L’amour, la vie et ma liste | Kasie West

Résumé :

Abby Turner n’avait pas vraiment prévu que l’été de ses dix-sept ans tourne ainsi à la catastrophe. Sérieusement, tomber amoureuse de son meilleur ami ? Se faire exclure d’une expo sous le prétexte que son art  » n’a pas d’âme  » ? Sans oublier les problèmes d’anxiété de sa mère…
Il lui vient alors une idée folle : dresser la Liste du Coeur. Abby va se donner l’été pour accomplir dix missions. Morceaux choisis : affronter l’une de ses plus grandes peurs, découvrir l’histoire d’un parfait inconnu ou encore tomber amoureuse… Si elle parvient à compléter cette liste, elle deviendra enfin l’artiste inspirée qu’elle a toujours rêvé d’être. Mais le plus grand des défis n’est-il pas de se révéler à soi-même ?
Je remercie les éditions New Way – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

J’ai débuté cette lecture sans en attendre la moindre chose, l’objectif était simplement de passer un bon moment et de partager un moment avec des personnages attachants. Malgré certains sujets un peu survolés, c’est totalement le genre de lecture jeunesse qui fait passer un bon moment et comme à son habitude Kasie West nous embarque dans son univers grâce à une plume fluide et une histoire touchante.

Ce roman aborde plusieurs thèmes intéressants, notamment l’amour à sens-unique. Abby Turner est amoureuse de son meilleur ami, mais on ne peut pas dire que la révélation de ses sentiments se soit passée comme elle s’y attendait, alors plutôt que risquer de perdre celui qui structure sa vie, la jeune femme à préférer faire marche arrière et qualifier cet événement d’erreur de parcours. Pourtant malgré cette volonté d’oublié, il est parfois difficile de passer à côté de la souffrance d’un amour non partagé, surtout quand pour la première fois le quatuor, se retrouve en duo et que la vie sentimentale de Cooper semble décoller. Sans oublier bien-sûr son rêve d’intégrer une école d’art compromis par une exposition avortée au motif que son travail n’est pas assez mature et que son art manque d’âme. Il n’en fallait pas plus à Abby pour dresser la Liste du Cœur, afin de vivre un été riche en émotion et ainsi sortir de sa zone de confort. Accompagnée de sa fidèle moitié, Abby va tenter d’accomplir les dix missions de la liste. Seulement ces défis vont mettre autre chose en lumière.

Abby est un personnage qui m’a touché, les émotions concernant ses sentiments sont vraiment bien retranscrites et à plusieurs reprises j’ai eu mal au cœur face à cet amour non partagé, sans compter que Cooper fait partie intégrante de sa vie et pour tout le monde ils sont inséparables. Seule la famille de la jeune femme est au courant de cet amour et elle va pouvoir compter sur le soutien de ses proches. D’ailleurs cette famille est particulièrement attachante, à commencer par le grand-père qui est drôle et Abby va pouvoir compter sur cet homme prêt à tout pour sa famille. Surtout compte-tenu de l’état de santé de la mère d’Abby qui semble souffrir de plus en plus d’anxiété lorsque son père est déployé dans un autre mission. J’ai apprécié cette immersion dans une famille de militaires et voir la relation qu’un père peut avoir avec sa fille malgré l’éloignement et indéniablement ils sont tous très soudés, surtout lorsqu’il s’agit d’aider Abby dans sa quête d’ouverture au monde.

Les personnages secondaires qui gravitent autour d’Abby sont tous assez intéressants et l’amitié à une place importante dans cette histoire. Tous issus de milieux différents ou guidé par une passion qui leur est propre, pourtant ils vont tisser des liens importants. Que ce soit Cooper l’ami de toujours, qui parvient grâce à son humour à attendrir Abby, Eliott le sculpteur qui comprend sa passion pour l’Art ou même Lacey la comédienne au bon conseil, tous vont apporter à leur manière une part d’eux et contribuer au développement d’Abby. Sans oublier bien-sûr l’incroyable grand-père qui malgré l’âge porte le bon sur ses épaules et parvient à apporter les conseils des précieux. Il y a une certaine bienveillance dans cette lecture qui ne peut qu’apporter un côté positif et même si certains passages sont moins gais que d’autres, on garde en mémoire le positif.

Une jolie lecture pleine d’humour, l’histoire est simple et finalement on n’attend rien d’autre de cette lecture qu’un bon moment. C’est léger, frais, et ça pourrait être idéal comme lecture estivale, sans compter une écriture entraînante qui m’a séduite. Je ne peux que vous recommander cette lecture.

Publicités

Tout ce que je n’ai pas dit | Tamara Ireland Stone

Résumé :

Hannah est Emory sont meilleures amies depuis toujours. Et pourtant, elles ne se sont pas parlé depuis des mois. Depuis ce fameux jour où elles ont dit des choses qu’elles ne peuvent retirer…
Depuis, Emory se concentre sur ses concours pour intégrer une école d’art à la rentrée prochaine. Ainsi que sur Luke, son petit ami. Pendant ce temps, la vie d’Hannah est chamboulée par les problèmes de ses parents. La famille de cette fille de pasteur éclate à petit feu.
Jusqu’au jour où Luke a un accident juste en bas de leur rue. Et c’est Hannah qui est là pour le découvrir. Cette nuit va tout changer dans la vie du trio. Ils devront affronter leurs plus intimes convictions et apprendre à dire tout haut ce qu’ils n’ont jamais osé avouer.
Je remercie les éditions New Way – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Depuis que j’ai lu Dans chacun de mes mots, je rêvais de pouvoir relire Tamara Ireland Stone, tout en ayant peur de ne pas ressentir des émotions aussi brutes. Lorsque j’ai lu le résumé de ce roman pour la première fois j’étais persuadé d’avoir une idée toute tracée de la direction qu’allait prendre l’histoire et j’ai finalement commencé ma lecture avec quelques à priori, rapidement balayé par l’intrigue. Sur fond d’une amitié brisée, on aborde des thèmes surprenants et le parcours de deux jeunes femmes en quête de vérité.

Hannah et Emory sont voisines depuis toujours, et la force de leur amitié a grandi en même temps qu’elle. La proximité de leurs maisons a toujours été leur plus grande fierté, seulement aujourd’hui elle ne fait que rappeler aux jeunes femmes cette journée où les mots ont dépassé la pensée. Depuis, ni Hannah, ni Emory ne se sont adressé la parole et malgré le vide que l’autre a laissé, toutes deux vont poursuivre leur vie l’une sans l’autre. D’un côté Emory va se consacrer à ses auditions pour intégrer l’école d’Art de ses rêves et le reste du temps à son petit ami Luke. De l’autre, Hannah va voir ses projets d’avenir bouleversés, et secoués par des révélations. Une nuit, Luke a un accident devant la maison des filles et Hannah est la première à lui porter secours.

J’ai trouvé intéressant la manière dont on aborde la brouille entre les deux jeunes femmes, dès le début on sait que leur amitié s’est brisé après une dispute et l’auteure parvient à mettre l’accent sur l’impact que ces mots ont eu sur ses deux héroïnes sans révéler les mots qui ont tout changé. Au contraire, on découvre des bribes d’information au gré des choses vécues par les jeunes femmes et finalement on apprend à les connaître séparément. Hannah semble être la plus fragile des deux et le manque peut s’avérer plus présent dans sa vie, mais on réalise l’impact que peuvent avoir les mots, quand on réalise qu’elle remet en cause toute sa vie. Etant la fille d’un pasteur, elle s’est construite avec la religion, les changements récents dans sa vie vont l’inciter à se questionner sur ses croyances et peu à peu s’émanciper en ouvrant les yeux sur le monde.

Chez Emory il est plus difficile de détecter les émotions liées à cette rupture amicale, très entourée par sa troupe de théâtre ou par Luke, on  décèle moins la solitude. Passionnée par le théâtre ont la voit se donner complètement dans ses interprétations et elle puise ses émotions dans tout ce qu’elle a perdu. L’accident de Luke va bouleverser sa vie et plonger le lecteur au cœur d’une quête à la fois surprenante et instructive. L’auteure aborde avec justesse, des thèmes tels que la Religion, la confiance, l’amitié et l’amour.

Quelques longueurs dans la première partie du roman, mais les sujets abordés sont intéressants et même s’il ne faut pas s’attendre à une intrigue exceptionnelle, l’histoire est touchante et j’ai passé un bon moment.

Sky High | Emma R. Lowell

Résumé :
Gill est une jeune et jolie Londonienne qui s’apprête à passer son diplôme pour étudier ensuite la médecine. Déterminée, elle travaille d’arrache-pied afin de réaliser son rêve. Heureusement, elle s’accorde un peu de répit avec ses séances d’escalade, sa nouvelle passion.
À la salle, elle fait la rencontre du charmant (et sexy !) Jared. À première vue, le jeune homme, un peu trop casse-cou, n’a pas grand-chose pour lui plaire. Le stress des examens lui suffit, pas besoin de se rajouter une crise d’angoisse à chaque fois qu’il décide de grimper telle façade ou de jouer les funambules entre deux immeubles ! Pourtant, le destin semble vouloir le mettre sans arrêt sous son nez. Comme s’ils étaient des aimants.
Ils finissent par se rapprocher, et Jared se laisse apprivoiser au fil des soirées passées à arpenter les toits londoniens. Jusqu’au jour où, contre toute attente, c’est Gill qui est victime d’une tragédie. Face aux épreuves, Gill et Jared devront retrouver l’équilibre ensemble, en réapprenant la vie et l’amour.
Merci Hugo New Way pour cet envoi.

Vous l’aurez sans doute compris, les Éditions New Way ont décidé de proposer un nouveau format pour les auteurs français de cette collection destinée aux ados, mais pas que. Cette nouveauté s’accompagne d’un petit prix pouvant rentrer dans les petits budgets. Mise à part la différence de taille qui m’angoisse un peu dans ma bibliothèque, c’est un plaisir de constater que cette collection devient plus abordable pour les lecteurs et leur appétit livresque.

Qui dit nouvelle année, dit nouveaux auteurs et malgré mes recherches, je n’ai réussi à dénicher aucune information sur Emma R. Lowell, c’est donc à l’aveugle que je me suis lancée et malgré quelques points négatifs sur lesquels je vais revenir, dans l’ensemble le thème est bien menée. Le roman se compose en deux parties, il y a un avant plus désinvolte et un après plus mature, plus difficile. C’est avec beaucoup d’émotions que l’auteure nous plonge le temps de quelques chapitres dans une tragédie bouleversante qui m’a immédiatement prit au cœur.

Gill est à un tournant de sa vie, dans quelques mois elle passera le bac et son avenir est tout tracé, déterminée à réaliser son rêve en intégrant un cursus de médecine la jeune femme travaille d’arrache-pied. Afin de mettre toutes les chances de son côté, elle accepte un défi de sa meilleure amie en intégrant un programme de tutorat, mais en échange les deux amies se promettent de rejoindre un club qui propose des séances d’escalade. Ce sport est tout ce dont Gill avait besoin pour décompresser et sur place elle va faire la connaissance de la star du club.

Jared donne l’impression de n’avoir peur de rien et au premier abord il semble ravi d’attirer l’attention sur lui et son sport. Lorsque Gill fait sa connaissance on est loin du coup de foudre, mais sa meilleure amie s’étant entiché de Jared, la jeune fille n’a pas d’autres choix que s’intégrer à son groupe d’amis, les rapprochant malgré eux. Au gré des rencontres, ils se découvrent l’un et l’autre et les préjugés de la jeune fille vont laisser place à une même découverte de leur passion pour la skyline, ou l’escalade, mordant la vie à pleines dents.

Comme je le disais plus haut, il y a quelques points négatifs qui m’ont empêché de totalement apprécier l’intégralité de ma lecture. A commencer par le début, qui met du temps à démarrer et jusqu’à la moitié du roman, il est difficile de comprendre où l’histoire nous mène, car il ne se passe pas grand-chose. Nos héros sont jeunes et il y a un contraste peut être voulu, mais Gill est parfois immature et ses réactions disproportionnées. Il manque également le ressenti du personnage masculin, des questions restent en suspens pendant la première moitié et c’est frustrant. Il aura fallu un gros rebondissement pour que notre héroïne voit la vie sous un nouvel angle.

Globalement j’ai passé un bon moment, le sujet abordé bien qu’arrivé tardivement est émouvant et on éprouve forcément de l’empathie pour ce qui arrive aux personnages principaux, mais également l’impact sur les personnages secondaires. J’apprécie particulièrement les chapitres qui sont courts, donc associé à une plume fluide c’est l’idéal pour lire sans se prendre la tête, le tout sous le ciel londonien.

As She Fades | Abbi Glines

Résumé :

La remise des diplômes sera sans doute le plus beau jour de la vie de Vale McKinley. Avec son petit ami Crawford, ils ont prévu de profiter de l’été, avant d’intégrer ensemble  » à la rentrée ‘ une grande université, qui les conduira à un avenir resplendissant et plein de possibles… Pourtant, le destin en décidera autrement. Cette nuit-là, ils ont un grave accident de voiture qui laisse Crawford dans le coma.
Terrible épreuve que Vale passe sur une chaise d’hôpital, à attendre désespérément le réveil de Crawford. Heureusement, elle trouve un peu de réconfort auprès de Slate Allen, un ami de son frère qui vient tous les jours rendre visite à son oncle mourant.
Mais voilà un autre imprévu… Au fil des jours, elle se rend compte que son cœur bat plus vite au contact de Slate. Non, elle ne peut ressentir cela, elle n’en a pas le droit. Alors, quand Crawford se réveille, sans aucun souvenir de son passé ni de leur relation, Vale devra sans doute prendre la décision la plus difficile que la vie peut vous infliger…

Les romans de Abbi Glines sont toujours un rendez-vous à ne pas manquer, dès l’annonce de celui-ci j’ai sauté sur l’occasion.  Le début m’a dérouté car j’étais persuadé qu’il s’agissait de la suite de la série The Field Party et n’ayant pas lu le résumé avant de l’acheter ça aura été la petite surprise. J’ai donc décidé de découvrir la quatrième de couverture pour restituer l’intrigue et à peine terminée, j’avais l’impression d’avoir tous les éléments en quelques lignes. Néanmoins c’est toujours avec un grand plaisir que l’auteure m’embarque dans cette histoire, le tout avec simplicité et contre toute attente l’histoire n’est pas aussi prévisible qu’on pourrait le croire.

Vale et Crawford sont amoureux depuis l’enfance et fil le parfait amour. En cette journée de remise des diplômes, l’avenir s’ouvre à eux et la tête remplie de projet ils ont bien l’intention de profiter de l’été avant d’intégrer ensemble leur université. Cette journée aurait dû être la plus belle et elle se termine dans un affreux cauchemar. Un instant c’est le bonheur et le suivant le destin frappe d’une manière douloureuse, laissant Crawford dans le coma. Les jours passent et Vale se créer sa propre routine, allant même jusqu’à passer ses journées à l’hôpital dans l’espoir que son petit ami ouvre enfin les yeux, en oubliant de vivre sa propre vie. Inquiète sa famille bien que très présente va tenter de l’aider à reprendre le cours de sa vie et c’est auprès Slate Allen, un ami de son frère qu’elle va trouver du réconfort et apprendre qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

Pour certains l’histoire pourrait s’avérer classique et la première partie est assez prévisible, notre héroïne se pose les questions d’une jeune femme à un tournant de sa vie et l’accident qui a plongé son petit ami dans le coma, change considérablement tous les projets qu’elle avait. Vale n’avait jamais imaginé sa vie autrement et ce drame va la laisser dans un état presque végétatif. Quitte le chevet de son amoureux est impensable et même si sa famille s’inquiète, elle n’est pas prête à reprendre le cours de sa vie. Tous les jours, la routine est la même et sa famille n’est jamais bien loin pour la soutenir, au cours de l’une de ses visites, elle fait la connaissance de Slate Allen, un ami de fraternité de son frère qui veille son oncle malade. A travers des échanges légers, Vale va découvrir que même les coureurs ont un cœur et malgré une réputation sulfureuse, une amitié touchante va naître entre eux.

Virage à cent quatre vingt avec une deuxième partie qui s’éloigne du schéma habituel, mais le constat est sans appel Abbi Glines nous offre une romance touchante, loin d’être prévisible et le tout mené par un couple solide avec une alchimie évidente. J’ai aimé les questions évoquées et la manière dont l’auteure surprend ses lecteurs. On a malgré tout une seconde partie pas assez développée et malgré un attachement évident pour les personnages, j’aurais apprécié qu’on s’attarde davantage sur l’évolution de l’histoire. Bien que j’aie beaucoup apprécié l’histoire et que les pages s’enchaînent avec addictivité, les dernières pages me laissent un goût d’inachevé sans pour autant être déçu par l’intrigue, car l’histoire m’aura fait passer un très bon moment.

When it’s real | Erin Watt

Résumé :

Mesdames et messieurs, voici Oakley Ford ! Popstar célébrissime, en une de tous les magazines, des millions de fans, et surtout… un caractère bien trempé !
À première vue, Oakley semble avoir tout pour lui, mais sa famille est en train d’exploser en vol. Et malheureusement, sa musique et son inspiration aussi. Après une énième frasque relatée dans les tabloïds, son équipe doit réagir : il lui faut redorer son image au plus vite ! Trouver une fausse petite amie, une fille douce et sage, qui prouvera au monde entier qu’il a changé…
C’est là que Vaughn Bennett entre en scène. Grande sœur dévouée, étudiante et serveuse à temps partiel : en quelques mots, le prototype même de la fille » normale « . La preuve : elle n’aurait jamais accepté cette mission si sa famille n’avait pas des soucis d’argent. Elle n’a pas vraiment le choix. Et il faut dire que la magie et les paillettes d’Hollywood sont loin de lui déplaire.
Mais en ce qui concerne Oakley, c’est une autre affaire. Cet abruti prétentieux, terriblement égoïste ? Ce n’est pas comme s’ils allaient vraiment craquer l’un pour l’autre dans la vraie vie ! N’est-ce pas ?
Merci Hugo New Way pour cet envoi

J’étais impatiente de découvrir le duos d’auteurs qui compose le pseudo Erin Watt dans un nouveau registre, après avoir découvert La Princesse de Papier et apprécié de manière mitigée les Royal, cette nouvelle lecture était l’occasion de laisser une nouvelle chance à cette plume entraînante. Pas de doute, Elle Kennedy-Jen Frederick ne sont plus à présenter et dans ce roman adolescent, elle s’intéresse le milieu de la célébrité et plus précieusement aux déboires d’un jeune chanteur avec une réputation sulfureuse.

Oakley Ford est un chanteur à succès, qui semble se faire remarquer uniquement lors de ses sorties publiques, où il abuse de l’alcool et des femmes. Afin de redonner une image plus mature à leur client, ses équipes décident de lui trouver une fausse petite amie et par la même occasion attirer un producteur à succès qu’Oakley rêve de rencontrer. Ce rôle de fille douce et sage c’est Vaughn Bennett qui va le tenir, la jeune fille à tout pour plaire, grande sœur dévouée, serveuse à temps partiel pour subvenir aux besoins de sa famille et suffisamment normale pour refuser ce job. Seulement la réalité financière va contraindre Vaughn à accepter ce contrat.

Finalement on se laisse facilement entraîner par l’histoire, malgré un côté assez prévisible. Vaughn va devoir mettre de son côté son idylle avec son petit ami pour pouvoir honorer ce contrat. Bien évidemment, la situation va légèrement échapper à son contrôle et le petit ami secret va rapidement avoir du mal à supporter la séparation. Néanmoins, la maison de disque est assez carré et on ne tombe pas dans le cliché pour autant avec des clauses de confidentialité pour protéger Oakley. Tout le scénario est conçu par étapes pour éviter que la situation ne leur échappe, mais c’est sans compter sur un héros impulsif et à la limite de l’abruti prétentieux.

On ne peut pas dire que la première rencontre soit un coup de foudre, Vaughn va tomber dans les limbes de la célébrité et Oakley va montrer le pire de lui-même. On ressent dès le début le poids de l’obligation des deux parties et ce n’est qu’une fois contraint de se fréquenter, que nos héros vont progressivement laisser tomber leur barrière. Il faut dire qu’ils ont tous les deux leurs démons, Vaughn se sent un peu perdu et elle a besoin de temps pour trouver sa voie. C’est au contact d’Oakley qu’elle va comprendre qu’il est important de choisir un métier qui nous passionne pour ne pas se sentir enfermé. Ce qui n’empêche pas le jeune homme d’être confronté à ses propres problèmes et lorsqu’il parvient à ne pas être exécrable, son personnage est hyper touchant et sensible.

On aborde un angle de vue intéressant de la célébrité et de la solitude qu’elle peut engendrer sans jamais être seul. Quelques scènes assez marquantes son le reflet d’une triste réalité et on est spectateur de comportements détestables certes la célébrité est un choix, mais certains comportements ne sont pas justifiés. C’est ce qui fait qu’on s’attache à notre faux couple, tant grâce à l’humour que par des scènes mignonnes qui rendent cette lecture tellement douce. Et s’il vous faut encore une raison de vous le procurer, la couverture ne vous suffit-elle pas ?