My Little Lie | Vi Keeland & Penelope Ward

Résumé :

Lorsque l’ascenseur qu’il emprunte tombe en panne, Dexter Truitt est loin de se douter qu’il se retrouve coincé avec la journaliste avec qui il a rendez-vous. Bianca travaille pour un magazine financier et a été chargée de rédiger un article à propos de Dex, cet homme d’affaires mystérieux, méconnu du grand public.
Alors que la conversation s’engage entre eux dans l’ascenseur immobilisé, Bianca ne fait pas mystère de son aversion pour les hommes de son genre : trop riches et privilégiés.
Dex préfère alors lui cacher son identité et se faire passer pour un simple coursier. Mais un mensonge en appelle d’autres et il se retrouve rapidement dans une situation très épineuse. Il n’avait pas prévu qu’il partagerait une telle alchimie avec Bianca et que la vérité deviendrait si difficile à dévoiler.
Dex est prêt à se battre pour ne pas perdre Bianca mais il ne sait pas encore que cela risque d’être plus compliqué qu’il ne le pensait.
Je remercie les Éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Deux auteures qu’on ne présente plus pour les fans de New Romance, encore une fois le duo nous offre une romance où l’humour et la sexytude font un ménage explosif. Le résumé n’en dévoile finalement que très peu et la fameuse scène de l’ascenseur évoqué est à mourir de rire. J’ai débuté cette lecture en début d’après-midi et à peine le temps de réaliser que la journée s’était écoulée, que ma lecture était terminée.

Bianca travaille pour un magazine financier, sa mission du jour consiste à interviewer un mystérieux homme d’affaires à la tête d’une entreprise connue de tous, mais que personne n’a jamais vu Dexter Truitt. Aucun des deux n’avait prévu de se retrouver coincer dans un ascenseur en panne. Alors que Dex connaît l’identité de la journaliste, celle-ci ne cache pas son aversion pour l’homme qu’elle doit interviewer, conscient que le courant passe avec Bianca, il décide de lui cacher son identité en se faisant passer par un coursier.

Je ne suis pas une grande fan du mensonge, alors basé son histoire sur une série de mensonges, c’est risqué et pourtant, Dex n’est pas mal intentionné, il ressent une alchimie lorsqu’il discute avec Bianca, qu’il ne va pas réaliser qu’un mensonge va sortir de sa bouche et bien évidemment dans ce genre de situation, un mensonge en entraîne un autre et ensuite il est trop tard pour faire marche arrière. On comprend qu’il est souhaité revoir Bianca et son aversion pour les hommes riches ne plaidait pas en sa faveur, mais rapidement Dex réalise son erreur et faire marche arrière va s’avérer difficile, surtout lorsque les premiers sentiments amoureux font leur apparition. Comme à leur habitude, Vi Keeland et Penelope Ward dresse le portrait d’un homme absolument craquant, malgré une mauvaise décision il est impossible de lui en vouloir, ses décisions sont poussées par ses émotions et son humour est à la fois hilarant et déroutant. Personnellement, il ne m’en fallait pas plus.

Du côté de Bianca, j’ai un instant cru que le courant ne passerait pas, car sa manière de juger un homme sans le connaître ne dresse pas la meilleure image de la jeune femme, et puis les réponses apparaissent lorsqu’on s’intéresse à son histoire personnelle. Cette première rencontre va dérouter la jeune femme et sans qu’elle se l’explique, une forte alchimie va immédiatement l’unir avec Dex. Lorsque le mensonge commence à prendre forme, la jeune femme n’a aucun doute sur son envie de continuer à connaître Jay son mystérieux coursier. Au fil des pages son article prend forme grâce à une interview sous la forme de message en ligne et le doute commence à s’insinuer dans l’esprit de la jeune femme et on a l’impression que Dex joue sur les deux tableaux, mais grâce à l’alternance des points de vu on voit la bataille que  se livre le jeune homme. Il est indéniable que la tension est palpable entre les deux personnages et il est difficile d’y rester insensible tant la romance est intense.

En bref, une histoire qui se lit rapidement et qu’on prend plaisir à découvrir. On pourrait découper ce roman en deux parties, avec un démarrage drôle et léger, et une seconde partie plus dramatique avec des révélations douloureuses pour le couple de héros. On accentue peut-être un peu trop sur le côté dramas, mais l’alliance des deux personnages est incroyable forte et ça ne fait que rendre le lecteur accro et dans l’attente du dénouement.

Mon avis sur Cocky Bastard ICI
Mon avis sur Plaboy Pilot ICI
Publicités

Will | Rachel Van Dyken (Famous Love #3)

Résumé :

« J’aurais aimé réussir à lui mentir. A lui dire que je ne ressentais rien de ce lien entre nous, puissant comme l’océan, bruyant comme les vagues venues s’écraser sur la berge. Ce lien serait toujours là. Mais je continuerais de l’ignorer. Je n’avais pas le choix. »
Will Sutherland, ancien chanteur du groupe Adrenaline, ne s’est jamais vraiment remis de sa rupture avec l’actrice Angelica Greene. Désormais agent, il accepte malgré tout d’aider la jeune femme à relancer sa carrière et lui obtient un rôle dans un film. Will est déterminé : il conservera une relation strictement professionnelle avec celle qui a détruit leur relation. Mais il ne tarde pas à se rendre compte qu’Angelica pourrait une nouvelle fois lui voler son cœur, celui-là même qu’elle a si cruellement brisé des années plus tôt…
Merci aux éditions Milady pour l’envoi de ce roman

Ma première crainte dans les histoires de seconde chance c’est de m’ennuyer et de ne pas savourer totalement ma lecture, car la première rencontre est toujours l’un de mes moments favoris dans une romance. Ici tout est vite balayé par l’aversion qu’ont les deux personnages l’un pour l’autre et j’ai apprécié ma lecture plus que je ne l’aurais imaginé. Finalement mon seul regret c’est que Milady n’est pas publié l’autre série consacrée aux personnages secondaires de cette série, car ce qui n’était qu’une impression est rapidement devenue gênante dans ce tome, quand on évoque des scènes dont le lecteur n’a jamais été témoin.

Will Sutherland a eu la chance d’exceller dans deux carrières, anciennement chanteur d’un groupe ayant rencontré un immense succès, il est aujourd’hui un agent de star reconnu et ses anciens clients sont aujourd’hui des amis. La seule ombre à sa vie s’appelle Angelica Green, à une époque elle a été la seule femme qu’il désirait et malgré une rupture difficile, il accepte d’apporter son aide à celle qui a brisé son cœur. Il est sa dernière chance, Angelica le sait et malgré une relation professionnelle compliquée, ils pourraient bien retomber dans les travers du passé, pour ça il suffit juste de laisser tomber les barrières et accepter le pardon.

Will est un personnage qu’on a déjà rencontré et qu’on a apprécié dans le tome précédent, donnant une image un peu rigide il n’en reste pas moins un très bon ami et il est reconnu dans son métier. Dès les premières pages on ressent sa rage bouillonner dans ses veines et cette colère va se confronter à une jeune femme pas aussi solide qu’il n’y paraît. Son caractère difficile peut renvoyer une image négative, mais on comprend qu’il a été meurtrie et sa colère c’est le premier symptôme d’un homme blessé, mais ça montre également qu’il n’est pas indifférent.

Il manque peut-être la vision d’ensemble de toute la bande, mais Angelica est présentée comme étant la fille de Satan et dès le premier chapitre on s’attend à découvrir une Nan (cf Rosemary Beach), mais ce sentiment s’efface dès qu’on rentre dans sa tête, difficile de ne pas aimer cette héroïne d’une incroyable fragilité. Finalement lorsque j’ai découvert ce personnage, j’ai eu l’impression que c’était elle la victime et c’est là qu’on se rend compte qu’il manque très certainement des éléments, car on ressent une animosité envers elle, sans comprendre.

En bref, une série qui met du baume au cœur, tant par la romance mignonne à souhait, que part l’humour toujours autant présent et bien évidemment cette amitié qui unit les personnages est un modèle et ce sont là des ingrédients parfaits pour apprécier sa lecture. C’est un tome qui permet de relâcher la pression et après une dure journée c’est tout ce qu’on demande. Un petit plaisir à déguster enroulé dans un plaid.

Mon avis sur Lincoln #1 ICI
Mon avis sur Zane #2 ICI

Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire | Joanna Bolouri

Résumé :

À trente-huit ans, Emily a un travail satisfaisant, des amis fabuleux, et surtout, un appart merveilleux, situé à des centaines de kilomètres de sa famille trop intrusive. Sa seule source de stress est Evan, son jeune voisin, qui fait beaucoup trop de bruit la nuit… Mais qu’importe ! Heureuse en couple avec Robert, Emily espère bien l’inviter chez elle pour Noël et lui présenter ses parents. Le temps des questions indiscrètes et des moqueries est enfin derrière elle ! Mais quand elle s’aperçoit que Robert lui ment depuis le début, Emily décide de rompre. Et maintenant, comment affronter sa famille pendant les fêtes ? Elle fait alors appel au fêtard d’à côté…
Je remercie les éditions Milady pour cet envoi

Jusqu’ici, je ne me suis jamais faite de PAL de saisons, mais pour ce roman impossible de ne pas le lire en plein mois de décembre et ressentir la magie de Noël. J’ai attendu quelques jours avant de le sortir de ma PAL histoire d’être accordé à l’ouverture du calendrier de l’avant. Quelle belle surprise, c’était le premier roman que je lisais de Joanna Bolouri et c’est une comédie romantique comme je les aime : drôle, tendre et craquante.

Je réalise que je lis souvent des romans avec des personnages proches de ma tranche d’âge et pour le coup c’est la première fois qu’une héroïne dépasse la trentaine, ce n’est pas dénuée de sens car comme beaucoup je m’identifie à des héroïnes qui ont des points communs avec moi et contre toute attente, même si l’âge à une place importante dans cette histoire, ce n’est pas dérangeant  puisque à l’origine de quelques situations cocasses.

Après plusieurs années de célibat, Emily est confrontée depuis plusieurs années à l’insistance de sa famille pour connaître l’évolution de sa vie sentimentale, cette année elle file le parfait amour avec Robert et elle espère bien venir accompagner au traditionnel Noël familial. Lorsqu’elle annonce la nouvelle à sa famille, elle ne peut échapper aux questions toutes plus intrusives les unes que les autres, mais cette année les choses sont différentes, elle pourra affronter sa famille sans devoir justifier sa solitude. Seulement, la situation se complique lorsque quelques jours avant leur départ elle apprend la vérité sur Robert et décide de rompre. Emily se retrouve face à un choix difficile : avouer la vérité ou s’arranger pour sauver les apparences. Contre toute attente, elle décide de faire appel à Evan son voisin insupportable qui lui pourrit la vie avec ses nuits agitées.

Bien évidemment vous vous doutez que la situation va réserver quelques scènes drôles, mais en même temps l’alchimie n’est pas loin donc parfois la tension crépite. J’aime beaucoup la manière dont on découvre les rapports houleux des deux voisins, ce n’est pas vraiment qu’il se déteste, mais Evan est une source de stress dans la vie d’Emily et le manque de sommeil va la pousser à se venger d’une manière assez amusante. Il s’avère qu’Evan va se révéler être un soutien inattendu et malgré qu’il ne soit pas ami, il va accepter d’aider Emily. Durant ces quatre jours, ils vont se découvrir de manière plus approfondi. C’est une chick-lit charmante, avec une famille touchante et des personnages attachants qui vont nous ouvrir la porte de leur maison le temps d’un réveillon (très alcoolisé).

Je suis assez surprise de la place qu’occupe la romance, souvent dans ce type de roman on la place en second plan et bien que l’héroïne profite de ce retour aux sources pour réévaluer sa vie de presque quarantenaire après une énième séparation, elle trouve une alchimie inattendue auprès de son insupportable invité. Et du côté d’Evan, la magie opère à merveille, tant pour son physique avantageux que pour sa personnalité, qui allie humour, romantisme et insouciance. Une fois les préjugés mis de côté, la relation va évoluer tout en douceur, un temps bloqué par la différence d’âge, mais surmonté par la naissance d’une réelle complicité et ils vont pouvoir compter l’un sur l’autre. La fin un peu précipitée a fait retomber mon excitation, mais c’est une très belle romance de Noël.

Egomaniac | Vi Keeland

Résumé :

Emerie a enfin trouvé le local idéal pour abriter son cabinet de psychologie spécialisé dans les thérapies de couple. L’adresse est parfaite, à New York, sur Park Avenue, pour un loyer plutôt modique. Et tout cela pendant la période des fêtes de Noël. Elle emménage sur le champ, l’occasion est trop belle. Peut-être un peu trop justement…
Son monde s’effondre lorsqu’elle découvre que ce bureau n’est pas libre du tout mais appartient à un avocat spécialisé dans les divorces, Drew Jagger. Emerie joue souvent de malchance, voilà qui le prouve encore amplement. Mais comment peut-elle se sortir de cet imbroglio ?
Pour des raisons très personnelles, Drew n’a pas une très bonne opinion des femmes. Alors quand il trouve une inconnue dans ses bureaux en travaux, son premier réflexe est de la mettre à la porte. Très vite. Mais Emerie est charmante et victime d’une escroquerie. Certes, il n’y a pas grand chose en commun entre une psychologue qui travaille à rapprocher les couples et un avocat spécialisé dans les divorces mais il pourrait se laisser attendrir, même si les rencontres qu’il a faites les 31 décembre sont souvent synonymes de problèmes pour lui.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi

Le dimanche c’est une journée à double tranchant, le matin on est heureux d’être en repos et le soir quand on a bien profité de chaque instant, on regrette que ça soit déjà terminer. C’est un peu l’effet que ce livre a sur moi, dès le début j’ai apprécié l’univers et l’humour est absolument génial, suffisamment pour réaliser que je l’avais terminé en quelques heures et me voilà démunie, déprimé d’être dimanche et résigné sur le fait que j’ai terminé cette petite merveille sans avoir le sentiment d’avoir savouré ma lecture. Ce livre est un condensé de bonne humeur, on rit aux éclats, on a les yeux qui pétillent face au rapprochement de nos héros et fond complètement face à l’amour qui se déclare sans que nos héros l’ait anticipé, de la lecture doudou à l’état pur.

Emerie Rose n’aura pas pu trouver meilleure occasion, en ce réveillon de la St Sylvestre elle peut se féliciter d’avoir trouvé le cabinet parfait pour exercer son métier de psychologue. Seulement la réalité la rattrape un peu trop vite quand le véritable propriétaire rentre de vacances, réalisant que toutes ces économies ont été donné à un escroc, la jeune femme est anéantie et malgré le soutien inattendu de Drew Jagger l’avocat propriétaire des locaux, elle doit se résoudre à voir son rêve s’envoler. Contre toute attente l’arrogant avocat spécialisé dans les divorces va se prendre d’affection pour Emerie et lui proposer de mettre à sa disposition un bureau le temps qu’elle puisse se retourner. Leur caractère est aussi contradictoire que leur métier, pourtant la situation prête à sourire surtout avec des réactions aussi diamétralement opposé. Alors que Drew n’hésite pas à taquiner sa charmante locataire, celle-ci se laisse prendre au jeu et n’hésite pas à lui faire savoir le fond de sa pensée lorsqu’il dépasse les bornes, enfreignant la limite entre le professionnel et le personnel, allant jusqu’à flirter sans honte.

Comme à son habitude Vi Keeland m’a fait mourir de rire, lire ce roman en public peut vous valoir de se faire remarquer, car l’humour est un des points les plus plaisants de cette histoire. Drew assume totalement de mettre Emerie mal à l’aise et ses taquineries finissent par en devenir mignonne, et on ne peut pas dire que son personnage est quelqu’un qu’on puisse qualifier de doux. Il a cette bestialité et il est taillé sur un physique impressionnant avec qui n’envisagerait pas forcément de se lâcher. Alors évidemment cette complicité qui se développe c’est vraiment adorable et on veut les voir se rapprocher pour qu’ils se dévoilent enfin ensemble. J’ai apprécié qu’à côté on découvre que son histoire personnelle n’est pas été facilement, car finalement entre son métier et son passé, quand il est avec Emerie, c’est le seul moment où il baisse la garde et ce bouclier qu’il a construit, on le voit s’effriter progressivement au contact de la jeune femme qui va se faire facilement une place.

Emerie c’est la simplicité qu’il manquait à Drew, ce petit bout de femme est une perle et indéniablement une belle personne. Elle a cette maladresse attachante qui la place dans des situations hilarantes et pourtant ça ne la positionne pas comme une personne vulnérable. Présenter comme une personne naïve dans les premiers chapitres, on constate rapidement qu’elle a seulement le don de se ridiculiser devant Drew, qui n’hésite pas à rajouter une couche au malaise. Cette manière de rentrer en collision verbale lorsqu’ils ne sont pas d’accord c’est tout ce qu’on aime dans les codes de la romance. Leur alchimie va naître de leurs disputes et les réconciliations sur l’oreiller vont prendre tout leur sens. Elle n’a pas un passif plus modéré, mais son expérience va s’avérer bénéfique pour Drew, qui va se montrer beaucoup plus vulnérable qu’il n’y paraît, et ça ne fait que rendre son personnage attachant, surtout lorsqu’il veut protéger Emerie et jouer à celui qui a la plus grosse face à la concurrence.

Je suis absolument conquise par cette histoire, c’est drôle, c’est léger et c’est romantique. J’aurais voulu être capable de me contrôler pour pouvoir garder ce roman sous le coude quelques jours, mais l’effet est tellement entraînant qu’il m’a été impossible de ne pas le terminer d’une traite. On va vraiment au delà de toutes mes espérances, l’histoire revêt une profondeur inattendue et j’ai apprécié que ce ne soit pas la demoiselle qui est en détresse. La romance est également très belle, on couine pendant les échanges de nos héros et les émotions sont présentes sous de différentes formes, toutes plus rafraîchissantes les unes que les autres. VI Keeland est une auteure que j’apprécie énormément, elle prouve encore une fois son talent et efface la morosité du quotidien.

Zane | Rachel Van Dyken (Famous Love #2)

Résumé :

« Cela faisait quatre jours que la musique me venait. Quatre journées fortes d’émotions que je ressentais pour la première fois en deux ans.
Le seul problème, c’était elle.
Tout bon artiste a sa muse. J’avais trouvé la mienne. Et je n’étais pas certain de vouloir la laisser partir. »
Zane « Saint » Andrews mène une vie de rêve. Chanteur de rock aussi talentueux que sexy, il est adulé par des milliers de fans. Pourtant, derrière la star sulfureuse se cache un homme sensible. Peinant à surmonter son anxiété, Zane se réfugie dans la tranquille ville de Seaside, où il espère trouver l’inspiration pour son prochain album. C’est alors qu’il rencontre Fallon. Cette jeune femme au caractère bien trempé le comprend comme personne. Et pour la première fois depuis des années, le chanteur se sent enfin lui-même. Mais leur relation ne tarde pas à mettre au jour des secrets susceptibles de détruire la réputation et la carrière de Zane…
Merci aux éditions Milady pour l’envoi de ce roman

On peut dire que Rachel Van Dyken a l’art du teasing, puisqu’elle a réussi à attirer mon attention sur un personnage qui n’était même pas le héros et passages en sa présence n’ont fait que renforcer mon envie. Ce tome est un mélange parfait d’humour et d’émotions. Zane est un personnage haut en couleur en société et une fois les premières révélations, difficile de ne pas éprouver de la sympathie pour ce héros pas comme les autres.

Le personnage de Zane est complexe, il est facile de se faire une idée de l’homme qu’il est et son côté insouciant ne fait qu’accentuer cette impression. Bien qu’il soit impulsif et parfois hors de contrôle c’est lorsqu’il est sous pression que son côté obscur refait surface. Tout le monde pense connaître Le Saint, chacun est prêt à tout pour l’approcher. Pourtant malgré son apparente désinvolture, son passé l’a profondément marqué et célébrité est un rappel constant de la souffrance qui l’habite. Cette fragilité en fait un personnage très touchant et bien que ses traits de caractère soient un peu poussés, Zane est un personnage qu’il est facile d’apprécier.

C’est également l’occasion de faire de nouvelles rencontres, Fallon est une héroïne profondément gentille et sa normalité, c’est ce qu’il fallait à notre héros qui n’avait jamais été approché sans arrière-pensée. Cette jeune femme, c’est une vraie bouffée d’air frais et malgré ses doutes, elle va s’avérer être d’un grand secours à Zane. Sa capacité à écouter les souffrances, va lui permettre d’être la seule à comprendre cet artiste torturé. J’ai ri à leur première rencontre, été touché par la naissance de leur amitié et conquise par la confiance qu’ils vont s’accorder. J’ai trouvé Fallon un peu cliché et on s’intéresse un peu trop à son physique, mais elle est touchante.

Nous avons une belle alchimie entre les personnages, Zane et Fallon vont développer un lien particulier qui va leur permettre de se comprendre mutuellement et surmonter les souffrances. Ce fût un plaisir de retrouver cette bande d’amis soudée et c’est tellement dommage de ne pas connaître leurs histoires respectives. Un peu déçu également concernant l’absence de traduction des chansons écrites par Zane, elles étaient le reflet des émotions de notre héros et j’ai eu du mal à saisir ces révélations à cœur ouvert. Les derniers chapitres réussissent encore une fois à mettre l’accent sur le personnage du troisième opus et c’est avec impatience que j’attendrais l’histoire de Will. Moment détente assurée et une auteure qui nous embarque dès les premières pages.

Retrouvez mon avis sur Lincoln # ICI