New Romance

Suda Kaye | Audrey Carlan (The Wish #1)

Résumé :
Toutes les petites filles font des vœux en regardant les étoiles.
Quand j’étais petite, j’ai fait tellement de vœux que j’en ai perdu le compte. La plupart d’entre eux concernaient tous les endroits que je voulais voir et les choses que je voulais faire. Je voulais surtout être comme ma mère. Elle nous a appris, à ma sœur Evie et à moi, à vivre chaque moment comme si c’était le dernier. Mais quand notre mère est morte, elle nous a laissé à toutes les deux une pile de lettres à ouvrir à chacun de nos anniversaires. La première lettre m’a été donnée le jour de mon dix-huitième anniversaire et ces mots ont changé le cours de ma vie pour toujours. Elle me disait de voler librement, de tout laisser derrière moi et de vivre la vie dont j’avais toujours rêvé. Malgré mon chagrin, j’ai suivi son conseil. Pendant dix ans, j’ai suivi les traces de ma mère. Littéralement.
Ses lettres m’ont indiqué où aller, jusqu’à ce que la lettre de mon vingt-huitième anniversaire me dise de rentrer chez moi et de poser mes valises. Mais rentrer chez soi est plus facile à dire qu’à faire après dix ans d’absence…

Je n’ai pas toujours été en parfaite harmonie avec les romans d’Audrey Carlan et je n’ai d’ailleurs terminé que Calandar girl, qui m’avait laissé un sentiment un peu mitigé, depuis j’ai enchainé les abandons avec International guy et Biker girls. Honnêtement je n’ai jamais passé un mauvais moment, mais l’abondance de scène de sexe a souvent empêché l’histoire de décoller. Lorsque la promotion de la série The Wish a débuté, j’ai eu un coup de cœur pour la couverture et j’avais envie de laisser sa chance à cette autrice qui a un énorme succès. Je n’avais pas vraiment d’attente en débutant cette histoire donc globalement je n’ai aucun regret. Certes l’histoire a des défauts, mais on passe un moment agréable et la plume est toujours aussi fluide.

L’histoire tire ses fondations, lorsqu’à l’âge de 17 ans Suda Kaye devient orpheline et se retrouve seul avec sa sœur de 2 ans son ainé. Quelques mois plus tard lorsqu’elles fêtent respectivement leurs 18 et 20 ans, le grand-père leur remet une lettre de leur mère. Pour Suda Kaye cette lettre est une porte de sortie, lui offrant le loisir de vivre à travers les pas de sa mère et de profiter de sa liberté en voyageant aux quatre coins du monde et en vivant chaque instant comme si c’était le dernier. Cette lettre a bouleversé sa vie et lui a donné la force de surmonter son chagrin au gré des paysages. Pendant 10 ans elle a suivi les traces de sa mère et lorsqu’à 28 ans une nouvelle lettre lui parvient, ses pas vont la conduire à la maison, seulement son départ a laissé des séquelles.

J’ai beaucoup apprécié l’héritage amérindien de l’héroïne même s’il n’est que partiellement exploité, on voit malgré tout l’importance qu’il a pour la Suda Kaye et Evie et l’ambiance des petites villes qui donnent l’impression d’être dans un cocon, moins guindé que pouvait l’être Mia dans Calendar girl. On est face à une héroïne qui assume son besoin de liberté et elle a un côté rêveur qui ne l’empêche pas de foncer lorsqu’elle a une idée en tête. Ce qui fait de Suda Kaye l’exact opposé de sa sœur, pourtant elles ont relation complice et leur différence ne fait que renforcer leur lien. Malgré le fait qu’elle soit resté en contact durant ces dix années, la blessure de la séparation est restée à vif pour Evie et ces retrouvailles bien qu’heureuses, vont mettre en lumière les conséquences de son départ, qui pourrait s’apparenter à une fuite.

Suda Kaye a également laissé derrière elle l’amour de sa vie Camden et leur relation est plus solide qu’on pourrait s’y attendre. La romance va peut-être un peu trop dans la facilité, mais elle retranscrit malgré tout certaines émotions intéressantes. On passe par plusieurs émotions légitimes, mais ça manque néanmoins de profondeur, tout va trop vite et ils ne prennent pas forcément le temps de se redécouvrir et écoute surtout leurs instincts primaires. Néanmoins on retrouve son style à travers les scènes de sexe, mais la romance ne m’a pas totalement émue et j’aurais aimé ressentir la passion à travers leurs sentiments.

J’ai retrouvé certains défauts de ses autres romans notamment des scènes de scènes qui s’accumulent un peu trop vers la fin, et des surnoms absolument épouvantables qui me font lever les yeux au ciel. Et comme je l’évoquais plus haut une romance pas assez convaincante, mais pas désagréable pour autant. En comparaison j’ai trouvé ce roman meilleur que ce que j’avais pu lire jusqu’ici et j’y ai vu une évolution. L’histoire est dans son ensemble intéressante et se lit rapidement, malgré des imperfections ça n’empêche pas de prendre plaisir à découvrir l’histoire et d’avoir envie de poursuivre l’aventure avec Evie

Dark Romance

Révolte | Tillie Cole (Les Écorchés #4)

Résumé :
Résister, sans jamais se soumettre !
152 a été enlevée par les Arziani, une famille mafieuse de Géorgie, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. Elle a été dressée pour devenir une mona – une esclave sexuelle destinée à servir le maître des Fosses de Sang. Belle et douce, elle rend fou de désir le maître qui, pour s’amuser, la donne à son plus grand et plus effrayant champion des combats à mort… mais elle comprend très vite qu’un physique menaçant peut cacher un grand cœur. Toutefois, l’amour peut-il naître dans les profondeurs d’un tel enfer ?
Je remercie les éditions Milady pour cet envoi
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Un tome absolument captivant qu’il me tardait de découvrir et qui offre un final grandiose. J’ai du mal à croire que cette série soit déjà terminée, le côté sombre de cette histoire n’est pas à mettre entre toutes les mains, mais si comme moi vous lisez de la Dark Romance ce n’est pas la série la plus noire que j’ai pu lire. Lorsque 152 et son parcours ont été évoquée dans le tome précédent, l’attente a commencé et le résultat de l’histoire est à la hauteur de mes espérances. Je suis restée accroché à mon histoire totalement conquise par les personnages principaux.

152 a été enlevée avec son frère de leur orphelinat par les Arziani, une famille mafieuse de Géorgie. Afin de garder une pression sur son frère, la jeune femme est dressée pour devenir une mona, une esclave sexuelle destinée à servir les hommes du goulag. Lorsque son frère réussit à retrouver sa liberté, il tue Maitresse Arziani en espérant libérer sa sœur des griffes de sa tortionnaire. Seulement 152 a été repérée par le Maître des Fosses de Sang qui souhaite en faire sa Grande Mona pour son usage personnel. Totalement obsédé par sa prisonnière, il est décidé à profiter pleinement de sa propriété, seulement le manque d’obéissance de son meilleur combattant va le contraindre à lui offrir 152, afin de créer une faiblesse chez son champion et obtenir une totale obéissance.

Les conditions de vies des monas sont vraiment inhumaines, mais dans leur malheur elles ont la chance d’être droguée, leur permettant d’être dans un état de semi-conscience, protégeant leur esprit des souffrances psychologiques et créant un besoin malgré elle. Alors lorsque sa dose est diminuée pour devenir la Grande Mona, les souvenirs de sa vie d’avant vont commencer à revenir progressivement sans réellement comprendre ce qu’ils représentent. Résignée à n’être qu’un objet, la jeune femme va pourtant voir sa condition évoluer lorsque le Maître la mène dans la cellule de 901. Elle va d’abord être effrayée par ce tueur, et malgré que le combattant soit colérique, 152 va découvrir un homme attachant, doux et prêt à tout pour la protéger.

La romance va naître dans des conditions particulières, puisque pour la première fois aucun des héros n’est libre et leur rapprochement n’est pas un choix qui leur est propre. 152 est contrainte par la drogue à devoir se soulager et bien que les raisons de cette idylle ne soient pas très romantiques, l’humanité de 901 va se réveiller en offrant une échappatoire à la jeune femme pour lui éviter de souffrir. Leur relation va naître sous la contrainte et leur rapprochement va poser quelques questions quant à leur libre arbitre et ils vont s’attacher malgré eux. Ils vont se laisser guider par leurs émotions et la sécurité qu’ils éprouvent l’un avec l’autre va créer un lien. Ce terrible lien qui va servir de moyen de chantage pour que notre combattant soit le plus efficace possible. Ils vont tomber amoureux dans des conditions terribles et cette romance va devenir une belle histoire d’amour.

Bien évidemment le clan de Luka n’est jamais bien loin et avec associés Zaal et Valentin, ils vont tout faire pour clore définitivement ce chapitre de leurs vies. Sans compter que Valentin est prêt à tout pour récupérer sa sœur et ensemble, ils vont combattre le dernier pilier de cette organisation. Je dois dire que ce tome se termine en apothéose, ravie de retrouver nos combattants sous leur meilleur jour et toujours émouvant avec leurs compagnes, mais également dans leurs amitiés. On ressent que ce tome est le dernier et qu’il s’agit du combat final, celui qu’ils attendent depuis le retour de leur liberté. Malgré une captivité éprouvante, nos personnages gardent leur beauté et leur innocence ce qui contribue à les rendre touchants. A mon sens cette fin n’aurait pas pu être meilleure, tous les ingrédients sont réuni pour passer un moment exceptionnel, une romance touchante, l’élaboration d’une vengeance et bien évidemment le retour d’une liberté tant attendue.

Mon avis sur Ruine #1 ICI
Mon avis sur Tourmente #2 ICI
Mon avis sur Ravage #3 ICI
Romance

Indécent | Eve Jagger (Sexy Bastard #4)

Résumé :
 Quand « indécent » rime avec « prince charmant »…
Jackson sait ce qu’il veut : la femme parfaite pour une vie parfaite. Hors de question pour lui de s’écarter du droit chemin ! Jusqu’à ce qu’il rencontre Skylar. Spontanée et sexy, elle trouve toujours le moyen de se fourrer dans le pétrin. Elle n’est pas du tout ce qu’il lui faut, pourtant… elle pourrait bien représenter tout ce qu’il désire. Mais comment construire un avenir commun quand Skylar ne rêve que d’aventures et que Jackson, lui, souhaite avant tout fonder un foyer. Leur couple risque davantage de déclencher des tempêtes qu’être un long fleuve tranquille.

Une fois n’est pas coutume, mais pour notre héroïne est une bad girl qui va mener la danse. Ce tome a comme un goût de liberté, on met en avant une vie libre et sans obligation qui prend des risques pour se sentir vivante. Notre héroïne n’entre pas dans le moule et c’est cette liberté qui va séduire notre héros très calme.

Pour Jackson son avenir est tout tracé, à tête d’un cabinet d’architecte à succès son travail le comble et il est proche d’atteindre le statut tant convoité dans sa profession, la suite logique est bien évidemment de fonder sa propre famille et pour ce faire, le jeune homme va suivre scrupuleusement la liste de la femme parfaite qu’il s’est construit, seulement en rencontrant la volcanique Skylar, il va réaliser que « la femme idéale » semble avoir quelques défauts et ses pensées ne cesseront de s’évader vers cette superbe femme qui s’éloigne de ses critères.

Skylar est une héroïne qu’on n’a pas l’habitude de voir dans la littérature, la jeune femme vit sa vie sans contrainte et sa soif de liberté semble ne pas avoir de limites. On dit souvent que la première rencontre est déterminante et bien celle-ci est assez particulière et ça rend l’histoire assez amusante. Face au séduisant Jackson elle ne va pas se faire prier pour répondre à ses avances, seulement il n’a rien à avoir avec les autres hommes qu’elle a côtoyés, il ne prend pas tout ce qu’on lui donne, au contraire il donne tout ce qu’il a pour rendre ses proches heureux. Bien qu’elle éprouve une attirance pour lui, elle est consciente qu’il veut quelque chose de stable, alors qu’elle est dans une optique de vivre sa vie à fond sans attaches, ses certitudes vont vaciller avec une rencontre inattendue.

Du côté de notre héros, j’ai pendant une bonne partie de ma lecture grincé des dents face à certaines réactions de Skylar. Jackson est absolument adorable et on attend toute d’un homme qu’il réagisse de cette manière. Il est dans l’optique de trouver la femme de sa vie, sans pour autant en faire des tonnes. Il réagit juste comme un gentleman et par moments il a du mal à se lâcher complètement, mais il va pouvoir compter sur sa charmante nouvelle amie pour le sortir de sa zone de confort et contribuer à le rendre plus détendu. J’ai été particulièrement séduite par ce personnage qui n’a rien à voir avec les autres hommes de la bande, mais qui reste appétissant.

En bref, un quatrième opus qui dresse un portrait différent, mais qui réussit à proposer un récit touchant et drôle. Le passé de nos personnages contribue grandement à l’attachement que j’éprouve pour leurs réactions et bien qu’ils soient tous les deux conscients qu’ils ne forment pas un tout, le romantisme et le partage sont bien présents et on comprend bien avant eux leurs sentiments. La lecture idéale pour se détendre et rêvasser les yeux ouverts. Jackson est un personnage plus calme et posé, et c’est agréable un héros qui s’éloigne un peu du schéma classique. Moment détente garantie !

Retrouvez mon avis sur Arrogant #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Insolent #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Séduisant #3 ICI