Avec toi, je suis moi | Mily Black

Résumé :
Elle va lui apprendre à cuisiner ; il va lui apprendre à aimer.
Mélanie regrette déjà sa décision. Pourquoi a-t-elle accepté de rendre service à Gabriel, ce mec frimeur qu’elle a rencontré dans une soirée ? Elle a désormais deux mois pour lui apprendre à cuisiner et l’aider à gagner un pari. Vu qu’elle n’arrive même pas à soutenir son regard plus de quelques secondes sans rougir, ce n’est pas gagné… Elle qui a perdu toute confiance en elle et en sa capacité à plaire au sexe masculin se retrouve face à cet homme à l’allure sauvage et indomptable. Le genre à avoir toutes les femmes à ses pieds et pour qui la vie n’est qu’un jeu ; le genre qui ne s’intéressera jamais à elle…
Je remercie Net Galley et les éditions Harlequin pour cette lecture

Prenez une auteure incontournable, ajoutez un résumé alléchant, puis une histoire gourmande, saupoudrez d’un héros drôle et ténébreux vous obtiendrez une romance douce comme on les aime. Immédiatement, j’ai été séduite par la quatrième de couverture, mettez ça sur mon côté gourmand, mais un héros sexy dans une cuisine, c’est parfait pour passer un bon dimanche après-midi et accessoirement un mal de joue à force de sourire.

Mélanie n’aspire qu’à être invisible aux yeux des autres, alors quand Gabriel un homme qu’elle a rencontré chez sa cousine et qui est loin de lui avoir fait bonne impression lui demande de l’aider à gagner un pari, elle hésite, mais finit par accepter de lui apprendre à cuisiner. La jeune femme a deux mois pour lui enseigner les bases de la cuisine et malgré une tension évidente, dû au malaise de la jeune femme, ils vont tisser une relation amicale, Mélanie étant bien conscience qu’un si bel homme ne s’intéresse pas à elle et n’attend rien d’autre que son aide.

Habituée à nous dépeindre le portrait de femme forte, Mily Black nous dévoile ici une héroïne touchante avec des blessures importantes, qui ont été causées à un âge où une adolescente se construit et qui malgré les années n’a fait que fragiliser le développement de cette femme. Par certains côtés, je me reconnais dans certaine des ses insécurités la confiance est difficile à accorder et quand certaines personnes mal intentionnées en ont profité, une coquille se dresse devant les autres. Mélanie va se montrer à nu, à travers ses pensées nous allons voir cette femme fabuleuse brisée par le manque de confiance en elle et par sa difficulté à concevoir qu’un homme puisse voir en elle une belle femme. Son regard envers elle-même est tellement dure et ça a eu sur moi un fort impact.

Pour alléger l’atmosphère, un homme fracassant va faire son entrée et mesdames vous n’êtes pas prêt à rencontrer ce superbe spécimen. Il a ce côté très sûr de lui qui contraste avec les doutes de notre héroïne, mais c’est un héros qu’il vous faut absolument rencontrer. La plupart des scènes nous montrent un homme drôle, rayonnant et qui n’hésite pas à taquiner notre héroïne tout en maintenant une distance qui va permettre à Mélanie de se sentir à l’aise en sa compagnie. Gabriel m’a fait forte impression et il m’a rappelé les raisons pour laquelle j’aime partager mes lectures sur ce blog, entre copin(e)s. Je pourrais parler pendant des heures de cet homme attentionné, qui se révèle surprenant et qui m’a fait espérer chaque rencontre entre nos héros. Indéniablement, il se passe quelque chose et l’évolution de leur amitié m’a fait fondre un peu plus après chaque page. Le romantisme de cette histoire m’a particulièrement fait craquer et les dialogues m’ont conquise.

Je qualifierais cette histoire de romance doudou, le genre qui se lit emmitouflé dans un plaid avec un chocolat chaud à la main et bien qu’on aborde un sujet sensible, l’histoire conserve toujours une certaine légèreté. Comme d’habitude la plume est entraînante et on se laisse porter par la vie des personnages. J’ai tendance à apprécier ce moment où l’amitié et la romance sont difficiles à différencier et finalement dans cette romance, c’est une sorte de parade nuptiale, avec une héroïne difficile à apprivoiser et un héros qui parvient à désamorcer dans la plus grande des douceurs, une bombe prête à exploser. J’ai tendance à préférer une romance qui n’en fait pas des tonnes et qui tout simplement est transposable à la réalité, ici le quota de couinements est atteint. Une très belle lecture.

Qui a embrassé le père Noël ?! | Louisa Méonis

Résumé :

Cher père Noël, cette année, je voudrais : un homme.

 

Cette fois-ci, c’en est trop ! Gwenlan veut bien faire un effort, mais il devrait y avoir des limites à la torture quand même. C’est une chose qu’Étienne, son ex-mari, l’ait quittée il y a deux ans pour se mettre en couple avec son collègue et meilleur ami, mais voilà qu’elle doit maintenant assister à leur mariage qui aura lieu… la veille de Noël ! Autant dire qu’elle se serait volontiers passée de ce cadeau. D’autant plus que, pour faire bonne figure, Gwenlan va devoir trouver quelqu’un pour l’accompagner et, même si elle a cédé à la pression de son entourage en s’inscrivant sur un site de rencontres, c’est loin, très loin d’être gagné. Mais tout n’est pas encore perdu : peut-être que le père Noël pensera à elle cette année ?

Une histoire à mettre entre toutes les mains, la bonne humeur est contagieuse et la romance attendrissante. Une lecture parfaite pour se détendre et mon seul regret c’est que l’histoire soit si courte.

Gwenlan est une maman comblée d’amour par ses trois enfants et eux seul arrive à lui insuffler du bonheur depuis que son mari est parti avec son associé et meilleur ami il y a deux ans. Contrainte de s’adapter à une nouvelle vie qui la coupe de sa famille un week-end sur deux, elle se voit confrontée à l’une des épreuves les plus difficiles de sa vie, puisque son ex-mari Étienne a décidé de se remarier et pour souder leur famille il souhaiterait qu’elle soit présente pour cet heureux évènement pour afficher son soutien et cela annonce une veille de Noël particulière.

Malgré une intrigue pas spécialement amusante, Louisa Méonis réussit à traiter un sujet difficile avec beaucoup d’humour. On retrouve les codes qui jusqu’ici m’ont toujours séduit dans ses romances, une héroïne un peu pommée mais attachante, une famille envahissante qui sort du lot et bien évidemment un humour associé à une romance adorable. Poussée par ses collègues et sa mère, elle va tenter de remonter en selle et rencontrer un homme via un site internet et pourquoi pas être l’heureux élu à son bras, mais rien ne va se passer comme prévu.

J’ai beaucoup aimé la manière dont est amenée la relation, Gwen est dans une phase complexe de sa vie et il est difficile de faire le deuil de dix ans de mariage avec un homme qu’on idolâtrait. Sans compter que renoncer à ses enfants de manière provisoire renforce le sentiment de solitude de notre héroïne et bien que la situation ne soit pas plaisante, on est dans une optique de détente et certaines scènes prêtent à sourire. De même qu’on s’attache à des personnages qu’on aurait dû détester et c’est justement cette bienveillance qui rend ce roman plaisant. Un style fluide, un récit un peu loufoque qui est la signature de l’auteure et dans tout ça la romance n’est pas en reste.

C’est beaucoup trop court et ça s’en ressent parfois dans l’évolution du récit, mais c’est liée au format et n’empêche pas d’être embarquée. Je suis ravie de m’être laissée porter par l’histoire.

Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi | Juliette Bonte

mon-ex-sa-copine-mon-faux-mec-et-moiTrès-bonLa petite romance feeling good, qui fait du bien au moral et qui tombe à pique à l’approche des fêtes. Je n’aurais pas pu mieux choisir ma lecture et je tiens à remercier NetGalley et Harlequin pour ce roman terriblement drôle et pétillant. J’ai tendance à être assez méfiance avec les romances HQN, car il m’arrive de ne pas toujours accrocher au style, de certaines plumes francophones, j’ai d’abord été attirée par sa couverture toute mignonne qui semblait être de circonstance à l’approche des fêtes et j’ai terminé d’être convaincu en voyant l’enthousiasme de nos chers blogueurs littéraires.

Chloé Martin est loin d’être l’employée du mois, dans son agence de voyages où elle travaille. Elle a la réputation d’être incompétente et ses éternels retards ne font rien pour arranger son image, contre toute attente son patron lui offre une opportunité inattendue, un séjour professionnel dans un chalet en Savoie, d’abord méfiance, elle y voit l’occasion de montrer ce dont elle est capable, mais c’est également le début des ennuis, hôtel miteux, combinaison loin d’être séduisante, une pratique du ski un peu douteuse et surtout la pire chose au monde, son ex en plein séjour romantique avec sa fiancée, accessoirement canon et celle avec qui il l’a trompée. Face à l’horreur de la situation, elle pourrait rester caché pendant tout son séjour et tenter d’oublier le fiasco de ce séjour, mais un coup du destin va pousser l’homme le plus énervant qu’il soit à se faire passer mon son petit ami.

Chloé est une héroïne comme je les aime et c’est également une catastrophe ambulante. J’ai rarement vu une femme qui a autant la poisse et c’est terrible à dire, mais ses périples m’auront valu quelques sourires, c’est difficile de croire qu’une personne si petite puisse être si malchanceuse. Même si bien souvent, elle est la seule responsable de la situation dans laquelle elle se place et pourtant, elle est consciente d’accumuler les emmerdes, mais ça ne l’empêche pas d’être une personne drôle, rafraîchissante et parfois un peu hystérique sur les bords. A commencé par sa rencontre avec Nick, loin de se laisser faire, elle va pourtant un peu se ridiculiser comme dans beaucoup de situations impliquant le jeune homme. Pourtant sous ses airs moqueurs, le jeune homme va la sublimer lorsqu’elle sera à son bras. Il va jouer à merveille son rôle de petit ami parfait et la tirer d’une situation embarrassante d’une manière assez chevaleresque. Je dois dire que sa manière de chuchoter à l’oreille de Chloé m’aurait presque donné des frissons et les joutes verbales sont savoureuses pour mon côté romantique.

J’ai aimé que l’auteur n’en fasse pas trop dans les catastrophes, certes les situations prêtes à sourire mais elle dose à merveille le moment pour que l’histoire reste plausible et drôle. Je n’avais aucune attente et c’est probablement ce qui a rendu ce moment délicieux, la fin est un peu rocambolesque, mais c’est ce qui donne son charme au récit. J’ai découvert une auteure avec un style addictif et une romance toute mignonne avec une petite dose de malice. En fait c’est principalement les retombées des nombreuses poisses de l’héroïne qui rythme le récit et en bonus, un sexy personnage masculin qui en fera rêver plus d’une. C’est frais, léger, idéal pour accompagner la période de Noël.

Lucie

Prête à t’aimer ? | Mily Black

Prête-à-t'aimerJe remercie les éditions Harlequin pour ce service presse numérique, rempli d’humour et de bonne humeur. Mily Black est une auteure de romance qui ne m’a encore jamais déçue, ce roman ne fait pas exception à la règle et même si certains passages m’ont fait grincer des dents, le sourire ne m’a quitté pendant ma lecture et ça fait un bien fou de ressentir autant de joie de vivre.

Emma vient d’atteindre le seuil critique de son vingt-neuvième anniversaire, après une nuit alcoolisée en compagnie de son meilleur ami Yanis, elle décide de parier que dans un an elle aura trouvé l’homme idéal. Armée de sa liste regroupant toutes les qualités qu’elle recherche chez un homme, elle va se lancer à la recherche de l’homme parfait qui serait susceptible de répondre à ses attentes. Ce même jour, elle va faire la connaissance de son nouveau voisin Damien, qui est dangereusement sexy, mais il est loin de correspondre aux critères qu’elle s’est fixé et leurs échanges/engueulades l’irritent.

Le début du roman est parfaitement représentatif de tout ce que j’aime dans une romance, c’est léger, drôle et Emma est une héroïne qui soyons honnête galère un peu. Passionnée par la littérature et plus particulièrement par les romances, elle a décidé d’en faire son métier en devenant libraire. J’ai aimé retrouver en elle une part de moi.. peut-être que c’est un peu exagéré, mais la lecture à la pouvoir de m’aider à m’évader et j’assume totalement mon côté un peu sauvage, lorsqu’un livre me captive. Tout comme Emma, qui préfère se réfugie dans ses lectures pour éviter les déceptions, tout est plus simple dans les romans. J’ai néanmoins été un peu frustrée à partir du milieu du roman, Emma va se lancer à la poursuite d’une image qu’elle se fait et ses rencontres sont parfois un peu caricaturales, mais associé à cette petite touche d’humour on comprend bien que la meilleure des qualités, peut devenir un défaut.

Pour être honnête, ma frustration s’est arrêté lorsque Damien est devenu plus présent, depuis le moment où son sourire ravageur a fait son apparition, je n’attendais qu’une chose, voir Emma ouvrir les yeux. Sa liste va complètement l’aveugler et elle va à peine se rendre compte que le spécimen ultra-chaud bouillant qui vit en face de chez elle est du genre à faire des dégâts dans sa lingerie. On dit souvent qu’avant de trouver son prince, il faut embrasser beaucoup de crapaud, Emma aura au moins eu le mérite de se mettre dans des situations hilarantes et rien que pour le sentiment d’abandon que j’ai ressenti, moi je dis bravo. Maintenant, reste à savoir ce que la voix de Francis va me procurer dans Petits dérapages et autres imprévus, rendez-vous le 16 septembre.

Lucie

Toi. Moi. Maintenant ou jamais | Emily Blaine

Toi,-moi,-maintenant-ou-jamaisCe roman se découpe en six nouvelles pour des raisons qui me sont propres, j’ai décidé d’attendre la publication de l’ensemble des volumes pour débuter cette histoire. Comme à son habitude la plume d’Emily Blaine est une valeur sûre et jusqu’ici j’ai toujours passé un bon moment. Ce roman m’a laissé une impression un peu mitigée et toujours selon moi, ce n’est pas sa meilleure romance. Oui mesdames, nous en revenons toujours à cet indétrônable Andrew, qui les bouffe tous.

Charlotte est un personnage qui m’a laissé un peu de marbre, je n’explique pas ce manque de sympathique que j’éprouve pour elle. Elle a tout d’une héroïne intéressante, mais rien à faire elle n’a pas réussi à susciter des réactions positives. Pour restituer un peu le contexte, Charlotte jongle entre les cours, un job provisoire et son examen du barreau qui approche, sans compter que depuis quelque temps sa relation avec Kyle est chaotique. Alors lorsqu’elle reçoit une enveloppe contenant une invitation pour des retrouvailles de la promo 2005, son assurance s’envole, car cela implique de revoir Jérémiah et si Summer n’avait pas été là, jamais elle n’aurait remis les pieds à cette soirée.

On peut dire que Jérémiah est très intense, dès le premier chapitre on va comprendre que leur amour était d’une puissance redoutable et malgré les dix années passées loin l’un de l’autre, la passion ne peut pas s’éteindre. Le portrait dressé par ce personnage me plaît assez, le problème c’est que j’ai un aperçu bien précis du jeune homme de dix-sept ans, bad-boy et intensément amoureux, mais le portrait de l’homme adulte est beaucoup plus flou. Emily Blaine a fait le choix de partager son histoire entre des scènes du passé et du présent, seulement l’équilibre de ces deux histoires est assez précaire, j’ai la sensation d’avoir passé un peu trop de temps avec les adolescents, au détriment du couple adulte.

Alors, je n’ai rien de particulier à reprocher à cette amour d’adolescent et leur histoire est plutôt touchante, mais je regrette sincèrement de ne pas avoir pu passer plus de temps dans le présent. Sans compter que les deux parties se font échos et j’avais parfois l’impression de revivre la même chose à une époque différente. Du coup, ça enlève une partie du mystère, car on suppose à raison qu’il risque de se produire la même chose que dans le passé et on revit la situation à double échelle.

Mention spéciale pour l’humour qui fait le charme de cette romance et pour le personnage de Jérémiah qui réunit beaucoup de qualités, contribuant grandement au réchauffement climatique. J’ai trouvé l’intrigue basée à partir de la liste, un peu trop facile on voit clairement que Charlotte est totalement opposée à laisser une chance à son amour de jeunesse et l’argument était un peu faible pour la convaincre. Et pourtant malgré mon ressenti, j’ai vraiment passé un bon moment, seulement j’avais été habituée à mieux venant de l’auteure. Après, c’est mon esprit un peu exigent qui en attend toujours plus, en toute honnêteté ça reste un bon roman et la plume est toujours aussi addictive.

Lucie