Biker Babe | Audrey Carlan (Biker Girls #1)

Résumé :
L’univers des bikers est ici parfaitement décrit, des personnalités fortes, des hommes et des femmes libres, mais aux valeurs immuables. Gare à ceux qui passent les limites.
Le premier tome, Biker Babe, nous plonge dans l’univers des bikers. Nous faisons connaissance avec un club de bikers de l’Oregon, dirigé d’une main de fer par Riot. Riot a une fille Shay, la prunelle de ses yeux, mais aussi dotée d’un gros caractère et la princesse des Hero’s Pride.

C’est l’histoire de Shay que nous allons suivre dans le premier opus de la série. Shay et son tout nouveau magasin d’articles pour bikers, Shay la passionnée au tempérament de feu. Son univers est bousculé par l’arrivée de Rex, transfuge du club des bikers de Californie. Il vient prendre la place de vice-président des Hero’s Pride. Grand, sexy et avide de liberté, Rex ne laissera pas Shay indifférente. Mais la loi des Hero’s Pride est sans appel, pas de fraternisation entre frères et soeurs…

Cette série, c’est un hommage aux femmes, car les bikers sont aussi des femmes et elles sont très présentes dans chacun des tomes. Nous les découvrons indépendantes et fières, féminines et courageuses, manipulatrices et sauvages. Avec elles, on ne s’ennuie pas et, sans elles, les bikers ne seraient pas ce qu’ils sont.

Merci Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

J’ai découvert Audrey Carlan lorsque la série Calendar Girls est parue chez Hugo New Romance, le concept d’un roman découpé sur plusieurs mois était assez attrayant et le format court était original. Alors que sa série précédente ne me faisait pas particulièrement envie, le synopsis de Biker Girls mettant en avant des femmes fortes au sein d’un club de bikers était très alléchant.

Nous suivons Shay la fille du président des Hero’s Pride, toujours traité comme une princesse par les membres du club, elle aspire à prendre son envol en ouvrant son magasin d’articles de bikers. Comblée par le commencement de cette nouvelle vie, elle va voir ses certitudes vaciller avec l’arrivée de Rex, le nouveau Vice-Président. Alors qu’elle s’est toujours tenu éloignée des frères du club l’attirance est immédiate et la jeune femme va se voir confronter à une règle qui l’empêche d’espérer entretenir une relation avec le biker.

Avant de débuter ma lecture, j’ai tenté de me détacher des premiers avis que j’ai vus circuler et j’en ressors assez mitigé. Je n’est pas que je n’ai pas aimé, mais on ne peut pas dire que j’ai adoré non plus. Je n’ai lu que très peux de romans dans le milieu des bikers, mais j’étais plus ou moins préparé à une romance sombre dans un tel milieux. Le côté intouchable de Shay rend la romance intéressante, mais alors qu’elle renvoie l’image d’une femme forte élever dans le plus grand des respects par le Président d’un club de biker qui ne se laisse pas faire lorsqu’un homme tente de l’approcher, elle abandonne trop facilement son côté rebelle pour tomber dans les bras de Rex.

Du côté de Rex, si vous n’aimez pas les hommes qui revendiquent les femmes comme leur propriété, fuyez cette histoire, car dès qu’il rencontre la jeune femme c’est le coup de foudre et il s’octroie le droit de lui interdire de fréquenter d’autres hommes, sous prétexte qu’elle est sa future femme. Pour le coup, j’ai trouvé qu’on en faisait trop dès le départ, il ne faut pas oublier que le format est court, alors quand dans le deuxième chapitre le héros appose sa marque sur Shay, alors qu’il ne l’a jamais rencontré c’est assez étrange. Franchement, j’ai lu plusieurs romans discutables pour certaines féministes, mais celui-ci ne m’a pas embarqué dans le développement de la romance Et le format est tellement court qu’on n’a pas le temps de s’attacher aux personnages et ça contribue au manque de profondeur de l’histoire. Je ne suis pas certaine d’avoir envie de continuer la série.

Les Belles Apparences | Vi Keeland

Résumé :
Rachel Martin est une jeune femme pétillante qui cherche à cacher sa vulnérabilité derrière son humour. Dans le cadre de sa thèse en art-thérapie, elle s’apprête à devenir l’assistante d’un professeur de musique au conservatoire : Caine West… qui a la réputation d’être froid et antipathique.
Lorsque Rachel arrive au conservatoire, elle découvre avec embarras que Caine n’est autre que l’homme si séduisant qu’elle a insulté la veille dans le bar où elle travaille… l’ayant pris pour quelqu’un d’autre.
Bouleversée par cette rencontre, Rachel enquête sur Caine, et découvre que derrière les apparences d’un professeur de musique bien sous tous rapports, se cache un homme sombre qui dissimule un passé douloureux.
Que s’est-il passé dans la vie de Caine pour qu’il laisse tomber sa carrière de rock star pour devenir un respectable professeur de musique ?
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi

Je termine l’année avec des papillons pleins le cœur, certes cette lecture n’est finalement pas le coup de cœur tant espéré, mais le bonheur que j’ai pris en tournant les pages suffit à me donner le sourire. J’ai le sentiment que cette lecture sonne comme l’heure du bilan et même si j’ai eu beaucoup de lecture moyenne cette année, certaines autrices sont parvenues encore une fois à bouleverser mon âme de lectrice. Vi Keeland parvient systématiquement à me donner le sourire, et même temps il y a un équilibre parfait avec une histoire d’amour qui me fait rêver tant la passion est une évidence et qui frappe le lecteur en plein cœur.

Comment ne pas commencer cette chronique par la fameuse rencontre, encore une fois Vi Keeland parvient à créer une rencontre explosive entre ces personnages et ça donne un parfait aperçu du reste de l’histoire. Rachel et Caine ont cette alchimie qu’eux-même n’explique pas et lorsque la jeune femme découvre qu’elle est sa nouvelle chargée de TD ils ont déjà des rapports qui n’ont rien de professionnels. Au-delà de l’attirance physique, leur complicité est évidente et plus ils passent du temps ensemble, plus se rapprochent.

Dans la romance, il y a plusieurs manières d’aborder une première rencontre et j’apprécie toujours ce moment où nos héros vont être confrontés l’un à l’autre. Dans le cas présent, la situation est bien évidemment à mourir de rire puisque Rachel n’hésite pas à dire le fond de sa pensée à la mauvaise personne et  bien évidemment, la deuxième rencontre est juste savoureuse puisque Caine se délecte de cette méprise. A partir de ce moment, nos deux héros ne vont cesser de se chercher, de flirter, de dépasser les limites et on n’attend qu’ils succombent à leur désir. Rachel est une héroïne qui n’a pas sa langue dans sa proche, ce n’est pas Caine qui dira le contraire. Elle a cette force que j’apprécie et une certaine combativité que seuls ses proches reconnaîtront.

Du côté de Caine, le mystère n’est pas si épais que le laissait supposer le résumé. Certes, il a un passé qu’il n’étale pas aux premiers venus, mais lui qui se présente comme un égoïste est en vérité un très observateur ; sans compter qu’il y a un contraste entre le professeur rigide et l’homme vulnérable lorsqu’une femme lui plaît. J’ai trouvé le résumé plutôt trompeur, certes il y a un certain mystère autour de son passé, mais ce n’est pas vraiment la direction que va prendre l’intrigue. La tension sexuelle est palpable, on tourne les pages dans l’attente de les voir se jeter l’un sur l’autre, et lorsque ça arrive, on attend que les révélations éclatent au grand jour. En soi, on comprend assez rapidement à travers les chapitres consacrés à Caine, mais cette révélation peut détruire beaucoup de choses dont leur relation, alors on est captivé.

En bref, c’est l’histoire de deux âmes fragiles qui se trouvent et qui par un concours de circonstances vont vivre leur histoire comme si le destin les avait poussé l’un vers l’autre. C’est sexy, drôle, léger et profond à la fois, avec une belle romance au goût d’interdit à la clé. Bon moment garanti avec une autrice incontournable !

Le Voleur de Baisers | L.J. Shen

Résumé :
Elle ne lui était pas destinée.
Être la fille d’un parrain de la mafia italienne de Chicago fait de la toute jeune femme une personne à part. Francesca va vite le découvrir que son avenir qui semblait tout tracé va être bouleversé par un homme qu’elle ne connaissait même pas. Depuis son plus jeune âge, elle rêve d’épouser un homme qu’elle connaît depuis toujours : comme elle, il appartient à une famille criminelle ; ils s’aiment et ont la même vision de la vie. Mais le sénateur Wolfe Keaton a d’autres projets pour elle. Cet avocat a une revanche à prendre sur la famille de Francesca et il a bien l’intention de l’utiliser comme un pion dans la partie d’échec qui l’oppose au père de la jeune femme. Pour cela, il veut en faire son épouse. La voilà obligée d’oublier tous ses projets, celui qu’elle est sûre d’aimer, sa liberté. Wolfe estimait avoir pensé sa vengeance jusque dans les moindres détails. Mais il a sans doute sous-estimé Francesca et les sentiments qu’elle lui inspire.
Merci aux éditions Hugo New Romance pour cet envoi

Une lecture qui me laisse une forte impression, l’histoire m’a captivé dès les premières pages et s’ajoutant à la frustration d’une semaine bien remplie, j’ai profité de chaque instant de lecture pour découvrir cette romance particulière. L.J. Shen flirte entre la New Romance et la Dark Romance, sans jamais franchir la ligne rouge. Certes ce mariage n’est pas voulu et notre héros à des préjugés importants envers la princesse de la mafia, mais à aucun moment il n’abuse de sa position envers sa captive et chaque interaction est plus intense.

Francesca a toujours évolué au sein de l’organisation criminelle de son père, afin de la protéger et de lui offrir une meilleure éducation, la jeune femme a longtemps été dans un pensionnat en Suisse. Aujourd’hui âgée de 19 ans, elle doit se marier avec un homme qui prendra un jour la tête de l’organisation, bien qu’il soit nécessaire de donner sa chance à tous les prétendants, son choix se porte depuis des années sur un homme qu’elle rêve d’épouser et qui lui a toujours fait se sentir épanouie. Seulement cette soirée ne va pas se dérouler comme elle l’imaginait, sur place elle fait la connaissance du Sénateur Wolfe Keaton un homme arrogant qui n’a aucun respect pour elle. Elle n’imaginait pas que quelques jours plus tard, son père annoncerait ses fiançailles avec cet homme qui semble détester sa famille et qui entend mener une vengeance auprès de tous ses membres. A commencer par s’approprier la liberté de la fille chérie du parrain de la mafia et détruire ses projets.

Comme je le disais plus haut nous sommes dans un récit plutôt dark où finalement Francesca est offerte malgré elle à un monstre. On sait parfaitement qu’elle est un pion dans cette histoire de vengeance et que Wolfe n’hésitera pas à se servir d’elle pour arriver à ses fins. Les premiers chapitres étant du point de vu de Francesca on ne peut que souffrir pour ses rêves brisés et son cœur en mille morceau. Épouser un homme qui la méprise et qu’elle déteste n’était pas dans ses projets, pour elle son avenir était tout tracé elle allait enfin pouvoir épouser l’amour de sa vie et il aura fallu qu’un homme qui a dix ans de plus qu’elle, vienne s’immiscer dans sa vie. Je dois avouer qu’au premier abord la différence d’âge est un peu perturbante, Francesca a tellement été couvée qu’elle peut paraître plus jeune que son âge et le Wolfe fait plus vieux que son âge, ce qui crée un fossé qui pourrait paraître malsain et qui finalement n’est pas dérangeant puisqu’ils succombent malgré eux.

Nous sommes face à des personnages complexes qu’on prend plaisir à découvrir lorsque les barrières s’abaissent progressivement. Certes la manière dont ils font la connaissance l’un de l’autre n’est pas romantique, mais les voir se faire la guerre pour finalement apprécier la compagnie de l’autre c’est plutôt plaisant. J’ai apprécié qu’on ne franchisse que très peu les limites et même si Wolfe cherche une épouse, il n’a pas l’intention de la forcer à remplir son devoir conjugal. A force de passer du temps ensemble, ils vont réaliser qu’ils se sont trompés sur l’autre et ouvrir la porte à toutes les possibilités : haine, amour et vengeance sont au cœur du récit.

Une lecture que j’ai beaucoup apprécié et qui sera parvenu à jouer à me fait ressentir la passion. En rentrant le soir je n’avais qu’une envie poursuivre cette histoire captivante et on aura pu facilement gagner une étoile supplémentaire, si une scène dans les derniers chapitres ne m’avait pas agacé, mais je ne vous en dis pas plus, car finalement ce n’est qu’un détail que vous découvrirez par vous-même. Si vous aimez le style de L.J. Shen, cette histoire devrait vous plaire et pour les autres, j’espère que la découverte vous plaira.

Love & Rehab | Jay Crownover

Résumé :
Elle a été la seule à reconnaître les signes qui ne trompent pas : Cable James McCaffrey, si cool et populaire, est en fait un junkie au bord de l’autodestruction. Affton a trop souffert de l’addiction de sa propre mère pour ne pas au moins donner l’alerte.
Quand la mère de Cable apprend qu’une personne est assez naïve pour se préoccuper sincèrement de son fils, elle s’empresse de faire une proposition à Affton : passer l’été en compagnie de Cable dans une villa du bord de la mer et s’assurer qu’il ne retombe pas dans la drogue. Un service qu’elle saura payer suffisamment généreusement pour permettre à Affton d’étudier dans l’université de ses rêves.
Comment refuser ? Affton en est incapable, même en sachant pertinemment que Cable va détester ce projet. Et, surtout, que ce garçon, aussi odieux soit-il, est susceptible de développer chez elle une tout autre forme d’addiction, peut-être plus dangereuse encore…
Je remercie les Éditions New Romance pour cet envoi

Ça fait quelques minutes que je tente de mettre des mots sur mes émotions. Si vous ne connaissez pas Jay Crownover, sachez que cette auteure à changer à jamais ma vision de la New Romance. Les héros torturés elle ne les a pas inventés, mais son univers à considérablement changé ma vision de l’homme idéal. Il n’y a pas de modèle type, mais les tatoués n’ont jamais été une source de fantasmes et sa manière de mettre en lumière l’art corporel est parvenu à changer ma vision des choses. J’ai trouvé cette histoire un peu différente des autres, mais tout aussi captivante tant par le sujet abordé qui révèle une vraie faiblesse chez notre héros, que par la romance naissante.

Affton et Cable n’ont jamais fréquenté les mêmes cercles, mais à force de se croiser tous les jours dans leur lycée Affton a vu le jeune homme perdre de sa superbe et même si sa popularité n’a jamais été aussi forte, la jeune femme sait reconnaître les signes de l’addiction. Alors qu’elle tente de donner l’alerte, sa voix ne semble pas entendue. Pourtant lorsque la mère de Cable apprend qu’une personne ne se soucis suffisamment de son fils pour dénoncer son autodestruction, elle propose à Affton de passer l’été en compagnie de Cable pour l’empêcher de retomber dans ses vieux démons et se sortir de cette spirale qui le pousse un peu plus au bord du précipice.

On a un contraste intéressant avec deux personnages que tout oppose. D’un côté une jeune femme qui a tout programmé et qui ne souhaite aucune distraction et de l’autre un héros plutôt borderline qui s’enfonce un peu plus dans la noirceur de ses émotions. Au premier abord ils ont tous pour se détester et la seule fois où Affton va décider d’être impulsive, sa décision va irrémédiablement changer son avenir. Dans ce huis clos nous allons apprendre à découvrir nos personnages en profondeur et même si l’alchimie n’est pas évidente à leur première rencontre, leur relation oscille entre haine et amour. L’addiction et la dépression occupent une place importante dans l’histoire, mais finalement ce n’est pas un récit qui traite de ces thèmes en profondeur. Jay Crownover cherchait à mettre des mots sur sa propre histoire et à travers l’évolution des personnages on sent que cette rencontre c’est ce qui pouvait leur arriver de mieux, car ils se complètent et se comprennent.

Le temps d’un été, ils vont devoir mettre de côté leurs différences pour tenter de se supporter, mais entre deux engueulades ils vont apprendre à se connaître et affronter ensemble une réalité qu’ils vont mettre du temps à accepter. Entre l’amour et la haine on dit souvent qu’il n’y a qu’un pas, et ces deux bagarreurs vont nous prouver qu’une complicité peut naître dans la souffrance. J’ai beaucoup aimé la manière dont ils s’accordent leur confiance et même si le chemin est long, ils vont tous les deux abaisser les barrières qui les maintenaient à distance pour se laisser porter par leurs sentiments naissants, tout en luttant contre les ombres qui planent.

Un livre captivant qui plonge au cœur du récit dès les premières pages et la seule manière d’assouvir ce bonheur c’est de le dévorer jusqu’à la dernière ligne. Une lecture comme on les aime qui saura vous combler.

The Play | Elle Kennedy (Briar Université #3)

Résumé :
Il entre en première année d’université avec un seul but en tête : pas de petites amies.
L’an dernier, il s’est laissé distraire par sa vie amoureuse, ce qui lui a coûté sa saison de hockey.
Cette année, il a décidé de renoncer aux femmes. Son équipe passe en premier.
Mais ces bonnes résolutions vont être difficile à tenir. Il se trouve qu’il se retrouve en binôme avec une fille hyper sexy sur un projet d’école. Une bavarde invétérée qui a beaucoup d’arguments pour elle.
Une fille déterminée à faire ressortir son côté sauvage….

Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi.

Hunter ne m’avait pas forcément fait forte impression, mais son évolution dans les tomes précédents m’avait néanmoins rendu curieuse. Suite aux événements des deux tomes précédents nous retrouvons notre héros plus déterminé que jamais, cette nouvelle année le sportif s’est fixé pour objectif de se focaliser sur le hockey et ses coéquipiers et pour ce faire, il prend une décision radicale à savoir l’abstinence. Jusqu’ici l’auteure nous avait habitués à de fortes attirances et j’ai trouvé ce tome un peu différent, plus posé et moins centré sur le côté drama. Hunter nous montre le visage d’un homme réfléchi, capable d’entretenir une relation amicale solide avec une femme, sans se laisser influencer par le manque, tout en conservant une certaine malice.

Un projet scolaire va lui permettre de faire la connaissance de Demi, une jeune femme studieuse qui est très appliqué dans ses études et qui apprécie particulièrement cette matière. Au fil des sessions d’études, Hunter et Demi vont apprendre à se connaître et malgré le fait qu’il évolue dans des cercles différents, ils vont se lier d’amitié et le fait que la jeune femme ait un petit ami va contribuer à consolider cette relation. Rapidement ils vont développer une complicité et ça se ressent dans les échanges qui sont à la fois touchant, drôle et sexy. Je pense même qu’il détrône le tome précédent, c’est difficile à expliquer, et c’est un ressenti très personnel mais c’est un tome plus réaliste sur l’évolution d’une amitié-amoureuse et j’ai trouvé ce troisième opus très drôle.

J’ai tendance à être impatiente de la première rencontre entre les héros et en même temps j’aime savourer les prémices des relations amoureuses. Ici l’histoire prend le temps de développer une amitié entre les héros et on assiste à la naissance de la complicité, dans la première partie on a conscience qu’aucune relation n’est possible et c’est ce qui rend cette amitié plus forte. Ensuite bien évidemment la relation évolue dans une autre direction, alors que le côté sexy était innocent jusqu’ici on accentue dans la deuxième partie la tension sexuelle entre les personnages tout en poursuivant cette relation d’amitié solide. L’abstinence d’Hunter est bien évidemment ce qui rend cette relation intense et drôle à la fois et on assiste à la levée des barrières séparant l’amitié de l’Amour.

Je n’ai pas trouvé d’informations à ce sujet, mais en refermant ce livre j’aimerais découvrir l’histoire de Connor. Je ne suis pas encore prête à quitter cette série et ses personnages haut en couleur. Sans compter que retrouver les personnages quelques années plus tard ça n’a pas de prix. Je suis absolument sous le charme de ce troisième opus et je ne peux que vous le recommander.

Mon avis sur The Chase #1 ICI
Mon avis sur The Risk #2 ICI