Un Palais de Cendres et de Ruines | Sarah J. Maas (A Court of Thorns and Roses #3)

Résumé :

Devenue Grande Dame de la Cour de la Nuit, Feyre a offert son cœur à Rhysand.
Après la trahison de Tamlin, pourtant, la jeune femme n’a eu d’autre choix que de suivre celui-ci à la Cour du Printemps, qu’elle considérait autrefois comme sa maison. Mais Feyre n’a qu’une idée en tête : découvrir ce que manigance Tamlin, qui s’est rangé aux côtés du roi d’Hybern, et rentrer au plus vite à la Cour de la Nuit.
Car la guerre contre Hybern est imminente, et Feyre et Rhysand doivent à tout prix rallier les Grands Seigneurs à leur cause…
Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai savouré chaque ligne et malgré une volonté de faire durer le plaisir, il était inconcevable de ne pas dévorer cet ultime tome. Indéniablement la meilleure lecture de Saint-Valentin que j’aurais pu souhaiter et l’un des couples les plus soudés qu’il m’est été donné de rencontrer. Sans oublier la richesse de l’univers qui aura jusqu’à la dernière ligne embarque le lecteur au cœur des combats. Définitivement ma plus belle découverte livresque en fantasy et on ne peut qu’apprécier l’équilibre parfait entre romance et action liée à leur combat.

L’attente c’est l’une des choses les plus frustrantes dans la lecture de série, alors quand la date de sortie est enfin là, on a tous le réflexe d’abandonner toutes activités et se consacrer corps et âme à cette suite tant attendue. Alors bien évidemment, la gestion du temps est comme en mode accéléré et la fin arrive sans crier gare. Dans un premier temps, il y a la joie liée à l’histoire et ensuite une transition proche de la dépression qui fait le vide.

Après l’explosion de bonheur lié aux révélations du tome précédent, ce tome est d’une qualité quasiment égale. Il y a tout d’abord l’évolution de Feyre qui se positionne en tant que Grande Dame de la Cour de la Nuit dans ce tome et malgré son désir de vengeance on observe un réel attachement à son peuple. A l’image de Rhysand elle est prête à tout pour découvrir la vérité quitte à se mettre en danger,  il  faut dire que lorsqu’il s’agit de protéger ceux qu’elle aime, la jeune femme peut se montrer comme une vraie guerrière. Son entraînement aura porté ses fruits puisque en ce temps de guerre, tous les coups sont permis et être son ennemi n’est pas une option.

Elle va également pouvoir compter sur son âme-sœur pour la guider et la rassurer lorsque cela est nécessaire, mais ce tome montre une réelle émancipation de notre héroïne. Certes elle laisse Rhy lui soumettre son expérience, mais à aucun moment il ne l’empêchera d’affirmer celle qu’elle est devenu et avec son soutien, Feyre va également protéger la Cour de la Nuit, ainsi que son peuple de cœur. Bien évidemment sans le soutien de Rhy rien n’aurait été possible, il est la parfaite âme-sœur et son dévouement n’a aucune limite. J’étais séduite dans le premier tome, mon cœur a eu quelques ratés dans le second opus et ce troisième livre révèle un Amour d’une incroyable pureté. Il est l’homme qu’on veut à ses côtés dans chaque instant de sa vie, les joies, les peines et les instants où seul l’autre compte. J’ai souri, été ému, j’ai même eu des palpitations et bien sûr j’ai aimé follement.

L’action n’est pas en reste, ce tome laisse une large place à l’élaboration de tactique et on voit naître une armée. La guerre est au centre de l’intrigue et rallier les Grands Seigneurs va s’avérer être une quête remplie d’embûches. Des alliances surprenantes vont voir le jour, des personnes qu’on croyait être des amis vont devenir des ennemis et le combat va montrer son visage le plus sombre. Malgré quelques scènes où la douceur est de mise, ne vous attendez pas à autre chose qu’un stresse permanent de perdre un membre de la famille. Face au danger, l’auteure joue avec nos nerfs, alternant entre situations périlleuses et moments où l’humour nous met face à cette complicité. Il est rare que les personnages secondaires soient autant mis à l’honneur et ce fût un plaisir.

Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose c’est de découvrir cette série fabuleuse. Sans compter que la Maison d’éditions a annoncé sur Instagram la traduction du 4ème opus pour la fin de l’année donc vous n’avez aucune excuse ! Si vous appréciez l’action, la stratégie et les romances avec un book boyfriend, c’est la série à découvrir.

Mon avis sur Un Palais d’Épines et de Roses #1 ICI
Mon avis sur Un Palais de Colère et de Brume #2 ICI
Publicités

Crossing the Line | Simone Elkeles

Résumé :
Pour échapper à une famille chaotique, Ryan Hess, 18 ans, quitte le Texas pour le Mexique.
Son plan ? Se consacrer à son unique passion, la boxe.
Fille d’un des avocats les plus influents du Mexique, Dalila Sandoval est lycéenne. Elle travaille sans relâche et se prépare à une brillante carrière de médecin.
Leur rencontre aurait pu se résumer à une aventure d’un soir.
Mais leur attirance pourrait les emporter plus loin. Trop loin.
Car sous le soleil brûlant du Mexique, certaines histoires n’attendent qu’une étincelle pour s’embraser.
Leur amour survivra-t-il ?
Ou les conduira-t-il à leur perte ?

Le retour de Simone Elkeles dans nos librairies a fait émerger deux camps, ceux ravies de découvrir une auteure qu’ils apprécient et ceux pour qui cette inconnue dans leur viseur littéraire. Parmi tous ces lecteurs, le point commun c’est l’envie de découvrir ou redécouvrir une histoire au résumé alléchant et à l’intrigue captivante.

Notre héros Ryan Hess n’est pas né avec une bonne étoile, à seulement 18 ans il est loin de faire l’unanimité dans la ville du Texas où il vit, n’ayant aucune véritable attache il décide de s’offrir une chance en traversant la frontière afin de pouvoir vivre de sa passion pour la boxe. Alors qu’ils n’ont rien en commun, son chemin va croiser celui de Dalila Sandoval, la fille d’un avocat réputé au Mexique et qui au premier abord est tout ce qu’il n’est pas. Seulement malgré une première rencontre chaotique la princesse mexicaine pourrait tirer un enseignement.

Depuis que j’ai rencontré les frères Fuentes l’évocation du Mexique est toujours source de plaisir. On apprécie grandement l’absence du cliché de la pauvre petite Mexicaine immigrée aux États-Unis qui rencontre son riche prince charmant américain. Ici les rôles sont inversés et malgré qu’elle soit issue d’une famille fortunée, elle a les valeurs du bien et du mal. Confrontée depuis son enfance au cartel, elle a toujours eu conscience du danger, sans jamais y être impactée. Sa rencontre avec Ryan va la conduire plus proche que jamais de l’inconnu et ses premiers sentiments vont déstabiliser cette miss perfection qui n’avait tenté de s’éloigner du chemin tout tracé.

Ryan a débuté la vie fragilisée par l’absence d’un père et le reste de sa vie n’a guère été plus agréable. Une rencontre dans son club de boxe va lui permettre de se rapprocher de son rêve et va lui permettre d’approcher son idole. Seulement, lorsqu’on est américain au Mexique, les préjugés ont autant la vie dure que quand on est issue d’une famille pauvre aux États-Unis. Malmené par la vie, il va tenter de s’en sortir en se consacrant à sa passion et malgré une volonté de s’éloigner de la distraction qu’est Dalila, l’attirance va le pousser dans ses bras.

Ces retrouvailles sont teintées de quelques éléments dérangeants, notamment du côté de l’intrigue qui malgré une bonne romance, est parfois poussé à l’extrême sans qu’on approfondisse pleinement l’idée de base. Il y a également une certainement facilité dans la manière dont est explorée l’histoire, on plonge de manière brutale dans l’histoire et on en ressort un peu déboussolé. C’est un sentiment particulier, difficile à définir, mais qui laisse un goût d’inachevé et pour le coup, certaines citations auraient mérité une traduction, pour avoir le sentiment de tout comprendre. Malgré tous ces petits détails, l’histoire n’en reste pas moins très agréable.

Un palais de colère et de brume | Sarah J. Maas (A Court of Thorns and Roses #2)

Résumé :
Après avoir survécu aux défis d’Amarantha, Feyre est devenue une Fae et a hérité de pouvoirs qui échappent à son contrôle.
Mais son cœur est resté celui d’une humaine, et elle ne peut effacer ce qu’elle a dû commettre pour sauver Tamlin et la Cour du Printemps…
Elle ne peut non plus oublier qu’elle a conclu un marché avec Rhysand, le redoutable Grand Seigneur de la Cour de la Nuit. Une semaine par mois, elle doit séjourner à ses côtés, dans son palais.
D’abord réticente, Feyre découvrira pourtant qu’il est loin d’être le Fae cruel et manipulateur qu’elle croyait connaître. Avec lui, elle va apprendre à dompter ses pouvoirs. Et douter de ce qu’elle ressent pour Tamlin…
Mais au-delà de la Cour de la Nuit, une menace se profile. Car les desseins du roi d’Hybern pourraient bien ébranler tout le royaume des immortels.
Ce roman est le deuxième tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Le premier mot qui me vient en rédigeant cette chronique c’est OMG. Bien que ce ne soit pas vraiment un mot, c’est globalement représentatif de mon état d’excitation. Et pourtant avant de ressentir de telles émotions, je suis passé par une phase de déception, pas vraiment lié à l’histoire, mais plus particulièrement à l’éditeur, qui a malheureusement décidé de faire des économies sur l’objet-livre et quand je vois le prix pour une qualité aussi fragile, c’est mon petit cœur de passionné qui est directement touché. Passons ce passage et revenons à notre sublime histoire qui m’a totalement rendu folle amoureuse de l’intrigue et ses personnages.

L’histoire reprend trois mois après les évènements du premier tome et bien que Feyre soit désormais une Fae et que Tamlin soit libre, la jeune femme est toujours en phase d’adaptation et peine à apprivoiser cette nouvelle identité qui fait d’elle une inconnue. Difficile d’oublier toutes les épreuves qu’elle a traversées, pourtant à la Cour de Printemps tout semble reprendre son cours et les préparatifs du mariage devraient emplir son cœur de joie. Sans compter que bien que Rhysand ne se soit pas manifesté, l’ombre du marché qu’ils ont conclu plane sur cette nouvelle vie. Le Grand Seigneur de la Cour de la Nuit, semble avoir marqué son esprit et lorsqu’il se manifeste enfin pour obtenir une semaine par mois, elle découvre une Cour bien différente que ce qu’elle s’était imaginée.

Après une longue attente, il me fallait découvrir cette suite et bien que le début soit un peu long à se mettre en place, on replonge en douceur dans un univers complexe et très bien construit. J’avais oublié quelques subtilités et le démarrage en douceur m’aura permis de me remettre doucement dans les termes et intrigue déjà bien avancée. Bien évidemment, les avis unanimes m’ont influencé pendant ma lecture et à plusieurs reprises, j’ai ressenti des palpitations face aux évènements qui se dessinaient devant moi. A la lecture du premier opus, j’étais loin d’imaginer qu’on prendrait cette direction, mais aux vues des révélations ce n’est pas dénué de sens.

Là où Sarah J. Maas est douée, c’est qu’elle arrive à nous faire passer par un arc-en-ciel d’émotions. On a du mal à comprendre où elle veut nous mener et face aux réactions de certains personnages la déception commence doucement à naître et des personnages qui jusqu’ici nous avaient paru sympathiques, commencent à se montrer moins appréciable et progressivement, toute l’admiration disparaît, pour laisser place à une colère sourde, on découvre impuissant à des choix terribles et lorsqu’un gros retournement va complètement changer la direction de l’histoire, on assiste émerveiller aux changements qui s’opèrent. D’un côté, on va trembler face à l’avenir qui se profile et dans l’adversité des alliances inattendues vont se mettre en place comme une évidence.

Je ne crois pas avoir été préparer à éprouver autant de tout. Cette lecture a réussi à me surprendre jusqu’à la dernière ligne et une fois l’intrigue mise en place on ne sait jamais ce qui va se passer. Ce second opus conserve une part d’action très importante et les changements qui s’opèrent envers Feyre vont complètement changer les phases de combat, car l’humaine à laisser la place à une guerrière absolument fabuleuse, tout en conservant le cœur pur d’une mortelle. C’est ce qui fait la beauté de ce personnage, ce cœur qui lui permet de voir les personnages sous leur meilleur jour, malgré l’image qu’elle renvoie c’est ce qui a probablement contribué à lui ouvrir les yeux concernant certaines amitiés. C’est assez touchant de voir cette héroïne si solitaire baisser sa garde et l’Amour n’est pas en reste, bien au contraire c’est la plus belle romance de fantasy que j’ai pu lire.

Je pense à une scène clé dans cette suite et sachant qu’il s’agit d’un spoiler, il m’est impossible de vous raconter à quel point on est loin des émotions du premier opus. J’en ai encore une fois le souffle coupé lorsque je repense à la scène qui m’a mise K.O., ces révélations bouleversantes et d’un romantisme indescriptible m’ont totalement fait rêver. Je visualise encore les mots sortir de la bouche de notre héros et je pourrais les relire indéfiniment que leur impact serait le même. Je ne peux que vous recommander de vous procurer cette série et si par miracle vous avez déjà lu le premier tome, passez outre ce prix scandaleusement élevé et savourez chaque minute.

Mon avis sur Un Palais d’Épines et de Roses #1 ICI

Un palais d’Épines et de Roses | Sarah J. Maas (A Court of Thorns and Roses #1)

Ce roman fait partie de l’une de mes récentes obsessions, vous savez ce moment où vous voyez un roman partout et qu’il commence à susciter votre intérêt, un simple avis exalté de Morgane de Livres a suffi à me faire basculer du côté obscur. Ni une, ni deux je me suis offert cette petite merveille et bien que je ne lise plus tellement de Fantasy, j’ai tout de suite reconnu un univers qui avait tout pour me plaire.

Après avoir perdu leur fortune, Feyre et sa famille vivent dans une petite chaumière, malgré des conditions de vie difficile, la jeune femme de dix-neuf ans réussit à nourrir sa famille du mieux qu’elle peut. Après quelques semaines difficiles, elle est bien décidée à ne pas rentrer les mains vides, alors lorsqu’un gibier pouvant lui permettre de tenir quelque temps fait son apparition cela est inespéré. Lorsqu’un loup fait son apparition, la jeune femme décide de le tuer pour ne pas risquer qu’il emporte son butin. Voulant simplement nourrir sa famille, la jeune femme ne va comprendre que bien trop tard que ce qu’elle pensait n’être qu’un loup est en réalité un Fae. Lorsqu’un immortel se présente à sa porte, il exige réparation et Feyre est contrainte de quitter sa famille pour Prythian, le royaume des immortels.

Une fois arrivée sur place, elle va constater que sa prison n’a rien d’un cachot et cette bête monstrueuse qui est venue la chercher, un Grand Seigneur Fae qui lui ouvre les portes d’un magnifique palais. D’abord réticente à baisser sa garde, la jeune femme va se rendre compte que Tamlin son geôlier n’est pas aussi effrayant et malgré ses maladresses, il va s’avérer être un hôte séduisant. Contrainte de côtoyer un univers qui n’est pas le sien, Feyre va pourtant réaliser que le royaume des immortels n’est pas à la l’abri du danger et craignant que le mystérieux mal qui ronge le royaume infeste celui des humains, elle va tenter de comprendre ce qui est arrivé aux habitants du royaume et pourquoi ils portent tous un masque.

Je n’avais pas réalisé qu’il s’agissait d’une réécriture du conte La Belle et la Bête, alors en voyant quelques similitudes j’ai été ravie. Je n’aurais pas pu trouver meilleur moment pour lire ce roman. Sarah J. Maas a bien évidemment pris la liberté de s’éloigner du conte et  résultat est vraiment excellent, on ressent l’implication de sa plume et rapidement Temlin a commencé à se montrer un personnage masculin intrigant, romantique et malicieux. D’ailleurs pendant la première partie du roman, j’ai été touché des efforts qu’il fournissait pour approcher Feyre. Il faut dire que la jeune femme est fougueuse et n’entends pas rester prisonnière. Sans grande surprise une romance va naître entre ces deux êtres qui n’ont rien en commun et tout va basculer dans la deuxième partie, le récit va devenir plus sombre et ce qui semblait n’être qu’un roman jeunesse va gagner en maturité, et s’orienter sur une histoire beaucoup plus adulte.

Et justement voyant les difficultés qui s’annonçaient pour Feyre, j’ai gardé en tête le conte de La Belle et la Bête pour rapidement abandonner mes hypothèses. Il faut dire que l’auteur montre l’étendu de son talent et s’éloignant complètement de tout ce qu’on aurait pu imaginer et la jeune femme va conserver sa force, mener ses combats comme une championne et montrer tout l’amour qu’elle porte dans son cœur. C’est là que le prince charmant va un peu dégringoler de son piédestal pour moi, certes il est beau, tendre et fort, mais son manque de charisme est flagrant. Je n’ai pas tout de suite compris mon changement d’attitude vis-à-vis de Temlin, mais l’image passive qu’il renvoie alors que Feyre donne tout et bien ça m’a clairement freiné dans mon élan d’amour pour ce personnage, car la déception c’est fatal pour un héros. Pourtant, il s’est passé un truc quand un personnage à fait son apparition et malgré l’inexplicable, j’ai le sentiment qu’il sera crucial pour la suite des évènements et qu’il pourrait bien me réconcilier avec la romance.

Je suis passé par un arc-en-ciel d’émotion et j’en ai bavé avec Feyre, pour au final être surprise par certain personnage. Curieuse de voir où la suite allait nous mener, j’ai été surveiller quelques avis.  J’ai pu constater que les avis sont encore meilleurs que celui-ci donc j’ai bon espoir d’être toujours autant sous le charme de l’univers et pour mon plus grand plaisir, certains rebondissements semblent aller dans mon sens. Du coup, La Martinière, pitié entendez ma prière et ne me faite pas attendre plusieurs années avant de pouvoir baver comme les copinautes. Je veux simplement replonger dans cet univers riche et savourer les sentiments qui ne me lâchent plus depuis que j’ai refermé ce magnifique roman.

Attirance et indécision | Simone Elkeles (Wild Cards #2)

ImpressionTrès bonSimone Elkeles est une auteure que j’aime particulièrement, chacune de ses romances abordes généralement des thèmes délicats et ses romances ne me déçoivent jamais. Celui-ci ne fait pas exception à la règle, même si à mon sens ce n’est pas son meilleur. J’ai redouté cette suite, tant parce qu’elle présageait un triangle amoureux, que parce que l’attente était particulièrement longue.

J’ai été ravie de pouvoir renouer avec l’ambiance latino qui m’avait fait tomber amoureuse de la plume de l’auteure et l’apparition d’un certain frère Fuentes n’y est pas étranger. Victor est tout aussi indiscipliné, il accumule les bagarres et son compteur de colle a largement explosé, le seul domaine où il excelle c’est en football, c’est sa seule échappatoire face à un père qui considère son fils comme un raté. Monika est la parfaite petite pom pom girl, avec des bons résultats et un petit ami aussi doué en sport, que dans ses résultats scolaires. Le couple est la représentation de leur parfaite réussite. En apparence tout semble coller à merveille, Vic les envies, tant pour leur histoire parfaite que pour Monika dont il est amoureux depuis longtemps et il sait pertinemment qu’elle n’est pas pour lui.

J’ai beaucoup aimé la manière dont la relation de Monika et Trey est amenée, cette perfection qu’il dégage est usante et même si tout le monde les considères comme le couple parfait, dans l’intimité les choses ne sont pas aussi simples. Je crois qu’il était important de consacrer une grande partie du roman, à expliquer comment était leur relation. Seulement après l’énorme bombe que je n’avais pas du tout vue venir, j’ai trouvé l’équilibre un peu maigre. L’attirance entre Vic et Monika n’a pas été suffisamment exploité, dans la première partie ce n’était pas envisageable et ça se comprend, mais la seconde partie est totalement bâclée. A vrai dire, la plume de l’auteure est une des grandes raisons qui font que j’ai passé un bon moment, parce que pour tout vous dire, je ne l’ai pas trouvé aussi émouvant que d’habitude. J’ai attendu le moment où j’allais ressentir une explosion de sentiments, ils se connaissent depuis des années donc peut-être que leur rapprochement est imperceptible, mais je n’ai pas eu les papillons que j’attendais. Durant la majorité du roman, on enchaîne les difficultés et la fin, arrive sans obstacle, tout est tellement simple que ça en devient décevant, pas assez recherchée.

Par contre, le personnage de Monika est très intéressant à suivre, son look et sa manière de prendre soin d’elle, donne l’image d’une jolie écervelée, qui fait tapisserie et pourtant il se cache une jeune femme beaucoup plus complexe. Je ne veux pas vous spoiler, mais ses problèmes se santé sont totalement inédits et son histoire touchante. Et puis, Vic est un peu un faux bad-boy il est surtout très insolent et indiscipliné, mais reste totalement honnête et bien souvent, il ne cherche qu’à protéger les gens qu’il aime. En me relisant, j’ai l’impression de ne faire que dénigrer ce roman, alors qu’en vérité je l’ai vraiment beaucoup aimé, mais le tome 1 avait été un réel coup de cœur et ses précédents romans m’avaient tellement hanté pendant plusieurs semaines, que c’est décevant. Une lecture rapide, je l’ai dévoré en un après-midi. Une bonne histoire, mais ça reste en dessous de ses autres romans.

Signature Lucie