole de l’hôpital psychiatrique où il est enfermé.
Quand enfin elle entrevoit un espoir de revoir Adam, ce n’est pas face à lui qu’elle se retrouve, mais à Axel. Il est sérieusement amoché, autant physiquement que psychologiquement et pourtant, il l’attire. Son allure, sa fragilité, l’acuité de ses remarques et l’évident désir qu’elle lit dans ses yeux lui procurent une émotion dont elle ne peut plus se passer.
Léa aura-t-elle les épaules suffisamment larges pour porter les problèmes de sa famille et ceux d’Axel ? Et si les destins de ces êtres à la dérive étaient liés ?
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cette lecture.

Je n’ai pas eu l’occasion de relire un roman de Jane Devreaux depuis qu’elle est publiée chez Hugo Roman, mais j’avais beaucoup apprécié Sinder donc à la lecture de la quatrième de couverture, j’avais très envie de replonger dans une histoire de l’auteure. En refermant ce livre, je suis ravie de l’évolution de la plume de l’auteure et la qualité de l’intrigue qui oscille entre ombre et lumière.

Léa a tout perdu en l’espace de quelques mois, sa famille, son insouciance et son foyer. Aujourd’hui sa vie n’a plus rien à voir et malgré les difficultés elle tente de maintenir la tête hors de l’eau. Désormais elle n’a plus rien de l’étudiante paisible, et elle exerce un travail qui lui permet tant bien que mal de subvenir à ses besoins. Adam est tout ce qu’il lui reste, mais son état léthargique le force à des soins constants dans un hôpital psychiatrique. Prête à tout pour retrouver le jeune homme, Léa participe à un programme de bénévolat lui permettant d’être en contact avec les patients. Persuadée de toucher au but, elle se retrouve face à Axel un homme fragile qui malgré ses blessures parvient à la toucher. Tant par son sarcasme, que par le désir qu’il lui inspire.

Au delà des thèmes poignants abordés, nous avons un décor particulier puisque l’histoire débute dans un hôpital psychiatrique, on sent immédiatement l’atmosphère pesant et la souffrance des personnages. Nous sommes dans un lieu clos et la promiscuité contribue à un rapprochement sans que ça soit voulu. On décerne les difficultés d’Axel à émerger et l’intérêt que Léa éprouve pour le jeune homme, bien que son but n’est jamais été de se rapprocher de lui, elle va rapidement éprouver une sorte de fascination pour son patient et bien qu’il soit parfois assommé par les médicaments, sa repartie va lui donner envie d’interagir avec lui de manière plus approfondie.

On ressent rapidement qu’un secret plane au dessus de nos héros et personnellement, j’ai commencé à me faire une idée assez clair des révélations à venir retirant l’élément de surprise. C’est peut-être le seul moment où j’ai trouvé que l’histoire perdait en crédibilité, mais à mon sens bien que ça soit un élément important, c’est principalement l’aspect psychologique qui est abordé et le développement de la romance est au centre de l’histoire. Jane Devreaux maîtrise son sujet et on attend avec impatience les interactions entre les personnages. J’ai peut-être été un peu frustrée de certaines ellipses qui m’ont donné l’impression d’être maintenues à distance dans l’évolution de la romance et bien que j’ai adoré ma lecture, ça m’a empêché de totalement adhérer à l’histoire.

En bref, l’auteure nous offre une romance atypique avec un fort potentiel psychologique, et même s’il m’a manqué quelque chose. Jane Devreaux nous embarque avec brio dans une histoire d’amour rempli d’espoir et malgré les souffrances psychologiques que vont subir ses personnages, il est impossible de rester insensible. Sans oublier un panel de personnages secondaires tout aussi attachants. Une bonne lecture qui se lit rapidement.

Romance

As She Fades | Abbi Glines

Résumé :

La remise des diplômes sera sans doute le plus beau jour de la vie de Vale McKinley. Avec son petit ami Crawford, ils ont prévu de profiter de l’été, avant d’intégrer ensemble  » à la rentrée ‘ une grande université, qui les conduira à un avenir resplendissant et plein de possibles… Pourtant, le destin en décidera autrement. Cette nuit-là, ils ont un grave accident de voiture qui laisse Crawford dans le coma.
Terrible épreuve que Vale passe sur une chaise d’hôpital, à attendre désespérément le réveil de Crawford. Heureusement, elle trouve un peu de réconfort auprès de Slate Allen, un ami de son frère qui vient tous les jours rendre visite à son oncle mourant.
Mais voilà un autre imprévu… Au fil des jours, elle se rend compte que son cœur bat plus vite au contact de Slate. Non, elle ne peut ressentir cela, elle n’en a pas le droit. Alors, quand Crawford se réveille, sans aucun souvenir de son passé ni de leur relation, Vale devra sans doute prendre la décision la plus difficile que la vie peut vous infliger…

Les romans de Abbi Glines sont toujours un rendez-vous à ne pas manquer, dès l’annonce de celui-ci j’ai sauté sur l’occasion.  Le début m’a dérouté car j’étais persuadé qu’il s’agissait de la suite de la série The Field Party et n’ayant pas lu le résumé avant de l’acheter ça aura été la petite surprise. J’ai donc décidé de découvrir la quatrième de couverture pour restituer l’intrigue et à peine terminée, j’avais l’impression d’avoir tous les éléments en quelques lignes. Néanmoins c’est toujours avec un grand plaisir que l’auteure m’embarque dans cette histoire, le tout avec simplicité et contre toute attente l’histoire n’est pas aussi prévisible qu’on pourrait le croire.

Vale et Crawford sont amoureux depuis l’enfance et fil le parfait amour. En cette journée de remise des diplômes, l’avenir s’ouvre à eux et la tête remplie de projet ils ont bien l’intention de profiter de l’été avant d’intégrer ensemble leur université. Cette journée aurait dû être la plus belle et elle se termine dans un affreux cauchemar. Un instant c’est le bonheur et le suivant le destin frappe d’une manière douloureuse, laissant Crawford dans le coma. Les jours passent et Vale se créer sa propre routine, allant même jusqu’à passer ses journées à l’hôpital dans l’espoir que son petit ami ouvre enfin les yeux, en oubliant de vivre sa propre vie. Inquiète sa famille bien que très présente va tenter de l’aider à reprendre le cours de sa vie et c’est auprès Slate Allen, un ami de son frère qu’elle va trouver du réconfort et apprendre qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

Pour certains l’histoire pourrait s’avérer classique et la première partie est assez prévisible, notre héroïne se pose les questions d’une jeune femme à un tournant de sa vie et l’accident qui a plongé son petit ami dans le coma, change considérablement tous les projets qu’elle avait. Vale n’avait jamais imaginé sa vie autrement et ce drame va la laisser dans un état presque végétatif. Quitte le chevet de son amoureux est impensable et même si sa famille s’inquiète, elle n’est pas prête à reprendre le cours de sa vie. Tous les jours, la routine est la même et sa famille n’est jamais bien loin pour la soutenir, au cours de l’une de ses visites, elle fait la connaissance de Slate Allen, un ami de fraternité de son frère qui veille son oncle malade. A travers des échanges légers, Vale va découvrir que même les coureurs ont un cœur et malgré une réputation sulfureuse, une amitié touchante va naître entre eux.

Virage à cent quatre vingt avec une deuxième partie qui s’éloigne du schéma habituel, mais le constat est sans appel Abbi Glines nous offre une romance touchante, loin d’être prévisible et le tout mené par un couple solide avec une alchimie évidente. J’ai aimé les questions évoquées et la manière dont l’auteure surprend ses lecteurs. On a malgré tout une seconde partie pas assez développée et malgré un attachement évident pour les personnages, j’aurais apprécié qu’on s’attarde davantage sur l’évolution de l’histoire. Bien que j’aie beaucoup apprécié l’histoire et que les pages s’enchaînent avec addictivité, les dernières pages me laissent un goût d’inachevé sans pour autant être déçu par l’intrigue, car l’histoire m’aura fait passer un très bon moment.

Young Adult

Invincible | Amy Reed (Invincible #1)

ImpressionTrès bonTout d’abord, je tiens à remercier NetGalley France et les Éditions Mosaïc, pour ce roman que j’attendais avec une grande impatience. Je m’attendais à tomber sur un roman beaucoup plus léger qu’il n’y paraît. Au lieu de ça, j’ai terminé avec une envie de pleurer pour l’héroïne, il y a une accumulation croissante de plein de petits détails, qui nous font craindre le moment où Evie va exploser. Et c’est vraiment très émouvant et aussi difficile d’être impuissant face à cette détresse.

Evie est une jeune fille sage, gentille, avec une famille aimante, des amis attentionnés et un petit ami amoureux d’elle, qui est totalement parfait. Pourtant, sa vie est beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît, à commencer par son cancer, qui gagne du terrain et son incapacité à se déplacer autrement qu’en fauteuil, à cause de sa fichue jambe cassée. Malgré son combat, la maladie l’a conduite à une hospitalisation sérieuse au service d’oncologie pédiatrique. Vivre dans un hôpital, entourée d’enfants malades est une épreuve difficile à supporter, c’est dans ces circonstances que des amitiés qui n’auraient jamais vu le jour ailleurs se sont créés, notamment le trio infernal complété par Stella et Caleb. Personne n’aurait pu croire que la parfaite pom-pom girl pourrait trouver du soutien avec une punk et un garçon timide, pourtant ensemble ils sont plus forts et se soutiennent.

Lorsque les médecins annoncent des résultats peu concluant, Evie décide d’interrompre son traitement et malgré le soutien de son entourage, elle n’en peut plus de s’acharner, alors qu’elle décline à chaque jour qui passe. En paix, avec l’idée de mourir elle fait progressivement ses adieux à sa famille, ses amis et son petit-ami. Contre toute attente, les semaines passent et sa santé finit par s’améliorer et le diagnostic est sans appel, Evie a gagné son combat contre le cancer. Cette nouvelle va être assombrie par un drame qui va totalement lui faire perdre pied et le retour à la vie normale va s’avérer difficile.

Comment reprendre le cours normal de sa vie, quand on a fait ses adieux au monde des vivants ? Evie n’a pas de réponse à cette question. Alors que tout le monde autour d’elle est ravie de son retour, elle prend conscience que sa vie n’est plus la même et qu’au cours de sa maladie, elle est devenue quelqu’un de totalement différente. Personne autour d’elle ne comprend, ses besoins et tout le monde s’attend à ce qu’elle redevienne la gentille petite fille que tout le monde connaissait. Mais, c’est impossible pour elle. Nous allons assister impuissant, à la monter de la colère de l’héroïne. Ses proches cherchent à la dorloter et elle étouffe, personne ne comprend ce qu’elle ressens. Pourtant, malgré tout ce qu’elle pense, elle reste fragile et même si sa colère, lui apporte la force, elle n’est pas prête à accepter l’aide. J’avoue que j’ai eu du mal à comprendre ses réactions, mais je pense que ce qui lui est arrivé est tellement énorme, qu’elle extériorise comme elle le peut et elle finit par ne plus savoir la personne qu’elle est vraiment. Evie va s’éloigner progressivement de sa vie d’avant, et celle de l’hôpital.

Sa rencontre avec Marcus, va un peu la sortir du gouffre et leur relation à quelques points intéressants. Notamment, parce qu’il lui permet de s’évader un peu, mais je suis perplexe à son sujet, notamment parce que son personnage, a un côté sombre. Et même si leur relation est mignonne, j’aurais aimé qu’elle puisse davantage se reposer sur lui. Elle va de plus en plus avoir du mal à se sortir la tête de l’eau et malgré sa volonté de s’en sortir, elle va tomber dans une spirale d’auto-destruction. Au fil des pages, je me suis inquiétée, j’ai pleuré, car les émotions sont fortes et l’histoire touchante. Un roman très réaliste, j’ai aimé qu’on s’éloigne de la fille malade qui va mourir, mais au contraire nous montrer les difficultés rencontrées pour retrouver la vie qu’elle a perdue. Ne vous attendez pas à un roman léger, l’héroïne est remplie de colère et chacune de ses émotions gagnent en intensité, on est spectateur d’une douleur qui dépasse l’entourage d’Evie et j’aurais aimé pouvoir intervenir.

Une lecture vraiment très intéressante et la plume de l’auteure est très convaincante. J’ai moi-même finit avec une certaine colère, dirigée principalement vers l’auteure, car la fin est vraiment très cruelle pour le lecteur ! A noter, que la suite sera du point de vu de Marcus, de quoi nous laisser l’opportunité de le cerner un peu plus et, j’ai très peur pour cette suite, car on est arrivé à un point de non-retour et j’espère vraiment qu’Amy Reed, va réussir à nous redonner des frissons et que les émotions seront toujours aussi intenses, car on risque de prendre un tournant très différent. Prévoyez des mouchoirs.

Signature Lucie