Accidentelle | Sarina Bowen

Résumé :
À 17 ans, elle rencontre enfin son père. Une rockstar aux millions de fans…
Rachel, 17 ans, n’a jamais connu son père. Jusqu’au jour où sa mère succombe à un cancer. L’inconnu débarque dans sa vie du jour au lendemain. Inconnu si l’on peut dire, car il n’est autre que le chanteur de Wild City, l’immense tube qu’on entend partout.

Je n’avais aucune attente en débutant ce roman et j’en sors agréablement surprise. Sarina Bowen est une auteure que j’ai découverts récemment et après sa série Le Grand Nord j’étais impatiente de pouvoir retrouver sa plume. Encore une fois les émotions sont au rendez-vous et c’est avec beaucoup de pudeur que l’auteure nous embarque dans une histoire touchante, qui aborde avec justesse le parcours d’une jeune femme confronté à l’une des épreuves les plus difficiles qu’un être humain puisse être confronté.

Rachel n’a que 17 ans lorsque sa mère succombe après un long combat contre la maladie, ayant été élevée uniquement par sa mère elle se retrouve contrainte de faire appel au peu de famille afin de déterminer chez qui elle vivra en attendant de poursuivre ses études. Contre toute attente, son père qu’elle n’a jamais connu se manifeste et souhaite subvenir aux besoins de sa fille. Cet homme qui débarque dans sa vie du jour au lendemain est à la fois un inconnu et un homme qui n’a aucun secret pour elle, puisqu’il s’agit d’un célèbre chanteur de rock.

Dès le début on ressent les émotions contradictoires qui traverses Rachel, bien qu’elle tente de ne pas le montrer la situation est assez difficile à gérer. Perdre sa mère, se retrouver en foyer et rencontrer un homme qu’elle rêve de côtoyer depuis son enfance, mais qui pourtant est un parfait inconnu pour elle peut s’avérer perturbant. Tous ces événements vont montrer plusieurs facettes de sa personnalité, d’un côté la jeune femme qui tente de rester forte, tout en pleurant sa maman et de l’autre, la jeune fille perdue qui a toujours rêvé de connaître son père, mais qui finalement est effrayée par les questions qu’elle rêve de lui poser. Ses pensées révèlent assez rapidement des insécurités et bien que tout se règle assez rapidement, devoir vivre auprès d’une rock-star est complètement différent que tout ce qu’elle n’a jamais connu et il y a une différence entre l’homme et la star.

J’ai trouvé que Rachel était une jeune femme très compréhensive, malgré sa peine et les interrogations face à la situation, elle ne va pas tenir rigueur à son père de son absence et les instants qu’ils vont passer ensemble, vont d’abord être maladroits, mais même en marchand sur des œufs, ils vont s’apprivoiser en douceur. Lorsqu’elle apprend qu’elle va vivre quelques semaines en Californie, elle va rester sur ses gardes tout en découvrant un autre monde que celui dans lequel elle a grandi et bien qu’hésitante, leur relation va devenir réellement touchante. Bien évidemment il y a des moments d’incompréhension, mais même si leur relation est fragile Rachel va cacher ses insécurités. Finalement, nous ne mesurons le chemin parcouru, que lorsque Rachel pars pour débuter sa scolarité dans une prestigieuse école et que son père décide de la suivre pour ne pas être séparée d’elle.

Dans une seconde partie plus légère, Rachel va reprendre le cours de sa vie, elle va pouvoir compter sur un groupe d’amis qui va l’aider à s’en sortir. Imperceptiblement les craintes de l’abandon vont être mises en lumière et la voir se débattre avec ses craintes de décevoir son père, m’a vraiment ému. On s’attachement simplement à cette jeune femme qui doit vivre une épreuve difficile, puis rencontrer son père dans des circonstances particulières et nous les voyons tenter de s’apprivoiser maladroitement. On se laisse porter par le récit, qui alterne entre tristesse, espoir et petite victoire. J’ai trouvé la fin un peu brutale, je n’étais pas encore prête à quitter les personnages et j’aurais apprécié que l’histoire se prolonge quelques pages.

Publicités

Fake | Jenn P. Nguyen

Résumé :

Mia et Jake se connaissent depuis toujours. Et pour cause : leurs mères sont meilleures amies ! Ils se sont supportés pendant toutes les vacances d’été, tous les brunchs du dimanche et même lors des visites annuelles chez le dentiste…
Depuis qu’ils sont ados, les mamans n’ont qu’une idée en tête : leurs chérubins formeraient le couple rêvé, elles en sont convaincues. Mia et Jake, eux, en sont plutôt au stade où se trouver dans la même pièce est déjà un calvaire. Pour avoir un peu la paix, ils élaborent le plan parfait : ils vont prétendre être ensemble pendant deux semaines, puis rompre afin de calmer leurs mères à tout jamais. Ensuite, ils seront libres. Du moins, c’était ce que la stratégie soi-disant sans faille prévoyait…
Je remercie les éditions New Way pour l’envoi de ce roman

Je termine cette lecture avec un avis mitigé, je ne dirais pas que je suis déçue parce qu’on passe un bon moment et que l’histoire est fluide, mais objectivement on survole l’histoire et les personnages ne sont pas totalement aboutis. Et en même temps, c’est le genre d’histoire sans prise de tête qui peut réserver des surprises lorsqu’on veut simplement lire pour se détendre et passer un bon moment.

Mia et Jake ont grandi ensemble, mais en grandissant ils se sont éloignés et on ne peut pas dire que leur rapport soit excellent. On peut même dire qu’il subisse cette proximité et pour cause leurs mères sont amis et ne font rien l’une sans l’autre, voyage, repas ou encore visite annuelle chez le dentiste. Loin d’être subtile, les deux mamans ne cachent pas que leur but est de voir leur enfant se mettre en couple, quitte à intervenir dans la vie sentimentale de leur progéniture. Mia et Jake sont arrivés à un stade où ils se supportent difficilement, et cette pression constante ne fait que renforcer leur calvaire, alors au détour d’une conversation il décide de prétendre qu’ils sont ensemble pendant deux semaines, pour rompre en bon éduforme et ainsi enterrer le désir de leurs mères.

Je me rends compte en écrivant cette chronique que je ne connais pas grand chose sur les personnages principaux. Il est avéré qu’il se déteste, mais finalement on apprend qu’ils étaient amis petit et on ne comprend pas vraiment pourquoi il ne se supporte pas. J’ai d’ailleurs trouvé Mia parfois dure envers Jake qui n’a pas fait grand-chose pour subir cette aversion, mais au contact l’un de l’autre ils vont retrouver la complicité qu’ils avaient autrefois tissée. J’ai trouvé les deux mamans un peu psychopathes sur les bords, on dépasse le rôle d’entremetteuse, mais on finit par s’attacher à ces deux femmes plus clairvoyantes que leurs enfants. Et bien évidemment, ce plan va engendrer des complications et leur stratégie va les poursuivre jusqu’au lycée.

Je déplore quelques longueurs dans la mise en place de l’histoire et une accélération dans les derniers chapitres ce qui déséquilibre un peu le rythme. Et ça influence forcément mon ressenti, et personnellement bien que j’ai apprécié l’histoire n’en restera pas pourtant gravé dans mon histoire. Néanmoins pour l’été c’est le genre d’histoire qu’on apprécie lire sur la plage, avec la mer en fond sonore et un parasol pour éviter l’insolation. Et puis l’humour contribue à rendre l’histoire drôle et touchante, surtout du côté de Jake.

Comment mon été est parti en fumée | Jennifer Salvato Doktorski

Résumé :

Rosie a toujours été impulsive. Mais sûrement pas au point de mettre le feu à la voiture de Joey, son ex qu’elle a surpris en train de la tromper. Ça non, jamais ! Ni d’appeler ce traître toutes les dix minutes pour lui expliquer ce qu’elle pense de lui…
En tout cas, la voilà qui écope d’une ordonnance restrictive qui l’empêche d’approcher Joey à moins de cinquante mètres. Alors, quand son ami Matty annonce à ses parents qu’il part pour l’été en road-trip avec deux copains, ils ont la bonne idée de l’incruster dans l’aventure, histoire de l’éloigner un peu.
L’enfer ! Au début, Rosie n’a qu’une idée en tête : s’enfuir illico, faire du stop et rentrer scruter le moindre des mouvements de Joey. Mais l’air de la route, les expériences inédites et les nouveaux amis lui font vite voir la vie sous d’autres horizons…
Je remercie les éditions New Way pour l’envoi de ce roman

Un livre jeunesse qui m’a fait passer un bon moment, mais qui manque de rythme. Malgré une lecture mitigée, la plume fluide et le road trip nous embarquent en compagnie de nos héros et on ne s’ennuie pas. J’ai mis du temps avant d’apprécier l’héroïne, mais son évolution la rend attachante et ses compagnons de voyages touchants.

Rosie est une héroïne impulsive, alors quand elle apprend que son ex Joey la trompe avec son opposée, elle veut simplement comprendre et n’hésite pas à envoyer des messages au principal intéressé, mais face au silence et contrainte d’observer le nouveau couple, la colère va la pousser à mettre le feu à leurs souvenirs communs et une chose en entraînant une autre, la jeune femme se retrouve accusée d’avoir mis le feu à la voiture de celui-ci et les nombreux appels et textos, la place dans une situation compliquée quand elle écope d’une ordonnance restrictive. Dans l’attente du procès la famille de Rosie, décide de la pousser à accepter un voyage avec Matty son ami et deux copains avec qui il a prévu de faire le voyage, afin qu’elle s’éloigne des ennuis et de la tentation.

Rosie n’est pas forcément l’héroïne pour qui je vais avoir un coup de cœur dès le début de l’histoire, certes j’ai apprécié son évolution pendant le voyage, mais ce n’était pas gagné. Au-delà de son impulsivité, j’ai trouvé Rosie parfois immature, la situation est grave et elle semble minimiser les faits, certes les événements se sont emballés. Ce voyage va débuter dans la contrainte et peu à peu, elle va réaliser qu’elle a fait fausse route depuis le début et que le groupe d’amis qui l’accompagne a énormément à lui offrir. Kilomètre, après Kilomètre un lien fort va se créer entre les compagnons de voyage et chacun va se remettre en question.

J’ai eu du mal à comprendre certains choix de Rosie, on est face à une situation qui peut compromettre l’avenir de la jeune femme et elle ne pense qu’à contacter Joey, alors qu’elle lui en veut de l’avoir trompé donc évidemment, ça engendre des débats intérieurs agaçants et elle ne voit même pas qu’elle est entourée par des amis qui tiennent sincèrement à elle et elle prend des décisions décevantes. Il m’aura fallu plusieurs chapitres pour commencer à apprécier Rosie et ça influence forcément mon ressenti, mais les personnages secondaires contribuent à rendre le voyage agréable et on termine la lecture avec le cœur léger.

Alex, peut-être… | Jenn Bennett

Résumé :

Fan absolue de cinéma, Bailey Ridell a passé son année de lycée à discuter en ligne avec Alex, un geek également passionné des salles obscures. Et peut-être aussi à craquer un peu pour lui… Mais alors qu’elle s’apprête à le rencontrer, elle commence à paniquer. Et si c’était un pervers qui se cachait derrière son écran ? Ou tout simplement une déception dans la vraie vie ? Dans le petit musée local où elle s’est dégoté un boulot pour l’été, elle se rapproche de Porter, un mystérieux surfer un brin impertinent. Mais avant de décider avec qui elle pourrait partager une belle histoire, Bailey veut découvrir qui est Alex. Elle va donc remonter sa piste pour le retrouver. Tandis que la vérité se dévoile, Bailey devra assumer celle qu’elle est vraiment et faire un choix. Alex, peut-être ?
Je remercie les Éditions Hugo New Way pour l’envoi de ce roman.

Lorsque je me suis intéressée à ce roman, c’est principalement parce qu’il est rattaché à la collection New Way et puis il faut dire que la couverture très estivale a terminé de me séduire. La quatrième de couverture paraissait intéressante, mais je ne m’attendais pas à apprécier autant ma lecture et la surprise, ce sont les thèmes abordés beaucoup plus profond que le résumé le laisse paraître. Cette petite étincelle lors de ma lecture c’est tout simplement ce qui manquait aux précédents romans de la collection, ici les émotions sont plus élaborées.

L’histoire débute par une correspondance en ligne entre deux fans absolus de cinéma, de ces discussions un certain attachement va naître, pourtant lorsque Alex sont correspondant passionné lui propose un rendez-vous au festival de cinéma de sa ville, Bailey panique et n’ose pas accepter, la jeune femme va même jusqu’à lui cacher qu’elle vient d’emménager chez son père, habitant la même ville que le jeune homme. Décidé à surmonter ses doutes, Bailey décide de partir à la recherche d’Alex pour anticiper leur rencontre et mettre ses doutes de côté. Dans le petit musée local où elle travaille pour l’été Bailey fait la connaissance de Grace, une figure locale de la petite ville et peu à peu, elle se rapproche de Porter, un surfeur avec qui la tension est à son comble et qu’elle prend plaisir à rendre dingue. Au fil de l’été, la jeune femme va vivre de nouvelles expériences et progressivement se remettre d’une épreuve dont elle n’a jamais parlé à personne et qui a marqué sa vie.

Bailey est une héroïne attachante, elle a cette désinvolture et cette passion lorsqu’elle échange avec Alex, qui la rend insouciante et sa passion pour le cinéma la rempli de bonheur. Ses échanges avec Alex malheureusement bien trop court, sont pleins de mention aux acteurs, au cinéma et au film culte. Cette légèreté, dans la réalité elle ne l’expose pas aussi facilement, car derrière ce côté fermé qu’elle montre aux autres, se cache des blessures importantes qui ont contribué à la rendre méfiante. Ce job d’été que va lui trouver son père, va lui permettre de renoncer à sa solitude et les amis qu’elle va trouver sur place vont l’aider à progressivement s’ouvrir aux autres. Tout d’abord Grace qui va lui permettre de lâcher prise, et puis Porter, qui va la faire sortir de sa coquille dans un premier temps par colère et puis, ensuite par l’humour qu’il renvoie. Ensemble, ils vont se redécouvrir.

On aborde les thèmes de l’adolescence, la famille, les amis et les premiers amours, le tout sur un fond estival. D’autres sujets plus complexes seront abordés avec beaucoup de pudeur, la romance n’est finalement pas centrale à l’histoire. Certes l’amour est au cœur du récit, mais c’est davantage une quête de soi, une manière d’apprivoiser ses démons tout en apprenant à s’ouvrir à quelqu’un. Bailey et Porter m’ont fait traverser plusieurs émotions, du rire, des larmes, et beaucoup d’attendrissement. Un récit a la plume envoûtante qui nous entraîne dans une intrigue touchante. Je vous recommande cette lecture.

L’amour, la vie et ma liste | Kasie West

Résumé :

Abby Turner n’avait pas vraiment prévu que l’été de ses dix-sept ans tourne ainsi à la catastrophe. Sérieusement, tomber amoureuse de son meilleur ami ? Se faire exclure d’une expo sous le prétexte que son art  » n’a pas d’âme  » ? Sans oublier les problèmes d’anxiété de sa mère…
Il lui vient alors une idée folle : dresser la Liste du Coeur. Abby va se donner l’été pour accomplir dix missions. Morceaux choisis : affronter l’une de ses plus grandes peurs, découvrir l’histoire d’un parfait inconnu ou encore tomber amoureuse… Si elle parvient à compléter cette liste, elle deviendra enfin l’artiste inspirée qu’elle a toujours rêvé d’être. Mais le plus grand des défis n’est-il pas de se révéler à soi-même ?
Je remercie les éditions New Way – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

J’ai débuté cette lecture sans en attendre la moindre chose, l’objectif était simplement de passer un bon moment et de partager un moment avec des personnages attachants. Malgré certains sujets un peu survolés, c’est totalement le genre de lecture jeunesse qui fait passer un bon moment et comme à son habitude Kasie West nous embarque dans son univers grâce à une plume fluide et une histoire touchante.

Ce roman aborde plusieurs thèmes intéressants, notamment l’amour à sens-unique. Abby Turner est amoureuse de son meilleur ami, mais on ne peut pas dire que la révélation de ses sentiments se soit passée comme elle s’y attendait, alors plutôt que risquer de perdre celui qui structure sa vie, la jeune femme à préférer faire marche arrière et qualifier cet événement d’erreur de parcours. Pourtant malgré cette volonté d’oublié, il est parfois difficile de passer à côté de la souffrance d’un amour non partagé, surtout quand pour la première fois le quatuor, se retrouve en duo et que la vie sentimentale de Cooper semble décoller. Sans oublier bien-sûr son rêve d’intégrer une école d’art compromis par une exposition avortée au motif que son travail n’est pas assez mature et que son art manque d’âme. Il n’en fallait pas plus à Abby pour dresser la Liste du Cœur, afin de vivre un été riche en émotion et ainsi sortir de sa zone de confort. Accompagnée de sa fidèle moitié, Abby va tenter d’accomplir les dix missions de la liste. Seulement ces défis vont mettre autre chose en lumière.

Abby est un personnage qui m’a touché, les émotions concernant ses sentiments sont vraiment bien retranscrites et à plusieurs reprises j’ai eu mal au cœur face à cet amour non partagé, sans compter que Cooper fait partie intégrante de sa vie et pour tout le monde ils sont inséparables. Seule la famille de la jeune femme est au courant de cet amour et elle va pouvoir compter sur le soutien de ses proches. D’ailleurs cette famille est particulièrement attachante, à commencer par le grand-père qui est drôle et Abby va pouvoir compter sur cet homme prêt à tout pour sa famille. Surtout compte-tenu de l’état de santé de la mère d’Abby qui semble souffrir de plus en plus d’anxiété lorsque son père est déployé dans un autre mission. J’ai apprécié cette immersion dans une famille de militaires et voir la relation qu’un père peut avoir avec sa fille malgré l’éloignement et indéniablement ils sont tous très soudés, surtout lorsqu’il s’agit d’aider Abby dans sa quête d’ouverture au monde.

Les personnages secondaires qui gravitent autour d’Abby sont tous assez intéressants et l’amitié à une place importante dans cette histoire. Tous issus de milieux différents ou guidé par une passion qui leur est propre, pourtant ils vont tisser des liens importants. Que ce soit Cooper l’ami de toujours, qui parvient grâce à son humour à attendrir Abby, Eliott le sculpteur qui comprend sa passion pour l’Art ou même Lacey la comédienne au bon conseil, tous vont apporter à leur manière une part d’eux et contribuer au développement d’Abby. Sans oublier bien-sûr l’incroyable grand-père qui malgré l’âge porte le bon sur ses épaules et parvient à apporter les conseils des précieux. Il y a une certaine bienveillance dans cette lecture qui ne peut qu’apporter un côté positif et même si certains passages sont moins gais que d’autres, on garde en mémoire le positif.

Une jolie lecture pleine d’humour, l’histoire est simple et finalement on n’attend rien d’autre de cette lecture qu’un bon moment. C’est léger, frais, et ça pourrait être idéal comme lecture estivale, sans compter une écriture entraînante qui m’a séduite. Je ne peux que vous recommander cette lecture.