Romance Contemporaine

Tout est sous contrôle (sauf toi !) | Sally Thorne

Résumé :Elle mène une vie bien réglée. Il ignore complètement les règles.
Certes, à vingt-cinq ans à peine, Ruthie ne vit que pour son travail et n’a ni fiancé ni vie sociale.
CertJes, elle passe ses journées entourée de personnes dont l’âge avoisine les quatre-vingt-dix ans.
Mais Ruthie va bientôt devenir manager du village pour seniors de luxe où elle officie, et sa vie lui convient parfaitement. Son emploi du temps est calé sur des semaines, ses journées sont millimétrées, et elle sait que tout est sous contrôle. Du moins le croyait-elle, jusqu’à ce qu’elle rencontre Teddy. Ce biker tatoué des pieds à la tête a besoin d’un toit, et son père, le propriétaire des lieux, lui permet de loger avec les employés à condition qu’il donne un coup de main. Ruthie se serait bien passée de cet élément perturbateur qui, du jour au lendemain, devient à la fois son «  collègue  » et son voisin. D’autant que, si le physique très avantageux de Teddy s’avère utile pour négocier avec les résidentes, il devient vite une menace pour sa propre tranquillité mentale…

La lecture parfaite pour passer un bon moment, l’histoire est légère et menée par un duo de personnage attachant et dès les premiers chapitres j’avais le sourire aux lèvres, quand je reprenais ma lecture c’était mon moment doudou.

Nous faisons la connaissance de notre narratrice Ruthie, une jeune femme de 25 ans à la routine bien rodée, vivant au gré des listes et programme, lui évitant ainsi de s’écarter de sa routine rassurante. Depuis plusieurs années, la jeune femme ne vit plus que pour son travail et se passionne pour le confort des résidents de la résidence sénior où elle travaille. Tout est étudié pour ne pas laisser la place au hasard. Alors quand elle fait la connaissance de Teddy son parfait opposé, qui vit au jour le jour et qui est désordonné cela vient bousculer la vie qu’elle connaissait. Contrainte par le propriétaire d’héberger son fils, elle va du jour au lendemain devoir s’adapter et remettre sa vie en question.

Ce roman c’est la définition même du roman mignon, dès qu’on rencontre Ruthie on a envie de la protéger et on sent à quel point le changement peut s’avérer stressant pour elle et en même temps, on va la voir s’épanouir au contact de ses deux collègues un peu loufoque Mélanie et Teddy.  Difficile de ne pas éprouver de la tendresse quand on voit cette jeune femme tout donner pour le confort des résidents et pour la protection des tortues.

Teddy est un personnage difficile à cerner et j’aurai apprécié d’avoir quelques chapitres où il s’exprime, son arrivée à la résidence va être similaire à une tornade, tant parce qu’il a un physique qui ne passe pas inaperçu, que par rapport à sa personnalité drôle et en même temps on découvre une histoire personnelle touchante. Avec un tel physique on a vite fait d’avoir des préjugés et il va s’avérer être une belle surprise et j’ai adoré sa manière de rentrer tout en douceur dans la vie de Ruthie, malgré le fait qu’il soit assez brute de décoffrage, il va trouver la parfaite attitude pour entrer dans son monde.

J’ai lu ce roman au moment parfait pour l’apprécier totalement, c’est frais, drôle, mignon et rempli de bonnes intentions avec un beau message de confiance en soi.

New Romance

My Favorite Half-Night Stand | Christina Lauren

Résumé :
Millie Morris, professeur, comme ses quatre meilleurs amis et collègues à l’université de Santa Barbara, est une célibataire endurcie. Après une aventure d’un soir avec Reid, l’un des membres du groupe, Millie crée un profil en utilisant son deuxième prénom  » Catherine « , une photo qui ne dévoile pas son visage, et le retrouve sur l’application en ligne.
Les deux amis se lancent alors dans une relation sexuelle et romantique inattendue dans le royaume digital qui menace de détruire leur amitié dans la vie réelle.
La narration alternée, en prose pour la majeure partie du roman, se conjugue avec textos, chats de groupe et messages échangés via l’application, qui s’invitent dans l’univers de Millie, Reid et ses amis, laissant entrevoir l’évolution originale et sexy de la romance et vous donnera envie de swiper !

Une lecture agréable avec ce duo on se trompe rarement, mais je peux d’ores et déjà vous dire que ce n’est pas leur meilleur. J’ai apprécié l’humour et la complicité entre la bande d’amis, mais la romance ne m’a pas transporté. Quand on apprécie un auteur, on a tendance à devenir de plus en plus exigeant et à toujours vouloir vivre les mêmes sentiments toujours plus profond, mais parfois on se heurte à un roman bon, mais peut-être un peu moins captivant.

L’histoire va s’intéresser particulièrement à Millie et Reid, mais également à leur groupe d’amis et collègue, alors qu’un important évènement va avoir lieu dans l’université où il travaille, ils font le pari de venir accompagner et se lancent tous les cinq dans l’expérience des sites de rencontres. Alors que ses quatre meilleurs amis semblent trouver des profils avec qui ils matchent, la jeune femme se heurte à des profils peu glorieux et après une pique sans conséquence de ses amis, elle décide par manque de confiance de créer un autre profil au nom de Catherine afin de se sentir plus libre d’être elle-même. Contre toute attente, l’application va proposer Reid comme profil avec qui elle est la plus compatible et elle va débuter une relation épistolaire avec le jeune homme, tout en commençant à se rapprocher de lui dans la vraie vie.

Comme souvent quand j’apprécie la plume d’un auteur, je me lance un peu à l’aveugle sans lire la quatrième de couverture et je dois dire que dès le début j’ai été assez perturbé car j’avais du mal à voir la direction qu’allait prendre l’histoire. Rapidement je suis tombée sous le charme de cette bande d’amis qui est drôle et décomplexé, chacun apporte sa petite touche de folie et c’est cette insouciance que j’ai appréciée. Alors que la complicité de la bande est indéniable, j’ai été un peu moins exaltée par la romance. Bien que la personnalité de Millie soit touchante et que ses difficultés à s’ouvrir aux autres sont tellement bien retranscrites qu’on a du mal à comprendre certaines de ses réactions, car elle met des barrières et je suppose que le mensonge n’aide pas.

Comme on pouvait s’y attendre ce second profil ça ne peut pas bien se terminer et bien que j’ai apprécié la correspondance qui permet à Reid et Millie de s’ouvrir, j’ai été dérangé par le fait que Reid discute avec deux femmes sur l’application, tout en débutant quelque chose d’autres avec Millie et j’ai eu l’impression qu’il jouait sur deux tableaux et ça m’a légèrement refroidi. Et finalement plus il se rapproche de Catherine, plus je me sentais mal à l’aise face aux mensonges. Pourtant c’est un personnage assez sympathique et on voit qu’il est perdu face à cette relation naissance et qu’il a de bonnes intentions.

Globalement on passe un bon moment et la plume est toujours aussi fluide, je l’ai terminé en une journée et on retrouve la petite pointe d’humour qu’on aime avec Christina Lauren. Bien que je n’aie pas été touché par la romance, on a une très belle amitié et j’ai trouvé ça très chouette. Pas forcément la romance la plus mémorable, mais pas mauvais pour autant, en été c’est l’idéal.

Romance Historique

La chronique des Bridgerton 5 & 6 | Julia Quinn

Résumé :
Depuis que sa meilleure amie, Pénélope Featherington, a convolé en justes noces, Éloïse, la rebelle de la fratrie Bridgerton, s’interroge : les commères n’auraient-elles pas raison de prétendre qu’elle ne trouvera pas de mari ? Oh, elle en a reçu des propositions au fil des ans ! Elle les a toutes refusées, sous prétexte que ses prétendants n’étaient pas… parfaits. Une exigence ridicule, bien sûr.
Inquiète à l’idée qu’il ne soit déjà trop tard, Éloïse reçoit à point nommé une invitation de la part de sir Phillip Crane, un veuf avec qui elle entretient une relation épistolaire. La proposition est d’autant plus audacieuse qu’il envisagerait de se remarier… Sans en souffler mot à quiconque, elle décide de se rendre chez cet homme qu’elle n’a jamais rencontré.
De son côté, sa sœur Francesca file le parfait amour avec son mari, le comte de Kilmartin, dans leur château en Écosse. Elle n’imagine pas qu’un événement inconcevable va bouleverser le cours de sa vie, pour le pire et pour le meilleur.

Depuis la diffusion de la série, cette série m’a vraiment fait passer de bons moments, cette ambiance et ces personnages ont tout pour donner l’impression d’être à la maison. Ce 5ème tome, je l’attendais avec une grande impatience, car notre très chère Éloïse a su se démarquer de sa fratrie, car elle ne rentre pas dans le moule et c’est ce qui la rend si attachante.

Depuis le décès de sa cousine, Éloïse entretien une correspondance avec son veuf Sir Philip, père de deux enfants et contre toute attente, la jeune femme va s’enfuir pour le rejoindre afin de rencontrer son mystérieux correspondant. Pour ce 5ème tome on change de décor, fini Londres et sa saison mondaine, place à la campagne loin de la famille Bridgerton et sa bonne humeur.

Même si j’ai passé un bon moment, ce tome n’est clairement pas à l’image d’Éloïse. Cette femme qui a refusé plusieurs demandes en mariage et qui assumait d’attendre l’homme qui serait sa grande histoire d’amour, prête à rester vieille fille, se sent subitement seule depuis que sa meilleure amie s’est mariée. Elle va se servir de sa correspondance pour s’en aller sans prévenir sa famille et pour le rencontrer. Honnêtement ces lettres n’avaient rien d’excitantes et une fois sur place on est loin de l’alchimie évidente des premiers tomes, puisque Sir Philip recherche une mère pour ses enfants et semblent penser que n’importe qui fera l’affaire et Éloïse méritait mieux.

On retrouve la malice de la jeune femme lorsqu’elle est en présence des jumeaux Amanda et Oliver, deux terreurs qui vont se faire un plaisir de jouer des tours à leur hôte. Et ils ne vont pas être déçue face à une Éloïse en grande forme. Ces échanges étaient rafraichissants et le rapport qui naît entre la jeune femme et les enfants est assez amusant et attendrissant.

Lady Whistledown m’a vraiment manqué, mais je suppose qu’elle n’aura pas pu alimenter sa chronique avec les kilomètres qui séparent Éloïse de Londres et les passages de lettres sont agréables à découvrir. J’ai adoré l’arrivée en fanfare de la fratrie Bridgerton prêt à protéger l’honneur de leur sœur et qui viennent mettre le bazar à leur manière. et c’est tout ce qu’on attendait d’eux.

***

Francesca est la sœur qui m’intriguait le plus, je l’ai toujours trouvé en retrait des autres membres de la famille et objectivement elle a été plutôt absente des précédents opus ce qui est étonnant contenu du lien fort qui unit les Bridgerton.

Francesca vit en Écosse avec son mari le comte de Kilmartin et elle n’aurait pas pu être plus comblée qu’avec son tendre époux. Elle était loin d’imaginer que sa vie prendrait un tournant tragique et on peut dire que son histoire a plus de zones d’ombre que quiconque par son parcours de vie.

Elle parvient pourtant à maintenir le cap et rester une femme forte et après plusieurs années difficiles elle va développer ses propres envies et ne pas vraiment savoir comment les assumer sans blesser ceux qui lui sont proches. Son parcours m’a beaucoup ému et j’ai apprécié découvrir cette femme étonnante. L’alchimie entre les protagonistes est très belle et malgré la complexité de la situation ils s’en sortent à merveille.

On aborde le thème du deuil dans ce récit, les histoires sont différentes, mais cette même envie de former une famille comme celle que les deux héroïnes avaient est très présente. On sent que le mariage heureux de ses parents est un modèle et contre toute attente Francesca qu’on pourrait considérer comme l’outsider va s’avérer avoir de nombreux points communs avec Violet.

J’ai une préférence pour le tome consacré à Francesca que j’ai trouvé touchante et bien construite. La plume de l’autrice parvient toujours à nous embarquer dans ses histoires avec le plus grand des plaisirs.

Romance Historique

La chronique des Bridgerton 3 & 4 | Julia Quinn

Résumé :
La saison mondaine commence à peine que les mères ambitieuses et leurs filles sont déjà sur le pied de guerre. Qui attrapera dans ses filets l’un des rejetons de la famille Bridgerton, grande pourvoyeuse de beaux partis ? Une course d’obstacles s’annonce, d’autant que les ragots vont bon train.
Ainsi, le fringant Benedict a beau clamer qu’il ne souhaite pas se marier, le bruit court qu’il a croisé le regard d’une éblouissante inconnue lors d’un bal masqué. Et alors, me direz-vous ? Et alors, la belle a disparu à minuit ! Ce qui ne la rend que plus désirable aux yeux du jeune Bridgerton…
Et qu’en est-il du charmant Colin, enfin de retour de ses pérégrinations sur le Continent ? Il a beau caracoler en tête de liste des célibataires les plus prisés, s’il est en quête d’une fiancée, il le cache bien. Au grand dam d’une certaine débutante, qui pourrait bien voir là un défi à relever.
Mais n’ayez crainte, chers lecteurs, votre dévouée chroniqueuse a plus d’un tour dans son sac lorsqu’il s’agit de donner un coup de pouce au destin.

Cette réédition est devenue incontournable chaque mois je me fais mon petit plaisir et je découvre l’histoire d’un nouveau membre de la fratrie Bridgerton. J’ai apprécié faire la connaissance de Benedict et Colin, mais je n’en garderais pas un souvenir impérissable, car je les ai trouvés un peu capricieux à l’inverse de Daphné et Anthony et je n’ai pas toujours apprécié certains de leurs traits de caractère ou leur manière d’agir. Néanmoins on ne peut qu’apprécier cette série qui nous plonge dans un décor addictif et plein de rebondissement.

Dans le tome consacré à Benedict, nous avons une belle réécriture de Cendrillon et nous prenons plaisir à retrouver les codes du conte, avec un bal masqué, un coup de foudre et de beaux dialogues entre nos personnages. Aux douze coups de minuit notre charmante héroïne va devoir s’enfuir et retourner à sa vie de domestique. J’ai vraiment adoré cette première partie et l’alchimie était indéniable lors de cette rencontre. Je suis un peu plus mitigée concernant la deuxième partie du roman, j’ai eu du mal avec Benedict qui a parfois un comportement égoïste et la fratrie ne m’avait habitué à user de leur statut d’aristocrate pour obtenir ce qu’ils désir et n’admettant pas le refus.

Du côté de Sophie notre héroïne comme à son habitude Julia Quinn nous offre une jeune femme à fort caractère. Elle n’a pas eu de chance dans sa vie et pourtant elle est restée optimiste, douce et pleine de rêve. Sa rencontre avec Benedict va être un vrai bouleversement, tant parce qu’elle va avoir un vrai coup de foudre, que parce que ce bal va complètement changer son avenir. Son statut et sa personnalité vont parfois lui donner le sentiment d’être inférieur et face à un Bridgerton qui n’hésite pas à mettre en avant son statut, elle va parfois en perdre son mordant pour se plier à ses désirs.

Malgré tout on passe un bon moment et on prend plaisir à lire cette réécriture.

***

Et enfin dans le quatrième opus nous retrouvons Colin le globe trotteur, le troisième de la fratrie et je dois dire que je me suis accrochée pour l’apprécier, non pas parce qu’il est une mauvaise personne, mais c’est un personnage que j’ai trouvé assez quelconque. Après une longue absence motivée par des difficultés à trouver sa place dans le monde, il revient et ne cesse de se comparer à ces deux ainés, se lamente sur son sort et en vient à déplorer d’être sans substance sans pour autant se donner les moyens de sortir de la masse. Et finalement c’est Penelope qui va briller dans ce tome et j’ai trouvé qu’elle était une héroïne savoureuse, drôle, et rêveuse sans pour autant se voiler la face.

Penelope a toujours idéaliser Colin et son amour pour lui n’a jamais faibli malgré les années et surtout malgré son désintérêt flagrant pour la jeune femme. Depuis la série, j’avais beaucoup d’attente sur cette romance car Penelope c’est un peu le vilain petit canard et pourtant c’est une héroïne incroyable que j’ai adoré suivre, mais le problème quand on a des attentes c’est qu’on est parfois déçu quand la romance naît. Honnêtement on a une belle complicité, et finalement c’est l’épreuve du temps qui va les rapprocher et rendre leur amour évident, au détriment de la passion.

L’intrigue autour de Lady Whistledown a été un peu terni par les révélations de la série Netflix, mais ça m’a permis de m’attarder davantage sur des détails pour voir si cette révélation aurait été flagrante et honnêtement, je pense que j’aurais été à des années-lumière de la révélation finale. Malgré quelques défauts sur les deux opus, on passe un très bon moment et à chaque fois que je suis de retour à Londres pour la saison c’est toujours un plaisir.

Romance, Romance Historique

La chronique des Bridgerton 1 & 2 | Julia Quinn

Résumé :
Très chers lecteurs, quelle saison !
Au rythme des bals et des réceptions, je vous ai narré le feuilleton haletant de la folle romance entre Mlle Daphné Bridgerton et Simon, le ténébreux duc de Hastings. Valses langoureuses, rebondissements cocasses et bagarres mémorables nous auront tenus en haleine jusqu’à l’épilogue d’un romantisme échevelé.
Aurons-nous le temps de reprendre notre souffle ? Il est à craindre que non, car il se chuchote déjà dans Londres qu’Anthony, le frère de Daphné, serait décidé à convoler lui aussi. Hélas, l’élue a une sœur odieuse qui s’oppose catégoriquement à cette union en raison du passé libertin du vicomte.
Cela nous promet bien des péripéties.
Et comme il reste six Bridgerton à marier, votre dévouée chroniqueuse a de beaux jours devant elle. Ne perdez pas le fil, chers lecteurs, la saga ne fait que commencer !
Rubrique mondaine de lady Whistledown, Londres, 1813

Comme beaucoup d’entre vous j’ai découvert cette série littéraire grâce à l’adaptation Netflix, et quelle série ! J’ai été complètement dévorée par l’histoire, les personnages et la sublime bande originale qui n’a fait que moderniser cette histoire. Bien évidemment quand je n’ai plus eu d’épisodes, le manque à commencer à se faire sentir et pour retrouver l’ambiance qui m’avait tant plus, mes espoirs se sont dirigés vers la réédition et bien que la série est pris des libertés, ça ne m’a pas dérangé, car ces ajustements ont été bénéfiques pour mettre en valeur la série et donner envie de se procurer les livres.

Je me suis posé la question si je lisais Daphné et le duc après avoir visionné la série et je tenais absolument à faire le comparatif, car on sait tous que les adaptations ne sont pas toujours fidèles. Dans le cas précis, on a clairement une volonté de moderniser le récit, mais on garde l’esprit de la série de livres. Dans le premier opus, nous faisons la connaissance de la famille Bridgerton et notamment de Daphné Bridgerton une débutante qui fait sa deuxième saison et qui aspire à un mariage d’amour comme celui de ses parents. Alors qu’aucun prétendant ne semble attirer ses faveurs, elle fait la connaissance fortuite de Simon Bassett, duc de Hastings un homme convoité les célibataires de Londres. Suite à cette rencontre, ils décident s’apporter une aide mutuelle en prétendant être tombé sous le charme l’un de l’autre, Simon lui permet d’attirer un meilleur parti et en échange, il pourra tenir les femmes à distance.

Les choses ne vont pas se passer comme ils l’espéraient et de nombreux évènements vont les pousser l’un vers l’autre et ils vont développer des sentiments qu’il peine à s’avouer. J’ai beaucoup apprécié l’importance de la fratrie et on développe un intérêt pour les personnages secondaires qui ne font que nous pousser à continuer la série de livres. Je ne suis pas une grande amatrice de romances historiques et j’en viens à regretter ce désintérêt. Néanmoins j’ai pu lire beaucoup d’avis partagé concernant une scène problématique dans les deux récits et  à notre époque c’est dérangeant, et l’adaptation aurait peut-être dû être plus vigilante, mais honnêtement les romans sont sorties il y a des années et il est difficile d’évoquer quelque chose qui n’était pas un problème à l’époque de l’écriture et encore moins à l’époque du récit. Je ne cautionne absolument pas, mais je ne vois pas trop comment on pourrait supprimer ce passage sans dénaturer l’histoire.

Du côté du vicomte Anthony Bridgerton, on a un récit absolument délicieux et un libertin prêt à se ranger, non pas sans condition : ce qu’il veut c’est une femme, mais pas d’amour. Son choix se porte tout naturellement sur Edwina Sheffield la favorite de la saison, seulement pour oser s’approcher de sa future femme, il est de notoriété public qu’il faut obtenir l’autorisation de sa sœur Kate qui a énormément d’influence et Anthony va se heurter à une femme de caractère, qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense et qui a beaucoup à dire sur la réputation de notre célèbre libertin. Malgré plusieurs échanges vigoureux, il se met en tête de prouver qu’il est un homme recommandable. Va s’ensuivre une série de scènes drôles où Anthony et Kate vont se dire tout ce qu’il pense l’un de l’autre et l’alchimie qui va se dégager entre eux va faire grimper la température, j’ai adoré les échanges entre ces deux-là et les thèmes évoqués.

Je pourrais encore en dire beaucoup de la réédition de ces deux tomes, car cette série me fascine et une fois lancée au cœur de cette famille, on n’a qu’une envie, c’est de découvrir les autres histoires de cœur de la fratrie. Je suis impatience de découvrir l’adaptation de la saison 2, et surtout visualiser cette incroyable alchimie à l’écran. J’espère néanmoins qu’on se démarquera un peu plus de ces deux tomes, qui étaient assez similaires dans la construction de l’histoire. Je suis heureuse d’avoir découvert Julia Quinn, qui a un style très appréciable et j’ai adoré le côté chronique mondaine en début de chapitre qui ajoute un côté un peu cancanier très intéressant pour le lecteur.

Romance

Les Ours mal léchés s’apprivoisent à Noël | Valentine Stergann

Résumé :
Malgré un quotidien bien huilé, Irène a l’impression de passer à côté de son destin. Alors, quand elle apprend que la vieille amie de sa grand-mère lui lègue sa maison en Angleterre, elle n’hésite pas et saute seule dans le premier avion, direction Charlestown.
À l’aube des fêtes de fin d’année, elle démarre une nouvelle vie avec de nouveaux voisins : un septuagénaire loufoque, une pétillante serveuse… mais surtout Rudolph, solitaire et bourru, veuf depuis deux ans. Aussi attirant qu’agaçant, cet homme des cavernes se maintient tant bien que mal au-dessus des flots grâce à son fils.
Et si l’étincelante Irène réussissait à le faire sourire à nouveau ? Et si c’était ça, la magie de Noël ?

Je poursuis mon immersion dans l’ambiance de Noël en piochant une petite romance bien sympathique qui m’a donné l’impression de voyager. J’ai repéré ce roman dès sa sortie, mais ce n’est qu’en apprenant que son autrice avait publié Si belle, Sybille que j’ai craqué. J’avais déjà très envie de découvrir l’histoire, mais je voulais surtout savoir si la plume de l’autrice me plaisait autant dans un roman moins jeunesse. Ce qui rapproche ces deux romans, c’est qu’on aborde des thèmes de société que je trouve important d’évoquer en littérature.

Irène notre héroïne est à un tournant de sa vie et elle se pose beaucoup de questions sur ses envies, son avenir et ses besoins. Alors lorsque une vieille amie de sa défunte grand-mère lui lègue une maison en Angleterre, elle y voit une opportunité de changer d’air et de se redécouvrir en tant que femme. Soudainement vivre cette aventure devient vitale pour Irène et c’est comme ça qu’elle s’envole en solo pour Charleston pour vivre cette nouvelle vie.

Sur place elle va faire la connaissance d’une partie des habitants de cette petite communauté, à commencer par Jacob son voisin qui va s’avérer être un complice attachant et immédiatement une relation de confiance va naître entre eux, il lui permettra parfois de se reposer que quelqu’un et d’apporter des conseils à Irène. Et elle va en avoir besoin, car dès qu’elle fait la connaissance de son autre voisin, celui-ci n’hésite pas à lui claquer la porte au nez.

Les personnages principaux et secondaires sont assez complémentaires, chacun apporte sa pierre à cette histoire et les sentiments qu’ils développent, bien que différents sont tout aussi touchants. D’un côté un à une belle histoire d’amitié et une complicité qui vous fera sourire et de l’autre, une héroïne qui manie habituellement le dressage d’ours mal léchés. Irène c’est le rayon de soleil de cette histoire et pourtant son parcours m’a attristé, elle est dans un moment clés de sa vie et ce voyage va lui apporter la remise en question dont elle avait besoin. Malgré les doutes, elle va habilement se redécouvrir en tant que femme et fera tout pour venir en aide à ceux qui en ont besoin.

Rodolphe son voisin, va s’avérer être d’une incroyable impolitesse et ses interactions aux débuts auraient mérité quelques baffes. Rapidement nous en apprenons plus sur son histoire et bien qu’il reste un personnage difficile à cerner, j’étais curieuse de découvrir son histoire. Et malgré son côté un peu rustre, chaque bribe d’informations nous pousse à être attendri par son parcours, et on est à la fois fière de lui quand il remonte doucement la pente, et triste pour lui quand il a des bas. Sa rencontre avec Irène va changer sa vie et elle va insuffler le grain de folie qui lui manquait et grâce à cette relation naissante, il va progressivement laisser sa voisine rentrer dans sa vie, mon seul regret c’est la rapidité, je m’attendais à voir notre ours, plus difficile à amadouer.

Néanmoins ça n’enlève rien à l’histoire qui est vraiment sympathique et qui m’a vraiment fait passer un bon moment. C’est typiquement le genre d’histoire que j’espérais lire en cette période de Noël et la plume de l’autrice a encore une fois parfaitement atteint son objectif. Imaginez un plaid tout doux, un chocolat chaud bien gourmand et une romance de Noël que demandez de plus ?